Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 10:15

  ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Palindrome : substantif ou adjectif

Un palindrome est une figure de style caractérisant un texte ou un mot qu'on peut lire indifféremment de droite à gauche ou de gauche à droite.

Il existe des milliers de palindromes.

Vous pouvez en trouver beaucoup sur la toile.

 

Mon choix de palindromes

 

Mots palindromes

Ici est un palindrome

Eve, Anna, Ubu, Otto, Abba, Bob

Malayalam (langue parlée en Inde)

Ressasser est le plus long mot palindrome français.

 

Phrases palindromes

qui ne sont pas de mon cru

Ésope reste ici et se repose.

Mon nom (Daphné Germain)

La malade pédala mal.

Une slave valse nue

C'est sec.

Oh ! cela te perd, répéta l'écho.

Eh ! ça va la vache ? (Nicolas Singer)

La mariée ira mal.

Ce mec

Sexe vêtu, tu te vexes ?

Engage le jeu que je le gagne (Alain Damasio - La Horde du Contrevent)

Noël a trop par rapport à Léon (Sylvain Viart)

À l'étape, épate-la ! (Louise de Vilmorin)

Tu l'as trop écrasé, César, ce Port-Salut !

La mère Gide digère mal (Louis Scutenaire)

Élu par cette crapule (Marcel Duchamp)

Madam, I'm Adam.

 

Georges Perec est l'auteur d'un long palindrome (1969) qui compte 1 247 mots

Voir > Georges Pérec, Le grand palindrome (1247 mots)

 

Le palindrome de Saint-Gilles (2004) écrit par Pol Kools composé de 2119 mots

Voir > La lanterne de Diogène http://mapage.clg.qc.ca/guyferland/palindrome.htm

 

Il est question de palindrome dans mon article :

> Le carré magique SATOR AREPO TENET OPERA ROTAS

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 10:15

  LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Ainsi donc me faudrait-il découvrir seule la clef de l'histoire. Nul autre que moi-même ne pourrait m'y aider. Plût à Dieu qu'il ne m'advînt aucun obstacle infranchissable et que je susse faire face à toute adversité.

Sans relâche ni trêve, la guigne, une guigne affreusement verdâtre, s’était acharnée sur [moi], une de ces guignes comme on n’en compte pas trois dans le siècle le plus fertile en guignes.* Et cependant, n'avais-je pas été capable jusqu'alors de me sortir indemne de tous les coups que le sort infortuné m'avait jetés avec ironie ?

Je m'exhortai au courage et murmurai à part moi : "À Dieu ne plaise que je décide d'abandonner le projet que j'ai formé !"

 

Je me retrouvai à faire le guet une fois de plus, et cette fois bien décidée à tirer quelque chose de la bouche de l'un de ces pauvres diables énigmatiques, eussent-ils été gens de sac et de corde.

Mon Prétatou s'était installé, comme à son ordinaire, à bonne distance, et observait sans piper. Je savais qu'il tremblait pour moi, tourmenté qu'il était en son for intérieur, et qu'il aurait eu, en cas de péril, beaucoup de peine pour venir à mon secours au moment où le besoin se serait fait sentir, si grande était la terreur qui le paralysait.

 

Après des heures d'attente, au bord du gouffre, scrutant dans les profondeurs quand la horde des réprouvés réapparaîtrait, je la vis enfin. Je me cachai furtivement. S'égrénèrent, l'un après l'autre devant moi, les cheminots et les cheminotes que je pus détailler tout à loisir. Il ne s'y trouvait pas seulement des vieillards cacochymes que la mort imminente menaçait, mais aussi des jeunes gens souffreteux.

Qu'on eût rayé de la carte, sans état d'âme, ceux-là mêmes qui donnaient des signes de sénilité, je l'aurais compris tout en abhorrant cette pratique odieuse et implacable puisqu'il était manifeste qu'Utopinambourg ne comptait qu'une population à la physionomie et à l'allure qui se voulaient irréprochables, mais pourquoi tant d'hommes et de femmes, sacrifiés dans la fleur de leur jeunesse ?

 

Alors que je rongeais mon frein, bien décidée à m'approcher furtivement d'une âme en peine, sans provoquer une panique qui eût compromis irrémédiablement ma téméraire mission, je reconnus une silhouette familière. Mon Dieu, me dis-je, c'est Alcmène ! Alcmène, mon amie si chère que je croyais perdue à jamais ! À peine si je m'en étonnai.

Frondeuse, hardie, ma chère Alcmène n'avait pas hésité à braver l'ordre établi si bien qu'on l'avait précipitée dans l'abîme innommable !

..................................................................

*Sans relâche ni trêve, la guigne, une guigne affreusement verdâtre, s’était acharnée sur lui, une de ces guignes comme on n’en compte pas trois dans le siècle le plus fertile en guignes. Alphonse Allais, Le Pauvre Bougre et le bon génie

 

NOTES

Ainsi donc me faudrait-il découvrir par moi-même la clef de l'histoire.

ainsi donc, conjonction double. Certains grammairiens condamnent cette locution qui serait un pléonasme (ainsi et donc sont de sens proche). D'autres (Littré) l'admettent.

Ainsi donc mes bontés vous fatiguent peut-être ? Jean Racine, Bérénice

Inversion du sujet possible après ainsi > L'inversion du sujet après ainsi, aussi, aussi bien, à peine, peut-être, sans doute, encore, du moins, pour le moins, tout au plus, encore moins, toujours est-il, encore, à plus forte raison.

faudrait : futur du passé dans une proposition indépendante.

Si le récit était au présent, on aurait : Ainsi donc me faudra-t-il découvrir par moi-même la clef de l'histoire.

> Le conditionnel ne serait-il plus un mode ? Le futur et le futur antérieur du passé - Le futur et le futur antérieur hypothétique

Le futur du passé se rencontre le plus souvent dans une proposition subordonnée (concordance des temps) > La concordance des temps dans les propositions subordonnées

 

Plût à Dieu qu'il ne m'advînt aucun malheur et que je susse faire face

Littré - Plaise à Dieu, plût à Dieu que... ! formules de souhait.

advînt (advenir), susse (savoir), subjonctif imparfait

 

À Dieu ne plaise que je décide d'abandonner le projet que j'ai formé.

Dieu me garde d'abandonner le projet que j'ai formé.

À Dieu ne plaise : marque l'éloignement, l'aversion que l'on a pour quelque chose.

 

me sortir indemne de tous les coups que le sort infortuné m'avait jetés avec ironie

Le sort, la destinée, le hasard

Littré : (sor ; le t ne se lie pas : un sor infortuné ; au pluriel, l's ne se lie pas : des sor infortunés ; cependant quelques-uns la lient : des sor-z infortunés)

Fig. L'ironie du sort, événement malheureux qui semble être une moquerie du destin.

que le sort m'avait jetés

jetés, participe passé qui s'accorde avec le complémént d'objet direct que (mis pour coups) placé avant lui.

Indemne - Mots contenant MN

les mots suivants et leurs dérivés :

prononcer [n] damner, automne,

prononcer [mn] indemne, indemnité, somnambule, insomnie etc.

Mnémo, élément du grec signifiant mémoire.

Mnése, mnésie, mnésique (qui a trait à la mémoire)

Mnémonique, mnémotechnique, amnésique, etc.

Mais attention à dilemme qui a 2M.

 

ces pauvres diables énigmatiques, eussent-ils été gens de sac et de corde

gens de sac et de corde, se dit des filous, des voleurs qui méritent la corde.

Cf. d'Hautel : Dictionnaire du bas-langage, ou, Des manières de parler usitées parmi le peuple

> Dictionnaire du bas-langage, ou, Des ... - Google Livres

 

Je murmurai à part moi

à part moi, en moi-même, en mon for intérieur

à part soi, en soi-même, en son for intérieur, etc.

Passé simple > Les emplois de l'imparfait de l'indicatif et du passé simple

 

Mon Prétatou s'était installé, comme à son ordinaire, à bonne distance

comme à son habitude

 

il observait sans piper

sans piper mot, sans dire un mot.

 

il tremblait pour moi en son for intérieur

Littré - Le for intérieur ou le for de la conscience, le jugement de la propre conscience.

 

quand la horde des réprouvés réapparaîtrait

Horde, Troupe d'hommes indisciplinés et livrés à toute sorte de désordres. Une horde de brigands. Une horde d'aventuriers. Il se dit aussi, par mépris, d'une foule quelconque. Littré

Réprouvé, paria, personne rejetée par la société.

 

S'égrénèrent, l'un après l'autre, les cheminots et les cheminotes

Les cheminots (un chemineau, des chemineaux) et les cheminotes (cheminaudes) se dispersèrent à la suite les uns des autres

 

il s'y trouvait non seulement des vieillards cacochymes, mais aussi des jeunes gens

des vieillards cacochymes, des vieillards à la santé fragile

des jeunes gens (et non pas des jeunes hommes)

Cf. Féraud, à l'entrée homme page 511

Tome 1 Dictionnaire critique de la langue française - Jean-François Féraud ...

4° on dit, jeune homme au singulier, et jeunes gens au pluriel, plutôt que jeunes hommes – Au reste on doit dire, des jeunes gens et non pas de jeunes gens [...]

 

Qu'on eût rayé de la carte, sans état d'âme, ceux-là mêmes qui donnaient des signes de sénilité

eût rayé, subjonctif plus-que-parfait.

On a le subjonctif dans une subordonnée introduite par que en début de phrase.

Ceux-là mêmes – Quand faut-il mettre un s à même ?

>Ceux-là même ou ceux-là mêmes ? Celles-là même ou celles-là mêmes – cela même

 

tout en abhorrant cette pratique

aborrher, détester, abominer

 

mais pourquoi tant d'hommes et de femmes jeunes, sacrifiés dans la fleur de leur jeunesse ?

Tant ou Autant ?

Pourrait-on écrire : Pourquoi autant d'hommes et de femmes jeunes, sacrifiés dans la fleur de leur jeunesse ?

Non.

Cf. Féraud, à l'entrée autant, page 225

il ne faut pas confondre autant avec tant

Le premier s'emploie quand il y a comparaison ; le second quand il n'y en a point.

La phrase suivante pèche contre cette règle : Les sciences et les arts qui ont été cultivés avec autant (tant) de gloire et de succès parmi les Grecs et les Romains ont fleuri pareillement dans les Indes.

Je le préfère à tous autant (tant) que vous êtes.

 

ronger son frein

dissimuler son impatience ou sa colère

 

sans provoquer une panique qui eût compromis ma mission

eût compromis, subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé (cond. passé 2e forme)

qui aurait compromis (cond. passé 1re forme)

La subordonnée relative contient une idée de conséquence.

 

Frondeuse, hardie, ma chère Alcmène n'avait pas hésité

Frondeur cf. Académie 8e édition : au figuré, Celui qui fronde, qui critique les autorités établies ou les opinions reçues, et, par extension, Celui qui désapprouve, qui blâme tout. C'est un frondeur éternel.

 

si bien qu'on l'avait précipitée dans l'abîme innommable !

Si bien que, locution conjonctive de conséquence > Si bien que

précipitée, participe passé qui s'accorde avec le complément d'objet direct que (mis pour Alcmène) placé avant lui.

Innommable

préfixe in-

radical nomm(er)

suffixe -able

 

<< 177 Délires édifiants

>> 179 Délires propices à l'audace

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 12:44

 ACCUEIL

Tous les articles du blog

Récapitulation des petites histoires à trous avec tous les épisodes des Trois copines

 

Cet exercice fait suite à l'article précédent : Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants – Les règles – Le lexique

RAPPEL : Les deux orthographes, l'orthographe traditionnelle et la nouvelle orthographe sont autorisées.

 

QUIZ 99

Les trois copines (épisode 10)

Retrouvez, dans le texte suivant, l'orthographe traditionnelle de chacun des mots écrits selon la nouvelle orthographe. La solution est à la suite.

Exercice inverse à la fin de l'article.

Attention ! Pour accentuer la difficulté, deux mots sont mal orthographiés. Quels sont-ils ?°°°

 

Maggy, Josée et la petite Philo au restaurant

1Josée— Comme c'est gentil Maggy de nous avoir invitées au restaurant !

2Philo— Oh oui, c'est vraiment sympa.

3Maggy — Eh bien Philo, tu t'es mise sur ton trente-et-un ! Quels jolis accroche-coeurs ! Dommage que tu ne puisses pas ôter tes frisotis !

4Josée Arrête Maggy. Elle est très jolie comme ça avec ses boucles qui frisotent.

5Maggy — Venez les filles, on va s'assoir à cette table.

6Philo— On est trop près de la fenêtre, je crains les aoutats. J'ai la peau tout abimée.

7Maggy — On n'est pas au mois d'aout Philo ! De toute façon, je n'avais pas réservé et c'est la seule table de libre.

8Philo— Regardez ! Il y en a un qui volète ! Aïe, une piqure !

(Elles s'installent à la table.)

9Maggy — On ne va pas commander des amuse-gueules. On n'en a pas besoin, ça alourdit l'addition.

(Josée et Philo se lancent des regards discrets et entendus.)

10Josée— Chic, on nous apporte des cacahouettes ! Grignotons-les allègrement !

(Philo en mange une)

11Maggy — Qu'est-ce qui t'arrive Philo ? Ma pauvre petite, tu es toute boursoufflée. Tu es allergique ? Tu nous fais des cachoteries ?

(Philo est près de pleurer)

12Josée— Arrête Maggy ! Elle te fait marcher Philo, ne l'écoute pas.

13Maggy — Ah voilà la carte ! Je vais prendre une paéla. Et vous ?

14Josée— Je prendrais bien une zarzuéla*.

15Philo— Et moi un croquemonsieur.

16Maggy — On ne vient pas au restaurant pour manger des croquemonsieurs, Philo. Choisis donc autre chose, je ne veux pas paraitre ridicule !

17Philo— Bon, eh bien, je prends des huitres, avec un ouvre-huitre.

18Maggy — Tu yoyotes, on va te les apporter ouvertes ! Oh là là ! Ces filles de la table d'à coté. Quel bagout* ! On dirait vraiment qu'elles caquètent.

(Le serveur apporte les jus de fruits, puis les plats.)

19Maggy — Mais on banquète ma parole !

20Josée— Mes chères amies, je propose de lever nos verres en l'honneur de cette belle soirée.

21Toutes les trois- Tchintchin !

22Maggy— Tu ne vas pas t'étouffer avec six huitres ma pauvre Philo. Mais regardez-la elle s'est laissé grossir et la voilà qui mangeote !

(Philo est près de pleurer)

23Josée— Laisse-la tranquille pour une fois Maggy, tu gaches tout !

24Maggy— Ah mais c'est vrai, on ne parle pas de son poids ! Quelle neuneue ! Zut, je viens de faire une tache sur mon teeshirt ! C'est parce que vous m'avez énervée !

25Josée— Maggy !

26Maggy — Tiens Philo. Je n'aime que la mie. Je te donne ma croute. Mais qu'est-ce que tu as dans ton assiette, Josée ? Bizarre, on dirait des caqures* et ça sent la caque*.

27Josée— C'est pourtant délicieux Maggy. Tu veux gouter ?

28Maggy(d'un air moqueur) C'est cela, oui !

29Josée— Regarde qui je vois là-bas. C'est Kevin. Tu vas aller lui dire bonjour, Maggy ? Tu veux que je l'interpèle ?

30Maggy — Surement pas, avec ma tache sur mon teeshirt !

31Josée— Il est avec ta copine Jennifer !

32Maggy — Kevin et Jennifer ! (Maggy tourne un peu la tête pour les voir sans être vue.) Il affecte un air de bonhommie qui ne me plait guère. Que ce schnoque vienne me demander quelque chose à l'avenir ! Et dire qu'il me disait qu'il m'aimait ! C'étaient des imbécilités. Quel blablabla ! Quelle vilénie ! Je devine maintenant ce qu'il fait tous les weekends. Je ne tolèrerai plus jamais un écart. Cette histoire va me donner de l'exéma.

33Philo— Moi, j'accèderais volontiers à tous ses désirs si je les connaissais. Puissè-je un jour converser seul à seul avec lui !

34Maggy — La voilà qui devient lyrique ! Elle n'est pourtant pas soule.

35Josée— Ne t'inquiète pas, Maggy, ce n'est peut-être qu'une tocade. Il te reviendra.

36Maggy — Quel tocard, ce vanupied ! Des supermans sexys comme lui, on en connait ! Je n'irai plus me faire shampouiner chez ce shampouineur. C'est dit ! J'aurais presque envie d'acheter un révolver. Vous ne soutenez pas la gageüre? Oh la la, j'ai chaud, je ruissèle !

37Philo— Tiens, je croyais qu'il était acuponcteur. Oh, écoutez ! Il y a quelqu'un qui chante à capella.

38Josée— À priori, c'est une chanson italienne

39Maggy(en se moquant) À postériori aussi !

40Josée— À propos, je suis passée à la billèterie pour prendre des places pour le prochain concert. Je veux vous faire une surprise.

41Maggy & Philo— Ouah ! On peut en savoir plus ?

42Josée— Ce ne serait plus une surprise... Voilà les fromages ! Qui veut un yogourt ?

43Maggy — Et maintenant, le plumpouding ! Dommage qu'il n'y ait pas un charriot des desserts !

44Philo— Je n'aime pas le plumpouding.

45Maggy— Tu auras un spéculos.

46Josée— Garçon ! Je prendrais bien un café. Sans saccarine, s'il vous plait !

47Philo— Comme il est tard ! Je sècherais bien les cours demain. J'ai mal aux guiboles et je grelote.

48Maggy(regarde l'addition) Ouille, ça m'a couté cher !

49Josée— On est quand même des filles top, des self-made-womans ! Allez, toutes à nos scooteurs ! Et gaiment !

50Philo— On pourra regarder un thrilleur en arrivant ?

51Josée & Maggy On n'est pas couchées !

Notes

>*bagout ou bagou

>*zarzuéla ou zarzuela, plat traditionnel espagnol à base de poisson

>*caqure ou caqûres, débris de harengs (cf Littré) - une caque : barrique où l'on met des harengs.

 

 orthographeorthographeorthographeorthographeorthographeorthographeorthographeorthographe

 

Texte avec les deux orthographes.

L'orthographe traditionnelle est entre parenthèse.

Les mots mal orthographiés sont barrés.

1Josée— Comme c'est gentil Maggy de nous avoir invitées au restaurant !

2Philo— Oh oui, c'est vraiment sympa.

3Maggy— Eh bien Philo, tu t'es mise sur ton trente-et-un (trente et un) ! Quels jolis accroche-coeurs (un accroche-coeur, des accroche-coeur) ! Dommage que tu ne puisses pas ôter tes frisotis (frisottis) !

4Josée— Arrête Maggy. Elle est très jolie comme ça avec ses boucles qui frisotent (frisottent).

5Maggy — Venez les filles, on va s'assoir (s'asseoir) à cette table.

6Philo— On est trop près de la fenêtre, je crains les aoutats (aoûtats). J'ai la peau tout abimée (abîmée).

7Maggy — On n'est pas au mois d'aout (août) Philo ! De toute façon, je n'avais pas réservé et c'est la seule table de libre.

8Philo— Regardez ! Il y en a un qui volète (volette) ! Aïe, une piqure (piqûre) !

(Elles s'installent à la table.)

9Maggy — On ne va pas commander des amuse-gueules (un amuse-gueule, des amuse-gueule). On n'en a pas besoin, ça alourdit l'addition.

(Josée et Philo se lancent des regards discrets et entendus)

10Josée— Chic, on nous apporte des cacahouettes (cacahuettes). Grignotons-les allègrement (allégrement) !

(Philo en mange une)

11Maggy — Qu'est-ce qui t'arrive Philo ? Ma pauvre petite, tu es toute boursoufflée (boursouflée). Tu es allergique ? Tu nous fais des cachoteries (cachotteries) ?

(Philo est près de pleurer)

12Josée— Arrête Maggy ! Elle te fait marcher Philo, ne l'écoute pas.

13Maggy — Ah voilà la carte ! Je vais prendre une paéla (paella). Et vous ?

14Josée— Je prendrais bien une zarzuéla* (zarzuela).

15Philo— Et moi un croquemonsieur (croque-monsieur).

16Maggy — On ne vient pas au restaurant pour manger des croquemonsieurs (des croque-monsieur) Philo. Choisis donc autre chose, je ne veux pas paraitre (paraître) ridicule !

17Philo — Bon, eh bien, je prends des huitres (huîtres), avec un ouvre-huitre (ouvre-huîtres).

18Maggy — Tu yoyotes (yoyottes), on va te les apporter ouvertes ! Oh là là ! Ces filles de la table d'à coté côté. Quel bagout*! On dirait vraiment qu'elles caquètent (caquettent).

(Le serveur apporte les jus de fruits puis les plats.)

19Maggy — Mais on banquète (banquette) ma parole !

20Josée— Mes chères amies, je propose de lever nos verres en l'honneur de cette belle soirée.

21Toutes les trois- Tchintchin (chin chin ou tchin tchin) !

22Maggy — Tu ne vas pas t'étouffer avec six huitres (huîtres), ma pauvre Philo. Mais regardez-la elle s'est laissé (laissée ou laissé) grossir et la voilà qui mangeote (mangeotte) !

(Philo est près de pleurer)

23Josée— Laisse-la tranquille pour une fois Maggy, tu gaches gâches tout !

24Maggy— Ah mais c'est vrai, on ne parle pas de son poids ! Quelle neuneue (neu-neu) ! Zut, je viens de faire une tache sur mon teeshirt (tee-shirt) ! C'est parce que vous m'avez énervée !

25Josée— Maggy !

26Maggy — Tiens Philo. Je n'aime que la mie. Je te donne ma croute (croûte). Mais qu'est-ce que tu as dans ton assiette, Josée ? Bizarre, on dirait des caqures* (caqûres) et ça sent la caque*.

27Josée— C'est pourtant délicieux Maggy. Tu veux gouter (goûter) ?

28Maggy(d'un air moqueur) C'est cela, oui !

29Josée— Regarde qui je vois là-bas. C'est Kevin. Tu vas aller lui dire bonjour, Maggy ? Tu veux que je l'interpèle (interpelle) ?

30Maggy— Surement (sûrement) pas, avec ma tache sur mon teeshirt (tee-shirt)!

31Josée— Il est avec ta copine Jennifer !

32Maggy — Kevin et Jennifer ! (Maggy tourne un peu la tête pour les voir sans être vue.) Il affecte un air de bonhommie (bonhomie) qui ne me plait (plaît) guère. Que ce chnoque (schnock) vienne me demander quelque chose à l'avenir ! Et dire qu'il me disait qu'il m'aimait ! C'étaient des imbécilités (imbécillités). Quel blablabla (bla-bla-bla-ou blablabla) ! Quelle vilénie (vilenie) ! Je devine maintenant ce qu'il fait tous les weekends (les week-ends). Je ne tolèrerai (tolérerai) plus jamais un écart. Cette histoire va me donner de l'exéma (eczéma).

33Philo— Moi, j'accèderais (accéderais) volontiers à tous ses désirs si je les connaissais. Puissè-je (puissé-je) un jour converser seul à seul avec lui !

34Maggy— La voilà qui devient lyrique ! Elle n'est pourtant pas soule (soûle, saoule).

35Josée— Ne t'inquiète pas, Maggy, ce n'est peut-être qu'une tocade (toquade). Il te reviendra.

36Maggy— Quel tocard (toquard) ce vanupied (va-nu-pieds) ! Des supermans (supermen) sexys (sexy ou sexys) comme lui, on en connait (connaît) ! Je n'irai plus me faire shampouiner (shampooiner) chez ce shampouineur (shampooineur). C'est dit ! J'aurais presque envie d'acheter un révolver (revolver). Vous ne soutenez pas la gageüre (gageure) ? Oh la la, j'ai chaud, je ruissèle (ruisselle) !

37Philo— Tiens, je croyais qu'il était acuponcteur (acupunteur). Oh, écoutez ! Il y a quelqu'un qui chante à capella (a capella).

38Josée— À priori (a priori), c'est une chanson italienne

39Maggy(en se moquant) À postériori (a postériori) aussi !

40Josée— À propos, je suis passée à la billèterie (billetterie) pour prendre des places pour le prochain concert. Je veux vous faire une surprise.

41Maggy & Philo— Ouah ! On peut en savoir plus ?

42Josée— Ce ne serait plus une surprise... Voilà les fromages ! Qui veut un yogourt (yoghourt ou yogourt) ?

43Maggy — Et maintenant, le plumpouding (plum-pudding) ! Dommage qu'il n'y ait pas un charriot (chariot) des desserts !

44Philo— Je n'aime pas le plumpouding.

45Maggy— Tu auras un spéculos (spéculoos).

46Josée— Garçon ! Je prendrais bien un café. Sans saccarine (saccharine), s'il vous plait (plaît) !

47Philo— Comme il est tard ! Je sècherais (sécherais) bien les cours demain. J'ai mal aux guiboles (guibolles) et je grelote (grelotte).

48Maggy(regarde l'addition) Ouille, ça m'a couté (coûté) cher !

49Josée— On est quand même des filles top, des self-made-womans (self-made-women) ! Allez, toutes à nos scooteurs (scooters) ! Et gaiment (gaiement) !

50Philo— On pourra regarder un thrilleur (thriller) en arrivant ?

51Josée & Maggy On n'est pas couchées !

 

 

°°°Notes

Les mots mal orthographiés sont barrés :

côté pour coté

tu gâches pour tu gaches

> On n'ôte pas les accents à ôter, côté, côte, gâcher...

On ne prononce pas de la même façon le o dans cote [kɔt] et côte [kot], côté et coté, ôte (ôter) et hotte.

coté : qui fait l'objet d'une cotation – la cote (avoir la cote, la cote mobilière, etc.)

>*bagout ou bagou

>*zarzuéla (zarzuela) plat traditionnel espagnol à base de poisson.

>*caqure (caqûres) débris de harengs (cf Littré) - une caque : barrique où l'on met des harengs.

Proverbe - Cf. Littré : La caque sent toujours le hareng, c'est-à-dire on se ressent toujours de ses habitudes, de tout ce qui constitue la vie antérieure ; se dit aussi de ceux qui passent d'une position inférieure à une position plus élevée.

> Un ouvre-huîtres, orthographe traditionnelle, mot donné dans le Wiktionnaire pas dans l'Académie ni dans Le Trésor

 

Retrouvez les trois copines dans : Récapitulation des petites histoires à trous

 → Récapitulation de tous les exercices à trous

Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... "

Orthographe grammaire pour les hésitants

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

ACCUEIL

 

 > Retour au début de l'article  

Exercice inverse.

Le texte est écrit avec l'orthographe traditionnelle, retrouvez la nouvelle orthographe.

 

1Josée— Comme c'est gentil Maggy de nous avoir invitées au restaurant !

2Philo— Oh oui, c'est vraiment sympa.

3Maggy — Eh bien Philo, tu t'es mise sur ton trente et un ! Quels jolis accroche-coeur ! Dommage que tu ne puisses pas ôter tes frisottis !

4Josée— Arrête Maggy. Elle est très jolie comme ça avec ses boucles qui frisottent.

5Maggy— Venez les filles, on va s'asseoir à cette table.

6Philo— On est trop près de la fenêtre, je crains les aoûtats. J'ai la peau tout abîmée.

7Maggy — On n'est pas au mois d'août, Philo ! De toute façon, je n'avais pas réservé et c'est la seule table de libre.

8Philo— Regardez ! Il y en a un qui volette ! Aïe, une piqûre !

(Elles s'installent à la table.)

9Maggy — On ne va pas commander des amuse-gueule. On n'en a pas besoin, ça alourdit l'addition.

(Josée et Philo se lancent des regards discrets et entendus)

10Josée— Chic, on nous apporte des cacahuettes. Grignotons-les allégrement !

(Philo en mange une)

11Maggy— Qu'est-ce qui t'arrive Philo ? Ma pauvre petite, tu es toute boursouflée. Tu es allergique ? Tu nous fais des cachotteries ?

(Philo est près de pleurer)

12Josée— Arrête Maggy ! Elle te fait marcher Philo, ne l'écoute pas.

13Maggy— Ah voilà la carte ! Je vais prendre une paella. Et vous ?

14Josée— Je prendrais bien une zarzuela.

15Philo— Et moi un croque-monsieur.

16Maggy — On ne vient pas au restaurant pour manger des croque-monsieur, Philo. Choisis donc autre chose, je ne veux pas paraître ridicule !

17Philo — Bon, eh bien, je prends des huîtres, avec un ouvre-huîtres.

18Maggy — Tu yoyottes, on va te les apporter ouvertes ! Oh là là ! Ces filles de la table d'à côté. Quel bagout ! On dirait vraiment qu'elles caquettent.

(Le serveur apporte les jus de fruits, puis les plats.)

19Maggy— Mais on banquette ma parole !

20Josée— Mes chères amies, je propose de lever nos verres en l'honneur de cette belle soirée.

21Toutes les trois- Chin chin !

22Maggy— Tu ne vas pas t'étouffer avec six huîtres, ma pauvre Philo. Mais regardez-la elle s'est laissé grossir et la voilà qui mangeotte !

(Philo est près de pleurer)

23Josée— Laisse-la tranquille pour une fois Maggy, tu gâches tout !

 24Maggy— Ah mais c'est vrai, on ne parle pas de son poids ! Quelle neu-neu ! Zut, je viens de faire une tache sur mon tee-shirt ! C'est parce que vous m'avez énervée !

25Josée— Maggy !

26Maggy— Tiens Philo. Je n'aime que la mie. Je te donne ma croûte. Mais qu'est-ce que tu as dans ton assiette, Josée ? Bizarre, on dirait des caqûres et ça sent la caque*.

27Josée— C'est pourtant délicieux Maggy. Tu veux goûter ?

 28Maggy(d'un air moqueur) C'est cela, oui !

29Josée— Regarde qui je vois là-bas. C'est Kevin. Tu vas aller lui dire bonjour, Maggy ? Tu veux que je l'interpelle ?

 30Maggy— Sûrement pas, avec ma tache sur mon tee-shirt !

31Josée— Il est avec ta copine Jennifer !

32Maggy — Kevin et Jennifer ! (Maggy tourne un peu la tête pour les voir sans être vue.) Il affecte un air de bonhomie qui ne me plait (plaît) guère. Que ce schnock vienne me demander quelque chose à l'avenir ! Et dire qu'il me disait qu'il m'aimait ! C'étaient des imbécillités. Quel bla-bla-bla (ou blablabla) ! Quelle vilenie ! Je devine maintenant ce qu'il fait tous les week-ends. Je ne tolérerai plus jamais un écart. Cette histoire va me donner de l'eczéma.

33Philo— Moi, j'accéderais volontiers à tous ses désirs si je les connaissais. Puissé-je un jour converser seul à seul avec lui !

 34Maggy— La voilà qui devient lyrique ! Elle n'est pourtant pas soûle (ou saoule).

35Josée— Ne t'inquiète pas, Maggy, ce n'est peut-être qu'une toquade. Il te reviendra.

36Maggy— Quel toquard, ce va-nu-pieds ! Des supermen sexy comme lui, on en connaît ! Je n'irai plus me faire shampooiner chez ce shampooineur. C'est dit ! J'aurais presque envie d'acheter un revolver. Vous ne soutenez pas la gageure ? Oh la la, j'ai chaud, je ruisselle !

37Philo— Tiens, je croyais qu'il était acupuncteur. Ah, écoutez ! Il y a quelqu'un qui chante a capella.

38JoséeA priori, c'est une chanson italienne

39Maggy(en se moquant) A postériori aussi !

40Josée— À propos, je suis passée à la billetterie pour prendre des places pour le prochain concert. Je veux vous faire une surprise.

41Maggy & Philo— Ouah ! On peut en savoir plus ?

42Josée— Ce ne serait plus une surprise... Voilà les fromages ! Qui veut un yoghourt (ou yogourt) ?

43Maggy — Et maintenant, le plum-pudding ! Dommage qu'il n'y ait pas un chariot des desserts !

44Philo— Je n'aime pas le plum-pudding.

45Maggy— Tu auras un spéculoos.

46Josée— Garçon ! Je prendrais bien un café. Sans saccharine, s'il vous plaît !

47Philo— Comme il est tard ! Je sécherais bien les cours demain. J'ai mal aux guibolles et je grelotte.

48Maggy(regarde l'addition) Ouille, ça m'a coûté cher !

49Josée— On est quand même des filles top, des self-made-women ! Allez, toutes à nos scooters ! Et gaiement !

 50Philo— On pourra regarder un thriller en arrivant ?

 51Josée & MaggyOn n'est pas couchées !

 

> Retour au début de l'article

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
29 mars 2015 7 29 /03 /mars /2015 17:14

> ACCUEIL

> Tous les articles du blog

Exercice d'application > Orthographe traditionnelle et nouvelle orthographe QUIZ

Liste orthographique pour les élèves > http://www.nouvelleorthographe.info/echelle_europe.pdf

Sommaire :

1-Les nouvelles règles

2-Le lexique de A à Z

3-Ce qu'en pensait le magazine LIRE en 1990

 orthographeorthographeorthographeorthographeorthographeorthographeorthographeorthographeorthographeorthographe

1-Les nouvelles règles en 10 points

En lien avec : http://www.orthographe-recommandee.info/enseignement/regles.pdf

document librement reproductible

1. Les numéraux composés sont systématiquement reliés par des traits d'union.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

vingt et un
deux cents
un million cent
trente et unième

vingt-et-un
deux-cents
un-million-cent
trente-et-unième

Observation On distingue désormais soixante et un tiers (60 + 1/3) de soixante-et-un tiers (61/3).

 

2. Dans les noms composés (avec trait d'union) du type pèse-lettre (verbe + nom) ou sans-abri (préposition + nom), le second élément prend la marque du pluriel seulement et toujours lorsque le mot est au pluriel.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

un compte-gouttes,
   des compte-gouttes
un après-midi,
   des après-midi

un compte-goutte,
   des compte-gouttes
un après-midi,
   des après-midis

Observations Restent invariables les mots comme prie-Dieu (à cause de la majuscule) ou trompe-la-mort (à cause de l'article). On écrit des garde-pêches qu'il s'agisse d'hommes ou de choses.

Cette régularisation du pluriel aboutit à une règle simple et unique et supprime des incohérences (pourquoi, en ancienne orthographe, un cure-dent mais un cure-ongles ?).

 

3. On emploie l'accent grave (plutôt que l'accent aigu) dans un certain nombre de mots (pour régulariser leur orthographe), au futur et au conditionnel des verbes qui se conjuguent sur le modèle de céder, et dans les formes du type puissè-je.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

événement
réglementaire
je céderai
ils régleraient

évènement
règlementaire
je cèderai
ils règleraient

Observation Devant une syllabe muette, on écrit donc toujours è, sauf dans les préfixes dé- et pré-, les é- initiaux ainsi que médecin et médecine.

La règle de base est généralisée : évènement ressemble désormais à avènement ; règlementaire s’écrit comme règlement.

 

4. L'accent circonflexe disparait sur i et u.
On le maintient néanmoins dans les terminaisons verbales du passé simple, du subjonctif et dans cinq cas d'ambigüité.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

coût
entraîner, nous entraînons
paraître, il paraît

cout
entrainer, nous entrainons
paraitre, il parait

Observation Les mots où le circonflexe est conservé parce qu'il apporte une distinction de sens utile sont : les adjectifs masculins singuliers , mûr et sûr, jeûne(s) et les formes de croitre qui, sans accent, se confondraient avec celles de croire (je croîs, tu croîs, etc.).

Sur i et u, l'accent circonflexe ne joue aucun rôle phonétique ; il est l'une des principales causes d'erreurs et son emploi, aléatoire, ne peut être justifié par l'étymologie.

 

5. Les verbes en -eler ou -eter se conjuguent sur le modèle de peler ou de acheter. Les dérivés en -ment suivent les verbes correspondants. Font exception à cette règle appeler, jeter et leurs composés (y compris interpeler).

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

j'amoncelle
amoncellement
tu époussetteras

j'amoncèle
amoncèlement
tu époussèteras

Avec cette nouvelle règle, il n'y a plus lieu de mémoriser de longues listes de verbes, dont la conjugaison variait parfois même d'un dictionnaire à l'autre.

 

6. Les mots empruntés forment leur pluriel de la même manière que les mots français et sont accentués conformément aux règles qui s'appliquent aux mots français.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

des matches
des misses
revolver

des matchs
des miss
révolver

Le pluriel régulier, déjà familier à la plupart des francophones, renforce l'intégration des mots empruntés ; l'ajout d'accent permet d'éviter des prononciations hésitantes.

 

7. La soudure s'impose dans un certain nombre de mots, en particulier :
— dans les mots composés de
contr(e)- et entr(e)- ;
— dans les mots composés de
extra-, infra-, intra-, ultra- ;
— dans les mots composés avec des éléments « savants » (
hydro-, socio-, etc.) ;
— dans les onomatopées et dans les mots d'origine étrangère.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

contre-appel, entre-temps
extra-terrestre
tic-tac, week-end
porte-monnaie

contrappel, entretemps
extraterrestre
tictac, weekend
portemonnaie

La soudure est étendue ; au-delà des cas cités dans cette règle, les auteurs de dictionnaires sont invités à privilégier la graphie soudée.

 

8. Les mots anciennement en -olle et les verbes anciennement en -otter s'écrivent avec une consonne simple. Les dérivés du verbe ont aussi une consonne simple. Font exception à cette règle colle, folle, molle et les mots de la même famille qu'un nom en -otte (comme botter, de botte).

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

corolle
frisotter, frisottis

corole
frisoter, frisotis

Là encore, il s'agit de supprimer des incohérences : corole s'écrit désormais comme bestiole ; mangeoter suit neigeoter.

 

9. Le tréma est déplacé sur la lettre u prononcée dans les suites -güe- et -güi-, et est ajouté dans quelques mots.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

aiguë, ambiguë
ambiguïté
arguer

aigüe, ambigüe
ambigüité
argüer

Observation Les mots dans lesquels est ajouté un tréma sont : argüer (j'argüe, nous argüons, etc.), gageüre, mangeüre, rongeüre, vergeüre.

Le déplacement du tréma évite des difficultés de lecture ; son ajout empêche des prononciations jugées fautives.

 

10. Comme celui de faire, le participe passé de laisser suivi d'un infinitif est invariable.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

elle s'est laissée maigrir
je les ai laissés partir

elle s'est laissé maigrir
je les ai laissé partir

orthographeorthographeorthographeorthographeorthographeorthographeorthographeorthographeorthographeorthographe

2-Le lexique de A à Z 

 

Liste donnée sur le site RENOUVO

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M

N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z

 

La plupart des mots de la liste ci-dessous sont en lien avec le Wiktionnaire

> Rectifications orthographiques de 1990

Pour trouver un mot, appuyez sur Ctrl f

 

A

B

D

E

F

G

I

J

K

L

M

N

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

X

Y

Z

orthographe rectifiée en 1990orthographe rectifiée en 1990orthographe rectifiée en 1990orthographe rectifiée en 1990

La liste ci-dessus n'est pas exhaustive (incomplète)

Ajout du 4 novembre 2015 :

J'avais trouvé sur la toile le Vadémécum de l'orthographe recommandée

A ma grande stupéfaction, la liste des mots en ligne dans le site a disparu.

On ne trouve qu'une publicité pour acheter le livret.

C'est fort de café ! (difficile à croire)

Un autre site récapitulatif : http://pascalvillars.free.fr/telechargement/0010.pdf

L'Office québécois de la langue française propose une liste des mots rectifiés :
Rectifications  > Recommandations générales liées aux rectifications de l'orthographe

A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

 

LireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLireLir eLireLireLireLireLireLireLireLire

Lu dans le Magazine LIRE du mois de novembre 1990

 

Lire n°182 

Numéro consacré à la réforme de l'orthographe, qualifiée parfois de réformette.

En titre sur la première de couverture, on peut lire :

À qui profite la réforme de l'orthographe ?

Une question quelque peu provocatrice à laquelle Lire s'efforce de répondre.

Aux enfants ?

Aux instituteurs ?

Au syndicat national des instituteurs ?

À la société des agrégés ?

Aux informaticiens qui rêvaient de soulager les claviers des ordinateurs d'un certain nombre de touches ?

Aux étudiants étrangers ?

On est peu convaincus de l'utilité de cette réforme quand on lit les réponses de LIRE à toutes ces questions

Une boutade en guise de réponse :

"Au-delà des intentions affichées, les véritables bénéficiaires ne seraient-ils pas Michel Rocard et Maurice Druon ?"

Il s'ensuit une liste de pour et de contre cette réforme qui donnent à penser.

J'en relèverai un contre qui vous fendra le coeur à le lire, et qui vous arrachera des larmes, j'en suis sûre :

"La suppression de l'accent circonflexe défigure l'image que nous avons de certains mots comme abîme, goût, brûler. Ces mots, tels qu'ils sont, font partie de notre patrimoine. les mots sont un langage pour l'oeil autant que pour l'oreille."

 

> Les magazines LIRE

ACCUEIL

Tous les articles du blog

Exercice d'application > Orthographe traditionnelle et nouvelle orthographe QUIZ

ARTICLES CONNEXES

Mais pourquoi la langue française est-elle si compliquée ? - L'origine du français

Les nombreuses réformes de la langue française

Les Epithètes de Maurice de la Porte – 1571 (Les lettres ramistes)

La lettre Q – QV – QU

GN ou IGN – OIGNON ou OGNON

 

> Retour au début de l'article

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 19:40

ACCUEIL

Tous les articles du blog

Récapitulation des petites histoires à trous avec tous les épisodes des Trois copines

 

Sommaire de l'article

L'orthographe et la prononciation des homophones

Des phrases pour illustrer leurs diverses acceptions

QUIZ 98 Le texte à trous : recherchez le mot qu'il faut

Les trois copines, Maggy, Josée, la petite Philo

& Kevin (9e épisode)

Correction du texte

 

Dans la liste donnée, on a deux prononciations proches mais différentes, [se] et [sɛ].

Tous ces mots sont des paronymes.

Que signifient les mots synonyme, antonyme, homonyme, homophone, paronyme, hyperonyme, hyponyme, holonyme, méronyme ?

 

Prononcer [se]* : ses, ces.

*signes phonétiques internationaux

Prononcer [sɛ]* : c'est, sait, sais, saie.

Prononcer [sɛt]* : cette, cet (l'adjectif démonstratif cet se lie avec le mot qui suit si celui-ci commence par une voyelle ou un h muet).

Le h aspiré et le h muet

Voir >La liaison - L'élision - L'enchaînement - La disjonction

Certains étrangers ont des difficultés à différencier les sons [e) et [ɛ] ; et même en France, certains parlers régionaux ne font pas la différence (comme en Haute-Loire par exemple).

un saï, prononcer [saj] Ce n'est pas un homophone.

 

Ses, adjectif possessif.

Ce sont ses gants et ses pantoufles. Ce sont les siens, ce sont les siennes.

Ces, adjectif démonstratif.

À qui sont donc ces gants et ces pantoufles ?

C'est, ce, pronom démonstratif + verbe être.

C'est mon ami.

C'est mon histoire.

C'est bien.

C'est lui.

C'est le moment.

C'est ce que je dis.

Vous savez ce que c'est d'avoir un enfant ?

Qu'est-ce que c'est que vous avez fait ? (Qu'avez-vous fait ?)

Ce que je ne supporte pas, c'est sa vulgarité.

C'est pour rire.

C'est pour de bon.

C'est bon de te revoir.

Ce que j'aime, c'est ton franc-parler.

C'est toi que j'aime. (C'est explétif)

C'est un vrai moment de plaisir que d'être avec toi.

Voilà ce que c'est quand on est bête.

Ce qui est insupportable, c'est de t'entendre dire du mal de tes amis.

S'est, fait partie d'un verbe pronominal

Elle s'est piquée aux chardons, elle s'est vraiment fait mal et il s'est porté à son secours : verbes pronominaux : se piquer se faire mal, se porter, etc. au passé composé.

Sait, sais,

le verbe savoir au présent de l'indicatif : je sais, tu sais, il sait.

Ce, cet, cette, adjectifs démonstratifs

ce & cet, masculin singulier : ce devient cet devant une voyelle ou un h aspiré.

Cette est féminin et se prononce de la même façon que cet qui se lie avec le mot suivant : cette buse et cet âne ne vont pas bien ensemble.

Regarde ce monsieur qui fait la grimace.

Cet homme n'est pas beau à voir.

Et tu as vu cette fille qui rigole en le voyant.

Une saie est un vêtement court que portaient à la guerre les Perses, les Romains et les Gaulois

 

Un saï est un singe, comme chacun le sait.

Ce n'est pas ici un homophone. Prononcer [saj]

Un saï est aussi un trident japonais.

 

QUIZ

Complétez le texte avec le mot qu'il faut :

ses, ces, c'est, cet, sait, sais ou saï.

Maggy, Josée et la petite Philo

 

1Maggy– Tu …. Josée, …. un comble !

2JoséeQu'est-ce que …. qui ne va pas, Maggy ?

3Maggy– …. Philo ! …. vraiment une peste, tu …. .

4Josée– Philo ? Elle ne ferait pas du mal à une mouche ! …. un malentendu. Qu'est-ce qui …. passé ?

5Maggy– Ce qui …. passé ? Mais …. innommable ! …. que je l'ai rencontrée ce matin ; et devine avec qui !

6Josée– Avec qui ?

7Maggy– …. Kevin qui l'accompagnait, bras dessus bras dessous. …. infidèle, …. hominidé mal dégrossi m'a trahi, ce fourbe, ce sournois. …. un fait : jamais je ne lui pardonnerai.

8Josée– …. donc lui dont tu étais amoureuse, Maggy ; …. une chose que j'ignorais, et Philo ne le …. pas non plus.

9Maggy– Elle …. amourachée de lui j'en suis sûre.

10Josée– …. bien peu probable, Maggy,

11Maggy– Voilà ce que …. : elle traîne toujours dans la rue à vouloir aguicher qui la regardera. Si …. pas malheureux* !

12Josée– Tu te trompes, Maggy, …. pas une fille comme ça*. Elle n'a que douze ans.

13Maggy– Tiens, regarde-les ; …. eux qui arrivent*.

14Philo & Kevin– Ah ! …. vous ! Bonjour Josée ! Bonjour Maggy ! …. super de vous rencontrer.

15Kevin Cette pauvre Philo s'est foulé la cheville et je l'aide à marcher pour aller en cours.

16Maggy– Voilà ce que …. quand on est maladroite comme toi, ma pauvre Philo.

17Philo …. douloureux ! Aïe ! Vous ne savez pas ce que …. de souffrir comme ça. Kevin …. donné un mal de chien pour me soutenir.

18Kevin …. une chance qu'elle m'ait rencontré. …. tout juste si elle pouvait avancer.

19Philo– Kevin, ce que j'aime chez toi, …. ta gentillesse, tu …. , .... attentions que tu prodigues quand on a besoin de toi.

20Maggy– Bon tu l'as assez aidée comme ça, Kevin, on prend le relais. Allez, Philo, lâche-le, ne t'agrippe pas comme ça !

21Philo– .... que j'ai plus confiance en lui qu'en toi, Maggy. J'aurais peur que tu me laisses tomber ; …. vrai.

22Maggy– Oh la la, .... geignardes qui larmoient pour un oui ou pour un non ! Mais …. qu'elle ferait croire que je suis méchante ! Bon, …. comme ça ? Alors je vous laisse les filles. Tu viens Kevin ? Oh, regarde là-bas Philo, ....-y* pas un .... qui .... perdu ? Rattrape-le Philo ! (Philo part, courant et clopinant  pour le rattraper) Mais .... qu'elle m'a cru, la bêtasse !

 

Texte complété

1Maggy– Tu sais Josée, c'est un comble !

2JoséeQu'est-ce que c'est qui ne va pas, Maggy ?

3MaggyC'est Philo ! C'est vraiment une peste, tu sais.

4Josée– Philo ? Elle ne ferait pas du mal à une mouche ! C'est un malentendu. Qu'est-ce qui s'est passé ?

5Maggy– Ce qui s'est passé ? Mais c'est innommable ! C'est que je l'ai rencontrée ce matin ; et devine avec qui !

6Josée– Avec qui ?

7Maggy C'est Kevin qui l'accompagnait, bras dessus bras dessous. Cet infidèle, cet hominidé mal dégrossi m'a trahi, ce fourbe, ce sournois. C'est un fait : jamais je ne lui pardonnerai.

8JoséeC'est donc lui dont tu étais amoureuse, Maggy ; c'est une chose que j'ignorais, et Philo ne le sait pas non plus.

9Maggy– Elle s'est amourachée de lui j'en suis sûre.

10JoséeC'est bien peu probable, Maggy,

11Maggy– Voilà ce que c'est : elle traîne toujours dans la rue à vouloir aguicher qui la regardera. Si c'est pas malheureux* !

12Josée– Tu te trompes, Maggy, c'est pas une fille comme ça*. Elle n'a que douze ans.

13Maggy–Tiens, regarde-les ; c'est eux qui arrivent*.

14Philo & Kevin– Ah ! C'est vous ! Bonjour Josée ! Bonjour Maggy ! C'est super de vous rencontrer.

15Kevin- Cette pauvre Philo s'est foulé la cheville et je l'aide à marcher pour aller en cours.

16Maggy– Voilà ce que c'est quand on est maladroite comme toi, ma pauvre Philo.

17Philo- C'est douloureux ! Aïe ! Vous ne savez pas ce que c'est de souffrir comme ça. Kevin s'est donné un mal de chien pour me soutenir.

18Kevin- C'est une chance qu'elle m'ait rencontré. C'est tout juste si elle pouvait avancer.

19Philo- Kevin, ce que j'aime chez toi, c'est ta gentillesse, tu sais, ces attentions que tu prodigues quand on a besoin de toi.

20Maggy– Bon tu l'as assez aidée comme ça, Kevin, on prend le relais. Allez, Philo, lâche-le, ne t'agrippe pas comme ça !

21PhiloC'est que j'ai plus confiance en lui qu'en toi, Maggy. J'aurais peur que tu me laisses tomber ; c'est vrai.

22MaggyOh la la, ces geignardes qui larmoient pour un oui ou pour un non ! Mais c'est qu'elle ferait croire que je suis méchante ! Bon, c'est comme ça ? Alors je vous laisse les filles. Tu viens Kevin ? Oh, regarde là-bas Philo, c'est-y* pas un saï qui s'est perdu ? Rattrape-le Philo ! (Philo part, courant et clopinant pour le rattraper) Mais c'est qu'elle m'a cru, la bêtasse !

 

Notes

Si c'est pas malheureux ! Pour : si ce n'est pas malheureux ! Expression familière.

Tu te trompes Maggy, c'est pas une fille comme ça. Pour : ce n'est pas une fille comme ça.

C'est eux qui arrivent, familier pour Ce sont eux qui arrivent.

Voir > C'est eux ou Ce sont eux ? C'est ceux ou Ce sont ceux ?

Oh, regarde Philo, c'est-y pas un saï qui traverse la rue en courant ? 

c'est-y : expression très familière. Pour N'est-ce pas un saï...

Oh la la ! ou bien Oh là là ! interjection.

 

  Retrouvez les trois copines dans :