Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 16:11

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Tous les QUIZ

 

Texte écrit pour qui aime les difficultés orthographiques suivies d'explications :

tournures grammaticales, expressions, mots peu usités ou archaïques.

 

 

LES DÉLIRES

 

Un conte surréaliste en plus de 180 épisodes commentés

qui peuvent servir de dictées

 

 Une jeune fille amnésique arrive dans un monde étrange

qu'elle essaie de décrypter

 

À la fin de l'article :

la liste des personnages du conte rencontrés pour la première fois

au fil des Délires

 

 

1 Délires engendrés par un traumatisme irréversible -"Honni soit qui mal y pense !"

2 Délires schizophrènes -"Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse !"

3 Délires évanescents -"Fais ce que dois, advienne que pourra !"

4 Délires inopérants - "Immodérées et charmeresses blandices de la volupté"

5 Délires moralisateurs avec un artiodactyle - Je bats ma coulpe. Mea culpa !

6 Délires inconsidérés - Je n'en peux mais !

7 Délires bucoliques - J'ai la berlue !

8 Délires zoologiquement inattendus - Comme un cheveu sur la soupe° 

9 Délires amicalement compatibles - Faire contre mauvaise fortune bon coeur° - Le mot-valise

10 Délires intrinsèquemment nocturnes - "Cette obscure clarté qui tombe des étoiles"

11 Délires pascaliens - « L'homme n'est qu'un roseau... »

12 Délires confidentiels - Quand on n'a pas ce que l'on aime...

13 Délires spectaculaires - « Ô temps, suspends ton vol ! »

14 Délires chargés d'une émotion incommensurable -"It's a long way to Tipperary*"

15 Délires pour un bestiaire. QUIZ 3 - Ces animaux qui nous parlent -Animals are such agreeable friends*

16 Délires sur la recherche intempestive d'un havre -"Nous ne sommes pas nés seulement de notre mère. La terre aussi est notre mère*"

17 Délires autour de ma soif de connaissances -"Ho ! vous en voulez trop savoir."*

18 Délires sur une cueillette aromatique et médicinale. Écrire les nombres sans fautes

19 Délires de la vieille Marie toute bouleversée -"L'amour n'a point d'âge : il est toujours naissant."

20 Délires d'une laie toute laide à force d'être jalouse -"Jealousy is a green-eyed monster*"

21 Délires que l'on pourrait croire sans grandes conséquences - There's always tomorrow

22 Délires éthiques -"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme."

23 Délires d'une Marie bien chiche -"Le riche avare est semblable à un âne chargé d'or, qui mange de la paille."

24 Délires d'une cuisinière assassine - *Tant va pot à l'eve que brise.°

25 Délires qui auraient pu engendrer une vive controverse -" Est-ce que ça vous chatouille ou est-ce que ça vous gratouille ?"

26 Délires sur une mise à l'écart -"Qu'est-ce que la vie sinon une série de folies inspirées ?"

27 Délires sur le jeu des possibles*-" Rien n'est aussi dangereux que la certitude d'avoir raison."

28 Délires sur un départ annoncé -"Il faut beaucoup de hardiesse pour oser être soi."

29 Délires sur la plasticité et l'élasticité architecturale d'une habitation pour le moins étrange -"Le Soleil noir de la Mélancolie"

30 Délires à ne pas mettre sous les yeux des enfants -"Double, double toil and trouble"

31 Délires sur la suite de la visite singulière -"Mourrai-je tant de fois sans sortir de la vie ?"

32 Délires d'une femme atrabilaire dont la roideur d'esprit n'est plus à démontrer -"Es la libertad de tiranizar, que es lo contrario de la libertad."

33 Délires sur les"orages désirés"- J'ai pris un purgatif et je suis allé.

34 Délires d'une prisonnière en sursis -"Cogito ergo sum"

35 Délires inattendus à l'adresse d'une compagne fidèle -" Personne ne peut savoir si le monde est fantastique ou réel.*"

36 Délires de la pauvre enfant que je suis, près de mourir d'inanition - La faim justifie les moyens*

37 Délires d'une rescapée -"Si je me montrais aux autres comme je suis, ils me croiraient folle."

38 Délires d'une ressuscitée ou c'est tout comme

39 Délires libérateurs - "Un frais parfum sortait des touffes d'asphodèles."

40 Délires remplis de bonnes résolutions - "Du passé faisons table rase !"

41 Délires un peu calculateurs, mais pas seulement - Foin des habits de malheurs !"

42 Délires sur les prémices d'une révélation - "What and Why and When and How and Where and Who*

43 Délires sur une fugace digression tout à mon avantage

44 Délires en abyme* (Un conte dans le conte) Le bal de Madame de Saint-Ange

45 Délires de Marie qui me laisse brûler à petit feu°

46 Délires de ma persécutrice qui veut encore m'épater + QUIZ N°5 Complétez les citations (1re série)

47 Délires sur les effets d'une dictature inédite. "Il ne faut ni art ni science pour exercer la tyrannie."

48 Délires qui n'attirent aucune bénédiction - "Lasciate ogne speranza, voi ch'intrate." 

49 Délires qui se caractérisent par une flagrante insensibilité à la menace

50 Délires occasionnés par la perspective d'un départ douloureux. "Il est fort dangereux de s'accoutumer à une bonne compagnie ; la séparation en est étrange."

51 Délires en partance pour d'autres cieux - "Live free or die : Death is not the worst of evils."

52 Délires rencontrés en chemin + QUIZ n°7 Le jeu des prénoms (1re série)

53 Délires d'une ville, la nuit + QUIZ n°8 Le jeu des prénoms (2e série)

54 Délires d'ISMA – "C'est ce qui échappe aux mots que les mots doivent dire." + QUIZ n°9 Mots contenant l'élément"culture"

55 Délires sur une faim incontournable – Dieux grecs et romains

56 Délires autour d'un acte de grivèlerie + QUIZ 11 Que de douceurs pour flatter notre gourmandise ! Savez-vous d'où elles viennent ?

57 Délires sur un crime abominable + QUIZ 12 Complétez les citations (2e série)

58 Délires sur une punition pour le moins sévère + À propos du nom des lettres

59 Délires conjugaux chez Alcmène et Amphi - "Plus je songe à la vie humaine, plus je crois qu'il faut lui donner pour témoins et pour juges l'ironie et la pitié."
60 Délires salvateurs – "Celui qui sauve une vie sauve le monde entier."

61 Délires hégéliens* + QUIZ 13 Au revoir Monsieur Chabrol

62 Délires en costume adéquat – Vouloir, c'est pouvoir

63 Délires sur Big Brother "Les meilleurs livres sont ceux qui racontent ce que l'on sait déjà."

64 Délires qui n'admettent aucune échappatoire – N'avoue jamais

65 Délires sur une scandaleuse impunité

66 Délires après le choc

67 Délires qui surgissent inopinément au terme d'une journée d'enfer + Nos trois cerveaux

68 Délires morphiques

69 Délires dans un drôle de pays de cocagne - La métanalyse

70 Délires près de dévoiler un secret

71 Délires à vous donner des frissons, à votre corps défendant - QUIZ 14 Trouvez les proverbes à partir de leur définition - Retrouvez les expressions incomplètes

72 Délires qui mettent la patience à rude épreuve + 000 Délires qui soulèvent un coin du voile - Une parenthèse autobiographique sur laquelle vous pouvez faire l'impasse

73 Délires à décrypter sans plus attendre

74 Délires kafkaïens* - QUIZ 15 Trouvez les hommes et les femmes célèbres dont le nom commence par PA

75 Délires sur une psyché - À propos de digressions...

76 Délires qui semblent donner peu d'espace à l'espoir

77 Délires qui vont m'amener à affronter l'inconnu + Les babets

78 Délires qui promettent d'étranges rencontres - QUIZ 16  "Rends à César ce qui est à César."

79 Délires où l'on ne s'amuse guère

80 Délires d'une ratiocineuse invétérée

81 Délires céruléens, entre autres - Les Couleurs

82 Délires qui sont près de nous émouvoir - QUIZ 17 Des tirades fameuses à retrouver pour le plaisir

83 Délires qui torturent l'entendement

84 Délires justifiant un amollissement bien compréhensible

85 Délires qui confinent au mystère

86 Délires où le charme opère

87 Délires tout empreints du principe kantien : "Handle so, daß die Maxime deines Willens jederzeit zugleich als Prinzip einer allgemeinen Gesetzgebung gelten könne." 

88 Délires que l'épuisement exacerbe - "Les déceptions ne tuent pas et les espérances font vivre" 

89 Délires que l'on croit rêver + QUIZ 18 Quatorze personnages en quête d'auteurs

90 Délires autour d'une impatience caractérisée + QUIZ 19 (1re partie) Ces écrivains et ces écrivaines dont on ne connaît parfois que les pseudonymes

91 Délires à n'y pas croire - "Je peux croire toutes les choses pourvu qu'elles soient incroyables."*

92 Délires sur le désir de conserver sa jeunesse à tout prix - anima sana in corpore sano + QUIZ 19 (2e partie) Retrouvez les pseudonymes de 12 écrivains et écrivaines

93 Délires sur l'enfermement

94 Délires sur la perspective d'une balade avec Prétatou + QUIZ 19 (3e partie)

95 Délires qui s'annoncent paradisiaques

96 Délires sur l'hypothétique prestation d'un robotus plein de bonne volonté. 

97 Délires sur une inadéquation sentimentale - "D'amour mourir me font, belle Marquise, vos beaux yeux..."

98 Délires sur des questions existentielles en attente 

99 Délires sur la relativité calendaire

100 Délires à te mettre l'eau à la bouche + QUIZ 20 Trouvez les personnages réels ou imaginaires dont le nom commence par PI 

101 Délires sur des congratulations plurilingues - L'euphonie, la cacophonie 

102 Délires sur la satisfaction que produit un travail bien fait - "Tout désir est une illusion..."*

103 Délires qui me chassèrent du lit fort matin 

104 Délires sur l'incongruité de la jalousie + QUIZ 21 - Des inventeurs et des inventions - Tu n'as pas inventé le fil à couper le beurre

105 Délires sur une réponse qui se fait attendre + Les sentences chères à Montaigne

106 Délires où je me retrouve enfin

107 Délires suaves et foudroyants

108 Délires qui me torturent

109 Délires de bibliolâtre

110 Délires imprudents - "Il est vrai qu'on veut aimer l'objet qu'on aime"*

111 Délires hitchcockiens - QUIZ 22 - Mots contenant l'élément phobie

112 Délires sur une description qui met à mal la patience du lecteur - Le torche-cul de Gargantua

113 Délires sur les beaux livres

114 Délires cervantesques

115 Intermède - Desocupado lector, lector carisimo, lector suave, lector prudente

116 Délires shakespeariens (Suite de mes pérégrinations livresques dans La Bibliothèque du Jardin des Délices)

117 Délires de Cadavres Exquis*- "Le cadavre exquis boira le vin nouveau."

118 Délires de mon robotus toujours pendu à mes basques° - Digression autour d'un mot : SE MISTIFRISER

119 Délires d'où l'on se sort pas indemne - la syllepse

120 Délires au commissariat + Des aphorismes incongrus

121 Délires où "tout vient à point à qui sait attendre.°"

122 Délires où l'on me laissa mijoter encore et encore

123 Délires de sbires et consorts - "Il avait toujours été nigaud, brigand, maniaque et souffreteux, brèche-dent, caliborgnon, punais."

124 Délires des plus funestes + Le roi Candaule

125 Délires qui n'ont rien de désopilant + Vieux proverbes

126 Délires sur un coup de théâtre + Verlan et Louchébem

127 Délires touchants d'une pauvre dupée + Les distinctions de la phrase interrogative

128 Délires bien faits pour tourner la page + L'érotomanie + Les formes disjointes de l'attribut

129 Délires sur la folie du consumérisme + « Prêt à jeter » l'obsolescence programmée

130 Délires sur une recherche d'emploi + De l'énergie à la graisse d'andouille

131 Délires sur une chatte échaudée qui craint l'eau froide

132 Délires d'un monde qui n'offre jamais aucune tranquillité + On ne peut pas faire plus de deux choses à la fois

133 Délires sur des conduites peu exemplaires - "La politesse est à l'esprit ce que la grâce est au visage" + Le séquençage du génome humain

134 Délires d'Oli et de Lio + L'anagramme

135 Délires pédagogiques + Test sur la politesse, le savoir-vivre et l'art de la table QUIZ 25

136 Délires sur le décryptage du monde + Poèmes holorimes

137 Délires sur la guérison souhaitable et programmée de ceux qui n'hésitent pas à manquer gravement à la bienséance. L'École des Hommes

138 Délires dans la triste froidure

139 Délires d'une fuite éperdue - "Personne ne peut savoir si le monde est fantastique ou réel."

140 Délires sur la visite inopinée de Monsieur Pro. "La vie est une grande surprise..."

141 Délires qui plongent dans l'inconscient - "On ne renie pas son enfance ; on l'enfouit au fond de son coeur..."

142 Délires sur l'origine d'Utopinambourg - Se soustraire à la banalisation et la surmédiatisation du mal, au terrorisme, à la pollution, à la menace nucléaire.

144 Délires à vous couper bras et jambes°- "Quel entortillement dans tout ce discours !"

145 Délires autour d'une inéluctable séparation - Feu le Roi - Feu la Reine - La feue Reine

146 Délires inassouvis - "Rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre..."

147 Délires troublants - "Ce n'est point ici le pays de la vérité : elle erre inconnue parmi les hommes."

148 Délires audacieux - "À coeur vaillant, rien d'impossible !*"

149 Délires qui froissent l'amour-propre- "Ainsi en pleurant une séparation, c'est soi qu'on pleure"*  

150 Délires ursins

151 Délires où Prétatou trahit son nom

152 Délires sylvestres - "Lève-toi et marche !"

153 Délires sur l'amour que d'aucuns portent aux animaux - "Jusques à quand" 

154 Délires dans la plus pénétrante obscurité de l'avenir

155 Délires inquiétants - "La Nature est un temple où de vivants piliers / Laissent parfois sortir de confuses paroles..."*

156 Délires autour d'une rencontre fantomatique

157 Délires où l'on doit inventer son chemin*

158 Délires sur de froides retrouvailles dans la forêt obscure -la selva oscura*

159 Délires où la prudence est de rigueur

160 Délires de la vieille houhou - vieille haha

161 Délires où ma joie demeure

162 Délires autour d'une petite goutte

163 Délires sur les agissements ambigus de Marie Cratère "Le soleil est nouveau chaque jour*."

164 Délires aux larmes de crocodile "Pleurez , pleurez mes yeux et fondez-vous en eau."

165 Délires sur l'amour "Il n’y a qu’une loi en sentiment, c’est de faire le bonheur de ce qu‘on aime."*

166 Délires au bord du gouffre

167 Délires sur un point de non-retour

168 Délires autour de mes amitiés tôt envolées ; "je crois le vent les m'a ôtées"

169 Délires où la recherche de Sissi n'est point une mince affaire

170 Délires sur une rencontre imprévue, si ce n'est qu'elle était inespérable

171 Délires manifestés lors de touchantes retrouvailles

172 Délires lors une réprimande doublée d'un déluge de pleurs

173 Délires autour d'une curiosité qui n'en finit pas

 

Les personnages rencontrés au fil des Délires

L'article cité est celui

où l'on rencontre le personnage pour la première fois.

 

Notre héroïne, Oli, raconte sa propre histoire.

1 Délires engendrés par un traumatisme irréversible - Honni soit qui mal y pense !

 

Sissi, la laie

4 Délires inopérants - Immodérées et charmeresses blandices de la volupté

 

Marie Cratère

16 Délires sur la recherche intempestive d'un havre - Nous ne sommes pas nés seulement de notre mère. La terre aussi est notre mère

 

Prétatou, le chien

56 Délires autour d'un acte de grivèlerie

 

Alcmène

57 Délires sur un crime abominable

 

Amphi

59 Délires conjugaux chez Alcmène et Amphi - Plus je songe à la vie humaine, plus je crois qu'il faut lui donner pour témoins et pour juges l'ironie et la pitié.

 

Roboland, le robotus

95 Délires qui s'annoncent paradisiaques

 

Alcofribas

106 Délires où je me retrouve enfin

 

Marisa-Loup de Saint-Ange

42 Délires sur les prémices d'une révélation - What and Why and When and How and Where and Who

 

Monsieur Pro

81 Délires céruléens, entre autres - Les Couleurs

 

Carat, le sbire

123 Délires de sbires et consorts - Il avait toujours été nigaud, brigand, maniaque et souffreteux, brèche-dent, caliborgnon, punais.

 

Un importun 

130 Délires sur une recherche d'emploi

 

L'ours

150 Délires ursins

 

Lio

133 Délires sur des conduites peu exemplaires - La politesse est à l'esprit ce que la grâce est au visage.

134 Délires d'Oli et de Lio + L'anagramme

 

Un tout jeune homme, Carloman

183 Délires tout empreints d'angoisse

 

Retour au début de la page 

.................................................................................

L'auteur, qui reste propriétaire de ses textes,

autorise leur téléchargement et leur copie.

Citer la référence : [Le Blog de Mamiehiou]

> ACCUEIL & SOMMAIRE

> Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 09:33

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

J'eus tôt fait de prendre connaissance de ce qui se passait dans cet antre où le chaos faisait loi. C'était à qui s'imposait avec sa force particulière et les brutes dominaient sans conteste. La moindre dissension donnait lieu à un pugilat exponentiel. Les faibles étaient vite écrasés, anéantis, parfois occis sans états d'âme. Nul tribunal pour juger les violateurs des droits dus d'ordinaire à autrui. C'était comme si les malfrats sans vergogne, les voyous de tous acabits, les truands invétérés, les chenapans éhontés, les gredins sans moralité, sans compter les vauriens, les fripouilles, ni les infâmes canailles doublées de crapules débauchées, bref, la lie de la société s'était donné, ici, rendez-vous. Toute une truandaille de misérables sans principes faisait régner la terreur. Et là, parmi eux, des innocents terrorisés n'avaient qu'à se taire et à obéir. C'étaient eux qui devaient accomplir les basses besognes ; résignés, ils s'en acquittaient de mauvaise grâce, sans rechigner, sans gémir sur leur injuste condition et cependant sans perdre l'espoir qu'un jour viendrait où ils recouvreraient leur liberté.

Elle apparaîtrait soudainement au bout du tunnel que ces pauvres esclaves creusaient sans relâche depuis des décennies, depuis des siècles peut-être. On avait bien tenté de creuser sporadiquement des cheminées pour remonter à la surface afin de voir si l'on était toujours sur la terre d'Utopinambourg ; les amères déceptions s'enchaînaient sans repos.

Bien que la gent asservie et tyrannisée se jurât de ne pas céder au désespoir, elle continuait, courbant l'échine, à charrier incessamment des tonnes de gravats au fur et à mesure de son avancée souterraine. Qu'ils fussent souffreteux, malingres, égrotants ou perclus de maux multiples - certains innommables - on ne les tenait pas à ne rien faire.

Néanmoins on mourait peu si l'on n'était pas récalcitrant ni battu à mort.

Quelques émissaires triés sur le volet° sortaient, à la nuit tombée, pour rendre visite à Marie Cratère qui, avec une générosité qu'on ne lui connaissait guère, leur prodiguait ses mixtures bien faites pour maintenir en vie tout ce petit monde composé de pauvres diables piteux, miteux, marmiteux et calamiteux*. Je compris alors que les visiteurs qui s'invitaient chez Marie pour y faire ribote étaient ceux-là mêmes qui se plaisaient à exercer une autorité impérieuse sur les moins robustes. N'avais-je pas entrevu chez elle les reliefs de toute une gargotaille qui étaient restés pour moi, jusque là, un mystère ?

Ainsi donc ne pouvais-je rester plus longtemps dans ce lieu où je me disais que je m'étais fourvoyée noirement et je résolus de m'en évader sans plus attendre.

...............................................

*[ce petit monde] composé de pauvres diables piteux, miteux, marmiteux et calamiteux. Anatole France, Le Lys rouge,1894

 

NOTES

J'eus tôt fait de prendre connaissance de ce qui se passait dans cet antre

J'eus tôt fait, j'eus vite fait

cet antre, substantif masculin, sens figuré - ici, lieu sordide

> CET ou CETTE - H aspiré & H muet - Quiz

 

les brutes dominaient sans conteste

sans conteste, incontestablement, indiscutablement.

 

La moindre dissension donnait lieu à un pugilat exponentiel

la moindre, superlatif relatif de petit

la moindre dissension, la plus petite discorde causée par une diversité d'intérêt, Littré.

un pugilat exponentiel, une bagarre à coups de poings qui grossissait à chaque minute.

 

Les faibles étaient parfois occis sans états d'âme

occire, tuer - vieux verbe défectif

> Les verbes défectifs - Pour peu qu'il vous en chaille !

 

juger les violateurs des droits dus d'ordinaire à autrui

un violateur, celui qui viole les droits, les lois, les traités, etc. Littré

> Ne pas confondre : du dû dus dut, due, dues, et dût

 

les malfrats

argot et populaire - les malfaiteurs

 

sans vergogne - éhontés

sans aucune honte de ce qu'ils faisaient

 

Les voyous de tous acabits

de tous les acabits, de tout acabit.

 

les chenapans

de l'allemand schnapp Hahn - de schnappen, attraper, et Hahn, coq.

 

les infâmes canailles doublées de crapules débauchées

Doublées, qui sont aussi et en même temps des crapules débauchées

 

Toute une truandaille de misérables

Truandaille, synonymes truanderie, canaillerie. Gens méprisables. Littré

 

C'étaient eux qui devaient accomplir les basses besognes

c'étaient eux

> C'est ou ce sont ? C'était ou c'étaient ? Ce sera ou ce seront ? Etc

les basses besognes un travail matériellement ou moralement ignoble, sordide.

 

sans perdre l'espoir qu'un jour viendrait où ils recouvreraient leur liberté

recouvrer, rentrer en possession de ce qu'on a perdu Littré

On recouvre la liberté, la vue, l'ouïe, etc.

 

Bien que la gent asservie et tyrannisée se jurât de ne pas céder au désespoir

> la gent, les gens, gentil, gentillesse, Gente Dame, un gentilhomme etc.

Bien que locution conjonctive suivie du subjonctif

[elle] se jurât subjonctif imparfait

 

Qu'ils fussent souffreteux, malingres, égrotants ou perclus de maux multiples - certains innommables - on ne les tenait pas à ne rien faire.

égrotant, littéraire – souffrant d'une maladie permanente

innommables : qu'on ne peut nommer ni qualifier.

 

les visiteurs qui venaient le soir chez Marie pour y faire ribote étaient ceux-là mêmes qui se plaisaient à exercer une autorité impérieuse

faire ribote, boire et manger avec excès.

Il était en ribote, il était ivre.

> Ceux-là même ou ceux-là mêmes ? Celles-là même ou celles-là mêmes

 

N'avais-je pas entrevu chez elle les reliefs de toute une gargotaille

les reliefs, généralement au pluriel, mais le singulier se dit aussi - ce qui reste d'un repas, d'un mets.

Dans > 29 Délires sur la plasticité et l'élasticité architecturale d'une habitation pour le moins étrange

une gargotaille, mets de mauvaise qualité.

 

Dans ce lieu où je m'étais fourvoyée noirement

où je m'étais égarée

noirement, rare, littéraire > Hapax - de façon inquiétante

 

<< 185 Délires d'un badin qui semble avoir perdu le sens des réalités

>> 187 Délires sans issue

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 10:51

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

31 juillet 2016

Après l'Évangile, le Pape François dit son homélie à la foule rassemblée, à Cracovie, pour la messe de clôture des JMJ, Journées mondiales de la jeunesse.

 

Sommaire de l'article :

L'Évangile de Luc 19,1-10

L'homélie du Pape

 

ÉVANGILE

 

Jésus traversait la ville de Jéricho. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d'impôts, et c'était quelqu'un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n'y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là.

 

Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l'interpella : « Zachée, descends vite : aujourd'hui il faut que j'aille demeurer dans ta maison. » Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie.

 

Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. » Mais Zachée, s'avançant, dit au Seigneur : « Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j'ai fait du tort à quelqu'un, je vais lui rendre quatre fois plus. »

 

Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham. En effet, le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

 

 HOMÉLIE

 

Homélie donnée sur Témoignage Chrétien

Homélie du pape François : "la voie de l'unité et de la communion"

 

Nous reproduisons en intégralité l'homélie prononcée par le pape François à Cracovie ce dimanche 31 juillet 2016. Ses mots sont optimistes, heureux, tournés vers la jeunesse et donc vers l'avenir. Ils nous touchent particulièrement dans cette période marquée par les violences et les divisions.

 

"Chers jeunes, vous êtes venus à Cracovie pour rencontrer Jésus. Et l’Évangile aujourd’hui nous parle justement de la rencontre entre Jésus et un homme, Zachée, à Jéricho (cf. Lc 19, 1-10). Là, Jésus ne se limite pas à prêcher, ou à saluer chacun, mais il veut – dit l’Évangéliste – traverser la ville (cf. v. 1). Jésus désire, en d’autres termes, s’approcher de la vie de chacun, parcourir notre chemin jusqu’au bout, afin que sa vie et notre vie se rencontrent vraiment.

Arrive ainsi la rencontre la plus surprenante, celle avec Zachée, le chef des “publicains”, c’est-à- dire des collecteurs d’impôts. Zachée était donc un riche collaborateur des occupants romains détestés ; c’était un exploiteur du peuple, quelqu’un qui, à cause de sa mauvaise réputation, ne pouvait même pas s’approcher du Maître. Mais la rencontre avec Jésus change sa vie, comme cela a été et peut être chaque jour pour chacun de nous. Zachée, cependant, a dû affronter certains obstacles pour rencontrer Jésus : au moins trois, qui peuvent nous dire quelque chose à nous aussi.

Le premier est la petite taille : Zachée ne réussissait pas à voir le Maître parce qu’il était petit. Aujourd’hui aussi nous pouvons courir le risque de rester à distance de Jésus parce que nous ne nous sentons pas à la hauteur, parce que nous avons une basse considération de nous-même. C’est une grande tentation, qui ne regarde pas seulement l’estime de soi, mais touche aussi la foi. Parce que la foi nous dit que nous sommes « enfants de Dieu et nous le sommes réellement » (1 Jn 3, 1) : nous avons été créés à son image ; Jésus a fait sienne notre humanité et son coeur ne se lassera jamais de nous ; l’Esprit Saint désire habiter en nous ; nous sommes appelés à la joie éternelle avec Dieu ! C’est notre “stature”, c’est notre identité spirituelle : nous sommes les enfants aimés de Dieu, toujours. Vous comprenez alors que ne pas s’accepter, vivre mécontents et penser en négatif signifie ne pas reconnaitre notre identité la plus vraie : c’est comme se tourner d’un autre côté tandis que Dieu veut poser son regard sur moi, c’est vouloir effacer le rêve qu’il nourrit pour moi. Dieu nous aime ainsi comme nous sommes, et aucun péché, défaut ou erreur ne le fera changer d’idée. Pour Jésus – l’Évangile nous le montre -, personne n’est inférieur et distant, personne n’est insignifiant, mais nous sommes tous préférés et importants : tu es important !

Et Dieu compte sur toi pour ce que tu es, non pour ce que tu as : à ses yeux ne vaut vraiment rien le vêtement que tu portes ou le téléphone portable que tu utilises : que tu sois à la mode ne lui importe pas, ce qui lui importe, c’est toi. Tu as de la valeur à ses yeux et ta valeur est inestimable. Quand dans la vie, il nous arrive de viser en bas plutôt qu’en haut, cette grande vérité peut nous aider : Dieu est fidèle dans son amour pour nous, même obstiné. Cela nous aidera de penser qu’il nous aime plus que nous nous aimons nous-mêmes, qu’il croit en nous plus que nous croyons en nous-mêmes, qu’il “est toujours le supporter” pour nous comme le plus irréductible des supporters. Il nous attend toujours avec espérance, même lorsque nous nous refermons sur nos tristesses, ruminant sans cesse sur les torts reçus et sur le passé. Mais s’attacher à la tristesse n’est pas digne de notre stature spirituelle ! C’est même un virus qui infecte et bloque tout, qui ferme toute porte, qui empêche de relancer la vie, de recommencer. Dieu, au contraire est obstinément plein d’espoir : il croit toujours que nous pouvons nous relever et ne se résigne pas à nous voir éteints et sans joie. Parce que nous sommes toujours ses enfants bien-aimés. Rappelons-nous de cela au début de chaque journée. Cela nous fera du bien chaque matin de le dire dans la prière : “Seigneur, je te remercie parce que tu m’aimes; fais-moi aimer ma vie !”.

Non pas mes défauts, qui se corrigent, mais la vie, qui est un grand don : c’est le temps pour aimer et pour être aimés. Zachée avait un second obstacle sur le chemin de la rencontre avec Jésus : la honte qui paralyse. Nous pouvons imaginer ce qui s’est passé dans le coeur de Zachée avant de monter sur ce sycomore, cela aura été une belle lutte : d’une part une bonne curiosité, celle de connaître Jésus ; de l’autre le risque de faire une terrible piètre figure. Zachée était un personnage public ; il savait qu’en essayant de monter sur l’arbre, il serait devenu ridicule aux yeux de tous, lui, un chef, un homme de pouvoir. Mais il a surmonté la honte, parce que l’attraction de Jésus était plus forte. Vous aurez fait l’expérience de ce qui arrive lorsqu’une personne devient si attirante au point d’en tomber amoureux : il peut arriver alors de faire volontiers des choses qui ne se seraient jamais faites. Quelque chose de semblable arrive dans le coeur de Zachée, quand il sentit que Jésus était si important qu’il aurait fait n’importe quoi pour lui, parce qu’il était le seul qui pouvait le tirer hors des sables mouvants du péché et du mécontentement. Et ainsi la honte qui paralyse n’a pas eu le dessus : Zachée – dit l’Évangile- « courut en avant », « grimpa » et ensuite quand Jésus l’appela, « il descendit vite » (vv. 4.6). Il a risqué et il s’est mis en jeu. Cela est aussi pour nous le secret de la joie : ne pas éteindre la belle curiosité, mais se mettre en jeu, parce que la vie ne s’enferme pas dans un tiroir. Devant Jésus on ne peut rester assis en attendant les bras croisés ; à Lui, qui nous donne la vie, on ne peut répondre par une pensée ou un simple “petit message” !

Chers jeunes, n’ayez pas honte de tout lui porter, spécialement vos faiblesses, vos peines et vos péchés dans la confession : Lui saura vous surprendre avec son pardon et sa paix. N’ayez pas peur de lui dire “oui” avec tout l’élan de votre coeur, de lui répondre généreusement, de le suivre ! Ne vous laissez pas anesthésier l’âme, mais visez l’objectif du bel amour, qui demande aussi le renoncement, et un “non” fort au doping du succès à tout prix et à la drogue de penser seulement à soi et à ses propres aises. Après la basse stature et la honte qui paralyse, il y a un troisième obstacle que Zachée a dû affronter, non plus à l’intérieur de lui, mais autour de lui. C’est la foule qui murmure, qui l’a d’abord arrêté et puis l’a critiqué : Jésus ne devait pas entrer dans sa maison, la maison d’un pécheur ! Comme il est difficile d’accueillir vraiment Jésus, comme il est dur d’accepter un « Dieu, riche en miséricorde » (Ep 2, 4). Ils pourront vous empêcher, en cherchant à vous faire croire que Dieu est distant, raide et peu sensible, bon avec les bons et mauvais avec les mauvais. Au contraire, notre Père « fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons » (Mt 5, 45) et il nous invite au vrai courage : être plus forts que le mal en aimant chacun, même les ennemis. Ils pourront rire de vous, parce que vous croyez dans la force douce et humble de la miséricorde. N’ayez pas peur, mais pensez aux paroles de ces jours : « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde »  (Mt 5, 7). Ils pourront vous juger comme des rêveurs, parce que vous croyez en une humanité nouvelle, qui n’accepte pas la haine entre les peuples, ne voit pas les frontières des pays comme des barrières et garde ses propres traditions sans égoïsmes ni ressentiments. Ne vous découragez pas : avec votre sourire et avec vos bras ouverts, prêchez l’espérance et soyez une bénédiction pour l’unique famille humaine, qu’ici vous représentez si bien !

La foule, ce jour-là, a jugé Zachée, elle l’a regardé de haut en bas ; Jésus au contraire, a fait l’inverse : il a levé son regard vers lui (v. 5). Le regard de Jésus va au-delà des défauts et voit la personne ; il ne s’arrête pas au mal du passé, mais il entrevoit le bien dans l’avenir ; il ne se résigne pas devant les fermetures, mais il recherche la voie de l’unité et de la communion ; au milieu de tous, il ne s’arrête pas aux apparences, mais il regarde le coeur. Avec ce regard de Jésus, vous pouvez faire croître une autre humanité, sans attendre qu’ils vous disent “bravo”, mais en cherchant le bien pour lui-même, heureux de garder le coeur intègre et de lutter pacifiquement pour l’honnêteté et la justice. Ne vous arrêtez pas à la superficie des choses et défiez-vous des liturgies mondaines du paraître, du maquillage de l’âme pour sembler meilleurs. Au contraire, installez bien la connexion la plus stable, celle d’un coeur qui voit et transmet le bien sans se lasser. Et cette joie que gratuitement vous avez reçu de Dieu, donnez-la gratuitement (cf. Mt 10, 8), parce que beaucoup l’attendent !

Enfin, écoutons les paroles de Jésus à Zachée, qui semblent dites spécialement pour nous aujourd’hui : « Descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison » (v. 5). Jésus t’adresse la même invitation : “Aujourd’hui, je dois demeurer dans ta maison”. Les JMJ, pourrions-nous dire, commencent aujourd’hui et continuent demain, à la maison, parce que c’est là que Jésus veut te rencontrer à partir de maintenant. Le Seigneur ne veut pas rester seulement dans cette belle ville ou dans de chers souvenirs, mais il désire venir chez toi, habiter ta vie de chaque jour : les études et les premières années de travail, les amitiés et les affections, les projets et les rêves. Comme il lui plaît que dans la prière, tout cela lui soit porté ! Comme il espère que parmi tous les contacts et les "chats" de chaque jour il y ait à la première place le fil d’or de la prière ! Comme il désire que sa Parole parle à chacune de tes journées, que son Évangile devienne tien, et qu’il soit ton “navigateur” sur les routes de la vie !

Pendant qu’il te demande de venir chez toi, Jésus, comme il a fait avec Zachée, t’appelle par ton nom. Ton nom est précieux pour Lui. Le nom de Zachée évoquait, dans la langue de l’époque, le souvenir de Dieu. Confiez-vous au souvenir de Dieu : sa mémoire n’est pas un “disque dur” qui enregistre et archive toutes nos données, mais un coeur tendre de compassion, qui se réjouit d’effacer définitivement toutes nos traces de mal. Essayons, nous aussi, maintenant, d’imiter la mémoire fidèle de Dieu et de conserver le bien que nous avons reçu en ces jours. En silence, faisons mémoire de cette rencontre, gardons le souvenir de la présence de Dieu et de sa Parole, ravivons en nous la voix de Jésus qui nous appelle par notre nom. Ainsi prions en silence, en faisant mémoire, en remerciant le Seigneur qui ici nous a voulus et nous a rencontrés."

Homélie donnée sur Témoignage Chrétien

Homélie du pape François : "la voie de l'unité et de la communion"

http://temoignagechretien.fr/articles/homelie-du-pape-francois-la-voie-de-lunite-et-de-la-communion

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Florilège - la pensée des autres
commenter cet article
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 09:31

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)


J'ai lu sur le blog Le Garde-mots d'Alain Horvilleur, une définition de l'écriture automatique que pratiquaient les Surréalistes et que chacun peut pratiquer à sa guise.

Procédé qui consiste à écrire au fil de la voix intérieure, sans contrôle de l’esprit, encore moins de la pensée. Cet abandon aux mystères de l’inspiration, au cours duquel les mots  se présentent d’eux-mêmes, produit des textes poétiques et très souvent surprenants.  Il s’agit de laisser courir sa plume, au fil de l'improbable, sans s'arrêter, pour mieux se réjouir ensuite du résultat. Le style, authentique et qui a sa propre cohérence, n’est pas maîtrisé. Le hasard, l’inconscient, l’inspiration sont ses maîtres.


Dans le premier Manifeste du surréalisme (1924), André Breton présente ainsi l'écriture automatique :
Faites-vous apporter de quoi écrire, après vous être établi en un lieu aussi favorable que possible à la concentration de votre esprit sur lui-même. Placez-vous dans l'état le plus passif, ou réceptif, que vous pourrez. Faites abstraction de votre génie, de vos talents et de ceux de tous les autres. Dites-vous bien que la littérature est un des plus tristes chemins qui mènent à tout. Écrivez vite sans sujet préconçu, assez vite pour ne pas retenir et ne pas être tenté de vous relire. La première phrase viendra toute seule, tant il est vrai qu'à chaque seconde il est une phrase étrangère à notre pensée consciente qui ne demande qu'à s'extérioriser. Il est assez difficile de se prononcer sur le cas de la phrase suivante ; elle participe sans doute à la fois de notre activité consciente et de l'autre, si l'on admet que le fait d'avoir écrit la première entraîne un minimum de perception. Peu doit vous importer, d'ailleurs ; c'est en cela que réside, pour la plus grande part, l'intérêt du jeu surréaliste. Toujours est-il que la ponctuation s'oppose sans doute à la continuité absolue de la coulée qui nous occupe, bien qu'elle paraisse aussi nécessaire que la distribution des nœuds sur une corde vivante. Continuez autant qu'il vous plaira. Fiez-vous au caractère inépuisable du murmure. Si le silence menace de s'établir pour peu que vous ayez commis une faute : une faute, peut-on dire, d'inattention, rompez sans hésiter avec une ligne claire. A la suite du mot dont l'origine vous semble suspecte, posez une lettre quelconque, la lettre l, et ramenez l'arbitraire en imposant cette lettre pour initiale au mot qui suivra.

 

Je m'en vais, de ce pas, écrire au fil de mes pensées :

Je n'ai plus rien à dire ou plutôt si. Quand je ferme les yeux, je ne peux plus écrire sur mon ordinateur, c'est fâcheux. Alors il me faut bien les rouvrir si je veux continuer. J'ai corrigé des fautes sur un texte de quelqu'un que j'aime bien. Je ne sais pas comment il va le prendre. Mais c'est dommage que tant de gens ne fassent pas attention à ce qu'ils écrivent. Je suis outrée, non, plutôt attristée de voir qu'il y a tant de fautes sur les réseaux sociaux. C'est comme si les gens s'en donnaient à coeur joie d'écrire n'importe quoi. Une question me taraude. Pourquoi tant de fautes ? Alors que la plupart de ceux que je lis sont allés en classe au moins jusqu'en 5e ou pire, jusqu'en 3e - et je ne parle pas des bacheliers ! Les professeurs sont-ils à ce point incapables d'obtenir un résultat convenable ? Les élèves sont-ils incapables de fixer ce qu'on leur inculque, une fois pour toutes. Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Mais quoi ? Je comprends qu'il y ait certains individus qui soient victimes de dysorthographie. Mais ils ne sont pas légion. Je crains qu'il n'y ait pas de solution. Et pire encore : lorsqu'on voit les réformes bientôt applicables dans l'apprentissage du français, au collège, je crains que, bientôt, la langue française ne soit écrite phonétiquement. On sait qu'il faut toute une vie pour écrire sans aucune faute, sans tomber dans des pièges dont on ne se doute pas. C'est ça la gageure ; la Nouvelle orthographe propose gageüre pour montrer comment il faut prononcer u et non pas eu. Voilà encore quelque chose qui va compliquer l'écriture du français. Et pourtant il faut bien réformer la langue quelquefois, malgré les réticences. Que serait-elle si elle ressemblait au français de Rabelais ? Il est certes savoureux mais il faut le plus souvent un lexique explicatif pour en comprendre toutes les nuances, toute la saveur. Et même Montaigne qu'on devrait prononcer Montagne, et qui est plus proche de nous. On s'arrache les cheveux à le lire dans son texte intégral si l'on n'a pas fait de philologie ; il y a toujours ici et là des expressions qui sont hermétiques pour le commun des mortels - que je suis - et si l'on veut tout comprendre de lui, il faut aller lire les petites notes qu'un linguiste, ayant eu pitié de nous, a bien voulu ajouter, pour nous éclairer. J'ai fait divers articles traitant des réformes du français* et, comme j'ai un petit-fils qui apprend à lire, je mesure, et sa mère aussi, la difficulté qu'il y a à apprendre que le g de gi et de gui ne se prononce pas de la même façon, idem pour ca et ci. Et je ne vais pas ici faire la liste de tout ce qui fait obstacle à la fluidité de la lecture d'un petit bout-de-chou.

 

Voilà. Je pourrais continuer à écrire des heures, mais je m'en voudrais de lasser mes lecteurs.

Allez, c'est à vous maintenant !

 

Article connexe : Les Papillons Surréalistes dans les notes du texte : 117 Délires de Cadavres Exquis*- "Le cadavre exquis boira le vin nouveau."

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

*Les réformes de la Langue Française

Mais pourquoi la langue française est-elle si compliquée ? - L'origine du français

Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

Les nombreuses réformes de la langue française

Simplification de l'orthographe – Au fil des réformes

Les Epithètes de Maurice de la Porte – 1571 (Les lettres ramistes)

La lettre Q – QV – QU

GN ou IGN – OIGNON ou OGNON

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 19:07
Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Titres des contes et des nouvelles
commenter cet article
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 08:44

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

J'avais un cancer très avancé qui me menaçait de me grignoter toute. À petit feu.

Mon chirurgien m'a dit : "Il faut vous opérer, mais je vous préviens, il y a des risques."

Et il m'a demandé de signer que j'accepte l'opération en en connaissant les aléas.

J'ai signé.

Me voilà sur le billard.

Je ne vois rien, je n'entends rien, je ne sens rien.

Et je meurs.

J'ai gâché les quelques jours qui me restaient à vivre.

J'apprends ici-haut que mon chirurgien était une buse et que bon nombre de patients sont morts sous lui. Il avait le bistouri aléatoire.

On n'échappe pas à son destin.

 

Notes

Micronouvelle, micro-fiction, short-short story ou microconte.

Un aléa, un risque.

Le billard (argot), la table d'opération.

Une buse (familier), un imbécile.

Un bistouri et pas un scalpel.

> http://fr.wikipedia.org/wiki/Scalpel

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans contes-nouvelles-poèmes
commenter cet article
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 13:24

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

Pourvu, me dis-je, que ce Carloman, aux trop aimables manières, ne soit pas un hypocrite déguisé, un séducteur retors, un rusé suborneur.

Ma naïveté coutumière m'avait souvent précipitée dans des chausse-trapes d'où je n'étais pas sortie indemne. J'avais été naguère bien échaudée et je me jurais de ne point m'attacher à quiconque se montrerait enjoué et charmeur. Cependant, il m'aurait été bien doux de jouir de la compagnie de Carloman au visage d'ange lors même que je me serais laissé bercer par les douceurs qu'il me susurrait. Je ne cessais de me demander comment il se faisait qu'il débusquât, sous la crasse et les haillons qui me recouvraient, mes moindres appas.

Il va sans dire que l'endroit où nous nous trouvions ne se prêtait en rien aux roucoulades. Et notre préoccupation première aurait dû être de nous demander comment nous viendrions à bout de notre galère.

Je ne pris pas au pied de la lettre ses escobarderies si tant est que ses propos fussent fallacieux comme je le craignais et je le laissai escobarder tout son saoul. Il semblait se divertir fort à faire la chattemite et je n'aurais voulu en aucun cas lui casser son délire.

Le badinage n'était-il pas ici hors de saison ?

J'aurais pu lui faire aimablement remarquer que ce n'était ni le moment ni l'heure de batifoler mais je m'en gardai bien, à voir le plaisir évident qu'il y prenait. Tout juste s'il avait conscience de notre position éminemment périlleuse.

Je me fusse accommodée d'un ami réfléchi ; peu s'en fallut que son attitude primesautière ne m'incommodât. Je ne savais que penser.

Je crus un moment qu'il me prenait pour une pimpesouée. Ce que jamais je ne fus.

Quand une situation est au pire,

il faut qu’elle cesse ou qu’elle se relève...*

...................................................................

*When things are at their worst they have to stop, or else improve to the way things were before.

William Shakespeare, Macbeth

 

NOTES

Pourvu, me dis-je, que ce Carloman ne soit pas un hypocrite

> Pourvu que locution conjonctive qui exprime une condition avec une nuance de souhait.

 

Ma naïveté m'avait souvent précipitée dans des chausse-trapes

chausse-trape ou chausse-trappe

Sens figuré : piège

précipitée, participe passé employé avec l'auxiliaire avoir, il s'accorde avec le complément d'objet direct placé avant lui : m' (me élidé) mis pour la narratrice Oli.

 

d'où je n'étais pas sortie indemne

indemne et pas indemme

dilemme et pas dilemne

> Écrire et ne pas écrire - Les fautes d'orthographe les plus usuelles

 

 

J'avais été naguère échaudée et je me défendais de m'attacher à quiconque

Naguère, il y a peu, il y a peu de temps

Échaudé, sens figuré : déçu dans une affaire

Proverbes :

Chat échaudé craint l'eau froide.

Chien échaudé ne revient pas en cuisine. Même sens.

> Proverbes animaliers 1re partie – Retrouvez le nom de l'animal QUIZ 103

 

lors même que je me laissais bercer par les douceurs qu'il me susurrait

Lorsque - Lors même que

Tmèse : Séparation par un ou plusieurs mots des éléments d'une conjonction ou d'une locution conjonctive. Exemple : Lorsque > Lors même que.

Le grammairien Paul Dupré signale : "la tmèse n'est possible qu'à titre d'archaïsme, lorsqu'elle sépare deux éléments aujourd'hui soudés, mais jadis autonomes."

Voir aussi > Lors que, lors même que

Mots soudés, agglutinés : lorsque, puisque, parce que, quoique, sitôt, etc.

Qu'est-ce que l'agglutination ? > L'agglutination

les douceurs qu'il me susurrait

susurrer : chuchoter, murmurer doucement avec une voix légèrement sifflante.

Susurrement, murmure

susurration (littéraire) bruit léger accompagné d'un doux sifflement

> QUIZ Plus de 100 bruits et leurs nuances : bacchanal crépitation stridulation brondissement etc.

 

comment il se faisait qu'il débusquât mes moindres appas.

il débusquât, subjonctif imparfait

des appas, style noble

Cf. Littré : Appas est le pluriel de appât. L'ancienne orthographe était appast ; au pluriel, appasts ou appas. La faute a été de faire de ce mot unique deux mots différents. De là toute sorte d'irrégularités qu'on trouve dans les auteurs ; d'abord la plus forte de toutes, qui est appas au singulier.

La Nouvelle Orthographe donne : appâts au lieu de appas

> Réforme de l'orthographe – Lexique

 

Il semblait se divertir fort à faire la chattemite

la chattemite : Terme familier qui désigne une personne agissant de manière humble et flatteuse dans le but de tromper quelqu'un. De chatte et mite, nom enfantin et populaire de la chatte au Moyen Age. Synonymes : chafouin, doucereux, fourbe, hypocrite, madré, matois, papelard, patelin, retors, roublard, roué, rusé, tartufe, trompeur. Cf. Le Gardien des mots

 

Je ne pris pas au pied de la lettre ses escobarderies.

escobarderie, familier & péjoratif - action, propos hypocrites

 

et je le laissai escobarder tout son saoul/soûl/

Escobarder, parler en escobar (en hypocrite). Utiliser des mots à double sens, des équivoques pour tromper.

Soûl, saoul, adjectif et substantif

Tout son soûl - Littré : Substantivement, avec mon, ton, son, leur : autant qu'on veut, autant que cela est suffisant.

 

je n'aurais voulu en aucun cas lui casser son délire

Casser le délire, casser le plan (argot), arrêter une situation agréable.

 

Je me fusse accommodée d'un ami réfléchi

fusse accommodée, verbe s'accommoder au subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé : je me serais accommodée.

 

Peu s'en fallut que son attitude primesautière ne m'incommodât

peu s'en fallut, il s'en fallut de peu

> Ne pas confondre : Pour un peu, un peu plus, il s'en faut peu de choses, il s'en faut beaucoup, il ne s'en est fallu guère, il s'en faudrait peu, il s'en faut de beaucoup, de peu...

Primesautier, primesautière, adjectif et substantif. Qui a un caractère spontané, irréfléchi, impulsif.

Comme susurrer, on a la lettre S entre deux voyelles qui se prononce [z].

> Cas où le S ne se prononce pas [z] entre deux voyelles

m'incommodât, me gênât - subjonctif imparfait

> Valeurs et emplois du subjonctif

 

Je crus un moment qu'il me prenait pour une pimpesouée

pimpesouée, terme vieilli qui se dit dans le style familier, en parlant d'une femme qui a des manières précieuses et ridicules.

 

<< 184 Délires au fond de l'abîme

>> 186 Délires dans un univers impitoyable

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 11:01

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

QUIZ 120

 

 

Choisissez dans la 2e colonne du tableau les termes qui conviennent pour compléter les phrases de la 1re colonne.

La correction suit tous les trois tableaux.. Elle est surlignée en bleu.

Pour en savoir plus, cliquez sur les mots de la 2e colonne en lien

avec le Cnrtl > Lexicographie.

Certains mots ont plusieurs acceptions.

1

Le professeur n'était pas maître de ses élèves. Quel ...... dans sa classe !

tapage

La foule se pressait en ...... pour acclamer ses champions.

chahut

On a fait un tel ...... autour de cette histoire. C'était indécent.

tintamarre

Le ...... dans les fan-zones quand un but était marqué !

tumulte

 

2

Notre sommeil était perturbé par la ...... de la fête qui parvenait jusqu'à nous.

chanson

C'est toujours la même ....... Cesse de ressasser !

explosion

Je remarquais, terrifiée, la ...... de sa respiration.

crépitation

Le bruit de la fête fut dominé par une ...... qui mit tout le monde en fuite.

rumeur

 

3

Je freinai brusquement et j'entendis clairement un ...... de pneus sur l'asphalte

carillon

Nous étions essorillés par le ...... des bombes alentour.

bacchanal

Big Ben, il va sans dire, a un ...... reconnaissable entre tous.

crissement

Notre réunion entre amis devint à ce point orgiaque qu'il se fit un grand .......

éclatement

 

1

Le professeur n'était pas maître de ses élèves. Quel chahut dans sa classe !

tapage

La foule se pressait en tumulte pour acclamer ses champions.

chahut

On a fait un tel tapage autour de cette histoire. C'était indécent.

tintamarre

Le tintamarre dans les fan-zones quand un but était marqué !

tumulte

 

2

Notre sommeil était perturbé par la rumeur de la fête qui parvenait jusqu'à nous.

chanson

C'est toujours la même chanson. Cesse de ressasser !

explosion

Je remarquais, terrifiée, la crépitation de sa respiration.

crépitation

Le bruit de la fête fut dominé par une explosion qui mit tout le monde en fuite.

rumeur

 

3

Je freinai brusquement et j'entendis clairement un crissement de pneus sur l'asphalte.

carillon

Nous étions essorillés par l'éclatement des bombes qui pleuvaient alentour.

bacchanal

Big Ben, je vous assure, a un carillon reconnaissable entre tous.

crissement

Notre réunion entre amis devint à ce point orgiaque qu'il se fit un grand bacchanal.

éclatement

 

4

Les musiciens étaient mauvais et je supportais mal la ...... dont ils nous gratifiaient.

voix

Les troupes soldatesques défilaient en .......

stridulation

La cigale dit à la fourmi : "Laissez-vous charmer par ma ...... et cessez de vous moquer de moi."

fanfare

Des éclats de...... dans la pièce voisine me tirèrent brusquement de mon sommeil.

cacophonie

 

5

Le feu d'artifice se termina par une ...... assourdissante.

clameur

Le pauvre comédien raté ne put que fuir sous les ...... de l'auditoire.

déflagration

De l'immeuble en feu s'élevait une ...... effrayante.

pétarade

Je lui dis un mot de trop et il me répondit par une ...... de colère.

huée

 

6

On s'inquiétait que le/la ...... aigu de l'air enflât dans les tuyaux du vieux poële.

sonnerie

La chasse était ouverte. Un/une ...... nous fit sursauter.

brondissement

Les enfants s'amusaient à jeter du sel sur les braises pour entendre un/une .......

détonation

Il était l'heure de sortir. Le/la ...... avait retenti.

décrépitation

 

4

Les musiciens étaient mauvais et je supportais mal la cacophonie dont ils nous gratifiaient.

voix

Les troupes soldatesques défilaient en fanfare.

stridulation

La cigale dit à la fourmi : "Laissez-vous charmer par ma stridulation et cessez de vous moquer de moi."

fanfare

Des éclats de voix dans la pièce voisine me tirèrent brusquement de mon sommeil.

cacophonie

 

5

Le feu d'artifice se termina par une pétarade assourdissante.

clameur

Le pauvre comédien raté ne put que fuir sous les huées de l'auditoire.

déflagration

De l'immeuble en feu s'élevait une clameur effrayante.

pétarade

Je lui dis un mot de trop et il me répondit par une déflagration de colère.

huée

 

6

On s'inquiétait que le brondissement aigu de l'air enflât dans les tuyaux du vieux poële.

sonnerie

La chasse était ouverte. Une détonation nous fit sursauter.

brondissement

Les enfants s'amusaient à jeter du sel sur les braises pour entendre une décrépitation.

détonation

Il était l'heure de sortir. La sonnerie avait retenti.

décrépitation

 

7

Je ne suis pas d'accord avec lui. Je vais faire un/une ...... du diable.

canonnade

Chaque jour donnait lieu à un/une ...... sans fin. C'était l'enfer.

jacasserie

Était-il possible qu'il fussent sous le feu du/de la ......?

chamaille

vieux, littéraire

Telles des pies, elles se livraient à des ...... sans fin.

pétard

 

8

Il lâchait des ...... tout en douceur et l'air en était empuanti.

bourdonnement

Je ne puis me débarrasser de mes acouphènes qui sont un/une ...... incessant.

murmure

Je n'oubierai jamais le/la ...... de tes lèvres.

chuchotis

Il nous fallait taire nos ...... au risque de nous faire gronder.

vesse (féminin)

rare, familier, vx

 

9

Je m'allongeais sur la mousse et me laissais bercer par le ...... de la brise sur les feuilles.

susurrement

Les oiseaux arrivaient et l'on percevait le ...... de leurs ailes.

chuchotement

Il aurait fallu qu'il tendît l'oreille pour percer nos .......

friselis frisselis

J'aimais les doux ...... de ta voix légèrement sifflante.

bruissement

 

7

Je ne suis pas d'accord avec lui. Je vais faire un pétard du diable.

canonnade

Chaque jour donnait lieu à une chamaille sans fin. C'était l'enfer.

jacasserie

Était-il possible qu'il fussent sous le feu de la canonnade ?

chamaille

vieux, littéraire

Telles des pies, elles se livraient à des jacasseries sans fin.

pétard

 

8

Il lâchait des vesses tout en douceur et l'air en était empuanti.

bourdonnement

Je ne puis me débarrasser de mes acouphènes qui sont un bourdonnement incessant.

murmure

Je n'oubierai jamais le murmure de tes lèvres.

chuchotis

Il nous fallait taire nos chuchotis au risque de nous faire gronder.

vesse

 

9

Je m'allongeais sur la mousse et me laissais bercer par le friselis de la brise sur les feuilles.

susurrement

Les oiseaux arrivaient et l'on percevait le bruissement de leurs ailes.

chuchotement

Il aurait fallu qu'il tendît l'oreille pour percer nos chuchotements.

friselis frisselis

J'aimais les doux susurrements de ta voix légèrement sifflante.

bruissement

 

10

J'en ai assez de vos chamailleries qui font un ...... de tous les diables !

fracas

Les tramways qui passent sous ma fenêtre font un de ces ...... !

cri

"Qu'est-ce que c'est que ce ...... ? ― J'ai fait tomber la pile d'assiettes !"

potin

Elle poussa un ......d'épouvante lorsqu'elle rencontra le loup-garou.

vacarme

 

11

Silence, les garçons ! Vous faites un tel ...... qu'on ne s'entend plus

boucan

Le ...... de son violon me causait une véritable horripilation.

raffut

Vous n'êtes donc pas incommodés par le ...... que vous faites tous les soirs ? Moi si !

grondement

Le ...... du tonnerre me fait frémir à chaque fois que je l'entends.

crincrin

 

12

Notre voisine pointilleuse ne va jamais supporter le ...... qu'on fait.

ronflement

Il semblait qu'un ...... rebelle refusait de répéter exactement ce que je criais. Bizarre.

charivari

Le ...... hoquetant du moteur m'inquiète. Arrêtons-nous.

barouf

argot, familier

Le mariage mal assorti a suscité un beau ...... sur la place du village.

écho

 

9

Je m'allongeais sur la mousse et me laissais bercer par le friselis ou le bruissement de la brise sur les feuilles.

susurrement

Il aurait fallu qu'il tendît l'oreille pour entendre nos chuchotements.

chuchotement

Je m'allongeais sous mon arbre pour jouir du bruissement des frondaisons.

friselis frisselis

Tu aimais me susurrer des douceurs de ta voix légèrement sifflante.

bruissement

 

 

10

J'en ai assez de vos chamailleries qui font un potin de tous les diables !

fracas

Les tramways qui passent sous ma fenêtre font un de ces vacarmes !

cri

"Qu'est-ce que c'est que ce fracas ? ― J'ai fait tomber la pile d'assiettes !"

potin

Elle poussa un cri d'épouvante lorsqu'elle rencontra le loup-garou.

vacarme

 

11

Silence, les garçons ! Vous faites un tel raffut qu'on ne s'entend plus

boucan

Le crincrin de son violon me causait une véritable horripilation.

raffut

Vous n'êtes donc pas incommodés par le boucan que vous faites tous les soirs ? Moi si !

grondement

Le grondement du tonnerre me fait frémir à chaque fois que je l'entends.

crincrin

 

12

Notre voisine pointilleuse ne va jamais supporter le barouf qu'on fait.

ronflement

Il semblait qu'un écho rebelle refusait de répéter exactement ce que je criais. Bizarre.

charivari

Le ronflement hoquetant du moteur m'inquiète. Arrêtons-nous.

barouf

argot, familier

Le mariage mal assorti a suscité un beau charivari sur la place du village.

écho

 

13

Quand M. et Mme Smith se disputaient, ça faisait du ......, je ne vous dis pas !

grabuge

familier

L'échauffourée se mua en véritable ....... Les policiers n'en pouvaient mais.

bastringue

populaire

Le ...... de mon chat m'apaise et me fait baisser ma pression artérielle quand je l'entends.

hurlement

C'était pitié d'entendre les ...... des torturés.

ronron

 

14

Le ...... des trompettes attira mon attention. Que célèbre-t-on ? demandai-je.

chambard

familier

Mon ventre s'exprime en ....... C'est parfois très gênant.

borborygme

Ces musiciens sont devenus fous. Quel ............ ils font !

coup

Passe-moi le brigadier que je frappe les trois ....... La pièce va commencer.

hourvari

 

15

Parfois je n'entends plus les ...... de mon coeur. J'ai besoin d'un stimulateur cardiaque.

ramdam

populaire

On a prévu de faire du ......, ce soir, au cabaret.

ton

Arrêtez ce ...... ou j'appelle la police. Vous avez vu l'heure ?

battement

Baisse d'un ......, s'il te plaît. Je suis ta mère.

bousin bouzin trivial, vieilli

 

13

Quand M. et Mme Smith se disputaient, ça faisait du bastringue, je ne vous dis pas !

grabuge

familier

L'échauffourée se mua en véritable grabuge. Les policiers n'en pouvaient mais.

bastringue

populaire

Le ronron de mon chat m'apaise et me fait baisser ma pression artérielle.

hurlement

C'était pitié d'entendre les hurlements des torturés.

ronron

 

14

Le hourvari des trompettes attira mon attention. Que célèbre-t-on ? demandai-je.

chambard

familier

Mon ventre s'exprime en borborygmes. C'est parfois très gênant.

borborygme

Ces musiciens sont devenus fous. Quel chambard ils font !

coup

Passe-moi le brigadier que je frappe les trois coups. La pièce va commencer.

hourvari

 

15

Parfois je n'entends plus les battements de mon coeur. J'ai besoin d'un stimulateur cardiaque.

ramdam

populaire

On a prévu de faire du bousin, ce soir, au cabaret.

ton

Arrêtez ce ramdam ou j'appelle la police. Vous avez vu l'heure ?

battement

Baisse d'un ton, s'il te plaît. Je suis ta mère.

bousin bouzin

trivial, vieilli

 

16

On n'entend rien. Monte le .......

ronronnement

Il réagissait immédiatement à mon ...... de doigts.

râle râlement

Le ...... du moribond ne s'arrêtera-t-il donc jamais ?

son

Le ...... régulier de l'avion apaisait mes craintes.

claquement

 

17

Mais que se passe-t-il soudain sur la place ? On ne s'entend plus. Quel ...... !

grésillement

J'entends un ...... dans la cuisine. Tu fais des frites ?

bordel

argot, vulgaire

Écoute le ...... des feuilles de nos arbres. C'est lugubre.

brouhaha

J'aime le ...... joyeux de mes invités.

froissement

 

 

18

Le ...... du tambour annonce que le crieur s'apprête à nous lire des avis municipaux.

Frou-frou

froufroutement

Peut-on imaginer la sensation délicieuse que me procure le ...... des robes ?

pétillement

Quand le ...... du champagne nous rend gais, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

retentissement

Chaque matin, j'écoutais avec angoisse le ...... de ses pas.

roulement

 

16

On n'entend rien. Monte le son.

ronronnement

Il réagissait immédiatement à mon claquement de doigts.

râle râlement

Le râle du moribond ne s'arrêtera-t-il donc jamais ?

son

Le ronronnement régulier de l'avion apaisait mes craintes.

claquement

 

17

Mais que se passe-t-il soudain sur la place ? On ne s'entend plus. Quel bordel !

grésillement

J'entends un grésillement dans la cuisine. Tu fais des frites ?

bordel

argot, vulgaire

Écoute le froissement des feuilles de nos arbres. C'est lugubre.

brouhaha

J'aime le brouhaha joyeux de mes invités.

froissement

 

18

Un roulement de tambour annonce que le crieur s'apprête à nous lire des avis municipaux.

Frou-frou

froufroutement

Peut-on imaginer la sensation délicieuse que me procure le frou-frou des robes ?

pétillement

Quand le pétillement du champagne nous rend gai, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

retentissement

Chaque matin, j'écoutais avec angoisse le retentissement de ses pas

roulement

 

19

Tout ce ...... depuis hier ! J'ai une tête comme une citrouille. Vivement le repos !

souffle

Le ...... des mouches m'a empêchée de fermer l'oeil.

babil

J'aime le ...... de mon bébé.

tintouin

familier

La nuit, elle guettait avec bonheur le ...... de son amoureux.

vrombissement

 

20

Le ...... de l'arbitre retentit et brisa l'élan des joueurs.

foin

populaire

Ah, ces gosses ! Ils font un tel ...... qu'ils vont faire pleurer le plus petit.

cornage

Comme c'est brouillé ! Il y a plein de ...... sur la ligne.

parasites

Vous serez affectés au ...... et vous nous avertirez quand vous verrez l'ennemi approcher.

sifflet

 

21

Un ...... coquin me fit tourner la tête. M'était-il adressé ?

gargouillement gargouillis

Quel désordre ! Quel ...... à Gauche ! Je crains qu'ils n'en viennent aux insultes.

bazar

La gouttière près de ma fenêtre ne cesse de faire des ...... quand il pleut.

boulevari

Peut-on supporter un ...... pareil ? Oh, hé, oh ! doucement les basses !

sifflement

 

19

Tout ce tintouin depuis hier ! J'ai une tête comme une citrouille. Vivement le repos !

souffle

Le vrombissement des mouches m'a empêchée de fermer l'oeil.

babil

J'aime le babil de mon bébé.

tintouin familier

La nuit, elle guettait avec bonheur le souffle de son amoureux.

vrombissement

 

20

Le sifflet de l'arbitre retentit et brisa l'élan des joueurs.

foin populaire

Ah, ces gosses ! Ils font un tel foin qu'ils vont faire pleurer le plus petit !

cornage

Comme c'est brouillé ! Il y a plein de parasites sur la ligne.

parasites

Vous serez affectés au cornage et vous nous avertirez quand vous verrez l'ennemi approcher.

sifflet

 

21

Un sifflement coquin me fit tourner la tête. M'était-il adressé ?

gargouillement gargouillis

Quel désordre ! Quel boulevari à gauche ! Je crains qu'ils n'en viennent aux insultes.

bazar

La gouttière près de ma fenêtre ne cesse de faire des gargouillis quand il pleut.

boulevari

Peut-on supporter un bazar pareil ? Oh, hé, oh ! doucement les basses !

sifflement

 

22

Je ne supporte plus le ...... de mes portes. "Jacques, fais quelque chose !"

chuintement

Je ne puis éviter les ............ du plancher quand je marche.

clapotis

Le silence de la nuit me permettait de percevoir les ...... des oiseaux nocturnes.

craquement

Allongée sur le sable, je me laissai bercer par le ...... des vagues.

grincement

 

23

Le ...... de la Savoyarde, la plus grosse cloche de France, m'émeut jusqu'aux larmes. Celui du Bourdon de Notre-Dame aussi.

crépitement

La pluie s'annonce par son ...... sur mes vitres.

tintement

Le ...... nerveux et continu de tes doigts sur la table, traduit, chez toi, une grande nervosité. Serait-ce un toc ?

déclic

Tu ne prendras pas la photo si tu n'appuies pas sur le bouton du ......, pauvre niais !

tapement

 

24

Mon petit-fils éclate de rire quand il fait un ....... "Mamie, j'ai pété !" s'exclame-t-il, radieux.

clapotage

Qu'est-ce donc que ce ...... de clefs ? On veut entrer chez moi ?

clappement

Cesse ce ...... de langue, s'il te plaît. Cela m'exaspère.

Cliquetis

Vieux et rare :

Cliquètement/ cliquettement

"Vous souffrez d'un ...... gastrique, lui dit son médecin. ― C'est grave, docteur ? "

prout

familier

 

22

Je ne supporte plus le grincement de mes portes. "Jacques, fais quelque chose !"

chuintement

Je ne puis éviter les craquements du plancher quand je marche.

clapotis

Le silence de la nuit me permettait de percevoir le chuintement des oiseaux nocturnes.

craquement

Allongée sur le sable, je me laissai bercer par le clapotis des vagues.

grincement

 

23

Le tintement de la Savoyarde, la plus grosse cloche de France, m'émeut jusqu'aux larmes. Celui du Bourdon de Notre-Dame aussi.

crépitement

La pluie s'annonce par son crépitement sur mes vitres.

tintement

Le tapement nerveux et continu de tes doigts sur la table traduit, chez toi, une grande nervosité. Serait-ce un toc ?

déclic

Tu ne prendras pas la photo si tu n'appuies pas sur le bouton du déclic, pauvre niais !

tapement

 

24

Mon petit-fils éclate de rire quand il fait un prout. "Mamie, j'ai pété !" s'exclame-t-il, radieux.

clapotage

Qu'est-ce donc que ce cliquetis de clefs ? On veut entrer chez moi ?

clappement

Cesse ce clappement de langue, s'il te plaît. Cela m'exaspère.

Cliquetis

cliquètement rare

"Vous souffrez d'un clapotage gastrique, lui dit son médecin. ― C'est grave, docteur ? "

prout familier

 

25

On cria ...... sur le baudet. Et le baudet, c'était moi. J'étais pourtant bien innocent.

tam-tam

J'arrivai à la foire et j'y rencontrai là tout un/une ...... de gens et de choses disparates.

haro

On ne l'entendait s'exprimer qu'en ...... qui traduisaient ses émotions.

tohu-bohu

Le/la ...... se répandit, portant son message dans la jungle épaisse.

onomatopée

 

26

"Alors, s'enquit mon chirurgien après m'avoir opérée, dites-moi, avez-vous fait des ...... ?"

craquètement

Le ...... des cigognes m'annoncent qu'elles ont bâti leur nid tout près de chez moi.

rafale

Des tirs en ...... épouvantèrent l'avant-garde de l'armée.

vent gaz

En ce début de printemps, j'étais charmée par le ...... des petits oiseaux.

pépiement

 

27

Le printemps m'offre sans compter les roucoulades de la gent ailée.

grognement

grommellement

Le tic-tac de la pendule me rappelle incessamment que je me rapproche de ma fin.

Trille

.................

cocorico coquerico

Tes grognements continus d'insatisfaction m'insupportent. Souris donc quelquefois !

roucoulement roucoulade

Entends ce qui me réveille le matin, les trilles des merles et les cocoricos des coqs. La campagne heureuse, quoi !

tic-tac

tic tac

 

25

On cria haro sur le baudet. Et le baudet, c'était moi. J'étais pourtant bien innocent.

tam-tam

J'arrivai à la foire et j'y rencontrai là tout un tohu-bohu de gens et de choses disparates.

haro

On ne l'entendait s'exprimer qu'en onomatopées qui traduisaient ses émotions.

tohu-bohu

Le tam-tam se répandit, portant son message dans la jungle épaisse.

onomatopée

 

26

"Alors, s'enquit mon chirurgien après m'avoir opérée, dites-moi, avez-vous fait des vents ?"

craquètement

Le craquètement des cigognes m'annoncent qu'elles ont bâti leur nid tout près de chez moi.

rafale

Des tirs en rafales épouvantèrent l'avant-garde de l'armée.

vent gaz

En ce début de printemps, j'étais charmée par le pépiement des petits oiseaux.

pépiement

 

27

Le printemps m'offre sans compter les roucoulades/roucoulements de la gent ailée.

grognement ou

grommellement

Le tic-tac de la pendule me rappelle incessamment que je me rapproche de ma fin.

Trille

.................

cocorico

coquerico

Tes grognements/grommellements continus d'insatisfaction m'insupportent. Souris donc quelquefois !

roucoulement roucoulade

Entends ce qui me réveille le matin, les trilles des merles et les cocoricos/coquericos des coqs. La campagne heureuse, quoi !

tic-tac

tic tac

>> RETOUR au début de l'article

Si vous voulez connaître ou revoir les cris des animaux,

lisez : Délires pour un bestiaire

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 09:50

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Une foule de gens m'empêchait de passer.

Une foule de gens m'empêchaient de passer.

 

Un groupe de jeunes étudiants envahit le quartier.

Un groupe de jeunes étudiants envahirent le quartier.

 

Une nuée d'hirondelles s'envola lorsque le train siffla.

Une nuée d'hirondelles s'envolèrent lorsque le train siffla.

 

Une joyeuse ribambelle d'enfants passa sous ma fenêtre en chantant.

Une joyeuse ribambelle d'enfants passèrent sous ma fenêtre en chantant.

 

La cohorte de nécessiteux que j'ai vue aux Restaurants du coeur m'a émue jusqu'aux larmes

La cohorte de nécessiteux que j'ai vus aux Restaurants du coeur m'ont émue jusqu'aux larmes

On remarque l'accord du participe passé.

 

Le nom collectif ayant un complément de nom peut-être suivi du singulier ou du pluriel :

> du singulier si la pensée s'attache à l'ensemble, à la totalité du groupe,

> du pluriel si elle retient la pluralité des êtres ou des choses.

 

Quelques noms collectifs

foule groupe multitude ramassis amas grouillement profusion troupe troupeau armée essaim cortège kyrielle infinité procession quantité suite assemblée horde harde suite succession flot série quantité infinité chapelet défilé file tas pléiade collection cascade litanie masse procession nuée brassée afflux peuple affluence cohorte division bordée (régional) tinée (argot, populaire) suée (populaire, vieilli) tapée (populaire) flopée ou floppée (populaire, argot) chiée (vulgaire) et j'en passe.

 

ATTENTION AU SENS

Un défilé de joyeux lurons s'étirait d'ici jusqu'à Pontoise.

C'est le défilé qui s'étirait.

 

Le groupe de jeunes nouveaux bacheliers que j'ai félicités ce matin étaient ravis de leur réussite.

Ce sont des bacheliers qui sont ravis.

 

Pour en savoir plus > LES NOMS COLLECTIFS La plupart d'entre nous souffrait, souffraient ou souffrions ?

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 1
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 17:58

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

J'ai l'habitude de programmer les sous-titres lorsque je regarde un film ou une émission à la télévision. Cela me permet de baisser le son surtout tard le soir ou la nuit.

Lire les sous-titres m'amuse souvent. Leurs auteurs ne manquent pas d'imagination. Malheureusement les fautes d'orthographe comme les équivoques, certaines dues souvent à une incompréhension du texte, sont légion.

Pour ne citer qu'un exemple, j'ai lu l'autre jour, "macro" au lieu de "maquereau" (pas le poisson) dans un épisode de la série "Un cas pour deux" (Ein Fall für zwei).

[À ce propos, je ne vous cacherai pas que j'éprouve une certaine affection pour Matula (Claus Theo Gärtner), le personnage principal de la série.]

 

Lorsqu'on choisit de lire les sous-titres pour malentendants, on est gratifié de moult détails auxquels parfois on ne s'attend pas. Certains répètent l'image et sont tout à fait inutiles (Exemple : Il renverse son verre). Si l'on est sourd, on n'est pas aveugle, Dieu merci !

Pour la traduction simultanée en direct, l'épreuve du sous-titreur est difficile et on lit parfois des phrases qui n'ont aucun sens, qui sont incomplètes ou qui passent comme l'éclair ; les noms propres un peu difficiles sont occultés, ainsi que souvent les termes argotiques.

 

Pour ce qui est de la musique qui veut donner une idée de l'atmosphère qu'elle suscite, celle qui évoque un sentiment, une sensation qui doit naître chez le spectateur, les sous-titreurs usent d'une pléthore de qualificatifs.

 

J'ai regardé, il y a peu Prédictions (Knowing) réalisé par Alex Proyas (2009)

J'ai relevé les sous-titres suivants :

musique intrigante

musique sombre

musique angoissante

musique triste

musique inquiétante

musique mélodramatique

musique de suspense

musique de tension

musique pesante

musique dramatique

musique grandiloquente

musique émouvante

musique grave

musique douce

musique épique

musique fascinante

 

Dans Le Casse du Siècle Flawless de Michael Radford (2006)

On peut lire aussi :

musique de dilemme

musique de sensation

musique surprenante

musique jazzy

musique mystérieuse

musique touchante

musique pesante

etc.

 

Difficile de savoir ce que les sourds ou les malentendants imaginent lorsqu'ils lisent ces sous-titres.

Ils comprennent, certes, ce que les mots veulent dire et ajoutent à la scène filmée, mais la musique, la musique... c'est autre chose, comme les couleurs pour les aveugles, c'est intraduisible, c'est inexprimable, irreprésentable, extraordinaire.

 

Sous-titreur est un métier. Ne l'est pas qui veut. Le lecteur de sous-titres supporte mal les fautes d'orthographe. Lorsqu'il y a beaucoup de texte, le sous-titreur doit être à même de donner l'essentiel, de ne pas trop encombrer l'écran et de laisser au spectateur le temps à la fois de lire le sous-titre et de voir l'image.

Les sous-titreurs des journaux télévisés et des émissions en direct ont beaucoup de progrès à faire pour être lisibles.

> Sous-titreur = un métier ? - YouTube

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags) 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog