Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 10:27

ACCUEIL

Tous les articles du blog

On peut employer indifféremment, et cela sans faire de fautes :

second ou deuxième, sauf dans des expressions particulières. 


Littré (1863 et deuxième édition 1872-1877) 
Deuxième ne se dit guère (si ce n'est dans les nombres composés : vingt-deuxième, cent-deuxième, etc.) ; c'est second qu'on emploie le plus souvent. En faveur de deuxième, on a prétendu qu'il valait mieux que second, pourvu que le nombre des objets dépassât deux, second terminant une énumération après premier, et deuxième indiquant qu'il sera suivi de troisième, etc. Mais cette raison, tout arbitraire, laisse prévaloir l'usage.

L'Académie  
Second : Deuxième, qui est immédiatement après le premier.
Deuxième : vient immédiatement après le premier. 

Le Grevisse (le Bon Usage) reprend l'idée que second et deuxième ont la même signification avec cette précision que second relève de la langue soignée.
De plus, il  dénonce, comme Littré les prescriptions arbitraires de certains grammairiens qui considéraient qu'on employait deuxième lorsque la série comportait plus de deux termes, troisième... L'usage n'a jamais suivi cette règle.

Expressions particulières
Seconde chance
Enseignement du second degré
De seconde main
La seconde (vitesse)
Le second (après le capitaine)
Le capitaine en second qui commande à défaut du capitaine en pied
Voyager en seconde classe
De second ordre
Être dans un état second
Il est mon second (=adjoint)
Classe, élève de seconde
J'habite au second
etc.
mais on dit le Deuxième sexe
    cf. Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir


Cette liste n'est pas exhaustive. Vous pouvez trouver les définitions et les emplois particuliers de second et deuxième sur le site du CNRS : 

>>Lexicographie - Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales

(qui propose le Trésor et l'Académie entre autres)

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Monsieur Julien Lepers, dans son livre "Des fautes de français que je ne ferai jamais plus" reprend l'idée erronée qu'on ne peut pas employer second quand il y a un troisième.
On pourrait dire qu'il pèche par hypercorrectisme ou hypercorrection.
 
"On parle d’hypercorrectisme ou d’hypercorrection quand, dans le souci de remédier aux « fautes », des usagers considèrent comme incorrect un emploi qui, en fait, est irréprochable." cf. Le Bon Usage

Je relèverais aussi dans son livre la mise en garde qu'il fait pour l'emploi de voire même, qu'il condamne.
Certes, on dit aujourd'hui voire plus simplement.
Mais on ne peut pas considérer que voire même est une faute.

 

>>Je lis dans l'Académie, 8ème édition :
 voire : "On le joint souvent au mot MÊME.

Ce remède est inutile, voire même pernicieux.

>>dans le Littré qui reprend L'Académie :
voire : Il se joint souvent au mot même.

 

Voire, emploi vieilli au sens de vraiment, certes.

Peut être employé par antiphrase pour exprimer un doute ou nier quelque chose – Littéraire ou ironique.

« Ne croyez-vous pas que cette jeune fille dont je suis tombé fou amoureux est la plus sincère, la plus honnête, la plus belle, la plus intelligente... et qu'elle n'en veut pas à mon argent ?

—Voire ! »

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Je m'étonne que, pour écrire son livre, Monsieur Julien Lepers, qui est, par ailleurs, un excellent et sympathique animateur de télévision n'ait lu ni le Dictionnaire de l'Académie, ni le Trésor, ni le Littré, ni le Grevisse, tous dictionnaires incontournables. 

Errare humanum est.*

Monsieur Lepers a emprunté un chemin pavé de bonnes intentions. Mais il n'est pas grammairien.
Moi non plus d'ailleurs. Je suis simplement passionnée de grammaire et je veux faire partager cette passion. 

 

Voir sur ce blog : 

Le français dans tous ses états 


Et aussi l'article :
M. Julien Lepers vient de publier un livre : "Les fautes de français que je ne ferai jamais plus." Dommage ! Fions-nous plutôt à M. Bernard Pivot !

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

*Errare humanum est, perseverare diabolicum .

Se tromper est humain, persévérer est diabolique.

Comment Monsieur Lepers va-t-il s'y prendre pour corriger ses erreurs et les faire connaître à ses lecteurs qui lui font confiance ? 

 

.................................................................................

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

ACCUEIL

.................................................................................

 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog