Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 10:46

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Textes d'auteurs à retrouver dans la catégorie > Florilège - La pensée des autres

 

> Les magazines LIRE de 2015

> Les magazines LIRE de 2005 à 2014

> Les magazines LIRE à bâtons rompus

Quand on croule sous des piles gigantesques de magazines et que, d'aventure, on aimerait bien retrouver un article, le relire avec plaisir ou pouvoir s'y référer lorsqu'on en a une furieuse envie, que ce soit un extrait d'une des oeuvres d'un auteur, une biographie, un entretien, bref, quelque chose qu'on cherche... on peste on peste devant l'impossible.

On dit "trop d'info tue l'info". Je dirai que trop de magazines tuent les magazines.

J'aime mon magazine Lire, et je ne le jette pas après l'avoir lu.

Je parierais bien que je ne suis pas la seule dans ce cas.

Je suis abonnée depuis 1981 !

Malheureusement, je ne trouve pas de lexique qui répertorie ne serait-ce que les sommaires.

Que faire ?

J'ai tweeté à Monsieur Bisson (Chef de service au magazine LIRE / Associate editor at LIRE magazine)

Mamiehiou@mamiehiou 31 mars 2014

@julienbisson Existe-t-il un site ou autre chose qui récapitule tous les sommaires de LIRE depuis les premiers numéros ? Merci de me répondre.

Julien Bisson@julienbisson 2 avr.

@mamiehiou il ne me semble pas que cela existe. Mais je me renseignerai !

Sans aucune autre réponse de sa part, j'en conclus qu'un tel lexique n'existe pas. De là à me retrousser les manches et à en faire un qui cite au moins quelques auteurs, il n'y a qu'un pas, et un pas de géant.

Il faudrait tout d'abord que je classe mes magazines qui se sont un peu emmêlés lorsque j'ai déménagé.

Peut-être quelques lecteurs amoureux de Lire auront-ils du plaisir à retrouver facilement quelques articles qu'ils ont aimés.

C'est ce que je leur souhaite.

Le choix que je fais dans les « mini-sommaires » donnés pour chaque numéro de Lire est évidemment partiel et partial.

 

> Les magazines LIRE de 2015

> Les magazines LIRE de 2005 à 2014

Et aussi > Les magazines LIRE à bâtons rompus

 

Tweet de Julien Bisson (Chef de service au magazine LIRE / Associate editor at LIRE magazine 

 @julienbisson 14 déc. 2014

@mamiehiou Beau travail ! Félicitations ! A conserver pour tous les amoureux de littérature...

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Textes d'auteurs à retrouver dans la catégorie > Florilège - La pensée des autres

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 07:42

 ACCUEIL

CONTES, NOUVELLES ET POÉSIES DE MAMIEHIOU

Tous les articles du blog

 

On m'avait toujours mis en garde contre les inconnus. "Ne t'éloigne pas de moi," me disait ma mère quand nous allions faire des courses au supermarché. "Ne réponds pas si l'on te parle dans la rue," déclarait mon père d'un ton péremptoire. "Ne suis pas quelqu'un qui te proposerait des friandises, qui te demanderait de chercher son chien avec lui, ou de monter dans sa voiture."
On me faisait répéter ce que je ne devais pas faire pour s'assurer que j'avais bien compris. Je répétais. J'avais bien compris. On m'en tympanisait les oreilles.
Les inconnus, c'étaient peut-être des monstres qui cachaient bien leur jeu.
"La rue n'est pourtant pas peuplée de Capitaine Crochet, de Barbe-Bleue, de Dracula, de Dark Vador, de Cruella, de Médusa, de Reine de coeur, de Maléfique et d'autres monstres qui me faisaient frémir à la seule évocation de leur nom," me disais-je. Qui sait ? Je scrutais le moindre des traits des passants lorsque je les croisais dans la rue, ces fantômes déguisés, ces vampires qui ne souriaient pas pour cacher leurs canines pointues, comment pouvais-je débusquer leur vraie nature ?
J'étais un enfant docile. Jamais, au grand jamais je n'aurais pu désobéir aux règles qu'on m'imposait ; ainsi était-il impossible de me laisser embobiner par quiconque. J'obéissais toujours au doigt et à l'oeil car je savais que mes parents m'aimaient — bien qu'ils ne me l'aient pas dit de façon claire — je savais qu'ils ne voulaient que mon bien, et que leur principale préoccupation dans leur vie était de me protéger de tous les dangers du monde. N'avaient-ils pas fait installer sous la peau de mon bras une puce pour qu'ils puissent me suivre sur leur GPS partout où j'allais ? Elle me faisait mal d'ailleurs, ce dont je m'étais plaint.
"Elle doit toucher un petit nerf, mon petit Noumou, ce n'est pas grave. Tu sais bien que le jeu en vaut la chandelle !"
C'est peut-être pour ça que ça me brûlait — à cause de cette chandelle.
Noumou, c'est mon nom, c'est le prénom que mes parents m'ont choisi. En aucun cas ils ne m'auraient donné un prénom qui existe déjà, un prénom qu'auraient porté d'autres petits enfants. — Pourquoi ? me demandez-vous. —  Parce qu'ils auraient eu peur que j'aie des ennuis avec de quelconques homonymes malintentionnés qui auraient pu voler mon identité.
On voit de ces choses, parfois, contre lesquelles on est impuissant. Un jour, quelqu'un, qui a le même nom que vous, brûle un feu rouge, et c'est à vous qu'on retire le permis de conduire et, de surcroît, vous avez une grosse grosse amende.
Je m'appelle Noumou. Vous imaginez d'ici les moqueries, les sarcasmes de mes copains à l'école. NOUMOU TOUT MOU ! crient-ils en me voyant. En fait, je n'ai pas de copains. Je suis la risée de mes camarades. Ils me traitent de fayot ou de lèche — ah le vilain mot ! — parce que je fais toujours exactement ce que mon maître me dit de faire. Je n'ai jamais compris pourquoi on se moque de moi qui suis obéissant.
À croire que ce n'est pas la norme. Je me sens pourtant tout à fait normal.
Mon maître ne tarit pas d'éloges quand il parle de moi à mes parents.
"Votre fils a beaucoup de qualités. Il est intelligent, poli et très sensible." Papa et maman sont très fiers de moi. Et je suis content.

"Noumou," me dit maman, "il est l'heure de partir à l'école. Prends ton parapluie."
Je ne traîne pas. Quand on me donne un ordre, c'est comme si l'on appuyait sur un bouton. Me voilà déjà prêt.
Dehors, il pleut des cordes. L'eau dévale la rue. Elle bouillonne. Elle commence à tout fracasser sur son passage. Je suis petit mais je tiens bon. Je lutte contre le flot qui m'arrive maintenant à mi-cuisse. Soudain je vois le clochard-à-qui-l'on-n'a-pas-le-droit-de-parler qui vacille et tombe. C'est le clochard qui s'est installé dans ma rue, et qui, tous les jours, me sourit quand je passe devant lui.
"Ne t'approche pas de cet homme," me dit toujours ma mère. "Il n'est pas fréquentable. Qui sait quelles idées il roule dans sa tête ?"
Mais le voilà qui patauge. Il tombe. Il a de la peine à se relever. J'ai peur pour lui. Il va peut-être se noyer.
Un déclic se déclenche dans ma tête et dans mon corps tout entier. Je dois l'aider. J'accours vers lui aussi vite que mes petites jambes peuvent se mouvoir dans l'eau grise qui semble vouloir me retenir. Je vois la tête du vieillard qui émerge par instants.
Il était temps. La main secourable que je lui ai tendue le hisse péniblement hors de l'eau. Bien que je sois de constitution frêle, je me suis arc-bouté de toutes mes forces, et j'ai réussi. Le naufragé se remet sur ses pieds. Il balbutie : "Merci, mon garçon !"
La scène n'a pas échappé à quelques passants qui l'ont observée de loin.
Ils se précipitent vers moi ; l'un d'eux me prend dans ses bras. J'entends des acclamations. Ils me disent que je suis un héros. Je suis un héros !
J'ai dit où j'habitais et on m'a ramené chez moi. Il y a tout plein de gens qui m'ont accompagné et la maison grouille d'inconnus.
On a rameuté des journalistes qui me prennent en photo. On va me décorer demain à la mairie, c'est sûr.
Mais ce qui va me plaire au plus haut point, c'est que mes copains ne m'appelleront plus TOUMOU. Non, plus jamais.
Ma mère se penche sur moi, sourcils froncés, et me dit : " Comment as-tu pu parler à un étranger, à un clochard ?" Je crois bien qu'elle n'a rien compris.

 

ACCUEIL

CONTES, NOUVELLES ET POÉSIES DE MAMIEHIOU

Tous les articles du blog

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans contes-nouvelles-poèmes
commenter cet article
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 13:05

ACCUEIL

Tous les articles du blog

Non, cher lecteur, ce n'est point ici un article sur la misère du monde, mais quelques façons qu'on a ou qu'on a eues de s'exprimer en usant de tours négatifs.

Aujourd'hui, on emploie l'adverbe de négation NE, seul dans une proposition, ou accompagné de PAS, de POINT, etc. On a conservé GOUTTE dans quelques expressions. On trouve MIE qui signifiait miette quelquefois, dans la littérature.

 

1-NE, adverbe de négation, peut s'employer seul.

2-Il peut s'accompagner d'un adverbe ou d'un autre mot devenu adverbe.

3-NE peut-être explétif sans idée de négation.

 

L'insoutenable Alphonse

 

Il ne cesse1 de gémir sur son sort. Il ne peut1 s'en empêcher. Je n'ose1 lui dire de se taire. Je ne sais1 que faire. La vie lui sourit pourtant, si je ne me trompe. Il n'a de cesse d'exaspérer son entourage. N'était le fait que je suis trop bonne, je ne ferais aucun effort pour le supporter. Je n'ai d'autre solution que d'essayer gentiment de lui faire entendre raison. Qui ne le fuirait ? Quelle patience ne serait usée ? Il y a deux jours que je ne l'ai vu et il m'a envoyé quarante SMS. 

 

Il sait que je ne l'abandonnerai pas et que je ne lui ferai jamais de mal. Mais il n'a guère de considération pour moi. Je ne puis le raisonner, ni lui expliquer quoi que ce soit ; il n'y entend goutte. Personne ne peut le supporter, il le sait et pourtant rien ne peut le faire changer. Il restera toujours le même, à Dieu ne plaise ! Il n'a qu'un point à son actif : Il est très beau. Cela n'excuse aucunement sa conduite insupportable. N'empêche que ça lui ouvre quelques portes – qui sont vite refermées à dire vrai. Que ne me suis-je cassé une jambe le jour où je l'ai rencontré !

Je pourrais lui dire : "Je n'ai que faire de toi. "

Je ne le puis.

J'ai longtemps cru qu'il restait avec moi parce qu'il n'avait que moi. En fait, lorsque je lui parle de notre amitié, il ne dit mot. Il n'en a cure.

Ne sachant que faire, je laisse les choses comme elles sont. Et je ne tempête point.

Je n’aurai pas de cesse qu’il ne me dise une gentillesse

"Que ne le quittez-vous ?" me dit-on.

Je réponds : "Je n'en peux plus ; mais je l'aime."

 

Les divers emplois de NE

1-NE, adverbe de négation employé seul.

1On peut employer NE seul avec les verbes CESSER, POUVOIR, OSER, SAVOIR.

si je ne me trompe (subordonnée conditionnelle introduite par si)

Il n'a de cesse d'exaspérer son entourage (n'avoir de cesse).

N'était le fait que je suis trop bonne, je ne ferais aucun effort pour le supporter (Phrase qui commence par n'était)

Je n'ai d'autre solution que d'essayer gentiment de lui faire entendre raison (NE devant autre ... que)

Qui ne le fuirait ? (ne après un pronom interrogatif)

Quelle patience ne serait usée ? (déterminant interrogatif)

Il y a deux jours que je ne l'ai vu (expression du temps, il y a, voilà, cela fait, depuis).

 

2-NE accompagné d'un adverbe ou d'un autre mot devenu adverbe.

NE accompagné d'un adverbe :

guère, jamais, plus, nulle part – nullement, aucunement renforcent la négation.

NE accompagné d'un autre mot devenu adverbe :

PAS (substantif devenu adverbe), le plus usité.

POINT(substantif devenu adverbe), peut renforcer l'idée de négation. Littéraire, mais pas seulement.

GOUTTE (substantif devenu adverbe), On le rencontre encore aujourd'hui.

On n'y voit goutte, on n'y entend (comprend) goutte.

MIE n'est plus usité sauf rarement en littérature. Mie, synonyme miette.

Goutte et mie(tte) sont des choses très petites.

NE accompagné d'un déterminant ou d'un pronom indéfini :

aucun, nul, personne, rien.

 

3-Autres emplois de NE

NE accompagné de QUE

Sens restrictif

a- synonyme, seulement. Je n'ai qu'un point, c'est peu.

b- Cf. CNRTL : exprime une restriction par rapport à un ensemble dont les éléments sont perçus comme appartenant à une échelle de valeurs.

Il ne connaît que ça.

c- Je n’aurai pas de cesse qu’il ne me dise une gentillesse. Remarque : le NE de qu’il ne me dise une gentillesse est l'adverbe de négation et non le Ne explétif.

NE en corrélation avec la conjonction de coordination ni

NI... NI ou NE... NI

Ni il ne me parle poliment, ni il ne s'excuse.

Il ne me parle pas poliment ni ne s'excuse.

Expression du souhait, imprécation

Que dans le sens de pourquoi :

Que n'es-tu venu à l'heure, tu l'aurais rencontré !

Survivance d'expressions archaïques

Ce qu'à Dieu ne plaise, à Dieu ne plaise, Dieu m'en garde, subjonctif optatif

-Cf. Académie. Il ne dit mot. N'importe ! N'empêche qu'il a raison. Elle n'en a cure. À Dieu ne plaise. Qu'à cela ne tienne...

 

4-NE explétif

Le NE explétif a fait l'objet d'un article :

> NE explétif - Quand peut-on l'employer ? - sans que je ne - avant que je ne - je crains que tu ne - j'empêche que tu ne - je m'attends à ce que tu ne - je ne nie pas que tu ne...

 

Articles connexes sur la négation : 

> Propositions conditionnelles commençant par : n'était, n'étaient, n'eût été, n'eussent été - Variations syntaxiques

> Non ! Ah ça non ! Mais non ! Non mais ! Mais pourquoi non ? p'têt ben qu'non. Que nenni !

> Jamais, ne jamais, jamais plus, au grand jamais, à jamais, si jamais, oncques...

> Nonobstant, ce nonobstant, nonobstant que.

>Tant et tant que, non point tant pour.. que pour, tant s'en faut que + indicatif ou subjonctif ? - Tant soit peu, tant qu'à faire, en tant que de besoin, tous autant que vous êtes

> Si ce n'est que

> Non que, non pas que, non moins que, non plus que, non point que

> Sinon que 

> RIEN (un poème pour rien)

 

Les petites histoires de mamiehiou 

écrites pour illustrer, entre autres,  des règles de grammaire

ACCUEIL

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
19 novembre 2014 3 19 /11 /novembre /2014 14:56

 

FLORILÈGE – La pensée des autres

ACCUEIL & SOMMAIRE

Les diverses catégories (ou tags)

Tous les articles du blog

 

 La politesse est à l'esprit

Ce que la grâce est au visage ;

De la bonté du coeur elle est la douce image,

Et c'est la bonté qu'on chérit.

François-Marie Arouet, dit VOLTAIRE, Stances, 28.

♥♥♥

 

En rangeant et en classant tous les livres de ma bibliothèque – je ne vous décrirai pas le travail titanesque auquel je me livre — je me surprends à découvrir de nombreux livres dont j'avais oublié l'existence.

Et je tombe sur un tout petit livre intitulé :

 

PETIT MANUEL DE

POLITESSE

À L'USAGE DE LA JEUNESSE (1960)

n° 583

ÉDITIONS DE L'ÉCOLE PARIS

Je ne puis résister à l'envie de vous en donner ici le préambule.

En quoi consiste la politesse ?

1° à tenir sa place avec amabilité dans sa famille et dans la société ;

2° à honorer, par nos manières, ceux qui, par leur âge, leur fonction, leur titre, sont au-dessus de nous ;

3° à aider et à ménager ceux qui, comme les vieillards, les enfants, les infirmes, sont plus faibles que nous ;

4° à se montrer plein de déférence et de cordialité pour les personnes qui rendent des services dans la maison.

La politesse est-elle une vertu ?

La politesse est la manifestation de la plus belles des vertus : la charité.

Est-ce difficile de devenir poli ?

Non il sufffit d'avoir du coeur er de la bonne volonté.

Suit une énumération de situations où l'on explique par le menu pourquoi on doit être poli, comment doit se manifester la politesse, sans oublier ce que cette qualité apporte à celui qui la pratique et à ceux qui en sont gratifiés.

Et on peut lire en conclusion :

Quels sont les avantages d'être bien élevés ?

Tout d'abord, donnant moins de peine aux autres, et sachant leur rendre service, l'enfant bien élevé se fera aimer et s'épargnera de nombreuses causes d'impatience et de réprimandes. Ensuite, par ses petits actes de politesse qui demandent parfois beaucoup d'effort, il acquerra de la volonté et de la maîtrise de soi. Enfin, rayonnant partout la sympathie et les bonnes manières, il coopérera à la bonne entente chez lui et partout où il sera, pour la joie de tout le monde.

♥♥♥

 

En 1930, l'arrière grand-mère de ma fille, rappelle, dans une lettre à son fils, comment il faut bien se conduire lorsqu'on est invité à un mariage.

>> Lettres trouvées dans un vieux carton

Extrait :

Mon cher petit,

Comme la semaine s'est écoulée rapidement ! Nous voici à la fin, et toi prêt à partir au mariage de ton ami Ravel. J'espère que tu n'as pas oublié le petit noeud de cravate noire. Habille-toi bien, il ne fait pas chaud !

En feuilletant mon livre, je pense à toi qui as dû sûrement le lire et voir qu'un garçon d'honneur doit faire danser très souvent sa demoiselle d'honneur, il peut faire danser toutes les jeunes filles présentes à tour de rôle, mais toujours revenir à sa cavalière. Et comme vous dites, vous les jeunes gens, ne pas la laisser tomber. À moins que, car il y a autre chose ; c'est que si une jeune fille vous plaît beaucoup, et que l'on prenne le coup de foudre, il faut alors la rechercher de préférence et s'efforcer de lui plaire.

Les jeunes filles à présent ne sont pas timides, elles aiment qu'on leur parle.

Au cas, mon petit, où ton ami ou nos cousins auraient causé de toi à quelques familles, comporte-toi comme tu le dois, en jeune homme parfait, afin que, si quelqu'un t'observe, on te trouve très bien. Tu es si gracieux, si aimable, si homme du monde lorsque tu le veux. Eh bien ! Distingue-toi ce jour-là.

As-tu pensé à écrire à cousin Jo et à Lolo et à envoyer une carte de félicitations à Mmes et MM Bergeron et Copin ?

Je souhaite que vous passiez tous une excellente journée samedi. Tu voudras bien, à la sacristie, en adressant tes voeux de bonheur aux jeunes époux, leur dire que toute ta famille se joint à toi en ce jour de fête. Tu dois savoir que les garçons d'honneur sont les premiers à présenter leurs félicitations aux jeunes époux : ils offrent leurs voeux à la jeune mariée et donne une chaude poignée de main à leur camarade.

♥♥♥

 

Entre autres aphorismes, j'ai tweeté :

C'est si joli un petit enfant qui dit 'Bonjour', 'S'il te plaît', 'Merci'. Ses parents lui ont donné la clef pour son bien être en société.

 

À quoi servirait d'user d'astuces rebattues pour vivre en bonne intelligence avec autrui ? Il suffit de la politesse qui vient du coeur, celle que la bonté inspire, celle qui vous invite à de tendres attentions*. Il suffit, en un mot, d'être honnête avec soi-même.

*Cf. Marivaux : De toutes les obligations qu'on peut avoir à une belle âme, ces tendres attentions, ces secrètes politesses de sentiment sont les plus touchantes.

 

Il est bien regrettable que certains n'aient aucune idée de ce que signifie la politesse dans le dialogue, savoir écouter et laisser parler.

♥♥♥

 

J'ai écrit plusieurs fois sur la politesse dans "mes Délires"

Une digression sur les impolis > 133 Délires sur des conduites peu exemplaires

L'école de la politesse et du savoir-vivre > 135 Délires pédagogiques suivi d'un Test sur la politesse, le savoir-vivre et l'art de la table QUIZ 25

 

 

FLORILÈGE – La pensée des autres

ACCUEIL & SOMMAIRE

Les diverses catégories (ou tags)

Tous les articles du blog

 

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Miscellanées
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 15:11

Tous les articles du blog

Sommaire de l'article

Une saynète : Léo n'aime plus Léa

(Le texte donne différents cas où l'on emploie NON)

Suivent des explications qui mettent en lumière

l'emploi de chaque expression avec NON

L'étymologie de NON

Des chansons avec NON ♫

Des articles connexes sur l'expression de la négation

 

Léo n'aime plus Léa, oh que non !

 

1.ELLE- Non, je refuse de te quitter. Ah ça non ! Non mais !

2.LUI- Écoute Mimi, tu me fais une scène pour un oui ou pour un non. Ça ne peut plus durer. Retourne chez ta mère.

3.ELLE- Tu plaisantes ou non ? Oh non, mon gros lapin, je ne veux pas que tu me fasses de la peine. Veux-tu que je te demande pardon ?

4.LUI- Ma foi non ; tu vas recommencer à la première occasion.

5.ELLE- Mais non ! Tu sais bien que je peux être très gentille. Je refuse tout net de m'en aller.

6.LUI- Pourquoi non ?

7.ELLE- Parce que non, c'est non.

8.LUI- J'ai un petit appart non loin de là. Je te le prête.

9.ELLE- Pour ça non ! Je veux rester avec toi.

10.LUI- Que non ! J'ai pris ma décision ; il faut que je me repose. Tu m'empêches de dormir ; tu me casses les oreilles avec tes vidéos que tu mets à tue-tête ; tu mets la maison sens dessus dessous ; tu invites tes copains tous les soirs ; non et cent fois non, on ne peut pas continuer ainsi.

11.ELLE- Non content de me faire de la peine, tu m'accuses de tous les maux.

12.LUI- Sache que j'ai pris cette décision non sans mal. Je crois bien que tu n'as aucune considération pour moi. C'est ainsi, non pas tant parce que je ne t'aime plus mais parce que je me suis lassé de tes incartades.

13.ELLE- Non seulement tu te persuades que je ne te respecte pas mais tu ne vois pas les efforts que je fais pour te plaire !

14.LUI- Non ! Vraiment ! c'est un comble ! Alors tu pars ?

15.ELLE-...

16.LUI- Tu ne réponds ni oui ni non ? Réponds-moi, ou sinon...

17.ELLE- Non que je veuille te décevoir mon ami, mais je te le dis sans ambages : C'est non ! Non parce que tu n'as pas du tout envie de me voir partir — ça je le sais — mais parce que, sitôt que j'aurai passé la porte, tu me diras de revenir.

18.LUI- Que nenni !

19.ELLE- Tu te mens à toi-même.

20.LUI- Que non pas ! Je te le répète : je veux un peu de tranquillité.

21.ELLE- Non vraiment, tu te fais violence envers toi-même non moins qu'envers moi.

22.LUI- P'têt ben qu'oui, p'têt ben qu'non. As-tu jamais pensé que tu me rendais la vie difficile.

23.ELLE- Oui et non. Mais crois-tu que, séparés, nous serons heureux ?

24.LUI- Je n'en sais rien, non plus que toi

25.ELLE- Je te promets que je ferai un effort à l'avenir.

26.LUI- Je te parie que non.

27.ELLE- C'est un pari non encore gagné. Et, un jour, nous nous aimerons tant et tant que nous nous marierons.

28.LUI- Pour ça non !

29.ELLE- Tu ne peux pas vivre seul, ni moi non plus. Et nous resterons toujours ensemble, jour et nuit.

30.LUI- Quand j'ai dit non, c'est non !

31.ELLE- Sache que, si je pars ou non, je te resterai toujours fidèle. Certes, mon ami, tu te plains, je le reconnais, parfois non à tort ; mais tu conviendras que de me pousser ainsi à la dernière extrémité...

32.LUI- Je te demande de t'en aller, non par méchanceté, mais parce que la vie est devenue trop difficile. Ce nonobstant, je ne te hais point. Plus de non-dits entre nous.

33.ELLE- Ainsi tu veux vraiment que je te dise ce que je pense de toi, maintenant que nous sommes arrivés au point de non-retour ? Tu sais pourtant que je suis adepte de la non-violence et que je répugne à te faire des reproches. Non, je ne te parlerai pas de ta nonchalance insupportable, ni de la non-reconnaissance que tu pratiques si bien quand je suis généreuse avec toi, ni, aujourd'hui, de ton amour non partagé qui me brise le coeur. Trahison ou non, le mal est fait. Adieu.

34.LUI- Un petit baiser avant de partir ?

35.ELLE- Je ne dis pas non.

 

Commentaire et explications

Les numéros correspondent à ceux des phrases ci-dessus

1-Non, adverbe de négation

-Non, je refuse de te quitter. [Non] se met au commencement d'une phrase négative pour en annoncer le caractère. Littré

Dictionnaire Littré Texte dans le domaine public — HTML en CC-BY-SA 3.0 () — Code en Affero GPL

*Le NON peut être renforcé, voir les cas avec l'astérisque.

-*Ah ça non !

-Non mais ! Marque l'indignation. Non mais, qu'est-ce que tu crois ?

Wiktionnaire : Exprime l'incrédulité devant une situation ou un constat surprenant.

2-pour un oui ou pour un non, sans aucune raison, sans raison vraiment valable.

3-Tu plaisantes ou non Non s'emploie pour nier une proposition entière qui est sous-entendue. Littré (Tu plaisantes ou tu ne plaisantes pas)

-Oh non, le ton est suppliant.

4-Ma foi non ! – Ma foi oui, ma foi non, locution interjective familière.

5-Mais non ! Refute ce qui vient d'être dit. Mais non, ce n'est pas vrai. Le ton est suppliant.

6-Pourquoi non ? Emploi rare, synonyme de Pourquoi pas ?

7-*Parce que non, c'est non. Ton autoritaire.

8-non loin de [Non] s'emploie devant sans, loin, etc. pour en changer le sens restrictif. Littré (voir aussi phrase 12)

9-*Pour ça non ! Pour cela non ! Ah ! Pour cela non ! Les pronoms démonstratifs ça et cela se réfèrent à ce qui a été dit précédemment.

10-*Que non ! Oh, que non ! (Que non pas > voir la phrase 20)

-*non et cent fois non

11-Non content de me faire de la peine Non est suivi d'un adjectif.

12-non sans mal [Non] s'emploie devant sans, loin, etc. pour en changer le sens restrictif. Littré

Non sans OU non pas sans

-Non pas tant OU ou non point tant modifie un verbe (ou un verbe sous-entendu), ou un complément circonstanciel. Littré

Dans des tours où non signifie que la quantité est trop faible pour provoquer une conséquence. Le Trésor

Suivi d'une subordonnée ou d'un substantif :

Je l'ai décidé, non pas tant parce que je ne t'aime plus mais parce que je me suis lassé de tes incartades.

Je te dis cela non point tant par désamour que par lassitude.

Non pas assez par désamour que par lassitude.

13-Non seulement... mais... On renchérit sur la première proposition

14-*Non, vraiment

16-ni oui ni non

-sinon si ce que qui vient d'être dit ne se produit pas.

Dans ce cas, sinon implique une menace.

17-Non que je veuille... mais Non que, locution conjonctive de subordination suivie du subjonctif

Voir l'article > Non que, non pas que, non moins que, non plus que, non point que

-*C'est non.

-non parce que... mais parce que... On nie une certaine cause et on en précise une autre.

18-*Nenni ! Que nenni ! Nenni-da ! Vieil adverbe ou emploi plaisant.

Antonyme Oui-da

Da, particule qui renforce les mots nenni et oui.

20-*Que non pas ! [Non] se joint souvent avec pas, mais non avec point. Littré  [c'est l'usage qui le veut]

21-Non vraiment [Non] se joint aux adverbes certes, certainement, vraiment, qui rendent la négation plus formelle. Littré

-non moins que, équivalents : aussi, autant (que)

22-Peut-être (bien) que oui, peut-être (bien) que non. Expression que l'on dit être une réponse de Normand.

p'têt ben qu'oui, p'têt ben qu'non - Wiktionnaire

23-Oui et non. On balance : parfois oui, parfois non, tout dépend du point de vue où l'on se place.

24-Je n'en sais rien, non plus que toi . Pareillement, dans une phrase négative.

26-Je te parie que non. Que non remplace ce qui précède à la forme négative.

27-un pari non encore gagné. Non peut-être suivi d'un participe ou d'un adjectif.

28-*Pour ça non !

29-moi non plus Tu ne peux pas vivre seul, ni moi non plus. Comme moi

30-Quand j'ai dit non, c'est non. Manifeste de l'autorité.

31-si je pars ou non si je pars ou si je ne pars pas, voir la phrase 3

-non à tort

32-non par méchanceté [Non] se met dans le cours du discours pour nier quelque chose, très souvent avec une reprise par mais. Littré

-ce nonobstant, je ne te hais point > Nonobstant, ce nonobstant, nonobstant que.

Comment dites-vous "Je t'aime" ? Je te kiffe, je ne te hais point, tu me bottes, je suis morgane de toi, je t'ai dans la peau, mon coeur s'est embrasé, etc.

-non-dit [Non] se joint à des adjectifs, à des substantifs, à des verbes. Non solvable. Non-activité. Fin de non-recevoir. Littré

voir aussi ce qui suit au § 33

33-le point de non-retour

-la non-violence

-la nonchalance

Non, je ne te parlerai pas de ta nonchalance... : la prétérition, figure de style : on affirme qu'on ne va pas parler que quelque chose dont cependant, on parle.

-la non-reconnaissance

-l'amour non partagé

Voir l'article L'agglutination Le non-être, le non-moi, le non-sens, le point de non-retour, la non-violence, la non-mitoyenneté, la non-apparition, le non-amour, la non-reconnaissance, la non-fiction, le non-droit, la non-pratique...

- Trahison ou non, Trahison ou pas trahison

[Non] peut remplacer un substantif, un adjectif. Malice, ou non, le mal est fait. Sage ou non. Littré

35- Je ne dis pas non, ne pas dire non, ne pas refuser.

nonononononononononononononononononononononononon

LITTRÉ - Étymologie Bourguig. nain daime [non dame] ; picard, nein, naie, na ; provenç. non, no ; espagn. no ; portug. não ; ital. no, non ; du lat. non, anciennement noenu, noenum, que les étymologistes tirent de ni, non, et oenum, ancienne forme de unus, un.

 

nonononononononononononononononononononononononon

Des chansons avec NON

La chanson de Serge Gainbourg "Je t'aime, moi non plus"

Gainsbourg provoque quand il emploie moi non plus à contre-sens, faisant fi de la règle de grammaire qui voudrait une proposition négative avant moi non plus.

Édith Piaf chante "Non, rien de rien. Non, je ne regrette rien."

Charles Aznavour chante "Non, je n'ai rien oublié".

Michel Polnareff chante : "C'est une poupée qui fait non, non, non, non. Toute la journée, elle fait non, non non, non..."

 

Articles connexes sur l'expression de la négation

>Jamais, ne jamais, jamais plus, au grand jamais, à jamais, si jamais, oncques...

>Nonobstant, ce nonobstant, nonobstant que.

>Tant et tant que, non point tant pour.. que pour, tant s'en faut que + indicatif ou subjonctif ? - Tant soit peu, tant qu'à faire, en tant que de besoin, tous autant que vous êtes

 

Tous les articles du blog

 

Les petites histoires de mamiehiou

écrites, entre autres, pour illustrer des questions d'orthographe et de grammaire

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
13 novembre 2014 4 13 /11 /novembre /2014 17:06

Bonjour à tous !

Je participe à un concours sur Short Edition.
Vous avez aimé ma fable à la manière de La Fontaine, ou vous l'aimez si vous la découvrez, alors votez pour moi sur Short Edition.

Le Gouda qui voulait se faire plus fort que le Camembert


http://short-edition.com/oeuvre/poetik/le-gouda-qui-voulait-se-faire-plus-fort-que-le-camembert sur les applis pour mobiles et tablettes de Short Edition

Une amicale pensée et merci d'avance !

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com
commenter cet article
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 14:09

Retour aux questions du QUIZ 96 

E Qu'est-ce qui est à la fois

1 une lésion cutanée

2 une lacune dans un drame

3 un habitant des mers

4 un défaut

5 et cher quand il est gros

...

Réponse : un loup

1 Une lésion cutanée, un loup ou un lupus.

2 Une lacune, un manque au théâtre.

3 Un poisson (un bar)

4 Un défaut dans un objet

5 Mon gros loup ou mon chéri.

Lire dans le Trésor d'autres acceptions du substantif  LOUP

 

Retour aux questions du QUIZ 96 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com
commenter cet article
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 14:08

Retour aux questions du QUIZ 96 

D Qu'est-ce qui est à la fois

1 un long bâton de pèlerin

2 un son de basse continu

3 un insecte pas toujours vrai

4 un instrument perché en haut d'une église

...

1 J'ai lu dans le Littré

Long bâton de pèlerin, surmonté d'un ornement en forme de pomme.

Robert Guiscard et ses frères vont en pèlerinage à Rome le bourdon à la main, [Voltaire, Mœurs, 39]

2 -Bourdon d'orgue, celui des jeux de l'orgue qui a les tuyaux les plus longs et les plus gros, et qui fait la basse.

-Ton qui sert de basse continue dans certains instruments tels que vielle, musette et cornemuse.

3 Le bourdon et le faux bourdon (mâle de l'abeille)

4 Un bourdon est une grosse cloche. Le bourdon de Notre-Dame à Paris

 

Retour aux questions du QUIZ 96 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com
commenter cet article
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 14:07

Retour aux questions du QUIZ 96 

C Qu'est-ce qui est à la fois

1 des mets savoureux

2 une grâce et une légèreté particulières

3 une susceptibilité dans une situation délicate, avec le fisc par exemple, et que d'aucuns auraient bien aimé éviter

...

Réponse : délicatesse, des délicatesses, être en délicatesse avec...

J'ai lu dans le dictionnaire de l'Académie (8e édition)

1 Qualité de ce qui est agréable au goût. La délicatesse du vin, des mets, de la bonne chère. Au pluriel, Les délicatesses de la table, Les mets délicats.

2 Grâce, légèreté, finesse, élégance.

3 J'ai lu dans le Littré

Susceptibilité, facilité à regarder comme blessantes les choses qui ne le sont pas ou ne le sont guère. Je ne vois rien de si ridicule que cette délicatesse d'honneur qui prend tout en mauvaise part, [Molière, Critique, 3]

Être en délicatesse avec quelqu'un, avoir avec lui quelque sujet de susceptibilité. Cette expression ne s'emploie que dans le style léger et familier : Nous ne sommes pas brouillés, nous sommes en délicatesse, c'est-à-dire chacun de nous craint de manquer à sa propre dignité en faisant des avances à l'autre.

Des exemples d'actualité :

sur BOURSIER.COM, le 26 octobre 2014

Gilles Carrez, le Président de la Commission des Finances de l'Assemblée nationale et auteur de la loi éponyme dans le domaine immobilier, est actuellement en délicatesse avec les services fiscaux...

>> http://www.boursier.com/actualites/economie/fiscalite-ca-ne-tourne-pas-rond-pour-gilles-carrez-25806.html?sitemap
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/qui-sont-les-60-parlementaires-en-delicatesse-avec-le-fisc_1615563.html

 

Retour aux questions du QUIZ 96 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com
commenter cet article
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 14:06

Retour aux questions du QUIZ 96 

 

B Qu'est-ce qui est à la fois

1 l'antonyme de forte

2 un fourneau

3 une tablette pour prendre les empreintes

4 un ornement buccal mais pas que

...

Réponse Piano

1 adverbe, jouer doucement, aller doucement...

piano, pianissimo. Pas si vite ! Va piano !

En musique, antonyme : Forte

 

2 J'ai lu sur le site de BOB

Argot [des cuisiniers] Fourneau. À part les «mères» lyonnaises dont la réputation n'est plus à faire, quelques femmes ont osé affronter le «piano», puisque c'est ainsi que les cuisiniers nomment leur fourneau! (La Croix, 28 avr. 1982, p.13).

3 Argot [des policiers et des malfaiteurs] Passer au piano. Se faire prendre les empreintes digitales par la police:

Tu es déjà passé au piano ici? demande enfin Malaggione. −Non. −Alors, du calme, bon dieu! Les perdreaux français n'ont tout de même pas envoyé ta fiche d'empreintes à Caracas... R. Borniche, L'Archange, 1978, p.156.

passer au piano, jouer du piano

Tablette servant à relever les empreintes digitales, prise des empreintes digitales, se faire relever ses empreintes digitales

4 Argot, une dent, les dents : touche (touches) de piano, touche blanche sur le clavier du piano

 « Elle vous biglait à travers un face-à-main, en rejetant la tête en arrière, puis souriait de toutes ses touches de piano aurifiées, une vraie mine, ça représentait un capital. » (Maurice Raphaël, Ainsi soit-il, 1950).

 

Retour aux questions du QUIZ 96 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog