Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 15:16

 ACCUEIL 

Ou

La conjonction de coordination OU marque l'alternative.

Tu restes ou tu pars, décide-toi.

Ou, pour être renforcé, peut être suivi, des expressions sinon, autrement, bien, alors : ou alors, ou autrement, ou bien, ou sinon.

Tu restes ou bien tu pars, décide-toi.

Tu parles ou alors tu te tais, choisis.

Tu pars immédiatement ou autrement je m'en vais, c'est clair ?

 

Ou peut être répété, ou... ou...

Ou je viendrai ou je ne viendrai pas.

Soit... soit... peut parfois être l'équivalent de Ou... ou...

Soit je viendrai soit je ne viendrai pas.

Ou je viendrai ou je ne viendrai pas.

Il y a, soit chez ma soeur qui m'écoute ou non, soit chez mon frère qui ne m'écoute jamais une façon d'agir qui leur est toute personnelle.

 

Avec deux noms au singulier coordonnés par OU, on a la marque du singulier ou du pluriel selon que l'un exclut l'autre ou pas (sens voisin de et).

 

Valeur exclusive :

Son père ou sa mère viendra. (l'un ou l'autre) 

Le Président de la République ou le premier Ministre présidera à cette réunion.

La douceur ou la menace aura raison de lui.

 

Valeur inclusive :

On trouve sur le site du Cnrtl  (lexicographie) à l'entrée OU : « Si l'idée de conjonction des deux sujets domine (les deux sujets pouvant concourir à l'action), le verbe peut se mettre au pluriel Son père ou sa mère viendront (l'un ou l'autre, au choix, ou même les deux) »

Les filles ou les garçons joueront avec mon fils. (les uns comme les autres)

Vous portez bien la jupe ou la robe longues.

La guerre ou la famine les ont décimés.

 

Autrement dit :

Lorsque les sujets sont au singulier et qu’ils peuvent tous les deux faire l’action exprimée par le verbe, l’accord se fait au pluriel : l’idée d’addition prévaut, les deux sujets peuvent faire l’action.

Jean ou Jacques viendront m'aider à faire mes devoirs. Ils sont vraiment sympas.

 

Si un seul sujet peut faire l'action, le verbe est au singulier : l'idée d'exclusion prévaut dans ce cas.

Jean ou Jacques m'épousera, mais je ne sais pas encore lequel des deux.

 

Quand les deux noms sont synonymes, on a la marque du singulier.

Le nom de famille ou patronyme doit figurer sur votre feuille de route.

Quand ma tante ou la soeur de ma mère viendra, elle m'apportera un cadeau.

 

On ne met pas OU dans une phase négative, mais NI.

Il n'a pas d'argent ni d'amis, le pauvre homme.

 

Ou que

Ou que, locution conjonctive de subordination introduit une seconde proposition subordonnée pouvant remplacer la première (temps, but, cause, conséquence, concession, condition, supposition, etc.).

Je sortirai qu'il pleuve ou qu'il vente. (concession)

Je sors quand il pleut ou qu'il neige. (temps) La conjonction que remplace quand.

J'aimerai me promener avec toi s'il fait beau ou qu'il gèle à pierre fendre, qu'importe ! La conjonction que remplace si.

 

Articles connexes

> Ne pas confondre avec Où que

> Conjonctions de subordination et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative]

 

Reprise en partie de l'article :

> Les homophones ou où hou ouh houx août houe

 

  > ACCUEIL 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 12:55

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Hypocoristique, adjectif qui vient du grec ancien et qui signifie « caressant, propre à atténuer ».

Un hypocoristique est un nom de personne (ou d'animal) qui comporte une valeur affective.

 

 QUIZ 90

Relevez les hypocoristiques dans le texte suivant :

Les explications sont à la suite.

Madame Martinet—Pourquoi tu pleurnichailles mon Toto ? [Victor se frotte la main.] On avait mal à sa menotte, mon chou ?

Victor—C'est Lulu qui m'a griffé.

Mme M.—Oh, le vilain chien-chien !

Victor—Regarde maman, voilà Colas, Steph, Dédé et Tony qui arrivent.

Mme M.—Et Jicé. Tu l'avais invité lui aussi, mon biquet ?

Victor—Arrête de m'appeler comme ça, maman, ils vont se moquer de moi.

Victor—Salut les gars ! Content de vous voir !

Colas—Salut Vic ! On va bien s'amuser !

Tous les copains en choeur—Bonjour Madame Martinet !

Mme M.—Oh, vous êtes bien polis mes mignonnets !

[Victor hausse les épaules.]

Victor—Je vous présente ma soeurette Zabeth.

Steph—Bonjour Zabeth ! Tu viens me faire un bisou, mon lapin ?

Victor—Arrêtez un peu les bécots ! Il n'y en a que pour elle.

Tony—C'est que tu es une bien jolie fifille, ma poulette !

Victor—Bon, si on allait jouer dans le jardin ?

Dédé—On emmène c'te fillette ?

Victor—Sûrement pas !

Steph—C'est qu'il prend soin du petit bout, le frérot !

Jicé—Des fois qu'elle aurait peur du loup, la jeunotte !

Tony, poète—Je lui aurais bien récité une odelette à cette petite crevette.

Jicé—Dommage que t'as pas invité Sandrine.

Victor—On est mieux entre mecs, pas vrai les gars ?

[Murmures de désapprobation]

Mme M.—Vous viendrez manger le gâteau d'anniversaire quand vous aurez faim les petiots !

 

Les hypocoristiques du texte sont en rouge et en italique.

Les explications suivent.

Madame Martinet—Pourquoi tu pleurnichailles mon Toto ? [Victor se frotte la main.] On avait mal à sa menotte, mon chou ?

Victor—C'est Lulu qui m'a griffé.

Mme M.—Oh, le vilain chien-chien !

Victor—Regarde maman, voilà Colas, Steph, Dédé et Tony qui arrivent.

Mme M.—Et Jicé. Tu l'avais invité lui aussi, mon biquet ?

Victor—Arrête de m'appeler comme ça, maman, ils vont se moquer de moi.

Victor—Salut Les gars ! Content de vous voir !

Colas—Salut Vic ! On va bien s'amuser !

Tous les copains en choeur—Bonjour Madame Martinet !

Mme M.—Oh, vous êtes bien polis mes mignonnets !

[Victor hausse les épaules.]

Victor—Je vous présente ma soeurette Zabeth.

Steph—Bonjour Zabeth ! Tu viens me faire un bisou, mon lapin ?

Victor—Arrêtez un peu les bécots ! Il n'y en a que pour elle.

Tony—C'est que tu es une bien jolie fifille, ma poulette !

Victor—Bon, si on allait jouer dans le jardin ?

Dédé—On emmène c'te fillette ?

Victor—Sûrement pas !

Steph—C'est qu'il prend soin du petit bout, le frérot !

Jicé—Des fois qu'elle aurait peur du loup, la jeunotte !

Tony, poète—Je lui aurais bien récité une odelette à cette petite crevette.

Jicé—Dommage que t'as pas invité Sandrine.

Victor—On est mieux entre mecs, pas vrai les gars ?

[Murmures de désapprobation]

Mme M.—Vous viendrez manger le gâteau d'anniversaire quand vous aurez faim les petiots !

 

Explications

Martinet (vient du prénom Martin) De nombreux noms de famille sont des hypocoristiques de prénoms.

Toto (pour Victor) prénom avec le redoublement (d'une syllabe ou d'une partie du mot) – Lulu (pour Lucien, le nom du chien de Mme Martinet) - Jojo (Georges)

chien-chien affectueux pour chien

On avait mal à sa menotte

On, le pronom indéfini adoucit le Tu.

L'imparfait mis pour le présent.

Menotte, (diminutif de main) suffixe -OT, -OTTE - bécot (vient de bec, bouche en argot) - frérot (frère) - petiot (petit) - Jeannot (Jean)

Mignonnet (diminutif de mignon) suffixe -ET, -ETTE – soeurette (soeur) - fillette (petite fille) - odelette (petite ode)

Mon chou, mon biquet, ma poulette, mon lapin, mon petit bout, petite crevette, mon bichon, ma biche, termes conventionnellement hypocoristiques

Colas (vient de Nicolas), aphérèse (chute du début du mot) – Zabeth pour Elisabeth – Tony pour Anthony.

Steph (pour Stéphane) apocope (chute de la fin du mot) – Vic (Victor) -Théo - (Théophile)

Dédé (pour André) redoublement (d'une syllabe ou d'une partie du mot) et troncation.

Jicé (pour Jean-Claude ou Jean-Christophe etc.) initiales J. C.

Sandrine : de nombreux prénoms anciens hyporistiques sont devenus de vrais prénoms, Sandrine vient d'Alexandrine- Sacha (Alexandre) Mado (Madeleine) Max (Maxime) Maggy (Marguerite) etc.

 

Notes

Madame Martinet—Pourquoi tu pleurnichailles mon Toto ?

Pleurnichailler : hapax, pleurnicher (Martin Du Gard, La Gonfle, 1928)

Voir l'article > Hapax, mots-valises, mots fantômes et autres mots étranges

 

Le texte comporte des fautes dues à des tournures familières :

Pourquoi tu pleurnichailles ? Pourquoi pleurniches-tu ?

On emmène c'te fillette ? > cette

Des fois qu'elle aurait peur du loup > peut-être aurait-elle...

Dommage que t'as pas invité Sandrine > que tu n'aies pas invité...

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 08:25

ACCUEIL

Le 27 février Overblog a envoyé un message à ses fidèles blogueurs
 

Cher Overblogueur,

Vous avez utilisé le Hub Social d'OverBlog vous permettant d'importer les contenus de vos réseaux sociaux sur votre blog mamiehiou.over-blog.com. Cette fonctionnalité étant réservée aux membres Premium depuis plusieurs mois, nous allons supprimer les articles de vos réseaux sociaux dans 15 jours.

Vous pouvez conserver ces articles en souscrivant à un abonnement Premium Individuel, vous profiterez alors d'une réduction de 10% ...

 

D'après les commentaires que j'ai lus sur la toile, il semblerait qu'Overblog ait envoyé ce message à tous les overblogueurs qui n'ont pas le PREMIUM. Beaucoup d'entre eux ne savent pas ce qu'est le hub social et tremblent à l'idée que leurs articles soient supprimés.

Ce n'est pas clair.

Moi-même, j'ignore si Overblog va me pénaliser bien que je n'aie pas importé d'articles des réseaux sociaux et pourtant, ils m'ont envoyé cet avertissement. Je leur ai envoyé un message auquel ils n'ont pas répondu.

Tout ça pour qu'on se sente obligé de s'inscrire au PREMIUM et de payer chaque mois.

Je trouve très injuste, et je ne suis pas la seule, qu'Overblog change les règles.

J'ai déjà souffert qu'ils m'aient tronqué, sans prévenir, mes articles les plus longs que j'ai dû rétablir dans leur intégralité, ce qui m'a donné beaucoup de travail, voir mon article Bug sur overblog - La galère !

 

Overblog pourrait me dire que s'inscrire à PREMIUM, ce n'est pas payer trop cher. Là n'est pas la question.

Si d'aventure je venais à disparaître, à mourir disons le mot, je ne voudrais pas que mes héritiers aient la charge de payer quoi que ce soit s'ils veulent que mon blog reste en l'état.

Je pense que bon nombre d'articles sont utiles et qu'il serait dommage que mon blog disparaisse.

 

Pour en savoir plus, voir l'excellent blog de IV OAM

> 28-02-14. Destruction du hub

Dans > Nouvel overblog - infos, nouveautés administration, bugs, thèmes

Et aussi :

Vous pouvez rechercher dans le Manuel d'overblog : Partage automatique des articles/pages. C'est très bien expliqué, juste très bien fait pour que nous ne puissions pas comprendre si nous entrons dans la zone dangereuse Partage et réseaux sociaux (>soit-disant automatique)

à bientôt chers lecteurs !

 

*Nota bene - Je me suis permis d'emprunter à Amélie Nothomb le beau titre "Stupeur et Tremblements" de son 9ème roman paru en 1999. J'aurais pu aussi choisir le titre d'un film que j'ai beaucoup aimé  "Cris et Chuchotements" d'Igmar Bergman (1972), mais il était moins adapté. Bon, je termine ici ma digression qui s'éloigne de mon sujet !

 

ACCUEIL

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Miscellanées
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 09:12

ACCUEIL

1

Est-ce grammaticalement correct ? 1-Je n'ai de cesse de te chercher que je t'ai trouvé. 2-Je serai parti avant que tu arrives. 3-Il s'en est fallu de peu que je ne réussisse 4-Il n'est pas impossible qu'il ne m'ait trahie

Réponses > NE explétif

2

Que diriez-vous ? Ton père ou ta mère viendra /ou viendront.

> Les homophones ou où hou ouh houx août houe

3

Que diriez-vous ? J'espère qu'il viendra OU qu'il vienne. N'espère pas qu'il viendra OU qu'il vienne.

> Espérer que - J'espère que, je n'espère pas que, espérez-vous que

4

Que diriez-vous ? Nous avons convenu de nous rencontrer à cinq heures. OU Nous sommes convenus ...

> Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes

5

Pouvez-vous écrire les abréviations suivantes ? M. - Mr - Mr. - Mrs - MM. - Mle - Mlle - Melle -

> §B Quand faut-il mettre une majuscule à Monsieur, Madame, Mademoiselle, etc.? Comment abréger ces mots ? Ne pas confondre M. et Mr, MM. et Mrs

6

Trouvez les infinitifs correspondant aux participes passés issu, tissu, brui(t), et de gît. Quel est le sens de partir dans "maille à partir" ?

> Les verbes défectifs

7

QU'IL VIENNE ou QU'IL VIENDRA ? Il est douteux ... Je ne doute pas ... Nul doute ... Je me doute bien ...

§6 & 7 > Valeurs et emplois du subjonctif

8

Quel est le féminin de Sieur ? de Sire ? de Messire ?

Phrase 4 et suivantes > Différences sémantiques entre noms masculins et noms féminins. Les noms masculins ont-ils toujours des équivalents féminins et vice-versa ?

9

Donnez la nuance circonstancielle de la prop. subordonnée : "Il est à l'article de la mort sans que cela se voie."

> Sans que

10

Qu'écririez-vous ? Fait ou faite ? Laissé ou laissée ? Elle s'est fait mordre et s'est laissé soigner.

> L'accord problématique des participes passés FAIT et LAISSÉ

11

Accord ou non des participes passés : Il lui en a donné beaucoup, de ses roses ? Combien lui en a-t-il donné ?

> §6 Correction du quiz 26 - Un couple bien ordinaire

12

Viens ou viennes ? Si je t'attends trop longtemps et que tu ... en retard, je te ferai des reproches.

>§60 Valeurs et emplois du subjonctif

13

Avez ou ayez ? Vous avez bien tout remis, Omer, hormis que vous ... omis de mettre cette vis-là.

> Hormis que, hors que + indicatif, subjonctif ou conditionnel, quel mode choisir ?

14

Écrivez-vous : Trois mille cinq cent vingt. L'an deux mil treize. Un billion = un million de millions. Page quatre-vingt

> Savoir orthographier les adjectifs numéraux cardinaux (cent ou cents, vingt ou vingts...) + des millions, des milliards, des billions

15

TOUT(E) ? Il est ... imagination- C'est une ... autre histoire- Elle est ... à moi- Je suis ... émue- Il est ... ouïe

> Ne pas confondre : TOUT adjectif indéfini, pronom indéfini, adverbe (variable dans certains cas) et substantif

16

Écoutez-les. Ils se croient humoristes, ceux-là même qui ne font que heurter le cœur et l'esprit. OU ceux-là-mêmes ?

> Ceux-là même ou ceux-là mêmes ? Celles-là même ou celles-là mêmes

17

Feriez-vous la liaison ? les hiatus, un sang impur, les beaux yuccas, les yeuses, les haricots, les hiéroglyphes, .

> La liaison - L'élision - L'enchaînement - La disjonction

> les [z] hiatus (liaison) la plupart des dictionnaires et des grammairiens donnent aujourd'hui le h muet dans hiatus : l'hiatus. Cet hiatus. Quel bel hiatus !
>un sang [k] impur (liaison - usage vieilli ou un sang / impur (disjonction) -  les beaux / yuccas (pas de liaison, disjonction) le yucca

> les [z] yeuses (liaison) l'yeuse (élision)- les / haricots (pas de liaison,disjonction), le haricot (pas d'élision)- les / haricots >

> les [z] hiéroglyphes (liaison) l'hiéroglyphe (élision)

18

Des accents ? Eut-il du le faire, il eut refusé. Sitot qu'il dut m'aider, il partit. A quoi sont dus ses vertiges ?

> Ne pas confondre : du, dû, dus, due, dues, dut et dût

19

Il fallait que je (+ subjonctif imparfait de) bouillir, coudre, dire, extraire, tenir, quérir, se repaître, traire...

> Verbes au subjonctif imparfait du tac au tac

20

Est-ce correct ? Je ne sache pas que vous m'eussiez jamais honnie dès lors que je vous eusse offensé.

> Je ne sache pas que - Le moyen que - D'où vient que - Il est à craindre que + subjonctif ou indicatif ?

21

Est-ce correct ? 1- Il n'y a aucun doute que tu réussisses ton bac cette année.2- Mais je doute si Paul réussira.

> Douter que, se douter que / Je doute que, nul doute que, il n'est pas douteux que... Je me doute que, il ne se doute pas que...

22

Comment prononcez-vous : antienne, kantien, chiropractie, hématie, argutie, patio, pers, chélidoine, ischion

> Mots difficiles à prononcer - Risques de fautes de prononciation et d'orthographe - antienne, patio, argutie, cation, kantien, varech, pers, handicap, oecuménisme ...

23

Prononciation de gageure, almanach, handball, imbroglio, mas, tomber dans le lacs, abasourdi, Auxerre, Bruxelles

> Prononciation problématique de quelques mots en français : gageure, almanach, handball, imbroglio, mas, tomber dans le lacs, abasourdi, blinis, Auxerre, Bruxelles, Cassis...

24

Écririez-vous C'ÉTAIT ou C'ÉTAIENT ? ... de beaux rêves ! ... ton père et ta mère qui riaient. ... nous qui dansions.

> Orthographe, grammaire et sens des mots - Choisissez les bonnes réponses

25

SONT ou SOIENT ? Outre que mes amis tant aimés s'en ... allés, tout ce qui m'était à venir m'est advenu. D'après Rutebeuf

> Outre que

26

Complétez :par des homophones : Sa redingote est...devant derrière - Sa chambre est...dessus dessous - ...n'est pas croyable - Il va...dire qu'il est fou.

> Sans, s'en, sens, sent, c'en, cent, sang, des homophones à ne pas confondre – Sans suivi d'un singulier ou d'un pluriel ?

27

DE ou DES ? Il ne parle jamais sans dire ... bêtises.- Il parle sans dire ... bêtises.

§4 > Qu'est-ce qu'un partitif ? Ne pas confondre la préposition DE DU, DES - l'article indéfini DES, DE - et l'article partitif DE, DU,présent DE LA, DES 

28

Nez, yeux, bouche, joues, front sont des méronymes de visage. VRAI ou FAUX ?

> Que signifient les mots synonyme, antonyme, homonyme, homophone, paronyme, hyperonyme, hyponyme, holonyme, méronyme ?

29

EN Y ou Y EN ? Vous cherchez des fautes dans ma dictée ? Vous n'allez pas ... ... trouver. >

> La place de Y et de EN dans la phrase.

30

Subjonctif ou indicatif ? Ce n'est pas que je t'en (vouloir), mais le fait que tu ne m'(avoir) pas remarquée m'est insupportable.

Phrases11&12 > Valeurs et emplois du subjonctif

31

OÙ EST L'INTRUS ? guenilles loques fringues haillons frusques hardes oripeaux penailles nippes défroque fripes

> Cherchez l'intrus parmi les synonymes

32

FONCTION DE SE ? Pierre et Paul se sont jugés stupides- Ils se sont donné des claques- Ils se sont fuis comme la peste

> Qu'est-ce qu'un verbe pronominal réfléchi, réciproque, subjectif... ? + QUIZ 32 Accord du participe passé des verbes pronominaux

33

Peut-on toujours remplacer PAR CONTRE par EN REVANCHE ?

> Peut-on dire PAR CONTRE ? > en compensation, en revanche, mais d'autre part, mais d'un autre côté

34

Pourquoi les participes passés succédé, parlé, souri, ri, menti, nui, plu, déplu, complu sont-ils invariables ?

> Participes passés invariables : ils se sont succédé, parlé, souri, menti, nui, plu déplu, complu, ri, fait mal/tort/justice - rendu compte, donné rendez-vous - ils se sont fait/laissé mordre...

35

Accord du participe passé ? Nous les avons persuadées (ou persuadé ?) que nous les traiterions avec douceur.

> Les différentes constructions des verbes assurer et persuader et l'accord de leur participe passé

ÉLISION- Quand QUOIQUE, PUISQUE, LORSQUE, QUELQUE et PRESQUE s'élident-ils ? > quoiqu', puisqu', lorsqu', etc

> Quoique, puisque, lorsque, quelque, et presque s'élident-ils ? 

37

TRÈS SUIVI D'UN NOM : Est-il correct de dire : "J'ai très envie de vous voir. Cela me ferait très plaisir."

> Peut-on dire : J'ai très envie, très plaisir, très peur, très faim, très sommeil... – Cela me fait très envie, très plaisir, très peur... ?

38

Repérez les 2 FAUTES- Je ne lui ai pas répondu après qu'il m'ait parlé- Je parle, tu te tais, ceci n'est pas normal-

Phrases 24 & 25 > Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes

39

Que veut dire : Puissé-je être cru (! ou ?) Quel est le mode et le temps de puissé-je ? Peut-on écrire puissè-je ?

> Ne pas confondre : je peux, je puis, je pus, je puisse, je pusse - puis-je, puissé-je ou puissè-je..

40

Quelle est la nature de C'EST-À-DIRE QUE ? Une conjonction de coordination ? une conjonction de subordination ?

> Qu'est-ce qu'une locution nominale, pronominale, adjectivale, verbale, adverbiale, conjonctive, prépositionnelle, interjective ?

41

Qu'écririez-vous : Autant pour moi ! ou Au temps pour moi ! >

> Au temps pour moi ! ou Autant pour moi !

42

Qu'écririez-vous : En sortant, ils ont pris leur chapeau OU leurs chapeaux ?

 > Adjectifs possessifs - Emplois particuliers - J'ai mal à la tête ou à ma tête ? Ils ont pris leur chapeau ou leurs chapeaux ?

43

CORRECT OU NON ? Ce qui m'intrigua ne fut pas qu'il se trouvât là, TANT S'EN FAUT/LOIN DE LÀ /LOIN S'EN FAUT

> voir la note du texte > 162 Délires autour d'une petite goutte

44

1 OU 2C dans pe-adille e-hymose o-lusion o-uliste a-upuncture s'a-oquiner, a-olyte dessi-ation ba-ara o-urrence..

> Faut-il un ou deux C dans pecc)adille, ecc)hymose, occ)lusion, occ)uliste, acc)upuncture, s'acc)oquiner, ac)colyte, dessicc)ation, bacc)hantes, bacc)ara...?

45

ABSOUDRE est-il un verbe défectif ? Peut-on dire : Il fallait que je l'absolusse.

> Verbes au subjonctif imparfait du tac-au-tac

46

Recherchez des mots en -ITÉ : Qualité d'absorber- Voisinage- Âpreté de la voix- Caractérise des propos obscènes- etc

> Les suffixes nominaux -té, -eté, et -ité

47

La locution MALGRÉ QUE est-elle correcte ? Que signifie l'expression MALGRÉ QUE J'EN AIE ? 

> Malgré que + indicatif, subjonctif ou conditionnel, quel mode choisir ?

48

Complétez par À et/ou DE ? Consens... m'épargner - Je vous déciderai... venir - Je le défie... me battre - Il s'empresse... me faire plaisir

> Verbes qui se construisent avec à + infinitif ou de + infinitif

49

Doit-on dire jusqu'aujourd'hui ou jusqu'à aujourd'hui ? 2-Aujourd'hui est-il nom ?

> Jusque, jusqu'à, jusqu'hier, jusques, jusques et y compris, jusques à quand, jusqu'à ce que...

50

Doit-on toujours mettre un point d'interrogation à la fin une phrase interrogative ?

> Cas où l'on peut omettre le point d'interrogation dans une phrase interrogative

51

ON : c'est parfois quelqu'un ou tout le monde ou toi, moi, nous, vous, elle, lui, ou eux.

> ON : c'est parfois quelqu'un ou tout le monde ou toi, moi, nous, vous, elle, lui, ou eux.

52

S ou SS ? res(s)urgir, res(s)aler, sus(s)urrer, as(sy)métrique.- Le S de ABASOURDI se prononce-t-il [s] ou [z] ?

> Cas où le S ne se prononce pas [z] entre deux voyelles

53

LES NOMS ténèbres abois auspices décombres entrefaites affres aguets frais alentours gens existent-ils au singulier ?

> Les noms toujours ou généralement au pluriel

54

À FAIRE ou AFFAIRE ? 1-Laisse-moi, j'ai ... 2-J'ai mieux ... que de t'écouter. 3-Qu'ai-je donc ... de ta patience ?

> Avoir affaire ou avoir à faire ? Les affaires, une affaire de coeur, j'en fais mon affaire, je lui ai fait son affaire, une ténébreuse affaire, faire le bizness...

55

Y a-t-il une faute dans : Que vous me suppliez de me taire ne me rendra pas moins bavarde.

> Ne pas confondre l'indicatif imparfait et le subjonctif présent de certains verbes

56

EXCEPTÉ ou EXCEPTÉES ? J'ai été malheureuse toute ma vie,... les années où je t'ai connu.

voir le §B9 en rose > Règles de l'accord des participes passés

57

N' ÉTAIT ou N' ÉTAIENT ? ... les larmes que je ne pouvais retenir, personne n'aurait connu ma tristesse.

> Propositions conditionnelles commençant par : n'était, n'étaient, n'eût été, n'eussent

58

Qu'écririez-vous ? Qu'importe mes erreurs puisque vous me pardonnez ! OU Qu'importent mes erreurs...

> Qu'importe(nt) mes démons, si tu as ma tendresse !

59

Tous les pleurs sont des larmes, mais toutes les larmes ne sont pas des pleurs. Mais où règne donc un pleur éternel ?

> Ne pas confondre une larme, un pleur 

60

Retrouvez les comparaisons: ENNUYEUX comme-FAUX comme- FIN comme- GRAND- BARBU- INSOLENT- MALADE- VÊTU- NOIR- BLEU- ROUÉ comme

> Comparaisons – léger comme... méchante comme... long comme... nu comme...

61

Accordez le participe : Nous nous sommes persuadé notre innocence - Nous nous sommes persuadé de notre innocence

>§C  > Les différentes constructions des verbes assurer et persuader et l'accord de leur participe passés

62

Le mot jouissement (qui fait rêver !) est un hapax. En connaissez-vous d'autres ?

> Voir la note dans > 22 Délires éthiques - "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme" - Emploi de ceci ou de cela

63

Pour désigner les lettres S, F, Z, X, S, H, peut-on écrire une esse, une effe, un zède, une ixe, un ache ?

> Le nom et le genre des lettres - l'h, le h, un h, une h, un ache - l's, le s, une esse - etc.

64

Qu'écririez-vous ? Ces objets ont l'air inanimé(s). Elle a l'air idiot(e). Elle a l'air sérieux(se).

Voir la note du texte > 9 Délires amicalement compatibles - Faire contre mauvaise fortune bon coeur

65

Connaissez-vous des mots-valises ? ("porte-manteau words")

Note du texte > 9 Délires amicalement compatibles - Faire contre mauvaise fortune bon coeur

66

Que pouvez-vous écrire ? "Vous, enfin !" m'écriai-je OU m'écrié-je OU m'écriè-je.

> Eussé-je, eussè-je, j'eusse, fussé-je, fussè-je, je fusse, dussé-je, dussè-je, eût-il, fût-il, dût-il, fût-ce, fussent-ils, parlé-je...

67

Quand met-on l'accent ? croîs, crû, crue, accru, décru, recrû, recru, crut, crût, accrut, accrût, décrut, recrut

> Croître, croire, cru, crû, crut, crût - accroître, accru, accrut, accrût - décroître, décru, recroître, recru, recrû - de son cru, de mon cru - etc.

68

De plein-pied ou de plain-pied ? Des quiz ou des quizzes ? des sandwichs ou des sandwiches? Trafic ou traffic?

> Écrire et ne pas écrire - Les fautes d'orthographe les plus usuelles

69

Sans dessus dessous ou sens dessus dessous ? Dilemme ou dilemne ? Exigüe ou exiguë ? Il résout ou il résoud ?

> Écrire et ne pas écrire - Les fautes d'orthographe les plus usuelles

70

Peut-on dire : Dans quel but ? - Pour quoi faire OU Pourquoi faire ?

> Peut-on dire "dans quel but ? dans le but de... " ? Écrit-on "Pourquoi faire" ou "Pour quoi faire" ?

71

À supposer qu'elle (COURE ou COURT ?) plus vite que ce chien enragé, il ne lui mordra pas les fesses.

> À supposer que

72

Il s'applique à bien se laver les pieds chaque jour de sorte qu'il ne (SENT ou SENTE ?) pas la transpiration.

> En sorte que

73

QUE ne me l'avez-vous avoué ce jour-là ! Quelle est la nature de QUE et que signifie-t-il ?

§3b > QUE dans tous ses états – pronom interrogatif - pronom relatif - conjonction de subordination ou élément d'une locution conjonctive - adverbe interrogatif ou exclamatif

74

Quels sont les deux sens de : "Il demande après vous."

Voir les notes du texte > 147 Délires troublants - « Ce n'est point ici le pays de la vérité : elle erre inconnue parmi les hommes. »

75

Quand vous parlez de courrier électronique, dites-vous courriel, mail, e-mail, (email) ou mél ?

§4 dans > Des anglicismes à traduire - L'origine de l'anglais

76

Complétez par EUS, EUSSE ou EUSSÉ :  .....-je senti la terre entière se dérober sous mes pas, je n'.....pas bougé d'un pouce

> Quel mode et quel temps choisir ? Exercice sur le subjonctif n° 1

77

Connaît OU connaisse ? : Si tant est qu'on ..... certaines gens, on n'en revient pas de leur entêtement à se complaire dans leur ignorance.

> Si tant est que 

78

BAILLÉ, BÂILLÉ ou BAYÉ ? Quel malotru ! Il m'a ........ trente coups de bâtons.

Phrase 8 > Paronymes – Paronomase + QUIZ N°27 - agonir et agoniser, anoblir et ennoblir, bâiller, bailler et bayer, conjecture et conjoncture, ablation et ablution, recouvrer et recouvrir...

79

Où est la faute ? Il ne parle jamais sans dire de bêtises. Il parle sans dire de bêtises.

Phrase 23 > Curiosités grammaticales

80

Sensé ou censé ? Il est vraiment stupide ; il n'était pas ..... faire cela.

§10 > Sans, s'en, sens, sent, c'en, cent, sang, des homophones à ne pas confondre

81

Peut-on écrire : pû pu pût due dûs dut dût duent croîs crû crue accru recrû recru crut crût accrût décrut recrut

> pû, pue, pût, du, due, dûs, dut, dût, duent, eût dû, croîs, crû, crue, accru, décru, recrû, recru, crut, crût, accrut, accrût, décrut, recrut - Quels mots sont mal orthographiés ?

Écrire au singulier si c'est possible ET au pluriel : bestiau- matériau- sarrau- landau- bijou- ripou- verrou- banal- idéal- travail-

> Les noms qui se terminent par au, aux, aus, eau, eaux, eu, eux, eus, oeu, oeux, ou, oux, ous

83

ÇA ou ÇÀ ?

Ah ... par exemple !

Ah ... mais !

Or ... verbalisons! ... alors !

Cette fille est d'une bêtise - Ah ... !

> SA, ÇA, ÇÀ

84

Dit-on "un nouveau et terrible orage" OU "un nouvel et terrible orage" ?

VOIR Nouvel* > Ne pas confondre NOUVEAU l'adjectif un nouvel ami et l'adverbe des nouveau-nés, les locutions adverbiales À NOUVEAU et DE NOUVEAU 

85

Faut-il un -E à FEU dans : Feu(e) Madame - Feu(e) la Reine - La feu(e) Reine?

> Ne pas confondre : feux et feus – sensé et censé – chaos et cahot – efficace et efficient – émotionné et ému - bruire et bruisser

86

Les locutions de là à ce que, d'ici à ce que, d'ici que ont-elles le même sens ?

> Ne pas confondre les locutions conjonctives de temps : de là à ce que, d'ici à ce que, et d'ici que.

87

JAMAIS ENCORE ou ENCORE JAMAIS ? Placer la locution dans la phrase : Je ne t'avais vue aussi radieuse.

> Jamais, ne jamais, jamais plus, au grand jamais, à jamais, si jamais, oncques...

88

Diriez-vous : Pour si affligée qu'elle fût, je ne doutais point qu'elle allait OU qu'elle allât reprendre ses esprits et cesser de brasser rancune.

Note en rouge du texte > 172 Délires pour une réprimande doublée d'un déluge de pleurs

89

Corrigez- À chacun son du ! - Je lui répondis que mes cours étaient gratuits quoi qu'il du en penser.

90

§2 > [du] s'écrit du, dû, due, dues, dus, dut, dût - Trouvez la bonne orthographe et justifiez-la 

Corrigez : Il du me parler de sa gratitude. Cette récompense m'était du. Je considérai que ses du étaient réglés.

§4 > [du] s'écrit du, dû, due, dues, dus, dut, dût - Trouvez la bonne orthographe et justifiez-la

91 

Complétez : C'est parce que l'évolution a multi... et complexifié des êtres multi... que les hommes sont apparus un jour.

Dans la multi...7X5=35, 7 est le multi...,  5 est le multi... et 35 est le produit.

Phrases 16 et 19 > Les mots qui commencent par MULTI- Quiz 84

92

Eûtes ou Eussiez ? Il lui demanda comment il se faisait que vous lui ... menti de la sorte.

> Phrase 2 > Passé simple ou subjonctif imparfait ? Passé antérieur, subjonctif plus-que-parfait ou conditionnel passé ?

93

Orth. de [si] ?-gma -the- boire -rénéen -evert -bylle -rrhose -toplasme -narchie -llogisme-ccatif -ntigraphie -alique Mots commençant par SI – CI – SCI – SY – CY – SCY

94

"Belle lurette" vient de la métanalyse de l'expression belle heurette (petite heure). Voir la note du texte : Délires dans un drôle de pays de cocagne + La métanalyse

95

Est-ce correct ? Ce sont à vos allégations pernicieuses que je ne croirai pas. Phr. 6 > Loin s'en faut- Sont-ce- Si ce n'était- Qu'import(ent)- Somptuaire- etc.- Trouvez le mot juste – QUIZ

96

Est-ce correct ? Mon voyage s'est bien passé si ce n'était qu'on m'a empêché de dormir dans l'avion. Phr. 3 > Loin s'en faut- Sont-ce- Si ce n'était- Qu'import(ent)- Somptuaire- etc.- Trouvez le mot juste – QUIZ

97

Tu sais quoi ? Tu sais quoi sur quoi ? Quoi ? Tu sais quoi ? Vous savez quoi sur QUOI ?

98

"L'art de plaire est l'art de tromper", disait Vauvenargues. C'est aussi le propre de l'éloquence > De la rhétorique - De l'éloquence - De la langue de bois - Des périphrases - Appeler un chat un chat

99

Il ne faut pas confondre les locutions "à nouveau" et "de nouveau". Ne pas confondre NOUVEAU l'adjectif un nouvel ami et l'adverbe des nouveau-nés, les locutions adverbiales À NOUVEAU et DE NOUVEAU – nouvellement – une nouvelle - le renouveau ...

100

4 Février

Hier soir, MONEY DROP n'a pas accepté J'ABSOLUS. Il leur faudrait lire Le LITTRÉ. Dommage pour la candidate éliminée. Les verbes difficiles conjugués à l'indicatif présent, au passé simple, au subjonctif présent et au subjonctif imparfait

101

Complétez par une ville: Voir ..... et mourir.- Allô ....., je voudrais le 22 à .... - .....-ville ou .....-canal ? Les villes dans des expressions, des proverbes, des citations, des titres... QUIZ

102

Heureux celui qui a la maîtrise des mots qu'il prononce ! LES MOTS

103

"Don't cry because it's over, smile because it happened."-"Leuchtende Tage ! Weine nicht dass sie vorüber, sondern... 

104

Jusques, avecques - Paragoges Jusque, jusqu'à, jusqu'hier, jusques, jusques et y compris, jusques à quand, jusqu'à ce que...

105

Est-ce que ON peut signifier ELLES ? §6 > ON : c'est parfois quelqu'un ou tout le monde ou toi, moi, nous, vous, elle, lui, ou eux.

106

Alternance des voyelles i-a, et patati patata, prêchi-prêcha, brédi-bréda, picoti-picota, et ceteri et cetera... Alternance des voyelles i-a, et patati patata, prêchi-prêcha, brédi-bréda, picoti-picota, et ceteri et cetera

107

« Il n'est pas de tyran au monde qui aime la vérité ; la vérité n'obéit pas. » Alain

La Vérité, toute la Vérité, rien que la Vérité...

 

ACCUEIL

Repost 1
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 11:16

 → ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

Qu'ont-elles donc à vouloir se dire tant de choses et patati et patata ?

Dans 173 Délires autour d'une curiosité qui n'en finit pas

 

On joue sur l'alternance des voyelles i-a

et patati (et) patata : onomatopée employée pour désigner des bavardages futiles qui n'en finissent pas.

« Et patati et patata, la queue du chat » Souffrances du Professeur Delteil Champfleury (1853)

Variante : et patatipatali et patatatipatala (Marcel Proust).

Prêchi, prêcha : (familier) locution désignant un mauvais discours - substantif un prêchi-prêcha. > Cnrtl PRÊCHI, PRÊCHA

Brédi-bréda : (vieux) Littré : avec précipitation et confusion. Il nous a raconté tout cela brédi-bréda. Expression tout à fait familière.

On dit quelquefois Brédi-bréda taribara. Dictionnaire de la langue verte d'Alfred Delvau page 59 > Dictionnaire de la langue verte : argots parisiens comparés ... - Gallica.

Cette expression vient de Bréda street (article connexe, poème argotique : Elle arpentait la rue Bréda)

picoti picota, comptine :

Une poule sur un mur
Qui picote* du pain dur
Picoti, picota
Lève la queue
Et puis s'en va.

Notes

*qui picote, variantes: qui picotait, qui picorait.

Un picotis est un léger picotement. 

> une poule sur un mur CP

> Une poule sur un murYouTube

et ceteri et cetera

> ET CÆTERA, ET CETERA, ET CŒTERA, ETC. (Cnrtl)

tralali tralala, frotti frotta, couci couça, comme ci comme ça, cahin-caha...

..........................

Alternance des voyelles i-o, i-e...

un méli-mélo

Chapi Chapo Chapi Chapo - 00 - Generique - YouTube

Carabi carabo (Comptine : Compère guilleri)

Il était un p'tit homme
Qu'on appelait Guilleri Carabi
Il s'en fut à la chasse
A la chasse aux perdrix
Carabi, Titi, Carabi, Toto,
Carabo, Compère Guilleri
Te lai'ras-tu, te lai'ras-tu mouri. [...]

Heidi, heido, heida, le refrain de Ein Heller und ein Batzen (en français : « Un sou et un écu ») qui est une chanson à boire du folklore populaire allemand composée vers 1830 par le comte Albert von Schlippenbach (1800-1886) sur une mélodie populaire de Prusse orientale (cf. Wikipédia) Les Français se trompent souvent et disent Heili, heilo, heila.

Vanina Vanini, nouvelle de Stendhal (1829) parue dans la Revue de Paris puis incluse dans les Chroniques Italiennes après la mort de l'auteur > Vanina Vanini — Wikipédia

Je pense même à Galileo Galilei (1564-1642,Galilée en français) le courageux astronome qui affirma malgré les peines qu'il savait qu'il encourait : « E pur si muove ! » ou « Eppur si muove ! » « Et pourtant elle tourne » (littéralement : « et pourtant elle bouge »). Cf. Wikipédia

et aussi à Martino Martini auteur de Novus Atlas Sinensis > Martino Martini  Wikipédia

un niño y una niña, un garçon et une fille - On sait que la marque du masculin en espagnol est -o, celle du féminin est -a.

En polonais on a des terminaisons en -ski et -ska : Quand la tante de mon mari a épousé un monsieur Tokarski, elle s'est appelée madame Tokarska.

Et si vous partez pour l'Italie, n'oubliez pas d'y déguster leurs glaces délicieuses : gelati au pluriel, gelato au singulier.  

 

Connaissez-vous d'autres exemples ?

 28 juin 2014 : Aline propose "Alexandrie, Alexandra".

Merci Aline

 

 → ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 17:01

  FLORILÈGE

ACCUEIL

                                                                                                                      

Un florilège de textes sélectionnés par mamiehiou

                                                                                                                     

 

-34-

 

Goethe 1749-1832

 

1re partie Chapitre 5 [extrait]

 

Charlotte :

Les hommes s’occupent surtout des faits isolés et du présent, parce que leur vie est tout entière dans l’action, et par conséquent dans le présent. Les femmes, au contraire, ne voient que l’enchaînement des divers événements, parce que c’est de cet enchaînement que dépend leur destinée et celle de leur famille, ce qui les jette naturellement dans l’avenir et même dans le passé.

Traduction par Aloïse de Carlowitz

Lire le texte intégral sur Wikisource

 

Die Männer denken mehr auf das Einzelne, auf das Gegenwärtige, und das mit Recht, weil sie zu tun, zu wirken berufen sind; die Weiber hingegen mehr auf das, was im Leben zusammenhängt, und das mit gleichem Recht, weil ihr Schicksal, das Schicksal ihrer Familien an diesen Zusammenhang geknüpft ist, und auch gerade dieses Zusammenhängende von ihnen gefordert wird. Lass uns deswegen einen Blick auf unser gegenwärtiges, auf unser vergangenes Leben werfen, [...]

Die Wahlverwandtschaften Erster Teil

Johann Wolfgang von Goethe @ www.Wissen-im-Netz.info

 

FLORILÈGE

ACCUEIL

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Florilège - la pensée des autres
commenter cet article
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 14:45

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Tous les QUIZ

 

Sauriez-vous compléter les proverbes, les citations et les expressions suivantes ? Les proverbes traduisent une pensée qui exprime un conseil de sagesse populaire commun à un groupe social ou à un pays. Qui d'entre nous n'en use pas ? Leurs origines se perdent parfois dans la nuit des temps. Certaines citations qu'on trouve dans la Bible, dans des fables, dans de vieux almanachs, dans toutes sortes d'oeuvres diverses sont passées en proverbes.

Avez-vous bonne mémoire ?

À compléter :

 

A

1 à chacun son métier, .......

2 à chaque jour .......

3 à chaque problème, .......

4 à cheval donné .......

5 à cœur vaillant, .......

6 à la guerre .......

7 à maison laide .......

8 à malin, .......

9 à vieille mule, .......

10 après la fête, on gratte .......

11 après la pluie, .......

12 après l’effort, .......

13 au royaume des aveugles, l .......

14 aussitôt dit, .......

15 aux innocents .......

 

Proverbes, citations ou expressions complétés (A)

1 à chacun son métier, les vaches seront bien gardées

2 à chaque jour suffit sa peine

3 à chaque problème, une solution

4 à cheval donné on ne regarde pas la denture, à cheval donné, on ne regarde pas la bride

5 à cœur vaillant, rien d’impossible

6 à la guerre comme à la guerre

7 à maison laide arbre mort

8 à malin, malin et demi

9 à vieille mule, frein doré

10 après la fête, on gratte sa tête

11 après la pluie, le beau temps

12 après l’effort, le réconfort

13 au royaume des aveugles, les borgnes sont rois

14 aussitôt dit, aussitôt fait

15 aux innocents les mains pleines

 

Avez-vous repéré la devise de Jacques Coeur ?

>>> Réponse et suite du QUIZ 89 (B)

 

Cet article est en lien avec WIKTIONNAIRE, le dictionnaire libre

Ce quiz n°89  comprend 12 parties

 >A   >B   >C   >D   >E   >F   >G   >H   >I   >J   >K   >L

Tous les QUIZ

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 18:15

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Sommaire de l'article

1-Hapax ou Apax 2-Concaténation de mots 3-Mots-valises

 4-Mots fantômes 5-Néologismes 6-Articles connexes

 

1-L'hapax ou l'apax

C'est un mot qu'on ne rencontre qu'une seule fois dans la littérature.

Jouissement

Ballade Sappho  - Verlaine (1844-1996)

Ma douce main de maîtresse et d’amant
Passe et rit sur ta chère chair en fête,
Rit et jouit de ton jouissement.
Pour la servir tu sais bien qu’elle est faite,
Et ton beau corps faut que je le dévête
Pour l’enivrer sans fin d’un art nouveau
Toujours dans la caresse toujours prête.
Je suis pareil à la grande Sappho. 

 

Jouissement, quel joli mot !

J'ai écrit dans un de mes textes : "N'avais-je pas entraperçu la veille,  quand elle avait ouvert un tiroir pour y prendre des cuillères, quelque chose que je devinai être des pièces d'or et d'argent qui avaient lui, quand elle avait enfoncé ses doigts dans leur masse fluide avec un jouissement qu'elle tenta vainement de dissimuler." > Délires éthiques 

 

Ptyx

Un hapax dont on a longtemps cherché le sens jusqu'à ce que Mallarmé avoue que ce mot n'avait été crée que pour la rime  en -YX

Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx,
L'Angoisse, ce minuit, soutient, lampadophore,
Main rêve vespéral brûlé par le Phénix
Que ne recueille pas de cinéraire amphore

  Sur les crédences, au salon vide : nul ptyx,
Aboli bibelot d'inanité sonore,
(Car le Maître est allé puiser des pleurs au Styx
Avec ce seul objet dont le Néant s'honore).

 Mais proche la croisée au nord vacante, un or
Agonise selon peut-être le décor
Des licornes ruant du feu contre une nixe,

  Elle, défunte nue en le miroir, encor
Que, dans l'oubli fermé par le cadre, se fixe
De scintillations sitôt le septuor.

Mallarmé 1842-1898

 

Pleurnichailler

Pleurnichailler vient de pleurnicher - Martin DU Gard, La Gonfle, 1928

 

Métempirie

Mot forgé d'après l'adjectif métempérique : qui n'est pas fondé sur la connaissance positive, empirique. (Philosophie)

L'occasion est l'alternative surmontée, et l'on comprend que cette accession à la métempirie, même si elle ne dure qu'un instant, nous apporte une grande joie. (Vladimir Jankélévitch, Je-ne-sais-quoi, 1957) 

 

Hésitaillant, hésitaillante

Synonyme de hésitant, -ante, péjoratif.

J'ignorais comme toi, cette invitation. Avec son air hésitaillant, tante Clotilde n'en fait qu'à sa tête. (Henry Bernstein, Le Secret,1913)

 

Péripatétitiennement

"Rien de physiologique, de psychologique, de transcendant, de péripatéticiennement philosophique - Balzac, La théorie de la démarche,1833.

 

Cf.Littré- On lit à l'entrée Péripatéticien : Qui suit la doctrine d'Aristote. La philosophie péripatéticienne. Substantivement. Un péripatéticien.

Citation : Secte et erreur sont synonymes : tu es péripatéticien et moi platonicien ; nous avons donc tous deux tort ; car tu ne combats Platon que parce que ses chimères t'ont révolté, et moi je ne m'éloigne d'Aristote que parce qu'il m'a paru qu'il ne sait ce qu'il dit. VOLTAIRE

 

Goinfresse

Les trois monstres dont j'ai parlé,

Ces harpies au dos ailé,

Se ruèrent sur nos viandes [...]

Les trois goinfresses, aussitôt

Qu'elles sentirent notre rôt,

S'en revinrent la gueule fraîche [...]

Scarron, Le Virgile travesti, III

voir sur Wikisource > Livre troisième

Une oeuvre burlesque (1648-1653), qui parodie L'Enéide de Virgile

 

2 La concaténation de mots

A-On regroupe plusieurs mots en un seul.

 

Hippocampelephantocamélos

Pédant : « l'animal seul, monsieur, qu'Aristophane
Appelle hippocampelephantocamélos

Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d'os ! »

Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac 1797

La tirade des nez

 

Mot composé de : hippocampe, éléphant et chameau.

Origine du mot : Le Bret, ami d'Hercule Savinien Cyrano, dit Cyrano de Bergerac (1619-1655) a écrit dans une lettre le mot hippocampelephantocamélos qu'il attribue à Aristophane, 392 av. J.-C.

On sait que le dramaturge grec aimait construire des mots par concaténation comme le mot qui suit :

 

λοπαδοτεμαχοσελαχογαλεοκρανιολειψανοδριμυποτριμματοσιλφιοκαραϐομελιτοκατακεχυμενοκιχλεπικοσσυφο- φαττοπεριστεραλεκτρυονοπτεκεφαλλιοκιγκλοπελειολαγῳοσιραιοϐαφητραγανοπτερυγώv

translittéré :

lopadotemakhoselakhogaleo­kranioleipsanodrimypotrimmato­silphiokarabomelitokatakekhymeno­kikhlepikossyphophattoperistera­lektryonoptekephalliokinklope­leiolagōiosiraiobaphētraga­nopterygṓn

(vers 1169-1174).

Le mot grec le plus long : « nom d’un plat composé de toutes sortes de délicatesses, poissons, chair, volaille et sauces ». Traduction dans le dictionnaire de Liddell & Scott

Cf. L'Assemblée des femmes, Wikipédia

 

B-On regroupe plusieurs mots reliés par un trait d'union pour n'en faire qu'un seul.

le je-m'en-foutisme

le à-quoi-bonisme

le touche-à-tout

le vivre-ensemble, un mot qu'on entend bien souvent de nos jours !

 

3- Le mot-valise

C'est un mot formé de deux mots accolés, tronqués : le début de l'un est suivi de la fin de l'autre. histoire de faire un jeu de mots, drôle le plus souvent. En un seul mot, on peut dire deux choses à la fois.

 

franglais, tapuscrit, alicament, adoléchiant, merdiateur...

 

éternullité (Jules Laforgue), alcoolade (Raymond Queneau)

 

Lewis Carroll, (1832-1898) auteur de Alice in Wonderland, Alice au Pays des Merveilles a aimé faire des mots-valises.

"...there are two meanings packed up into one word " , explique-t-il.

... il y a deux sens empaquetés en un seul  mot.

Son poèmeThe hunting of the snark, La Chasse au Snark met en scène un animal fantastique, le snark, mot valise formé de snake et et de shark, serpent et requin.

En anglais "a porte-manteau word" qui vient du français porte-manteau, anciennement une valise à deux compartiments

..........

Quelques porte-manteau words de Lewis Carroll > 10 whimsical words coined by Lewis Carroll - The Week

.........

Brunch, breakfast + lunch

Tiglon, tigre + lion

Wikipédia, wiki + encyclopedia

Eurasie, Europe + Asie

Oxbridge, Oxford + Cambridge

 

Voir le Site personnel d'Alain Créhange - Mots-valises - Créhange, Alain

"Le pornithorynque est un salopare" - Dictionnaire de mots-valises - Auteur : Alain Créhange.


 

4-Le mot fantôme

Les mots fantômes se trouvent dans des Dictionnaires ou des Lexiques mais en fait, il n'existent pas : ils sont dus à une mélecture, à une erreur typographique ou autres.

Voir des mots fantômes sur le site :

http://www.atilf.fr/MotsFantomes/

Base des Mots Fantômes, http://www.atilf.fr/MotsFantomes, ATILF - CNRS & Université de Lorraine.

Afuier, mot fantôme voulant signifier fuir, abandonner, s'en aller. Mot déjà rencontré dans Délires où Prétatou trahit son nom 

Godefroy, dans son dictionnaire (XIIe siècle), aurait écrit afuier au lieu de afiner.

> Dictionnaire Godefroy

 

5-Le néologisme

Cf. Littré, Entrée Néologisme : Mot nouveau, ou mot existant employé dans un sens nouveau.

Entrée Mot §2 : Si est-ce que, lorsqu'il est question de faire un mot nouveau dont il semble que l'on ne peut se passer, comme est celui d'exactitude, la première chose à quoi il faut prendre garde, est qu'il ne soit point équivoque ; car dès là faites état qu'il ne sera jamais bien reçu. Vaugelas, Remarques sur la langue française

Les hapax, les mots-valises sont des néologismes.

On peut déduire de ce qui précède que, dès qu'un néologisme entre dans un texte littéraire, c'est un hapax, dans un 2ème texte littéraire, ce ne l'est plus !

 

6-Articles connexes sur mon blog

Archaïsme ! Fleur fanée, oubliée sur la page d'un vieux livre. Reviens à la vie, l'espace d'un instant !

> L'agglutination – entr'acte ou entracte, grand'mère ou grand-mère, appui-tête ou appuie-tête, garde-meuble ou garde-meubles, des soutiens-gorge ou des soutien-gorge, un et des faire-part...

> Y a-t-il un trait d'union ou pas ? Au delà ou au-delà ? Par delà ou par-delà ? AU ou PAR ou EN etc. suivis de : deçà, delà, devant, derrière, avant, arrière, dessus, dessous, dedans, dehors, haut, bas.

> Ne pas confondre : trait d'union et tiret

> Des anglicismes à traduire - L'origine de l'anglais

LES MOTS

Du plaisir de la lecture des dictionnaires

 

Ajout du 20 avril 2014

Cf. Lexicographie Cnrtl

Majusculaire, adj.,hapax, au fig., synon. Je suis las d'être un cas particulier, de monter en épingle mon moi majusculaire, ma perle noire (H. Bazin,Mort pt cheval,1949, p. 289).

Majusculer, verbe intrans.,hapax. Ceux qui majusculent ceux qui chantent en mesure (Prévert,Paroles,1946, p. 7).

Vers la fin du mythe russe: essais sur la culture russe, ...

books.google.fr/books?id=aHGjEcJnDukC

Georges Nivat - 1988 - ‎Littérature russe - 19e siècle - Histoire et critique

Seul le cheval soufflant sur sa joue au moment où il va se faire écraser dans la rue le fait, un instant, sortir de son monde majusculaire et minusculaire, de sa scribolopolis.

Majusculaire, pas si hapax que ça en fait...- Note de Mamiehiou

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog 

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 11:43

LES QUIZ

ACCUEIL

QUIZ 88 -Trouvez les noms des villes dans des expressions, des citations, quelques chansons, etc., avec leurs auteurs, si possible, ou les circonstances dans lesquelles leurs noms ont été prononcés.

 

Sommaire de l'article

A-Expressions, proverbes et citations

B-Quelques villes à retrouver dans des chansons

C-dans des titres de films

D-dans des répliques de théâtre

 

A-Expressions, proverbes et citations

 

1-Avec des SI, on mettrait ..... en bouteille.

 

2-Quel ..... ! (Quel bric-à-brac !)

 

3-Le coup de ..... (un coup violent, imprévu et pernicieux)

 

4-Tous les chemins mènent à .....

 

5-Voir ..... et mourir.

 

6-..... n'a pas été bâti en un jour.

Une autre ville dans :

7-..... ne s'est pas faite en un jour.

 

8-Le ..... - ..... , c'est un gâteau de pâte à choux décorée d'amandes et garnie de crème pralinée.

 

9-Tonnerre de ..... !

 

10-« Allô ..... , je voudrais le 22 à .... »

 

11-«  Souviens-toi du vase de ..... ! »

 

12-« ..... vaut bien une messe. »

 

13-« De tous les animaux qui s'élèvent dans l'air, Qui marchent sur la terre, ou nagent dans la mer, De ..... au Pérou, du Japon jusqu'à ....., Le plus sot animal, à mon avis, c'est l'homme. »

 

« ..... est une ville arrosée par trois grands fleuves : le Rhône, la Saône et le Beaujolais. »

 

15- .....-ville ou .....-canal ? demande le guichetier Chinois

 

16-Aller à ..... (aller se perdre au bout du monde)

 

17- C'est ..... ! (C'est le grand luxe !)

 

18-..... sera toujours ..... !

 

19-..... ! ..... outragé ! ..... brisé ! ..... martyrisé ! Mais ..... libéré !

 

B-Quelques villes à retrouver dans des chansons :

 

1-Dans le port d.....

Y a des marins qui chantent.

Les rêves qui les hantent.

 

2-T´as voulu voir .....
Et on a vu .....
T´as voulu voir .....
Et on a vu .....
T´as voulu voir .....
Et on a vu .....
T´as voulu voir .....
Et on a vu .....
J´ai voulu voir .....
On a revu .....
J´ai voulu voir ta sœur
Et on a vu ta mère,
Comme toujours

 

3-It's a Long Way to .....

 

4-J'aimerais tant voir .....
L'île de Pâques et .....
Et les grands oiseaux qui s'amusent
A glisser l'aile sous le vent.

Voir les jardins de .....
Et le palais du grand Lama
Rêver des amants de .....
Au sommet du Fuji-Yama.

 

5-Dis t’as vu ..... ?
Non j’ai vu monter personne

 

6-Cadet Rousselle a trois beaux yeux, (bis)
L’un r’garde à ....., l’autre à ....., (bis)
Comme il n’a pas la vu’ bien nette,
Le troisième, c’est sa lorgnette.

 

7-Sur le pont de ..... un bal y est donné (bis)

La belle Hélène voudrait bien y aller (bis)

 

8-Sur la route de ..... (bis)
Il y avait un cantonnier (bis)
Et qui cassait (bis)

Et qui cassait
des tas d'cailloux

 

C-dans des titres et des répliques de films

 

1-..... .....

film musical américain - 1977

 

2-..... mon amour

1959

 

3-Est-ce que Louis XVI se plaisait à ..... ? Pas sûr. Mais il habitait chez son père. Je suis assez pour ces traditions-là.

 

4-Alors, il dort le gros con ? Ben il dormira encore mieux quand il aura pris ça dans la gueule ! Il entendra chanter les anges, le gugusse de ..... Je vais le renvoyer tout droit à la maison mère, au terminus des prétentieux.

 

5-Une fois ....., ça suffit.

 

6-Monsieur Fernand : J'ai connu une Polonaise qu'en prenait au p'tit déjeuner. Faut quand même admettre : c'est plutôt une boisson d'homme. (il tousse)
Raoul Volfoni : Tu sais pas ce qu'il me rappelle ? C't'espèce de drôlerie qu'on buvait dans une petite taule de ..... , pas tellement loin de ..... . "Les volets rouges", et la taulière, une blonde comac.Comment qu'elle s'appelait, nom de Dieu ?
Monsieur Fernand : Lulu la Nantaise.
Raoul Volfoni : T'as connu ?

 

D-dans des répliques de théâtre (retrouvez dans quelles pièces)

 

1-BÉLISE Grammaire est prise à contre-sens par toi, Et je t’ai dit déjà d’où vient ce mot.
MARTINE Ma foi, Qu’il vienne de Chaillot, d’....., ou de ....., Cela ne me fait rien.

 

2-CAMILLE

....., l’unique objet de mon ressentiment !
....., à qui vient ton bras d’immoler mon amant !
..... qui t’a vu naître, et que ton cœur adore !
..... enfin que je hais parce qu’elle t’honore !
Puissent tous ses voisins ensemble conjurés
Saper ses fondements encor mal assurés !

 

Si vous n'avez pas tout trouvé,

voyez la solution :

 

A-Expressions, proverbes et citations

 

1-Avec des SI, on mettrait Paris en bouteille.

 

2-Quel capharnaüm ! (Quel bric-à-brac !)

 

3-Le coup de Jarnac

Un coup de Jarnac est un coup violent, imprévu et pernicieux.

À l'origine, il s'agit, en escrime, d'un coup célèbre porté par Guy Chabot de Jarnac (1547)

Pour en savoir +

> Coup de Jarnac - Wikipédia

 

4-Tous les chemins mènent à Rome

 

5-Voir Naples et mourir.

"Vedi Napoli e poi muori !"

 

6-Paris n'a pas été bâti en un jour.

 

7-.Rome ne s'est pas faite en un jour.

 

8-Le Paris-Brest (C'est un gâteau de pâte à choux garnie de crème pralinée et décorée d'amandes)

 

9-Tonnerre de Brest !

Juron du capitaine Haddock – Tintin, Hergé

 

10-« Allô New-York, je voudrais le 22 à Asnières... »

Sketch de Fernand Raynaud de 1955

 

11-«  Souviens-toi du vase de Soissons ! »

OU « Ainsi as-tu fait au vase à Soissons ! »

« En ce temps-là, écrit Grégoire,beaucoup d’églises furent pillées par l’armée de Clovis parce qu’il était encore enfoncé dans les erreurs du fanatisme »

(Histoire des Francs, Livre II, chapitre 27)

Lire cet épisode dans : Wikipédia Vase de Soissons

 

12-« Paris vaut bien une messe. »

Henri IV, pour devenir roi, dut abdiquer sa religion, le protestantisme. Ici, la messe symbolise le catholicisme.

 

13-« De tous les animaux qui s'élèvent dans l'air, Qui marchent sur la terre, ou nagent dans la mer, De Paris au Pérou, du Japon jusqu'à Rome, Le plus sot animal, à mon avis, c'est l'homme. »

de Nicolas Boileau Satire

 

14-« Lyon est une ville arrosée par trois grands fleuves : le Rhône, la Saône et le Beaujolais. »

de Léon Daudet

 

15- Givors-ville ou Givors-canal ? demande le guichetier Chinois

 

16-Aller à Tataouine, aller à Tataouine-les-Bains (aller se perdre au bout du monde)

Tataouine, ville de Tunisie.

 

17- C'est Byzance ! (C'est le grand luxe !)

En souvenir de la splendeur de cette ville antique du monde grec, qui est devenue Constantinople (ville chrétienne – L'empereur Constantin a été le 1er empereur romain chrétien) puis Istanbul (ville musulmane conquise par les Ottomans)

 

18-Paris sera toujours Paris !

 

19-Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé !

Mais Paris libéré !

Discours du général de Gaulle le 25 août 1944 à l'Hôtel de Ville de Paris.

 

B-Quelques villes à retrouver dans des chansons :

 

1-Dans le port d'Amsterdam

Y a des marins qui chantent.

Les rêves qui les hantent...

Jacques Brel

 

2-T´as voulu voir Vierzon
Et on a vu Vierzon
T´as voulu voir Vesoul
Et on a vu Vesoul
T´as voulu voir Honfleur
Et on a vu Honfleur
T´as voulu voir Hambourg
Et on a vu Hambourg
J´ai voulu voir Anvers
On a revu Hambourg
J´ai voulu voir ta sœur
Et on a vu ta mère,
Comme toujours

Jacques Brel

 

3-It's a Long Way to Tipperary

It's a long way to Tipperary, c'est loin jusqu'à Tipperary. Ballade irlandaise que chantaient les soldats américains pendant la dernière guerre, pour se donner du courage. Tipperary est un coin en Irlande.  

It's a Long Way To Tipperary, musique de Jack Judge et Harry Williams, 1912

It's a long way to Tipperary 
It's a long way to go.
It's a long way to Tipperary
To the sweetest girl I know!
Goodbye Piccadilly !  
Farewell Leicester Square !
It's a long long way to Tipperary,
But my heart's right there. 
La route est longue jusqu'à Tipperary,
La route est longue pour y aller.
La route est longue jusqu'à Tipperary,
Jusqu'à la fille la plus douce que je connaisse !
Au revoir Piccadilly,
Adieu Leicester square !
La route est longue longue jusqu'à Tipperary,
Mais c'est là qu'est mon cœur.
Note déjà donnée dans ce blog dans le texte > 14 Délires chargés d'une émotion incommensurable - It's a long way to Tipperary*

4-J'aimerais tant voir Syracuse
L'île de Pâques et Kairouan
Et les grands oiseaux qui s'amusent
A glisser l'aile sous le vent.

Voir les jardins de Babylone
Et le palais du grand Lama
Rêver des amants de Vérone
Au sommet du Fuji-Yama.

Henri Salvador

Merveilleuse chanson qui me fait rêver de par ses paroles et sa mélodie. Voyages...

 

5-Annie Cordy chante :

Dis t’as vu Monte-Carlo ?
Non j’ai vu monter personne.

 

6-Cadet Rousselle a trois beaux yeux, (bis)
L’un r’garde à Caen, l’autre à Bayeux, (bis)
Comme il n’a pas la vu’ bien nette,
Le troisième, c’est sa lorgnette.

 

7-Sur le pont de Nantes un bal y est donné (bis)

La belle Hélène voudrait bien y aller (bis)

 

8-Sur la route de Louviers (bis)
Il y avait un cantonnier (bis)
Et qui cassait (bis)

Et qui cassait
Des tas d'cailloux 

 

C-Dans des titres et des répliques de films

 

1-New York New York

film musical américain réalisé par Martin Scorsese, sorti en 1977 et aussi la chanson du film.

 

2-Hiroshima mon amour

film franco-japonais d'Alain Resnais,1959.

 

3-Est-ce que Louis XVI se plaisait à Versailles ? Pas sûr. Mais il habitait chez son père. Je suis assez pour ces traditions-là.

Jean-Paul Belmondo, Le Marginal (1983), écrit par Michel Audiard.

 

4-Alors, il dort le gros con ? Ben il dormira encore mieux quand il aura pris ça dans la gueule ! Il entendra chanter les anges, le gugusse de Montauban… Je vais le renvoyer tout droit à la maison mère… au terminus des prétentieux…

Bernard Blier, Les Tontons flingueurs (1963), écrit par Michel Audiard.

 

5-Une fois Stalingrad, ça suffit.

Horst Frank, Les Tontons flingueurs.

 

6-Monsieur Fernand : J'ai connu une Polonaise qu'en prenait au p'tit déjeuner. Faut quand même admettre : c'est plutôt une boisson d'homme… (il tousse)
Raoul Volfoni : Tu sais pas ce qu'il me rappelle ? C't'espèce de drôlerie qu'on buvait dans une petite taule de Biên Hòa , pas tellement loin de Saïgon. "Les volets rouges"... et la taulière, une blonde comac... Comment qu'elle s'appelait, nom de Dieu ?
Monsieur Fernand : Lulu la Nantaise.
Raoul Volfoni : T'as connu ?

Les Tontons flingueurs

 

D-Dans des répliques de théâtre

 

1-Molière, Les Femmes savantes, Acte II scène VI

[...]

MARTINE Mon Dieu, je n’avons pas étugué comme vous, Et je parlons tout droit comme on parle cheux nous.
PHILAMINTE Ah peut-on y tenir !
BÉLISE Quel solécisme horrible !
PHILAMINTE En voilà pour tuer une oreille sensible.
BÉLISE Ton esprit, je l’avoue, est bien matériel. Je, n’est qu’un singulier ; avons, est pluriel. Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire* ?
MARTINE Qui parle d’offenser grand’mère ni grand-père ?
PHILAMINTE Ô Ciel !
BÉLISE Grammaire est prise à contre-sens par toi, Et je t’ai dit déjà d’où vient ce mot.
MARTINE Ma foi, Qu’il vienne de Chaillot, d’Auteuil, ou de Pontoise, Cela ne me fait rien.

BÉLISE Quelle âme villageoise ! [...]

 

2- Corneille Horace, Acte IV Scène V

les imprécations de Camille

CAMILLE
Rome, l’unique objet de mon ressentiment !
Rome, à qui vient ton bras d’immoler mon amant !
Rome qui t’a vu naître, et que ton cœur adore !
Rome enfin que je hais parce qu’elle t’honore !
Puissent tous ses voisins ensemble conjurés
Saper ses fondements encor mal assurés !
Et si ce n’est assez de toute l’Italie,
Que l’orient contre elle à l’occident s’allie ;
Que cent peuples unis des bouts de l’univers
Passent pour la détruire et les monts et les mers !
Qu’elle-même sur soi renverse ses murailles,
Et de ses propres mains déchire ses entrailles !
Que le courroux du ciel allumé par mes vœux
Fasse pleuvoir sur elle un déluge de feux !
Puissé-je de mes yeux y voir tomber ce foudre,
Voir ses maisons en cendre, et tes lauriers en poudre,
Voir le dernier Romain à son dernier soupir,
Moi seule en être cause, et mourir de plaisir !

 

Il est évident que je n'ai écrit ici que quelques citations, titres de films, etc. qui me sont passés par la tête aujourd'hui et je suis bien sûre que vous pourriez en trouver mille, cher lecteur !

Article connexe :

> Jeux sur les couleurs : 1-Complétez les phrases avec des noms de couleurs 2-Trouvez la couleur dans les titres des films 3-Cherchez l'intruse

ACCUEIL

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 12:38

ACCUEIL

Suite de l'article > Le discours direct, le discours indirect et le discours indirect libre

 

Les écrivains découvrent le style indirect libre dans les premières années du XXe siècle. Gustave Flaubert a utilisé cette technique narrative.

Voici le début du chapitre 1 de Bouvard et Pécuchet

Repérez les passages 1-au style direct 2-ceux au style indirect libre

Si vous téléchargez ou imprimez le texte, marquez les passages au style direct en bleu, ceux au style indirect libre en rouge.

La solution suit le texte.

 

Bouvard et Pécuchet - Chapitre 1

Gustave Flaubert

 

Comme il faisait une chaleur de 33 degrés, le boulevard Bourdon se trouvait absolument désert.

Plus bas, le canal Saint-Martin, fermé par les deux écluses, étalait en ligne droite son eau couleur d’encre. Il y avait au milieu un bateau plein de bois, et sur la berge deux rangs de barriques.

Au delà du canal, entre les maisons que séparent des chantiers, le grand ciel pur se découpait en plaques d’outremer, et sous la réverbération du soleil, les façades blanches, les toits d’ardoises, les quais de granit éblouissaient. Une rumeur confuse montait au loin dans l’atmosphère tiède ; et tout semblait engourdi par le désœuvrement du dimanche et la tristesse des jours d’été.

Deux hommes parurent.

L’un venait de la Bastille, l’autre du Jardin des Plantes. Le plus grand, vêtu de toile, marchait le chapeau en arrière, le gilet déboutonné et sa cravate à la main. Le plus petit, dont le corps disparaissait dans une redingote marron, baissait la tête sous une casquette à visière pointue.

Quand ils furent arrivés au milieu du boulevard, ils s’assirent, à la même minute, sur le même banc.

Pour s’essuyer le front, ils retirèrent leurs coiffures, que chacun posa près de soi ; et le petit homme aperçut, écrit dans le chapeau de son voisin : Bouvard ; pendant que celui-ci distinguait aisément dans la casquette du particulier en redingote le mot : Pécuchet.

Tiens, dit-il, nous avons eu la même idée, celle d’inscrire notre nom dans nos couvre-chefs.

Mon Dieu, oui, on pourrait prendre le mien à mon bureau !

C’est comme moi, je suis employé.

Alors ils se considérèrent.

L’aspect aimable de Bouvard charma de suite Pécuchet.

Ses yeux bleuâtres, toujours entre-clos, souriaient dans son visage coloré. Un pantalon à grand-pont, qui godait par le bas sur des souliers de castor, moulait son ventre, faisait bouffer sa chemise à la ceinture ; et ses cheveux blonds, frisés d’eux-mêmes en boucles légères, lui donnaient quelque chose d’enfantin.

Il poussait du bout des lèvres une espèce de sifflement continu.

L’air sérieux de Pécuchet frappa Bouvard.

On aurait dit qu’il portait une perruque, tant les mèches garnissant son crâne élevé étaient plates et noires. Sa figure semblait toute en profil, à cause du nez qui descendait très bas. Ses jambes, prises dans des tuyaux de lasting, manquaient de proportion avec la longueur du buste, et il avait une voix forte, caverneuse.

Cette exclamation lui échappa :

Comme on serait bien à la campagne !

Mais la banlieue, selon Bouvard, était assommante par le tapage des guinguettes. Pécuchet pensait de même. Il commençait néanmoins à se sentir fatigué de la capitale, Bouvard aussi.

Et leurs yeux erraient sur des tas de pierres à bâtir, sur l’eau hideuse où une botte de paille flottait, sur la cheminée d’une usine se dressant à l’horizon ; des miasmes d’égout s’exhalaient. Ils se tournèrent de l’autre côté. Alors ils eurent devant eux les murs du Grenier d’abondance.

Décidément (et Pécuchet en était surpris) on avait encore plus chaud dans les rues que chez soi !

Bouvard l’engagea à mettre bas sa redingote. Lui, il se moquait du qu’en-dira-t-on !

Tout à coup un ivrogne traversa en zigzag le trottoir ; et, à propos des ouvriers, ils entamèrent une conversation politique. Leurs opinions étaient les mêmes, bien que Bouvard fût peut-être plus libéral.

Un bruit de ferrailles sonna sur le pavé dans un tourbillon de poussière : c’étaient trois calèches de remise qui s’en allaient vers Bercy, promenant une mariée avec son bouquet, des bourgeois en cravate blanche, des dames enfouies jusqu’aux aisselles dans leur jupon, deux ou trois petites filles, un collégien. La vue de cette noce amena Bouvard et Pécuchet à parler des femmes, qu’ils déclarèrent frivoles, acariâtres, têtues. Malgré cela, elles étaient souvent meilleures que les hommes ; d’autres fois elles étaient pires. Bref, il valait mieux vivre sans elles ; aussi Pécuchet était resté célibataire.

Moi, je suis veuf, dit Bouvard, et sans enfants !

C’est peut-être un bonheur pour vous ? Mais la solitude à la longue était bien triste.

 

1-Les passages au style direct sont en bleu

 

2-ceux au style indirect libre sont en rouge

 

Bouvard et Pécuchet - Chapitre 1

Gustave Flaubert

 

Comme il faisait une chaleur de 33 degrés, le boulevard Bourdon se trouvait absolument désert.

Plus bas, le canal Saint-Martin, fermé par les deux écluses, étalait en ligne droite son eau couleur d’encre. Il y avait au milieu un bateau plein de bois, et sur la berge deux rangs de barriques.

Au delà du canal, entre les maisons que séparent des chantiers, le grand ciel pur se découpait en plaques d’outremer, et sous la réverbération du soleil, les façades blanches, les toits d’ardoises, les quais de granit éblouissaient. Une rumeur confuse montait au loin dans l’atmosphère tiède ; et tout semblait engourdi par le désœuvrement du dimanche et la tristesse des jours d’été.

Deux hommes parurent.

L’un venait de la Bastille, l’autre du Jardin des Plantes. Le plus grand, vêtu de toile, marchait le chapeau en arrière, le gilet déboutonné et sa cravate à la main. Le plus petit, dont le corps disparaissait dans une redingote marron, baissait la tête sous une casquette à visière pointue.

Quand ils furent arrivés au milieu du boulevard, ils s’assirent, à la même minute, sur le même banc.

Pour s’essuyer le front, ils retirèrent leurs coiffures, que chacun posa près de soi ; et le petit homme aperçut, écrit dans le chapeau de son voisin : Bouvard ; pendant que celui-ci distinguait aisément dans la casquette du particulier en redingote le mot : Pécuchet.

Tiens, dit-il, nous avons eu la même idée, celle d’inscrire notre nom dans nos couvre-chefs.

Mon Dieu, oui, on pourrait prendre le mien à mon bureau !

C’est comme moi, je suis employé.

Alors ils se considérèrent.

L’aspect aimable de Bouvard charma de suite Pécuchet.

Ses yeux bleuâtres, toujours entre-clos, souriaient dans son visage coloré. Un pantalon à grand-pont, qui godait par le bas sur des souliers de castor, moulait son ventre, faisait bouffer sa chemise à la ceinture ; et ses cheveux blonds, frisés d’eux-mêmes en boucles légères, lui donnaient quelque chose d’enfantin.

Il poussait du bout des lèvres une espèce de sifflement continu.

L’air sérieux de Pécuchet frappa Bouvard.

On aurait dit qu’il portait une perruque, tant les mèches garnissant son crâne élevé étaient plates et noires. Sa figure semblait toute en profil, à cause du nez qui descendait très bas. Ses jambes, prises dans des tuyaux de lasting, manquaient de proportion avec la longueur du buste, et il avait une voix forte, caverneuse.

Cette exclamation lui échappa :

Comme on serait bien à la campagne !

Mais la banlieue, selon Bouvard, était assommante par le tapage des guinguettes. Pécuchet pensait de même. Il commençait néanmoins à se sentir fatigué de la capitale, Bouvard aussi.

Et leurs yeux erraient sur des tas de pierres à bâtir, sur l’eau hideuse où une botte de paille flottait, sur la cheminée d’une usine se dressant à l’horizon ; des miasmes d’égout s’exhalaient. Ils se tournèrent de l’autre côté. Alors ils eurent devant eux les murs du Grenier d’abondance.

Décidément (et Pécuchet en était surpris) on avait encore plus chaud dans les rues que chez soi !

Bouvard l’engagea à mettre bas sa redingote. Lui, il se moquait du qu’en-dira-t-on !

Tout à coup un ivrogne traversa en zigzag le trottoir ; et, à propos des ouvriers, ils entamèrent une conversation politique. Leurs opinions étaient les mêmes, bien que Bouvard fût peut-être plus libéral.

Un bruit de ferrailles sonna sur le pavé dans un tourbillon de poussière : c’étaient trois calèches de remise qui s’en allaient vers Bercy, promenant une mariée avec son bouquet, des bourgeois en cravate blanche, des dames enfouies jusqu’aux aisselles dans leur jupon, deux ou trois petites filles, un collégien. La vue de cette noce amena Bouvard et Pécuchet à parler des femmes, qu’ils déclarèrent frivoles, acariâtres, têtues. Malgré cela, elles étaient souvent meilleures que les hommes ; d’autres fois elles étaient pires. Bref, il valait mieux vivre sans elles ; aussi Pécuchet était resté célibataire.

Moi, je suis veuf, dit Bouvard, et sans enfants !

C’est peut-être un bonheur pour vous ? Mais la solitude à la longue était bien triste

[...]

 

Vous trouverez le texte intégral sur Wikisource :

Bouvard et Pécuchet - Wikisource

fr.wikisource.org/wiki/Bouvard_et_Pécuchet

 

On lira avec intérêt l'article sur le site Persée :

Le style indirect libre et la modernité

www.persee.fr/web/revues/.../lgge_0458-726x_1984_num_19_73_1162

 

ACCUEIL

 

Voir aussi

***La concordance des temps - Exercices d'application

*La concordance des temps dans les propositions subordonnées + Le style ou le discours direct et indirect

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog