Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 18:52

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

J'ai déjà écrit plusieurs articles ayant pour sujet les réformes de l'orthographe (voir les liens ci-dessous au bas de la page) et je veux ajouter ici quelques passages que j'ai extraits d'un texte de Émile Faguet (1905) : Simplification simple de l’Orthographe, que vous trouverez sur Wikisource.

Simplification simple de l'orthographe - Wikisource

La référence des pages

- - - - - - 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 - - - - - - - - - -

 

Note : "racler" doit être pris dans le sens de enlever.

Page 6

Depuis Ronsard et Joachim du Bellay les meilleurs esprits trouvent l’orthographe française trop surchargée, sentent le besoin de la simplifier. Voici pourquoi. C’est qu’elle était très simple au XVe siècle, et que les grammairiens du XVIe siècle, par affectation scientifique, par pédantisme, l’avaient grièvement compliquée.

Quand je dis que l’orthographe était simple au XVe siècle et au commencement du XVIe, la vérité est qu’elle n’existait pas. Seulement, les premiers imprimeurs furent bien à peu près forcés d’avoir un usage commun (ou à peu près). De cet usage commun est née l’orthographe, la première orthographe, ou ce que l’on peut appeler ainsi, l’orthographe du commencement du XVIe siècle, l’orthographe de Marot et de Commines.

Cette orthographe n’a aucun caractère scientifique, mais elle est très simple, très dépouillée, elle n’accumule pas les lettres parasites, inutiles ou peu utiles ; enfin elle est très bonne femme.

Là-dessus arrivèrent les savants, les grammairiens, les pédants, [...]

Page 9

Richelet, en 1680, publia un Dictionnaire selon d’Ablancourt [...] Il écrivait : afaire, ataquer, ateindre, dificile, abesse, abaïe, abé, acabler, acablement, etc. Il changeait y en i presque toujours. — N’oubliez pas ces deux points. La

Page 10

suppression des lettres doubles et « racler l’y », c’est le fond de la bonne réforme depuis trois siècles.

À mon avis, ce l’est encore.

Notez que Vaugelas était (en gros et le plus souvent) de l’avis d’Ablancourt, et par conséquent, était d’avance de l’avis de Richelet, ne cessant d’assurer que les raisons d’étymologie sont de peu de force ; qu’il « révérait la vénérable antiquité et les sentiments des doctes » ; mais que, d’autre part, il « se rendait à cette raison invincible qui veut que chaque langue soit maîtresse chez soi ».

Enfin, l’Académie vint, je veux dire le Dictionnaire de l’Académie. En 1694, première édition du Dictionnaire-Loi.

L’Académie, comme toute compagnie possible, était partagée. Elle était de deux façons. D’un côté, elle était, comme elle le fut toujours depuis environ 1660, composée d’écrivains hommes du monde et d’écrivains savants, et cela est une première raison de divergences. D’autre part,

Page 11

elle était partagée intellectuellement, comme elle l’a toujours été, entre la pensée de n’être que le greffier de l’usage, qui est sa pensée maîtresse, et un certain désir sourd d’en être un peu le guide, ce qui est, à mon avis, parfaitement légitime.

De tout cela, il s’ensuivit quelque discussion, et assez vive, au cours de l’élaboration du Dictionnaire. Chapelain représentait les savants, et, à cette époque, savant, en fait d’orthographe, voulait dire étymologiste. Il était donc pour l’orthographe rébarbative. Il était pour charactère, pour cholère, et tout homme qui veut que l’on continue d’écrire style et chloroforme doit lui donner raison.

Conrart, simple Parisien « qui ne savait que le français », comme dit Sainte-Beuve, était pour colère et caractère.

L’Académie fut un peu de l’avis de tout le monde — un peu plus pourtant pour Conrart que pour Chapelain — et chercha à écrire comme écrivaient les honnêtes gens. Mais elle n’alla pas aussi loin dans la simplification que d’Ablancourt et son disciple Richelet.

En 1718, elle simplifie encore, mais assez peu. Elle écrit éploré au lieu de esploré, sirop au lieu de syrop (« raclant » l’y grec étymologique ;

Page 12

car le mot latin est bien syrupus), noircissure au lieu de noircisseure (comme la Commission de simplification nous propose d’écrire gajure). Mais, en somme, l’édition de 1718 apporta peu de changements à l’orthographe française.

Le grand pas fut fait en 1740. Après des discussions très prolongées — elles durèrent quelque six mois — l’Académie, très partagée, pour se tirer d’affaire, s’en remit purement et simplement à son secrétaire perpétuel, M. Joseph Thoulier, abbé d’Olivet. Comme il disait lui-même, elle le créa « plénipotentiaire », ce dont il se serait passé très bien, à ce qu’il dit aussi. Il était réformiste. Il était simplificateur. Il réforma, selon le compte approximatif d’Ambroise-Firmin Didot, près de cinq mille mots. C’est depuis ce temps que l’on écrit accroître et non accroistre, avocat et non advocat, albâtre et non albastre, apôtre et non apostre, âpre et non aspre, toujours et non tousjours, bâtard et non bastard ; bêtise et non bestise, chrétien et non chrestien, château et non chasteau ; ceci, celui-ci, etc., et non cecy, celui-cy ; toi, moi et non toy, moy ; gai et non gay ; joie et non joye, abyme et non abysme, école et non escole, bienfaiteur et non bienfaicteur

Etc., etc. ; puisqu’il y en a près de cinq mille.

Page 13

Seulement, remarquez bien ceci, l’Académie, même à cette époque où elle était si franchement réformiste, ne devançait pas l’usage ; elle le suivait. Elle a tenu à le dire dans sa préface : « Le public en cela a été plus vite et plus loin qu’elle ». — Il est vrai que cette préface étant de l’abbé d’Olivet lui-même, on peut croire que, par cette remarque, il veut surtout se couvrir et que « le public », ce que du reste je crois savoir, n’était qu’une partie du public ; mais enfin l’Académie était suffisamment autorisée par « le bon usage ». Le bon usage c’est celui dont on est.

En 1762, nouvelles modifications, moins nombreuses à la vérité, dans le même sens. Lettres doubles supprimées, y grecs et th éliminés : chimie au lieu de chymie (avec tous ses dérivés), absinthe au lieu de absynthe, détrôner au lieu de déthroner, scolie au lieu de scholie, scrofule au lieu de schrofule, pascal au lieu de paschal, patriarcal au lieu de patriarchal, agrafer au lieu de agraffer, éclore au lieu de éclorre, argile au lieu de argille, etc. — Un détail amusant : anicroche au lieu de hanicroche. En 1762 seulement ! Qui ne croirait qu’anicroche ne se trouve écrit hanicroche que dans Rabelais ? D’autant plus qu’on n’a jamais su ce que signifiaient les deux premières syllabes de ce mot.

Page 14

En 1835 (car l’édition de 1795 ne compte pas, comme le fait remarquer Ambroise-Firmin Didot, que je suis pas à pas, puisque l’Académie n’existait point et que le prétendu Dictionnaire de l’Académie de 1795 ne fut qu’une entreprise de librairie), en 1835, donc, nouvelle simplification, mais surtout dans un autre sens : adoption des ai pour oi dans les mots prononcés ai (français et non françois, etc.) ; et d’autre part, ce qui est simplification aussi sans en avoir l’air, parce que c’est rentrée dans la règle générale, pluriel des mots en ent et ant écrits ents et ants et non ens, ans (les événements et non les événemens, les enfants et non les enfans). Entre nous, en ceci, l’Académie n’était guère greffier de l’usage et s’en faisait le guide. Je l’approuve du reste et quoique ayant conservé l’habitude d’écrire : « Mes chers enfans », j’estime qu’elle a eu raison d’effacer cette exception qui n’avait aucune raison pour elle. Plus on efface d’exceptions, plus on simplifie ; et plus on simplifie, plus on est dans le bon sens.

Nous arrivons à 1867, époque où il y eut un

Page 15

mouvement réformiste très vif. Ambroise-Firmin Didot s’en fit le représentant, ce pour quoi il avait qualité, et publia ses Observations sur l’orthographe française, où j’ai largement puisé pour tout ce que je viens d’écrire, et qui sont œuvre de savant et d’homme du plus grand bon sens.

Désirant que l’on continuât dans le sens où l’on était depuis Ronsard, il proposa de « racler » l’h partout où il représente « l’esprit rude » des alexandrins (hérésie, rhythmer, rhétorique, etc.). Il proposa de remplacer th et ph par t et par f dans les mots les plus usuels (pharmacie, athée, etc.). Il proposa de « racler l’y grec » et de le remplacer par l’i dans un certain nombre de mots. (Où était sa limite ? il ne me semble pas qu’il l’ait indiqué.) Enfin de substituer l’s à l’x dans les pluriels des mots en ou qui ont gardé l’x (il y en a sept) et dans les mots en oi qui l’ont gardée aussi (je ne crois pas qu’il y en ait beaucoup). Tous les mots en oi au singulier s’écriraient au pluriel comme lois et tous les mots en ou s’écriraient au pluriel comme fous.

Sainte-Beuve, en 1868, entra en scène. Il ne peut guère être accusé, celui-ci, d’être un « primaire ». Or il fut très nettement réformiste, comme du reste, dans son article sur Vaugelas [...]

Page 16

[...] Il dit : « La même autorité qui a importé les mots et vocables scientifiques peut intervenir pour les modifier. Ainsi rien n’oblige d’user perpétuellement de cette orthographe si repoussante dans les mots rhythme, phthisie, catarrhe, etc., et il y a quelque temps que Ronsard et son école, tout érudits qu’ils étaient, avaient désiré affranchir et alléger l’écriture de cet « insupportable entassement de lettres ».

Il entassa, lui, les autorités pour peser dans le sens de la simplification. Il rappela Meigret, Ramus, Corneille, Bossuet, Voltaire. Il rappela que Bossuet avait dit « de ne pas s’attacher superstitieusement à toutes les lettres tirées des langues dont la nôtre a pris ses mots. » Il rappela l’abbé de Saint-Pierre, Dumarsais, Duclos, le père Ruffier, l’abbé Girard. Il eut tort de citer le mot de Voltaire, qui est beaucoup trop décisif et immodéré : « L’écriture est la peinture de la voix ; plus elle est ressemblante, meilleure elle est », et qui conduirait à l’orthographe individuelle, c’est-à-dire à une confusion telle qu’on ne se comprendrait jamais quand on s’écrirait les uns aux autres ; mais

Page 17

il fut très sage en ses conclusions, qui sont celles-ci : « Il importe, parmi tous les changements et les retouches que réclamerait la raison, de savoir se borner et choisir, afin de ne pas introduire d’un seul coup trop de différences entre les textes déjà imprimés et ceux qu’on réimprimerait à nouveau… Pourquoi « charrette » et « chariot », « abattement » et « abatis », « courrier » et « coureur », « banderole » et « barcarolle », « ostrogot » et « gothique » ?… Il y aura effort à faire pour introduire dans l’édition qui se prépare les modifications réclamées par la raison et qui fassent de cette publication nouvelle une date et une étape de la langue. C’est à quoi cependant il faut viser. »

L’édition de 1878 fit quelques concessions à cet avis : rythme au lieu de rhythme, phtisie pour phthisie, etc. ; mais en petit nombre. L’Académie, depuis le xixe siècle, est très timide, pour une raison bien simple : c’est que depuis le xixe siècle l’orthographe est devenue une superstition ; on écrit d’après le Dictionnaire de l’Académie avec scrupule. Dès lors l’Académie ne peut pas s’appuyer sur l’usage pour réformer. L’usage lui permettant de réformer n’était tout simplement qu’un certain nombre de désobéissances à ses propres ordres[...]

Pages 18, 19, 20, 21

[Phonétisme : E. Faguet développe ici les arguments qui démontrent que vouloir écrire comme on prononce est une erreur] "chacun écrivant, non comme on prononce, mais comme il prononce".

Page 21

[...] il ne faut pas, comme l’a très bien dit Sainte-Beuve, si hardi, vous l’avez vu, mais qui est le bon sens même, « introduire d’un seul coup trop de différences entre les textes déjà imprimés et ceux qu’on réimprimerait à nouveau » ; il ne faut pas trop étonner. Encore Sainte-Beuve. Il n’y a que lui : « L’Académie, après avoir écrit phantôme, phrénésie, phantastique, a osé écrire fantôme

Page 22

frénésie, fantastique. Osera-t-elle, appliquant la même réforme à d’autres mots, écrire nimfes, ftisie, diftongues ? Je vois d’ici l’étonnement sur tous les visages… Ce sont des questions de tact et de convenance où il importe d’avoir raison avec sobriété ». — Sapere ad sobrietatem. La Commission de simplification a été sage ; mais avec sobriété, j’en doute un peu.

Page 27

Seulement la physionomie des mots a changé dix fois depuis trois cents ans et, si l’on s’était arrêté à la physionomie des mots, on écrirait encore cholère et charactère et chymie et advocat et escole et abysme et argille et bienfaicteur et déthrôner. La vérité est qu’on s’habitue très vite à la physionomie nouvelle des mots. Qui est-ce qui regrette françois ? Il n’est écrit français, officiellement du moins, que depuis soixante-dix ans. Qui est-ce qui regrette phthisie et rhythme ? Ils ne sont écrits plus simplement que depuis vingt-cinq ans. Je les ai écrits comme cela pendant toute mon enfance et toute ma jeunesse. Je les regrette peut-être ; mais à ce seul point de vue.

 

Rappel - La référence des pages

- - - - - - 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 - - - - - - - - - -


Articles connexes

Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique La nouvelle orthographe depuis 1990

Mais pourquoi la langue française est-elle si compliquée ? - L'origine du français

Les nombreuses réformes de la langue française

Les Epithètes de Maurice de la Porte – 1571 (Les lettres ramistes)

La lettre Q – QV – QU

GN ou IGN – OIGNON ou OGNON

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 17:58

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

À quoi eût servi de vitupérer contre le destin ? Tout, ici-bas, portait à croire que rétablir l'ordre dans ce monde bouleversé n'était plus possible. Mais l'on sait que bon nombre de révolutions passées, plus sanglantes qu'on ne puisse l'imaginer, ont éclaté, se sont paroxysées, puis, grâce à quelques hommes, plus déterminés et plus écoutés que les autres ont été étouffées, et se sont éteintes enfin, à coups de belles paroles ou de moyens que la morale réprouve.

Ainsi donc ont été renversées les règles établies par des gouvernements illégitimes, arbitraires et tyranniques.

Il ne s'agissait pas aujourd'hui d'une révolutionnette - loin de là - mais plutôt d'un souffle de vie qui devait faire sauter le joug subi depuis trop longtemps. Une clairvoyance, peu à peu, s'était insinuée dans les consciences. Peu préparées à l'esprit critique, elles s'étaient laissé berner, endoctriner, enfermer dans un modèle dont elles n'avaient pas la moindre idée. Tout avait été minutieusement combiné pour que nul ne soupçonnât qu'il était captif d'une pensée unique.

Toujours prête à vouloir le bonheur de mes semblables, je me déterminai à entrer dans l'action la plus téméraire, la plus improbable, celle qui devait changer la violence en douceur, l'inconséquence en raison, la révolte en paix, bref, la haine en amour.

Mais je me ravisai bientôt et songeai au pouvoir qui me faisait défaut. Qui étais-je pour former un voeu qui me sembla impossible dès l'instant qu'il embrasa mon imagination ? J'eusse volontiers fait l'éloge de ma folie* pour me convaincre que tout était réalisable si tant est qu'on eût la foi dans ses convictions.

Je me positionnai alors à la vue d'un grand nombre au milieu de la grande place d'Utopinambourg* que j'aurais bien appelée agora pour la circonstance.

"Il faut que je me bouscule les neurones !" m'écriai-je devant le désastre ambiant. J'enfonçai une porte ouverte en me chantonnant une rengaine appropriée à la situation : Tous les problèmes ont une solution... All problems have a solution... Für jedes Problem gibt es eine Lösung... Todos los problemas tienen solución... Una soluzione per tutti i problemi... soluție, la problemele... solução para os problemas... oplossing voor alle problemen... rozwiązania trudności... wszystkich problemów... løsning på de problemer... megoldás, problémák...

Se bousculaient les mots porteurs d'espoir. Je n'inventais rien. Ils avaient déjà fait leurs preuves en matière de problèmes résolus.

Me vint alors l'idée, que d'aucuns jugeraient saugrenue, de me hisser sur le beffroi déserté par les guetteurs qui avaient fui tous les risques inhérents à la situation du moment. Et me voilà, brandissant le drapeau blanc de la paix et chantant à tue-tête, telle une Sans-Culotte inspirée : « Ah ! ça ira, ça ira, ça ira, Le peuple en ce jour sans cesse répète, Ah ! ça ira, ça ira, ça ira, Malgré les mutins tout réussira. »

 

Il eût suffi d'une poignée d'hommes de bonne volonté, meneurs s'il en fut, capables de canaliser la fureur de tous les enragés et leur dessiller les yeux sur la vanité de leurs actions délétères.

Il eût fallu Sept Sages pour mettre de l'ordre dans le désordre, du calme dans l'agitation, de la vérité dans l'ignorance.

Vous l'aurez compris, je tâchais de rameuter, vaille que vaille, ceux qui me suivraient dans cette entreprise difficile. Je n'étais pas une inconnue dans ma cité. Ils étaient nombreux ceux qui m'avaient choisie pour guide lorsque je professais dans mon École, l'École de la bienséance*, là où je leur avais enseigné la politesse, les bonnes manières et tout l'art de se comporter du mieux qui soit avec ses semblables.

Bravant l'agitation et le tumulte, j'étais décidée à tout pour qu'ils se ralliassent à moi.

Alors que je m'apprêtais à haranguer la foule, un frêle guignard se posa sur mon épaule.

......................................................................

* L'Éloge de la folie (1508) par Érasme de Rotterdam, Desiderius Erasmus

* Retour en arrière : Oli arrive à Utopinambourg > 53 Délires d'une ville, la nuit

 

Notes

À quoi eût servi de vitupérer contre le destin ?

eût servi : subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel > aurait servi

Vitupérer, protester vivement

 

bon nombre de révolutions passées [...] se sont paroxysées,

Paroxyser (se), s'exacerber jusqu'à son paroxysme, son degré extrême

 

Me vint alors l'idée de me hisser sur le beffroi

Littré - Beffroi : 1-Tour dans laquelle est une cloche prête à sonner l'alarme. 2-La cloche même.

 

Il eût suffi d'une poignée d'hommes de bonne volonté, meneurs s'il en fut,

il eût suffi, subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel - il aurait suffi

s'il en est, s'il en existe - s'il en fut, passé simple.

 

leur dessiller les yeux sur la vanité de leurs actions délétères.

leur ouvrir des yeux, leur faire prendre conscience

Délétère – Littré : Fig. Qui cause corruption et mal moral.

ÉTYMOLOGIE- Terme dérivé du verbe grec signifiant détruire.

 

Il eût fallu Sept Sages pour mettre de l'ordre dans le désordre

Les Sept Sages, en référence aux Sages grecs.

LES SEPT SAGES - Encyclopædia Universalis

 

la grande place d'Utopinambourg que j'aurais bien appelée agora

Dans la Grèce antique, l'agora désigne la place publique où se rassemblait les citoyens qui débattaient des questions sociales, politiques et mercantiles de la cité.

Le forum dans l'antiquité romaine.

 

Bravant l'agitation et le tumulte, j'étais prête à tout pour qu'ils se ralliassent à moi.

Le tumulte de la foule

Plus de 100 bruits et leurs nuances : bacchanal crépitation stridulation brondissement etc.

ils se ralliassent, se rallier au subjonctif imparfait.

 

un frêle guignard se posa sur mon épaule

Littré : Le guignard est appelé par quelques-uns petit pluvier ; il est en effet d'une taille inférieure à celle du pluvier doré, et n'a guère que huit pouces et demi de longueur, [Buffon, Oiseaux. t. XV, p. 136]

D'après Ménage, cet oiseau a été ainsi appelé d'un nommé Jean Guignard, bourgeois de Chartres, lequel, le premier, en reconnut la délicatesse en 1542.

 

*L'École de la bienséance à retrouver dans les articles :

133 Délires sur des conduites peu exemplaires - "La politesse est à l'esprit ce que la grâce est au visage"

134 Délires d'Oli et de Lio – L'anagramme – Le chiasme

135 Délires pédagogiques

QUIZ 25 Test sur la politesse, le savoir-vivre et l'art de la table

137 Délires sur la guérison souhaitable et programmée de ceux qui n'hésitent pas à manquer gravement à la bienséance. L'École des Hommes

 

<< 187 Délires sans issue

>> 189 Délires d'une harangue qui fit long feu

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 08:58

par Jean Rochefort* www.lefigaro.fr › CULTURE › Livres

 

FLORILÈGE- Liste des textes choisis

ACCUEIL & SOMMAIRE

Les diverses catégories (ou tags)

Tous les articles du blog

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Un florilège de textes sélectionnés par mamiehiou

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

                                                          

-49-

 

Note de Mamiehiou : Vous êtes jeune ou vous ne l'êtes plus. Vous n'avez guère consacré de temps à la lecture et un regret vous turlupine, celui de n'avoir pas rencontré Madame Bovary, je veux dire de n'avoir pas lu le roman qu'on qualifie de CHEF D'ŒUVRE. Tout le monde devrait l'avoir pour bagage culturel parce qu'il est INCONTOURNABLE.

Tout juste si, à la publication de son roman, notre éminent Gustave Flaubert ne s'est pas fait tiré les oreilles, je veux dire censuré, attaqué ; il a réchappé d'une condamnation pour excès de réalisme, et c'est tant mieux.

Rien ne pouvait ébranler notre écrivain : « On doit écrire comme on veut. Voilà tout, répétait-il souvent. Quand on me dit : Vous avez fait mauvais, je réponds: J'ai fait comme ça. »

« Emma Bovary, c'est moi », disait-il. On l'avait compris.

 

L'article intitulé L'improbable résumé de Madame Bovary en « langage de jeunes » a été publié le 21/03/2015 dans Le Figaro par Fabien Morin.

Dans la vidéo, Jean Rochefort nous dit un texte pas piqué des vers : l'histoire d'Emma Bovary revue et corrigée dans un style très éloigné de celui de Gustave Flaubert qu'on reconnaît être l'un des plus purs de la Langue Française.

Le roman laisse après lui une trace sulfureuse de femme pas très comme il faut, « Emma [...] se fait chier... » (Cf. Jean Rochefort).

À l'entendre, certains seront choqués et crieront au scandale. D'autres, au contraire, ne pourront s'empêcher de rire, et dégusteront, au passage, un vocabulaire qui ne leur est peut-être pas familier.

Il n'empêche que Jean Rochefort est épatant dans sa manière. Chapeau bas !

 

Dans son article : Il y a 135 ans, la mort de Gustave Flaubert, Véronique Laroche-Signorile nous instruit sur la manière d'écrire de l'écrivain.

Le Figaro  HISTOIRE

 

Flaubert avait une singulière façon de travailler. Il aimait à écrire sur un de ces petits pupitres comme en ont les musiciens pour placer le morceau à jouer. Il établissait dessus son manuscrit, puis, au beau milieu, traçait de sa belle et haute écriture, une phrase, une seule.

Alors, il allumait une pipette, se renversait sur son siège et regardait sa phrase. Au bout d'un quart d'heure, il en ôtait un mot inutile. Au second quart d'heure, il remplaçait un mot impropre. Au troisième, il effaçait la moitié de ce qu'il avait écrit et trouvait d'autres expressions. Il était enchanté quand, à la fin de sa matinée, il avait trouvé une phrase dont il fût réellement content.

Une fois, le mot stèle se trouva sous sa plume. Il l'avait employé dans le sens de siège. Il prit un dictionnaire pour en connaître le genre. Au mot était jointe une de ces définitions embarrassantes dont les dictionnaires ont le secret. Flaubert s'habilla à la hâte, prit une voiture à l'heure, et se rendit à la Bibliothèque nationale où on le connaissait bien pour trouver en des textes authentiques le sens exact du mot employé.

 

Voir aussi l'article :

>> Salaud de Flaubert par Philippe Sollers... - Philippe Sollers/Pileface

 

Vous trouverez le (véritable) texte de Flaubert sur Wikisource

>> Madame Bovary/Première partie...

 

FLORILÈGE- Liste des textes choisis

ACCUEIL & SOMMAIRE

Les diverses catégories (ou tags)

Tous les articles du blog

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Florilège - la pensée des autres
commenter cet article
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 12:23

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Ça, pronom démonstratif, forme élidée de cela.

Élision du a de ça devant le verbe ou l'auxilaire avoir :

ça a > ç'a,

ça avait > ç'avait

ça aurait > ç'aurait,

ça eût > c'eût, etc.etc

et devant en :

ça en > c'en
 

Remarque : La cédille du ç disparaît devant e : c'eut, c'en...

*[Langue familière / argotique]

*Ç'a de la gueule, ta déco ! /ça a de la gueule

*C'en jette ! /ça en jette !

Mais Marie, tu rougis ! Tu es amoureuse ou c'en a tout l'air. /ça en a tout l'air.

Tu veux savoir pour mes partiels ? T'inquiète ! ç'a très bien marché. /ça a très bien marché.

Il m'avait quitté depuis dix ans quand je t'ai rencontré. Eh oui, ç’avait pris longtemps avant que je reparte à zéro. /ça avait pris longtemps

Ç’aurait marché si tu avais voulu. /ça aurait marché

 

Articles connexes

SA, ÇA, ÇÀ – Homophones – QUIZ

La liaison - L'élision - L'enchaînement - La disjonction

Sans, s'en, sens, sent, c'en, cent, sang, des homophones à ne pas confondre – QUIZ

FLE – Comprendre le français parlé rapidement

 

et sur la Banque de dépannage linguistique du Québec :

http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=3625

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 03:41

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Articles les plus lus depuis un mois

Généralités - Malgré tout le soin que j'apporte à la rédaction de mon blog, il m'arrive parfois de laisser échapper une coquille ou un mot erroné, mea culpa !
Merci de me signaler des erreurs.

Après la publication d'un article, je rajoute souvent des points qui me semblent intéressants, et je fais des mises à jour. Cette page est faite pour ceux qui ont déjà lu les articles ci-dessous.

Je remercie vivement mes lecteurs qui apprécient mes articles et me le font savoir, dans un commentaire, par exemple. Ils m'encouragent à continuer !

Bonjour à mes abonnés !

 

Mars 2015 - Maintenance sur les commentaires : 

Les commentaires de mes lecteurs ont été parfois mélangés illogiquement

avec les réponses que je leur ai faites. Quel gâchis !

Les guillemets ont été transformés malencontreusement par &quot;

 

Les dernières nouvelles

Articles relus, corrigés, enrichis et/ou mis à jour :

 

2017

>> Ajout du 1er avril 2017

J'ajoute, au fil de mes trouvailles de nouvelles expressions.

Cette recherche est sans fin.

Expressions françaises d'hier et d'aujourd'hui

 

>> Ajout du 1er mars 2017

Ne pas confondre : du, dû, dus, due, dues, dut et dût

Comme j'avais un gros doute sur un dû ne sachant pas si l'on pouvait mettre ce substantif au pluriel, j'ai écrit à L'Académie Française (Dire ne pas dire) et elle m'a confirmé que un dû ne pouvait pas se mettre au pluriel.

 

2016

>> Ajout du 25 décembre 2016

Qu'est-ce qu'une interjection ? Qu'est-ce qu'une onomatopée ?

Houlà ! marque la surprise, l'étonnement. Ouh là là !

Waouh ! traduit la surprise, l'admiration. > Waouh !

 

 >> Ajout du 14 décembre 2016

GN ou IGN – OIGNON ou OGNON

GNOU se prononce [gnu] - Certains ont admis gnou prononcé niou (prononciation vieillie) : Site du Cnrtl - Prononc. : [gnu]. Mais [ɳu] ds Land. 1834, Gattel 1841 et DG. [...] 1782 gnou ou niou (Buffon, Hist. nat. Suppl., t. 6, p. 89, ibid.).

 

>> Ajout du 24 mars 2016

A POEM ABOUT PLURALS
We'll begin with a box, and the plural is boxes;
but the plural of ox became oxen not oxes.
One fowl is a goose, but two are called geese,
yet the plural of moose should never be meese.
You may find a lone mouse or a nest full of mice;
yet the plural of house is houses, not hice. [...]

SUITE à la fin de l'article :

Mais pourquoi la langue française est-elle si compliquée ?

 

2015

>> Ajout du 24 décembre 2015

Le paragraphe Ma petite robe rouge dans >  ROUGE

 

>> Ajout du 15 novembre 2015

Pléonasmes

On ne peut pas prévoir à l'avance s'il y aura d'autres attentats (sur BFMTV)

 

>> Ajout du 15 novembre 2015

Les magazines LIRE à bâtons rompus N° 122

Extrait du livre : Woody Allen Au-delà du langage - Par Robert Benayoun

 

>> Ajout du 5 novembre 2015

L'accent circonflexe – Mettons-le seulement là où il faut

L'accent circonflexe, "l'hirondelle de l'écriture".

Ce qu'il advient de lui avec la Nouvelle Orthographe.

L'accent circonflexe, une exception française ?

Dû bist mîn, ich bin dîn

 

>> Ajout du 1er novembre 2015

Les magazines LIRE de 2005 à 2014

À la fin de l'article, une note de mamiehiou sur François Busnel

Le charme discret de l'indépendance (bscnews)

 

>> Ajout du 18 octobre 2015

Octobre rose

Le cancer du sein - Une histoire de femme - Récit

2015 - Aujourd'hui, la prise en charge des cancers du sein est efficace et environ 85% des femmes atteintes en guérissent.

 

>> Ajout du 18 octobre 2015

Les magazines LIRE à bâtons rompus

LIRE du mois de novembre 1985


>> Ajout du 17 octobre 2015

Mosaïque de quelques curiosités de la Langue Française

§12- Gaiement gaîment gaiment

 

>> Ajout du 23 septembre 2015

La langue française massacrée - Peut-on s'habituer à la grossièreté ?

>>>Aubry: « Macron ? Comment vous dire... Ras-le-bol - Libération

 

>> Ajout du 15 juin 2015

> Trente-six publié le 7 décembre 2014

Voir l'extrait du roman "Le Pendule de Foucault" de Umberto Eco

[...] Trente-six. Depuis plus de dix ans, ce nombre me hantait. Avec cent-vingt. Les Rose-Croix. [...]

 

>> 11 juin 2015

Articles améliorés :

> Champ lexical - Champ sémantique - Niveau de langue - Registre de langue - style soutenu, courant, familier, populaire, argotique, ou vulgaire - Archaïsmes

> Archaïsme ! Fleur fanée, oubliée sur la page d'un vieux livre. Reviens à la vie, l'espace d'un instant !

 

>> Ajout 14 mai 2015

La liaison - L'élision - L'enchaînement - La disjonction

Remarque : PATAQUÈS : faute de liaison
Il n’est point-z-à vous, il n’est pas-t-à vous, mais alors, je ne sais PAS-T-À-QU'EST-CE

 

>> Ajout 22 avril 2015 LES MOTS

Réforme du collège : la novlangue obligatoire!

Une tribune sur la réforme des programmes scolaires.

17 avril 2015 - Le FIGARO dénonce.

"Les nouveaux programmes scolaires dévoilés le 13 avril sont riches en jargon pédagogiste estime Julia Sereni. Elle y voit le produit d'une idéologie qui s'attaque à la transmission du savoir."[...]

LIRE > Les nouvelles perles de la «novlangue» pédagogiste

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

 

>> Ajout 4 avril 2015

Femmes enceintes, voici quelques conseils sur les choses que j'ai apprises lors de mes grossesses, accouchements et allaitements, et que j'aurais bien aimé connaître avant d'avoir tâtonné !

§ Et quand l'enfant est né

 

>> Ajout 3 mars 2015

Savoir orthographier les adjectifs numéraux cardinaux (cent ou cents, vingt ou vingts...) + des millions, des milliards, des billions + Une réflexion sur "les liaisons dangereuses" de Michel Serres

Exercice.- Les nombres suivants sont-ils écrits sans fautes ?

vingt-trois / quatre-vingts / quatre-vingt-cinq / soixante-dix /

cinq cents / cinq cent vingt / /cent cinq /

cent dix mille cinquante-sept / quatre cent mille quatre-vingt dix-huit /

trois mille cinq cent-vingt / L'an mille / L'an deux mil treize /

Un billion vaut un million de millions / Page quatre-vingt

> correction et explications dans l'article.

Et voir aussi l'orthographe recommandée aujourd'hui.

>> Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

 

2014

Les magazines LIRE de 2005 à 2014 et d'autres encore

14 décembre

Des ajouts à cet article sont prévus au fil du temps

2013 

De la recherche difficile de l'auteur d'une citation & Fausses citations

>> Ajout 29 novembre 2013

Qui a écrit : « Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu es... » 

 

Des chiasmes célèbres - QUIZ 70

>> Ajout du 19 octobre 2013

Mon tweet d'aujourd'hui : Chiasme fanfanesque : Il faut aimer pour vivre tout autant que vivre pour aimer. Retweeté par LesFanfanautesZébrés  

 

Une fable de Mamiehiou à la manière de La Fontaine : Le Gouda qui voulait se faire plus fort que le Camembert

>> Ajout du 5 octobre 2013

Comme il se doit, je me suis appliquée à lire et à relire la fable pour en corriger les maladresses. Elle a subi plusieurs modifications pour être améliorée depuis sa publication le 7 septembre.

 

Acrostiche - Enzébrez-vous !

>> Ajout du 23 septembre 2013

Une petite note pas piquée des vers

Alexandre Jardin, auquel j'avais envoyé un tweet, l'a mis dans ses favoris et m'a remercié.

Touchée !

 

De la recherche difficile de l'auteur d'une citation + Fausses citations

>> Ajout le 3 septembre 2013

2e partie : Des citations dont on n'est pas toujours sûr de l'auteur

3e partie : Des citations modifiées ou détournées.

 

Valeurs et emplois du subjonctif

>> Ajout le 14 août 2013

J'ai donné quelques précisions supplémentaires dans divers paragraphes et ajouté des liens avec d'autres articles.

 

Non que, non pas que, non moins que, non plus que, non point que

>> Ajouts le 10 août 2013

 

QUE dans tous ses états – pronom interrogatif - pronom relatif - conjonction de subordination ou élément d'une locution conjonctive - adverbe interrogatif ou exclamatif – ne... que - etc.

>> Ajout du 10 août 2013

Que dans le sens de pourquoi dans une phrase exclamative, plus rarement dans une phrase interrogative.

Que ne me l'avez-vous avoué plus tôt ! (ou ?)

Employé aussi sans la négation (littéraire, rare)

Qu'ai-je marché dans ton sillage !

 

Ne pas confondre : TOUT adjectif indéfini, pronom indéfini, adverbe variable dans certains cas et substantif

>> Ajout du 9 août 2013

Tout devant un substantif :

- peut être adjectif indéfini (déterminant)

- ou peut renforcer le substantif

Voir l'article

 

22 Délires éthiques - "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme" - Emploi de ceci ou de cela

>> Ajout du 22 juillet 2013

L'HAPAX

Le mot jouissement est un hapax ou apax, voir la note du texte

 

153 Délires sur l'amour que d'aucuns portent aux animaux - Jusques à quand ?

(Publié le 20 septembre 2012)

>> Ajout du 17 juillet 2013

LA PARAGOGE

Dans l'Encyclopédie Panckoucke* (Tome Second, page 758) on lit qu'une paragoge est une espèce de métaplasine** qui change le matériel primitif d'un mot par une addition faite à la fin.

Suivent des exemples comme un -E ajouté à un mot masculin pour en faire un féminin, comme la lettre -S pour marquer le pluriel, -MENT aux adjectifs pour avoir des adverbes, -TÉ pour en dériver des noms abstraits, etc.

 

*l'Encyclopédie Panckoucke ou L’Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières par une société de gens de lettres, de savants et d'artistes ; précédée d'un Vocabulaire universel, servant de Table pour tout l'Ouvrage, ornée des Portraits de MM. Diderot et d'Alembert, premiers Éditeurs de l'Encyclopédie. Publiée de 1782 à 1832

 

**métaplasine (altération d'un mot)

 

Comportements illogiques des Français - Le made in France

(publié le10 juillet 2012)

>> Ajout du 11 juillet 2013

>> Les arnaques du "made in France" (LExpansion.com)

>> Ajout du 21 juin 2013

Depuis le début du mois, on ne cesse d'entendre qu'il est urgent de protéger le "Fabriqué en France" (l'expression "made in France" est de plus en plus abandonnée et c'est tant mieux !). L'attention se porte sur le choix qu'il faudrait faire pour les panneaux solaires leur prix d'achat est moitié moindre si on les achète fabriqués en Chine plutôt qu'en France. Les fabricants français ne peuvent plus se battre contre cette concurrence "déloyale".

Problème économique, problème politique. 

>> Ajout du 19 octobre 2012 

Montebourg en marinière pour promouvoir le made in France

 

Qu'est-ce que le seuil de pauvreté ? - Le seuil de pauvreté en France, aux USA, en Chine, en Inde.... (30 août 2012)

>> Ajout du 4 juin 2013

Dans cinq ans 500 millions de Chinois auront atteint le niveau de vie de la France. Entendu sur France Info à 6h45 

3 mai - Je tweete ! 

 

La folie du consumérisme* -"Prêt à jeter" – L'obsolescence programmée (8 avril 2011)

>> Ajout du 23 avril 2013

Enfin ! On s'émeut de l'obsolescence programmée. L'heure est à la réparation des objets en panne ; mais encore faut-il pouvoir réparer. Certains objets sont fabriqués de telle sorte qu'ils ne peuvent pas se démonter.

On remarque qu'il se vend de plus en plus de pièces détachées. C'est bon signe, signe qu'on veut faire des économies.

Le gouvernement veut mettre en place l'interdiction de fabriquer des objets qu'on ne puisse pas réparer et obliger le fabricant à mettre à disposition les pièces détachées nécessaires. Et peut-être les garanties de deux ans seront-elles prolongées jusqu'à cinq ans (on peut rêver !)

Une bonne nouvelle ! Bricoleurs, à vos tourne-vis et à vos marteaux !

Entendu aujourd'hui au journal de 13 heures de France 2.

...............................................................................

1 Délires engendrés par un traumatisme irréversible - Honni soit qui mal y pense !

>> Ajout du 5 avril 2013 - Notes revues et enrichies

 

3 avril 2013 - NOTE SUR LES COMMENTAIRES - Je me suis connectée sur la nouvelle plateforme d'Overblog. Ce jour-là la présentation des anciens commentaires a été perturbée. Les articles mis en liens ont disparu.

 

Différences sémantiques entre noms masculins et noms féminins. Les noms masculins ont-ils toujours des équivalents féminins et vice-versa ? QUIZ 59

>> Ajout du 12 mars 2013

ligne 22 Mairesse est le féminin de maire.- VRAI ou FAUX ?


Quand faut-il mettre une majuscule à Monsieur, Madame, Mademoiselle, etc ? Comment abréger ces mots. Ne pas confondre M. et Mr, MM. et Mrs
>> Ajout du 13 février 2013

Une lectrice de mon blog m'envoie une anecdote qu'on peut intituler : "le ridicule ne tue pas."

À lire à la fin de l'article cité.

Femmes enceintes, voici quelques conseils sur les choses que j'ai apprises lors de mes grossesses, accouchements et allaitements, et que j'aurais bien aimé connaître avant d'avoir tâtonné !

>> Ajout du 13 février 2013

Le rôle important de l'acide folique, la vitamine B9
La vitamine B9 durant la grossesse réduit de près de 40% le risque d'autisme

>> 11 décembre 2012 

Ajout : Un virus peu connu et qui passe inaperçu, le cytomégalovirus peut provoquer de graves lésions chez le fœtus.

 

Prononciation problématique de quelques mots en français : gageure, almanach, handball, imbroglio, mas, tomber dans le lacs, abasourdi, blinis, Auxerre, Bruxelles, Cassis, Roanne...

>>  12 février 2013
blini ou blinis, on ne prononce pas le s.

blini est, en russe, le pluriel de blin.

>> 7 février 2013

Ajout : Roanne, prononcer Rouanne (l'ancien nom de la ville)    

 

« J'aime tes seins. — Et si je n'en ai qu'un ? — Je l'aimerai pour deux. — Et si je n'en ai plus ? — Je les réinventerai ! »

>> 8 février 2013

Ajout>> "Société : En cinq ans, la survie aux cancers a progressé"

 

Ceux-là même ou ceux-là mêmes ? Celles-là même ou celles-là mêmes – cela même, ici même, là même, par là même, aujourd'hui même... QUIZ 64

>> 6 février 2013

Ajout et modifications

 

Même si + indicatif, subjonctif ou conditionnel, quel mode choisir ? 

Même avant que
>> 4 février 2013

Articles revus et améliorés


69 Délires dans un drôle de pays de cocagne + La métanalyse (5 mai 2010)

>> 21 janvier 2013

AJOUT (note)

Comment M. Rocard dans son interview sur RMC de ce jour m'apprend que l'illustre économiste britannique, Mr Keynes, avait déjà imaginé qu'il serait possible de ne travailler que trois heures par jour dans une société où chacun aurait dompté son Hybris.
En écrivant cet épisode de la fiction surréaliste et fantasmagorique des Délires (n°69), où la même idée avait germé dans mon esprit, je ne croyais pas si bien dire.

 

Mots d'enfant – Les perles de Victor – Suite de la 1re partie 

>> 10 janvier 2013

Si vous avez aimé la première partie des Perles de Victor, voici la deuxième partie.

 

L'assurance retraite – Montant du salaire minimal pour valider un trimestre de retraite

>> 4 janvier 2013

Mise à jour pour l'année 2013

>> article mis à jour le 4 janvier 2012

 

Ouvrages de référence qui me sont très utiles

>> 4 janvier 2013

Amélioration des données concernant le Dictionnaire de la conversation et de la lecture de William Duckett  

Tous les volumes classées dans l'ordre (lien Books-Google)

 

Sans que

Ajout : La locution conjonctive sans que marque l'absence de cause, de conséquence ou de concession.

2012

La clef des modes dans les conjonctives

>> 24 novembre 2012 

Quelques ajouts

 

Versification. Comment compter les pieds* (syllabes) d'un vers ?

>> 29 septembre 2012

Les paragoges : Remarque 4

- voir aussi la note des Délires 153

>> 22 juin 2012

Trois remarques à la fin de l'article + Précisions et ajouts

>> 16 mars 2012

Ajouts dans les § 3 4 et 5

 

Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes - 1re partie + QUIZ 30 

>> le 10 septembre 2012

 Phrase n°57

Autant pour moi ou Au temps pour moi ?

L'Académie donne Au temps pour moi, mais il y a controverse.

Voir le commentaire de l'article.

 

Que signifient les mots synonyme, antonyme, homonyme, homophone, paronyme, hyperonyme, hyponyme, holonyme, méronyme ?

>> le 10 septembre 2012

Ajout : Où trouver des synonymes et des antonymes ?

 

Qu'est-ce que le seuil de pauvreté ? - Le seuil de pauvreté en France, aux USA, en Chine, en Inde....

Ajout 2012 : Seuil de pauvreté en France : 964 euros en 2010.

Voir :  Enquête de l'Insee

 

Lettres trouvées dans un vieux carton  

>> 21 août 2012

Ajout : Lettre 20, Lettre 21, Lettre 22 

 

Malgré le fait que + indicatif ou subjonctif ? - Le fait est que, il est de fait que, du fait que, par le fait que...

>> 17 juillet 2012

Nouvel article qui suit et complète : Le fait que - Je ne dis pas que - Cela ne veut pas dire que - Ce n'est pas que, ce n'est point que - ignorer que, j'ignore que - Il n'empêche que + indicatif ou subjonctif ?

 

Les lettres numérales - les chiffres romains - QUIZ 46

>> 1er juillet 2012

Ajouts et précisions sur les nombres en chiffres romains 

 

122 Délires où l'on me laissa mijoter encore et encore - l'anaphore, la métalepse, l'hyperbole, le polyptote.

>> Ajout du 6 mai 2012

Moi président... Moi président...

Une figure de style, l'anaphore

 

Des anglicismes à traduire : coaching, nesting, hiving, color zoning...

>> 27 avril 2012

Ajouts

Entre autres, précision sur le sens de "réaliser"

 

Ne pas confondre participes présents, gérondifs et adjectifs verbaux, (en) fatiguant fatigant – (en) convainquant convaincant – (en) émergeant émergent – (en) résidant résident...

>> 20 avril 2012

Ajout en fin d'article :

l'adjectif débloquant, débloquante   

 

La dictée de Mérimée avec ses difficultés expliquées par le menu*

>> 14 avril 2012

Comme suite au dernier commentaire, précisions sur l'orthographe de événement et évènement (réforme de 1990)

 

Prononciation problématique de quelques mots en français : gageure, almanach, handball, imbroglio, mas, tomber dans le lacs, abasourdi, Auxerre, Bruxelles, Cassis...

>> 30 mars 2012 et 4 avril

Précisions à propos des mots abasourdi, carrousel, lamaserie, coreligionnaire. 

 

Vieux ou vieil ? Beau ou bel ? Nouveau ou nouvel ? Fou ou fol ? mou ou mol ? Un vieux monsieur et un vieil homme - Un beau monsieur et un bel homme...

Ajouts

>> 31 mars mou, mol

>> 10 mars fou, fol 

 

Versification. Comment compter les pieds* (syllabes) d'un vers ?

>> 16 mars 2012

Ajouts dans les § 3 4 et 5

 

La liaison - L'élision - L'enchaînement - La disjonction

>> 11 mars 2012

Ajouts dans les § : enchaînement et disjonction 

 

La conjugaison des verbes au subjonctif - Comment déjouer ses difficultés

>>  5 mars 2012

Précisions ajoutées

 

Nostalgie - Les films que j'ai tant aimés – Les ciné-clubs de la télé

>> 28 février 2012

Ajouts et précisions  

 

Exercice d'entraînement à l'emploi des conjonctions de subordination pour affiner votre pensée et améliorer votre style

 >> le 27 février 2012

Correction d'une faute qui m'avait échappé :

186 Quand bien je l'eusse dit, à quoi cela eût-il servi ?

 

85 Délires qui confinent au mystère

>> le 19 février 2012

enrichissement du texte + Le bec dans tous ses états  

 

Qu'est-ce que le seuil de pauvreté ?  

 >> Ajout le 27 janvier 2012

Voir l'article de Global voices :

Chine, USA : Les seuils de pauvreté sont-ils comparables ?

 

134 Délires d'Oli et de Lio + de la politesse + l'anagramme + la langue française massacrée - article du 10 mai 2011  

>>  Ajout le 26 janvier 2012 à la note La langue française massacrée

Carpette anglaise - Défense de la langue française

>> Ajout le 14 janvier 2012 à la note La langue française massacrée - Peut-on s'habituer à la grossièreté ?

 

Champ lexical - Champ sémantique - Niveau de langue - Registre de langue - style soutenu, courant, familier, populaire, argotique, ou vulgaire - Archaïsmes (23/11/2011)

>>  Ajout le 17 janvier 2012 Phrases de style populaire et argotique proposées par Fatiha, en fin d'article.

>> Ajout du 24 novembre 2011

Variations sur la phrase :

  6- Ai-je dit cela ? C'est peu probable.

 

Valeurs et emplois du subjonctif

>> Précision - Ajout du 05 01 2012

§49- On emploie le subjonctif dans toutes les subordonnées de concession, Dans la subordonnée avec tout... que on peut avoir l'indicatif ou le subjonctif.
Tout niais qu'il était, il n'en gagnait pas moins toujours aux échecs.

Tout niais qu'il fût...

2011

WILLIAM DUCKETT - Dictionnaire de la conversation et de la lecture - Lucifer (Phosphore, Vénus, Astarté, Vénus-Uranie, Anahid, Hesper ou Vesper, Boker)

>> Ajout le 20 décembre 2011

Note sur Vénus-Uranie

 

Avertissement au lecteur + Nouvel avertissement

 >> Ajout le 18 décembre 2011

Comme mon blog a un an et demi, j'ai écrit un nouvel avertissement prenant en compte son évolution.  

 

QUIZ 35 - Incipits - première partie

QUIZ 36 – Incipits - deuxième partie

>>Modification de la présentation des quiz et quelques ajouts

le 2 novembre 2011

 

QUIZ 34 - Arnolphe et Isidore - Complétez les phrases par les prépositions à ou de suivies d'un infinitif

>>revu et augmenté le 16 octobre

 

Prépositions à ou de : à vous de bien choisir ! QUIZ 33

>>article amélioré le 8 octobre 2011

 

retour au début de l'article

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Accueil
commenter cet article
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 08:52

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Quelques mots où gn se prononce [gn]

*gnou [gnu] – gneiss - gnome - gnose – gnostique – etc.

Quelques mots où gn se prononce [ɲ]

gnangnan - gnôle (ou gnole) – gnocchi [ˈɲɔkki] - gnognote – etc.

 

*Certains ont admis gnou prononcé niou (prononciation vieillie) : Site du Cnrtl - Prononc. : [gnu]. Mais [ɳu] ds Land. 1834, Gattel 1841 et DG. [...] 1782 gnou ou niou (Buffon, Hist. nat. Suppl., t. 6, p. 89, ibid.).

     

    Il fut un temps où gn se prononçait [gn] et le i devant gn (> ign) permettait de prononcer le son mouillé [ɲ].

    Puis le i a disparu et gn se prononce aujourd'hui [gn] ou [ɲ] selon le mot.

    Sauf pour oignon qui a conservé son i et que l'on prononce [ɔɲɔ̃] et parfois [waɲɔ̃].

    La prononciation [waɲɔ̃] est régionale. Les Lyonnais et les Stéphanois*, pour ne citer qu'eux, prononcent encore souvent [waɲɔ̃].

     

    Ainsi donc le nom de Montaigne, l'auteur des Essais, se prononçait-il Montagne.

    Exemples de mots anglais venant du français où le i est conservé : campaign, champaign...

     

    Oignon dans les dictionnaires

     

    Le dictionnaire Godefroy (ancien français) :

    http://micmap.org/dicfro/page/dictionnaire-godefroy/582/5/oignon

    oignier, oigner, oindre, frotter

    oignonee, oingnonnee, ragoût aux oignons

    oignonet, petit oignon

    oignonneries, légume du genre des oignons

    oignonette, oignonnette, ongnonete, ougnonete, oignonniete, oingnonnete, oignelette, oinoullette, plante du genre oignon.

    oignonnier, marchand d'oignons – oingnonnier

     

    Le Trésor

    Extrait

    Académie 1718-1762: oignon; 1798: ognon; 1835, 1878: oignon, ognon; 1935: oignon. Velléités de prononc. orth., [wa-], à l'image de poigne, etc., ou de suppression de i, ognon, à l'image de rogne, etc. Martinet-Walter 1973 [-ɳ-], [-nj-]

     

    L'Académie 8e édition

    Plante potagère qui a une racine bulbeuse de forme ronde, communément un peu aplatie, de saveur et d'odeur fortes, composée de plusieurs tuniques ou pellicules qui se recouvrent les unes les autres. Botte d'oignons. Oignon blanc. Oignon rouge. Soupe à l'oignon. Chapelet d'oignons, Une grande quantité d'oignons attachés ensemble. Pelure d'oignon, Une des enveloppes de l'oignon. Il se dit figurément d'une Étoffe, d'un papier très mince. Il se dit aussi de la Couleur rose violacée que présente la pellicule de l'oignon. Du vin pelure d'oignon. Fam., Être couvert comme un oignon, Être très chaudement vêtu. Par analogie, en termes de Botanique, il se dit du Bulbe de certaines plantes, dont la base produit des racines fibreuses. Dans cette acception, on l'écrit souvent OGNON. Ognon de jacinthe, de tulipe.
    OIGNON se dit aussi d'une Certaine callosité douloureuse qui vient aux pieds. Avoir des oignons. Il se dit également d'une Grosseur de la sole du cheval, qui se manifeste plus souvent en dedans qu'en dehors et qui ne vient presque jamais aux pieds de derrière.
    OIGNON se dit encore d'une Montre ancienne, très bombée.
    EN RANG D'OIGNONS, loc. adverbiale et familière dont on se sert en parlant de Plusieurs personnes ou de plusieurs choses qui sont rangées sur une même ligne.

     

    Le Littré

    oignon

    Extrait :

    (o-gnon ; l'i ne se prononce pas ; quelques-uns écrivent ognon) s. m.

    (7) Populairement. Il a de l'oignon, il a de l'argent.

    PROVERBE

    Marchand d'oignons se connaît en ciboules, c'est-à-dire on est difficilement trompé sur les choses de son métier.

    ÉTYMOLOGIE

    Provenç. uignon, ignon ; du lat. unionem, sorte d'oignon, grosse perle, chose unique, unité, de unus, un.

    Voir aussi

    oignonade - oignonet - oignonette - oignonière

     

    Bob Dictionnaire d'argot de la langue française

    www.languefrancaise.net/Bob/3327

    oignon - Anus, cul -

      

    La Nouvelle Orthographe (réforme de 1990) donne OGNON au lieu d'OIGNON

    Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

     

    Expressions

    Être traité aux petits oignons (avec soin)

    Arranger une affaire aux petits oignons. (Arranger avec un soin particulier)

    S'être fait arranger aux petits-oignons (s'être fait escroquer)

    Occupe-toi de tes oignons ! (Mêle-toi de tes affaires !)

     

    Quelques articles du blog où il est question d'étymologie

    Les nombreuses réformes de la langue française

    À la recherche de l'étymologie d'un mot

    Mais pourquoi la langue française est-elle si compliquée ? - L'origine du français

    L'accent circonflexe – Mettons-le seulement là où il faut - cru, crû, idolâtre, psychiatre, écolâtre, gaîment, absolument, ambigument, fantomatique, tempétueux... + Quiz

    La lettre Q – QV – QU

    Les mots ont une histoire - Pathologie verbale ou lésions de certains mots dans le cours de l'usage

    Prononciation problématique de quelques mots en français : gageure, almanach, handball, imbroglio, mas, tomber dans le lacs, abasourdi, blinis, Auxerre, Bruxelles, Cassis, Roanne...

    Sur la toile :

    LE NEZ DANS LES LIVRES: OIGNON OU OGNON ?

    Le nénufar et l'ognon (ou les avatars de l'orthographe française ...

     

    * Je suis une Stéphanoise pur jus et on m'a appris à prononcer oignon [waɲɔ̃]. Je me suis corrigée mais je connais beaucoup de Stéphanois qui le prononcent ainsi et qui ne voudraient en aucun cas changer.

     

    ACCUEIL & SOMMAIRE

    Tous les articles du blog

    Les diverses catégories

    Repost 1
    Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
    commenter cet article
    20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 09:23

     ACCUEIL & SOMMAIRE

    Tous les articles du blog

    Les diverses catégories (ou tags)

     

    On dit : une épithète, une épice, une épigramme, une acné, une algèbre, une anagramme, une ecchymose, une oriflamme, une impasse, une écritoire, une anicroche, une ébène, une ankylose, une épître, une scolopendre, une oasis, une odyssée...

    Un conseil : Si vous n'êtes pas sûr de vous, lisez à haute voix pour faire fonctionner votre mémoire orale et auditive.

     

    Certains mots existent au féminin et au masculin avec un sens différent :

    pupille pupille - barde barde - vapeur vapeur - hymne hymne - foudre foudre - parallèle parallèle - etc.

    Les dictionnaires hésitent pour alvéole. Certains penchent pour le masculin, d'autres pour le féminin.

    Alvéole, masculin selon l'Académie, de plus en plus employé au féminin. Le dictionnaire le Robert considère même comme vieux de l'employer au masculin. Larousse le donne au féminin.

    Wiktionnaire nous dit que l'usage hésite.

    Wikipédia préfère le masculin dans la plupart des acceptions sauf en géographie pour désigner une cuvette humide à fond plat (voir + de détails sur le site).

     

    Pour en savoir beaucoup plus, lisez l'article que je vous ai concocté il y a quelque temps déjà et faites donc le QUIZ.

    Féminin ou masculin ? Le genre des noms dont on n'est pas sûr + Quiz

    Vous y verrez : un élytre, un haltère, un hémisphère, un tentacule, un antre, un edelweiss, un arcane, et d'autres mots masculins que vous ne soupçonnez peut-être pas.

    Et interrogez vos amis, histoire de leur faire mesurer leur ignorance. Oh pardon ! Je veux dire : histoire de leur faire mesurer jusqu'où il peuvent compter sur leurs acquis.

    Dis-moi, Pierre, Paul, Jacques, sans hésitation, si les substantifs suivants sont féminins ou masculins ? ....

    ACCUEIL & SOMMAIRE

    Tous les articles du blog

    Les diverses catégories (ou tags)

    Repost 0
    Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
    commenter cet article
    19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 17:09

     ACCUEIL & SOMMAIRE

    Tous les articles du blog

    Les diverses catégories (ou tags)

     

    Le grand dictionnaire historique, ... par l'abbé Louis Moreri 1683

    Le grand dictionaire historiqve ov le melange cvrieux de l'Histoire sacree et profane

    LE GRAND DICTIONAIRE HISTORIQVE OV LE MELANGE CVRIEVX DE L'HISTOIRE SACREE ET PROFANE

     

    On lit page 987

    Q Cette lettre muette semble aussi inutile que le K, parce que le C peut avoir la même signification, & servir à leur place. Aussi elle n'a point toujours été en usage parmy les Latins, qui apparemment l'ont empruntée de Koph des Hébreux, et ne l'ont employé que pour joindre l'V vocale, avec une autre lettre vocale. Aussi, il est facile de remarquer que le Q ne peut se mettre dans la diction sans l'V. Les Latins changent souvent cette lettre en C. [...] Ausone parle ainsi de ces trois lettres, K, C et Q qui semblent avoir le même usage, de Litter. Monosyll.

     

    https://books.google.fr/books?id=Mw7OSWGaLKYC&pg=PA987&lpg=PA987&dq=qv+latin+qu&source=bl&ots=yYmhq9nXtp&sig=x_QlYqsLRRFpE_IGQ5L_h70u_dE&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjSltCg-4POAhVrK8AKHWMVDG4Q6AEIJzAE#v=onepage&q=qv%20latin%20qu&f=false

     

    On écrivait donc :

    Qvebec, Qventin, Qverci, Qvintilien, Gvillavme, Gvadelovpe, etc.

     

    Monsieur d'Harmonville reprend cette étude dans son dictionnaire

    Dictionnaire des dates, des faits, des lieux et des hommes historiques 1843 Par A.-L. d' Harmonville

    Voir à l'entrée Q Page 780

    Extrait

    Il est facile de remarquer que le Q ne peut se mettre dans la diction sans l'U. Les Latins changent cette lettre en C [...]. Les Français, les Italiens et les Espagnols ont emprunté la lettre Q des Latins. La langue anglaise l'emploie plus souvent que les Allemands*, chez lesquels l'usage de cette lettre est rare aussi bien que chez les Hongrois et les Esclavons*, qui ne s'en servent que pour les mots tirés du latin. Comme lettre numérale, chez les Anciens, elle signifiait 500 et 5000 quand on mettait dessus une barre.

    *Esclavon est le nom des habitants de l'Esclavonie (actuelle Slavonie)

    Pendant l'empire romain et jusqu'à la fin du Moyen Âge, l'Esclavonie était un réservoir d'esclaves. Wikipédia

     

    On lit page 349 :

    K est une lettre plutôt des Grecs que des Latins. Les premiers la nommaient κάππα, et les autres s'en sont servis autrefois qu'aux mots Kalende, Kabala, etc. & à la fin, ils lui ont substitué le C, qui a le même usage. [...]

     

    U

    La lettre latine u est issue de l'upsilon grec Υ, υ.

    l'histoire du u en français, cela nous donne donc quatre lettres issues de l'upsilon : u, v, w, y. C'est la lettre la plus productive.

    Histoire de la lettre u - Au domicile des mots dits et écrits

    http://monsu.desiderio.free.fr/curiosites/u-histoire.html

     

    LES LETTRES RAMISTES

    Distinguées par Pierre de la Ramée dit Ramus, humaniste (et grammairien) du XVIe siècle

    Wiktionnaire

    Se dit des lettres dont la graphie gothique prêtait à confusion et qui ont été désambiguïsées pendant la Renaissance.

    Les alphabets médiévaux ne distinguent pas i de j (qui n'ont pas de point en chef) ni u de v (dites « lettres ramistes » ; cette distinction date du XVIe siècle et a mis deux siècles à se stabiliser grâce, notamment, aux éditeurs hollandais).

     

      Note

      QU du mot QUELLE en allemand se prononce [kv].

      QU du mot QUATSCH se prononce [kv].

      etc.

      J'ignore s'il y a un lien avec l'ancien QV.

      Il y a peu de Q en allemand, surtout des K.


      Articles annexes du blog

      Les nombreuses réformes de la langue française

      Les lettres forment des mots - Isolées, que signifient-elles ?

      Le nom et le genre des lettres - l'h, le h, un h, une h, un ache - l's, le s, une esse - etc

      Que les consonnes sonnent !

      Les lettres numérales - les chiffres romains - QUIZ 46

      Les Epithètes de Maurice de la Porte – 1571

       

      ACCUEIL & SOMMAIRE

      Tous les articles du blog

      Les diverses catégories (ou tags)

      Repost 0
      Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
      commenter cet article
      14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 20:29

       ACCUEIL & SOMMAIRE

      Tous les articles du blog

      Les diverses catégories (ou tags)

      CECI - CELA

      Ne pas dire ni écrire Ceci dit, mais plutôt Cela dit.

      CECI annonce ce qui suit.

      Retenez bien ceci : Vous n'arriverez à rien si vous ne comptez que sur votre bonne étoile.

      CELA reprend ce qui précède.

      Je vous ai dit ce que je pensais de vous. Avez-vous aimé cela ?

      Et pas d'accent à cela, ni à ça quand il remplace cela.

      Dans l'article > Tel (accord) - que je (le) (ne) crois - moult (variable ou invariable) - Emploi de ceci et de cela - ainsi - martyr ou martyre - des jeunes gens et non de jeunes hommes - rouge et or (accord)

       

      SCÉNETTE - SAYNETTE

      Une scénette est un lieu, une petite scène (de théâtre) sur laquelle on joue.

      Une saynette est une courte pièce comique avec peu de personnages.

      Synonyme : sketch.

      Le mot saynette vient de l'espagnol.

      Ni l'Académie, ni Le Trésor (Cnrtl) ne reconnaissent le mot.

      Pour illustrer mon propos sur l'orthographe et la grammaire, j'ai écrit plusieurs saynettes dans ce blog. En voici quelques-unes :

      > Papa et maman Faichouin

      > Un couple bien ordinaire, Prunille et Théo

      > Léo n'aime plus Léa !

      > Scène de la vie ordinaire - Anaëlle et Léon

      > Les célibataires, Arnolphe et Isidore

      Récapitulation des articles précisant les règles illustrées :

      > Les petites histoires à trous de mamiehiou

      entre autres la série des épisodes Les Trois copines

      et aussi

      > Récapitulation des articles : "Ne pas confondre...

       

      ACCUEIL & SOMMAIRE

      Tous les articles du blog

      Les diverses catégories (ou tags)

      Repost 0
      Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
      commenter cet article
      13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 16:30

      ACCUEIL & SOMMAIRE

      Tous les articles du blog

      Les diverses catégories (ou tags)

       

      Méfions-nous de ces bonshommes aux airs bonhommes.

      La bonhomie qu'ils affichent n'augure rien qui vaille.

       

      Nom d'un petit bonhomme ! Au pluriel, le substantif bonshommes est différent de l'adjectif bonhommes.

      Bonshommes : prononcer bon-z-ommes

      On va faire des bonshommes de neige cet hiver, j'en suis sûr.

      Mon petit-fils, petit bonhomme de quatre ans, aime dessiner des petits bonshommes.

      C'était un vieillard doux et pacifique qui, à chaque fois qu'il me croisait, me gratifiait de sourires bonhommes.

       

      De la nécessité de ne pas oublier le NE de l'adverbe de négation pour éviter l'équivoque

       

      On néglige de plus en plus NE dans les phrases négatives, à l'oral et parfois même à l'écrit, dans les tweets, dans les sous-titres à la télé...

      NE accompagne les adverbes de la négation : PAS, PLUS, JAMAIS, QUE, RIEN...

       

      On a pas vécu ça.

      Elle a plus vingt ans.

      T'as jamais menti.

      Il a rien dit.

      Je veux qu'un bonbon.

      On n'a pas vécu ça.

      Elle n'a plus vingt ans.

      Tu n'as jamais menti.

      Il n'a rien dit.

      Je ne veux qu'un bonbon.

      Ne... que = seulement

       

      Aujourd'hui il a plus d'amis.

      On ne sait pas s'il en a davantage, ou plus du tout.

      À l'écrit, il y a une équivoque si l'on omet NE (Il n'a plus d'amis)

      Pas à l'oral puisque PLUS ne se prononce pas de la même façon.

      Il a plus d'amis. [plusse]

      OU

      Il n'a plus d'amis. [plu]

       

      Ne pas confondre NE négatif et NE explétif

      NE explétif - Quand peut-on l'employer ? - sans que je (ne) - avant que je (ne) - je crains que tu (ne) - j'empêche que tu (ne) - je m'attends à ce que tu (ne) - je ne nie pas que tu (ne)...

      FLE – Comprendre le français parlé rapidement

       

      Articles connexes

      Curiosités grammaticales QUIZ

      Écrire et ne pas écrire – Les fautes les plus usuelles

      Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... "

      Homonymes, homophones, paronymes

      Paronymie et paronomase + QUIZ

      agonir, agoniser - conjecture, conjoncture - percepteur, précepteur - ennoblir, anoblir - infecter, infester – bailler, bâiller, bayer - infraction, effraction - infesté, infecté - imminence, éminence - armistice, amnistie - collision, collusion - luxurieux, luxuriant - épigramme, épitaphe, épithalame, etc.

      Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes - (1) QUIZ

      Les barbarismes et les solécismes vous irritent-ils ou vous amusent-ils ? - (2) QUIZ

      Mosaïque de quelques curiosités de la Langue Française

      16- Las, lasse, hélas, de guerre lasse

      15- tout de suite - de suite - à la suite - comme suite

      14- À toute ! À toute suite ! ou À tout de suite ?

      13- Accoutumer à - Avoir coutume de

      12- Gaiement - gaîment - gaiment

      11- Grave - gravement - grièvement

      10- Plein - plain - plains - plaint

      9- rien moins que - rien de moins que

      8- Assavoir

      7- Absous ou absout / absoute

      6- Pourquoi SA onzième année plutôt que SON ?

      5- Ne pas confondre complément d'objet direct

      avec complément circonstanciel de mesure

      4- Tant plutôt que autant

      3- La conjugaison irrégulière des verbes en ayer, uyer, oyer, eyer

      2- Avoir l'air : Elle a l'air niais ou Elle a l'air niaise.

      1- Cent hommes tués ou cent hommes de tués

      Indicatif ou subjonctif après ...

      Il semble que, il me semble que, il paraît que – Faire (en sorte) que

      Douter que, douter si, se douter que, nul doute que, il n'est pas douteux que...

      Je ne sache pas que, que je sache. pas que je sache – Le moyen que – D'où vient que – Si... il est à craindre que

      Espérer que - Inutile que - Prendre garde (à ce) que - Faire attention (à ce) que

      Je veux bien que - Le hasard/le malheur veut que - Le malheur veut que - Oublier que - de ce que

      Le fait que - Je ne dis pas que - Cela ne veut pas dire que - Ce n'est pas/point que - ignorer que - Il n'empêche que

       

      ACCUEIL & SOMMAIRE

      Tous les articles du blog

      Les diverses catégories (ou tags)

       

      Repost 1
      Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
      commenter cet article

      Présentation

      • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
      • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
      • Contact

      Mon Profil

      • mamiehiou.over-blog.com
      • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
      • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

      Mon blog

      Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

      Rechercher Un Mot Du Blog