Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 13:35

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Je viens de retrouver un texte dans mes "vieux papiers". Je vérifie si on le trouve sur la toile.

Oui, il y est, parfois tronqué.

Je n'ai pas retrouvé le nom de l'auteur qui s'est amusé à y faire des calembours. Dommage ! Il méritait d'être cité pour la postérité.

Sommaire de l'article

Qu'est-ce qu'un calembour ?

Texte Décès à l'abbaye

Le Marquis de Bièvre – Son article écrit dans l'Encyclopédie

Quelques calembours du Marquis

Littré

CALEMBOUR : Jeu de mots fondé sur des mots se ressemblant par le son, différant par le sens, comme quand M. de Bièvre disait que le temps était bon à mettre en cage, c'est-à-dire serein (serin).

 

Sur Wikipédia > calembour

 

DÉCÈS A L'ABBAYE

Un grand malheur est arrivé à l'abbaye Saint Pathique et j'ai la terrible mission de vous en faire part. Mardi soir, pendant que l'abbé Nédictine donnait le salut, l'abbé Quille tomba subitement dans les bras du père Iscope. Le père Turbé, son voisin, fit interrompre la cérémonie. Le père Plexe montra son étonnement mais le père Spicace saisit rapidement la situation. Les révérends pères, en perdant l'abbé Quille, perdaient leur plus grand soutien. Même le père Sécuteur, fut affligé. Un seul restait joyeux, le père Fide. Mais le père Cutant le pria sévèrement de compatir ; quant à l'abbé Tise, il n'y comprenait rien. Il aurait bien voulu que le Saint Plet intervienne et lui parle, car lui, au moins, il l'aurait aidé à comprendre. C'est l'abbé Rébask qui prit sous son bonnet de l'éclairer. Le père Iphérique courut chercher le père Manganate et le père Itoine, les deux médecins de l'Abbaye. Ils pensaient ranimer le malheureux mais leurs efforts furent vains. Ils le confièrent au père Manant, qui contacta la soeur Ingue et la mère Curochrome, du couvent voisin. Mais elles ne surent que répondre. Le père Quisition constata le décès, et le lendemain fut donc célébré l'enterrement. Chacun fut appelé à l'Abbaye par les célèbres cloches sonnées par le père Sonnage. Le pape Arazzi lui-même fut prévenu. Il venait tout juste de succéder au pape Yion, le plus éphémère de nos papes, qui avait pris la suite du pape A. Tango-Charli. La messe fut dite sur une musique de l'abbé Thoven. Le père Ocquet fut chargé du sermon pour décharger l'abbé Gueille et, comme il n'avait pas de chaire, il monta sur les épaules du père Choir. A la fin de l'homélie, le père Cepteur et l'abbé Néfisse firent la quête et remirent les dons à l'abbé N'Pé. On nota bien que le réverend Lemoi ne donna rien. Après la messe, une grande discussion s'engagea : pour se rendre au cimetière, l'abbé Canne et l'abbé Trave voulaient passer par les champs. Le père Clus s'y opposait. L'abbé Casse et le père Midechasse en étaient enchantés. Le père Missif s'en moquait bien. Mais le père Vers et le père Nicieux en profitèrent pour semer la pagaille dans les esprits. Finalement, on décida que, comme à l'accoutumée, l'abbé Taillère serait chargé du transfert du corps du défunt, et on passerait par la route. Le père Misdeconduire et l'abbé MW récupéreraient les retardataires. Devant la tombe creusée par le père Forateur, en l'absence du père Missionnaire, l'abbé Nédiction donna l'absoute. Puis on plaça la pierre tombale préparée par l'abbé Tonneuse. Enfin l'abbé Tabondieu et l'abbé Bêtequimonte fleurirent la tombe avec des bouquets assemblés par le père Venche et l'abbé Gonia, fidèles disciples du Saint Ethique. Sur le chemin du retour, le spectacle était déchirant. Le père Pendiculaire était plié en deux de douleur, l'abbé Vitré était plein de larmes Le père Pétuité fit voeu de pleurer à vie. La mère Cédès et la mère Ideparis, invitées à l'inhumation, fermaient la marche en compagnie du frère du père Igord et du Lama Jorette, moine boudhiste, ami d'enfance du défunt. Le père Uvien était aussi venu de loin pour l'occasion. Même le pope Corn du centre orthodoxe proche avait voulu se joindre aux moines dans la peine. L'abbé R'Lue avait demandé l'itinéraire du retour au père Dition, mais ils disparurent avec le père Dudevue. Plus tard, on retrouva la père Du qui s'était égaré. A l'arrivée, le père Sil et l'abbé Chamelle préparèrent le repas à la place de l'abbé Ration, tout en consultant les livres de Saint Doux. La soeur Pilière se propos pour aider. Le père NO et le père Collateur servirent à boire et chacun put se remettre de ses émotions.

 

L'abbé Cédaire

 

Marquis de Bièvre
François-Georges Maréchal
(1747-1789)

Kalembour

Article extrait du Supplément à l'Encyclopédie – 1777

(orthographe du XVIIIe siècle)

KALEMBOUR, ou CALEMBOUR, (Gramm) c’est l’abus que l’on fait d’un mot susceptible de plusieurs interprétations, tel le mot piece, qui s’emploie de tant de manieres : pieces de théâtre, pieces de plein pied, pieces de vin, etc. Par exemple, en disant qu’on doit donner à la comédie une fort jolie piece de deux sols, on fera de ce mot l’abus que nous appellons kalembour. C’est dans ce style que le sieur Devaux dos Caros écrivit en 1630 l’histoire de sa mie de pain mollet, que de nos jours on a donné celle du bacha Bilboquet qui avoit des bras de mer, & nous citerons encore pour des modeles la lettre du sieur, du scieur, de bois flotté à madame la comtesse Tation, la contestation, & la tragédie de Vercingétorix.

Les amateurs séveres veulent que le kalembour puisse s’écrire, & que l’orthographe n’en souffre pas. Ils assurent qu’alors il est plus exact ; mais comme ce n’est point un genre, qu’il trouve mieux sa place dans la conversation que dans un ouvrage, & que vraisemblablement nous avons parlé long-tems avant que de savoir écrire, c’est bien assez pour le kalembour de ne pas choquer l’oreille. D’ailleurs, s’il n’est ni gai ni piquant, il aura beau être très-exact, ce ne sera jamais qu’une sottise très-exactement dégoûtante ; au lieu qu’il est toûjours sûr de son effet, même en dépit de l’orthographe, lorsqu’il est assaisonné de quelque sel, ou qu’il présente à l’esprit quelque contraste vraiment plaisant. Il falloit être de bien mauvaise humeur pour condamner ces deux vers qui sont dans la bouche de Vercingétorix :

Je sus, comme un cochon, résister à leurs armes,
Et je pus, comme un bouc, dissiper vos alarmes.

Ceci est exécrable, disoit-on à l’auteur, vous écrivez je sus & je pus avec un s à la fin, il faudroit qu’on pût y mettre un e pour que le kalembour fût exact : celui-ci répondit au censeur : eh bien ! Monsieur, je ne vous empêche point d’y mettre le vôtre, un nez pour un e.

Cette derniere tournure differe de celle que nous avons indiquée d’abord : aussi le kalembour se présente-t-il de bien des manieres, tantôt c’est une question : par exemple, savez-vous quels sont les ouvriers avec qui l’on s’arrange le mieux ?non : – eh bien ! ce sont les perruquiers, parce qu’il sont tout-à-fait accomodans. Quelquefois c’est une pantomime ; tel est celui d’un musicien qui fatigué de ce qu’on lui demandoit pour la quatrieme fois un autre air que celui qu’il jouoit, fini par aller ouvrir la fenêtre. Tantôt il présente une idée qui avec l’apparence du sens commun est cependant assez obscure pour obliger d’en demander une explication. C’est un jeu auquel les plus fins sont attrapés, pourvu que le moment soit bien saisi : par exemple, comment trouvez vous ce thé là ? savez vous que c’est monsieur .... qui me l’a fait venir de Hollande ? – ah ! ah ! je croyois que c’était monsieur le duc de … qui vous l’avoit donné ; – pourquoi ? – parce qu’on dit dans le monde qu’il a beaucoup de bonté, bon thé, pour vous. Tantôt l’idée du kalembour n’a pas l’ombre du bon sens, mais alors il n’en est que plus plaisant, parce qu’il transporte tout-à-coup l’imagination fort loin du sujet dont on parle, pour ne lui offrir ensuite qu’une puérilité. Marchons toûjours avec l’exemple : n’est-il pas cruel de voir que les hommes soient toûjours cachés & dissimulés, & qu’on ne puisse jamais lire dans leur ame ? cela est affreux. Enfin il n’y a plus que les gens d’écurie qui soient vrais aujourd’hui, – comment ? – sans doute, il ne font point ordinairement un mystere de leur façon de penser, panser les chevaux.

On a vu par l’exemple qui a précédé celui-ci, que le kalembour dépend souvent de la construction que l’on donne à la phrase : car le mot bonté ne pourroit être pris pour bon thé, si l’on disoit, sa bonté, ses bontés, etc. il y a aussi des verbes qui ne présentent d’équivoque que dans quelques-uns de leur tems ; tels que peindre & peigner que l’on pourra prendre l’un pour l’autre, lorsqu’on dira, nous peignons, vus peignez, etc. mais c’est toûjours la maniere d’amener & de placer le kalembour qui le rend plus ou moins plaisant : par exemple, ce seroit une platitude bien froide de dire : cet homme-là mérite d’être cru, il ne faut pas le cuire ; mais on sera sûr de faire rire avec le même équivoque, en supposant un homme condamné à être brûlé qui, au moment où l’on va mettre le feu au bûcher, veut parler encore pour sa justification, & en admettant un interlocuteur qui lui adresse ces mots : va, mon ami, ce que tu dis là & rien, c’est la même chose, tu ne sera plus cru.

Le kalembour devient aussi plus piquant par des circonstances que le hasard seul peut amener ; par exemple, un officier de marine faisoit à table un fort long récit d’une tempête qu’il avoit essuyée vingt ans auparavant : enfin, dit-il, nous jettâmes l’ancre, & nous donnâmes de nos nouvelles ; vous aviez donc perdu la tête tout-à-fait, reprit quelqu’un, puisque voulant donner de vos nouvelles, vous avez commencé par jetter l’encre. Voilà ceux que les dissertateurs & les conteurs ne pardonnent pas, ainsi que les prétendus beaux esprits, parce qu’alors on les abandonne pour rire, & qu’on n’y revient plus. Le kalembour employé de cette maniere seroit une armée défensive assez utile en société ; mais de quoi n’abuse-t-on pas ? On en a fait quelquefois une arme très offensive, tel est ce fameux mot de Moliere au parterre, le jour que le premier président de Harlai, qu’on croyait reconnoître dans Tartuffe, en fit suspendre la représentation : Messieurs, nous comptions avoir l’honneur de vous donner aujourd’hui Tartuffe, mais M. le premier président ne veut pas qu’on le joue. Telle est encore cette répartie d’un homme à une femme qui lui demandoit pourquoi il la considéroit si attentivement, je vous regarde, madame, répondit-il, mais je ne vous considere pas.

Il y a une remarque assez singuliere à faire sur ceux qui écoutent un kalembour ; c’est que le premier qui le devine le trouve toûjours excellent, & les autres plus ou moins mauvais, à raison du tems qu’ils ont mis à le deviner, ou du nombre des personnes qui l’ont entendu avant eux ; car dans le monde moral, c’est l’amour-propre qui abhorre le vuide.

Il paroît qu’il n’y a point de langue morte ou vivante qui prête plus au kalembour que la françoise. Les François en font tous les jours sans qu’ils s’en aperçoivent, mais les étrangers sur-tout y sont pris à chaque instant ; on connoît celui de cet Anglois qui trouvoit ses bottes trop équitables, trop justes, & qui croyoit parler plus honnêtement, en disant qu’il revenoit du dévoyement de Saint-Germain. Au reste toutes les langues du monde fournissent nécessairement une ample matiere aux équivoques ; la nature est si riche, nous sommes remués par tant de causes, que notre articulation ne peut suffire à distinguer les nuances que nos yeux & notre esprit peuvent apercevoir, ainsi les kalembours doivent être aussi anciens que les hommes. Si nous voulions parler ici des doutes & de l’obscurité que des rapports de mots ont jettés dans l’histoire ancienne, des changemens et des malheurs qui ne sont arrivés que faute de s’entendre, nous trouverions moyen de donner quelque importance au kalembour, & de remonter peut-être à l’origine de l’antipathie qui existe entre la philosophie & lui ; mais nous nous contenterons d’ajouter qu’il faudroit avoir bien de la rancune pour le bannir absolument de la société, aujourd’hui que nous sommes assez éclairés pour qu’il ne puisse plus nous donner que matiere à rire.

Pour finir dignement cet article, nous devrions indiquer son étymologie : mais nous avons le courage d’avouer que nous ne la connoissons pas. On croit bien y trouver le mot latin calamus : mais il faudroit quelque chose de plus ; d’ailleurs cette origine ne conviendroit point à une plaisanterie que l’oreille seule peut admettre. On doit nous trouver bien généreux de convenir ainsi de notre impuissance, car il ne tiendroit qu’à nous de dire qu’il dérive du composé lizotruq, se divisant en beaux rameaux, ce qui exprimeroit assez bien les différentes significations d’un même mot. C’est ici le seul lieu de parler de deux autres rébus connus sous le nom de charade & de contrepetterie, qui, sans avoir aujourd’hui les mêmes ressources que le kalembour, ont pu produire autrefois les mêmes erreurs.

Pour faire une charade, il faut choisir un mot composé de deux syllabes qui chacune fasse un mot, tel que mouton, alors on propose ce mot à deviner, en disant, ou à peu-près : mon premier désigne ce qui n’a point de consistance : sans mon second, il n’y auroit point de musique, mon tout est un animal pacifique. Ainsi la charade est toûjours une plaisanterie préparée.

On fait une contrepetterie lorsqu’on transpose la premiere lettre de deux mots, ce qui arrive fréquemment à ceux qui parlent avec trop de volubilité ; mais pour qu’elle soit exacte, il faut que la phrase ait toûjours sens, tel ridicule qu’il soit : exemples, un feu trop près du port, pour un peu trop près du fort ; le caire se mouche, pour le maire se couche.

La contrepetterie offre quelquefois des contrastes assez plaisans : la charade peut quelquefois être un madrigal & même un épigramme, mais elle ressemble toûjours à un commentaire, & ne se présente jamais que sous le même aspect ; on voit d’ailleurs que ces deux sortes de rébus sont si dénués de gaieté par leur construction, que les plus plaisans sont ceux que nous ne pouvons citer ici. (D. B.)

Calembours du Marquis de Bièvre

Apprenant à un ami qu'un homme s'était jeté dans un puits par désespoir d'amour.

"Dans un puits? Mais c'est là se conduire comme un fou !

Dites plutôt comme un sot !" (un seau)

 

"Ma santé est bien altérée", se plaignait un vieux libertin.

Eh bien, que ne la faites-vous boire" lui répondit le marquis Georges de Bièvre.

 

Le marquis aimait se promener avec ses jolies invitées dans un bosquet planté de six ifs : "Madame, s'écriait-il voici l'endroit décisif !" (des six ifs)

 

Dernier calembour en mourant à Spa, où il était allé prendre les eaux.

"Mes amis ! je m'en vais de ce pas." (de Spa)

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
2 octobre 2016 7 02 /10 /octobre /2016 09:02

ACCUEIL & SOMMAIRE

Curiosités grammaticales + QUIZ

Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes - 1re partie QUIZ

Les barbarismes et les solécismes vous irritent-ils ou vous amusent-ils ? - 2e partie QUIZ

Mosaïque de quelques curiosités de la Langue Française

Écrire et ne pas écrire – Les fautes les plus usuelles

On peut dire un après-midi ou une après-midi - Stupéfait ou stupéfié – etc.

Loin s'en faut- Si ce n'était- Qu'import(ent)- Somptuaire- etc.- Trouvez le mot juste

QUIZ Orthographe, grammaire et sens des mots - Choisissez les bonnes réponses

Ne pas confondre – QUIZ Choisissez le mot qu'il faut

Questions difficiles d'orthographe et de grammaire

Que dit-on ? Débattre (Ø, de, sur) se rappeler (Ø, de) clore ou clôturer, qu'est-ce qui lui (le) prend ? Aller (au, chez) quid (de, sur) battre froid (Ø, à) contredire (Ø, à) c'est, ce sont...

LES NOMS COLLECTIFS La plupart d'entre nous souffrait, souffraient ou souffrions ?

Fâché avec l'impératif présent ? QUIZ

Les verbes difficiles conjugués à l'indicatif présent, au passé simple, au subjonctif présent et au subjonctif imparfait

Vous aimez les exercices à trous ? Récapitulation de ceux que vous trouverez dans le blog

Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... "

 

Et ce n'est pas tout ! Le français dans tous ses états

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 18:40

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

QUIZ 121

 

Faisez la part des choses : triez les verbes bien conjugués et les autres.

Ne me contredites pas, vous tous qui me lisez en hochant la tête.

Tient, toi par exemple, asseois-toi à mes côtés et tend l'oreille, ou plutôt ouvres tes quiquets pour traquer la faute. Ne me croie pas folle à vouloir te tendre ainsi des pièges. Et restes coi et docile. Prend un stylo et met-toi au travail. Barres ce qui est faux et corriges. Ne penses pas que cet exercice soit inutile, toi qui écris des mots tordus sur les réseaux sociaux que tu fréquentes sans relâche. Ne te ment pas à toi-même ! Cherche-z-y une bourde, une erreur, et une maladresse qui font tache. Allez, va-z-y ! Trouve-z-en ! Rie de ce que tu penses ! Ne me crois-tu pas ? Veux m'écouter ! Ne te reposes pas sur tes lauriers depuis longtemps fanés ! Vaille quelque chose, que diable ! Ne défaillis pas quand tu vois le gigantesque travail de réflexion qui t'attend. Saches être patient et appliqué.

Non, non ! Ne faillons pas à notre devoir, nous qui voulons nous dépasser ! Ne faillissons jamais à notre devoir !

Ne t'absoud pas de tes fautes, cancre invétéré ! Résoud, une fois pour toutes, tes problèmes d'orthographe ! Aies envie de te surpasser ! Vainc ta paresse ! Craint d'être ridicule ! Assaillis-moi de reproches si tu veux ! Mais dissoud ta matière grise inculte et puante qui encombre ta tête malade !

 

Correction

 

Faites la part des choses et triez les verbes bien conjugués et les autres.

Verbe faire : Fais ! Faisons ! Faites ! Sans accent circonflexe !

Faisons, prononcez fesons [fə.zɔ̃]

 

Ne me contredisez pas, vous tous qui me lisez en hochant la tête !

Contredire : contredisez !

Dire : dites !

Redire : redites !

Maudire : maudissez !

Médisez ! Interdisez ! Dédisez ! Prédisez !

 

Tiens, toi par exemple, assois-toi à mes côtés et tends l'oreille,

s'asseoir, ou s'assoir (orthographe rectifiée de 1990) assois-toi ! Assieds-toi !

 

ou plutôt ouvre tes quinquets pour traquer la faute.

Les verbes du 1er groupe et ceux du 3e groupe qui se terminent par une syllabe muette ne prennent pas de S. Chante, cueille...

 

Ne me crois pas folle à vouloir te tendre ainsi des pièges.

Les verbes du 2e groupe et du 3e groupe (sauf ceux dont la syllabe est muette et sauf AIE) se terminent par S,

Finis, prends, tiens...

ou par X

Vaux, veux...

 

Et reste coi et docile.

Prends un stylo et mets-toi au travail. Barre ce qui est faux et corrige. Ne pense pas que cet exercice soit inutile, toi qui écris des mots tordus sur les réseaux sociaux que tu fréquentes sans relâche. Ne te mens pas à toi-même.

Les verbes en TRE perdent le T et prennent S.

Battre : Bats - Mettre : Mets - Paraître : Parais - Croître : Croîs

Les verbes du 3e groupe en TIR perdent le T et prennent S.

Mentir : Mens ! - Sortir : Sors - Partir : Pars

 

Cherches-y une bourde, une erreur, et une maladresse qui font tache. Allez, vas-y ! Trouves-en

On ajoute un S EUPHONIQUE aux verbes qui se terminent par une voyelle et suivis de Y et de EN.

 

Ris de ce que tu penses ! Ne me crois-tu pas ?

Veuille m'écouter !

Impératif de vouloir : Veuille ou Veux (dans la forme négative)

Ne m'en veux pas trop !

 

Ne te repose pas sur tes lauriers depuis longtemps fanés !

Vaux quelque chose, que diable !

Impératif de valoir : Vaux, valons, valez

 

Ne défaille pas quand tu vois le gigantesque travail de réflexion qui t'attend.

Impératif de défaillir : défaille, défaillons, défaillez

 

Sache être patient et appliqué.

Impératif de savoir : sache, sachons, sachez

 

Non, non ! Ne manquons pas à notre devoir, nous qui voulons nous dépasser ! Ne manquons jamais à notre devoir !

Le verbe faillir, défectif, ne se conjugue pas à l'impératif.

Il n'est plus guère usité qu'à l'infinitif : faillir, au passé simple : je faillis, etc.; au futur : je faillirai, etc.; au conditionnel : je faillirais, etc.; et aux temps composés : j'ai failli, j'avais failli, etc.

 

Ne t'absous pas de tes fautes, cancre invétéré ! Résous, une fois pour toutes, tes problèmes d'orthographe !

Absoudre, résoudre, dissoudre : disparition du D

Absous, absolvons, absolvez

Résous, résolvons, résolvez

Dissous, dissolvons, dissolvez

 

Aie envie de te surpasser ! Vaincs ta paresse !

Verbe avoir : aie, ayons, ayez

Verbes vaincre, convaincre.

Vaincs, vainquons, vainquez

Convaincs-moi !

 

Prends ton courage à bras-le-corps ! Crains d'être ridicule ! Assaille-moi de reproches si tu veux ! Et dissous ta matière grise inculte et puante qui encombre ta tête malade !

Assaillir : Assaille, assaillons, assaillez

Tressaillir : Tressaille, tressaillons, tressaillez

Prends : Les verbes se terminant par DRE font DS

Tends, suspends, rends, descends...

Crains : Les verbes se terminant par INDRE, AINDRE, EINDRE, OINDRE perdent le D et prennent S.

Crains, craignons, craignez

Peins, peignons, peignez

Joins, joignons, joignez

Dépeins, teins, enfreins, geins, épreins, contrains, oins, enjoins...

 

Proverbe ancien :

"Oignez vilain il vous poindra, poignez vilain il vous oindra."

Ce qui veut dire : Faites plaisir à un méchant, il vous poignardera,

faites-lui du mal, il vous obéira.

 

Pour en savoir plus sur l'impératif présent et passé :

> L'impératif présent et l'impératif passé

Ne mettre un -S que là où il faut

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 07:59

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Top 10 des grandes difficultés de prononciation rencontrées par un étudiant qui apprend le français.

D'après l'article :

Top 10 pronunciation difficulties that an Indian student face while learning French

http://www.frehindi.org/2016/09/7791/

 

1-Le R français

Une difficulté immémoriale pour l'étudiant en français. Mais on peut apprendre à le prononcer.

 

2-Le U français

Difficile à prononcer et à distinguer du français OU. Un entraînement est nécessaire.

 

3-Les voyelles nasales AN EN IN ON UN

On les prononce comme si le nez était bouché et on pousse l'air à la fois par la bouche et par le nez.

 

4-Les accents

Ils modifient la prononciation, le sens des mots ou les deux.

Exemples : gêne, gène - mur, mûr – mal, mâle

 

5-Les lettres muettes

En français, il y a beaucoup de lettres qu'on ne prononce pas. Cependant toutes les lettres finales ne sont pas muettes.

Exemple : Les poules du couvent couvent.

 

6-Le H muet et le H aspiré

Ils sont tous deux muets mais ne se comportent pas de la même façon. Le mot qui commence par un H muet fait l'objet d'une liaison et d'une contraction, celui qui commence par un H aspiré se comporte comme s'il y avait une consonne.

Si vous hésitez entre le H muet et le H aspiré

L' devant le H muet, LE ou LA devant le H aspiré.

Exemples : L'héroïne, L'homme, LE hérisson, LA hotte...

Grammaire aidenet : > "h" aspiré et muet liste alphabétique

H aspiré & H muet - Quiz 102 (cet ou cette devant un H)

 

7-La liaison et l'enchaînement

Dans certains cas, le mot se lie avec le suivant. Il y a une difficulté quand on parle français mais aussi quand on l'entend.

Exemple de liaison : les enfants > les-z-enfants

Exemple d'enchaînement : j'arrive à comprendre > j'arriv-à comprendre

La liaison - L'élision - L'enchaînement - La disjonction

 

8-Les contractions

Les contractions (c'est-à-dire la suppression d'une lettre remplacée par une apostrophe) sont obligatoires quand un mot court comme je, me, le, la, ou ne (parfois que, etc.) est suivi d'une voyelle ou d'un H muet. On ne dira jamais "je aime" ni "le ami", mais "j'aime" et "l'ami".

Quoique, puisque, lorsque, quelque, et presque s'élident-ils ?

 

9-L'euphonie

Le français a des règles spécifiques qu'on emploie pour rendre la langue plus harmonieuse.

L'euphonie - Emploi des lettres euphoniques pour éviter l'hiatus – Vas-y ET Va y

 

10-Le rythme de la phrase

On entend souvent dire que le français est très musical. Cela tient du fait que les mots français n'ont pas d'accent tonique. On prononce toutes les syllabes avec la même intensité. Les groupes de mots donnent le rythme de la phrase française.

 

Article connexe

FLE – Comprendre le français parlé rapidement - Qu'est-ce que le FLE ?

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 08:14

 FLORILÈGE

ACCUEIL & SOMMAIRE

Les diverses catégories (ou tags)

Tous les articles du blog

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Un florilège de textes sélectionnés par mamiehiou

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII


                                                             

- 48 -

 

 

Les Métamorphoses ou L'Âne d'or

Metamorphoseon libri XI ou Asinus aureus

IIe siècle

Roman d'Apulée

 

Il y a bien longtemps que j'ai lu ce roman antique

et j'en garde un souvenir ébloui.

Mamiehiou

 

Résumé à retrouver sur Wikipédia :

Le héros, un aristocrate prénommé Lucius (comme l'auteur du livre, Lucius Apuleius), connaît différentes aventures, après que sa maîtresse, Photis, l'a transformé en âne par accident. Il apprend que, pour retrouver sa forme humaine, il doit manger des roses. Ses diverses aventures malheureuses et burlesques au cours de cette quête des roses sont l'occasion pour Lucius d'apprendre et de raconter au lecteur de nombreuses histoires (le mythe de Psyché et de Cupidon, « la marâtre empoisonneuse », « la bru sanglante », etc.), mêlant l'érotisme aux crimes sanglants et à la magie. Bien que la signification du récit puisse faire l'objet d'interprétations diverses, il semble que le voyage de Lucius soit aussi un voyage spirituel, une initiation à la magie en même temps qu'une mise à distance de la sorcellerie par le comique.

 

Ce que dit Gustave Flaubert de l'Âne d'or - 1852

"Ce livre est un chef-d’œuvre. Il me donne à moi des vertiges et des éblouissements ; la nature pour elle-même, le paysage, le côté purement pittoresque des choses sont traités là à la moderne et avec un souffle antique et chrétien tout ensemble qui passe au milieu. Ça sent l’encens et l’urine, la bestialité s’y marie au mysticisme, nous sommes bien loin encore de ça nous autres comme faisandage moral."

Le texte rédigé en latin

Traduction par et sous la direction de Désiré Nisard.
Firmin Didot,1865

Extrait du chapitre 2

(II, 9, 1) Que sera-ce si la nature a donné aux cheveux une couleur avantageuse ou un lustre qui en relève l’éclat ; de ces teintes vigoureuses qui rayonnent au soleil, ou de ces nuances tendres, dont le doux reflet se joue aux divers aspects de la lumière ? Tantôt c’est une chevelure blonde, toute d’or à la surface, et qui prend vers la racine le brun du miel dans l’alvéole ; tantôt c’est un noir de jais, dont l’émail rivalise avec l’azur de la gorge des pigeons. Lorsque, luisants des essences d’Arabie, et lissés par l’ivoire aux dents serrées, les cheveux sont ramenés derrière la tête, c’est une glace où se mirent avec délices les yeux d’un amant : ici ils simulent une couronne tressée en nattes serrées et fournies ; là, libres de toute contrainte, ils descendent en ondes derrière la taille. Telle est l’importance de la coiffure, qu’une femme eût-elle mis en oeuvre l’or, les pierreries, les riches tissus, toutes les séductions de la toilette ; si elle n’a pris un soin égal de ses cheveux, elle ne paraîtra point parée. Cet arrangement chez ma Photis n’avait coûté ni temps, ni peine ; un heureux négligé en faisait tous les frais. Réunis en noeud au sommet de la tête, ses cheveux retombaient, gracieusement partagés, des deux côtés de son cou d’ivoire, et de leurs extrémités bouclées atteignaient la bordure supérieure de son vêtement.

(II, 10, 1) La volupté chez moi devenait torture ; je n’y tenais plus ; et me penchant avidement sur le beau cou de Photis, à l’endroit où les cheveux prennent naissance, j’y imprimai un long et délicieux baiser. Elle tourna la tête, et me lançant de côté une oeillade assassine : Ah ! jeune écolier, vous prenez goût à ce nanan ; tout n’y est pas miel ; prenez-y garde. À la longue, trop de douceur aigrit la bile. J’en cours le risque, ma chère âme, m’écriai-je ; pour savourer un seul de tes baisers, je suis homme à me laisser griller tout de mon long sur le brasier que voilà. Je dis ; et la serrant dans mes bras, je joignis les effets aux paroles. Mon feu la gagne, elle me rend étreinte pour étreinte, caresse pour caresse. Sa bouche entrouverte me prodigue le parfum de son haleine ; nos langues se rencontrent aiguillonnées par nos communs désirs. Ivre de ce doux nectar, Je meurs, m’écriai-je, je suis mort, si tu ne m’exauces. Mais elle, m’embrassant de nouveau, me dit : Rassure-toi ; tes désirs sont les miens : je suis à toi, et nos plaisirs ne se feront guère attendre. À l’heure des flambeaux, je serai dans ta chambre. Va rassembler tes forces ; car je veux toute la nuit te livrer bataille, et j’irai de tout cœur.

 

Lire le texte complet sur Wikisource

L’Âne d’or ou les Métamorphoses

 

Voir d'autres textes dans : Florilège - La pensée des autres

ACCUEIL & SOMMAIRE

Les diverses catégories (ou tags)

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Florilège - la pensée des autres
commenter cet article
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 02:07

  ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

Pour acquérir du vocabulaire, pour préciser le sens d'un mot, en connaître ses diverses acceptions, pour l'employer correctement dans la phrase, pour vérifier sans relâche mes connaissances et affiner ma pensée, je me plonge avec plaisir et curiosité dans les ouvrages suivants.

 

Dictionnaires

Lexicographie - Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales

Vous y trouverez le Trésor de la Langue Française (TFLi), les Dictionnaires de l'Académie (la 9ème édition incomplète en train de s'écrire n'est pas tombée dans le domaine public) et d'autres dictionnaires anciens.

+ les synonymes, les antonymes, le dictionnaire étymologique...

................................................................

Le Littré, 1863-1877 - d'après Émile Littré

> Dictionnaire Littré - Dictionnaire de la langue française (1889)

................................................................

Dictionnaire de la conversation et de la lecture

1re édition 1832

William Duckett

>> Liste des volumes : Tous les volumes (lien Books-Google)
 

Dictionnaire de la conversation et de la lecture

Inventaire raisonné des notions générales les plus indispensables à tous

2e édition 1853 

William Duckett fils

>> Liste d'ensemble - 16 volumes (Gallica)

................................................................

Dictionnaire national ou Dictionnaire universel de la langue française.

Bescherelle, Louis-Nicolas (1802-1883)

Préciser tome 1, tome 2....

Dictionnaire universel de la langue française, Tome I (A-F)

Dictionnaire universel de la langue française, Tome II (G-Z), Garnier frères (Paris), 1856, sur Gallica 

................................................................

Dictionnaire du bas-langage

ou des Manières de parler usitées parmi le peuple : ouvrage dans lequel on a réuni Les expressions proverbiales figurées et triviales ; Les sobriquets, termes ironiques et facétieux ; Les Barbarismes ; Solécismes ; et généralement les locutions basses et vicieuses que l'on doit rejeter de la bonne conversation (Gallica)

Charles-Louis d'Hautel (1808-1883)

................................................................

Dictionnaire universel de Furetière XVIIe siècle - 1690

Titre complet : Dictionnaire françois, contenant les mots et les choses, plusieurs nouvelles remarques sur la langue françoise : Ses Expressions Propres, Figurées & Burlesques, la Prononciation des Mots les plus difficiles, le Genre des Noms, le Régime des Verbes : Avec Les Termes les plus connus des Arts & des Sciences. Le tout tiré de l'Usage et des bons Auteurs de la Langue françoise.

A-E - F-O - P-Z

Edition de 1725, revue et augmentée par Henri Basnage de Beauval & Jean-Baptiste Brutel de La Rivière  A-D - E-K - L-P - Q-Z

................................................................

Dictionnaire Godefroy : Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle(1881).

Frédéric Godefroy 1880-1895

................................................................

Grammaire des grammaires  (cinquième édition) 1822

Charles-Pierre Girault-Duvivier

................................................................

Pour trouver l'origine des mots :

Dictionnaire étymologique de la langue française

par Léon Clédat (1914)

................................................................

Encyclopédie « Panckoucke

L’Encyclopédie méthodique, dite "Panckoucke" fut publiée par Charles-Joseph Panckoucke puis par sa veuve et son gendre entre 1782 et 1832, et fut l’œuvre d’une centaine d’auteurs. Elle compte plus de 200 volumes.

À la différence de l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d'Alembert, dont les articles sont présentés par ordre alphabétique, les connaissances humaines y sont réparties en 27 disciplines,  chacune faisant l'objet d'un dictionnaire spécialisé.

 

................................................................

À savoir :


Recherche groupée sur l’ensemble des dictionnaires du domaine public  sur le site de l'ATILF :  

 Wiktionnaire:Références - Wiktionnaire

................................................................

Voir aussi : Dictionnaires d'autrefois (Go)

................................................................

Autres sites

ABC de la langue française

Langue populaire, argot Bob ¶

................................................................

Grand dictionnaire terminologique - Office québécois de la langue française

Banque de dépannage linguistique   

(BDL) ou les liens utiles du site de l'Office québécois de la langue française.

................................................................

Wikipédia, Wiktionnaire, Wikisource m'ont apporté de nombreux éléments de réponses à mes questions.

Je salue en passant le travail accompli par leurs généreux participants.

Note de mamiehiou

................................................................

Ouvrages sur l'histoire de la langue française, voir la bibliographie dans l'article :

Une petite histoire de la langue française racontée par mamiehiou

................................................................

Enseignemoi.com Bible

Bible : Lire, écouter et étudier la Bible - EnseigneMoi

................................................................

Autres ouvrages

qui ne sont pas dans le domaine public

Le Dictionnaire de l'Académie (9ème édition) > Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales

Le Club d'orthographe de Grenoble qui fait un excellent travail de recherche nous donne chaque année les mots nouveaux des dictionnaires.

 

>> Mots nouveaux des dictionnaires | Club d'orthographe de Grenoble

http://orthogrenoble.net/mots-nouveaux-dictionnaires/

................................................................

Sans oublier le précieux ouvrage indispensable aux passionnés de grammaire : Le Grevisse – Le Bon Usage

................................................................

Intéressant :

Encyclopédie gratuite Imago Mundi

Plusieurs dictionnaires lui sont annexés : biographies, oeuvres, pays, lieux d'histoire, villes, etc.

................................................................

Quand un ouvrage peut-il tomber dans le domaine public ?

70 ans après la mort de son auteur.

> Pourquoi Apollinaire a mis 95 ans pour entrer dans le domaine public

Articles connexes à lire dans le blog :

> Du plaisir de la lecture des dictionnaires

> Une petite histoire de la langue française - Chapitre 12 - XVIIe siècle 1 - À L'AUBE DE LA LANGUE CLASSIQUE - Les grammairiens façonnent notre langue - Malherbe - Vaugelas - L'Académie Française

 

>> Retour au début de l'article

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Cet article a été publié pour la première fois en octobre 2012.

Et mis à jour.

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 08:09

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Liure non seulement vtile à ceux qui font

profession de poësie, mais fort propre aussi

pour illustrer toute autre composition Françoise

 

Langue Françoise : quand le u et le v* se confondaient*, ainsi que le i et le j*, quand le s n'avait pas encore été remplacé par l'accent circonflexe, quand on écrivait oi avant d'écrire ai, quand le suffixe eux s'écrivait eus...

 

Entrée : AMOUR page 14

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4480z/f39.item.zoom

 

Veux-tu sçavoir que c'est qu'Amour ?

AMOUR, aueugle, cruel, impitoiable, traistre, enfiellé, ieune, fils de Venus, indiscret, folastre ou fol, bandé, guerrier, mondain, cyprien, peruers, enfant du ciel, emplumé, brutal, charnel, vitieux, captif ou captiuant, pere de volupté, cauteleus, monarque, premier-né des dieux, ineuitable, deceptif, tyran de la vie, meurtrier, trompeur, inhumain, felon, oiseau vainqueur, lasche, lier, moteur de l'uniuers, boute-feu, malheureus, enchanteur, leger, rusé, fils de la mer, archer ou archerot, souciuus, flateur, mechant, peres des muses, indomtable, maupiteus, delicat, gouverneur du monde, foible-fort, emmiellé, pathien, dieuvolat, lascif, abuseur, idalien, porte-carquois, ailé, lubrique, enuieus, ialous, volage, superbe, violent, ioieus, amadoueur, venimeus, doux-amer, intraitable, ardent, deshonneste, insensé, opiniastre, cythérien, pariure, impatient, malin, effeminé, tendrelet, miserable, fauce-foi, rigoureus, inconstant, mensonger, dissolu, enfant de Cytheree, impérieus, rebelle, insulte, dissimulé, furieus, ingrat, puissant, fils de nature, gracieus, implacable, dionien, maistre des dieux, infame, forcier, pipeur, doux ou doucet, enfançon, voluptueus, gouuerneur des villes, inexorable, sourd, diuin, aueugle, fils d'un tigre, malitieus, impudent, conuoiteus, pere du souci, englueus, voletant, ambitieus, fils d'Erycine, incestueus, triumphant, audacieus, venerien, homicide, vagabond, chatouïlleus, inflexible, mauvais.

Bref veux-tu sçavoir que c'est qu'Amour ?

Amour est un gouffre de maux :

Amour affole le plus sage:

Amour n'est sinon qu'une rage :

Amour aueugle les raisons :

Amour renuerse les maisons :

Amour honnit la renommee :

Amour n'est rien qu'une fumee.

Quand Amour signifie Amitié, il est prins en bonne & mauuaise part, & est masc. & fem.

 

 

*Les lettres j et v sont dites ramistes. En 1562, Pierre de la Ramée, dit Ramus réussit à faire passer dans l'usage la distinction du i et du j, du u et du v.

 

Maurice de La Porte est un lexicographe français, né à Paris en 1531 et mort le 23 avril 15711. Il est fils d'imprimeur. Il est l'auteur des Épithètes (1571). Dans cet ouvrage, comme l'avait déjà fait Ravisius Textor, il relève les épithètes utilisées par les poètes, en particulier par Ronsard, « prince de tous les poëtes François ». Il y rappelle également les fables de la mythologie. L'ouvrage est présenté comme utile à ceux qui font profession de la Poësie, mais fort propre aussi pour illustrer toute autre composition Françoise. [...] (Wikipédia)

Poësie, poëte, poëme > Poésie, poète, poème

françois > français

Texte modernisé - Entrées : Eternité (Æternité) & Mort

 

Éternité : immense, perpétuelle, mère des dieux, immuable, entière, sublime, unique, sempiternelle, incorruptible, divine, perdurable, infinie, souveraine, admirable, immortelle, suprême, céleste, ineffable, permanente, incompréhensible.

> http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4480z/f25.item.zoom

 

Mort : Incertaine, commune, avare, traîtresse, menaçante, insatiable, prompte, cruelle, dure, envieuse, lente, implacable, dépite ou dépiteuse, sanglante, dénervée, impitoyable, boiteuse, sourde, bourrelle, muette, égale, froide, méchante, soudaine, exécrable, assommante, fâcheuse, déveinée, triste, horrible, inexorable, étouffante, nuisible, injurieuse, aveugle, pâle, hideuse, maigre, violente, amère, effroyable, inopinée, terrible, outrageuse, ravissante, mange-tout, blême, noire, étrange, félonne, malheureuse, fière, inique, douloureuse, chimère, incons-tante, piteuse, misérable, injuste, âpre, rigoureuse, intraitable, engloutissante, sévère, impor-tune, larmoyante, inévitable, certaine, fatale, suffocante, odieuse, sombre, indomptable, subite, ennemie des hommes, surprenante, meurtrière, improviste, stygienne, vengeresse, abominable, ensanglantée, infernale, douteuse, repentine, heureuse.

 

Voir aussi le texte modernisé :

> http://www.preambule.net/epithetes/a/a.html

 

Article annexe > Les réformes de la langue française

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 16:52

  ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Sommaire de l'article

1-Emploi de Ni

2-Un après-midi ou une après-midi

3-Stupéfait ou stupéfié

4-Qu'importent ou Qu'importent suivis d'un pluriel

5-Paris est beau ou Paris est belle

6-Des amours malheureux ou Des amours malheureuses

7-Au temps pour moi ! ou Autant pour moi !

8-Inatteignable

9-Une foule de gens (singulier ou pluriel)

10-Place de la négation

11-Ça le démange ou ça lui démange.

12-Je l'aide ou je lui aide.

13-Je l'empêche (ou lui empêche) de le faire.

 

1-Emploi de Ni

On peut dire :

NI en corrélation avec NE

Innommable : qu'on ne peut nommer ni qualifier.

NI en corrélation avec une négation totale NE PAS, NE POINT...

Qu'on ne peut pas nommer ni qualifier.

NI... NI

Qu'on ne peut ni nommer ni qualifier.

Pour en savoir plus > http://www.cnrtl.fr/definition/ni

Ne pas dire :

Qu'on ne peut pas ni nommer ni qualifier

Littré : Quand ni est répété, on ne met pas la particule point ou pas.

Toutefois les meilleurs écrivains se sont affranchis de cette règle ou plutôt de cet usage.

> http://www.littre.org/definition/ni

 

2-Un après-midi ou une après-midi

> Féminin ou masculin ? Le genre des noms dont on n'est pas sûr

Je viendrai te voir cet après-midi.

Je viendrai te voir cette après-midi.

> CET ou CETTE - H aspiré & H muet

 

3-Stupéfait ou stupéfié

Il a été stupéfié de l'apprendre.

Il a été stupéfait de l'apprendre

Cf. Académie > Il a été stupéfait par la nouvelle (à éviter)

Correction : Il a été stupéfié par la nouvelle

 

4-Qu'importe ou Qu'importent suivis d'un pluriel

Qu'importent vos gémissements, ils ne changeront pas le cours des choses.

OU

Qu'importe vos gémissements...

> Qu'importe(nt) mes démons, si tu as ma tendresse !

 

5-Paris est beau ou Paris est belle

Cf. Projet Voltaire

> Paris est beau ou Paris est belle ? Le genre des noms de villes


6-Des amours malheureux ou Des amours malheureuses

Amour peut s'employer au féminin pour exprimer la passion amoureuse, ou bien en poésie.

La grande amour, populaire, familier.

Le vert paradis des amours enfantines (Baudelaire)

Littré :

Je redoutai du roi les cruelles amours (Racine)

Il déshonora son règne par ses amours monstrueuses (Bossuet)

Si d'une égale amour votre cœur est épris (Voltaire)

 

7-Au temps pour moi ! ou Autant pour moi !

L'exclamation signifie qu'on reconnaît son erreur.

 > Au temps pour moi ! ou Autant pour moi !

Au temps pour moi (Académie)

Autant pour moi a ses adeptes.

 

8-Inatteignable

Cf. Académie > Inatteignable

inatteignable, inaccessible, hors d'atteinte – on trouve même chez Proust : inatteingible et inattingible.

 

9-Une foule de gens suivi d'un verbe au singulier ou au pluriel

Une foule de personnages moliéresques défilèrent dans mon rêve.

Une foule de personnages moliéresques défila dans mon rêve.

Une foule peut-être suivi d'un singulier si l'on considère la totalité, d'un pluriel si l'on considère chaque élément particulier qui la compose.

> Les noms collectifs

 

10-Après certains verbes comme croire, devoir, falloir, paraître, penser, sembler, vouloir, suivis d'un infinitif, la négation peut porter sur le verbe ou sur l'infinitif.

Ce ne sont là que phrases illustrant une règle grammaticale ; vous ne devez pas les rapporter à un événement réel quel qu'il soit.

Ce ne sont là que phrases illustrant une règle grammaticale ; vous devez ne pas les rapporter à un événement réel quel qu'il soit.

On ne peut pas déplacer la négation avec d'autres verbes, au risque de changer complètement le sens de la phrase.

 

11-Démanger quelqu'un ou démanger à quelqu'un

Les moustiques l'ont piquée ; ça la démange.

Ça lui démange.

> Verbes suivis d'un complément direct ou d'un complément indirect

 

12-Aider quelqu'un ou aider à quelqu'un

Je l'aide à faire ses devoirs.

Je lui aide à faire ses devoirs. (La construction est vieillie ou régionale)

> Verbes suivis d'un complément direct ou d'un complément indirect

 

13-Empêcher quelqu'un de faire quelque chose ou empêcher à quelqu'un de faire quelque chose

Je l'ai empêché de faire une bêtise.

Je lui ai empêché de faire une bêtise. (construction vieillie et littéraire)

> Verbes suivis d'un complément direct ou d'un complément indirect

 

Articles annexes

> Mosaïque de quelques curiosités de la Langue Française

> Les synonymes – la synonymie + Quiz

> Synonymes, antonymes, homonymes, homophones, paronymes, hyperonymes, hyponymes, holonymes & méronymes – QUIZ

> Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... "

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags) 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 16:11

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Tous les QUIZ

 

Texte écrit pour qui aime les difficultés orthographiques suivies d'explications :

tournures grammaticales, expressions, mots peu usités ou archaïques.

 

 

LES DÉLIRES

 

Un conte surréaliste en plus de 180 épisodes commentés

qui peuvent servir de dictées

 

 Une jeune fille amnésique arrive dans un monde étrange

qu'elle essaie de décrypter

 

À la fin de l'article :

la liste des personnages du conte rencontrés pour la première fois

au fil des Délires

 

 

1 Délires engendrés par un traumatisme irréversible -"Honni soit qui mal y pense !"

2 Délires schizophrènes -"Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse !"

3 Délires évanescents -"Fais ce que dois, advienne que pourra !"

4 Délires inopérants - "Immodérées et charmeresses blandices de la volupté"

5 Délires moralisateurs avec un artiodactyle - Je bats ma coulpe. Mea culpa !

6 Délires inconsidérés - Je n'en peux mais !

7 Délires bucoliques - J'ai la berlue !

8 Délires zoologiquement inattendus - Comme un cheveu sur la soupe° 

9 Délires amicalement compatibles - Faire contre mauvaise fortune bon coeur° - Le mot-valise

10 Délires intrinsèquemment nocturnes - "Cette obscure clarté qui tombe des étoiles"

11 Délires pascaliens - « L'homme n'est qu'un roseau... »

12 Délires confidentiels - Quand on n'a pas ce que l'on aime...

13 Délires spectaculaires - « Ô temps, suspends ton vol ! »

14 Délires chargés d'une émotion incommensurable -"It's a long way to Tipperary*"

15 Délires pour un bestiaire. QUIZ 3 - Ces animaux qui nous parlent -Animals are such agreeable friends*

16 Délires sur la recherche intempestive d'un havre -"Nous ne sommes pas nés seulement de notre mère. La terre aussi est notre mère*"

17 Délires autour de ma soif de connaissances -"Ho ! vous en voulez trop savoir."*

18 Délires sur une cueillette aromatique et médicinale. Écrire les nombres sans fautes

19 Délires de la vieille Marie toute bouleversée -"L'amour n'a point d'âge : il est toujours naissant."

20 Délires d'une laie toute laide à force d'être jalouse -"Jealousy is a green-eyed monster*"

21 Délires que l'on pourrait croire sans grandes conséquences - There's always tomorrow

22 Délires éthiques -"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme."

23 Délires d'une Marie bien chiche -"Le riche avare est semblable à un âne chargé d'or, qui mange de la paille."

24 Délires d'une cuisinière assassine - *Tant va pot à l'eve que brise.°

25 Délires qui auraient pu engendrer une vive controverse -" Est-ce que ça vous chatouille ou est-ce que ça vous gratouille ?"

26 Délires sur une mise à l'écart -"Qu'est-ce que la vie sinon une série de folies inspirées ?"

27 Délires sur le jeu des possibles*-" Rien n'est aussi dangereux que la certitude d'avoir raison."

28 Délires sur un départ annoncé -"Il faut beaucoup de hardiesse pour oser être soi."

29 Délires sur la plasticité et l'élasticité architecturale d'une habitation pour le moins étrange -"Le Soleil noir de la Mélancolie"

30 Délires à ne pas mettre sous les yeux des enfants -"Double, double toil and trouble"

31 Délires sur la suite de la visite singulière -"Mourrai-je tant de fois sans sortir de la vie ?"

32 Délires d'une femme atrabilaire dont la roideur d'esprit n'est plus à démontrer -"Es la libertad de tiranizar, que es lo contrario de la libertad."

33 Délires sur les"orages désirés"- J'ai pris un purgatif et je suis allé.

34 Délires d'une prisonnière en sursis -"Cogito ergo sum"

35 Délires inattendus à l'adresse d'une compagne fidèle -" Personne ne peut savoir si le monde est fantastique ou réel.*"

36 Délires de la pauvre enfant que je suis, près de mourir d'inanition - La faim justifie les moyens*

37 Délires d'une rescapée -"Si je me montrais aux autres comme je suis, ils me croiraient folle."

38 Délires d'une ressuscitée ou c'est tout comme

39 Délires libérateurs - "Un frais parfum sortait des touffes d'asphodèles."

40 Délires remplis de bonnes résolutions - "Du passé faisons table rase !"

41 Délires un peu calculateurs, mais pas seulement - Foin des habits de malheurs !"

42 Délires sur les prémices d'une révélation - "What and Why and When and How and Where and Who*

43 Délires sur une fugace digression tout à mon avantage

44 Délires en abyme* (Un conte dans le conte) Le bal de Madame de Saint-Ange

45 Délires de Marie qui me laisse brûler à petit feu°

46 Délires de ma persécutrice qui veut encore m'épater + QUIZ N°5 Complétez les citations (1re série)

47 Délires sur les effets d'une dictature inédite. "Il ne faut ni art ni science pour exercer la tyrannie."

48 Délires qui n'attirent aucune bénédiction - "Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate." 

49 Délires qui se caractérisent par une flagrante insensibilité à la menace

50 Délires occasionnés par la perspective d'un départ douloureux. "Il est fort dangereux de s'accoutumer à une bonne compagnie ; la séparation en est étrange."

51 Délires en partance pour d'autres cieux - "Live free or die : Death is not the worst of evils."

52 Délires rencontrés en chemin + QUIZ n°7 Le jeu des prénoms (1re série)

53 Délires d'une ville, la nuit + QUIZ n°8 Le jeu des prénoms (2e série)

54 Délires d'ISMA – "C'est ce qui échappe aux mots que les mots doivent dire." + QUIZ n°9 Mots contenant l'élément"culture"

55 Délires sur une faim incontournable – Dieux grecs et romains

56 Délires autour d'un acte de grivèlerie + QUIZ 11 Que de douceurs pour flatter notre gourmandise ! Savez-vous d'où elles viennent ?

57 Délires sur un crime abominable + QUIZ 12 Complétez les citations (2e série)

58 Délires sur une punition pour le moins sévère + À propos du nom des lettres

59 Délires conjugaux chez Alcmène et Amphi - "Plus je songe à la vie humaine, plus je crois qu'il faut lui donner pour témoins et pour juges l'ironie et la pitié."
60 Délires salvateurs – "Celui qui sauve une vie sauve le monde entier."

61 Délires hégéliens* + QUIZ 13 Au revoir Monsieur Chabrol

62 Délires en costume adéquat – Vouloir, c'est pouvoir

63 Délires sur Big Brother "Les meilleurs livres sont ceux qui racontent ce que l'on sait déjà."

64 Délires qui n'admettent aucune échappatoire – N'avoue jamais

65 Délires sur une scandaleuse impunité

66 Délires après le choc

67 Délires qui surgissent inopinément au terme d'une journée d'enfer + Nos trois cerveaux

68 Délires morphiques

69 Délires dans un drôle de pays de cocagne - La métanalyse

70 Délires près de dévoiler un secret

71 Délires à vous donner des frissons, à votre corps défendant - QUIZ 14 Trouvez les proverbes à partir de leur définition - Retrouvez les expressions incomplètes

72 Délires qui mettent la patience à rude épreuve + 000 Délires qui soulèvent un coin du voile - Une parenthèse autobiographique sur laquelle vous pouvez faire l'impasse

73 Délires à décrypter sans plus attendre

74 Délires kafkaïens* - QUIZ 15 Trouvez les hommes et les femmes célèbres dont le nom commence par PA

75 Délires sur une psyché - À propos de digressions...

76 Délires qui semblent donner peu d'espace à l'espoir

77 Délires qui vont m'amener à affronter l'inconnu + Les babets

78 Délires qui promettent d'étranges rencontres - QUIZ 16  "Rends à César ce qui est à César."

79 Délires où l'on ne s'amuse guère

80 Délires d'une ratiocineuse invétérée

81 Délires céruléens, entre autres - Les Couleurs

82 Délires qui sont près de nous émouvoir - QUIZ 17 Des tirades fameuses à retrouver pour le plaisir

83 Délires qui torturent l'entendement

84 Délires justifiant un amollissement bien compréhensible

85 Délires qui confinent au mystère

86 Délires où le charme opère

87 Délires tout empreints du principe kantien : "Handle so, daß die Maxime deines Willens jederzeit zugleich als Prinzip einer allgemeinen Gesetzgebung gelten könne." 

88 Délires que l'épuisement exacerbe - "Les déceptions ne tuent pas et les espérances font vivre" 

89 Délires que l'on croit rêver + QUIZ 18 Quatorze personnages en quête d'auteurs

90 Délires autour d'une impatience caractérisée + QUIZ 19 (1re partie) Ces écrivains et ces écrivaines dont on ne connaît parfois que les pseudonymes

91 Délires à n'y pas croire - "Je peux croire toutes les choses pourvu qu'elles soient incroyables."*

92 Délires sur le désir de conserver sa jeunesse à tout prix - anima sana in corpore sano + QUIZ 19 (2e partie) Retrouvez les pseudonymes de 12 écrivains et écrivaines

93 Délires sur l'enfermement

94 Délires sur la perspective d'une balade avec Prétatou + QUIZ 19 (3e partie)

95 Délires qui s'annoncent paradisiaques

96 Délires sur l'hypothétique prestation d'un robotus plein de bonne volonté. 

97 Délires sur une inadéquation sentimentale - "D'amour mourir me font, belle Marquise, vos beaux yeux..."

98 Délires sur des questions existentielles en attente 

99 Délires sur la relativité calendaire

100 Délires à te mettre l'eau à la bouche + QUIZ 20 Trouvez les personnages réels ou imaginaires dont le nom commence par PI 

101 Délires sur des congratulations plurilingues - L'euphonie, la cacophonie 

102 Délires sur la satisfaction que produit un travail bien fait - "Tout désir est une illusion..."*

103 Délires qui me chassèrent du lit fort matin 

104 Délires sur l'incongruité de la jalousie + QUIZ 21 - Des inventeurs et des inventions - Tu n'as pas inventé le fil à couper le beurre

105 Délires sur une réponse qui se fait attendre + Les sentences chères à Montaigne

106 Délires où je me retrouve enfin

107 Délires suaves et foudroyants

108 Délires qui me torturent

109 Délires de bibliolâtre

110 Délires imprudents - "Il est vrai qu'on veut aimer l'objet qu'on aime"*

111 Délires hitchcockiens - QUIZ 22 - Mots contenant l'élément phobie

112 Délires sur une description qui met à mal la patience du lecteur - Le torche-cul de Gargantua

113 Délires sur les beaux livres

114 Délires cervantesques

115 Intermède - Desocupado lector, lector carisimo, lector suave, lector prudente

116 Délires shakespeariens (Suite de mes pérégrinations livresques dans La Bibliothèque du Jardin des Délices)

117 Délires de Cadavres Exquis*- "Le cadavre exquis boira le vin nouveau."

118 Délires de mon robotus toujours pendu à mes basques° - Digression autour d'un mot : SE MISTIFRISER

119 Délires d'où l'on se sort pas indemne - la syllepse

120 Délires au commissariat + Des aphorismes incongrus

121 Délires où "tout vient à point à qui sait attendre.°"

122 Délires où l'on me laissa mijoter encore et encore

123 Délires de sbires et consorts - "Il avait toujours été nigaud, brigand, maniaque et souffreteux, brèche-dent, caliborgnon, punais."

124 Délires des plus funestes + Le roi Candaule

125 Délires qui n'ont rien de désopilant + Vieux proverbes

126 Délires sur un coup de théâtre + Verlan et Louchébem

127 Délires touchants d'une pauvre dupée + Les distinctions de la phrase interrogative

128 Délires bien faits pour tourner la page + L'érotomanie + Les formes disjointes de l'attribut

129 Délires sur la folie du consumérisme + « Prêt à jeter » l'obsolescence programmée

130 Délires sur une recherche d'emploi + De l'énergie à la graisse d'andouille

131 Délires sur une chatte échaudée qui craint l'eau froide

132 Délires d'un monde qui n'offre jamais aucune tranquillité + On ne peut pas faire plus de deux choses à la fois

133 Délires sur des conduites peu exemplaires - "La politesse est à l'esprit ce que la grâce est au visage" + Le séquençage du génome humain

134 Délires d'Oli et de Lio + L'anagramme

135 Délires pédagogiques + Test sur la politesse, le savoir-vivre et l'art de la table QUIZ 25

136 Délires sur le décryptage du monde + Poèmes holorimes

137 Délires sur la guérison souhaitable et programmée de ceux qui n'hésitent pas à manquer gravement à la bienséance. L'École des Hommes

138 Délires dans la triste froidure

139 Délires d'une fuite éperdue - "Personne ne peut savoir si le monde est fantastique ou réel."

140 Délires sur la visite inopinée de Monsieur Pro. "La vie est une grande surprise..."

141 Délires qui plongent dans l'inconscient - "On ne renie pas son enfance ; on l'enfouit au fond de son coeur..."

142 Délires sur l'origine d'Utopinambourg - Se soustraire à la banalisation et la surmédiatisation du mal, au terrorisme, à la pollution, à la menace nucléaire.

144 Délires à vous couper bras et jambes°- "Quel entortillement dans tout ce discours !"

145 Délires autour d'une inéluctable séparation - Feu le Roi - Feu la Reine - La feue Reine

146 Délires inassouvis - "Rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre..."

147 Délires troublants - "Ce n'est point ici le pays de la vérité : elle erre inconnue parmi les hommes."

148 Délires audacieux - "À coeur vaillant, rien d'impossible !*"

149 Délires qui froissent l'amour-propre- "Ainsi en pleurant une séparation, c'est soi qu'on pleure"*  

150 Délires ursins

151 Délires où Prétatou trahit son nom

152 Délires sylvestres - "Lève-toi et marche !"

153 Délires sur l'amour que d'aucuns portent aux animaux - "Jusques à quand" 

154 Délires dans la plus pénétrante obscurité de l'avenir

155 Délires inquiétants - "La Nature est un temple où de vivants piliers / Laissent parfois sortir de confuses paroles..."*

156 Délires autour d'une rencontre fantomatique

157 Délires où l'on doit inventer son chemin*

158 Délires sur de froides retrouvailles dans la forêt obscure -la selva oscura*

159 Délires où la prudence est de rigueur

160 Délires de la vieille houhou - vieille haha

161 Délires où ma joie demeure

162 Délires autour d'une petite goutte

163 Délires sur les agissements ambigus de Marie Cratère "Le soleil est nouveau chaque jour*."

164 Délires aux larmes de crocodile "Pleurez , pleurez mes yeux et fondez-vous en eau."

165 Délires sur l'amour "Il n’y a qu’une loi en sentiment, c’est de faire le bonheur de ce qu‘on aime."*

166 Délires au bord du gouffre

167 Délires sur un point de non-retour

168 Délires autour de mes amitiés tôt envolées ; "je crois le vent les m'a ôtées"

169 Délires où la recherche de Sissi n'est point une mince affaire

170 Délires sur une rencontre imprévue, si ce n'est qu'elle était inespérable

171 Délires manifestés lors de touchantes retrouvailles

172 Délires lors une réprimande doublée d'un déluge de pleurs

173 Délires autour d'une curiosité qui n'en finit pas

 

Les personnages rencontrés au fil des Délires

L'article cité est celui

où l'on rencontre le personnage pour la première fois.

 

Notre héroïne, Oli, raconte sa propre histoire.

1 Délires engendrés par un traumatisme irréversible - Honni soit qui mal y pense !

 

Sissi, la laie

4 Délires inopérants - Immodérées et charmeresses blandices de la volupté

 

Marie Cratère

16 Délires sur la recherche intempestive d'un havre - Nous ne sommes pas nés seulement de notre mère. La terre aussi est notre mère

 

Prétatou, le chien

56 Délires autour d'un acte de grivèlerie

 

Alcmène

57 Délires sur un crime abominable

 

Amphi

59 Délires conjugaux chez Alcmène et Amphi - Plus je songe à la vie humaine, plus je crois qu'il faut lui donner pour témoins et pour juges l'ironie et la pitié.

 

Roboland, le robotus

95 Délires qui s'annoncent paradisiaques

 

Alcofribas

106 Délires où je me retrouve enfin

 

Marisa-Loup de Saint-Ange

42 Délires sur les prémices d'une révélation - What and Why and When and How and Where and Who

 

Monsieur Pro

81 Délires céruléens, entre autres - Les Couleurs

 

Carat, le sbire

123 Délires de sbires et consorts - Il avait toujours été nigaud, brigand, maniaque et souffreteux, brèche-dent, caliborgnon, punais.

 

Un importun 

130 Délires sur une recherche d'emploi

 

L'ours

150 Délires ursins

 

Lio

133 Délires sur des conduites peu exemplaires - La politesse est à l'esprit ce que la grâce est au visage.

134 Délires d'Oli et de Lio + L'anagramme

 

Un tout jeune homme, Carloman

183 Délires tout empreints d'angoisse

 

Retour au début de la page 

.................................................................................

L'auteur, qui reste propriétaire de ses textes,

autorise leur téléchargement et leur copie.

Citer la référence : [Le Blog de Mamiehiou]

> ACCUEIL & SOMMAIRE

> Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 09:33

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

J'eus tôt fait de prendre connaissance de ce qui se passait dans cet antre où le chaos faisait loi. C'était à qui s'imposait avec sa force particulière et les brutes dominaient sans conteste. La moindre dissension donnait lieu à un pugilat exponentiel. Les faibles étaient vite écrasés, anéantis, parfois occis sans états d'âme. Nul tribunal pour juger les violateurs des droits dus d'ordinaire à autrui. C'était comme si les malfrats sans vergogne, les voyous de tous acabits, les truands invétérés, les chenapans éhontés, les gredins sans moralité, sans compter les vauriens, les fripouilles, ni les infâmes canailles doublées de crapules débauchées, bref, la lie de la société s'était donné, ici, rendez-vous. Toute une truandaille de misérables sans principes faisait régner la terreur. Et là, parmi eux, des innocents terrorisés n'avaient qu'à se taire et à obéir. C'étaient eux qui devaient accomplir les basses besognes ; résignés, ils s'en acquittaient de mauvaise grâce, sans rechigner, sans gémir sur leur injuste condition et cependant sans perdre l'espoir qu'un jour viendrait où ils recouvreraient leur liberté.

Elle apparaîtrait soudainement au bout du tunnel que ces pauvres esclaves creusaient sans relâche depuis des décennies, depuis des siècles peut-être. On avait bien tenté de creuser sporadiquement des cheminées pour remonter à la surface afin de voir si l'on était toujours sur la terre d'Utopinambourg ; les amères déceptions s'enchaînaient sans repos.

Bien que la gent asservie et tyrannisée se jurât de ne pas céder au désespoir, elle continuait, courbant l'échine, à charrier incessamment des tonnes de gravats au fur et à mesure de son avancée souterraine. Qu'ils fussent souffreteux, malingres, égrotants ou perclus de maux multiples - certains innommables - on ne les tenait pas à ne rien faire.

Néanmoins on mourait peu si l'on n'était pas récalcitrant ni battu à mort.

Quelques émissaires triés sur le volet° sortaient, à la nuit tombée, pour rendre visite à Marie Cratère qui, avec une générosité qu'on ne lui connaissait guère, leur prodiguait ses mixtures bien faites pour maintenir en vie tout ce petit monde composé de pauvres diables piteux, miteux, marmiteux et calamiteux*. Je compris alors que les visiteurs qui s'invitaient chez Marie pour y faire ribote étaient ceux-là mêmes qui se plaisaient à exercer une autorité impérieuse sur les moins robustes. N'avais-je pas entrevu chez elle les reliefs de toute une gargotaille qui étaient restés pour moi, jusque là, un mystère ?

Ainsi donc ne pouvais-je rester plus longtemps dans ce lieu où je me disais que je m'étais fourvoyée noirement et je résolus de m'en évader sans plus attendre.

...............................................

*[ce petit monde] composé de pauvres diables piteux, miteux, marmiteux et calamiteux. Anatole France, Le Lys rouge,1894

 

NOTES

J'eus tôt fait de prendre connaissance de ce qui se passait dans cet antre

J'eus tôt fait, j'eus vite fait

cet antre, substantif masculin, sens figuré - ici, lieu sordide

> CET ou CETTE - H aspiré & H muet - Quiz

 

les brutes dominaient sans conteste

sans conteste, incontestablement, indiscutablement.

 

La moindre dissension donnait lieu à un pugilat exponentiel

la moindre, superlatif relatif de petit

la moindre dissension, la plus petite discorde causée par une diversité d'intérêt, Littré.

un pugilat exponentiel, une bagarre à coups de poings qui grossissait à chaque minute.

 

Les faibles étaient parfois occis sans états d'âme

occire, tuer - vieux verbe défectif

> Les verbes défectifs - Pour peu qu'il vous en chaille !

 

juger les violateurs des droits dus d'ordinaire à autrui

un violateur, celui qui viole les droits, les lois, les traités, etc. Littré

> Ne pas confondre : du dû dus dut, due, dues, et dût

 

les malfrats

argot et populaire - les malfaiteurs

 

sans vergogne - éhontés

sans aucune honte de ce qu'ils faisaient

 

Les voyous de tous acabits

de tous les acabits, de tout acabit.

 

les chenapans

de l'allemand schnapp Hahn - de schnappen, attraper, et Hahn, coq.

 

les infâmes canailles doublées de crapules débauchées

Doublées, qui sont aussi et en même temps des crapules débauchées

 

Toute une truandaille de misérables

Truandaille, synonymes truanderie, canaillerie. Gens méprisables. Littré

 

C'étaient eux qui devaient accomplir les basses besognes

c'étaient eux

> C'est ou ce sont ? C'était ou c'étaient ? Ce sera ou ce seront ? Etc

les basses besognes un travail matériellement ou moralement ignoble, sordide.

 

sans perdre l'espoir qu'un jour viendrait où ils recouvreraient leur liberté

recouvrer, rentrer en possession de ce qu'on a perdu Littré

On recouvre la liberté, la vue, l'ouïe, etc.

 

Bien que la gent asservie et tyrannisée se jurât de ne pas céder au désespoir

> la gent, les gens, gentil, gentillesse, Gente Dame, un gentilhomme etc.

Bien que locution conjonctive suivie du subjonctif

[elle] se jurât subjonctif imparfait

 

Qu'ils fussent souffreteux, malingres, égrotants ou perclus de maux multiples - certains innommables - on ne les tenait pas à ne rien faire.

égrotant, littéraire – souffrant d'une maladie permanente

innommables : qu'on ne peut nommer ni qualifier.

 

les visiteurs qui venaient le soir chez Marie pour y faire ribote étaient ceux-là mêmes qui se plaisaient à exercer une autorité impérieuse

faire ribote, boire et manger avec excès.

Il était en ribote, il était ivre.

> Ceux-là même ou ceux-là mêmes ? Celles-là même ou celles-là mêmes

 

N'avais-je pas entrevu chez elle les reliefs de toute une gargotaille

les reliefs, généralement au pluriel, mais le singulier se dit aussi - ce qui reste d'un repas, d'un mets.

Dans > 29 Délires sur la plasticité et l'élasticité architecturale d'une habitation pour le moins étrange

une gargotaille, mets de mauvaise qualité.

 

Dans ce lieu où je m'étais fourvoyée noirement

où je m'étais égarée

noirement, rare, littéraire > Hapax - de façon inquiétante

 

<< 185 Délires d'un badin qui semble avoir perdu le sens des réalités

>> 187 Délires sans issue

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog