Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 10:08

FLORILÈGE- Liste des textes choisis

ACCUEIL & SOMMAIRE

Les diverses catégories (ou tags)

Tous les articles du blog

.                                                                                                    .

Un florilège de textes sélectionnés par mamiehiou

.                                                                                                    .

.                                                                                                                       .

  -4-

 

Pensées - Les deux infinis

 

Blaise Pascal (1623 - 1662)

 

Mathématicien, physicien, inventeur,

philosophe, moraliste

et théologien

 

Que l'homme contemple donc la nature entière dans sa haute et pleine majesté, qu'il éloigne sa vue des objets bas qui l'environnent. Qu'il regarde cette éclatante lumière, mise comme une lampe éternelle pour éclairer l'univers, que la terre lui paraisse comme un point au prix du vaste tour que cet astre décrit et qu'il s'étonne de ce que ce vaste tour lui-même n'est qu'une pointe très délicate à l'égard de celui que les astres qui roulent dans le firmament embrassent.

Mais si notre vue s'arrête là, que l'imagination passe outre ; elle se lassera plutôt de concevoir, que la nature de fournir. Tout ce monde visible n'est qu'un trait imperceptible dans l'ample sein de la nature. Nulle idée n'en approche. Nous avons beau enfler nos conceptions au-delà des espaces imaginables, nous n'enfantons que des atomes, au prix de la réalité des choses. C'est une sphère dont le centre est partout, la circonférence nulle part. Enfin, c'est le plus grand caractère sensible de la toute puissance de Dieu, que notre imagination se perde dans cette pensée.
Que l'homme, étant revenu à soi, considère ce qu'il est au prix de ce qui est ; qu'il se regarde comme égaré dans ce canton détourné de la nature; et que de ce petit cachot où il se trouve logé, j'entends l'univers, il apprenne à estimer la terre, les royaumes, les villes et soi-même son juste prix. Qu'est-ce qu'un homme dans l'infini ?
Mais pour lui présenter un autre prodige aussi étonnant, qu'il recherche dans ce qu'il connaît les choses les plus délicates. Qu'un ciron lui offre dans la petitesse de son corps des parties incomparablement plus petites, des jambes avec des jointures, des veines dans ces jambes, du sang dans ces veines, des humeurs dans ce sang, des gouttes dans ces humeurs, des vapeurs dans ces gouttes; que, divisant encore ces dernières choses, il épuise ses forces en ces conceptions, et que le dernier objet où il peut arriver soit maintenant celui de notre discours ; il pensera peut-être que c'est là l'extrême petitesse de la nature. Je veux lui faire voir là dedans un abîme nouveau. Je lui veux peindre non seulement l'univers visible, mais l'immensité qu'on peut concevoir de la nature, dans l'enceinte de ce raccourci d'atome. Qu'il y voie une infinité d'univers, dont chacun a son firmament, ses planètes, sa terre, en la même proportion que le monde visible ; dans cette terre, des animaux, et enfin des cirons, dans lesquels il retrouvera ce que les premiers ont donné ; et trouvant encore dans les autres la même chose sans fin et sans repos, qu'il se perde dans ses merveilles, aussi étonnantes dans leur petitesse que les autres par leur étendue; car qui n'admirera que notre corps, qui tantôt n'était pas perceptible dans l'univers, imperceptible lui-même dans le sein du tout, soit à présent un colosse, un monde, ou plutôt un tout, à l'égard du néant où l'on ne peut arriver ?
Qui se considérera de la sorte s'effrayera de soi-même, et, se considérant soutenu dans la masse que la nature lui a donnée, entre ces deux abîmes de l'infini et du néant, il tremblera dans la vue de ces merveilles ; et je crois que sa curiosité, se changeant en admiration, il sera plus disposé à les contempler en silence qu'à les rechercher avec présomption.

Car enfin qu'est-ce que l'homme dans la nature ? Un néant à l'égard de l'infini, un tout à l'égard du néant, un milieu entre rien et tout. Infiniment éloigné de comprendre les extrêmes, la fin des choses et leur principe sont pour lui invinciblement cachés dans un secret impénétrable, également incapable de voir le néant d'où il est tiré, et l'infini où il est englouti.
Que fera-t-il donc, sinon d'apercevoir quelque apparence du milieu des choses, dans un désespoir éternel de connaître ni leur principe ni leur fin ? Toutes choses sont sorties du néant et portées jusqu'à l'infini. Qui suivra ces étonnantes démarches ? L'auteur de ces merveilles les comprend. Tout autre ne le peut faire.
Manque d'avoir contemplé ces infinis, les hommes se sont portés témérairement à la recherche de la nature, comme s'ils avaient quelque proportion avec elle. C'est une chose étrange qu'ils ont voulu comprendre les principes des choses, et de là arriver jusqu'à connaître tout, par une présomption aussi infinie que leur objet. Car il est sans doute qu'on ne peut former ce dessein sans une présomption ou sans une capacité infinie, comme la nature.
Quand on est instruit, on comprend que la nature ayant gravé son image et celle de son auteur dans toutes choses, elles tiennent presque toutes de sa double infinité.

 

J'ai pris la liberté d'écrire en caractères gras le paragraphe qui est l'un des plus connus.

Note de Mamiehiou

 

L'homme n'est qu'un roseau, le plus faible de la nature ; mais c'est un roseau pensant. Il ne faut pas que l'univers entier s'arme pour l'écraser : une vapeur, une goutte d'eau suffit pour le tuer. Mais, quand l'univers l'écraserait, l'homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu'il sait qu'il meurt, et l'avantage que l'univers a sur lui, l'univers n'en sait rien.
Toute notre dignité consiste donc en la pensée…
Travaillons donc à bien penser…

 

FLORILÈGE- Liste des textes choisis

ACCUEIL & SOMMAIRE

Les diverses catégories (ou tags)

Tous les articles du blog

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Florilège - la pensée des autres
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 10:06

La clef des modes dans les subordonnées conjonctives

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Bien que  (concession) subjonctif

voir l'article sur le subjonctif §48

= quoique

 

Bien que tous les torts soient de mon côté, je n'en tiendrai aucun compte.

Ma décision n'a pas varié d'un iota bien que tu aies fait ton cinéma pendant quatre jours.

 

Ne pas employer "malgré que", c'est critiqué.

Voir  malgré que

 

>> Conjonctions de subordination et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative

 

La clef des modes dans les subordonnées conjonctives

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans La clef des modes dans les conjonctives
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 10:05
Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans La clef des modes dans les conjonctives
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 10:04

La clef des modes dans les subordonnées conjonctives

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Avant que (temps) subjonctif §38 dans :  Emplois du subjonctif.

= devant que (littéraire)

 

Les poules auront des dents avant que tu cesses de bouder comme tu le fais. Quelle galère !

Avant qu'il eût l'audace de m'adresser un sourire, je savais déjà qu'il me ferait la cour.

Tu es parti en claquant la porte avant que j'aie pu me justifier, comme d'habitude !

 

Le temps après la conjonction avant que :

AVANT QUE est souvent suivi d'un temps marquant l'antériorité par rapport au verbe principal alors que logiquement le verbe de la proposition exprime un fait postérieur. Remarque de Grevisse

Je te perdis de vue avant même que tu ne fusses monté dans le train.

 

Expression

Avant qu'il soit longtemps (vieilli et littéraire), "avant que beaucoup de temps soit passé" ou bien "dans peu de temps"

Il ne semble pas que cette crise internationale passe avant qu'il soit longtemps. 

   

Locutions suivies d'un infinitif : devant que de, avant que de (littéraire)

Tournez donc sept fois fois votre langue dans la bouche avant que de parler !

 

>> Conjonctions de subordination et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative

 

La clef des modes dans les subordonnées conjonctives

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans La clef des modes dans les conjonctives
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 10:01

La clef des modes dans les subordonnées conjonctives

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

1°Autant que (condition) subjonctif, ou moins souvent l'indicatif voir § 53 le subjonctif

Autant que j'en puisse en juger, elle est capable de vous plaire.

Elle est idiote autant qu'on en peut juger.

 

2°Voir pour autant que et ses différentes nuances

J'aimerais deviner votre opinion pour autant que je puisse le faire / pour autant que je pourrais le faire.

Cette institution n'est critiquable que pour autant que ses règles soient / sont aussi strictes.

 

3°D'autant plus que = surtout que (cause) indicatif.

Nous nous dépêchons de rentrer d'autant plus que l'orage menace d'éclater.

On parle des problèmes des délinquants d'autant moins qu'on n'a pas de solutions pour les endiguer.

 

4°Autant... que, autant de ... que    (degré /comparaison) indicatif

Ce garçon me plaisait autant qu'à elle.

Je suis sûre que je parle au moins autant que vous. (= autant que vous parlez, proposition elliptique du verbe)

Je te le répèterai autant de fois que cela sera nécessaire. 

J'ai autant de patience que j'en avais quand tu m'as connue.

Nous avons travaillé à cela autant que faire se peut.

 

5°Autant de... que (concession) subjonctif

Autant d'argent qu'il ait eu dans sa cassette, cela ne l'a pas empêché de quitter ce monde.

 

6°Autant que (degré et concession) subjonctif 

Autant que le tsunami ait sévi sur nos côtes, les digues ont tenu.

 

Autant, adverbe.

Autant de, déterminant.

 

Les propositions corrélatives, voir les Remarques  3 et 7

 

 

>> Conjonctions de subordination et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative

 

La clef des modes dans les subordonnées conjonctives

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans La clef des modes dans les conjonctives
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 09:57

La clef des modes dans les subordonnées conjonctives

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Aussitôt que (temps) indicatif 

 = dès que

 

Introduit une action antérieure à une autre action.

 

Il prit la porte aussitôt qu'il eut plié bagage, sans même un au revoir. Quel malappris !

Aussitôt que tu m'auras remerciée tu te croiras quitte, c'est ça ?

 

eut plié, passé antérieur

auras remercié, futur antérieur

 

Remarque :

Après dès que, aussitôt que, sitôt que (langue soignée), le verbe peut être au même temps que celui de la proposition principale du fait que ces conjonctions présentent des faits si proches qu'on peut les considérer comme simultanés.

Je frissonne aussitôt que tu me prends dans tes bras.

 

>> Conjonctions de subordination et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative

 

La clef des modes dans les subordonnées conjonctives

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans La clef des modes dans les conjonctives
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 07:01

La clef des modes dans les subordonnées conjonctives

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Locutions conjonctives avec l'adverbe loin

Loin que, si loin que, aussi loin que, d'aussi loin que, du plus loin que, bien loin que, au plus loin que, de si loin que

 

Loin A- à une certaine distance

1°Au plus loin que, subjonctif

Au plus loin que je puisse regarder, je ne vois aucun rapace planer dans le ciel.

 

2°Aussi loin que, si loin que

a-indicatif

Dans ce cas, les locutions entraînent des propositions corrélatives et sont suivies de l'indicatif, voir la remarque 7

SMS : "Je m'efforce de te regarder t'en aller aussi loin que se porte mon regard. Adieu !"

Aussi loin qu'on pouvait voir la forêt, rien ne laissait supposer qu'un feu était en train de couver.

Je lance la balle aussi loin que je le peux.

 

3°Les mêmes que 2° avec une nuance concessive subjonctif

La ville était torride sous ce soleil d'août et la rivière, si loin qu'elle donnât sa fraîcheur, semblait n'être plus là.

 

4°D'aussi loin que, de si loin que, indicatif

De si loin que les éperviers remarquent une proie courant sur le sol, ils s'apprêtent à foncer dessus.

Chaque jour, d'aussi loin que j'aperçois le facteur, je me précipite pour savoir si tu m'as écrit.

D'aussi loin que je le pouvais, j'apercevais ton navire se profiler à l'horizon. Joie !

 

5°Du plus loin que, indicatif

Elle m'interpella cavalièrement du plus loin qu'elle me vit.

 

Loin B-exprime la concession

1°Si loin que (concession) subjonctif

Si loin qu'on soit raciste, on peut se surprendre parfois à avoir quelques préjugés dont on a peine à se défaire.

 

2°Bien loin que (concession) subjonctif

Bien loin que je veuille vous décevoir, mais je ne vous accompagnerai pas à la montagne avec ma jambe cassée.

 

3°Loin que (concession) littéraire, subjonctif

Loin que je veuille vous contrarier, mais je n'irai pas à Venise avec vous si vous emmenez vos enfants.

Loin que je veuille vous affiger, je ne puis me dispenser de vous dire vos quatre vérités.

 

Loin C- dans le passé

1°-Du plus loin que, subjonctif

Du plus loin que je me souvienne, vous avez toujours passé tous mes caprices

= Du plus loin qu'il m'en souvienne

= Du plus loin qu'il m'en souvienne

 

2°- Aussi loin que, même sens que le précédent, subjonctif

Aussi loin que je puisse remonter dans mon passé, je ne me souviens pas vous avoir jamais rencontré.

 

Voir l'article sur le subjonctif, le §43 dans Emplois du subjonctif

 

>>Conjonctions de subordination et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative  

 

 ACCUEIL & SOMMAIRE

 Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans La clef des modes dans les conjonctives
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 06:22
Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans La clef des modes dans les conjonctives
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 06:12

La clef des modes dans les subordonnées conjonctives

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

1°Aussi... que = si... que (concession) subjonctif

§48 dans :  Emplois du subjonctif.

Aussi.. que, dans ce sens, est ancien, et il est fort répandu aujourd'hui alors que je l'ai vu dénoncer comme barbarisme dans certains sites en ligne. L'Académie l'admet et Grevisse aussi.

 

Je m'accroche à cette idée, aussi bizarre qu'elle soit.

Aussi touffu que puisse être ton blog, je m'y balade, sans m'y perdre, avec plaisir.

 

2°Aussi... que (corrélation, comparaison) indicatif ou conditionnel si une condition est exprimée ou non. 

 

Tu as brodé cette nappe aussi joliment que tu l'aurais fait si tu avais été une professionnelle.

Tu seras aussi docile que je te le demanderai, n'est-ce pas, ma chérie ?

 

Voir  les remarques 3 et 7 : les subordonnées corrélatives

 

>> Conjonctions de subordination et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans La clef des modes dans les conjonctives
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 06:05

FLORILÈGE- Liste des textes choisis

ACCUEIL & SOMMAIRE

Les diverses catégories (ou tags)

Tous les articles du blog

 

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

 Un florilège de textes sélectionnés par mamiehiou

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

 

 -3-

 

 

Pensées et fragments

 

Arthur Schopenhauer (1788–1860)

 

Philosophe allemand

 

Douleurs du monde

La consolation la plus efficace, dans tout malheur, c'est de tourner les yeux vers ceux qui sont encore plus malheureux que nous : ce remède est à la portée de chacun. Mais qu'en résulte-t-il pour l'ensemble ?

Semblables aux moutons qui jouent dans la prairie, pendant que, du regard, le boucher fait son choix au milieu du troupeau, nous ne savons pas, dans nos jours heureux, quel désastre le destin nous prépare précisément à cette heure, - maladie, persécution, ruine, mutilation, cécité, folie, etc.*

Tout ce que nous recherchons à saisir nous résiste ; tout a sa volonté hostile qu'il faut vaincre. Dans la vie des peuples, l'histoire ne nous montre que guerres et séditions : les années de paix ne nous semblent que de courtes pauses, des entr'actes, une fois par hasard. Et de même la vie de l'homme est un combat perpétuel, non pas seulement contre des maux abstraits, la misère ou l'ennui ; mais contre les autres hommes. Partout on trouve un adversaire ; la vie est une guerre sans trêve, et l'on meurt les armes à la main.

 

Traduction de Jean Bourdeau (1848 - 1928)

...........................................

*"Nous sommes des victimes condamnées toutes à la mort ; nous ressemblons aux moutons qui bêlent, qui jouent, qui bondissent en attendant qu'on les égorge. Leur grand avantage sur nous est qu'ils ne se doutent pas qu'ils seront égorgés, et que nous le savons." Voltaire (note du traducteur)

 

FLORILÈGE- Liste des textes choisis

ACCUEIL & SOMMAIRE

Les diverses catégories (ou tags)

Tous les articles du blog

 

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Florilège - la pensée des autres
commenter cet article

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Rechercher Un Mot Du Blog