Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 06:58
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 15:07

   FLORILÈGE

ACCUEIL

                                                                                                                      

Un florilège de textes sélectionnés par mamiehiou

                                                                                                                     

 

-35-

 

Baudelaire

Les Fleurs du Mal 1868

Spleen et Idéal

 

Sonnet

LES CHATS


Les amoureux fervents et les savants austères
Aiment également, dans leur mûre saison,
Les chats puissants et doux, orgueil de la maison,
Qui comme eux sont frileux et comme eux sédentaires.

Amis de la science et de la volupté,
Ils cherchent le silence et l’horreur des ténèbres ;
L’Érèbe les eût pris pour ses coursiers funèbres,
S’ils pouvaient au servage incliner leur fierté.

Ils prennent en songeant les nobles attitudes
Des grands sphinx allongés au fond des solitudes,
Qui semblent s’endormir dans un rêve sans fin ;

Leurs reins féconds sont pleins d’étincelles magiques,
Et des parcelles d’or, ainsi qu’un sable fin,
Étoilent vaguement leurs prunelles mystiques.


 

Comment ne pas être séduit par l'étrangeté des chats tels que nous les donne à voir Baudelaire ? Si les amoureux et les savants aiment les côtoyer, c'est qu'ils leur ressemblent ; ainsi s'établit-il entre eux une osmose étonnante. Et si l'on sait regarder ces félins fiers et nobles, on entre avec eux dans un monde fantastique.

Les chats m'ont accompagnée toute ma vie. Je les ai aimés plus que de raison, comme peuvent le mesurer ceux qui nourrissent pour eux une grande passion. Je ne peux pas dire que j'étais la maîtresse de mes chats ni qu'ils étaient mes maîtres ; je les considérais comme mes égaux. Jamais je ne les grondais, jamais ils ne me jetaient un oeil noir. Nous nous nous respections et nous nous prodiguions des caresses. Je suis parvenue à faire de certains chats mal aimés et agressifs, que j'ai recueillis, les chats les plus doux du monde.

 


 

Un sonnet se compose de quatre strophes : deux quatrains (4 vers) et deux tercets (3 vers)

L'agencement des rimes de ce sonnet est ABBA CDDC EEF GFG,

Les vers sont des alexandrins (12 syllabes)

Dans le vers : "Qui semblent s'endormie dans un rêve sans fin ;"  on remarquera l'allitération des nasales (répétition des sons en/an, un, in) et l'allitération des sifflantes s et des fricatives f, v.

Pour en savoir plus, voir sur ce blog :

> Versification. Comment compter les pieds* (syllabes) d'un vers ?

> Que les consonnes sonnent !

 

 

FLORILÈGE - LA PENSÉE DES AUTRES (titres des textes)

ACCUEIL & SOMMAIRE

 

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Florilège - la pensée des autres
commenter cet article
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 09:54

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Articles classés par catégories (tags)

 

« Optimiste : Adepte de la doctrine selon laquelle le noir est blanc. »

Ambrose Bierce, Le dictionnaire du Diable

Définitions

Dans le Littré

OPTIMISME 1-Système de philosophie où l'on enseigne que Dieu a fait les choses suivant la perfection de ses idées, c'est-à-dire le mieux, et que le monde est le meilleur des mondes possibles. L'optimisme de Platon, renouvelé par Shaftesbury, Bolingbroke, Leibnitz, et chanté par Pope en beaux vers, est peut-être un système faux ; mais ce n'est pas assurément un système impie, comme des calomniateurs l'ont dit. [Voltaire, 3e disc.] Candide ou l'Optimisme, conte de Voltaire, où il réfute l'optimisme.

2-Se dit, dans le langage ordinaire, d'une tendance à voir tout en beau, surtout en fait de politique. Un tel optimisme, à parler franchement, ressemble à l'égoïsme. [Collin D'harleville, Optimiste, II, 7]


Dans Le Dictionnaire de l'Académie Française 8e édition
OPTIMISME - Terme didactique. Doctrine philosophique qui soutient que tout ce qui existe est le mieux possible. Il se dit, dans le langage ordinaire, d'une certaine disposition à voir les choses en beau, à ne pas s'inquiéter des embarras présents et à bien augurer de l'avenir. Il se dit encore, par extension, de l'impression qu'on a, dans une circonstance particulière, de voir les choses prendre bonne tournure. Je voudrais pouvoir partager votre optimisme.

 

Dans Le Trésor : Lexicographie - Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales > OPTIMISME, subst. Masc.

www.cnrtl.fr/definition/

 

Étymologie du mot optimisme

Je trouve le mot optimisme dans le Dictionnaire de Léon Clédat

Dictionnaire étymologique de la langue française (1914)

 page 143, à l'entrée COPIE :

Copie, d'où copier, copiste, recopier, vient du latin copia, qui a produit aussi copieux et qui signifie proprement abondance ; les copies multiplient l'original. Dans ce mot le c- est ce qui reste du préfixe co- ; l'o s'est confondu avec l'o initial de op, d'où opulence, et dans optime et le latin optimum (d'où optimiste), qui, avant de marquer l'excellence, marquait l'abondance. Optimum et optime ont servi de superlatif à bonum, bon, et à bene, bien ; l'optimisme est la disposition d'esprit à trouver que tout va bien.

Copieux, copiste, voir copie - coplatif, copule, voir apte

 

Candide ou l'Optimisme par Voltaire 1759

Candide, ou l’Optimisme est publié en janvier 1759 à Genève.

Texte à lire sur Wikisource : Édition Beuchot 1829 ou Édition Garnier 1877

Voltaire (François Marie Arouet) est le philosophe des Lumières le plus célèbre. Ses contes philosophiques sont aujourd'hui les plus connus de ses oeuvres nombreuses qui ont eu un grand succès en son temps. On a admiré son courage pour faire triompher la Vérité et la Justice et les affaires qu'il a défendues sont encore dans les mémoires.

En 1759 Lisbonne est ébranlée par un terrible tremblement de terre. Voltaire écrit alors dans son conte Candide son sentiment sur l'optimisme. Son héros est accablé de toutes sortes de maux et il lui arrive de nombreuses mésaventures.

« L'optimisme c'est la rage de soutenir que tout est bien quand on est mal. »

Candide, ou l'Optimisme, Voltaire, éd. de la Sirène, 1913, chap. 19 (« Ce qui leur arriva à Surinam et comment Candide fit connaissance avec Martin. »), p. 138 (texte intégral sur Wikisource)

 

Citations glanées ici et là sur la toile

« Pas un jour ne se passe sans qu'on utilise le mot optimisme, forgé par Voltaire contre Leibnitz, qui avait démontré (malgré l'Ecclésiaste et avec l'approbation de l'Église) que nous vivions dans le meilleur des mondes. Voltaire, fort raisonnablement, nia cette exorbitante opinion […] Leibnitz aurait pu répliquer qu'un monde qui nous a donné Voltaire a quelque droit à être consideré le meilleur. »

« (es) No pasa un día sin que usemos la palabra optimismo, que acuñada por Voltaire contra Leibnitz, que había demostrado (a despecho del Eclesiastés y con el beneplácito de la Iglesia) que vivimos en el mejor de los mundos posibles. Voltaire, muy razonablemente, negó esa exorbitante opinión […] Leibnitz pudo haber replicado que un mundo que nos ha regalado a Voltaire tiene algún derecho a que se lo considerade el mejor.  »

(es) Obras completas, Jorge Luis Borges (trad. Wikiquote), éd. Emecé, 1996, t. IV, p. 523

 

« L’essence de mon optimisme est un pessimisme constructif. »

« The essence of my optimism is constructive pessimism.  »

Citations que nous aimons. Citations de Fausto Cercignani (titre original: Quotes we cherish. Quotations from Fausto Cercignani), Brian Morris, éd. Lulu Press (Raleigh, NC, USA), http://www.lulu.com/, 2013, p. 5

 

« Autant l’optimisme béat, c’est-à-dire inactif, est une sottise, autant l’optimisme, compagnon de l’effort, est légitime. » Léon Daudet - Souvenirs

 

« L'optimisme vient de Dieu, le pessimisme est dans le cerveau de l'homme. » Proverbe Soufi

 

« L’asile d’aliénés est l’endroit où fleurit le plus d’optimisme. » Henry Havelock Ellis – La Danse de la vie

 

« Le pessimisme est d'humeur ; l'optimisme est de volonté. » Alain - Propos sur le bonheur

 

« Défiez-vous de votre optimisme, et figurez-vous bien que nous ne sommes dans ce monde pour nous battre envers et contre tous  » Prosper Mérimée

 

« Je me sens très optimiste quant à l’avenir du pessimisme.  » Jean Rostand - Carnet d’un biologiste

 

« La seule différence entre un optimiste et un pessimiste, c'est que le premier est un imbécile heureux et que le second est un imbécile triste. » George Bernanos

 

« Un optimiste est un monsieur qui croit qu'une dame a terminé sa conversation téléphonique parce qu'elle dit "au revoir". » Marcel Achard - L'amour ne paie pas

 

« If you pretend to be good, the world takes you very seriously. If you pretend to be bad, it doesn't. Such is the astounding stupidity of optimism. - Oscar Wilde

 

« Pessimism leads to weakness, optimism to power. William James

 

« Perpetual optimism is a force multiplier. » Colin Powell

Read more at http://www.brainyquote.com/quotes/keywords/optimism.html#iWj8bum33dHWWgbl.99

 

« Optimisten leiden, ohne zu klagen - Pessimisten klagen, ohne zu leiden »

Les optimistes souffrent sans se plaindre, les pessimistes se plaignent sans souffrir.

Karl Farkas, 1893-1971 était un autrichien, acteur et artiste de cabaret .

 

Articles divers

Etre Soi : L' Optimisme, un état d'esprit à cultiver pour élever la conscience du monde ?

www.psy.be/psycho/fr/soi/optimisme-etat-esprit.htm

 

Candide ou l'Optimiste de Voltaire - Bac de français

bacdefrancais.net/candide-voltaire.php

Candide > http://www.etudes-litteraires.com/voltaire-candide-chapitre-3.php

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Articles classés par catégories (tags)

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 13:35

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Sommaire de l'article

Une citation de Shakespeare

Propos sur les citations

Citations contenant le mot CITATIONS (Evene)

Monsieur D'Ormesson et ses citations

Quelques faux proverbes

Victor Hugo a aimé faire de faux proverbes

L'humour des uns n'est pas toujours celui des autres

 

"To say what we feel, not what we should say."

Dire ce que nous sentons, pas ce que nous devrions dire.

William SHAKESPEARE Acte V Scène 3

William Shakespeare - Le Roi Lear - texte intégral - In Libro Veritas

http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre5120.html

HomeNo Fear Shakespeare King Lear → Act 5, Scene 3

http:/nfs.sparknotes.com/

 
 Autour des citations

Quel engouement pour les citations !

Elles se trouvent partout, dans les essais et les romans, dans les cours de littérature et de philosophie, dans la presse, dans la bouche des écrivains et dans celles des journalistes, bref, dans beaucoup de conversations.

Nous les aimons, nous nous en gargarisons, nous les compilons, nous les plagions, nous les esquintons. Nous sommes très fiers de les placer dans la conversation au bon moment.

Je me souviens avoir entendu de nombreuses interviews de Jean d'Ormesson, pour ne citer que lui, et j'attendais, à la fin de chacune de ses phrases, qu'il dise une citation appropriée, et cela avec plaisir ; son sourire le trahissait ; il savait que cela amuserait la galerie.

Moi-même, amoureuse des aphorismes et des proverbes, je m'en donne à coeur joie, non seulement à citer des auteurs, mais à faire quelques petites phrases qui, si j'étais un jour célèbre, pourraient bien devenir des citations — mais vous n'êtes pas obligés de me croire ! Je les parsème ici ou là — dans mon blog et dans mes tweets — pour mon plaisir. Je ne me prive pas non plus de détourner certaines citations connues. Essayez donc, cela peut être drôle.

Récapitulation de mes sentences & de mes truismes

 

J'ai relevé sur le site EVENE quelques citations avec le mot CITATION :

 

 

« Citation. Répétition erronée d'une déclaration d'autrui.  »

de Ambrose Bierce

« Le moyen infaillible de rajeunir une citation est de la faire exacte.  »

de Emile Faguet

« La citation c'est l'art du bluff en philosophie.  »

Aonyme 1727

« C'est le travail des poètes d'avoir assez d'idées pour fournir une citation à toutes circonstances.  »

de John Wyndham

« Se méfier des penseurs dont l'esprit ne fonctionne qu'à partir d'une citation.  »

de Emil Michel Cioran

« Une citation dans un discours, un article ou un livre est comme un fusil dans les mains d’un soldat. Cela parle avec autorité.  »

de Brendan Francis Brown

« Même quand les phrases ont l’apparence d’une citation, elles ne doivent à aucun moment faire oublier qu’elles s’appliquent à quelqu’un de particulier.  »

de Peter Handke

« Une bonne citation placée au bon endroit et au bon moment peut, pour un instant, faire paraître le pire des imbéciles beaucoup plus intelligent qui ne l'est en réalité.  »

de Martin Roy

« Les banalités des écrivains rares nous fournissent de bonnes citations.  »

de Jean Rostand

« Supprimer les guillemets des citations : une manière élégante de recycler les idées usagées.  »

de Jacques Attali

« La sagesse des sages et l’expérience des âges sont perpétuées par les citations.  »

de Benjamin Disraeli

« Les citations, c'est de la pensée en conserve : c'est pas cher, c'est pas toujours très bon, mais tout le monde en mange.  »

de Nicolas Meyer

Citations et proverbes - Evene - Le Figaro http://evene.lefigaro.fr/citations

 

 

Il n'est que de parcourir la toile pour y trouver une foultitude de sites proposant des citations de tous bords. Et de même pour les proverbes. À ce propos, si vous voulez retrouver des proverbes que j'ai tronqués faites le quiz :

 

> Proverbes tronqués à compléter QUIZ 89 (partie A) et parties B, C, D, E, F, G, H, I, J, K ,L

Vous en avez pour la nuit !

Voir aussi > De la recherche difficile de l'auteur d'une citation & Fausses citations 

> QUIZ N°5 Complétez les citations 1re série (après le texte : 46 Délires de ma persécutrice qui veut encore m'épater) 

> QUIZ 12 Complétez les citations 2e série (après le texte : 57 Délires sur un crime abominable)

> « En Angleterre, tout est permis, sauf ce qui est interdit... »

> Et de nombreuses citations qui émaillent mes DÉLIRES

> Retour au début de l'article

 

Note : On peut lire dans l'article de La Vie du 29/10/2013 :

Jean d’Ormesson : "J’ai le culte des morts"

propos recueillis par Marie Chaudey

http://www.lavie.fr/culture/livres/jean-d-ormesson-j-ai-le-culte-des-morts-29-10-2013-45875_30.php

[extraits]

"J'ai envie de partir d'une phrase de Heidegger qui affirmait : « L'enfant qui nait est déjà assez vieux pour mourir ». La mort fait partie de la vie."

"Je suis sûrement plus proche de Châteaubriand et de Saint Augustin que de mes arrière-grand-mères... Ils sont mes intimes, car je leur dois tout. Quand je parle du temps, c'est à la lumière du Livre XI des Confessions. De là, je peux vous conduire à un mot formidable de Jankélévitch : « Si la vie est éphémère, le fait d'avoir vécu cette vie éphémère est un fait éternel ». "

Ajout du 20 avril 2014

Voici quelques FAUX PROVERBES relevés dans

Liste de faux proverbesWikipédia

fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_faux_proverbes

Noël au scanner, Pâques au cimetière. (Pierre Desproges)

Neige en janvier, ça caille aux pieds, neige en juin, oh putain ! (proverbe grolandais)

Ne remets pas à demain… ce que tu peux faire après-demain. (Alphonse Allais)

C'est au pied du mur qu'on voit le mieux le mur. (Jean-Marie Bigard)

Il ne faut pas vendre la peau de l'ours surtout.....surtout s'il n'est pas d'accord avec le prix....(film Dans une galaxie près de chez vous)

Prends ta femme pour une cruche qu'à la fin elle se casse. (Jean-Baptiste Prédéry)

Bien mal au cul ne profite jamais. (Pierre Desproges)

Bien mal acquis ne profite jamais qu'à ceux qui sont assez malins pour ne pas se faire épingler. (Pierre Dac)

C'est en forgeant qu'on devient forgeron, mais ce n'est pas en se mouchant que l'on devient moucheron, ni en sciant que Léonard devint scie. (Francis Blanche)

Rose promise, chôm'du ! (Coluche)

Qui pisse contre le vent se rince les dents. (vrai proverbe breton)

Pisse contre le vent et le vent te pissera dessus.

Qui pisse contre le vent aura ses chaussures mouillées.

Un verre, ça va, trois verres, ça va, ça va, ça va…

Bien mal acquis ne profiteroles.

Rien ne sert de partir à point, il vaut mieux courir. (Coluche)

Qui vole un œuf n'a pas de poule.

Noël au balcon, enrhumé comme un con.

Noyez Joël et beaux nénés !

Si tu vois quelqu'un ne rien faire, aide-le !

L'argent ne fait pas le bonheur, quand on en a.

Walkyrie vendredi, dimanche à l'opéra.

 

On relève dans cette liste que j'ai recopiée très incomplètement des faux proverbes de Victor Hugo. Je suis allée retrouver un faux proverbe dans son contexte :

 

Chapitre VII - Sagesse de Tholomyès - Les misérables Tome I – Fantine

Par Victor Hugo

http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre12220-chapitre57241.html

Tholomyès intervint :
—Ne parlons point au hasard ni trop vite, s'écria-t-il. Méditons si nous voulons être éblouissants. Trop d'improvisation vide bêtement l'esprit. Bière qui coule n'amasse point de mousse. Messieurs, pas de hâte. Mêlons la majesté à la ripaille ; mangeons avec recueillement ; Destinons lentement. Ne nous pressons pas. Voyez le printemps ; s'il se dépêche, il est flambé, c'est-à-dire gelé. L'excès de zèle perd les pêchers et les abricotiers. L'excès de zèle tue la grâce et la joie des bons dîners. Pas de zèle, messieurs !

 

J'ai fait lire cette liste de proverbes à quelques-uns de mes proches. Certains ont ri à en pleurer. D'autres les ont trouvés franchement "cucus".

Certaines personnes ne rient pas de certaines blagues alors que d'autres rient aux éclats. C'est assurément culturel. De là à en déduire que ceux qui ne rient pas sont autistes, il y a un abîme que je ne franchirai pas.

Voir :

Humour, entre le rire et les larmes (L'): Traumatismes et résilience par Marie Anaut...

books.google.fr/books?isbn=2738171710

Marie Anaut - 2014 - ‎Psychology

"Car, si l'humour apparaît comme universel, nous pouvons nous interroger ..."

 

"Les personnes privées d'humour"

http://books.google.fr/books?id=1R1BAwAAQBAJ&pg=PT50&lpg=PT50&dq=appr%C3%A9cier+formes+d%27humour&source=bl&ots=ah5RQoDHzU&sig=bfYSIoMw7DmP6zwj54LaMN1ckbw&hl=fr&sa=X&ei=e25TU5mBLoSROJ--gbgG&ved=0CE4Q6AEwBQ#v=onepage&q=appr%C3%A9cier%20formes%20d%27humour&f=false

 

Si je commence avec Shakespeare, je finis avec Shakespeare !

"A fool thinks himself to be wise, but a wise man knows himself to be a fool."

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 16:41

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Les poèmes de mamiehiou

Le vers en écho

Littré : Terme de littérature. Sorte de vers dont la dernière syllabe se répète et ajoute au sens qu'elle complète ; cette dernière syllabe répétée est comptée comme un vers.

 

Ma chère enfant tu es venue,

Nue,

Pauvre, affamée comme jamais ;

Mais

Tu fus accueillie, réchauffée.

Fée

De mes journées que tu remplis !

Lis

Dans mon regard tous les éclairs

Clairs

Que tu ravives comme flamme ;

Lame

Déferlante qu'Amour apporte,

Porte

L'ivresse de la joie céleste !

Leste,

Tu l'es comme l'oiseau bleuté.

Tes

Gracieux appas me conviennent.

Vienne

Ton corps exquis que j'y demeure !

Heures

Bénies, tendres, paradisiaques.

Ah ! Que

Mon coeur était plein d'espérance

En ce

Moment heureux que j'attendais

Dès

Lors que ce jour je t'ai connue,

Nue

Félicité m'est advenue.

Mamiehiou

Mythologie grecque

Écho était une belle nymphette à qui Zeus demanda un jour un service. Elle devait distraire Héra, l'épouse jalouse du dieu, pour que cette dernière ne vît pas que son volage de mari fuguait et la trompait éhontément.

Pauvre Écho ! Elle ne put accomplir sa tâche ; Héra qui était finaude éventa l'affaire et fit éclater sa rage.

Zeus punit Écho : désormais, elle ne parlerait plus que la dernière.

Un jour, la belle enfant tomba amoureuse de Narcisse. On le connaît bien celui-là, il n'aimait personne plus que lui-même depuis le jour où il vit son reflet ; mais il aurait bien aimé aussi Écho s'il ne l'avait jugée stupide à répéter inlassablement ce qu'il disait. Pas de dialogue possible ! Il la repoussa.

Pauvre Écho ! Elle se retira dans une grotte et dépérit, dépérit, à tel point qu'il ne lui resta que la voix. D'aucuns racontent qu'elle devint une source et que ses os se transformèrent en pierre.

Pan cependant s'éprit d'elle et l'éparpilla sur la terre pour devenir l'écho.

 

Écho n'est plus un son qui dans l'air retentisse,

C'est une nymphe en pleurs qui se plaint de Narcisse.

[ Boileau, L'art poétique]

 

Voir sur Wikisource : La chasse du Burgrave de Victor Hugo

http://fr.wikisource.org/wiki/La_Chasse_du_burgrave

 

Extrait

Archers, mes compagnons de fêtes,
Faites
Votre épieu lisse et vos cornets
Nets.

« Nous ferons ce soir une chère
Chère ;
Vous n’y recevrez, maître-queux,
Qu’eux.

« En chasse, amis ! je vous invite.
Vite !
En chasse ! allons courre les cerfs,
Serfs ! »


Il part, et madame Isabelle,
Belle,
Dit gaiement du haut des remparts :
« Pars ! »

Tous les chasseurs sont dans la plaine,
Pleine
D’ardents seigneurs, de sénéchaux
Chauds.
 
Ce ne sont que baillis et prêtres,
Reîtres
Qui savent traquer à pas lourds
L’ours,

Dames en brillants équipages,
Pages,
Fauconniers, clercs, et peu bénins
Nains.

En chasse ! — Le maître en personne
Sonne.
Fuyez ! voici les paladins,
Daims.

Il n’est pour vous comte d’empire
Pire
Que le vieux burgrave Alexis
Six !

[...] 

Les poèmes de mamiehiou

> Pour les poètes en herbe : Versification. Comment compter les syllabes d'un vers

 

Note sur le vocabulaire : "Tes gracieux appas me conviennent"

Vous hésitez entre appas et appâts ?

Cf. Littré [extraits] :

appât

nm (a-pâ ; le t ne se lie pas ; au pl. l's se lie comme dans appas)

1 Terme de chasse ou de pêche. Pâture pour attirer et prendre le gibier ou le poisson. Aux appâts d'un hameçon perfide, J'amorce en badinant le poisson trop avide. [Boileau, Epîtres]

2 Ce qui attire. Quand une fois on a trouvé le moyen de prendre la multitude par l'appât de la liberté. [Bossuet, Oraisons funèbres]

appas

nm pl. (a-pâ ; l's se lie)

1 Les beautés qui dans une femme excitent le désir. Cette ardeur que j'ai pour ses appas, Bérénice en mon sein l'a jadis allumée. [Racine, Bérénice]

2 En parlant des choses, attraits. Arbres épais, et vous, prés émaillés, La beauté dont l'hiver vous avait dépouillés, Par le printemps vous est rendue ; Vous reprenez tous vos appas. [Molière, La princesse d'Élide]

REMARQUE

Appas est le pluriel de appât. L'ancienne orthographe était appast ; au pluriel, appasts ou appas. La faute a été de faire de ce mot unique deux mots différents. De là toute sorte d'irrégularités qu'on trouve dans les auteurs ; d'abord la plus forte de toutes, qui est appas au singulier. Qui dort en sûreté sur un pareil appas, Et le plaint, ce galant, des soins qu'il ne prend pas. [Molière, L'école des femmes] Puis appas dit pour appâts ; mais ceci n'est qu'une affaire d'orthographe. Enfin l'emploi de appas pour exprimer les attraits qu'un homme peut avoir : Le seul remède aujourd'hui à apporter à la confusion serait d'assigner à appas, substantif pluriel, le sens spécial de beautés qui attirent ; puis, cela fait, de ne voir aucune différence entre appas et appâts, au pluriel, pour signifier ce qui amorce, ce qui charme, ce qui attire ; fusion qui, ne faisant que rétablir la réalité du fait, aurait l'avantage d'ôter l'apparence d'irrégularité au cas où nos bons auteurs ont dit appas ce que nous disons aujourd'hui appâts.

 

Voir aussi sur le site du Cnrtl > APPÂT § B & C 

La Nouvelle Orthographe (1990) donne appâts, au lieu d’appas.

> Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

 

> Retour au début de l'article

Les poèmes de mamiehiou

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans contes-nouvelles-poèmes
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 16:15

ACCUEIL

De ces mots qu'on prononce et dont on n'est pas toujours sûr du sens.

 

Marc de Boni rapporte les paroles de Christine Boutin dans son article du Figaro du 01/04/2014 :

« Je pense que la séduction reste un concept très féminin. Nous les femmes avons vraiment la séduction inhérente dans notre ADN, de façon plus profonde que les hommes. (…) Il y a des compétitions de séduction très fortes entre les femmes (…), c'est pour ça que les femmes entre elles sont tellement dures. Surtout les femmes socialistes. »

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2014/04/01/25002-20140401ARTFIG00313-les-confidences-de-christine-boutin-sur-son-rapport-au-sexe.php

Sans commentaire !

Littré, à l'entrée SÉDUIRE :

  • 1Faire tomber dans l'erreur ; détourner du chemin de la vérité. Au nom de cet amour, daignez suivre mes pas [devenir chrétienne]. - Pauline : C'est peu de me quitter, tu veux donc me séduire ? [Corneille, Polieucte. IV, 3]

    Fig. Évite un malheureux, abandonne un coupable ; Cher Pylade, crois-moi, ta pitié te séduit. [Racine, Andromaque]

    Il se dit quelquefois des sens qui trompent. Ses yeux ne l'ont-ils point séduite ? Roxane est-elle morte ? [Racine, Bajazet]

  • 2Faire manquer à un devoir, à ce qu'on doit. Si j'ai séduit Cinna, j'en séduirai bien d'autres. [Corneille, Cinna, ou La clémence d'Auguste]

    Absolument. Ces discours sont dangereux et propres à séduire. C'est un homme habile à séduire.

    Particulièrement. Corrompre l'innocence, la vertu d'une fille, d'une femme. Les misérables femmes, en se laissant séduire, ne savent guère les maux qu'elles apprêtent. [Beaumarchais, La mère coupable, ou L'autre Tartuffe]

    Absolument. Moi, plus soldat que tendre, et dédaignant toujours Ce grand art de séduire, inventé dans les cours. [Voltaire, Adélaïde du Guesclin]

    Il se dit quelquefois pour suborner. Séduire des témoins. Les deux accusateurs que lui-même a produits, Que pour l'assassiner je dois avoir séduits. [Corneille, Nicomède]

  • 3Plaire, toucher, persuader. Cet homme nous a séduits par le charme de ses manières. Une telle vertu séduirait plus nos coeurs Que tout l'or de ces lieux n'éblouit nos vainqueurs. [Voltaire, Alzire, ou Les Américains]

    Absolument. Son ton séduit. Cela séduit. C'est quelque air d'équité qui séduit et qui plaît. [Boileau, Satires]

  • 4Se séduire, vpron Être à soi-même une cause de séduction, de faute. Ô anges inconsidérés, vous vous êtes soulevés contre Dieu.... l'honneur de votre nature qui vous a enflés, ces belles lumières par lesquelles vous vous êtes séduits. [Bossuet, Sermons]

    Se faire illusion à soi-même. Ainsi se séduisent eux-mêmes ceux qui n'aiment pas Jésus-Christ selon les sentiments qu'il demande, c'est-à-dire qui n'aiment pas sa croix. [Bossuet, Panégyrique]

SYNONYME

SÉDUIRE, SUBORNER. Séduire, c'est mener hors du chemin de la vérité, du devoir, d'une façon quelconque, par la parole, par les écrits, par les exemples. Suborner, c'est acheter, au moyen d'un prix quelconque, des services qui ne devraient pas être rendus.

 

Quelques citations avec le mot SÉDUCTION :

 

François Raux

La séduction a toujours été une histoire de manipulation.

Je remarque que cette phrase a inspiré de nombreux sites sur la toile !

Sacha Guitry

Quel ravage un être peut causer par la seule force de sa séduction !

Quadrille 1937

 

 

François-René de Chateaubriand

Ce qui fait périr la morale chez les nations, et avec la morale les nations elles-mêmes, ce n'est pas la violence, mais la séduction; et par séduction j'entends ce que toute fausse doctrine a de flatteur et de spécieux

Mémoires d'outre-tombe, t. 3, 1848, p. 31

 

Jacques Bénigne Bossuet (évêque) - 1836

Nous trouverons saint Justin, plus ancien que saint Irénée, qui nous dira que nous sommes tombés par Adam, non seulement dans la mort qui est la peine, mais encore dans l'erreur, dans la séduction que le serpent fit à Eve, qui est la coulpe [...]

page 253 Oeuvres complètes de Bossuet, évêque de Meaux

books.google.fr/books?id=T7oWAAAAQAAJ

 

Jean-Jacques Rousseau

L'indigence et la séduction perdaient une fille modeste et sage, qui peut faire un jour une excellente mère de famille.

Julie, ou la Nouvelle Héloïse, I, 39

 

Gotthold Ephraim Lessing

Ce qu'on appelle violence, ce n'est rien. La séduction est la véritable violence.

Was Gewalt heißt, ist nichts: Verführung ist die wahre Gewalt. 

Extrait de Emilia Galotti, drame en 5 actes, 1772.

 

Voir aussi sur ce blog l'article : De la rhétorique - De l'éloquence - De la langue de bois - Des périphrases - Appeler un chat un chat

 

ACCUEIL

 

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 16:17

ACCUEIL

Parlons québécois avec Kevin Félix Polesello.

 

>> 50 must-know phrases

for diehard fans of Québécois French

Quelques exemples :

Ça fait un boutte que j’apprends le français québécois.

Tu me niaises-tu?

You kidding me ! Tu te fiches de moi !

Je veux pas péter ta balloune, mais tu vas sûrement pas gagner.

I don't want to burst your bubble... Je ne veux pas te décevoir (faire éclater ta bulle)

Ça te tente-tu?

As-tu une blonde?

J’ai pogné un nid-de-poule sur la route.

J’ai oublié de barrer la porte.

Etc.

Et prenons garde aux "faux-amis".

>> http://frenchtogether.com/quebecois-differences/ … … …

Par exemple, faites attention quand vous dites "les gosses" au Québec !

Les gosses

Gosse seems like a pretty straightforward word, right? Well, it would have been if the Québécois hadn’t gone and given another meaning to it!

In France, a gosse is simply a child. But, in Québec, les gosses are those two things hanging between a guy’s legs.1

You’ll probably want to avoid asking a father in Québec how his gosses are doing or what their names are! You can use the word enfants instead.

Don’t worry, though. Even if you make a linguistic blunder, the Québécois will only love you all the more for it.2

NOTES > 1-En France, un gosse est simplement un enfant.

Mais au Québec, ce sont ces deux choses suspendues entre les jambes d'un garçon.

2-Ne vous inquiétez pas.

Même si vous faites une gaffe linguistique, les Québécois ne vous en aimeront que davantage.

 

Un grand bonjour à nos cousins du Québec !

 

Le 24 mai 2014, un Québécois fait un commentaire qui jette le doute sur l'article de M. Polesello dont il est question ici. Vous pouvez lire le commentaire de ce monsieur dont le pseudo est "Indignation".

J'aimerais avoir d'autres avis des habitants du Québec.

Le 26 juin M. Félix Polesello répond à M. Indignation.

Lire les commentaires qui complètent à merveille mon article.

ACCUEIL

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 12:53

> Accueil

 > Récapitulation de mes sentences & de mes truismes

> Tous les articles du blog

 

Mes pensées au fil du temps.

Elles ont donné lieu à plusieurs de mes tweets.

 

Sentence, maxime ou aphorisme.

Un truisme est une banalité, une évidence, une lapalissade.

 

Janvier, février et mars 2014

MARS 2014

La susceptibilité vient d'un amour-propre trop vif. La seule façon de ne pas attirer les foudres d'une personne susceptible est de se taire.

 

La susceptibilité chatouilleuse de l'un muselle la spontanéité et la sincérité de l'autre. Tout dialogue devient galère.

 

Le plus beau rôle de l'argent est d'être dépensé pour les autres ; le dépenser pour soi, c'est banal ; le thésauriser, c'est paranoïaque.

 

L'étonnante puissance d'un mot ! Il suffit d'un oui ou d'un non pour changer le cours de notre vie.

 

Savoir respecter l'autre en toutes circonstances demande parfois une grande maîtrise de soi.

 

Si l'on s'écoutait parler avec attention, on saurait qu'on a le plus souvent une bonne raison de se taire.

 

Il est de bon ton de ne pas interrompre son interlocuteur ; la démangeaison étant trop forte, on cède souvent à la tentation. Mauvais calcul si l'on tient à donner une bonne image de soi.

 

Il est heureux qu'on ne mesure pas ses mots au kilomètre, certains coureurs de fond mourraient vite d'épuisement.

 

La grammaire française ressemble à l'univers. On n'a jamais fini de l'explorer.

 

J'aime Vauvenargues, cet homme pur et sincère, éternellement jeune (mort à 31 ans). Il m'a donné le goût des aphorismes.

 

Si tu fais fi de la grammaire, ton discours en souffrira.

Si tu négliges la syntaxe, ta pensée en pâtira.

 

On devrait tenir pour une impolitesse de décrire aux autres un mal de tête, une nausée, une aigreur, une colique (Alain, Propos,1910)

 

Celui ou celle qui s'est battu contre un cancer ne devrait pas entendre les autres se plaindre d'une nausée, d'un rhume, d'une colique.

 

Ceux qui vous aiment ont les oreilles rebattues du ressassement de vos souvenirs. Ayez pitié d'eux.

 

Qu'est-ce que la vanité sinon de croire et de vouloir faire croire qu'on est ce qu'on n'est pas !

 

On voit souvent, avec l'âge, s'exacerber les défauts ou grandir les qualités.

 

L'école de la vie est souvent bien exigeante. Les mauvais élèves y sont malheureux. Apprenons à agir pour le mieux.

 

On peut tout espérer, certes, mais il faut s'empêcher d'être déçu si les espoirs ne sont pas comblés. Le mieux est de passer à autre chose.

 

On ne sait pas de quoi demain sera fait. Certains ont l'outrecuidance de tenter de nous faire croire qu'ils le savent.

 

FÉVRIER 2014

Le diseur de vérité est souvent un trouble-fête.

 

Nous devons toujours quelque chose à quelqu'un, ne serait-ce que l'amour qu'on nous a donné. Quoi ? Se peut-il qu'on ne vous ait jamais aimé ?

 

Certains Français croient qu'on vit mieux dans d'autres pays : ils n'en mesurent pas tous les paramètres ! Protections sociales, droits ...

 

Les Français qui vivent à l'étranger disent se sentir plus français encore et ils déplorent que leurs compatriotes ne cessent de se plaindre

 

Certains twittos ne donnent à lire que propos méprisants, invectives, règlements de compte. Quelle tristesse ! Pourquoi tant de haine ?

 

Les gens bêtes ne m'amusent guère ; mais il faut bien que je leur pardonne de dire des bêtises, puisqu'ils sont bêtes ! Moi-même parfois...

 

À quoi bon s'attacher à une théorie ? Une théorie chasse l'autre ; c'est bien connu !

 

Ne plus fumer, c'est parfois facile. J'ai arrêté d'un seul coup dès que j'ai su que j'étais enceinte, pleine d'amour pour mon futur bébé.

JANVIER 2014

Ne nous laissons pas éblouir par les pontifiements de ceux qu'on veut bien croire. Leurs idées courent souvent les rues.

 

J'essaie d'imaginer la terreur qu'éprouvent des milliers de gens à cet instant même de par le monde ; et j'en frémis d'horreur.

 

Le propre du tweet : De omni re scibili et quibusdam aliis. - "De toutes les choses qu'on peut savoir et aussi de quelques autres."

 

Kipling donne un inventaire à la Prévert de ce qui jonche son bureau, entre autres un nettoie-plumes. C'était un autre temps.

 

Aujourd'hui est le premier jour du reste de ta vie. Tu pourras dire la même chose demain — peut-être ! 

Cf. Heute ist der erste Tag vom Rest deines Lebens - Elisabeth Lukas

 

Mathusalem qui a vécu 969 ans (Genèse : 5-27) aura bientôt des émules ! http://www.lexpress.fr/actualite/economie/ces-milliardaires-prets-a-s-offrir-l-immortalite_1312527.html

 

Quel démocrate aventurier irait contredire ce qu'il suppose que son électorat suppose de lui ?  La Bêtise [André Glücksmann]

 

La méchanceté et la bêtise n'ont pas de limites ; on sait cela depuis longtemps. Appliquons-nous à ne pas nous laisser contaminer.

 

1er janvier- Bonne Année à la France, à l'Europe, au monde entier ! Que la bonté et la tolérance nous animent tous !

Pour lire la suite > Récapitulation de mes sentences & de mes truismes

ACCUEIL

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 10:01

 ACCUEIL

Le manuscrit inachevé

Conte amer


J'en ai assez de me battre, de me battre avec les gens qui se soucient de moi comme d'une guigne, de me battre avec les mots qui se bousculent tant et tant pour sortir de ma tête, telle une foule qui fait bouchon quand elle s'agglutine à la sortie. J'en ai assez de mon cancer qui me grignote lentement et sûrement et qui commence à faire de ma joue une excroissance faramineuse.

Je les entends qui s'écrient, sans craindre que je les entende : "Mon Dieu qu'il est laid !" De quoi je me mêle, dites-moi un peu. Je ne leur réponds pas et je détourne le regard, écoeuré par leur bêtise.

Non, je n'irai pas au bout de mon roman. Personne se saura jamais comment l'histoire que j'aurais écrite était belle. Une histoire d'amour, il va sans dire, une histoire comme on en imaginait dans les siècles passés.

On aurait aimé mon style soigné, l'harmonie de mes phrases avec leurs assonances choisies, leur rythme trépidant, lancinant ou langoureux selon les circonstances et le vocabulaire raffiné que j'ai pêché un peu partout, dans les Dictionnaires de l'Académie, dans le Littré, dans le Furetière... je vous fais grâce de l'énumération des cent dix-huit dictionnaires que j'ai dévorés pour l'occasion. Non que je voulusse à tout prix épater mes lecteurs, non ! mais je voulais me prouver à moi-même que Flaubert, Stendhal et Hugo n'avaient rien à m'apprendre et que j'aurais pu leur en remontrer.

J'ai relu mille fois chacun de mes chapitres. Je les ai sans relâche virgulés, points-virgulés, points d'exclamationnés ; je leur ai inventé des néologismes, des hapax qu'on aurait cités en me citant ; je les ai truffés d'hypocoristiques pour leur donner de la douceur, la douceur qu'on ne m'a jamais donnée ; je me suis livré à une folle concaténation de mots à tel point que l'Hippocampelephantocamélos de Cyrano ferait pâle figure.

Si je me souviens bien, voilà près de douze ans que je l'ai commencé, mon roman. Je lui ai fait suivre des plans labyrinthiques, jalonnés de titres de chapitres, de sous-titres de paragraphes, eux-mêmes divisés en aléas oh pardon, en alinéas ; les bas de pages ont fourmillé de notes multiples enchaînant les digressions, les explications, les connotations ; j'ai grammaticalisé, j'ai étymologisé ; j'ai usé sans compter des figures de style les plus étudiées, chiasmes, allégories, oxymores, énalages, anacoluthes, asyndètes, euphémismes et j'en passe ; j'ai ajouté des citations pour donner à ceux qui me liraient l'illusion de leur érudition, citations dont on ne cesse d'avoir les oreilles rebattues, citations fausses et écornées, toutes bien faites pour empêcher de penser par soi-même.

Mais maintenant c'est trop tard.

C'eût été le livre de ma vie. Que ne l'eussé-je terminé ! Quel soin j'aurais alors apporté à la confection de son écrin. Nul velin n'eût été plus fin et plus délicat ; nuls plats n'eussent été ornés plus richement ; et les culs-de-lampe que j'y aurais fait graver auraient ponctué mes chapitres avec des cupidons et des amours ailés.

Il paraît que les éditeurs reconnus reçoivent six mille manuscrits par an et qu'ils n'en choisissent de publier que cinq ou six. Quelle chance infime j'aurais eue qu'on me fasse une proposition intéressante mon livre publié à des millions d'exemplaires ! À voir les inepties qui s'étalent incongrûment dans les boutiques des libraires, je crois que le chef d'oeuvre dont j'aurais été l'auteur n'aurait jamais été reconnu à sa juste valeur.

Et me voilà, à cet instant, sans défense devant l'adversité, coupable de n'avoir pas su mener à bien l'oeuvre de ma vie mon grand oeuvre, mon magnum opus, qui aurait fait de moi ce que je suis vraiment, un être rare, un écrivain exceptionnel, un auteur devenu illustrissime à l'instar des plus grands et dont les écrits auraient traversé les siècles.

Je m'achemine inéluctablement vers mon dernier souffle. Le cliquetis ténu de mon ordi s'amenuise. Mes paupières percluses ne se lèvent plus pour suivre, sur l'écran mortifère, ma dernière phrase, mon dernier mot.

Le point final n'aura pas lieu.

 

NOTES

Accord de TEL

les mots qui se bousculent tant et tant pour sortir de ma tête telle une foule qui fait bouchon... (telle s'accorde avec foule, le terme le plus proche)

ou

les mots qui se bousculent tant et tant pour sortir de ma tête tels une foule (tels s'accorde avec mots, à éviter)

TEL sur le site du Cnrtl > TEL, TELLE, adj. et pron. Indéf.

"Remarque :Tel s'accorde avec le plus proche des deux termes mis en comparaison." [Certains auteurs] suivent [... ] l'autre principe"

 

Faramineux ou Pharamineux : prodigieux, énorme

> faramineux dans le TLFi.

 La bête faramine, un monstre fantastique horrifique.

 

Articles connexes dans le blog :

hapax, concaténation > Hapax, mots-valises, mots fantômes et autres mots étranges

hypocoristique > Des hypocoristiques

citations > De la recherche difficile de l'auteur d'une citation & Fausses citations

 

CONTES, NOUVELLES ET POÉSIES DE MAMIEHIOU

ACCUEIL

 

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans contes-nouvelles-poèmes
commenter cet article
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 13:49

 > Accueil

 > Tous mes articles

 Modifications et ajouts dans des articles déjà publiés, voir  Pour les habitués du blog

Les dernières nouvelles

 

Je salue mes lecteurs de France et aussi ceux de Belgique, du Canada, de Suisse, d'Espagne, de Tunisie, d'Algérie, d'Allemagne, d'Italie, de Pologne, de Roumanie, des Etats-Unis, du Brésil (site aggregga.com), du Royaume-Uni, de Russie, d'Ukraine* et d'ailleurs.

*Ce sont les pays qui sont apparus dans les statistiques de mon blog ; mais Overblog-Kiwi en limite la liste.

Merci de me faire confiance.

Le 13 juillet 2015

Un grand merci à mes abonnés pour leur fidélité !

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Le 24 mars 2014

Je suis toujours très contente lorsqu'un de mes abonnés, que je ne connaissais pas auparavant, se manifeste et qu'il me fait un commentaire sur mon blog. Je suis ouverte à toutes les suggestions.

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Le 4 mars 2014

> Stupeur et tremblements causés par Overblog

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Le 24 décembre 2013

Je vous souhaite de très bonnes fêtes, à vous, fidèles abonnés, à ceux qui viennent me voir de temps à autre et à ceux qui, par un heureux hasard, s'égarent sur les pages de mon blog

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Le 11 décembre 2013

> Bug sur overblog - La galère !

Articles tronqués brusquement

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Le 8 août 2013

Chers abonnés,

Je serais ravie de vous connaître. Je ne sais rien de la plupart d'entre vous.

Votre nom, votre site peut-être.

Merci d'avance !

Vous pouvez écrire un commentaire ou me contacter

Cordialement,

mamiehiou

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Accueil
commenter cet article

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog