Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 19:31

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Ainsi devisant, Alcmène et moi déambulions dans la forêt obscure*. Parfois la file s'alentissait. L'un de nos congénères s'en écartait ; après un fouillement nerveux sur le sol, il cueillait, voisines de l'ancolie et de l'ortie jaune, quelques rares fraises, ou de grosses airelles bleues. Brusquement un autre se précipitait pour les lui ravir. Une courte altercation s'ensuivait, et une bousculade, qui le plus souvent faisait choir le précieux butin.

L'un d'eux me toisa en ricanant : "En voilà une qui ferait mieux de basourdir ses gaux !" me lança-t-il. Un autre, au regard effaré, cabalisait, haraguant à la cantonade. Deux femmes, donnant les signes d'une grande faiblesse, se soutenaient l'une l'autre et heurtaient, à chaque pas, ici une racine, là un rocher, plus loin une branche tombée.

Mon regard parcourait la scène et je ne pus retenir mes larmes.

"Ne te laisse pas t'émotionner ainsi, murmura Alcmène, garde tes forces, tu en auras besoin. Ici, c'est chacun pour soi. Le malheur nous a aguerris. Il faut survivre."

 

Je m'interrogeais maintenant sur ce qu'il me fallait décider. Devais-je suivre Alcmène jusqu'à ce que ses compagnons d'infortune eussent ouvert enfin la porte sur le monde d'où nous avions été arrachés, à notre corps défendant jusqu'à ce que notre mémoire l'eût effacé  ou rebrousserais-je chemin ?

Alcmène devina ma pensée.

"Viens avec nous. Notre guide a décidé que nous nous enfuirions sans laisser aucune trace qui pourrait nous être préjudiciable. Personne à Utopinambourg ne doit savoir ce qu'il est advenu de nous. Personne ne nous cherche. Pour tous, nous sommes disparus."

Je lui répondis après quelques instants :

"Non, je ne le puis. Il faut que je reste. Il faut que dans cette cité inhumaine je leur dise la nouvelle. Tous doivent être sauvés. Tous. Quand la poire est mûre il faut qu'elle tombe**

Pardonne-moi, chère Oli, d'avoir parlé en égoïste ; mais les épreuves si douloureuses que je viens de vivre m'ont altéré le jugement. Il faut, tu l'as dit, propager la nouvelle à ceux qui croient que leurs frontières sont infranchissables, si tant est qu'ils soupçonnent encore qu'il y ait des frontières dans leur cité.

Peut-être, continuai-je, trouverons-nous là-bas un monde dévasté.

Peut-être, marmotta Alcmène, l'idée que nous nous faisons de ce paradis perdu sera-t-elle balayée quand nous l'atteindrons ; car enfin, n'était-ce pas pour le fuir que les Maîtres d'Utopinambourg avaient construit leur ville et imbécilliser les habitants ?

Et nous réduire en esclavage, incapables de prendre en main notre destin. Secouons nos chaînes. Ne nous laissons pas finir notre vie jetés comme gringuenaudes."

.................................................

*La forêt obscure, la selva oscura

Dante, La Divine comédie voir la note du texte des 158 Délires sur de froides retrouvailles dans la forêt obscure - la selva oscura

Nel mezzo del cammin di nostra vita
mi ritrovai per una selva oscura,
ché la diritta via era smarrita.

 

**Quand la poire est mûre il faut qu'elle tombe - Proverbe

> Expressions & proverbes contenant des fruits – cerises, pêches, prunes, pommes, poires...

 

Notes

Ainsi devisant, en devisant ainsi.

Ainsi disant

 

parfois la file s'alentissait

parfois la file se ralentissait

alentir (vieux, littéraire) ralentir

 

après un fouillement nerveux sur le sol

fouillement, action de fouiller.

 

un autre se précipitait pour les lui ravir

> De la difficulté de bien placer les pronoms personnels compléments dans la phrase. Dites-le-moi ou dites-moi-le.

 

Une courte altercation s'ensuivait

s'ensuivre

> L'agglutination – entr'acte ou entracte, grand'mère ou grand-mère, appui-tête ou appuie-tête, garde-meuble ou garde-meubles, des soutiens-gorge ou des soutien-gorge, un et des faire-part...

 

En voilà une qui ferait mieux de basourdir ses gaux !

Argot : Basourdir ses gaux ou basourdir ses gaux picantis : chercher ses poux et les tuer.

 

Un autre, au regard effaré, cabalisait, haraguant à la cantonade

cabaliser, se servir de l'art prétendu de la cabale.

haranguant, participe présent de haranguer, le U du radical est conservé.

> Ne pas confondre participes présents, gérondifs et adjectifs verbaux, en fatiguant fatigant – en convainquant convaincant – en émergeant émergent – en résidant résident...

 

parler à la cantonade, sans s'adresser à quelqu'un de précis.

cantonade, un seul N

> Les mots finissant par ON et leurs dérivés – QUIZ 101 - détoner ou détonner

 

Ne te laisse pas t'émotionner ainsi

ÉMOTIONNER & ÉMOUVOIR

Émotionner, émotionné, familier, implique un choc, une perturbation.

Émouvoir, ému, moins démonstratif qu'émotionner. Se rapporte à quelque chose qui touche le coeur, qui rend triste.

reprise de la note du texte 21 Délires

 

Le malheur nous a aguerris

aguerris prend un S car il s'accorde avec le complément d'objet direct NOUS placé avant le participe passé.

 

jusqu'à ce que ses compagnons d'infortune eussent ouvert enfin la porte sur le monde

jusqu'à ce que, locution conjonctive de temps suivie du subjonctif

> Jusqu'à ce que, jusqu'à tant que

eussent ouvert, subjonctif plus-que-parfait du verbe ouvrir

Mais qu'est-ce donc que le subjonctif plus-que-parfait ? > L'enseignement du français n'est plus ce qu'il était. Money Drop, Le Cid, Mauriac.

& > La conjugaison des verbes au subjonctif - Comment déjouer ses difficultés

 

le monde d'où nous avions été arrachés, à notre corps défendant

sans que nous l'eussions voulu - malgré nous.

 

savoir ce qu'il est advenu de nous

ou : savoir ce qui est advenu de nous

> (CE) QUI ou (CE) QU'IL suivi d'un verbe impersonnel

 

Pour tous, nous sommes disparus

Ou : nous avons disparu

> Vous hésitez entre l'auxiliaire être et l'auxiliaire avoir ?

 

Non, je ne le puis. Il faut que je reste

> Ne pas confondre : je peux, je puis, je pus, je puisse, je pusse - puis-je, puissé-je ou puissè-je..

 

si tant est qu'ils croient encore qu'il y ait des frontières dans leur monde

Si tant est que

ou : si tant est qu'ils croient encore qu'il y a des frontières dans leur monde

qu'il y ait des frontières, subjonctif

QUE remplaçant Si dans une suite de propositions conditionnelles coordonnées. Que est suivi du subjonctif (style soigné) mais aussi de l'indicatif >§60 dans > Valeurs et emplois du subjonctif

 

Peut-être, continuai-je, trouverons-nous un monde dévasté.

L'inversion après peut-être n'est pas obligatoire.

> Ne pas confondre participes présents, gérondifs et adjectifs verbaux, en fatiguant fatigant – en convainquant convaincant – en émergeant émergent – en résidant résident...

 

n'était-ce pas pour le fuir que les Maîtres d'Utopinambourg avaient construit leur ville et imbécilliser les habitants ?

les Maîtres d'Utopinambourg > 142 Délires sur l'origine d'Utopinambourg - Se soustraire à la banalisation et la surmédiatisation du mal, au terrorisme, à la pollution, à la menace nucléaire.

 

imbécilliser, verbe rare, rendre imbécile.

imbécile : 1L

imbécilement 1L

imbécillité 2L - La Nouvelle orthographe donne imbécilité

imbécilliser 2L

 

Ne nous laissons pas finir notre vie jetés comme gringuenaudes.

Gringuenaude, sens dans le texte : ordure, crotte. On se souvient qu'Alcmène et ses compagnons d'infortune furent jetés sans ménagement dans les oubliettes du Château.

 

<< 180 Délires sur la conquête de la liberté

>> 182 Délires sur un retour à Utopinambourg

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 11:01

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

 

Introduction au blog

Avertissement du 31 juillet 2010 - Avertissement du 18 décembre 2011

& Conditions d'utilisation du blog

 

 1er Avertissement rédigé à la création du blog

Le 31 juillet 2010

Cher lecteur,

Permettez-moi de vous offrir ici, sous forme d'épisodes qui peuvent vous servir de dictées : Les Délires, un conte surréaliste et rocambolesque. Vous y trouverez, entre autres, des expressions imagées, des tournures grammaticales rares et un vocabulaire bien savoureux près de tomber en désuétude.

Le texte est au passé, pour que vous puissiez acquérir l'habitude - si ce n'est déjà fait - de l'emploi difficile du passé simple et du subjonctif imparfait, pour ne citer que cela, jusqu'à ce que vous en appréciiez, à la longue, la musique.

Chaque épisode est suivi d'un commentaire sur la langue, d'explications orthographiques et de digressions de tous bords.  

Sachez que je n'ai, en aucun cas, la prétention de présenter ces quelques pages comme une oeuvre littéraire. Elles ne sont qu'un prétexte, le support des règles que je tente de rappeler.

 

Si vous croyez que je veuille vous faire avaler des couleuvres ou vous mettre le pied à l'étrier, si vous préférez peigner la girafe ou courir le guilledou, regarder la télé les pieds en éventail ou jouer à qui mieux mieux à vos jeux vidéos, faire quarante-cinq fautes et demie à la lettre que vous destinez à votre employeur ou à votre concours d'entrée dans n'importe quoi, alors je renonce à vous encourager à tenter la chose.

Mais si vous avez la patience de prendre ces textes en dictées et d'en déchiffrer les arcanes orthographiques et grammaticaux que j'essaierai de vous expliquer, bravo !

 

Ce sera peut-être difficile, je le sais.

Inutile de me casser du sucre sur le dos, je serai solide comme le Pont-Neuf, tout au moins, j'ose l'espérer. 

 

Amicalement,

Votre dévouée,

mamiehiou.

 

* Addict : Je sais que l'adjectif addict ne se trouve pas encore dans tous les dictionnaires. Mais comme Larousse le reconnaît, je prends la liberté de l'employer.

Addict = drogué. 

......................................................................................................

Le 18 décembre 2011

 

Nouvel avertissement au lecteur 

 

Depuis un an et demi, mon blog a fait son chemin. Je l'ai ouvert à diverses catégories qui m'ont semblé utiles à la curiosité des internautes.

Mon cheval de bataille étant d'éclairer, autant que je peux le faire, ceux et celles qui sont soucieux d'améliorer leur français, je propose des réponses aux questions de grammaire et d'orthographe que se posent bon nombre d'entre nous.

En me référant à des grammairiens et des linguistes confirmés (>Ouvrages de référence dont je me sers pour écrire mes articles), je voudrais, non seulement donner des explications pointues, aussi complètes et aussi claires qu'il est possible, comme "l'accord des participes passés", "les emplois et la conjugaison des temps du subjonctif", etc., mais aussi énoncer quelques règles de base "pour les hésitants". 

Il me faut pointer du doigt barbarismes et solécismes, les fautes que l'on entend chaque jour, à tel point que peu d'entre nous peuvent éviter tous leurs pièges.

 

Certes, je sais que je ne suis pas la seule à combattre pour le respect et la sauvegarde du français, ce que je ne peux faire que très modestement. Il n'est que de lire ma rubrique "Une petite histoire de la langue française racontée par mamiehiou" pour voir combien d'érudits zélés et courageux ont bataillé pour rendre notre langue claire, riche et belle, capable de donner, peut-être plus qu'aucune autre, toutes les nuances de la pensée.

D'autres encore aujourd'hui s'attachent à ce combat, désirant ardemment qu'elle reste une lumière dans le monde.

Pourquoi les Français seraient-ils moins courageux que leurs cousins québécois qui ont tant œuvré et qui œuvrent tant encore pour la défense du français ?

Que la langue anglaise soit, elle aussi, une langue riche et nuancée, personne n'oserait en douter, mais que son pidgin, vidé de la véritable substance de cette langue, soit utilisé dans notre pays, à tout propos, dans les médias, la publicité, l'industrie, et par bon nombre de nos politiques de tous bords qui se targuent d'aimer la France, voilà de quoi ruer dans les brancards ! Le prix de la Carpette anglaise nous désigne les personnes étiquetées comme peu respectueuses du français.

Carpette anglaise

 

L'Académie vient de renforcer l'enthousiasme qui me porte dans cette croisade. Elle donne à lire une rubrique qui dénonce nos fautes les plus communes : "Dire, ne pas dire."

Je ne terminerai pas sans rendre hommage à Monsieur Claude Hagège, Professeur au Collège de France, pour lequel j'ai une admiration particulière, car il se livre depuis des lustres, et comme ses illustres prédécesseurs, à un combat sans merci, pourchassant sans relâche les ruineurs, les exterminateurs de notre si belle langue française.

Je vous souhaite une bonne lecture. 

Votre très dévouée,

mamiehiou

 

Conditions d'utilisation du blog :

Mamiehiou, propriétaire de ses textes, vous autorise à copier, télécharger et imprimer les documents qui sont disponibles sur son blog à la condition expresse que ces documents ne soient utilisés qu'à des fins personnelles, ou pédagogiques, dans un but non commercial, qu'ils ne soient pas modifiés et qu'ils portent le nom de leur source : Le blog de Mamiehiou

.............................................................

>> LES DÉLIRES EN ÉPISODES     

Voir aussi :

 >> La dictée de Mérimée avec ses difficultés expliquées par le menu 

Ouvrages de référence dont je me sers pour écrire mes articles

.............................................................

>> ACCUEIL & SOMMAIRE

>> Liste des articles du blog

.............................................................

Note : Quelques grands espaces blancs inutiles se sont installés dans les commentaires lors du passage à la nouvelle plateforme d'overblog.

Repost 0
Published by OverBlog - dans Accueil
commenter cet article
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 10:55

 

ACCUEIL

Tous les articles du blog

 

Les articles ci-dessous sont publiés, entre autres,

dans les catégories :

 

Le Français dans tous ses états

Orthographe grammaire pour les hésitants

La clef des modes dans les subordonnées conjonctives

&

Les petites histoires à trous de mamiehiou

 

Dans la partie 2 de l'article : Les homonymes homophones

 

-1-

Quand faut-il mettre une majuscule à Monsieur, Madame, Mademoiselle, etc ? Comment abréger ces mots ? Ne pas confondre M. et Mr., MM. et Mrs 

Paronymie et paronomase + QUIZ

agonir, agoniser - conjecture, conjoncture - percepteur, précepteur - ennoblir, anoblir - infecter, infester – bailler, bâiller, bayer - infraction, effraction - infesté, infecté - imminence, éminence - armistice, amnistie - collision, collusion - luxurieux, luxuriant - épigramme, épitaphe, épithalame, etc.

Ne pas confondre l'indicatif présent et le subjonctif présent - Exercices 

Exemples

Je sais que tu m'aimes - indicatif

Je veux que tu m'aimes - subjonctif

>> En savoir +

Valeurs et emplois du subjonctif

Ne pas confondre l'indicatif imparfait et le subjonctif présent - Exercice 

Exemples

Adolescents, nous nous imaginions un bel avenir. - indicatif, imparfait

Est-il encore possible que nous imaginions de vivre ensemble ? - subjonctif présent

Ne pas confondre passé simple et imparfait du subjonctif, passé antérieur et plus-que parfait du subjonctif - Quiz

Ne pas confondre le futur et le conditionnel - Je partirai Je partirais

>> En savoir +

Le conditionnel ne serait-il plus un mode ? Le futur antérieur du passé - Le futur antérieur hypothétique - Exercice d'application

Que signifient les mots synonyme, antonyme, homonyme, homophone, paronyme, hyperonyme, hyponyme, holonyme, méronyme ?

Synonymes, antonymes, homonymes, homophones, paronymes, hyperonymes, hyponymes, holonymes & méronymes - QUIZ

L'accord des participes passés - QUIZ

Saynète : Un couple bien ordinaire

Verbes qui se construisent avec à + infinitif ou de + infinitif

QUIZ - Complétez les phrases par les prépositions à ou de suivies d'un infinitif

Texte : Arnolphe et Isidore, les célibataires - Une journée si peu particulière

Douter que, douter si, se douter que / Je doute que, nul doute que, il n'est pas douteux que... Je me doute que, il ne se doute pas que... + indicatif ou subjonctif ?

Ne pas confondre : trait d'union et tiret

Qu'est-ce qu'un partitif ? Ne pas confondre la préposition DE - l'article indéfini DES, DE - et l'article partitif DE, DU, DES

L'accord problématique des participes passés FAIT et LAISSÉ - Ils se sont fait ou faits / Elle s'est fait ou faite / Ils se sont laissé ou laissés...

Second, deuxième ? Voire, voire même ? Que doit-on dire ?

Ne pas confondre TOUT : adjectif indéfini, pronom indéfini, adverbe (variable dans certains cas), et substantif

Vieux ou vieil ? Beau ou bel ? Nouveau ou nouvel ? Fou ou fol ? Mou ou mol ? Un vieux monsieur et un vieil homme - Un beau monsieur et un bel homme...
Ne pas confondre NOUVEAU l'adjectif (un nouvel ami) et l'adverbe (des nouveau-nés), les locutions adverbiales À NOUVEAU et DE NOUVEAU – nouvellement – une nouvelle - le renouveau ...

Ne pas confondre un complément d'objet direct, un complément d'objet second, un complément d'objet indirect et un attribut

Peut-on dire : J'ai très envie, très plaisir, très peur, très faim, très sommeil... – Cela me fait très envie, très plaisir, très peur... ?

Ne pas confondre : Pour un peu, un peu plus, il s'en faut peu de choses, il s'en faut beaucoup, il ne s'en est fallu guère, il s'en faudrait peu, il s'en faut de beaucoup, de peu...

Ne pas confondre participes présents, gérondifs et adjectifs verbaux, (en) fatiguant fatigant – (en) convainquant convaincant – (en) émergeant émergent – (en) résidant résident...

Participe présent, adjectif, gérondif, substantif en -quant ou -cant, -guant, -gant, -geant ou -gent...? Délégant ou déléguant, déférent ou déférant, coïncident ou coïncidant... QUIZ
Texte : Un professeur qui n'en peut mais

Peut-on dire "dans quel but ? dans le but de... " ? Écrit-on "Pourquoi faire" ou "Pour quoi faire" ?

Peut-on dire : merci, remercier, féliciter, complimenter, savoir gré + de, pour, sur ?

Ne pas confondre les locutions conjonctives de temps : de là à ce que, d'ici à ce que, et d'ici que.

Différences sémantiques entre noms masculins et noms féminins. Les noms masculins ont-ils toujours des équivalents féminins et vice-versa ? QUIZ 59

Que dit-on ? Débattre (Ø, de, sur) se rappeler (Ø, de) l'envi(e) clore ou clôturer, qu'est-ce qui lui (le) prend ? Aller/mener (au, chez) c'est, ce sont - c'était, c'étaient, etc., colorer, colorier, coloriser, gésir, dispatcher, se crasher, exprès, express, expresse, quid (de, sur) battre froid (Ø, à) contredire (Ø, à) est-ce que, qu'est-ce que...

Ceux-là même ou ceux-là mêmes ? Celles-là même ou celles-là mêmes – cela même, ici même, là même, par là même, aujourd'hui même... QUIZ 64

Peut-on dire PAR CONTRE ? > en compensation, en revanche, mais d'autre part, mais d'un autre côté.

Ne pas confondre une larme, un pleur - j'ai coutume, j'ai la coutume, comme de coutume, à l'accoutumée – l'abîme, en abyme - une balade, une ballade – un martyre, un martyr – un couple, une couple

Ne pas confondre : quoique, quoi que – quelque, quelque... que, quel... que

Ne pas confondre : du dû dus dut, due, dues, dût

[du] s'écrit du, dû, due, dues, dus, dut, dût - Trouvez la bonne orthographe et justifiez-la - QUIZ 65

Texte : Du coeur et de l'ardeur d'apprendre

QUIZ 34 - Complétez les phrases par les prépositions à ou de suivies d'un infinitif

Texte : Arnolphe et Isidore - Une journée si peu particulière

Les homophones ont, on - l'on, l'ont, long – Note sur les indéfinis pronoms et déterminants

Beau, bel, beaux, belle(s) – Adjectif, substantif ou élément d'un syntagme, d'une locution verbale, nominale, adverbiale ou prépositive - QUIZ

Texte : Maggy, Josée et la petite Philo (4) Irons-nous au bois ?

Avoir affaire ou avoir à faire ? Les affaires, une affaire de coeur, j'en fais mon affaire, je lui ai fait son affaire, une ténébreuse affaire, faire le bizness...

Ne pas confondre : sortir, assortir, ressortir (intrans. ou trans. indirect)- quelquefois, quelques fois – davantage, d'avantage – bientôt, bien tôt – sitôt, si tôt - près de, prêt à

Ne pas confondre : alcoolique, alcoolisé – rabattre, rebattre - amener, apporter – geai, jais - jadis, naguère – plutôt, plus tôt

Ne pas confondre : feux et feus – sensé et censé – chaos et cahot – efficace et efficient – émotionné et ému

Ne pas confondre : je peux, je puis, je pus, je puisse, je pusse - puis-je, puissé-je ou puissè-je...

Verbes se terminant par I, IE, IS, IES, IT, ou ÎT - QUIZ

Le petit chat de Madeleine est parti

Cru, crû, crut, crût - accru, accrut, accrût, décru, recru, recrû - de son cru, de mon cru – etc.

Est-ce que – Est-ce qui – La phrase interrogative - QUIZ

L'orange - Les Trois copines (épisode 6)

Verbes suivis d'un complément direct ou d'un complément indirect – Ça la démange OU Ça lui démange ?

Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes + QUIZ

Les barbarismes vous irritent-il ou vous amusent-ils ? + QUIZ

La liaison - l'élision - l'enchaînement - la disjonction

Noms masculins ou féminins ? À vous de le dire ! QUIZ

Curiosités grammaticales + QUIZ 41

Mots finissant par o, aud, eau, au, eau, ot, aut, os, ault - QUIZ

Mosaïque de quelques curiosités de la Langue Française

QUIZ Dans quelles œuvres littéraires françaises se trouvent les personnages ?

QUIZ Les animaux : le mâle, la femelle et leurs petits

LE QUIZ 111 Paronymes & homophones - Trouver le mot qu'il faut

acquis/acquit-acception/acceptation-immanent/imminent/éminent-satyre/satire-prolixe/prolifique QUIZ 111(1)

vénéneux/venimeux-colorier/colorer/coloriser-emporter/apporter/emmener/amener-conjoncture/conjecture-somptueux/somptuaire QUIZ 111(2)

munificence/magnificence-capiteux/captieux-affiler/affilier-luxurieux/luxuriant-argumentateur/argumentaire QUIZ 111(3)

donateur/donataire-notable/notoire-septique/sceptique-prolongement/prolongation- déduction/induction QUIZ 111(4)

carnivore/carnassier-dentition/denture-fabulation/affabulation-médire/calomnier-décennie/décade QUIZ 111(5)

opprimé/oppressé-hiverner/hiberner-migrer/émigrer/immigrer-repaire/repère-différent/différend QUIZ 111(6)

Ne pas confondre futur et conditionnel - Je partirai Je partirais

Retrouvez le sens des mots peu usités QUIZ

Pour pas que – Pour ne pas que – Pour plus que

Place des adjectifs qualificatifs épithètes

Des fois, quelquefois, parfois, bien des fois, etc.

Ne pas confondre – QUIZ Choisissez le mot qu'il faut

Ne pas confondre Rayer Biffer Raturer et Détester Haïr Abhorrer Abominer

-2-

 

RÉCAPITULATION DES HOMONYMES HOMOPHONES

 

Homophones pers père pair paire perd(s) & mère maire mer

Homophones r, erre, air, aire, ère, ers, hère, haire QUIZ

Ne pas confondre LIEU (2) et LIEUE – CIELS et CIEUX CIEUX

Homophones : Les diverses orthographes de tin \tɛ̃\ et de vin \vɛ̃\ Exercice à trous - QUIZ

Ne pas confondre le soutien, il soutient – le tien, il tient - "Un tien vaut mieux que deux tu l'auras"

Mon, Mons, Mont - Homonymes homophones

Homonymes homophones Ver, Vair, Vers, Vert

Ne pas confondre les homophones : (adjectif) cher, (adverbe) cher, (substantifs) la chère, la chair, la chaire, la cheire.

Demain, on va faire les soldes ! Un solde ou une solde ?

Ne pas confondre les homophones : leur, leurs, l'heure, leurre et l'heur

Les confidences de Sidonie Lalèche

Qu'est-ce qui est à la fois un terme de tendresse, un chapeau, un soldat, moi-même...

Les homophones ou où hou ouh houx août houe

Les homophones – Exercice à trous – Compléter par ou, où, houe, houx, ouh, hou, août

Texte : Maggy, Josée et la petite Philo (épisode 1) Les trois copines

Les homophones a as à ah ha

Les homophones - Exercice à trous - Compléter par a, as, à, ah, ha

Texte : Papa et maman Faichouin

Homophones et paronymes et es est ai aie aies ait aient eh hé hais hait haie ais ès

Homophones et paronymes - Exercice à trous - Compléter par et est ai aie aies ait aient eh hé hais hait haie ais ès

Texte : Maggy, Josée et la petite Philo (épisode 2)  Invitation

Homophones/paronymes : Savoir reconnaître l'ai l'aie l'aies l'ait l'aient l'es l'est l'ais les lait laie lai lais lé lez lei laid

Homophones/paronymes – Exercice à trous – Compléter avec l'ai l'aie l'aies l'ait l'aient l'es l'est l'ais les lait laie lai lais lé lez lei laid

Texte : Maggy, Josée et la petite Philo (épisode 3) Dans le petit bois de Parcimoneilles

Les homophones ont, on - l'on, l'ont, long

SI et S'Y, des homophones à ne pas confondre

SI ou S'Y ? Exercice à trous

Philo se pique au cactus" Les trois copines (épisode 5)

ON : c'est parfois quelqu'un ou tout le monde ou toi, moi, nous, vous, elle, lui, ou eux.

Sans, s'en, sens, sent, c'en, cent, sang, des homophones à ne pas confondre

SA, ÇA, ÇÀ – Homophones

Les trois copines - La garden-party (ép. 7)

Les homophones eu, eus, eue, eues, eut, eût, hue

Les trois copines à la foire (épisode 8)

Les homophones ses, ces, c'est, s'est, cet, sait, sais, saie.

Les homophones ses, ces, c'est, s'est, cet, sait, sais, saie.

Les trois copines et Kevin (épisode 9)

Orthographe traditionnelle et nouvelle orthographe QUIZ 

 Les trois copines au restaurant (épisode 10)

 

Tous les épisodes "Les trois copines" dans

Récapitulation de tous les exercices à trous

 

  >> Retour au début de l'article

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

ACCUEIL

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 04:10

> ACCUEIL & SOMMAIRE

> Tous les articles du blog

> Les diverses catégories (ou tags)

 

Si j'avais une baguette magique qui efface les fautes d'orthographe,

je vous l'offrirais volontiers.

Les articles suivants figurent aussi dans l'article : le français dans tous ses états

 

Les modes (indicatif, conditionnel, subjonctif, impératif, infinitif, participe, gérondif) et les temps (présent, passé, futur)

 

L'indicatif présent pour les hésitants

 

Ne pas confondre futur et conditionnel - Je partirai Je partirais

 

Fâché avec l'impératif présent ? QUIZ

 

Les emplois de l'imparfait de l'indicatif et du passé simple

 

Ne pas confondre l'indicatif présent et le subjonctif présent de certains verbes - QUIZ 54

 

Ne pas confondre l'indicatif imparfait et le subjonctif présent de certains verbes - QUIZ 55

 

La conjugaison des verbes au subjonctif - Comment déjouer ses difficultés

 

Récapitulation des articles sur le subjonctif

 

Écrire et ne pas écrire - Les fautes d'orthographe les plus usuelles*

 

Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

 

L'accord des participes passés - QUIZ 26  Prunille et Théo, un couple bien ordinaire

 

Verbes qui se construisent avec à + infinitif ou de + infinitif

Ex ↓

Prépositions À ou DE : à vous de bien choisir ! – QUIZ 33

QUIZ 34 - Complétez les phrases par les prépositions à ou de suivies d'un infinitif - Arnolphe et Isidore - Une journée si peu particulière

 

Les homophones a as à ah ha + Notes sur le verbe et l'auxiliaire avoir, les prépositions, les interjections, les pronoms personnels

Ex ↓

Les homophones - Compléter par a, as, à, ah, ha - QUIZ 37 - Papa et maman Faichouin

 

Les homophones ont, on - l'on, l'ont, long – Note sur les indéfinis (pronoms et déterminants) 

 

Ou, conjonction de coordination – Ton père ou ta mère viendra OU viendront ?

 

Les homophones ou où hou ouh houx août houe

Ex ↓

Les homophones – Compléter par ou, où, houe, houx, ouh, hou, août – QUIZ 38 Les trois copines (épisode 1)

 

Les homophones/paronymes et es est ai aie aies ait aient eh hé hais hait haie ais ès + Note sur les conjonctions de coordination

Ex ↓

Homophones/Paronymes - Compléter par et est ai aie aies ait aient eh hé hais hait haie ais ès – QUIZ 39 Les trois copines - Invitation (épisode 2)

 

Homophones/paronymes : Savoir reconnaitre l'ai l'aie l'aies l'ait l'aient l'es l'est l'ais les lait laie lai lais lé lez lei laid

Ex ↓

 Homophones/paronymes – Compléter avec l'ai l'aie l'aies l'ait l'aient l'es l'est l'ais les lait laie lai lais lé lez lei laid - QUIZ 40 Les trois copines - Dans le petit bois de Parcimoneilles (épisode 3)

 

Vieux ou vieil ? Beau ou bel ? Un vieux monsieur et un vieil homme - Un beau monsieur et un bel homme

Ex ↓

Beau, bel, beaux, belle(s) – Adjectif, substantif ou élément d'un syntagme, d'une locution verbale, nominale, adverbiale ou prépositive – Exercice à trous – QUIZ 66 - Les trois copines - Irons-nous au bois ? (épisode 4)

 

SI et S'Y, des homophones à ne pas confondre

Ex ↓

QUIZ 77 SI ou S'Y ? Exercice à trous – Les trois copines - Philo se pique au cactus (épisode 5)

 

QUIZ 78 Est-ce que – Est-ce qui – La phrase interrogative – Les trois Copines – L'orange (épisode 6)

 

QUIZ 79 SA, ÇA, ÇÀ - Homophones – Les trois copines - La garden-party (épisode 7)

 

QUIZ 94 Les homophones eu, eus, eue, eues, eut, eût, hue - Les trois copines à la foire (épisode 8)*

 

QUIZ 98 Les homophones ses, ces, c'est, s'est, cet, sait, sais, saie - Les trois copines et Kevin (épisode 9)

 

Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

Ex ↓

QUIZ 99 Orthographe traditionnelle et nouvelle orthographe - Les trois copines au restaurant (épisode 10)*

 

Participe présent, adjectif, gérondif, substantif (en quant ou cant, guant ou gant ou geant ou gent, ant ou ent) Délégant ou déléguant, déférent ou déférant, coïncident ou coïncidant, etc.

Ex ↓

 Participe présent, adjectif, gérondif, substantif en -quant ou -cant, -guant ou -gant, -geant ou -gent... divergent/divergeant - déférent/déférant - coïncident/coïncidant... QUIZ 51 Un professeur qui n'en peut mais

 

Sans, s'en, sens, sent, c'en, cent, sang, des homophones à ne pas confondre – Sans suivi d'un singulier ou d'un pluriel ?*

 

Ne pas confondre : du dû dus dut, due, dues, et dût

Ex ↓

[du] s'écrit du, dû, due, dues, dus, dut, dût - Trouvez la bonne orthographe et justifiez-la - QUIZ 65 - Du coeur et de l'ardeur d'apprendre

 

Conjonctions de sub. et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative

 
Ceux-là même ou ceux-là mêmes ? Celles-là même ou celles-là mêmes – cela même, ici même, là même, par là même, aujourd'hui même... QUIZ 64 *

 

La place de Y et de EN dans la phrase - QUIZ 67

De la difficulté de bien placer les pronoms personnels compléments dans la phrase. Suite du QUIZ 67 - Dites-le-moi OU dites-moi-le ?

 

Quoique, puisque, lorsque, quelque, et presque s'élident-ils ?

 

Les verbes difficiles conjugués à l'indicatif présent, au passé simple, au subjonctif présent et au subjonctif imparfait


Ne pas confondre les homophones : leur, leurs, l'heure, leurre et l'heur - Les confidences de Sidonie Lalèche - QUIZ 72

 

Au temps pour moi ! ou Autant pour moi !

 

Les noms qui se terminent par au, aux, aus, eau, eaux, eu, eux, eus, oeu, oeux, ou, oux, ous - QUIZ 74

 

Verbes se terminant par I, IE, IS, IES, IT, ou ÎT - QUIZ 74 – Le petit chat de Madeleine est parti*

 

ON : c'est parfois quelqu'un ou tout le monde ou toi, moi, nous, vous, elle, lui, ou eux.

 

Les noms toujours ou généralement au pluriel - QUIZ 75

 

Cru, crû, crut, crût - accru, accrut, accrût, décru, recru, recrû - de son cru, de mon cru - etc.

Ex ↓

pû, pue, pût, du, due, dûs, dut, dût, duent, eût dû, croîs, crû, crue, accru, décru, recrû, recru, crut, crût, accrut, accrût, décrut, recrut - Quels mots sont mal orthographiés ? QUIZ 76

 

Les noms au singulier finissant par -S (ds, ts, cs, ps, rs, ns, ls, etc.)

 

CET ou CETTE - Quiz 102

 

Mots finissant par o, aud, eau, au, eau, ot, aut, os, ault - QUIZ

 

Adjectifs et participes passés qui ont un féminin irrégulier - QUIZ

 

En finir avec les fautes d'inattention – Petits exercices d'orthographe pour Anthony qui est en CM2 (1re partie)*

 

En finir avec les fautes d'inattention – Petits exercices d'orthographe pour Anthony qui est en CM2 (2e partie)*

 

Les mots commençant par AB et ABB, AC et ACC, AD et ADD, AF et AFF, AG et AGG, AL et ALL, AM et AMM, AN et ANN, etc.

 

Consonnes doubles ou pas – QUIZ

 

Les adverbes en -MENT – QUIZ

 

Ne pas confondre le soutien, il soutient – le tien, il tient - Un tien vaut mieux que deux tu l'auras
 

Homophones : Les diverses orthographes de tin \tɛ̃\ et de vin \vɛ̃\ Exercice à trous - QUIZ
 

L'impératif présent et l'impératif passé – Ne mettre un -S que là où il faut

 

Ne pas confondre LIEU (2) et LIEUE – CIELS et CIEUX

 

Homophones pers père pair paire perd(s) & mère maire mer

 

Homophones r, erre, air, aire, ère, ers, hère, haire – QUIZ 118

 

Retrouvez le sens des mots peu usités QUIZ

 

Pour pas que – Pour ne pas que – Pour plus que

 

Place des adjectifs qualificatifs épithètes

 

Des fois, quelquefois, parfois, bien des fois, etc.

 

Ne pas confondre – QUIZ Choisissez le mot qu'il faut

 

Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... "

    Récapitulation des petites histoires à trous

Récapitulation de tous les exercices à trous

 Les Dictées

 

Pour en savoir +

D'autres questions nombreuses dans :

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

Aperçu :

Qu'est-ce qu'une proposition ? Qu'est-ce que l'analyse logique d'une phrase ? 

 

Qu'est-ce qu'une conjonction de subordination et une locution conjonctive ? 

 

Qu'est-ce qu'une locution nominale, pronominale, adjectivale, verbale, adverbiale, conjonctive, prépositionnelle, interjective ? 

 

Qu'est-ce qu'un complément d'objet direct ? un complément d'objet second ? un complément d'objet indirect ? Qu'est-ce qu'un attribut ? 

 

QUE dans tous ses états – pronom interrogatif - pronom relatif - conjonction de subordination ou élément d'une locution conjonctive - adverbe interrogatif ou exclamatif – ne... que – etc.

 

Paronymes – Paronomase + QUIZ N°27 - agonir et agoniser, anoblir et ennoblir, bâiller, bailler et bayer, conjecture et conjoncture, ablation et ablution, recouvrer et recouvrir... *

 

Champ lexical - Champ sémantique - Registre de langue (ou style), soutenu, courant, familier, populaire, argotique, ou vulgaire – Archaïsmes*

 

Les verbes défectifs - Pour peu qu'il vous en chaille !

 

Qu'est-ce qu'un verbe pronominal (réfléchi, réciproque, subjectif...)?

 

Qu'est-ce qu'un partitif ? Ne pas confondre la préposition DE - l'article indéfini DES, DE - et l'article partitif DE, DU, DES

 

>SUITE 

>>> Retour au début de l'article

 

> ACCUEIL & SOMMAIRE

> Tous les articles du blog

> Les diverses catégories (ou tags) 

Repost 0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 11:04

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

La langue française s'est modifiée au cours des siècles à coups de réformes. Cela ne s'est pas fait sans mal ; les propositions pour simplifier la langue ont été nombreuses, acceptées puis délaissées maintes fois.

On n'écrit plus comme on le faisait dans les siècles passés et bon nombre de textes ont une graphie si peu semblable à celle d'aujourd'hui, qu'il est (presque) devenu difficile de les lire.

Ainsi commence le prologue du Pantagruel de Rabelais (1530)

Tres illustres et tres chevaleureux champions gentilz hommes et aultres, qui voluntiers vous adonnez à toutes gentillesses et honnestetez, vous avez na gueres veu, leu, et sceu les grandes et inestimables chronicques de l’enorme geant Gargantua, et comme vrays fideles les avez creues tout ainsi qu'en texte de Bible ou du sainct Evangile, et y avez maintefoys passé vostre temps avecques les honorables dames et damoyselles, leur en faisans beaulx et longs narrez, alors que estiez hors de propos : dont estes bien dignes de grande louange.

 

On pourra parcourir les avancées et les reculs, les audaces et les atermoiements qui ont jalonné les siècles dans des réformes visant à simplifier la langue.

Et encore aujourd'hui la réforme de 1990 pourtant imposée dans les écoles primaires est loin de faire l'unanimité, attachés que sont les Français à la langue telle qu'ils l'ont toujours pratiquée.

>> Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

 

On lira avec intérêt l'article Historique de l'orthographe française et de ses réformes (voir l'extrait ci-dessous)

Site : rocbo.lautre.net/orthog/historique.html

J'en reproduis ici, surlignés en jaune, quelques moments remarquables.

1529, Geoffroy Tory introduit les accents, la cédille et l’apostrophe dans la graphie du français. Son zèle pour la langue française entrait dans les vues de François Ier, qui lui accorda le titre d'imprimeur du roi en 1529, et le fit admettre comme libraire de l'université de Paris en 1532.

1538, Création par François 1er de l'Imprimerie du Roy.

1539, « Ordonnance de Villers-Cotterêts » prise par le Roi François Ier imposant l'usage du français dans les actes officiels et de justice.

1620, J. Godard : La Langue françoise (suppression des s muets remplacés par des accents circonflexes, défense du t euphonique, suppression de lettres étymologiques, distinction en/an)

1635, Fondation par Louis XIII et Richelieu de l'Académie Française

1647, Vaugelas, dans les Remarques sur la langue française, définit le bon et bel usage comme « la façon de parler de la plus saine partie de la Cour, conformément à la façon d’escrire de la plus saine partie des Autheurs du temps »

1663, Corneille : Avis au lecteur (Corneille préconise les lettres « ramistes » et la distinction entre « l'e simple, l'é aigu et l'è grave »)

1835, dans la sixième édition du Dictionnaire, l’Académie se trouve investie d’une responsabilité « qu’elle n’avait jamais eue […] : les imprimeurs, en particulier, firent de l’orthographe du Dictionnaire de 1835 […] l’étalon suprême du français écrit, erreur dont encore à l’heure actuelle, nous payons doublement les frais, par le mauvais choix de l’étalon, et par le principe même d’un étalon en la matière. » in Nina Catach, 2001
Les lettres dites grecques qui avaient été réduites au XVIIIe siècle, sont réintroduites dans cette sixième édition. On écrit donc par exemple : anthropophage, diphthongue, rhythme. Importantes modifications en orthographe grammaticale, adoption des lettres « ramistes », de la graphie « voltairienne » en ai (« avais », au lieu de « avois »), rajout du t dans les pluriels en ant (« enfants » au lieu d'« enfans ») ; mais position conservatrice sur les lettres étymologiques)

1901, on publie les nouvelles décisions de tolérance de l’Académie avec le commentaire : « L’arrêté du 31 juillet 1900 est rapporté. ». Les décisions prises par l ‘Académie visent entre autres l’accord du participe passé : l’arrêté de 1900 préconisait que le participe conjugué avec avoir restait invariable ; l’arrêté de 1901 n’acceptait plus cette liberté et dans le rapport de l’Académie on pouvait lire :
«
modifier la règle de l’accord des participes, c’est porter l’atteinte la plus grave à la littérature française toute entière ; c’est reléguer d’un seul coup dans l’archaïsme tous les poètes qui ont écrit jusqu’à ce jour. » En conséquence, l’Académie empêche pratiquement aux élèves d’apprendre les nouvelles graphies : l’arrêté de 1901 ne dit pas comment les graphies en question devraient être enseignées ; les enseignant(e)s sont seulement informé(e)s par une circulaire des tolérances à appliquer lors des examens.

1935, 8e édition du Dictionnaire de l'Académie (traditionaliste)

1945, E. et O. Bled : 1re édition des Cours d'orthographe (Règles strictes et listes d'exceptions)

1977, R. Haby : arrêté ministériel sur les « tolérances grammaticales ou orthographiques » aux examens et aux concours

1989, Le Monde publie le Manifeste des Dix, un appel pour « Moderniser l’écriture du français ». Les Dix sont dix linguistes, membres de AIROE ou liés à ce groupe.
Le magazine Lire lance une enquête sous le titre « Faut-il réformer l’orthographe ? ». Des 900 réponses obtenues, 70% des interrogés considèrent l’orthographe française comme difficile, 86% adhèrent à l’opinion qu’elle est un art, 78% voient dans l’orthographe «
un des charmes de la langue française ».
1989, Une démarche est entamée par le Premier Ministre Michel Rocard : il charge le Conseil supérieur de la langue française de rédiger des propositions de réforme concernant les thèmes suivants : le trait d’union, le pluriel des mots composés, le circonflexe, le participe passé des verbes pronominaux, diverses anomalies.

1990, les propositions sont discutées avec la commission du Dictionnaire de l’Académie. En mai, le projet est soumis à l’Académie française qui l’approuve à l’unanimité. C’est donc la première fois qu’une réforme de l’orthographe élaborée à l’extérieur de l’Académie française est acceptée de celle-ci.

1991 L'Académie - La 9e édition de son Dictionnaire procède à une révision graphique en fonction des rectifications en cours.

.

Sur le site Le temps des instituteurs

> www.le-temps-des-instituteurs.fr/ens-francais-orthographe.html

En 1562, Pierre de la Ramée, dit Ramus réussit à faire passer dans l'usage la distinction du i et du j, du u et du v.

Les lettres j et v sont dites ramistes.

 

Des obstacles encore aujourd'hui. (Wikipédia) :
En 2011, l'enseignement de l'orthographe réformée continue de poser problème. Les livres d'enseignement sont principalement rédigés avec l'ancienne orthographe, ce qui constitue un obstacle majeur.
Les livres scolaires utilisent principalement l'orthographe traditionnelle, ce qui est considéré comme un frein à l'enseignement de l'orthographe réformée. Les éditeurs indiquent surtout qu'ils refusent de jouer le rôle de pionniers de la réforme en l'absence d'action en ce sens du gouvernement. L'adhésion des enseignants eux-mêmes à la réforme n'est pas évidente.
> Consulter en ligne la liste des mots rectifiés établie par le Réseau pour la nouvelle orthographe du français.

Liste donnée sur RENOUVO

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

oooooooooooooooooooooooooooooooooo

Dictionnaire historique de la Langue Française par Alain Rey

Dictionnaire Historique de la langue française

Alain Rey - 2011 - 14833 pages

Depuis 1901 aucun projet de réforme de l'orthographe n'a abouti, non seulement à cause des immenses difficultés pratiques, mais aussi par conservatisme (l'Académie en a donné un exemple en 1987 en renonçant à des simplifications et harmonisations pourtant nécessaires et très modérées, avant de cautionner en 1990 un projet d'aménagement lui aussi très modéré et cependant mal accueilli.

ooooooooooooooooooooooooooooooooo

Sur Wikisource, on peut lire :

Rectifications orthographiques du français

Réforme de 1718

La réforme de l’orthographe française de 1718 correspond à la publication de la deuxième édition du Dictionnaire de l’Académie française. L’édition de 1718 apporta peu de changements à l’orthographe

Par exemple :

  • éploré au lieu de esploré

  • sirop au lieu de syrop

  • noircissure au lieu de noircisseure.

 

Réforme orthographique française de 1740

La réforme de l’orthographe française de 1740 correspond à la publication de la deuxième édition du Dictionnaire de l’Académie française. L’édition de 1740 apporta beaucoup de changement à l’orthographe. Près de cinq mille mots ont changé de graphie

Modifications

Le s muet qui n'est pas à la fin d'un mot est remplacé par l’accent circonflexe sur la voyelle le précédant (ou parfois l’accent aigu pour le e, selon la prononciation de la voyelle). Ces circonflexes correspondent généralement à la modification du son de la voyelle causée par le s muet. Par exemple :

  • accroître et non accroistre

  • albâtre et non albastre

  • apôtre et non apostre

  • âpre et non aspre

  • bâtard et non bastard

  • bêtise et non bestise

  • château et non chasteau

  • chrétien et non chrestien

  • école et non escole

Certaines consonnes muettes d'origine étymologique/historique sont effacées. Par exemple :

  • avocat et non advocat

  • bienfaiteur et non bienfaicteur

  • toujours et non tousjours

Certains y sont remplacés par un i. Par exemple :

  • ceci, celui-ci, etc., et non cecy, celui-cy

  • toi, moi et non toy, moy

  • gai et non gay

  • joie et non joye

  • abîme et non abysme

Autres :

  • zigzag et non ziczac

 

Réforme orthographique française de 1878

Modifications

  1. Le tréma sur e est remplacé par des accents graves ou aigu. Par exemple poëte et poëme s’écriront poète et poème. Le tréma a survécu dans certains noms propres, comme Noël, et noms communs, comme foëne (aussi écrit foène).

  2. L’accent aigu est ajouté dans plusieurs mots comme fac-similé ou alléluia.

  3. Certaines graphies avec é, conformément à l’ancienne prononciation, sont remplacées par è, notamment devant g : collége, Liége, siége ; mais aussi avénement ou dans la conjugaison du verbe abréger : j’abrége. Cet usage est resté dans la forme invertie de la 1e personne du singulier de l’indicatif présent : aimé-je, puissé-je ; ou dans le mot événement.

  4. Les groupes de lettres étymologiquement grecs comme chth et phth sont simplifiés en cht et pht, par exemple : aphthe, diphthongue, deviennent aphte et diphtongue.

  5. Certains y étymologiques sont remplacés par i, par exemple : asyle, anévrysme, abyme deviennent asile, anévrisme, abîme.

  6. Le e muet interne dans certains noms communs et adverbes en -ement peuvent être ajoutés ou supprimés, par exemple : maniement ou manîment, remerciement ou remercîment, éternuement ou éternûment, etc. mais pas dans vraiment, gentiment, hardiment, etc.

  7. Treize nouveaux mots composés sont introduits avec contre-, comme contrefort, contresens ou contrepoison, et cinq autres avec entre-, comme entrecôte ou entresol.

Liste de mots rectifiés

  • alléluia ← alleluia

  • aphte ← aphthe

  • collège ← collége

  • contrefort

  • contresens

  • contrepoison

  • diphtongue ← diphthongue

  • entrecôte

  • entresol

  • fac-similé ← fac-simile

  • gypaète ← gypaëte

  • Liège ← Liége

  • phtore ← phthore

  • poète ← poëte

  • poème ← poëme

  • siège ← siége

 

Articles annexes  > La Langue Française comme elle va

> Émile Faguet, Simplification simple de l'orthographe -1905 - Wikisource

> Orthographe française Wikipédia

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 18:29

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Rouge, adjectif et nom masculin.

Le rouge est l'une des trois couleurs primaires

le rouge, le bleu, le jaune.

La couleur rouge est la dernière ou la première couleur du prisme

le rouge, l'orangé, le jaune, le vert, le bleu, l'indigo, le violet.

Le rouge est la couleur du sang, du feu, du coquelicot...

Nuances de la couleur rouge

aniline, ponceau, framboise, fraise écrasée, rouge anglais, carmin, amarante, bordeaux, capucine, corail, écarlate, feu, vermeil, garance, tomate, vermillon, coquelicot, groseille, écrevisse, terracotta, cerise, cardinal, Bismark, andrinople, cramoisi, sang, sang de boeuf, grenat, tomette, senois, pourpre, nacarat, -de Falun, etc.

Images correspondant à rouge

Symboles

Le rouge est considéré comme le principe de vie

Les effets de la couleur sur le comportement humain: Rouge

courage, cruauté, colère, meurtre, carnage, luxure, royauté. Le rouge traduit la plus haute expression de « moi ». C'est la couleur de l'orgueil

propos de Symbolisme – Les Couleurs – II – Rouge

Ainsi en va-t-il du « riz rouge » dans le boisseau des Chinois, lui aussi feu – ou sang - de l'athanor, lié au cinabre, dans lequel il se transforme alchimiquement pour symboliser l'immortalité. ...

Symbole de l'amour : la rose rouge.

Titres de films contenant la couleur rouge

Goupi Mains Rouges 1943

Le rouge est mis 1957

Le Cercle rouge 1970

Rouge Baiser 1985

Le violon rouge 1998

Trois couleurs (trilogie) Bleu, Blanc et Rouge - Rouge 1994

Moulin Rouge 2001

Le Moulin Rouge

Cabaret parisien fondé en 1889 par Joseph Oller et Charles Zidler.

Situé au pied de la butte Montmartre.

Livres

Le rouge et le noir - Stendhal

Octobre rouge, The Hunt or the red october - Tom Clancy

Rouge Brésil - Jean-Christophe Rufin

L'herbe rouge - Boris Vian

Le collier rouge - Jean-Christophe Rufin

La Lettre écarlate, The Scarlet Letter - Nathaniel Hawthorne

Le petit Chaperon rouge - Charles Perrault, les frères Grimm...

La Bibliothèque Rouge et Or : des livres pour la jeunesse, fondée en 1947. Images correspondant à collection rouge et or

Rouge et or

Des livres précieux aux belles reliures rouge et or s'alignent dans ma bibliothèque.

Lorsque rouge est qualifié par un autre terme, l'ensemble, considéré comme substantif, est invariable. Lorsqu'il fait partie d'un groupe coordonné, il peut être invariable ou variable, invariable s'il est coordonné à un substantif > Le Trésor de la Langue Française ROUGE (Remarque 1)

Chansons

Michel Sardou - Rouge - YouTube

Jeanne Mas - EN ROUGE ET NOIR (1986) – YouTube

Léo Ferré - L'affiche rouge - L'armée du crime - YouTube

Polnareff - L'homme en rouge

Michel Fugain - Le Chiffon rouge

Yves Montand, Claude Vinci et Marc Ogeret chantent La butte rouge

Comptine J'ai un gros nez rouge - french lullaby - YouTube

Rudolph, le petit renne au nez rouge – YouTube

"On l'appelait Nez Rouge
Ah comme il était mignon ..."

Le Père Noël

Pourquoi le Père Noël est-il habillé en rouge ?

La pierre précieuse rouge : le rubis

Comparaisons

Rouge comme un coq, comme une crête de coq

Images correspondant à crête du coq rouge

Rouge comme une écrevisse, rouge comme une tomate.

Il est méchant comme un âne rouge se dit d'un homme ou d'un enfant très méchant.

Locutions

rouge de honte, rouge de confusion, rouge de colère, se fâcher tout rouge, voir rouge (avoir un violent accès de colère, qui incite au meurtre).

Avoir le collet rouge : avoir la tête tranchée.

Le Label rouge

Signe officiel qui atteste un niveau de qualité supérieure ( Article L.641-1 du code rural) Wikipédia

Le drapeau rouge

Le drapeau révolutionnaire

Drapeau qui, en vertu d'un décret de la Constituante, devait être déployé chaque fois que, proclamant la loi martiale, on se préparait à disperser un rassemblement factieux.

Le bonnet rouge, le bonnet dont on se coiffait dans les premières années de la Révolution, en signe de civisme et qu'on appelle aussi Bonnet phrygien.

Le drapeau de la France bleu blanc rouge.

Le bleu et le rouge sont les couleurs de la ville de Paris, celles de la Garde nationale, le blanc est la couleur de la royauté.

Les Rouges

Les révolutionnaires ou les hommes appartenant aux partis d'extrême gauche, dont le drapeau rouge est l'emblème.

Le petit Livre rouge

Les Citations du Président MaoTsetoung parfois aussi appelé Les Plus Hautes Instructions.

L'Armée Rouge, l'armée soviétique.

Le téléphone rouge, liaison entre la Maison Blanche et le Kremlin

Alerte rouge, situation particulièrement grave.

Le feu rouge exige qu'on s'arrête.

Signalisation routière et ferroviaire

Livre rouge : on enregistrait autrefois les défauts des prévenus à l'audience, d'où : Il est écrit sur le livre rouge, il est écrit en lettres rouges, il est recherché.

Jeu

La couleur rouge ou, elliptiquement, La rouge, La partie de la table du jeu de roulette opposée à la partie noire.

Proverbe

Rouge au soir, blanc au matin, c'est la journée du pèlerin, Le ciel rouge au soir, et blanc au matin, présage un beau temps.

Animaux

Perdrix rouge, Espèce de perdrix qui a les pattes et le bec rouges.

Fer rouge

Fer rouge, qui est devenu rouge au feu.

Marqué au fer rouge.

On marque les moutons au fer rouge.

Sens figuré : blesser. Porter le fer rouge dans la plaie.

Boulets rouges

Boulets rougis au feu avant d'être tirés par le canon.

Sens figuré : Tirer à boulets rouges sur quelqu'un ou sur quelque chose, attaquer violemment.

Cheveux roux

Il a les cheveux rouges, il est très roux.

Le chapeau rouge, le chapeau de cardinal.

La pourpre cardinalice, le rouge représente le sang des martyrs.

Peaux Rouges, Indigènes d'Amérique,

Du gros rouge, du vin rouge de mauvaise qualité, du gros rouge qui tache.

Un coup de rouge.

Un bâton de rouge

Le rouge à lèvres

"Rouge baiser" Marque pour produits de maquillage

Rouge Baiser a été le premier rouge à lèvres indélébile imaginé par le chimiste français Paul Baudecroux en 1927. Et autant vous dire qu’au début des années 1900, porter du rouge à lèvres était un acte réservé aux femmes libres ou aux actrices. > http://lacigaleoulafourmi.com/rouge-baiser-ou-le-rouge-a-levres-mat-dont-on-ne-parle-pas-assez/ 

Fard

On dira d'une femme trop fardée de rouge : Cette femme a un pied de rouge, elle a du rouge comme une roue de carrosse.

Être dans le rouge

avoir retiré plus d'argent qu'il ne fallait sur son compte en banque.

La liste rouge répertorie, à la Banque de France, les personnes interdites de chéquiers

Le carton rouge au football est donné comme mauvais point.

Corrections

Les enseignants en général utilisent le stylo rouge pour marquer les fautes ou les corriger.

Les fruits rouges : cerises, fraises, framboises, mûres, etc.

Le raisin rouge, le raisin blanc.

La cochenille est un insecte qui est utilisé pour teindre en rouge.

Pompiers

Le rouge est la couleur des pompiers. La décision d'adopter et d'imposer la couleur rouge pour l'ensemble des véhicules a été adoptée en 1885.

La Croix-rouge française

Elle a pour objectif de venir en aide aux personnes en difficulté en France et à l’étranger.

Fondée en 1864, La Croix-Rouge française est une association loi de 1901, reconnue d'utilité publique depuis 1945.

Maladies rouges

Maladie du pêcher. Maladie des vers à soie. Maladie des chiens et des oiseaux. Maladie des bois qui les rend cassants

Œuvre au rouge - Grand oeuvre - Alchimie

Réalisation de la pierre philosophale susceptible de transmuter les métaux, de guérison infaillible (panacée), et d'apporter l'immortalité.

L'oeuvre au rouge, au blanc, au jaune, au noir.

Œuvre au rouge (iosis, rubedo), sous le signe du Soleil : il y a union du mercure et du soufre. L'alchimiste obtiendrait « le cuivre alchimique, l'argent alchimique, l'or alchimique. Wikpédia

 

Ma petite robe rouge

Cher lecteur,

Il y a bien longtemps de cela, j'étais allée me promener sur le Causse Noir à Montpellier-le-Vieux. C'est, le savez-vous, la capitale de l'un des plus riches amas rocheux du monde. Nul besoin de passer les frontières pour jouir d'un spectacle aussi étonnant.

Alors que je me faufilais entre les rochers escarpés et brûlants en cette journée d'été, j'avisai une prairie verdoyante bien faite pour m'offrir un cadre rafraîchissant. J'arrêtai mes pas et m'assis sur l'herbe. Ce faisant, je pris mes aises et étalai ma robe d'un rouge écarlate et à petits pois blancs, qui, autant qu'il m'en souvienne, était bordée de jolis volants. Vous m'auriez vue, sans mentir, vous vous seriez exclamé : "Quelle délicieuse jeune fille !"

À peine m'étais-je installée là, qu'il se passa une chose tout à fait extraordinaire, si extraordinaire que j'en garde le vif souvenir. Une myriade de papillons voletant à l'entour, tous plus magnifiques les uns que les autres, s'approchèrent de moi et se posèrent avec délicatesse sur ma robe. Elle devint instantanément vivante et papillonnante.

Je n'osai bouger et restai un long moment dans le ravissement.

 

 

Le Mystère des Cathédrales - Jeff Le MAT

http://www.jefflemat.fr/autres/208_fulcanelli.pdf

Page 34

Quant au rouge, symbole du feu, il marque l'exaltation, la prédominance de l'esprit sur la matière, la souveraineté, la puissance et l'apostolat. Obtenue sous forme de cristal ou poudre rouge, volatile et fusible, la pierre philosophale devient pénétrance et idoine à guérir les lépreux, c'est-à-dire à transmuer en or les métaux vulgaires que leur oxydabilité rend inférieurs, imparfaits, "malades ou infirmes".

Fulcanelli, Le Mystère des Cathédrales

Fulcanelli né peut-être en 1839

 

Mots formés sur ROUGE à retrouver sur le Littré.

rouge-aile

rougeasse

rougeâtre

rougeaud(e)

rouge-gorge

rouge-noir

rougeole

rougeot

rougeotte

rougeoyer

rouge-queue

rougeron

rouget.1

rouget.2

rougette

rougeur

rougi

rougie

rougillon

rougir

rougissant

rougissure

Rougement : adverbe, hapax Les boutiques de barbiers (...) avec leurs enseignes, sur leurs carreaux, de jambes et de bras dont le sang jaillit rougement dans un verre (Goncourt, MmeGervaisais, 1869, p. 233).

Voir > Qu'est-ce qu'un hapax

Bibliographie

Entre autres :

Wikipédia

Dictionnaire Littré - Dictionnaire de la langue française

Dictionnaire - Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales...

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 10:37

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les QUIZ

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

QUIZ 110

Repérez les fautes.

La correction suit.

Ma petite chérie,

1 Il y a bientôt un mois que nous avons convenu de nous faire un resto. Bien que j'aie des ennuis pécuniers, mon travail étant mal rénuméré, je n'ai pas hésité à t'inviter. Mais voilà, tu ne réponds ni à mes mails ni à mes coups de fil. Et bien tu n'as pas raison ! 2 Je te serais gré de me contacter au plus vite parce que je commence à m'impatienter. Sache que je suis prêt à payer une somme conséquente pour passer une soirée avec toi. Je t'en prie, quelque soit ta décision, fais-moi signe.

3 Nous irions chez Paulo pour y faire bonne chair ; c'est là où je vais chaque soir ; c'est là où l'on s'est rencontrés la première fois, tu t'en rappelles ? On y dégustera des moules frites. C'est pas si facile au jour d'aujourd'hui de trouver un bistrot correct et pas trop cher. Je te donne jusque demain pour me dire si tu es d'accord.

4 C'est peut-être de ma faute si tu ne m'as pas rappelé. Je suis à peu près sûr maintenant que j'ai mal orthographié ton nom. Pardonne-moi si je fais des fautes. Je peux pallier à cet inconvénient en utilisant Le Littré sur internet. Ce serait autrement plus bête de ma part si je ne faisais pas d'effort pour te plaire. 5 Je sais, tu ne me trouves pas excessivement intelligent. Mais accepte mon invitation. Tu seras contente de mieux me connaître et entre nous, ça risque de marcher. Il faut mieux essayer pour savoir. Je fais cette démarche par acquis de conscience. Je ne voudrais pas que tu me juges mal et que tu crois que je suis un espèce de voyou qui veut t'en compter. 6 Non, tu me plais vraiment. Et j'aimerais que tu m'apprécies, ceci dit dans toute l'acceptation du terme.

Tu vas me rétorquer que j'ai eu jusqu'aujourd'hui un parcours cahotique, fait de hauts et de bas. J'en conviens. Mais c'est du passé.

7 Essayons et nous verrons bien ce que nous en concluerons. Ne renvoyons pas aux calendes un rendez-vous maintes fois manqué. Je suppose que tu réalises que ça ne peut pas durer ainsi. Et malgré que ma patience soit mise à l'épreuve, je ne te lâcherai pas. Néammoins je ne suis pas sensé t'attendre des lustres à te faire désirer. Tu n'es pas sans ignorer que je m'esquinte à vouloir te séduire.

8 Franchement, je ne suis pas un homme frustre comme tu le penses et ton attitude sectariste envers mes opinions ne peut que me déplaire. Tu es omnibulée par mes connaissances intellectuelles, mais je veux bien pardonner ton manque de culture. Comme il est fatiguant de toujours chercher des arguments qui fassent mouche ! J'aimerais te voir, j'aimerais te causer, ma chérie.

9 C'est très dommage que nous ayons eu des différents par le passé. Oublions-les de façon à ce que nous puissions repartir d'un bon pied.

Tu m'as reproché que je bâillais aux corneilles lorsque tu me parlais. Je te promets d'être attentif à ce que tu me raconteras à l'avenir, même si tu m'ennuies. Je sens que si tu ne daignes pas me répondre, ça va mal se finir. Si tu préfères, passe chez moi et amène-moi une bouteille. Pas de la piquette s'il te plaît.

10 Sache que, les choses étant ce qu'elles sont, j'hésite entre deux alternatives : soit te quitter, soit continuer à espérer. Quel dilemne ! Tu me rends pas les choses faciles. Tous les rêves, tous les espoirs que j'ai eus se sont avérés faux. Méfie-toi parce que si tu continues à m'énerver, je pourrais bien t'agoniser d'injures. Et je pourrais bien cesser de t'aimer pour pas que tu me harcèles.11 Arrêtes de me faire du mal ! Tu n'as pas davantage à me torturer. Et ne me rabats plus les oreilles en me faisant croire que tu veux me quitter. Je ne te croirais pas quand même que ce serait vrai. Allez, appelle-moi et j'arrive. Je sais que j'exerce sur toi une attractivité jamais démentie. Je ne sais pas si il faut te le dire mais j'acquière chaque jour des qualités nouvelles et tu aurais tord de refuser de les reconnaître.

12 Chérie, ma petite chérie, je t'aime et je t'adresse ici un ultimatum : réponds-moi de suite ou je décide de te quitter pour toujours et alors tu verras comme tu seras malheureuse. Ce sera tant pire pour toi.

Ton Gédéon

 

CORRECTION

Les expressions familières sont acceptées.

 

1

Ma petite chérie,

Il y a bientôt un mois que nous avons convenu de nous faire un resto. Bien que j'aie des ennuis pécuniers, mon travail étant mal rénuméré, je n'ai pas hésité à t'inviter. Mais voilà, tu ne réponds ni à mes mails ni à mes coups de fil. Et bien tu n'as pas raison !

Ma petite chérie,

Il y a bientôt un mois que nous sommes convenus de nous faire un resto. Bien que j'aie des ennuis pécuniaires, mon travail étant mal rémunéré, je n'ai pas hésité à t'inviter. Mais voilà, tu ne réponds ni à mes mails/courriels ni à mes coups de fil. Eh bien tu n'as pas raison !

2

Je te serais gré de me contacter au plus vite parce que je commence à m'impatienter. Sache que je suis prêt à payer une somme conséquente pour passer une soirée avec toi. Je t'en prie, quelque soit ta décision, fais-moi signe.

Je te saurais gré de me contacter au plus vite parce que je commence à m'impatienter. Sache que je suis prêt à payer une grosse somme pour passer une soirée avec toi. Je t'en prie, quelle que soit ta décision, fais-moi signe.

Ne pas confondre : quoique et quoi que – quelque, quelque... que, et quel que

3

Nous irions chez Paulo pour y faire bonne chair ; c'est là où je vais chaque soir ; c'est là où l'on s'est rencontrés la première fois, tu t'en rappelles ? On y dégustera des moules frites. C'est pas si facile au jour d'aujourd'hui de trouver un bistrot correct et pas trop cher. Je te donne jusque demain pour me dire si tu es d'accord.

Nous irions chez Paulo pour y faire bonne chère ; c'est là que je vais chaque soir ; c'est là qu'on s'est rencontrés la première fois, tu t'en souviens ? On y dégustera des moules frites. Ce n'est pas si facile aujourd'hui de trouver un bistrot correct et pas trop cher. Je te donne jusqu'à demain pour me dire si tu es d'accord.

Ne pas confondre les homophones : adjectif) cher, adverbe) cher, substantifs) la chère, la chair, la chaire, la cheire.

4

C'est peut-être de ma faute si tu ne m'as pas rappelé. Je suis à peu près sûr maintenant que j'ai mal orthographié ton nom. Pardonne-moi si je fais des fautes. Je peux pallier à cet inconvénient en utilisant Le Littré sur internet. Ce serait autrement plus bête de ma part si je ne faisais pas d'effort pour te plaire.

C'est peut-être ma faute si tu ne m'as pas rappelé. Je suis à peu près sûr maintenant que j'ai mal orthographié ton nom. Pardonne-moi si je fais des fautes. Je peux pallier cet inconvénient en utilisant Le Littré sur internet. Ce serait très bête de ma part si je ne faisais pas d'effort pour te plaire.

5

Je sais, tu ne me trouves pas excessivement intelligent. Mais accepte mon invitation. Tu seras contente de mieux me connaître et entre nous, ça risque de marcher. Il faut mieux essayer pour savoir. Je fais cette démarche par acquis de conscience. Je ne voudrais pas que tu me juges mal et que tu crois que je suis un espèce de voyou qui veut t'en compter.

Je sais, tu ne me trouves pas très intelligent. Mais accepte mon invitation. Tu seras contente de mieux me connaître et entre nous, ça peut marcher/ il y a une chance pour que ça marche. Il vaut mieux essayer pour savoir. Je fais cette démarche par acquit de conscience. Je ne voudrais pas que tu me juges mal et que tu crois que je suis une espèce de voyou qui veut t'en conter/te raconter des histoires..

6

Non, tu me plais vraiment. Et j'aimerais que tu m'apprécies, ceci dit dans toute l'acceptation du terme.

Tu vas me rétorquer que j'ai eu jusqu'aujourd'hui un parcours cahotique, fait de hauts et de bas. J'en conviens. Mais c'est du passé.

Non, tu me plais vraiment. Et j'aimerais que tu m'apprécies, cela dit dans toute l'acception du terme.

Tu vas me rétorquer que j'ai eu jusqu'aujourd'hui un parcours chaotique, fait de hauts et de bas. J'en conviens. Mais c'est du passé.

Ne pas confondre : feux et feus – sensé et censé – chaos et cahot – efficace et efficient – émotionné et ému - bruire et bruisser

7

Essayons et nous verrons bien ce que nous en concluerons. Ne renvoyons pas aux calendes un rendez-vous maintes fois manqué. Je suppose que tu réalises que ça ne peut pas durer ainsi. Et malgré que ma patience soit mise à l'épreuve, je ne te lâcherai pas. Néammoins je ne suis pas sensé t'attendre des lustres à te faire désirer. Tu n'es pas sans ignorer que je m'esquinte à vouloir te séduire.

Essayons et nous verrons bien ce que nous en conclurons. Ne renvoyons pas aux calendes grecques un rendez-vous maintes fois manqué. Je suppose que tu te rends compte que ça ne peut pas durer ainsi. Et bien que ma patience soit mise à l'épreuve, je ne te lâcherai pas. Néanmoins je ne suis pas censé t'attendre des lustres à te faire désirer. Tu n'es pas sans savoir que je m'esquinte à vouloir te séduire.

Bien que

8

Franchement, je ne suis pas un homme frustre comme tu le penses et ton attitude sectariste envers mes opinions ne peut que me déplaire. Tu es omnibulée par mes connaissances intellectuelles, mais je veux bien pardonner ton manque de culture. Comme il est fatiguant de toujours chercher des arguments qui fassent mouche ! J'aimerais te voir, j'aimerais te causer, ma chérie.

Franchement, je ne suis pas un homme fruste comme tu le penses et ton attitude sectaire envers mes opinions ne peut que me déplaire. Tu es obnubilée par mes connaissances intellectuelles, mais je veux bien pardonner ton manque de culture. Comme il est fatigant de toujours chercher des arguments qui fassent mouche ! J'aimerais te voir, j'aimerais te parler, ma chérie.

Ne pas confondre participes présents, gérondifs et adjectifs verbaux, en fatiguant fatigant – en convainquant convaincant – en émergeant émergent – en résidant résident...

9

C'est très dommage que nous ayons eu des différents par le passé. Oublions-les de façon à ce que nous puissions repartir d'un bon pied.

Tu m'as reproché que je bâillais aux corneilles lorsque tu me parlais. Je te promets d'être attentif à ce que tu me raconteras à l'avenir, même si tu m'ennuies. Je sens que si tu ne daignes pas me répondre, ça va mal se finir. Si tu préfères, passe chez moi et amène-moi une bouteille. Pas de la piquette s'il te plaît.

C'est bien/vraiment dommage que nous ayons eu des différends par le passé. Oublions-les de façon que nous puissions repartir d'un bon pied.

Tu m'as reproché que je bayais aux corneilles lorsque tu me parlais. Je te promets d'être attentif à ce que tu me raconteras à l'avenir, même si tu m'ennuies. Je sens que si tu ne daignes pas me répondre, ça va mal finir. Si tu préfères, passe chez moi et apporte-moi une bouteille. Pas de la piquette s'il te plaît.

Paronymes – Paronomase + QUIZ N°27 - agonir et agoniser, anoblir et ennoblir, bâiller, bailler et bayer, conjecture et conjoncture, ablation et ablution, recouvrer et recouvrir...

10

Sache que, les choses étant ce qu'elles sont, j'hésite entre deux alternatives : soit te quitter, soit continuer à espérer. Quel dilemne ! Tu me rends pas les choses faciles. Tous les rêves, tous les espoirs que j'ai eus se sont avérés faux. Méfie-toi parce que si tu continues à m'énerver, je pourrais bien t'agoniser d'injures. Et je pourrais bien cesser de t'aimer pour pas que tu me harcèles.

Sache que, les choses étant ce qu'elles sont, j'hésite entre deux solutions/options : soit te quitter, soit continuer à espérer. Quel dilemme ! Tu ne me rends pas les choses faciles. Tous les rêves, tous les espoirs que j'ai eus se sont révélés faux. Méfie-toi parce que si tu continues à m'énerver, je pourrais bien t'agonir d'injures. Et je pourrais bien cesser de t'aimer pour que tu ne me harcèles pas.

11

Arrêtes de me faire du mal ! Tu n'as pas davantage à me torturer. Et ne me rabats plus les oreilles en me faisant croire que tu veux me quitter. Je ne te croirais pas quand même que ce serait vrai. Allez, appelle-moi et j'arrive. Je sais que j'exerce sur toi une attractivité jamais démentie. Je ne sais pas si il faut te le dire mais j'acquière chaque jour des qualités nouvelles et tu aurais tord de refuser de les reconnaître.

Arrête de me faire du mal ! Tu n'as aucun avantage à me torturer. Et ne me rebats plus les oreilles en me faisant croire que tu veux me quitter. Je ne te croirais pas quand bien même ce serait vrai. Allez, appelle-moi et j'arrive. Je sais que j'exerce sur toi une attirance jamais démentie. Je ne sais pas s'il faut te le dire mais j'acquiers chaque jour des qualités nouvelles et tu aurais tort de refuser de les reconnaître.

L'impératif présent et l'impératif passé – Ne mettre un -S que là où il faut

12

Chérie, ma petite chérie, je t'aime et je t'adresse ici un ultimatum : réponds-moi de suite ou je décide de te quitter pour toujours et alors tu verras comme tu seras malheureuse. Ce sera tant pire pour toi.

Chérie, ma petite chérie, je t'aime et je t'adresse ici un ultimatum : réponds-moi tout de suite ou je décide de te quitter pour toujours et alors tu verras comme tu seras malheureuse. Ce sera tant pis pour toi.

Voir aussi :

Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes - 1re partie + QUIZ 30

Les barbarismes et les solécismes vous irritent-ils ou vous amusent-ils ? 2e partie - QUIZ 31

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les QUIZ

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 11:37

 FLORILÈGE

ACCUEIL & SOMMAIRE

Les diverses catégories (ou tags)

Tous les articles du blog

 

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Un florilège de textes sélectionnés par mamiehiou

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

 

-43-

 

Texte sur Montaigne recueilli dans

L'Histoire de la littérature française (1920)

par Gustave Lanson 1857-1934

 

Livre:Lanson - Histoire de la littérature française, 1920

https://fr.wikisource.org/.../Livre : Lanson

 

 

Michel de Montaigne 1533-1592

Écrivain, philosophe et moraliste de la Renaissance

LES ESSAIS

"Je suis moi-même la matière de mon livre."

 

Extraits

Page 328

Mais enfin voilà le produit net de sa vaste et curieuse enquête : à travers tous ces faits, témoignages et arguments qui se choquent confusément, ceci seul apparaît, que les hommes ne sont d’accord sur rien, qu'ils ne savent rien : en politique, en législation, en morale, en religion, en métaphysique, les peuples donnent des démentis aux peuples, les siècles aux siècles ; le vulgaire se divise, et les savants s’accusent de rêverie ou d’ânerie. Ni la souple et ployable raison n’a su trouver une vérité constante, ni l’ondoyant et divers instinct n’a pu établir une forme universelle de vie. C’est un chaos de systèmes et de pratiques, où il se manifeste que l’homme ignore ce qu’est son âme, et son corps, et l’univers, et Dieu : l'Apologie de Raimond Sebond, cet immense chapitre de trois cents pages, est le recueil de toutes nos ignorances, erreurs, incohérences et contradictions, et conclut au doute absolu, universel. Logé au centre du livre, il en dégage l’esprit, il en concentre pour ainsi dire toute l’essence. C’est l’impression du moins qu’on en doit d’abord ressentir.

 

Mais, à la réflexion, on se demande si Montaigne est vraiment un sceptique : si son scepticisme est universel. Je remarque que toutes ces choses dont il doute et nous fait douter, sont justement celles pour lesquelles les hommes se cassent la tête, au propre comme au figuré. Je remarque que ce sont celles qui dépassent l’expérience et le raisonnement, sur lesquelles nombre de gens, qui n’étaient pas sceptiques, ont déclaré impossible à l’esprit humain d’acquérir aucune certitude, et que divers dogmatismes très positifs ont dénommé l’inconnaissable. Et dès lors le scepticisme de Montaigne sur les objets métaphysiques est un scepticisme transcendental, très limité par conséquent et circonscrit. Je remarque encore que le doute de Montaigne atteint avec la métaphysique d’autres choses, mais qui sont précisément comme un écoulement de la métaphysique dans la réalité : et je crois bien que son scepticisme transcendental a surtout pour but de couper dans la racine les affirmations métaphysiques dont notre vie sociale reçoit sa forme, et pour lesquelles nous nous coupons la gorge. Et je remarque enfin qu’au delà de la métaphysique et de ses émanations de l’ordre pratique, Montaigne travaille à nous faire douter des formes multiples où nous réalisons nos instincts, à nous persuader

que ces formes, toutes relatives à nous, ne sont pas ces instincts, ni ne leur sont essentielles ; que donc nous ne devons pas nous opposer, nous diviser par là, ni refuser de voir nos semblables dans des hommes qui ne prient pas, ne parlent pas, ne s’habillent pas comme nous : est-ce raison d’assommer des sauvages parce qu’ils ne portent pas de hauts-de-chausses ?

 

Qu’est-ce à dire, sinon que Montaigne donne le scepticisme pour remède au fanatisme ? pas moins, pas plus. Il veut mettre dans le monde tout juste assez de doute pour que le monde vive en paix, pour que Montaigne ne soit tracassé, tourmenté ni par ses passions, ni par les passions de ses voisins : prêcher la tolérance, c’est fort bien ; insinuer le Que sais-je ? est plus sûr. Qui supprime la cause, supprime l’efTet. Son scepticisme, c’est le secret de vivre à l’aise au milieu des guerres civiles, et le secret d’éteindre les guerres civiles, qui empêchent de vivre à l’aise. [...]

 

Page 323

Michel de Montaigne est un aimable homme, quand il parle de soi (et il en parle toujours), mais jamais plus que lorsqu’il parle de cette partie de lui qui est son intelligence, ses idées : alors il devient singulièrement intéressant ; alors il nous parle de nous, en parlant de lui ; il nous confesse, en se confessant ; il nous guide, en s’orientant. Il est parti de ce point de départ, dont chacun de nous, s’il était franc, prendrait bien volontiers l’analogue en lui—même : qu’il n’y avait rien de plus intéressant au monde pour lui que Michel de Montaigne, et que l’objet de son étude devait être ce qu’était, ce que sentait, ce que voulait Michel de Montaigne, pour lui ménager le plus de commodité, d’aise et de bonheur en cette incertaine vie. Mais regardant en lui, il y a trouvé quelque chose de plus que lui-même, l’homme : et il a trouvé aussi qu’il ne se connaîtrait bien lui-même qu’en regardant hors de lui : ses voisins de Gascogne d’abord, ses voisins de France aussi, ses voisins d’Allemagne et d’Italie, ses voisins d’Amérique, ses voisins enfin de tout ce « petit caveau » qui est la terre dans l’univers : et les voisins du temps comme les voisins de l'espace, les gens d'hier et d'avant-hier, et d'autrefois, l’humanité qu’on appelle ancienne.

 

Et voilà qu’en cherchant Montaigne, il a vagabondé de corps et d’esprit, surtout d’esprit, à travers tous les pays et tous les siècles : en cherchant les plus douces assiettes et les plus aisées postures, il a essayé toutes les assiettes et toutes les postures où la pauvre humanité s’est figurée à chaque moment trouver le repos pour l’éternité des siècles. Pour faire rendre le plus de réel bonheur à ses cinq ou six mille livres de rente qu’il mangeait en son castel, il a confronté avec sa Gascogne et sa France les deux mondes découverts depuis un siècle, le monde de la nature, les sauvages de l’Amérique, et le monde de la civilisation. les penseurs opinions, les mœurs, depuis la façon de s’habiller jusqu’à la morale et la religion, le plus universel, épouvantable et grotesque conflit qui se puisse imaginer. Il nous a apporté fidèlement, naïvement, triomphalement les résultats incohérents de son enquête. Il a recueilli de ses conversations, des relations des voyageurs, de

tous les écrits des anciens, le plus volumineux dossier des contradictions humaines. On peut même soupçonner qu’il prend grand plaisir à l’enfler, et regarde au nombre plus qu'au choix : témoin ces amours d’un éléphant et d’une bouquetière en la ville d’Alexandrie, dont il nous fait part gravement, et je ne sais combien d’autres sottises, auxquelles il se donne l’air de croire. Il se moque de nous, au fond : s’en moque-t-il toujours autant qu’on aimerait à le penser ? Prenons bien garde que la critique historique est la dernière née, et que la critique philosophique pendant deux ou trois siècles a fait son œuvre sans elle et même parfois contre elle. Je ne garantis pas du tout dans quelle mesure ce grand douteur de Montaigne savait douter d’un texte.

 

Voir d'autres textes d'auteurs dans : FLORILÈGE

ACCUEIL & SOMMAIRE

Les diverses catégories (ou tags)

 

Le numéro 440 du magazine LIRE de novembre 2015 a été consacré à Michel de Montaigne. > Les magazines LIRE de 2015

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Florilège - la pensée des autres
commenter cet article
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 18:13

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Il est bien difficile de se dire : "Je suis très malade. J'ai la certitude que je vais mourir."

Ce qui est insupportable, c'est quand on voudrait faire encore beaucoup de choses, comme si le monde attendait de nous qu'on réalise ce qui nous emplit la tête. On regrette de ne pas pouvoir mettre en route ce dont on rêvait, de petites choses, à coup sûr, de petites choses. Il ne reste plus de temps pour envisager de grands projets. Et l'on regrette déjà ce qu'on est sur le point de quitter, comme si, en se projetant dans un futur qui n'existe pas on imaginait précisément ce qu'on aurait pu faire et ce dont on aurait pu être fier, ce que les autres auraient peut-être aimé, apprécié, admiré, qui sait.

 

La vanité n'a pas de limites, non pas cette vanité qui veut qu'on se prétende meilleur que les autres, mais la vanité qui, en définitive, nous fait entrevoir que tout est vain.

Vanitas vanitatum dixit Ecclesiastes vanitas vanitatum omnia vanitas.

Vanité des vanités, dit l'Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité.

 

Alors que reste-t-il après que la colère, le déni, et le désespoir ont fait leur oeuvre ? Il reste à être prêt à partir, pour le grand voyage. Il nous reste à rouler dans notre tête des mots, supportant des pensées insupportables mais qu'on supporte malgré tout ; il le faut bien.

 

C'est alors qu'arrive la résignation.

Eh bien, puisqu'il faut mourir, mourons !

Nous sommes biologiquement appelés à mourir, quoi qu'on en dise.

Issue incontournable qui nous rend tous égaux. Et bientôt...

Quant de la chair, que trop avons nourrie,
Elle est pieça devoree et pourrie,
Et nous les os, devenons cendre et pouldre.
De nostre mal personne ne s'en rie :
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre !
1

Ainsi doit s'accomplir notre destinée.

 

Il y a beau temps qu'on connaît le verset biblique : Tu es poussière et tu retourneras à la poussière. [Genèse 3:19]

Quand nous l'avons lu ou entendu la première fois, qu'avons-nous compris ? Qu'en avons-nous retenu ? En avons-nous été bouleversés ? Était-ce une mise en garde ? Un appel à la lucidité ? Tout orgueil ne s'est-il pas effacé d'un seul coup devant la prise de conscience de notre fragilité, de notre fin inéluctable ? Non, la plupart d'entre nous ont continué à vivre comme si de rien n'était, comme si l'on ne devait jamais mourir. L'homme pressé n'a pas à se soucier d'une pareille affaire.

J'ai cherché sur la toile le nombre total de personnes ayant vécu sur la Terre : 108 milliards.

Source : Quel est le nombre total de personnes ayant vécu sur la Terre

On en déduit aisément le nombre de celles qui sont passées de vie à trépas. Alors moi, que suis-je ? Moi qui compte pour une. Une sur plus de 100 millards. Une poussière parmi cet amas de poussière.

 

Qu'importe ! pourrais-je dire. Qu'il y en ait une de moins. Qu'importe ! Que cent ans passent, je serai oubliée.

On se rebiffe cependant. Quand on sait qu'on meurt, ce ne sont pas des autres qu'il est question, c'est du seul être auquel on soit viscéralement attaché : soi-même, encore qu'il y en ait quelques-uns qui se détachent d'eux-mêmes avec sérénité, sauf à se dire, en se donnant ainsi l'illusion de la liberté, que le suicide est encore possible ce qui, dans certaines circonstances ne l'est pas et qu'il reste une porte de sortie, une porte de sortie misérable ou courageuse ; ainsi le jugeront ceux qui ont eu vent de nous. Faut-il qu'ils soient prétentieux ceux qui se risqueront à imaginer ce que nous avons été pour avoir pris une telle décision ?

Se projeter dans l'avenir, toujours, malgré le point de non retour qu'on se décide à franchir...

 

Le croyant pense à l'Au-delà. Que sa foi soit ferme ou fragile, il tremble. Les saints sont-ils les seuls à ne pas trembler ? Quelle erreur de le croire ! Bon nombre d'entre eux ont tremblé, ont douté même ce qui n'enlève rien à leur sainteté.

On doute, et ce n'est point pécher que douter. Quelle conscience aiguë d'être quand on doute2 !

L'agnostique, indécis, suspend son jugement.

En droite ligne du stoïcien, celui-là même qui travaille à acquérir la tranquillité de son esprit pour parvenir à l'ataraxie où l'âme devient maîtresse d'elle-même au prix de la sagesse acquise3, je me répète :

[...] il faut donc que je meure. Je ne suis pas l'éternité ; je suis un homme, une partie du tout, comme une heure est une partie du jour. Une heure vient et elle passe ; je viens et je passe aussi : la manière de passer est indifférente ; que ce soit par la fièvre ou par l'eau, tout est égal. Épictète4

 

Rejoindre le Grand Tout, et s'y fondre, voilà peut-être la question.

 

Qui n'a pas ressassé le monologue d'Hamlet ? Qui ne s'est pas tourmenté en pensant à l'ultime instant ? Être ou ne pas être.5

Hamlet.

To be, or not to be - that is the question :
Whether 'tis nobler in the mind to suffer
The slings and arrows of outrageous fortune
Or to take arms against a sea of troubles,
And by opposing end them. To die - to sleep -
No more ; and by a sleep to say we end
The heartache, and the thousand natural shocks
That flesh is heir to. 'Tis a consummation
Devoutly to be wish'd. To die - to sleep.
To sleep - perchance to dream : ay, there's the rub !
For in that sleep of death what dreams may come
When we have shuffled off this mortal coil,
Must give us pause. [...]

 

Être, ou ne pas être, c’est là la question. Y a-t-il plus de noblesse d’âme à subir la fronde et les flèches de la fortune outrageante, ou bien à s’armer contre une mer de douleurs et à l’arrêter par une révolte? Mourir.., dormir, rien de plus... et dire que par ce sommeil nous mettons fin aux maux du cœur et aux mille tortures naturelles qui sont le legs de la chair: c’est là un dénouement qu’on doit souhaiter avec ferveur. Mourir.., dormir, dormir ! peut-être rêver ! Oui, là est l’embarras. Car quels rêves peut-il nous venir dans ce sommeil de la mort, quand nous sommes débarrassés de l’étreinte de cette vie ? Voilà qui doit nous arrêter.

Traduction de Hugo, François-Victor (http://fr.wikisource.org)

 

À quoi servirait de vouloir connaître toute la littérature sur la mort ? Elle ne nous apprendrait rien de plus. À quoi servirait de savoir ce que tous les philosophes ont écrit sur ce qu'a été et sera toujours leur principale préoccupation ?

Quand il s'agit de notre propre mort, on ne peut que s'étonner. On sait que la mort existe, et l'on s'étonne. C'est mon heure ? Est-ce possible ? J'ai si peu vécu !

Car enfin, on ne connaît la mort que par ouï dire, même si l'on a assisté à la mort de ses proches, à la mort d'inconnus qui ont croisé notre chemin. La mort, c'est avant tout celle des autres.

 

Me revient en mémoire la nuit de la mort de ma mère.

Ô nuit désastreuse6 qui ne cesse de me faire trembler lorsque j'y pense ! Ces instants douloureux où, à son chevet, j'accompagne dans la mort celle qui m'a donné le jour, celle qui m'a donné, sans mélange, sa tendresse, son amour, je les revis encore aujourd'hui en pensée. La résilience n'a pas encore fait son oeuvre...

 

On se fait une idée de la mort. Chacun a son idée, une idée qui lui est propre ; mais quand la mort est là, l'idée disparaît. La mort même n'existe plus.

 

En nos temps troublés, il n'est pas de jours où notre monde nous renvoie les pires scènes de massacres, de crimes, de guerre, d'attentats7 l'humanité souffrant des pires atrocités perpétrées par l'homme lui-même.

 

Je ne veux pas manquer d'évoquer ici la pensée de Michel de Montaigne. Qui mieux que lui a approché la mort au plus près, par son corps souffrant, par sa pensée lucide et éclairante ?

[...] si elle nous faict peur, c'est un subject continuel de tourment, et qui ne se peut aucunement soulager. Il n'est lieu d'où elle ne nous vienne. Nous pouvons tourner sans cesse la teste çà et là, comme en pays suspect : quæ quasi saxum Tantalo semper impendet.8[...]

*ce rocher de Tantale, toujours suspendu sur [notre] tête [Cicéron]

 

A-t-on voulu conjurer la mort en inventant les fantômes, les zombies, Halloween, les lieux hantés ? Histoires que tout cela, bien que certains d'entre nous y croient comme fer. Peut-être pour apprivoiser la mort ou pour l'exorciser, pour la rendre plus tangible, plus humaine (?), plus vulnérable. Ne la voit-on pas se promener çà et là brandissant sa faux ? La mort, la Faucheuse. La Grande Faucheuse.

Voir sur la toile : Images correspondant à la grande faucheuse

 

On pourrait croire que lire sur la mort apporterait quelque sérénité, l'illusion de mieux la connaître, de mieux l'appréhender peut-être. Il n'en est rien. Non, il n'en est rien. Elle se dressera un jour ou l'autre devant nous, inquiétante, menaçante, effrayante. On veut l'apprivoiser, elle nous échappe. La mort n'est point une allégorie, c'est une réalité qui s'efface au moment où elle fait son oeuvre.

 

Aucune crainte que les pensées mortifères que je viens d'égrener ne m'empêchent de continuer à vivre, à rire et à aimer, aussi longtemps qu'il me restera un souffle !

Plaise à Dieu que, le moment venu, nous puissions dire comme Jean d'Ormesson : Je dirai malgré tout que cette vie fut belle9.

 

Notes

1-La Ballade des pendus, François Villon > Une petite histoire de la Langue Française – Chapitre 8 Villon

2- Cogito ergum sum - Je doute donc je suis – René Descartes

3-Ataraxie - ATARAXIE http://www.cnrtl.fr/definition/ataraxie

4-ÉPICTÈTE - Entretiens - Ce qui dépend de nous et ce qui ne dépend pas de nous

5-Hamlet Acte 3, scène 1, William Shakespeare

6-Ô nuit désastreuse ! ô nuit effroyable Jacques-Bénigne Bossuet Oraison funèbre d'Henriette d'Angleterre 1670

7-Les attentats de Paris du 13 novembre 2015 nous ont ébranlés il y a peu.

8-Que Philosopher, c'est apprendre à mourir - Montaigne Essais Livre I Chapitre XIX.

9-Je dirai malgré tout que cette vie fut belle, Jean D'Ormesson, texte à paraître en librairie le 1er janvier 2016

 

Pour en lire plus :

http://agora.qc.ca/thematiques/mort/categories/etudes_sur_la_mort/la_mort_perceptions_et_figurations

Encyclopédie sur la mort | Accueil - Encyclopédie sur la mort

agora.qc.ca/thematiques/mort/

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans contes-nouvelles-poèmes
commenter cet article
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 14:50

 

  ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Textes d'auteurs à retrouver dans la catégorie > Florilège - La pensée des autres

 

Mes articles sur le magazine LIRE :

Introduction > Les magazines LIRE - Le rêve d'un classement

> Les magazines LIRE à bâtons rompus

> Les magazines LIRE de 2005 à 2014

ET  >>>> Le Magazine LIRE 2017- 2016 (SUITE)

 

En vert, quelques notes de Mamiehiou

Pour en savoir un peu plus sur LIRE en 2015

 Pour retrouver un auteur, une oeuvre, Cliquez sur Ctrl + f

 

441 décembre 2015 et janvier 2016

J'ai lu, le coeur déchiré le mot n'est pas trop fort le dernier édito de François Busnel. Il quitte le magazine.

Depuis toujours mes lectures m'ont servi de guide. Elles m'ont appris notamment, que nous sommes ce que nous faisons [...]

Le journaliste n'a pas de plan de carrière ; il vagabonde, guidé par sa passion, conscient que le clou qui dépasse appelle tôt ou tard le marteau.[...]

 Amis, lectrices, lecteurs, je vous remercie de votre fidélité.

Nous aurons d'autres rendez-vous...

Il y a tant à vivre, tant à faire.- F. Busnel

Vous avez tant de cordes à votre arc, Monsieur Busnel. Bon vent !

............

Tweets de Julien Bisson du 27 novembre 2015 menu deLIRE

Le nouveau #Lire est en kiosques ! Spécial #20meilleurs et Beaux livres...

Ça y est, il est en kiosques et chez nos abonnés : le numéro de décembre/janvier de Lire, spécial "20 meilleurs livres de l'année" ! Un numéro dans lequel vous trouverez tous nos conseils de lecture et de cadeaux avant les Fêtes de fin d'année...
Au programme de ce numéro :
- Les 20 meilleurs livres de l'année : découvrez les choix de Lire dans chaque genre littéraire, et bien évidemment le meilleur livre de l'année, "2084 - La fin du monde", de Boualem Sansal (Gallimard)
- Grand entretien : Boualem Sansal, justement ! Quelques jours seulement avant ce 13 novembre fatidique, l'écrivain algérien était longuement revenu avec nous sur le péril djihadiste et les mécanismes du fanatisme, mais aussi sur son propre parcours intime et littéraire.
- Spécial Beaux Livres : une sélection de 20 pages qui vous proposera les plus beaux ouvrages en matière de peinture, de photo, d'histoire, de cuisine, de bande dessinée ou de pop culture - vous ne manquerez pas d'idées de cadeaux !
- Enquête : comment la littérature se met sur son 31 pour les Fêtes ? Nous avons interrogé libraires et éditeurs, qui vous dévoilent les petites attentions qu'ils réserent aux lecteurs en cette période de Noël.
- L'Univers : découvrez l'atelier de l'artiste Ernest Pignon-Ernest, en banlieue parisienne, où s'affichent héros littéraires, femmes dénudées, mais surtout une conception de l'art très engagée.
- Rentrée littéraire 2016 : retrouvez en avant-première, et en exclusivité, les premières pages des livres les plus attendus de la rentrée : Edouard Louis, Olivier Adam, Jean d'Ormesson, Philippe Claudel ou encore le premier roman inédit d'Haruki Murakami.
- Jeunesse : Quelques jours avant l'ouverture du Salon du livre de Montreuil, découvrez les coulisses de cette grande messe de la littérature jeunesse. Et plongez-vous dans l'oeuvre de Lewis Carroll, dont le célèbre "Alice au pays des merveilles" fête cette année ses 150 ans...
N'hésitez pas à partager avec vos amis ! Toute la rédaction de Lire est en tout cas engagée, dans ces heures sombres, pour la défense de la culture, de la littérature, bref, de la vie. Bonne(s) lecture(s) à tous !

Ils sont dans le nouveau #Lire : @edouard_louis, @harukimurakami_, @GrandeLibrairie, @paullynchwriter, @SLPJ93, @stephdegroodt ... @officialKeef, @Victordelarbol, @Ryan_Gattis, @galfard, @s_bramly, @DavidFoenkinos, @AnneSophiePic @miles_hyman, @EmmanuelPierrat, @richardhoskins, @phoebelouise, @JaxMillerAuthor, @lawrence_wright ...

..............................................

2084 - La fin du monde de Boualem Sansal - Le meilleur livre de l'année pour le magazine #Lire

Voir :http://bit.ly/1kVmEJ0 

Extraits

Histoire de la violence par Edouard Louis

Creusant le noir de l'âme humaine, cette Histoire de la violence n'est sans doute pas un livre "agréable". mais c'est un livre riche, profond, terriblement puissant.[...]- Julien Bisson

La renverse par Olivier Adam

Il sera évidemment tentant de vouloir déchiffrer les clés du roman librement inspiré de l'affaire George Tron  (par ailleurs maire de Draveil, la ville natale de l'auteur). On aurait tort de ne lire la Renverse que sous le prisme du fait divers ou du règlement de comptes politique [...]- Julien Bisson

Je dirai malgré tout que cette vie fut belle par Jean d'Ormesson

Je ne me suis jamais ennuyé avec moi.- Jean d'Ormesson 

L'arbre du pays Toraja par Philippe Claudel

Ecoute l'histoire du vent - Flipper - 1973 - par Haruki Murakami

C'est un petit évènement : trente-sept ans après leur publication au Japon, les deux premiers ouvrages d'Haruki Murakami vont enfin voir le jour en France.. deux romans courts et intrigants "écrits sur une table de cuisine", comme le raconte l'écrivain nippon dans une préface passionnante [...]- Julien Bisson

Les écrivains du bac Lewis Carrol

 

Sur Wikipédia, on peut lire :

Anciens responsables (direction ou rédaction) de LIRE

Jean-Louis Servan-Schreiber

Bernard Pivot (1975-1993)

Pierre Assouline (1993-2004)

François Busnel (2004-2015)

  

440 novembre 2015

Le menu de LIRE de Julien Bisson sur facebook, le 29 octobre 2015 (sur twitter)

> Lire

Ça y est, il est disponible en kiosques aujourd'hui : le numéro de novembre de LIRE ! Avec un dossier spécial de 22 pages dans lequel nous vous expliquerons pourquoi Montaigne est notre contemporain, un entretien exclusif avec Dennis Lehane, et le meilleur des livres de l'automne, à découvrir sans tarder...

Au sommaire de ce numéro :

- Montaigne, notre contemporain : vous saurez tout sur l'auteur des "Essais" grâce aux analyses d'Antoine Compagnon, Jean-Michel Delacomptée, Jean d'Ormesson, André Comte-Sponville, Alberto Manguel, Stefan Zweig ou Eric-Emmanuel Schmitt...

- Entretien exclusif : nous sommes allées rencontrer Dennis Lehane, chez lui, à Los Angeles, pour un entretien au long cours avec l'auteur de "Mystic River" et "Shutter Island".

- L'univers de Zep : l'auteur de "Titeuf" nous a ouverts les portes de son château, au bord du lac Léman, où il s'est aménagé un large atelier où vivent ses rêves d'enfants.

- Extraits : découvrez en avant-première, et en exclusivité, les premières pages des nouveaux livres de Sandor Marai, Alberto MAnguel, Cédric Villani, sans oublier la nouvelle pièce de théâtre de Yasmina Reza.

- Le débat de Lire : y a-t-il une littérature noire ? Entretien croisé avec deux des meilleurs romanciers actuels, l'Américain James McBride et le Canado-haïtien Dany Laferrière.

- Climat : à quelques semaines de la Cop 21, nous avons fait le tour pour vous des essais qui explorent et dissèquent l'urgence climatique.

- Le témoin du mois : deux semaines après l'attentat qui a frappé Ankara, la grande Oya Baydar évoque pour nous le péril qui plane sur la démocratie turque.

- Sans oublier : les nouveaux livres de Philippe Claudel, Raymond Carver, Yann Queffelec, Diane Ducret, Michel Faber, Alice McDermott, Serge Bramly, et bien d'autres encore...

Bonne(s) lecture(s) à tous ! N'hésitez pas à partager l'annonce de ce nouveau numéro. Et nous vous souhaitons un très bel automne, sous le signe des livres...

Un magnifique numéro sur Montaigne

Dans l'édito de François Busnel (extraits)

La lecture des Essais peut nous procurer ce "supplément d'âme" que cherchent tous ceux qui résistent à cette civilisation du chiffre, du profit, du mensonge, du superflu – cette civilisation où chacun veut régner, thésauriser, bâtir", comme l'écrit l'auteur des Essais.

Lire Montaigne en ces temps où triomphent les fanatismes - religieux et financiers - est plus que nécessaire.[...]

Je gage que les lecteurs de LIRE sont ceux qui préfèrent "une tête bien faite à une tête bien pleine". Qu'ils affectionnent cette définition de l'amitié : "Parce que c'était lui, parce que c'était moi." Et savent bien que "sur le plus haut trône du monde, on n'est toujours assis que sur son cul."

Hommage à Henning Mankell, auteur et citoyen engagé, qui vient de mourir d'un cancer à l'âge de 67 ans.

On peut suivre la série des enquêtes de Wallander, en ce moment, tous les vendredis sur la 12.

Montaigne notre contemporain.

Figure majeure de la Renaissance intellectuelle, l'auteur des Essais connut les guerres de religions, la violence politique et la conquête coloniale. De la contemplation de ce monde chancelant, il tira une oeuvre universelle sur "l'humaine condition", dont les leçons de liberté, de sagesse et de tolérance ont su traverser les siècles pour venir éclairer aujourd'hui notre époque.

Un classique, Montaigne ? Evidemment. Mais un classique à la modernité effarante, à (re)découvrir sans tarder.

Leur Montaigne, par Jean d'Ormesson, André Comte-Sponville, Eric-Emmanuel Schmitt...

L'homme de la tolérance, par Jean d'Ormesson

Comme disait Paul Valéry, je suis rarement de ma propre opinion. Je suis toujours tenté d'être d'accord avec mon adversaire... Pour Montaigne, c'est le principe même de la tolérance. Il faudrait faire lire cela aux Le Pen et aux djihadistes ! D'autant que pour lui, la tolérance va de pair avec la modestie et le courage. Il montre merveilleusement qu'à la racine de la pensée, il y a l'honnêteté. [...] Jean d'O.

Le philosophe fortuit par André Comte-Sponville

Maître de liberté, de lucidité, de tolérance, Montaiegne est une arme contre tout fanatisme, sans jamais tomber dans quelque nihilisme que ce soit. [...]André C-S

Utile car incertain par Eric-Emmanuel Schmitt

Montaigne, c'est l'homme qui cherche, pas celui qui a trouvé. Il ne nous apprend ni sa philosophie, ni la philosophie, mais à philosopher. Auprès de lui, on s'étonne, on analyse, on fouille, on émet des hypothèses, on doute, on recommence, on se confronte aux théories passées ou présentes, on les soupèse, on s'en approche, on s'en éloigne, on reprend le chemin, on marche. [...] E-E Schmitt

L'ami de la raison par Alberto Manguel

Notre temps se délecte de bêtises et fait l'éloge de la banalité.[...]

Borgès, dans un texte de 1957, dit que la décision prise par Montaigne d'écrire les Essais fut "la plus paisible des révolutions françaises" par sa volonté de se mettre lui-même au coeur de ses réflexions sur le monde.[...]A. Manguel

Extrait MONTAIGNE par Stephan Zweig

Introduction de Julien Bisson : [...] Fin psychologue, Zweig y sculpte la statue imposante d'un penseur universel, , héraut de la liberté et de cette fameuse "citadelle intérieure" que chaque homme se doit de bâtir, afin de se protéger des tumultes du monde. Sans doute cherchait-il dans ces lignes un antidote à ses douleurs. Cela ne suffira pas : quelques semaines après avoir achevé le texte, Zweig se suicidera avec son épouse Lotte. Publié à titre posthume, en 1960, ce livre testament, intense et épuré, en dit autant sur l'auteur que sur son modèle. Et vient relier à travers les siècles deux "hommes libres", unis par leurs préoccupations de l'humaine condition.

 

439 octobre 2015

Le menu de Lire d'octobre par Julien Bisson d'après son tweet du 23 septembre 2015

>> fb.me/7H82qeds9

le numéro d'octobre de LIRE, spécial littérature étrangère ! Soit 50 pages de portraits, reportages, critiques et extraits pour vous ouvrir à tous les horizons du monde...

Au programme de ce numéro très international :
- Jim Harrison, le dernier des géants : François Busnel est allé rencontrer l'écrivain américain, chez lui, au coeur du Montana. Il en a ramené un reportage exclusif, où il sera question de parties de pêche, de l'identité américaine, de bons vins français, de l'importance de l'ail dans la vie. Et, surtout, de littérature.

- Univers : Toni Morrison nous a ouvert les portes de sa maison de Grand View, au nord de New York, où elle vit et écrit depuis près de 40 ans. Une rencontre rare, dans l'intimité d'une prix Nobel de littérature.

- Notre sélection des 10 romans incontournables de la rentrée étrangère, des 10 écrivains à découvrir venus des 4 coins du monde, et des meilleurs polars de l'automne.

- Extraits : les premières pages des livres phares de l'automne, signés Ian McEwan, William Boyd, Harper Lee et Henning Mankell.

Mais aussi, dans ce numéro :
- Un grand portrait de Joël Dicker, que nous sommes allés rencontrer sur les bords du Lac Léman pour son nouveau roman, "Le Livre des Baltimore"

- En exclu, quelques planches de la BD la plus attendue de l'automne : le nouveau Corto Maltese !

- Les biographies événements de Louis Aragon, Claude Lévi-Strauss et Robert Musil.

- Sans oublier nos coups de coeur romans, théâtre, BD, sciences, histoire, gastronomie, etc...

L'édito de François Busnel

De toute crise naît un destin. Celui de Jim Harrison est tissé de gloire et de défaites, de rebonds et de drames, de couronnements et d'errances. Sur cet écrivain devenu culte courent bien des anecdotes. Certaines sont totalement farfelues. D'autres sont exagérément vraies. Toutes ont contribué à forger sa légende. Celle de "Poor little Jimmy" comme on l'appelait enfant, devenu "Big Jim" [...]

Extraits

Ian McEwan – L'intérêt de l'enfant

Ouvrir un nouveau roman de Ian McEwan, c'est retrouver, avec une joie non dissimulée, sa prose élémentaire et acérée qui découpe ses personnages au scalpel avec une cruauté raffinée. L'héroïne de l'Intérêt de l'enfant n'est pas médecin, mais elle aussi, pourtant, tient la vie de ses semblables entre ses mains. Juge aux affaires familiales, Fiona Maye doit chaque jour trancher des différends complexes, de l'éducation d'un enfant après un divorce à la séparation nécessaire de deux bébés siamois. Des affaires pénibles qui ne sont pas sans conséquences pour cette femme sensible, cultivée et respectée par ses pairs. Son couple, surtout, est en péril [...] - Julien Bisson

William Boyd – Les vies multiples d'Amory Clay

Au fil de sa carrière, William Boyd a multiplié les portraits d'artistes avec l'Histoire, imaginant les carnets d'un écrivain dans A livre ouvert, ou dressant la monographie d'un peintre (fictif) dans Nat Tate : Un artiste américain. Dans son nouveau roman, l'auteur capture cette fois les" mémoires" d'une photographe de caractère dont le destin épousera celui du siècle dernier. Née en 1908 dans l'Angleterre Edouardienne, Amory Clay se prend de passion pour l'image lorsqu'un séduisant oncle lui offre son premier appareil photo, un Kodak Brownie n°2 . Dans une époque où la photographie reste une activité indécrottablement masculine, la jeune femme devra jouer des coudes pour se faire une place au soleil. Elle découvrira alors le Berlin décadent des années 1920, visitera New York et Paris, avant d'embarquer pour le Vietnam comme photoreporter [...] - Julien Bisson

Harper Lee – Va et poste une sentinelle

Elle n'avait jusqu'ici publié qu'un seul livre. Et non des moindres ! Paru en 1960 le roman culte Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur marqua plusieurs générations de lecteurs américains. Roman culte parce qu'emblématique d'une époque et de son climat politique [...] Mais voilà qu'en février 2015, l'éditeur newyorkais d'Harper Lee annonce la sortie d'un second livre, plus d'un demi-siècle après le premier ! Son retour perpétue avec grand bruit la légende : l'avocate de l'écrivaine aurait par hasard retrouvé le tapuscrit de ce texte inédit accroché à celui du best-seller. Certains suspectent que la vieille dame, manipulée, n'aurait pas donné son accord pour la publication du texte écrit plus tôt dans les années cinquante [...]- Estelle Lenartowicz

Henning Mankell – Sable mouvant Fragments de ma vie

[...] La vie consiste la plupart du temps en hasards qui viennent pour ainsi dire à notre rencontre", écrit-il. Les "hasards" du cancer l'amènent à retrouver le sens des priorités. Ainsi, vivre avec la peur ne l'empêchera pas de relire Robinson Crusoé et Au coeur des ténèbres, d'écouter Miles Davis et Beethoven, de penser à la route de Salamanque, aux ruelles de Maputou ou de retrouver l'émotion ressentie un soir près d'Athènes, en parcourant le théâtre antique. H. M. ne fait jamais son bravache dans ce récit. Et lorsqu'il affirme qu'il "parle de la joie de vivre", nous le croyons.- Christine Ferniot

Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero – Corto Maltese Sous le soleil de minuit

C'est un retour aussi inattendu que redouté ! Vingt ans après la disparition de son créateur Hugo Pratt, Corto Maltese va de nouveau promener sa longue silhouette en librairie [...] Julien Bisson

La chronique de Philippe Alexandre - Le stage est fini par Françoise Fressoz

Tous les auteurs qui écrivent sur la France de François Hollande, qu'ils soient politiques, journalistes ou universitaires, se croiraient déshonorés et peu crédibles s'ils manifestaient la moindre indulgence. La journaliste Françoise Fressoz est la dernière en date de ces critiques impitoyables. Une phrase résume son livre : "En Hollande rien n'est lisible, tout dérape, tout va trop loin comme une mauvaise farce." [...]

Les écrivains du Bac William Faulkner

 

438 septembre 2015

La rentrée littéraire – Les romans qu'il ne faut (surtout) pas rater

Le menu de Lire de juillet & août par Julien Bisson d'après son tweet du 20 août 2015

(tweet du 20 août 2015 lien modifié)
Au programme de ce numéro très touffu :

- "Millénium, les secrets d'un retour" : comment Lisbeth Salander et Mikael Blomkvist ont-ils fait leur retour en librairie ? Nous avons enquêté.
- Rentrée littéraire : Notre sélection de romans français à ne (surtout) pas rater. Incontournables, découvertes, récits, premiers romans, nous vous dirons tout sur les livres phares de l’automne, de Christine Angot à Laurent Binet, de Delphine de Vigan à Hédi Kaddour, de Sophie Divry à Simon Libérati. Et bien d'autres !
- Grand entretien avec Mathias Enard : cet écrivain majeur fait paraître "Boussole", roman fleuve sur les rapports entre Orient et Occident à travers les siècles. Il nous dit tout sur son parcours, ses angoisses, ses espoirs, et sur les pouvoirs de la littérature.
- Extraits exclusifs : les nouveaux romans de Jim Harrison, Richard Ford, Javier Cercas et Jean-Philippe Toussaint, ainsi que l'essai événement "Sapiens, une brève histoire de l'humanité"
- L'Univers d'un écrivain : dans l'antre japonisant de Jean-Christophe Grangé, la star française du polar, qui revient au sommet avec "Lontano"
- Le Témoin du mois : la romancière indienne Deepti Kapoor revient pour nous sur la difficile révolution sexuelle au pays du Kama-Sutra
- Sans oublier : notre sélection essais, poche, BD, jeunesse, sans oublier les chroniques de Philippe Alexandre et Gérard Oberlé, et l'édito de François Busnel...
Partagez, et lisez ! Bonne rentrée à tous !

>> Lire | Facebook

François Busnel

Edito .- Cette rentrée littéraire de 2015 est absolument passionnante.[...]

Pour lire la suite, cliquez sur l'image de l'édito Lire | Facebook

393 romans à paraître d'ici la mi-octobre

L'entretien de Julien Bisson : Mathias Enard

J'aime l'idée que le plaisir du Beau s'oppose à la violence et à la souffrance dans le monde.- M. E.

Je voulais montrer que l'Orient ne saurait être réduit à Daesh et aux islamistes, mais qu'il est aussi source d'une richesse culturelle.-M. E.

Le savoir, en général, et la littérature, en particuler, ont un vrai pouvoir. Lire des livres est une façon d'être libre.-M. E.

Enquête Millénium 4 Les secrets d'un retour

L'Univers d'un écrivain Jean-Claude Grangé

Extraits

Jean-Philippe Toussaint - Football

Le football, qui a d'abord été l'opium du peuple, est désormais aussi l'opium des intellectuels [...] Nul besoin d'être un footeux pour se délecter de la précision technique,de la puissance de frappe et du verbe aérien d'un Jean-Philippe Toussaint en forme littérairement athlétique.- Estelle Lenartowicz

Début de l'extrait : Voici un livre qui ne plaira à personne, ni aux intellectuels qui ne s'intéressent pas au football, ni aux amateurs de football qui le trouveront trop intellectuel. Mais il me fallait l'écrire, je ne voulais pas rompre le fil ténu qui me relie encore au monde.- J.-P. T.

 

Jim Harrison - Péchés capitaux

Trois ans après Grand Maître, Péchés capitaux est la deuxième aventure du dernier né des personnage "harrisoniens" : l'inspecteur Sunderson, frais retraité de la police du Michigan. Comme le précédent, ce roman est sous-titré Faux roman policier, et l'enquête n'aura qu'un seul but : mettre en situation son savoureux personnage [...] on se réjouit de lire un humour noir, une plume excitée et tournée vers les sens, la luxure et la jouissance. Le grand Jim se rapproche de son plus haut niveau.- Hubert Artus

Note de Mamiehiou : Je me remémore Les grands espaces dans Les Carnets de route de François Busnel où cet amoureux des livres rencontre Jim Harrison. Un grand moment. Quel plaisir de voir et d'entendre l'écrivain qui fait corps avec son décor ! Existe-t-il personnalité plus étonnante ? François Busnel a l'art de donner chair aux auteurs qu'il aime.

Richard Ford - En toute franchise

Javier Cercas - l'Imposteur

L'écrivain espagnol s'intéresse à une figure pour le moins complexe de "grand imposteur" et de "grand maudit. Enrico Marco est cet homme qui, pendant trente ans "s'est fait passer pour un grand déporté dans l'Allemagne d'Hitlmer et un survivant des camps nazis".il a donné des centaines de conférences,présidé l'Amicale de Mauthausen, reçu des distinctions officielles, avant d'être démasqué en 2005 par un historien du nom de Benito Bermejo. [...] Alexandre Fillon

Yuval Noah Harari - Sapiens une brêve histoire de l'humanité

Ecologistes de tous pays, détrompez-vous ; la maltraitance de la planète par l'homme ne date pas d'hier. Ni même d'avant-hier. Il y a cinquante mille ans, un groupe d'homo sapiens débarquait sur les terres de l'actuelle Australie, transformant l'écosystème du continent au point de le rendre méconnaissable. [...] - Estelle Lenartowicz

Et aussi :

Clélia Renucci, - Libres d'aimer : Les Cougars dans la littérature

Une étude ludique de la femme Cougar, vue à travers des personnages tirés des chefs-d'oeuvre de la littérature du XVIIIe au XXIe siècle - BL

Etc.

Les Écrivains du Bac Charles Perrault

 

437 juillet & août 2015

Le menu de Lire de juillet & août par Julien Bisson d'après son tweet du 24 juin

Au programme :
- 50 livres pour votre été : notre sélection de romans et d'essais à dévorer sans modération, classés selon vos goûts et vos envies - envie de sourire, de s'émouvoir, de frissonner, de s'évader, de s'instruire, de vivre d'autres vies, de réfléchir ou de vibrer...
- Extraits exclusifs : les premières pages, à découvrir en avant-première, des 15 romans les plus attendus de la rentrée ! Soyez les premiers à goûter aux nouveaux Toni Morrison, Carole Martinez, Mathias Enard, Christine Angot, Richard Powers, Amélie Nothomb, Boualemn Sansal, David Grossmann, Sorj Chalandan ou Yasmina Khadra...
- Entretien : Guillaume Gallienne nous dit tout de sa passion de la lecture ! En privé ou à voix haute, sur les ondes de France Inter, l'acteur est devenu un passeur de livres incontournable. Et il revient sur son amour de Marcel Proust, Philip Roth, Léon Tolstoï, Victor Hugo, et même...Marc Lévy !
- Portfolio : les 10 plus belles librairies du monde sont à découvrir dans nos pages - à moins que vous ne décidiez d'aller les visiter durant vos vacances...
- L'Univers d'un écrivain : Gay Talese, journaliste dandy et délicieux, nous ouvre les portes de son antre à New York.
Mais aussi : une rencontre avec Anna Todd, l'auteure de la série "After", un portrait de Riad Sattouf, les choix de lecture de Jean-Pierre Coffe, le dictionnaire mensuel des citations, et bien d'autres choses encore...
Bonnes lectures ! Et bel été à tous ! Quant à nous, nous vous retrouverons le 20 août prochain, avec tous nos choix de la rentrée littéraire...

L'édito de François Bunuel

"L'été est la période idéale pour lire et relire. Que nous prenions le large ou que nous restions à quai, le temps s'étire différemment. Et il ménage les interstices où peuvent se glisser nos meilleurs amis : les livres.

[...] tous ces livres qui vous font de l'oeil et n'attendent que la caresse de votre main, le poids de votre regard [...]

Il y a peu de temps, je demandais à quelques romanciers français quels "classiques de la littérature" ils recommandaient aux télespectateurs [...] . Il y eut de belles et surprenantes réponses : Les Fabliaux érotiques [...], l'extraordinaire Misery de Stephen King [...], Adolphe de Benjamin Constant [...], Robinson Crusoe [...], Les Hauts de Hurlevent [...]

L'entretien de François Bunuel : Guillaume Galienne

"La lecture quelle qu'elle soit est bénéfiique. Que ce soit Stendhal, Philip Roth. Ou Marc Lévy."

"Avec Proust, j'ai découvert pour la première fois ce qu'était le style. Avant, je ne savais pas ce qu'était la musique du texte."

"Par mes origines maternelles russes, je vénère particulièrement les auteurs russes :Tchekhov, Pouchkine, Gorki, Dostoïevski."

Extrait Juste avant l'oubli de Alice Zeniter

"Franck avait la malchance de porter son prénom. Certains prénoms vous tuent à l'instant qu'il vous nomme. Franck était persuadé, jusque dans ses moment de bonheur les plus intenses, qu'il aurait pu avoir une vie meilleure sous une autre identité. Les gens ne le regardaient pas de la même manière que s'il s'était appelé Guillaume ou Théo. Les gens le regardaient de la manière dont ils regardaient les Kévin. Il végétait sans grâce au bas de la hiérarchie des prénoms.

Sa mère n'avait jamais expliqué les raisons de son choix. Ou il ne les avait jamais comprises. Elle disait qu'elle trouvait ça joli. Elle citait de nombreuses personnes que le prénom Franck n'avait pas empêchées d'accéder à la réussite, à la joie : Sinatra, Zappa – malgré le grand écart musical que demandait la juxtaposition de ces deux noms -, Provost - qui régnait sur un empire de cheveux – et une horde de footballeurs et de véliplanchistes couverts de titres et de médailles. Curieusement, elle incluait à la liste Benjamin Franklin, comme s'il s'était appelé Benjamin-Franck Lin – ce que Franck crut tout au long de son enfance."[...]

Les écrivains du bac Alphonse de Lamartine

 

436 juin 2015

LIRE A 40 ANS

Le menu de Lire de juin par Julien Bisson d'après son tweet du 28 mai

Le numéro anniversaire des 40 ans de LIRE ! Un numéro exceptionnel de 128 pages à lire et garder précieusement.
Au sommaire de ce numéro pas comme les autres :
- "Mes années LIRE" : Bernard Pivot, Jean-Louis Servan-Schreiber, Pierre Assouline et François Busnel racontent l'histoire du journal, et avec lui les grandes évolutions littéraires des 40 dernières années.
- Les 40 meilleurs livres de l'année : l'intégralité des livres sacrés par LIRE, comme une bibliothèque idéale des dernières décennies
- 40 ans, 40 écrivains : qui sont les écrivains français vivants à lire aujourd'hui ? Nous avons établi une liste de ces auteurs qui comptent, en cherchant leur première apparition dans le journal, et en rappelant pourquoi ils sont incontournables aujourd'hui
- Comment lire dans 40 ans ? Nous avons demandé à trois écrivains versés dans la science-fiction, Bernard Werber, Pierre Bordage et Cécile Coulon d'imaginer des scénarios pour 2055.
- Grand entretien : Michel Serres*. Le philosophe retrace pour nous l'évolution de nos sociétés au cours des 40 ans passés et imagine des pistes pour l'avenir du livre, de la presse et de la langue française.
Mais aussi, dans ce numéro :
- Extraits : les nouveaux livres de Michel Tournier*, Franck Thilliez, Mario Vargas Llosa
- Univers : dans le pied-à-terre parisien de Douglas Kennedy
- Témoin du mois : Giampaolo Musumeci et la question des migrations en Méditerranée
Et bien d'autres choses encore...

Voir aussi https://www.facebook.com/Lire.Magazine

Grand entretien *Michel Serres

"L'irruption du numérique n'a pas tué la civilisation du livre."

"Errare humanum est ne veut pas dire que l'erreur est humaine et qu'il faut la pardonner. Mais que l'homme se trompe parce qu'il pense."
"La civilisation de l'ordinateur et de l'algorythme n'a pas trouvé son originalité et se calque sur le modèle du livre."

Nostalgique, moi ? On était gouvernés par Franco, Mussolini, Hitler... Que de braves gens et près de 150 millions de morts."

Extraits

Franck Thilliez, Pandémia

Mario Vargas Llosa, Le héros discret

Essais & idées : Waterloo – Textes de Loris Chavanette, Dimitri Casali, Stephen Clarke, Jean-Luc Chappey et Bernard Gainot

Classiques : Le Parapluie de Simon Leys par Pierre Boncenne

Quand vous viendrez me voir aux antipodes par Simon Leys

Extrait : Lettres parlées à son ami allemand Hellmut Waller (1967-1998)

de *Michel Tournier

Samedi 28 décembre à 10h10

"Procession dans le jardin d'un couvent à l'occasion de la fête du Sacré-Coeur. Jeanne (ma femme) conduit nos chères petites en robes blanches. Moi, je reste à cause des dames que je tiens à ne pas renconter. La vue de ces bourgeoises pieuses et implacables me plonge dans les gouffres de l'enfer. Je vais seul à l'église sangloter dans un coin sombre."

40 ans d'écrivains : JMG Le Clézio, Patrick Modiano, Jean d'Ormesson, Annie Ernaux, Jean Echenoz, Erik Orsenna, Pascal Quignard, Daniel Pennac, Christian Bobin, Michel Houellebecq, Charles Juliet, Boualem Sansal, Dany La ferrière, Eric-Emmanuel Schmitt, Milan Kundera, Philippe Claudel, Amélie Nothomb, Emmanuel Carrère, Maryliss de Kerangal, Anna Gavalda, Régis Jauffret, Phippe Djian, Pierre Michon, Yasmina Réza, Laurent Mauvignier,Marie N'Diaye, Olivier Adaml, Jean-Christophe Rufin,, Marc Guqain,, Nancy Huston, Fred Vargas, Jonathan Littell, Virginie Despentes, Lydie Salvayre, Eric Reinhardt, , Christine Angot, Sylvain Tesson, Véronique Ovaldé, Mathias Enard, Marie Darrieussecq.

Ces noms figurent sur la couverture du magazine.

L'édito de François Bunuel

"40 ans, Lire fête ce mois-ci ses 40 ans, et se porte à merveille. Quelle histoire ! Et que de chemin parcouru ! La tentation est forte, à chaque aniversaire, de faire les cent pas sur la promenade du ressassoir. Mais à force de regarder derrière soi, on se brise le cou. Voilà pourquoi nous avons préféré ancrer ce numéro anniversaire dans le présent, et – hommage aux fabuleux pouvoirs de la littérature – nous tourner vers l'avenir. [...]"

Mes Années LIRE par François Busnel

"[...] Etre journaliste à Lire, c'est partager des valeurs, . Résister à la tyrannie du cynisme, au diktat du buzz.

Il s'agit, pour faire bref, de remettre l'admiration, l'enthousiasme, et la curiosité au faîte de toute hiérarchie."

LIRE passe en revue les 40 écrivains et nous donne à lire ou à relire des extraits d'anciens numéros de LIRE, paragraphes intitulés : Ce qu'on disait alors. Pourquoi il est essentiel aujourd'hui. Une phrase à méditer. Le livre à (re)lire.

Exemple pour Jean d'Ormesson :

Le livre à (re)lire : Histoire du Juif errant. Sans doute le plus ambitieux et décoiffant de ses ouvrages, celui qui aspire à contenir tous les autres, et pour cause : son projet est rien de moins que "d'écrire sur la totalité du monde".[...]

La Chronique de Philippe Alexandre

Peut-on crier Vive La France !

La pensée unique, aujourd'hui, c'est le déclinisme.[...]

 

435 mai 2015

Le menu de Lire n°435 par Julien Bisson > http://fb.me/3RjwtPLJd 

Au menu de ce numéro de mai :

- "Faut-il brûler Voltaire ?" : un grand dossier de 24 pages sur le philosophe français le plus controversé. Où on évoquera son destin malmené, ses combats pour la liberté et contre le fanatisme et l'obscurantisme, les concepts clés de sa pensée, mais aussi les faces sombres d'un homme qui aimait l'argent plus que le peuple... Vous retrouverez également un entretien avec André Glucksmann, qui restitue Voltaire dans notre époque, ainsi que les extraits des passages clés de son œuvre maîtresse, "Candide".

- Grand entretien : Erri de Luca, formidable écrivain italien, qui revient sur son destin, celui d'un gamin de Naples devenu leader d'extrême-gauche, avant d'exceller en littérature. Un mois après son accident d'escalade, il évoque aussi son combat contre la ligne de TGV Lyon-Turin et la justice italienne.

- Extraits exclusifs : les nouveaux livres événements de James Ellroy, Umberto Eco, James Salter et Alexis Jenni.

- Portrait : Anthony Doerr, tout récent lauréat du prix Pulitzer pour son formidable "Toute la lumière que nous ne pouvons voir". Nous l'avons rencontré.

- L'univers d'un écrivain : chez George R.R. Martin, au Nouveau-Mexique, dans l'initimité du créateur de "Game of Thrones"

- Focus : 100 ans après le génocide arménien, comment parler aujourd'hui de cette tragédie ?

- Mais aussi : Jean d'Ormesson dans la Pléiade, les 25 ans du festival Etonnants Voyageurs, la Révolution iranienne vue par Sahar Delijani, et les nouveaux livres de Marc Dugain, Irvin Yalom, Eric Chevillard, Jean Anglade, Katarina Bivald, Mona Ozouf, Alexandre Jollien, Jean-Louis Servan-Schreiber, et bien d'autres encore...

Julien Bisson a eu l'amabilité de me permettre de copier-coller son menu.

Note de Mamiehiou

Pourquoi Voltaire nous aide à comprendre notre temps

Le penseur, brillant agitateur d'idées, a eu une vie fort mouvementée. Très tôt applaudi, souvent exilé, retiré à Ferney où il ne cessa de travailler, sa vie est un roman. Portrait.

Jean d'Ormesson au Panthéon littéraire

Auteur de best-sellers, adoubé à la fois par le grand public et le critique, érudit et travailleur acharné,optimiste et bienveillant, l'immortel rejoint Montaigne et Proust dans la prestigieuse Bibliothèque de la Pleiade. Portrait d'un auteur dont le temps est le meilleur ami [...]

 Il a inventé un genre,à la croisée des Mémoires, du récit historique et de la chronique. qui n'est ni de la biogaphie, ni tout à fait de la fiction.

La chronique de Philippe Alexandre : Histoire de la boîte à chagrin

 Dans une formule joliment désabusée, De Gaulle appelait l'Elysée, qu'il n'aimait guère, "la boîte à chagrins". Pourtant le général y a connu, du moins jusqu'en mai 1968, moins de déceptions et de douleurs que ses successeurs. Les journalistes Ariane Chemin et Vanessa Schneider, racontent, avec force détails et témoignages, le martyre infligé à Nicolas Sarkozy tout au long de sa présidence par un terrible manipulateur qu'elles appellent "son mauvais génie", Patrick Buisson. [...]

Extraits :

Candide ou l'Optimisme, de Voltaire

La Nuit de Walenhammes, de Alexis Jenni (Prix Goncourt 2011 pour L'Art français de la guerre)

Perfidia, de James Elroy

Numéro zéro, de Umberto Eco

Pour la gloire, de James Salter

André Glucksmann, interrogé dans le numéro de #LIRE en kiosque : "L'Europe sera voltairienne ou ne sera pas" http://po.st/nq7cDg

 

434 avril 2015

Le menu de Julien Bisson d'après son tweet du 25 mars 2015

https://www.facebook.com/Lire.Magazine/photos/

Le menu de Julien Bisson d'après son tweet du 25 mars 2015

https://www.facebook.com/Lire.Magazine/photos/

Les 10 meilleurs polars de l'année, de Mo Hayder à Sandrine Collette, de Ian Manook à Sylvie Granotier
- Reportage : à Los Angeles, aux côtés de Michael Connelly, sur les traces de Harry Bosch
- Enquête : Polar et finance, les nouveaux bandits
- Dossier : le renouveau du polar espagnol
- L'arme du crime : Deon Meyer, Elizabeth George, R.J. Ellory, Frank Thilliez ou encore Michel Bussi nous révèlent quelle est leur arme préférée pour tuer
- Extraits : les nouveaux polars de Jo Nesbo et Patricia Cornwell
Mais aussi...
- Grand entretien : Jan-Christophe Rufin évoque son nouveau roman "Check-Point", la question humanitaire et son rapport à l'écriture
- Histoire : les mémoires chocs de Serge et Beate Klarsfeld
- Romans : les nouveaux livres de Muriel Barbéry, Fabrice Humbert, Jorge Volpi, Michael Cunningham, Jhumpa Lahiri...
- Extraits : les dernières chroniques de San Francisco d'Armistead Maupin, mais aussi Ron Rash et Bernard Maris
- Philosophie : la bombe Onfray
- Prix RTL/Lire : notre coup de coeur pour Léonor de Récondo
Et bien d'autres choses encore !

 

L'édito par François Busnel

"Il fut un temps où le polar était considéré par un peu tout le monde comme un sous-genre littéraire [...]"

L'entretien avec Jean-Christophe Ruffin

"L'écriture est une munition pour affronter l'époque."

Extraits

Du sang sur la glace, de Jo Nesbø

Monnaie de sang, de Patricia Cornwell

Anna Madrigal, de Armistead Maupin

Incandescences, de Ron Rasch

Et si on aimait la France, de Bernard Maris

Extrait du dico (mensuel) des citations

"La magie des livres est une drogue, un sortilège, une échappatoire, aussi puissante, aussi envoûtante que le pays imaginaire de Peter Pan." Tatiana de Rosnay

Ecrivains du bac : Mark Twain

Le 29 mars 2015 @julienbisson Chef de service au magazine LIRE / Associate editor at LIRE magazine a retweeté et mis en favori mon tweet :

Pour en savoir (un peu) plus sur Lire en 2015 http://mamiehiou.over-blog.com/2014/12/les-magazines-lire-de-2005-a-2014.html …

 

433 mars 2015

Julien Bisson @julienbisson tweet du 17 février

https://m.facebook.com/Lire.Magazine/photos/a.

Un numéro de mars consacré au rire et à la liberté d'expression dans l'histoire littéraire française, de Rabelais à Desproges, en passant par Voltaire, Jarry ou Prévert.
Dans ce dossier, vous trouverez également :
- "La saga Charlie", ou comment une bande de trublions pétris de culture littéraire ont su repousser les limites du rire, des premiers jours de Hara-Kiri à la triste matinée du 7 janvier
- Un grand entretien avec Elisabeth Badinter, qui vient décrypter les concepts de liberté et de laïcité, essentiels au "vivre ensemble"
- "Le rire a créé Dieu à son image", par Michel Onfray
- Un extrait du "Nom de la rose", l'ouvrage culte d'Umberto Eco sur le rire et l'obscurantisme
- Un hommage à Honoré, notre collaborateur depuis 1981, assassiné le 7 janvier
Mais aussi :
- Les bonnes feuilles exclusives des nouveaux livres de Fred Vargas, Jean Teulé, Régis Jauffret, Kazuo Ishiguro et Gary Shteyngart
- L'univers de Vassilis Alexakis, dans une Athènes bouillonnante après l'élection d'Alexis Alexis Tsipras
- L'Islam, cette grande inconnue : 5 ouvrages essentiels pour répondre à toutes les questions que vous vous posez
- Ecrivains du bac : Roland Barthes, qui aurait eu 100 ans cette année
- Et les critiques des nouveaux livres de Jérôme Ferrari, Patrick Rambaud, Marilynne Robinson, François-Henri Désérable, Robert Misrahi...

Au sommaire du nouveau LIRE : Badinter, Vargas, Teulé, Ferrari, Eco, Onfray, Ishiguro, Shteyngart, Robinson...

 

L'entretien de François Busnel avec Elisabeth Badinter. [Extraits]

"Il faut apprendre à lire et résister au politiquement correct.

"On va à l'école pour développer sa raison, pour réfléchir par soi-même, pour développer une pensée autonome. Mais aujourd'hui le poids des croyances et des dogmes est devenu si lourd qu'il est de plus en plus difficile d'enseigner, c'est-à-dire de les mettre à distance, et de lutter contre les préjugés. Chez certains élèves, le credo s'oppose au cogito et l'emporte sur lui." E. Badinter

Extraits

Temps glaciaires, de Fred Vargas

Héloïse Ouille, de Jean Teulé

Bravo, de Régis Chauffret

Le géant enfoui, de Kazuo Ishiguro

Mémoires d'un bon à rien, de Gary Shteyngart

Cela me fait penser à la nouvelle d'Eichendorf : Scènes de la vie d'un propre à rien (Aus dem Leben eines Taugenichts) publiée en 1826. Note de Mamiehiou

Abonnement magazine Lire n° 433 Peut-on (encore) rire de tout

Un hommage à Charlie

Hommage à Honoré qui publiait ses rébus littéraires dans LIRE, le 1er en mai 1983 LIRE n°93

Les figures de la subversion : Rabelais, Voltaire, Jarry, Prevert, Dac, Desproges...

"N'est-il pas honteux que les fanatiques aient du zèle et que les sages n'en n'aient pas ?"

Voltaire

Ecrivains du bac : Roland Barthes

432 février 2015

Le menu de Lire n°432 > http://fb.me/31LIR7WN8 (Julien Bisson)

le tweet de Julien Bisson 15 janvier

Ce numéro a été mis sous presse avant les événements tragiques de la semaine passée, c'est pourquoi vous n'y trouverez aucune mention. La rédaction du magazine, touchée directement par ce drame, y reviendra dans une prochaine édition.

D'ici là, retrouvez le contenu de ce premier numéro de l'année :

- Le mystère Shakespeare : qui était le Barde de Stratford-upon-Avon ? Comment un modeste fils de gantier est devenu le plus grand dramaturge de son temps ? Pourquoi ses pièces ont su traverser les siècles et paraître si actuelles aujourd'hui encore ? Décryptage et révélations, avec le concours de plusieurs spécialistes, dont l'historien Stephen Greenblatt, le poète Michael Edwards et le metteur en scène Dan Jemmett.

- Rentrée littéraire 2015 : notre avis sur les romans phares de ce début d'année, de Houellebecq à Despentes, de Jean Rolin à Leonor de Recondo, sans oublier le grand roman étranger de ce début d'année, signé Chimamanda Ngozi Adichie.

- Grand entretien : Sylvain Tesson, miraculé après une chute de dix mètres et quatre mois de convalescence. Il publie "Berezina" et revient pour nous sur ces mois de souffrances, mais aussi le sens qu'il souhaite désormais donner à sa vie.

- Débat : l'Histoire des camps de concentration est-elle encore à écrire, avec Annette Wieviorka. L'historienne revient pour nous sur l'ouverture des camps et la fabrication de l'Histoire qui en a découlé.

- L'Univers d'un écrivain : Jérôme Garcin, dans son refuge normand, auprès de ses chevaux.

- Extraits exclusifs : les premières pages des nouveaux livres d'Arnaldur Indridason, Stephen King, Romain Puertolas, Michèle Lesbre et Phil Klay, récent lauréat du National Book Award.

Et encore beaucoup d'autres choses...

L'édito de François Busnel

On a beau dire, on a beau lire, Will le magnifique est toujours là. [...] Shakespeare ! Il est comme un soleil : doté d'une force de gravitation irrésistible, note Stephen Greenblatt dans un des meilleurs livres écrits sur le maître anglais et astucieusement traduit en français sous ce titre : Will le magnifique [...]

William Shakespeare, l'universel

On a fini par douter qu'un comédien, fils de gantier, ait pu être l'auteur d'une telle oeuvre. (Jean Montenot)

Un magnifique dossier sur Shakespeare

Stephen Greenblatt "Shakespeare était un trangresseur né"

Le théâtre Elizabethain, la noblesse d'un art

Mythe et histoire, les héros shakespeariens

Répliques célèbres

Michael Edwards "Traduire la nature multiple de la réalité et de nos émotions"

Comment jouer Shakespeare

QUIZ Le saviez-vous ?

L'univers d'un écrivain Jérome Garcin

Le mors aux trousses.

Extrait - L'auteur fouille donc dans sa vaste bibliothèque [...]Il sort alors plusieurs livres jaunis – et annotés – d'un certain Jacques Lusseyran. C'est à cet écrivain quelque peu méconnu, que Jérome Garcin rend aujourd'hui hommage avec Le Voyant, récit biographique sobre et juste ...(Batiste Liger)

L'entretien avec Sylvain Tesson

"J'écris pour lutter contre le temps et l'oubli, pour m'assurer un petit supplément de vie."

Extraits :

La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel, de Romain Puértolas

Chemins, de Michèle Lesbre

Les nuits de Reykjajik, de Arnaldur Indridason

Mr Mercedes, de Stephen King

Fin de mission, de Phil Klay

Abonnement magazine Lire n° 432 (voir la première de couverture)

431 décembre 2014 & janvier 2015

voir l'article précédent > Les magazines LIRE de 2005 à 2014

LireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLire

> Introduction : Le magazine LIRE - Le rêve d'un classement

> Les magazines LIRE à bâtons rompus

> Les magazines LIRE de 2005 à 2014

 

Vous pouvez retrouver le sommaire des Magazines LIRE

quelques jours avant la fin de chaque mois dans les Tweets de Julien Bisson.

 

ACCUEIL

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Florilège - la pensée des autres
commenter cet article

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog