Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 18:57

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Tous les QUIZ

 

PARONYMIE – PARONOMASE 

 

Sommaire de l'article :

Que signifient les mots paronyme et paronomase ?

Paronymes avec lesquels ont joué quelques auteurs

Phrases familières qui contiennent des paronymes

Une liste de paronymes

Les paronymes, sources d'erreurs

& Quiz n°27
 

Certains mots français, et ils sont nombreux, ont une sonorité ou une orthographe proche. Ce sont des paronymes. Il arrive parfois qu'on se méprenne et qu'on confonde un mot avec un autre.

 

Quelques auteurs se sont plu à jouer avec des mots de sonorités proches. En rhétorique la figure de style qui consiste à rapprocher des paronymes dans un même texte se nomme la paronomase.

 

« Ma douce Hélène, non, mais bien ma douce haleine... »

Sonnet pour Hélène, Ronsard

 

« Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage »

Pierre de Marbeuf

 

« Bizarres, beaux-arts, baisers »

Eugène Ionesco

 

« Faux marbre fou d'ambre et d'ombre. »

Jean Cocteau

 

Café crème

Café crème

Café crime arrosé sang

Jacques Prévert

 

« Lingères, légères »

Paul Éluard

 

« Espèces d'espace »

Georges Perec

 

Des phrases familières

Qui se ressemble s'assemble.

Cool, Raoul !

Relaxe Max !

Un peu, mon neveu !

Je veux, mon neveu !

À l'aise Blaise !

Tranquille Bill !

En route, mauvaise troupe !

Qui vole un oeuf vole un boeuf

Vous en connaissez sûrement d'autres que vous pouvez ajouter dans un commentaire.

 

Quelques paronymes

agonir et agoniser

anoblir et ennoblir

attention et intention

bâiller, bailler, bayer

chasse et châsse

conjecture, conjoncture

éminence, imminence

luxurieux, luxuriant,

luxure, luxation

allocation, allocution

cervical, cérébral

épigramme, épithalame

épigraphe, épitaphe  

éminent, imminent

percepteur, précepteur

amnistie, armistice

croasser, coasser

matador, matamore

collision, collusion

recouvrer, recouvrir

prodige, prodigue

infecter, infester

brun [bʁœ̃ ]̃, brin [bʁɛ̃]

 

Remarque. Aujourd'hui la langue courante ne fait plus beaucoup de différence entre les deux sons  œ̃ (un) et  ɛ̃ (in) . En français parisien la différence n'existe plus.    

œ̃ (un)  disparaît au profit de ɛ̃ (in) qui est plus ouvert (la bouche est plus ouverte quand vous le prononcez)

Si vous nasalisez le son-voyelle du mot lai, vous obtiendrez le mot lin. Si vous nasalisez le son-voyelle du mot leu, vous aurez l'un.

La tendance est donc de prononcer lin au lieu de l'un.

 

On entend des erreurs comme :

 

il faut mieux pour il vaut mieux

il aurait mieux fallu pour il aurait mieux valu

je vous serai gré pour je vous saurai gré

 

On peut s'amuser à dire ou à entendre certaines expressions qui parfois traduisent l'ignorance de celui qui les prononce. (exemples cités dans les Délires 69)

parler comme une vache espagnole au lieu de parler comme un Basque l'espagnol

être fier comme bar tabac, au lieu de être fier comme Artaban

avoir une voix de centaure au lieu de Stentor

 

QUIZ 27

 

Compléter les phrases avec les mots qu'il faut.

 

1- On l'entendait crier jusqu'ici ; il vous ........ d'injures.  Quelle honte ! (agonissait ou agonisait)

 

2- Difficile de venir en aide aux agriculteurs dans cette ........ (conjecture ou conjoncture)

 

3- Mon fils n'ira pas à l'école, il étudiera à la maison avec un ........ (percepteur ou précepteur)

 

4- Ce preux chevalier a été ........ par le roi. (ennobli ou anobli)

 

5- Je vous ........ gré de ne pas oublier de me rendre mon dû. (saurai, serai)

 

6- Au Moyen Âge, les grands chemins étaient ........ de brigands. (infectés, infestés)

 

7- Quel malotru ! Il m'a ........ trente coups de bâtons. (baillé, bâillé, bayé)

 

8- Qu'avez-vous donc à ........ ainsi aux corneilles. Remuez-vous ! (bailler, bâiller, bayer)

 

9- Vu ........ du danger, nous devons fuir sans attendre. (l'imminence, l'éminence)

 

10- Ce condamné à mort ne bénéficiera pas de ........ qu'il attendait. (l'armistice, l'amnistie)

 

11- Tout est sens dessus dessous ! On est entré par ........ dans l'appartement ! (infraction, effraction)

 

12- Les reliques sont conservées dans cette précieuse ........ . Attention ........ gardée ! (chasse, châsse)

 

13- Je vous ai composé un(e) ........ pour célébrer votre mariage. « Oh hymen ! Oh hyménée ! » (une épigramme, un épithalame)

 

14- Nous ne sommes plus au temps où l'on écrivait des ........ contre les ministres. (épigrammes, épithalames)

 

15- Les deux plaignants semblent de mèche. Serait-ce donc une ........ ? (collusion, collision)

 

16- Que ........-tu, grenouille ? (croasses, coasses)

 

17- Il a ........ la vue. C'est une merveille ! C'est un ........ ! (recouvert, recouvré – prodigue, prodige)

 

18- Regarde-moi ce m'as-tu-vu, ce ........ ! (matador, matamore)

 

19- Que de fleurs ! Que de fruits ! Quel jardin ........ ! (luxuriant, luxurieux)

 

20- Rousseau a écrit  — le savez-vous ?— l'........ de Voltaire :

   « Plus bel esprit que beau génie,

    Sans foi, sans bonheur, sans vertu,

    Il mourut comme il a vécu,

    Couvert de gloire et d'infamie. »

Non vraiment, ce n'était pas le grand amour entre ces deux grands hommes !

Plus bel esprit que beau génie, - Sans foi, sans bonheur, sans vertu, - Il mourut comme il a vécu, - Couvert de gloire et d'infam

(épigraphe, épitaphe)

 

21- Qu'a choisi Stendhal pour ........ à son roman Le Rouge et le Noir ? – Une parole de Danton : « La vérité, l'âpre vérité. » (épigraphe, épitaphe)

 

22- Elle a succombé à une attaque ........ (cervicale, cérébrale)

 

23- Les sept péchés capitaux : l'orgueil, l'avarice, l'envie, la colère, la ........ la gourmandise, la paresse. (luxure, luxation)

 

24- Je souffre d'une ........ du poignet à force de taper sur mon clavier d'ordinateur. Est-ce vraiment utile que je me donne tout ce mal pour éclairer la lanterne de mon prochain ? (luxure, luxation)

 

25- Il avait écrit sur l'enveloppe de la lettre adressée à l'entreprise où je travaillais : "À l'........ de Madame Hiou". Un indélicat a diffusé la lettre à tout le personnel. C'est ainsi que tout le monde a su qu'il m'avait fait une déclaration d'amour.(intention, attention)

 

26- Donnez-moi donc une cuvette, que je fasse mes ........, que je me lave les mains.

Le chirurgien a fait hier l'........ de mes tumeurs et j'en suis fort aise. (ablution, ablation)

 

Correction

 

1- On l'entendait crier jusqu'ici ; il vous agonissait d'injures. Quelle honte ! Le verbe agonir est du 2ème groupe, agoniser est du 1er.

 

2- Difficile de venir en aide aux agriculteurs dans cette conjoncture.

 

3- Mon fils n'ira pas à l'école, il étudiera à la maison avec un précepteur.

 

4- Ce preux chevalier a été anobli par le roi.

 

5- Je vous saurai gré de ne pas oublier de me rendre mon dû.

 

6- Au Moyen Âge, les grands chemins étaient infestés de brigands.

 

7- Quel malotru ! Il m'a baillé trente coups de bâtons.

Bailler, donner. Vous me la baillez belle / Vous me la bailler bonne, vous cherchez à m'en faire accroire, expression qui vient du jeu de paume.

 

8- Qu'avez-vous donc à bayer ainsi aux corneilles. Remuez-vous !

 

9- Vu l'imminence du danger, nous devons fuir sans attendre.

 

10- Ce condamné à mort ne bénéficiera pas de l'amnistie qu'il attendait.

 

11-Tout est sens dessus dessous ! On est entré par effraction dans l'appartement !

 

12- Les reliques sont conservées dans cette précieuse châsse. Attention chasse gardée !

 

13- Je vous ai composé un épithalame pour célébrer votre mariage. « Oh hymen ! Oh hyménée !... »

 

14- Nous ne sommes plus au temps où l'on écrivait des épigrammes contre les ministres.

 

15- Les deux plaignants semblent de mèche. Serait-ce donc une collusion ?

 

16- Que coasses-tu, grenouille ?

C'est le corbeau qui croasse.

 

17- Il a recouvré la vue. C'est une merveille ! C'est un prodige !

 

18- Regarde-moi ce m'as-tu-vu, ce matamore !

 

19- Que de fleurs ! Que de fruits ! Quel jardin luxuriant !

 

20- Rousseau a écrit — le savez-vous ?— l'épitaphe de Voltaire :

« Plus bel esprit que beau génie,

Sans foi, sans bonheur, sans vertu,

Il mourut comme il a vécu,

Couvert de gloire et d'infamie. »

Non, ce n'était pas le grand amour entre ces deux grands hommes !

 

Plus bel esprit que beau génie, - Sans foi, sans bonheur, sans vertu, - Il mourut comme il a vécu, - Couvert de gloire et d'infam

21- Qu'a choisi Stendhal pour épigraphe à son roman Le Rouge et le Noir ? – Une parole de Danton : « La vérité, l'âpre vérité. »

 

22- Elle a succombé à une attaque cérébrale.

 

23- Les sept péchés capitaux : l'orgueil, l'avarice, l'envie, la colère, la luxure, la gourmandise, la paresse.

 

24- Je souffre d'une luxation du poignet à force de taper sur mon clavier d'ordinateur. Est-ce vraiment utile que je me donne tout ce mal pour éclairer la lanterne de mon prochain ?

 

25- Il avait écrit sur l'enveloppe de la lettre adressée à l'entreprise où je travaillais "À l'attention de Madame Hiou". Un indélicat a diffusé la lettre à tout le personnel. C'est ainsi que tout le monde a su qu'il m'avait fait une déclaration d'amour.

 

26- Donnez-moi donc une cuvette, que je fasse mes ablutions, que je me lave les mains.

Le chirurgien a fait hier l'ablation de mes tumeurs et j'en suis fort aise.

 

Article connexe :

En prison, y a pas de dorures, y a pas de rideaux, y a pas de luxure.

 

Et, si un mot vous semble obscur, reportez-vous aux dictionnaires de l'Académie ou au Trésor de la langue française (TFL) en ligne Lexicographie- Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Tous les QUI

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 14:04

  ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

L'ACCORD DES PARTICIPES PASSÉS

 

Avant de lire les corrections données ci-dessous, il est conseillé de faire l'exercice :

Voir le texte à trous sans les accords > QUIZ 26

 

Pour mémoire > Règles de l'accord des participes passés

 

Rappel avant la correction

 

Verbes transitifs - verbes intransitifs

 Un verbe transitif direct a un complément d'objet direct qui répond aux questions quoi ? ou qui ?

Je regarde la jeune fille qui mange un gros gâteau.

la jeune fille, cod de regarde

un gros gâteau, cod de mange.

Je la regarde qui le mange.

la et le, pronoms personnels, sont cod.

 

Un verbe transitif direct  peut avoir deux sortes de compléments d'objet.

♦ un cod (complément d'objet direct) qui se construit directement, sans préposition

le cod est appelé complément d'objet premier s'il y a un cos (complément d'objet second)

♦ et un complément d'objet second (cos) qui répond à la question à qui ? à quoi ?

il est indirect car il se construit avec une préposition

Le cos n'existe pas sans le cod.

Ce galant homme a offert un bouquet à la femme de ses rêves.

un bouquet, cod de a offert.

à la femme de ses rêves, cos de a offert.

 

Un verbe transitif indirect a un complément d'objet indirect (coi) qui répond aux questions à qui ? à quoi ? de qui ? de quoi ? parfois sur qui ? sur quoi ?...

Elle pense à moi.

Elle doute de vos capacités intellectuelles.

Vous lui nuisez.

On compte sur vous.

 

Un verbe intransitif n'a pas de complément d'objet

Je pleure ou je ris, c'est selon.

Un verbe intransitif peut s'employer transitivement, avec un complément d'objet.

Et toi, tu pleures des larmes de crocodile ! 

 

Pour en savoir + lire : Qu'est-ce qu'un complément d'objet direct ? un complément d'objet second ? un complément d'objet indirect ? Qu'est-ce qu'un attribut ?

Dans la correction on lira :

PP > participe passé

cod > complément d'objet direct

cos > complément d'objet second

 

 

 

Une saynète

Prunille et Théo, un couple bien ordinaire

 

LES PERSONNAGES :

x, Prunille - y, Théo

R : retour au texte à trous

 

y1- Tu l'as vue cette belle actrice ? Eh bien, Pignon me l'a fait connaître et il me l'a présentée. R

PP vue, employé avec avoir, accord avec le cod la élidé (l') placé avant, pronom personnel qui représente cette belle actrice.

PP fait. Lorsque le pp fait est suivi d'un infinitif, il est invariable.

PP présentée, employé avec avoir, accord avec le cod la (l') placé avant. 

 

x2- Je n'ai jamais été vraiment emballée par son jeu, tu sais. R

PP emballée, employé avec être, voix passive, accord avec le sujet je au féminin singulier.

Voix active, son jeu ne m'a jamais vraiment emballée

 

y3- Les choses qu'il m'a dites sur elle sont incroyables. R

PP dites, employé avec avoir, accord avec le cod placé avant, le pronom relatif que élidé qui représente l'antécédent choses.

 

Il m'en a raconté ! Je ne te le dis pas. R

PP raconté, ici, pas d'accord avec en (voir la phrase n°6)

 

x4- Ah ?

 

y5- Et les cadeaux qu'il lui a offerts ! Même ses roses ! Les roses de son jardin ! R

PP offerts, employé avec avoir, accord avec le cod que (les cadeaux) placé avant.

 

x6- Vraiment ? C'est de cette péronnelle qu'il t'a parlé ? R

PP parlé, employé avec avoir, pas d'accord, pas de cod

 

Et il lui en a donné (ou données) beaucoup, de ses roses ?

Des roses de son jardin ? Est-ce possible ?

Mais combien lui en a-t-il données ? R

PP données, employé avec avoir, en général pas d'accord avec EN mais dans ce cas, accord possible.

Règle :

Il y a accord possible quand EN est complément d'un adverbe de quantité, combien, autant, beaucoup, moins, plus.

Des livres, combien il en a dévorés (ou dévoré) ! Accord facultatif.

Des films de cette qualité, combien en avez vous vu (vus) ?

Il en a tant écrit (s) de ces romans à l'eau de rose.

Certains dictionnaires précisent qu'il vaut mieux faire l'accord quand l'adverbe de quantité précède EN et ne pas le faire quand il suit.

Le Grevisse nous fait remarquer que EN peut être considéré avec le genre et le nombre du mot qu'il représente, on peut donc faire l'accord.

Quel casse-tête, vraiment !

Pour simplifier sans faire d'erreur, vous pouvez ne jamais accorder le participe passé avec EN. Qui vous le reprocherait ? Même les puristes ne sont pas d'accord !

 

De ses roses, que je n'ai jamais vues fleurir ! R

PP vues, employé avec avoir, suivi d'un infinitif, le cod que (ses roses) placé avant. Lorsque le cod fait l'action de l'infinitif, il y a accord.

Ses roses que j'ai vues fleurir. Elles fleurissent.

Ses roses que j'ai vu cueillir. Elles sont cueillies.

 

y7- Pourtant, tu les as vu planter, et arroser, et bichonner tout le printemps ! R

PP vu, ici pas d'accord avec le cod les, les roses ne font pas l'action des infinitifs.

 

Toute cette peine qu'il s'est donnée ! R

PP donnée, verbe pronominal réfléchi, se est cos, le pp s'accorde avec le cod que (toute cette peine) placé avant.

 

Tous ces efforts qu'il a faits ! R

PP faits, employé avec avoir, s'accorde avec le cod que (tous ses efforts) placé avant.

 

x8- Ah oui, ses pauvres fleurs ! J'ai vu comment il les a plantées et arrosées, et bichonnées. Je les ai même regardées pousser... de là à s'épanouir ! R

PP plantées, arrosées, bichonnées, employé avec avoir, accord avec le cod les (ses pauvres fleurs) placé avant.

PP regardées, PP suivi d'un infinitif, le cod les actions des infinitifs, accord.

 

Tous ses efforts se sont succédé sans relâche, je te l'accorde. Quel gâchis ! R

Succédé est invariable. Il ne peut pas avoir de cod, succéder à, verbe transitif indirect.

 

En revanche, j'admire les parterres qui ont fleuri, grâce à toi, dans notre jardin. Ils sont bien réussis. R

PP fleuri, verbe intransitif, pas de cod.

PP réussis, employé comme adjectif, il s'accorde comme un adjectif qualificatif.

Ils sont réussis, ils ont réussi.

 

Mais je me suis piquée quelquefois aux chardons. R

PP piquée, verbe pronominal réfléchi, le PP s'accorde avec le cod, le pronom réfléchi me (= moi-même) placé avant.

 

y9- Tu t'es piqué les doigts ? R

PP piqué, pronominal réfléchi, ne s'accorde pas avec le cod doigts placé après.

 

x10- Oui, et une vipère m'a mordue aussi. L'eusses-tu cru, dis-moi ? M'eusses-tu crue ? Le jour même de nos fiançailles ! Et je me suis tue. R

PP mordue, employé avec avoir, accord avec le cod me placé avant.

PP cru, employé avec avoir, le cod placé avant est l' (le). Le remplace toute la phrase qui précède.

PP crue, employé avec avoir, accord avec le cod m' (me) placé avant.

PP tue, verbe se taire pronominal subjectif*(non réfléchi puisque l'action du sujet ne porte pas sur le sujet lui-même). Accord avec le sujet je. Se taire n'est pas non plus un verbe essentiellement pronominal puisqu'il existe sans SE : Taire. Le mot SE fait corps avec le verbe, il est inanalysable.  

 

y11- Pas de chance ma Louloute, ma Louloute que j'aime et que j'ai aimée par dessus tout... tout ce temps près de toi... R

PP aimée, employé avec avoir, accord avec que (antécédent ma Louloute) cod placé avant.

 

x12- … Il s'est écoulé tant d'années, mon bichon... Et tant de choses se sont passées... R

PP écoulé, verbe pronominal subjectif*, jamais d'accord avec un sujet impersonnel il.

PP passées, verbe pronominal subjectif* (ni essentiellement pronominal, ni réfléchi), accord avec le sujet choses.

*verbe pronominal subjectif > Qu'est-ce qu'un verbe pronominal (réfléchi, réciproque, subjectif...) ? + QUIZ 32 Accord du participe passé des verbes pronominaux

 

Pourquoi donc nous sommes-nous chamaillés si souvent, et si souvent crêpé le chignon, et si souvent parlé comme des charretiers, et si souvent battus même. R

PP chamaillés, pronominal réciproque, accord avec le cod nous placé avant.

PP crêpé, pas d'accord, le cod le chignon est placé après.

PP parlé, pas d'accord puisqu'il n'y a pas de cod. On parle à quelqu'un, coi.

PP battus, accord avec le cod nous, pronom réciproque qui est commun à tous les pp de la phrase.

 

y13- Mais nous nous sommes aussi tant et tant aimés, et si souvent embrassés, et nous nous sommes donné tant de câlins qu'on n'aurait pas pu les compter. R

PP aimés, pronominal réciproque, accord avec le pronom réciproque nous placé avant.

PP embrassés, même chose.

PP donné, pas d'accord, le cod câlins est après.

PP pu, semi auxiliaire qui accompagne le verbe compter, jamais d'accord.

 

x14- Certes nous nous sommes reproché trop de peccadilles ces derniers temps, notre indifférence, nos cris, nos silences... R

PP reproché, pronominal réciproque, pas d'accord, le cod peccadilles est après.

Remarque : nous nous sommes reproché l'un à l'autre...

nous, pronom réciproque, coi de reproché

 

y15- Nous nous sommes regardés en chiens de faïence. R

PP regardés, pronominal réciproque, accord avec le cod nous, pronom réciproque placé avant.

 

x16- Nous nous serions bien arraché les yeux. R

PP arraché, pronominal réciproque, pas d'accord, le cod les yeux est après.

 

Dis, nous nous sommes nui parfois, tu sais. R

PP nui, verbe pronominal réciproque. Pas de cod, pas d'accord. Le verbe nuire se construit avec un complément d'objet indirect, nuire à. Le pronom réciproque nous est un coi pas un cod.

 

Tu ne m'aurais pas empêchée de partir si je te l'avais demandé, tout de même ? R

PP empêchée, employé avec avoir suivi d'un infinitif lui-même précédé d'une préposition, s'accorde avec le cod me placé avant.

PP demandé, employé avec avoir, ne s'accorde jamais avec le qui le   précède si le représente un infinitif, une proposition, une phrase (… si je t'avais demandé de partir)

 

y17- Que dis-tu là ? Je t'aurais retenue contre vents et marées ! R

PP retenue, employé avec avoir, accord avec le cod t' (te) placé avant.

 

Je t'aurais serrée très fort dans mes bras puissants. R

PP serrée, même chose que précédemment.

 

J'aurais pu m'en aller aussi R

PP pu, semi auxiliaire qui accompagne s'en aller, invariable.

 

x18- Je me serais crue trahie ! Tu m'aurais fait souffrir. Jusqu'où nous serions-nous laissé aller ? R

PP trahie, attribut du pronom réfléchi me, s'accorde avec lui. (Je suis trahie)

Le pp suivi d’un attribut du pronom réfléchi s’accorde ordinairement avec ce pronom.

PP fait et laissé sont invariables lorsqu'ils sont suivis d'un infinitif.

>> L'accord problématique des participes passés FAIT et LAISSÉ

 

y19- Tu te serais rendue intéressante ! R

Même règle que pour trahie, au n°18.

PP rendue, attribut du pronom réfléchi te, s'accorde avec lui.

 

x20- Certes, je me serais emparée de toi comme une folle. R

PP emparée, verbe subjectif essentiellement pronominal, accord avec le sujet je. 

 

J'aurais crié à tel point que mes hurlements de douleur se seraient entendus de loin. R

PP crié, verbe intransitif, pas d'accord.

PP entendus, verbe pronominal de sens passif, accord avec le sujet cris.

= Mes cris auraient été entendus de loin, on aurait entendu mes cris de loin.

 

y21- Il se seraient perdus dans le calme du soir. R

PP perdus, verbe pronominal réfléchi, accord avec le pronom réfléchi se, cod placé avant.

 

Ta voix, ta chère voix que j'aurais écoutée résonner dans la nuit... R

PP écoutée suivi d'un infinitif, accord avec le cod que (ta chère voix), placé avant, il fait l'action de l'infinitif résonner. (Ta chère voix résonne)

 

On se serait séparés à regret. R

PP séparés, pronominal réciproque, accord sylleptique. On est ici pris pour nous, pluriel.

 

La syllepse est une figure de style qui permet d'exprimer notre pensée sans pour autant suivre les règles grammaticales.

Exemples :

Quand les pronoms personnels nous et vous sont employés pour une personne au singulier, l’adjectif, le participe passé qui s’accordent normalement avec ces pronoms, se mettent au singulier et au genre correspondant au sexe de la personne.

 « Alors mademoiselle, nous nous sommes réveillée bien tard ce matin ! Nous sommes-nous bien reposée ?

De même pour le pronom indéfini ON le plus souvent au singulier qui représente une personne non définie comme son nom l'indique. Quand il est pris pour nous, il se met au masculin ou au féminin pluriel selon le cas.

Exemple : « Alors les filles, on s'est bien reposées ? » Langage familier.

 

x22- Ton corps frémissant que j'aurais senti contre moi... R

PP senti, le cod placé avant (que mis pour corps) est au masculin singulier.

 

x + y23- AAAAh...

 

x24- Étant donné la tournure des événements, on ferait mieux de ne pas offenser la grammaire.

PP donné, dans « Étant donné » expression qui précède ce à quoi elle se rapporte, invariable.

 

Liste des participes passés invariables dans le même cas.  

Participes passés sans auxiliaire, lorsqu'ils ne sont pas adjectifs.

1 - Invariables : ci-annexé, ci-inclus, ci-joint, placé en tête de phrase ou devant le nom et considérés comme des adverbes.

2- Invariables : attendu, compris, entendu, excepté, non compris, ôté, ouï, supposé, vu, y compris, placés devant un nom ou un pronom et qui ont valeur de prépositions.

3- Invariables : approuvé, fait, lu, quand ils précèdent le nom ou écrits au bas d'un document .

4- Invariables : étant donné, fini, mis à part, passé quand ces participes passés sont placés en tête de phrase ou précèdent un nom ou un pronom. Mais attention au sens de la phrase.

Même chose pour étant donné qui est toujours placé avant le nom.

5- Invariables : les participes passés des locutions conjonctives attendu que, étant donné que, excepté que, supposé que..  

 

 y25-27- Qui parle d'offenser grand-mère ni grand-père* ?... R

*Cf. Propos de Martine dans Les Femmes Savantes de Molière.

Lire l'extrait de la scène 6 de l'acte II à la fin de l'article précédent.

 

Ah ! tu veux parler de ces participes passés auxquels on a dû penser. Ont-ils été orthographiés correctement ? Ont-ils été écrits sans fautes ? Nous ont-ils donné du fil à retordre ? R

PP dû, semi auxiliaire devoir, accompagne le verbe penser, invariable.

PP orthographiés, employé avec l'auxiliaire être, accord avec le sujet ils.

PP écrits, même chose.

PP donné, employé avec avoir, pas d'accord, le cod du fil à retordre est placé après.

 

> Ne pas confondre : du dû dus dut, due, dues, et dût
et > [du] s'écrit du, dû, due, dues, dus, dut, dût - Trouvez la bonne orthographe et justifiez-la - QUIZ 65 - Texte à trous "Du coeur et de l'ardeur d'apprendre"

 

x28- Ils m'ont bien forcée à réfléchir.

PP forcée, employé avec avoir et suivi d'un infinitif lui-même précédé d'une préposition, accord avec le cod me placé avant.

 

y29- Ils se sont ri de nous, tant qu'à faire ! R

PP ri, du verbe pronominal subjectif se rire de, toujours invariable.

 

x30- Ils se sont plu et complu à nous tourmenter. 

Et nous nous sommes rendu compte de leur cruauté. 

PP plu, verbe pronominal subjectif

Plu, complu, déplu sont toujours invariables. 

PP rendu, invariable dans la locution se rendre compte. Compte est cod.

> Participes passés invariables : ils se sont succédé, parlé, souri, menti, nui, plu déplu, complu, ri, fait mal/tort/justice - rendu compte, donné rendez-vous - ils se sont fait/laissé mordre...

 

y31- Vu les myriades de participes, ils se sont bousculés dans notre discours sans que nous les ayons vraiment invités. R

PP vu, (on peut penser à j'ai vu) invariable quand il précède ce à quoi il se rapporte, sauf dans certains cas. Voir la règle de « étant donné, vu, ci-inclus, etc »

PP bousculés pronominal réciproque, accord avec le pronom réciproque se, cod placé avant.

PP invités, employé avec avoir, accord avec le cod les placé avant.

 

x32- Et comme nous nous sommes piqués au jeu, ils se sont joués de nos émotions. R

PP piqués, de la locution verbale pronominale se piquer au jeu, accord avec le sujet.

PP joués, s'accorde avec le sujet dans le syntagme se jouer de.

 

y33- Mais pourquoi les Français se sont-ils toujours obstinés à vouloir maîtriser l'accord de leurs participes passés ? R

PP obstinés, du verbe subjectif essentiellement pronominal s'obstiner, s'accorde avec le sujet les Français.

 

x34- Quand on aime la langue française, on est mu par le désir d'en connaître le moindre de ses secrets. R

PP mu, employé avec l'auxiliaire être, voix passive, accord avec le sujet on, pronom indéfini, masculin, singulier.

Le pronom indéfini ON est masculin singulier. On, c'est quelqu'un, n'importe qui, moi ou un autre [= on cherche le bonheur], ou bien n'importe qui sauf moi [= on frappe à la porte]

 

On est coincés tous les deux n'est-ce pas ? R

PP coincés, accord sylleptique, voir plus haut la syllepse.

ON est ici pris pour NOUS, pluriel.

 

y + x35- Et toi lecteur ?

 

Pour en savoir +  

Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

 

   Retour au début de l'article :  

>> L'accord des participes passés - QUIZ 26

 

Retour au début de cette page :

>> Correction du quiz 26 - Un couple bien ordinaire

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 14:03

Les articles de la catégorie :

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

 

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

 

Dans le texte ci-dessous,

faites l'accord des participes passés 

 

Puis vous lirez > la correction de ce quiz 26 

 

Une saynète

Prunille et Théo,

un couple bien ordinaire

 

Chaque prise de parole est numérotée.

Les couleurs se rapportent aux deux personnages

 x, Prunille - y,Théo

..................................................... 

 

Pour voir la correction, cliquez sur  C 

 

 

1y- Tu l'as vu cette belle actrice ? Eh bien, Pignon me l'a fait connaître et il me l'a présenté.

C

2x- Je n'ai jamais été vraiment emballé par son jeu, tu sais. 

 

3y- Les choses qu'il m'a dit sur elle sont incroyables.

Il m'en a raconté ! Je ne te le dis pas.

C

4x- Ah ?

 

5y- Et les cadeaux qu'il lui a offert !

Même ses roses ! Les roses de son jardin !
C 

6x- Vraiment ? C'est de cette péronnelle qu'il t'a parlé ?

Et il lui en a donné beaucoup de ses roses?

Des roses de son jardin ?

Mais combien lui en a-t-il donné ?

De ses roses, que je n'ai jamais vu fleurir !!

 

7y- Pourtant, tu les as vu planter, et arroser, et bichonner tout le printemps !

Toute cette peine qu'il s'est donné !

Tous ces efforts qu'il a fait !

C

8x- Ah oui, ses pauvres fleurs ! J'ai vu comment il les a planté et arrosé, et bichonné. Je les ai même regardé pousser... de là à s'épanouir !

Tous ses efforts se sont succédé sans relâche, je te l'accorde. Quel gâchis !

En revanche, j'admire les parterres qui ont fleuri, grâce à toi, dans notre jardin. Ils sont bien réussi.

Mais je me suis piqué quelquefois aux chardons.

 

9y- Tu t'es piqué les doigts ?

C

10x- Oui, et une vipère m'a mordu aussi. L'eusses-tu cru, dis-moi ? M'eusses-tu cru ? Le jour même de nos fiançailles ! Et je me suis tu.

 

11y- Pas de chance ma Louloute. Ma Louloute que j'aime et que j'ai aimé par dessus tout... tout ce temps près de toi...

C

12x- … Il s'est écoulé tant d'années, mon bichon... Et tant de choses se sont passé...

Pourquoi donc nous sommes-nous chamaillé si souvent, et si souvent crêpé le chignon, et si souvent parlé comme des charretiers, et trop souvent battu même.

 

13y- Mais nous nous sommes aussi tant et tant aimé, et si souvent embrassé, et nous nous sommes donné tant de câlins qu'on n'aurait pas pu les compter.

C

14x- Certes nous nous sommes reproché trop de peccadilles ces derniers temps, notre indifférence, nos cris, nos silences...

 

15y- Nous nous sommes regardé en chiens de faïence.

C

16x- Nous nous serions bien arraché les yeux.

Dis, nous nous sommes nui parfois, tu sais.

Tu ne m'aurais pas empêché de partir si je te l'avais demandé, tout de même ?

 

17y- Mais que dis-tu là ? Je t'aurais retenu contre vents et marées.

Je t'aurais serré très fort dans mes bras puissants...

J'aurais pu m'en aller aussi, tu sais. 

C 

18x- Je me serais cru trahie. Tu m'aurais fait souffrir. Jusqu'où nous serions-nous laissé aller ?

 

19y- Et tu te serais rendu intéressante !

C

20x- Certes, je me serais emparé de toi comme une folle. J'aurais crié à tel point que mes hurlements de douleur se seraient entendu de loin.

 

21y- Il se seraient perdu dans le calme du soir.

Ta voix, ta chère voix que j'aurais entendu résonner dans la nuit...

C

22x- Ton corps frémissant que j'aurais senti contre moi...

 

23x + yAAAAh...

C

24x- Étant donné la tournure des événements, on ferait mieux de ne pas offenser la grammaire.

 

25y-Qui parle d'offenser grand-mère ni grand-père ?*...

C

26x- ??? 

 

27y- Ah ! tu veux parler des participes passés auxquels on a penser. Ont-ils été  orthographié correctement ? Ont-ils été écrit sans fautes ? Nous ont-ils  donné du fil à retordre ?

C

28x- Ils m'ont bien forcé à réfléchir.

 

29y- Ils se sont ri de nous, tant qu'à faire ! 

C

30x- Ils se sont plu et complu à nous tourmenter. Et nous nous sommes rendu compte de leur cruauté.

 

31y- ... vu les myriades de participes, ils se sont bousculé dans notre discours sans que nous les ayons vraiment invité.

C

32x- Et comme nous nous sommes piqué au jeu, ils se sont joué de nos émotions.

 

33y- Mais pourquoi les Français se sont-ils toujours obstiné à vouloir maîtriser l'accord de leurs participes passés ?

C

34x- Quand on aime la langue française, on est mu par le désir d'en connaître le moindre de ses secrets. 

On est coincé tous les deux n'est-ce pas ?

 

35x + y- Et toi lecteur ?

C

 

 

 >> Correction du quiz 26 - Un couple très ordinaire 

 ..................................................... 

* cf.Propos de Martine dans Les Femmes Savantes de Molière.

 

NOTE (ligne 25)

*cf Les Femmes savantes, Molière, 1672

Acte II Scène 6 (extrait)  

[Philaminthe est outrée lorsqu'elle entend sa servante Martine faire des fautes de français. Bélise renchérit. C'est en vain, que Chrysale, le mari de Philaminthe, essaie mollement de trouver des excuses à la pauvre Martine qui n'a pas la langue dans sa poche] 

 

Philaminte
Elle a, d’une insolence à nulle autre pareille,
Après trente leçons, insulté mon oreille
Par l’impropriété d’un mot sauvage et bas,
Qu’en termes décisifs condamne Vaugelas.


Chrysale
Est-ce là… ?


Philaminte
Quoi ? toujours, malgré nos remontrances,
Heurter le fondement de toutes les sciences,
La grammaire, qui sait régenter jusqu’aux rois,
Et les fait, la main haute, obéir à ses lois ?


Chrysale
Du plus grand des forfaits je la croyais coupable.


Philaminte
Quoi ? vous ne trouvez pas ce crime impardonnable ?


Chrysale
Si fait.


Philaminte
Je voudrais bien que vous l’excusassiez !


Chrysale
Je n’ai garde.


Bélise
Il est vrai que ce sont des pitiés :
Toute construction est par elle détruite,
Et des lois du langage on l’a cent fois instruite.


Martine
Tout ce que vous prêchez est, je crois, bel et bon ;
Mais je ne saurais, moi, parler votre jargon.


Philaminte
L’impudente ! appeler un jargon le langage
Fondé sur la raison et sur le bel usage !

 

Martine
Quand on se fait entendre, on parle toujours bien,
Et tous vos beaux dictons ne servent pas de rien.

 

Philaminte
Hé bien ! ne voilà pas encore de son style ?

* cf.Propos de Martine dans Les Femmes Savantes de Molière.

 

NOTE (ligne 25)

*cf Les Femmes savantes, Molière, 1672

Acte II Scène 6 (extrait)  

[Philaminthe est outrée lorsqu'elle entend sa servante Martine faire des fautes de français. Bélise renchérit. C'est en vain, que Chrysale, le mari de Philaminthe, essaie mollement de trouver des excuses à la pauvre Martine qui n'a pas la langue dans sa poche] 

 

Philaminte
Elle a, d’une insolence à nulle autre pareille,
Après trente leçons, insulté mon oreille
Par l’impropriété d’un mot sauvage et bas,
Qu’en termes décisifs condamne Vaugelas.


Chrysale
Est-ce là… ?


Philaminte
Quoi ? toujours, malgré nos remontrances,
Heurter le fondement de toutes les sciences,
La grammaire, qui sait régenter jusqu’aux rois,
Et les fait, la main haute, obéir à ses lois ?


Chrysale
Du plus grand des forfaits je la croyais coupable.


Philaminte
Quoi ? vous ne trouvez pas ce crime impardonnable ?


Chrysale
Si fait.


Philaminte
Je voudrais bien que vous l’excusassiez !


Chrysale
Je n’ai garde.


Bélise
Il est vrai que ce sont des pitiés :
Toute construction est par elle détruite,
Et des lois du langage on l’a cent fois instruite.


Martine
Tout ce que vous prêchez est, je crois, bel et bon ;
Mais je ne saurais, moi, parler votre jargon.


Philaminte
L’impudente ! appeler un jargon le langage
Fondé sur la raison et sur le bel usage !

 

Martine
Quand on se fait entendre, on parle toujours bien,
Et tous vos beaux dictons ne servent pas de rien.

 

Philaminte
Hé bien ! ne voilà pas encore de son style ?
Ne servent pas de rien !

 

Bélise
Ô cervelle indocile !
Faut-il qu’avec les soins qu’on prend incessamment,
On ne te puisse apprendre à parler congrûment ?
De pas mis avec rien tu fais la récidive,
Et c’est, comme on t’a dit, trop d’une négative.

 

Martine

Mon Dieu ! je n’avons pas étugué comme vous,
Et je parlons tout droit comme on parle cheux nous.

 

Philaminte
Ah ! peut-on y tenir ?

 

Bélise
Quel solécisme horrible !

 

Philaminte
En voilà pour tuer une oreille sensible.

 

Bélise
Ton esprit, je l’avoue, est bien matériel.
Jen’est qu’un singulier, avonsest pluriel.
Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire ?

 

Martine
Qui parle d’offenser grand’mère ni grand-père ?

 

Philaminte
Ô Ciel !

 

Bélise
Grammaire est prise à contre-sens par toi,
Et je t’ai dit déjà d’où vient ce mot.

 

Martine
Ma foi !
Qu’il vienne de Chaillot, d’Auteuil, ou de Pontoise,
Cela ne me fait rien.

 

Bélise
Quelle âme villageoise !
La grammaire, du verbe et du nominatif,
Comme de l’adjectif avec le substantif,
Nous enseigne les lois.

 

Martine
J’ai, Madame, à vous dire
Que je ne connais point ces gens-là.

 

Philaminte
Quel martyre !


Bélise
Ce sont les noms des mots, et l’on doit regarder
En quoi c’est qu’il les faut faire ensemble accorder.


Martine
Qu’ils s’accordent entr’eux, ou se gourment, qu’importe ?


Philaminte, à sa sœur.
Eh, mon Dieu ! Finissez un discours de la sorte.

 

>> Retour au début de l'article

 

>> Correction du quiz 26 - Un couple bien ordinaire

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

Les articles de la catégorie :

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 09:00

Les articles de la catégorie :

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

 

Question 1 :Comment écririez-vous le participe passé  ?

Nous les avons persuadées (ou persuadé) que nous les traiterions avec douceur.

Question 2 : Accordez le participe passé des phrases suivantes :

Nous nous sommes persuadé notre innocence

Nous nous sommes persuadé de notre innocence

La réponse est à la fin de l'article

 

a-Transitifs, ces verbes peuvent avoir des compléments directs et indirects.

 

assurer, persuader quelque chose à quelqu'un

(ici, quelque chose est complément d'objet direct – à quelqu'un est complément d'objet indirect puisqu'il est introduit par la préposition à)

persuader à quelqu'un quelque chose est vieilli ou littéraire.

 

assurer, persuader quelqu'un de quelque chose

(ici, quelqu'un est complément d'objet direct – de quelque chose est complément d'objet indirect puisqu'il est introduit pas la préposition de)

 

En rouge, le complément d'objet direct

Je vous assure de ma fidélité.

Elle a assuré à son ami qu'elle lui serait fidèle.

Nous étions persuadés de son innocence.

J'ai persuadé mon fiancé que tout serait facile.

Tout ce qu'il fait me persuade de sa misogynie. (le sujet est une chose)

Je le persuade de partir

 

b- Sens intransitif

persuader peut être intransitif (sans compléments d'objet)

Il persuade toujours par son attitude

 

et assurer, dans un sens familier :

Ne te fais pas de souci, j'assure !

La Matmut, elle assure !

 

Accord du participe passé de ces verbes

Règle générale : Le participe passé s'accorde avec le complément d'objet direct si celui-ci le précède.

 

Nous les avons persuadés de partir bien vite.

persuadés s'accorde avec le complément d'objet direct les, placé avant.

 

J'ai assuré cette enfant de sa capacité à réussir. (le complément d'objet direct est après le participe passé)

 

Il m'avait assurée de son obéissance (si me, le pronom personnel complément d'objet direct est féminin)

 

Nous leur avons assuré notre concours. (le complément d'objet direct est après le participe passé, donc pas d'accord. 

 

c- S'assurer et se persuader à la forme pronominale.

Le participe passé suit les mêmes règles

(Se persuader, c'est s'abuser soi-même.)

 

Il se sont assuré que vous n'étiez pas des traîtres.

Se pronom réfléchi est complément d'objet indirect, pas d'accord. (ils ont assuré à se = à eux-mêmes)

 

Ils se sont assurés de votre bon vouloir.

de votre bon vouloir est complément d'objet indirect.

assurés s'accorde avec le pronom réfléchi se, complément d'objet direct placé avant. (ils ont assuré qui ? se, c'est-à-dire eux-mêmes)

 

Nous nous sommes persuadé notre innocence. ( le complément d'objet direct est placé après le participe passé - le pronom réfléchi nous est complément indirect))

Cf. la note du début de l'article, forme littéraire. 

>> Nous nous sommes persuadés de notre innocence. (le participe passé s'accorde avec le complément d'objet direct placé avant)

 

Si persuader est suivi d'une proposition introduite par que, on peut ou non faire l'accord. 

Nous les avons persuadées (ou persuadé) que nous les traiterions avec douceur.

De même si le verbe est à la forme pronominale

Elles s'étaient persuadées (ou persuadé) que le mariage avait quelque chose de bon.

 

Retrouvez ces règles dans l'article :

Qu'est-ce qu'un verbe pronominal ? + QUIZ 32

Accord du participe passé des verbes pronominaux

phrases 46 à 50

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Les articles de la catégorie :

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

 

  Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

Question : Comment écririez-vous le participe passé  ?

Nous les avons persuadées (ou persuadé) que nous les traiterions avec douceur.

Si persuader est suivi d'une proposition introduite par que,

on peut ou non faire l'accord.

Nous nous sommes persuadé notre innocence

Nous nous sommes persuadès de notre innocence

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 08:59

Les articles de la catégorie :

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

  Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

Question préliminaire :

Le participe passé des verbes pronominaux s'accorde-t-il

avec le complément d'objet direct placé avant lui

comme le fait le participe passé des verbes conjugués avec avoir ?

Réponse : OUI

 

 

Un verbe pronominal est un verbe accompagné du pronom SE

Se réveiller, se lever, se vêtir, se rendre, etc

 

Le pronom SE varie à chaque personne : me te se nous vous se.

Je me réveille, tu te lèves, nous nous vêtons, elle se présente, vous vous rendez, ils s'impatientent.

 

SE représente :

-soit le sujet lui-même qui exerce une action sur sa propre personne, c'est un pronom réfléchi.

Je me lave (moi-même).

Nous nous maquillons (nous-mêmes).

 

-soit les sujets qui exercent des actions réciproques, l'un sur l'autre ou les uns sur les autres, c'est un pronom réciproque.

Nous nous aimons (l'un l'autre ou les uns les autres), nous nous offrons des cadeaux (l'un à l'autre, les uns aux autres).

 

-soit il ne représente rien et n'est pas analysable car il fait corps avec le verbe qui, sans lui, n'a pas de sens (verbe essentiellement pronominal) ou qui, sans lui, n'a pas le même sens.

Ils se sont emparés de la ville. Le verbe s'emparer n'existe pas sans le SE.

Elle ne s'est aperçue de rien. Le verbe apercevoir (sans SE) a un autre sens.

Ce sont des verbes pronominaux subjectifs :

s'en aller, s'en retourner, se repentir, se passer, se souvenir, se plaindre, s'apercevoir, se douter, se promener, se tromper, s'enfuir, se taire, s'y prendre...

 

-soit les verbes pronominaux ont un sens passif, on peut les mettre à la voix passive.

Les grandes villes se voient depuis l'espace.

Les grandes villes sont vues depuis l'espace.  

 

Avant de faire le quiz ci-dessous, vous pouvez vous reporter aux articles

Règles d'accord des participes passés

paragraphes n° (11) à n° (17

 

et L'accord problématique des participes passés FAIT et LAISSÉ - Ils se sont fait ou faits / Elle s'est fait ou faite / Ils se sont laissé ou laissés... :

 

et vous pourrez faire aussi le test sur l'accord des participes passés QUIZ 26

 

QUIZ 32

Faites l'accord des participes passés

des verbes pronominaux

si nécessaire !

La correction et les explications suivent.

Pas si facile !

 

1-Paul et Philomène se sont baigné ensemble dans la Grande Bleue.

2-Ils se sont blessé aux pieds sur les rochers pointus.

3-Ils se sont réconforté et se sont aidé pour les soins.

4-Elles se sont souvent remplacé pour faire ce travail.

5-Je n'approuve pas les punitions que ces hommes pleins de repentance se sont imposé.

6-Et moi, les supplices que ces pauvres femmes fanatiques se sont infligé.

7-Paul n'avait pas droit à la permission qu'il s'est accordé hier.

8-Regarde, c'est le domaine que ma soeur s'est approprié sans mon consentement.

9-J'ai bien apprécié les congratulations que nous nous sommes adressé l'un à l'autre, Paul et moi.

10-Ils ne parleront jamais des choses dérobées qu'ils se sont approprié.

11-Nous nous sommes imposé des règles drastiques.

12-Elle s'est imaginé que sa chance ne la quitterait pas.

13-Ils se sont fait un plaisir de nous inviter à dîner.

14-Mes parents se sont juré qu'il resteraient intraitables.

15-Messieurs, vous vous êtes enfin rendu compte de votre erreur.

16-Elle s'est piqué les jambes aux orties.

17-Des arguments contre le Médiator se sont fait jour.

18-Elle s'est commandé de superbes robes chez Chanel.

19-Nous nous sommes imaginé que c'étaient nous qui avions raison.

20-Ils se sont interdit de prononcer une seule parole qui les aurait trahis

21-Ces imbéciles se sont demandé s'ils pouvaient gagner.

22-Nous nous sommes lavé les cheveux sous la cascade.

23-Ces parents ignorants se sont refusé de (ou à) punir leurs enfants.  Quelle erreur de pédagogie !

24-Vous vous êtes accordé mutuellement des laissez-passer.

25-Leur folie s'est donné libre cours, si violente était leur passion.

26-Dans la course aux profits, ces financiers véreux se sont attiré les pires blâmes.

27-Elles s'en sont fourré plein les poches.

28-Vous vous en êtes donné des coups, pauvres abrutis !

29-Oui, mais nous nous en sommes donné à coeur joie.

30-Pauvres fourmis ! Elles ne se sont pas vu piéger.

31-Et toi ma belle, tu ne t'es pas décidé à aimer.

32-Elles ne se seront pas senti mourir à petit feu.

33-Ces pauvres sangliers se sont laissé asphyxier par le gaz des algues en décomposition.

34-Si tu avais pris un miroir, tu te serais vu grimacer, Aline !

35-Vous vous êtes appliqué à faire votre exercice correctement.

36-Tu ne t'es jamais entendu crier dans le téléphone, ma pauvre fille !

37-Nous nous sommes proclamé les meilleurs goutteurs d'eau.

38-Ils se seraient appelé "Les Nuls" si ce nom n'avait pas existé.

39-Elles se sont reconnu les plus acharnées.

40-Nous nous sommes montré coupables de trop d'indulgence.

41-Ils se sont cru capables du meilleur.

42-Elle s'est rendu à l'évidence.

43-Ils se sont fait les chantres du bon plaisir.

44-Ils se sont fait fort de nous apprendre quelque chose.

45-Nous nous sommes fait l'écho de cette belle règle grammaticale.

46-Il se sont assuré que vous n'étiez pas des traîtres.

47-Ils se sont assuré de votre bon vouloir.

48-Nous nous sommes persuadé notre innocence.

49-Nous nous sommes persuadé de notre innocence.

50-Elles s'étaient persuadé que le mariage avait quelque chose de bon.

51-Ils se sont succédé dans cet emploi sans y rester bien longtemps.

52-Vous vous êtes suffi à vous-mêmes trop longtemps, vous avez besoin de nous maintenant.

53-Ils se sont nui trop souvent en s'envoyant des invectives blessantes.

54-Pauvres niais, vous êtes-vous aperçu de votre erreur ?

55-Non, ils ne se sont douté de rien.

56-Et nous nous sommes plaint de leur bêtise.

57-Elles ne se sont pas repenti après avoir ri de lui.

58-Elle s'est moqué de moi et s'est esclaffé : "Quel borné !"

59-Ta voix se serait entendu jusqu'à Pontoise si tu n'avais pas cessé de crier.

60-L'armée ennemie s'était vu de si loin que nous eûmes tout le temps de lever le pont-levis.

61-Ce n'est pas le bon train, on s'est tous trompé.  

62-Tu ne vas pas me croire, on s'est trompé sur l'heure de départ.

63-Alors mademoiselle, on s'est trompé ? dit-il en ricanant.

64-C'est fait, cela a été dur mais on s'est séparé de notre chien.

65-Nous nous sommes plu à nous moquer d'eux, et, sans pitié, nous nous sommes ri de leur incapacité à comprendre quoi que ce soit.

66-Pas rassurés du tout par la chute brutale de la Bourse cette semaine d'août, ces pauvres néophytes se sont exclamé :"Vendons tout !"

Quels bêtas !

67-Effrayés par la difficulté de cet exercice de grammaire, ils se sont écrié : "Partons sur le champ ! Fuyons !"

68-Elles se sont alors récrié: "Sûrement pas !"  

Eh oui, elles étaient accros.

 

 

CORRECTION

Les COD sont surlignés en gris

 

A-Règle générale 

Le participe passé s'accorde avec le complément d'objet direct (COD) si celui-ci le précède. C'est la même règle que celle du participe passé conjugué avec l'auxiliaire avoir.

 

B-Cas où le COD est le pronom réfléchi ou le pronom réciproque SE

1-Paul et Philomène se sont baignés ensemble dans la Grande Bleue.

Paul a baigné qui ? Lui-même.

Philomène a baigné qui ? Elle-même.

Baignés s'accorde avec le pronom réfléchi SE, COD placé avant lui.

 

2-Ils se sont blessés aux pieds sur les rochers pointus.

Blessés, même chose SE est COD

 

3-Ils se sont réconfortés et se sont aidés pour les soins.

Paul a réconforté Philo et Philo a réconforté Paul.

Réconfortés s'accorde avec le pronom réciproque SE, COD placé avant lui.

Aidés, même chose.

 

4-Elles se sont souvent remplacées pour faire ce travail.

Remplacées, même chose.

 

C-Cas où le COD n'est pas le pronom réfléchi ni le pronom réciproque.

5-Je n'approuve pas les punitions que ces hommes pleins de repentance se sont imposées.

Imposées s'accorde avec le COD que (l'antécédent est punitions) placé avant.

 

6-Et moi, les supplices que ces pauvres femmes fanatiques se sont infligés.

Infligés s'accordent avec le COD que (=supplices) placé avant.

 

7-Paul n'avait pas droit à cette permission qu'il s'est accordée hier.

Accordée s'accorde avec le COD que (=permission) placé avant

 

8-Regarde, c'est le domaine que ma soeur s'est approprié sans mon consentement.

Approprié s'accorde avec le COD que (=domaine) placé avant.

 

On s'approprie quelque chose > On approprie quelque chose à soi-même. Le pronom réfléchi SE est complémént d'objet second. (ajout du 22 août 2014)

 

9-J'ai bien apprécié les congratulations que nous nous sommes adressées, Paul et moi. 

Adressées s'accorde avec que (=congratulations), COD placé avant.

 

10-Ils ne parleront jamais des choses dérobées qu'ils se sont appropriées.   

Appropriées s'accorde avec que (=choses) COD placé avant.

 

D-Si le complément d'objet direct suit le participe passé, il n'y a pas d'accord.

11-Nous nous sommes imposé des règles drastiques.

12-Elle s'est imaginé que sa chance ne la quitterait pas.

13-Ils se sont fait un plaisir de nous inviter à dîner.

14-Mes parents se sont juré qu'il resteraient intraitables.

15-Messieurs, vous vous êtes enfin rendu compte de votre erreur.

16-Elle s'est piqué les jambes aux orties.

17-Des arguments contre le Médiator se sont fait jour.

18-Elle s'est commandé de superbes robes chez Chanel.

19-Nous nous sommes imaginé que c'étaient nous qui avions raison.

20-Ils se sont interdit de prononcer une seule parole qui les aurait trahis

21-Ces imbéciles se sont demandé s'ils pouvaient gagner.

22-Nous nous sommes lavé les cheveux sous la cascade.

23-Ces parents ignorants se sont refusé de punir leurs enfants. Quelle erreur de pédagogie !

24-Vous vous êtes accordé mutuellement des laissez-passer.

25-Leur folie s'est donné libre cours, si violente était leur passion.

26-Dans la course aux profits, ces financiers véreux se sont attiré les pires blâmes.

 

Notons que la règle ci-dessus n'est pas toujours respectée, ni par les écrivains, ni par les journalistes. Du fait que les verbes pronominaux se conjuguent avec l'auxiliaire être, il y a confusion et l'on trouve souvent l'accord avec le sujet.

 

E-Si le participe passé est précédé de en, il est invariable.

27-Elles s'en sont mis plein les poches.

28-Vous vous en êtes donné des coups, pauvres abrutis !

29-Oui, mais nous nous en sommes donné à coeur joie.

 

F-Le participe passé suivi d'un infinitif suit la même règle que le participe passé employé avec avoir, mais :

a-Il s'accorde avec le complément d'objet direct placé avant si le COD fait l'action de l'infinitif.

b-Il ne s'accorde pas si le COD subit l'action de l'infinitif.

c-Il s'accorde si l'infinitif est précédé d'une préposition.

30-Pauvres fourmis ! Elles ne se sont pas vu piéger. (Elles sont piégées.)

31-Et toi ma belle, tu ne t'es pas décidée à aimer. (infinitif précédé de à)

32-Elles ne se seront pas senties mourir à petit feu. (elles meurent.)

33-Ces pauvres sangliers se sont laissé asphyxier par le gaz des algues en décomposition. (ils sont asphyxiés.)

34-Si tu avais pris un miroir, tu te serais  vue grimacer, Aline ! (tu grimaces.)

35-Vous vous êtes appliqués à faire votre exercice correctement. (l'infinitif est précédé de à.)

36-Tu ne t'es jamais entendue crier dans le téléphone, ma pauvre fille ! (tu cries.)

G-Le participe passé suivi d'un attribut du pronom réfléchi ou réciproque s'accorde avec lui.

Qu'est-ce, en grammaire, qu'un attribut ?

1-L'attribut du sujet est relié au sujet par des verbes comme :

être, devenir, rester, paraître, apparaître, demeurer, être considéré comme, se nommer, s'appeler, passer pour, se rendre, se croire, se faire, se montrer, etc.

Je suis persévérante.- persévérante attribut de je.

Il passe pour un imbécile.- imbécile attribut de il.

2-L'attribut de l'objet est relié à l'objet (COD du verbe) par des verbes comme :

juger, trouver, estimer, considérer comme, regarder comme, laisser, rendre, faire, proclamer, nommer, élire, traiter de, appeler, montrer, etc.

Il la trouve stupide.- stupide attribut de la.

Elle me rend complètement dingue.- complètement dingue attribut de me.

3-Dans le cas qui nous intéresse, les verbes précédemment donnés dans le 2 peuvent se mettre à la voix pronominale, le pronom réfléchi ou réciproque devient alors complément d'objet direct.

se juger, se trouver, s'estimer, se considérer comme, se regarder comme, se laisser, se rendre, se faire, se proclamer, se nommer, se traiter de, s'appeler, se montrer, etc.

Ils se sont jugés vraiment trop bêtes.

 Nous nous sommes faits des redresseurs de torts.

Elle s'est rendue malade.

 

                 elle a rendu malade qui ? SE = elle-même.

                 Le pronom réfléchi SE est COD de rend.

Malade, attribut du pronom réfléchi SE

37-Nous nous sommes proclamés les meilleurs goutteurs d'eau.

Proclamés, attribut du pronom réfléchi nous COD du verbe proclamer, s'accorde avec lui.

Même chose pour les phrases suivantes.

38-Ils se seraient appelés  "Les Nuls" si ce nom n'avait pas existé.

39-Elles se sont reconnues les plus acharnées.

40-Nous nous sommes montrés coupables de trop d'indulgence.

41-Ils se sont crus capables du meilleur.

42-Elle s'est rendue à l'évidence.

43-Ils se sont faits les chantres du bon plaisir.

 

H-Particularités

Le participe passé fait dans se faire fort de est invariable. Locution figée.

44-Ils se sont fait fort de nous apprendre quelque chose.

 

Le participe passé de se faire l'écho de peut être considéré comme invariable selon certains dictionnaires (par exemple le Grevisse) et variable selon d'autres (par exemple Larousse)

45-Nous nous sommes fait(s) l'écho de cette belle règle grammaticale.

Attention : les verbes assurer et persuader peuvent avoir deux constructions différentes :

assurer, persuader quelque chose à quelqu'un

assurer, persuader quelqu'un de quelque chose

46-Il se sont assuré que vous n'étiez pas des traîtres.

Se est complément d'objet indirect, pas d'accord.

47-Ils se sont assurés de votre bon vouloir.

Le COI se trouve après le PP, assurés s'accorde avec le pronom réfléchi placé avant : ils ont assuré qui ? Se, c'est-à-dire eux-mêmes

48-Nous nous sommes persuadé notre innocence.

49-Nous nous sommes persuadés de notre innocence.

Si persuader est suivi d'une proposition introduite par que, on peut ou non faire l'accord.

50-Elles s'étaient persuadées (ou persuadé) que le mariage avait quelque chose de bon.

De même lorsque le verbe n'est pas pronominal, on aura :

Nous les avons persuadées (ou persuadé) que nous les traiterions avec douceur.

 

I-Pas d'objet direct, pas d'accord.

Cas où le pronom réfléchi est complément d'objet indirect : il répond à la question à qui ?

Se succéder, se nuire, se plaire, se déplaire, se complaire, se suffire...

51-Ils se sont succédé dans cet emploi sans y rester bien longtemps.

52-Vous vous êtes suffi à vous-mêmes trop longtemps, vous avez besoin de nous maintenant.

53-Ils se sont nui trop souvent en s'envoyant des invectives blessantes.

 

J-Le pronom est inanalysable, accord du PP avec le sujet.

 

a-Les verbes pronominaux subjectifs qui ont un autre sens sans le SE

s'en aller, s'en retourner, se repentir, se passer, se souvenir, se plaindre, s'apercevoir, se douter, se promener, se tromper, s'enfuir, se taire, s'y prendre, se promener, s’effrayer, s’achopper, se regimber, se désespérer, se connaître, se douter, se jouer, s’oublier, se prévaloir, se taire, s’envoler, s’enfuir, se reculer (synonyme de reculer) se refuser (à, de), se recevoir, (sport), s'imaginer, s'envoyer (pris dans un autre sens que le sens réfléchi ou réciproque, s'envoyer une boisson, un aliment ou autre.)...

b-Subjectifs, essentiellement pronominaux, qui n'existent pas sans le SE

s’abstenir, s’acharner, se dédire, se départir, se désister, s’ébattre, s’efforcer, s’emparer, s’enquérir, s’entremettre, s’éprendre, s’évader, s’évanouir, s’évertuer, se méprendre, se pâmer, se repentir, se souvenir,s’arroger (peut voir un COD), s’écrier et s’exclamer, se prosterner (cas rare sans se), se morfondre (PP morfondu), se dandiner, se chamailler, se lamenter...

Cas de se moquer.

Moquer s'employait autrefois et l'Académie le reconnaît à nouveau aujourd'hui.

Vous vous ferez moquer (Académie, fin XVIIème et 2003)

Il s’est fait moquer de tout le monde (Littré)

Note du Bon Usage (Le Grevisse)

 

Accord avec le sujet 

54-Pauvres niais, vous êtes-vous aperçus de votre erreur ?

55-Non, ils ne se sont doutés de rien.

56-Et nous nous sommes plaints de leur bêtise.

57-Elles ne se sont pas repenties après avoir ri de lui.

58-Elle s'est moquée de moi et s'est esclaffée : "Quel borné !"

 

K-Pronominaux de sens passif, ils s'accordent avec le sujet.

59-Ta voix se serait entendue jusqu'à Pontoise si tu n'avais pas cessé de crier.

60-L'armée ennemie s'était vue de si loin que nous eûmes tout le temps de lever le pont-levis.

 

L-Particularités : emploi sylleptique du pronom.

61-Ce n'est pas le bon train, on s'est tous trompés. 

62-Tu ne vas pas me croire, on s'est trompés sur l'heure de départ.

Emploi sylleptique de on qui représente un pluriel nous dans la tête du locuteur. = nous nous sommes trompés.

63-Alors mademoiselle, on s'est trompée ? dit-il en ricanant.

Emploi sylleptique de on, le locuteur pense au féminin elle.

Il pourrait dire aussi "Alors Mademoiselle, nous nous sommes trompée ?

Il dit nous, il pense elle.

64-C'est fait, cela a été dur mais on s'est séparés de notre chien.

Emploi sylleptique de on signifiant un pluriel = nous nous sommes séparés de notre chien.

 

M-Quatre participes passés de verbes pronominaux subjectifs invariables :

se rire de, se plaire à (= trouver agréable), se déplaire à, se complaire à.

65-Nous nous sommes plu à nous moquer d'eux, et, sans pitié, nous nous sommes ri de leur incapacité à comprendre quoi que ce soit.

N-S'écrier, s'exclamer, se récrier accord du PP avec le sujet.

Lorsqu'ils sont suivis de paroles, ces verbes ne sont pas considérés comme ayant un COD

66-Pas rassurés du tout par la chute brutale de la Bourse cette semaine d'août, ces pauvres néophytes se sont exclamés : "Vendons tout !" Quels bêtas !

67-Effrayés par la difficulté de cet exercice de grammaire, ils se sont écriés : "Partons sur le champ ! Fuyons !"

68-Elles se sont alors récriées : "Sûrement pas !"

Eh oui ! elles étaient accros. Et vous ?

ACCUEIL & SOMMAIRE

  Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

Les articles de la catégorie :

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

Question :

 Quelle est la fonction de SE dans :

Pierre et Paul se sont jugés trop bêtes.

se, complément d'objet direct de juger

Ils se sont donné des claques.

se, complément d'objet second de donner

Et ils se sont fuis comme la peste.

se, complément d'objet direct de fuir

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 23:01

Tous les articles de la catégorie :

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

 

A- Vos questions

B- Les règles 

 

A - VOS QUESTIONS

 

Vous voulez écrire un participe passé et vous vous interrogez : Faut-il faire un accord ou non, et si oui, avec quel mot ?

Posez-vous les bonnes questions, et cliquez sur le numéro entre parenthèse pour avoir les réponses.

 

Chapitre 1 Le participe passé est-il employé avec l'auxiliaire avoir ?

Si oui :

Repérez le complément d'objet direct (COD) s'il y en a un.

1-S'il n'y en a pas, il n'y a pas d'accord.

  Qu'est-ce qu'un COD ?

 

2-S'il y a un complément d'objet direct :

Est-il placé avant le part. passé ou après lui ? S'il est placé après lui, il n'y a pas d'accord, sinon reportez-vous au § (1)

 

Mais attention :

Le part. passé est-il suivi d'un infinitif ?

Si oui  >>> § (2) plusieurs cas

 

Cet infinitif est-il lui-même précédé d'une préposition ?

Si oui  >>> § (3)

 

Le part. passé est-il  FAIT ou LAISSÉ suivi d'un infinitif ?

Si oui >>> § (4)

 

Le part. passé est-il précédé de EN ?

Si oui : reportez-vous au § (5) plusieurs cas

 

Le part. passé est-il celui d'un verbe impersonnel ?

Si oui >>> § (6)

 

Le part. passé est-il précédé de LE qui remplace un infinitif, une proposition ou une phrase ?

Si oui >>> § (7)

 

Sans être accompagné de l'auxiliaire avoir, mais comme s'il était sous entendu, le part. passé précédant le nom ou le pronom est-il VU ?

>>> § (8)

ou

>>> § (9)

-ci-annexé, ci-inclus, ci-joint,

-attendu, compris, entendu, excepté, non compris, ôté, ouï, supposé, vu, y compris

-approuvé, fait, lu 

-étant donné, fini, mis à part, passé

-attendu que, étant donné que, excepté que, supposé que

 

Chapitre 2 Le participe passé est-il employé avec l'auxiliaire être ?

Si oui

a-Est-il le part. passé d'un verbe pronominal ? 

Non ? Il s'accorde alors avec le sujet. >>> § (10)  :

 

b-Le part. passé qui vous intéresse est-il un verbe pronominal ?

Oui ? Voyez la règle générale au § (11) 

 

Mais attention aux différents cas :

Est-ce le part. passé d'un verbe pronominal réfléchi ?

>>> § (12)

 

Est-ce le part. passé d'un verbe pronominal réciproque ?

>>> § (13)

 

Est-ce le part. passé d'un verbe pronominal subjectif ? (soit essentiellement pronominal, soit un verbe dont le SE fait partie intégrante du verbe sans pouvoir être analysable)

>>> § (14)

 

Est-ce le part. passé d'un verbe pronominal de sens passif ?

>>> § (15)

 

Le part. passé est-il celui d'une locution verbale pronominale particulière, se faire mal, se faire tort, se faire justice, se rendre compte, se donner rendez-vous... ?

>>> § (16)

 

Le part. passé est-il celui d'un des verbes pronominaux suivants : se plaire( à), se déplaire (à), se complaire (à), se rire (de), se jouer (de), soit PLU, DÉPLU, COMPLU, JOUÉ, RI ?

>>> § (17)

 

Chapitre 3 - Le participe passé est-il employé sans auxiliaire ?

Il peut donner lieu à une proposition participe ou avoir les mêmes fonction qu'un adjectif. 

 

  B – LES RÈGLES

 

  CHAPITRE 1

LE PARTICIPE PASSÉ

EMPLOYÉ AVEC L'AUXILIAIRE AVOIR.

1(1)

Il s'accorde avec le complément d'objet direct (COD)  placé avant le participe passé. 

Jamais l'amour n'avait  existé avant eux. Pas d'accord puisqu'il n'y a pas de COD, le verbe est intransitif.

Était-ce elle qui  les avait si douillettement  installés ? Le part. passé s'accorde avec le COD LES placé avant.

Avait-elle  abandonné ses petits cigogneaux ? Pas d'accord le COD est placé après.

 

2LE PART. PASSÉ EMPLOYÉ AVEC AVOIR & SUIVI D'UN INFINITIF (4 cas) 

même règle avec un verbe pronominal

 

(2)

1er cas et 2e cas :

1-Je l'ai vue cueillir des herbes. 

Le part. passé s'accorde avec le complément d'objet direct placé avant si ce COD fait l'action de l'infinitif.  

l'  c'est-à dire la sorcière. la sorcière a cueilli des herbes.

 

2- Voici les herbes que j'ai vu cueillir.

Ici, le part. passé ne s'accorde pas parce que le complément d'objet direct que (les herbes) ne fait pas l'action de l'infinitif. 

Les herbes ont été cueillies.

 

Autres exemples : 

Les fruits que j'ai vus mûrir sont délicieux.

Les fruits que j'ai vu manger n'étaient pas assez mûrs.

Ces petites filles, je les ai entendues crier.

Les spectateurs d'hier soir, je les ai vus applaudir avec enthousiasme. (ils ont applaudi)

Avez-vous entendu les oiseaux que vous avez vus voleter dans le sous-bois ?    (ils volettent)

Les avez-vous vu dessiner par cet ornithologue averti ? (ils sont dessinés)

 

3(3)

3e cas :

4-Si l'infinitif est précédé d'une préposition, le part. passé s'accorde avec le COD placé avant.

Ce sont les livres que je t'ai donnés à lire.

Elle m'a rendu les robes que je lui avais portées à repasser.

 

ATTENTION  

Voici les opérations que tu m'as prié de faire.

Que (= opérations) est COD de faire, pas de prier, donc pas d'accord. 

 

4(4)

4e cas :

FAIT et LAISSÉ suivis d'un infinitif : invariables 

Elle s'est fait couper les cheveux.

Ils se sont bien fait avoir.

Nous nous sommes laissé faire

Voir : L'accord problématique des participes passés FAIT et LAISSÉ - Ils se sont fait ou faits / Ils se sont laissé ou laissés...

 

5(5)

LE PARTICIPE PASSÉ PRÉCÉDÉ DE EN

PROBLEME : FAUT-IL L'ACCORDER avec le pronom personnel  EN ?

1er cas.

Je me souviens de cette bière, j'en ai déjà bu.

Le part. passé bu ne s'accorde pas avec en, bien que EN soit COD du verbe boire et placé avant. (J'ai déjà bu quoi ? de cette bière)

 

2e cas.

Il y a accord possible quand EN est complément d'un adverbe de quantité, combien, autant, beaucoup, moins, plus.

Des livres, combien il en a dévorés (ou dévoré) ! 

Des films de cette qualité, combien en avez vous vu (vus) ?

Il en a tant écrit (s)  de ces romans à l'eau de rose.

 

Certains dictionnaires précisent qu'il vaut mieux faire l'accord quand l'adverbe de quantité précède EN et ne pas le faire quand il le suit.

Des romans à l'eau de rose, il en a beaucoup écrit.

 

6(6)

LE PARTICIPE PASSÉ D'UN VERBE IMPERSONNEL

Il est toujours invariable.

J'aurais perdu le sens si ma volonté ne s'était pas arc-boutée pour résister à l'absurdité de la situation qu'il m'était donné de vivre.   

Goûtez de ces cerises qu'il m'a fallu cueillir.   

 

7(7)

"LE" PLACÉ AVANT LE PART. PASSÉ

Cas où LE placé avant le part. passé remplace une proposition, une phrase, un infinitif.

Pas d'accord.

J'avais écouté Marie Cratère comme elle me  l'avait demandé.

Le pronom personnel le élidé (l') est le représentant de  l'idée contenue dans la proposition  précédente (l'antécédent)  

= J'avais écouté Marie Cratère comme elle m'avait demandé de l'écouter. 
 

(8) VU

 VU est invariable lorsqu'il est placé devant un nom ou un pronom et qu'il n'est pas accompagné d'un auxiliaire.

Vu les expériences qui m'ont aguerri en toutes circonstances...

C'est comme si l'on avait j'ai vu...

 

Vu que... = puisque...

Vu que vous ne m'aviez donné aucun ordre, je n'ai rien fait. 

 

  (9 Suite du 8, même règle que VU

Participes passés invariables sans auxiliaire.

a-ci-annexé, ci-inclus, ci-joint, placé en tête de phrase ou devant le nom et considérés comme des adverbes.

b-attendu, compris, entendu, excepté, non compris, ôté, ouï, supposé, vu, y compris, placés devant un nom ou un pronom et qui ont valeur de prépositions.

c-approuvé, fait, lu, quand ils précèdent le nom ou écrits au bas d'un document .

d-étant donné, fini, mis à part, passé, quand ces participes passés sont placés en tête de phrase ou précèdent un nom ou un pronom. Mais attention au sens de la phrase.

(étant donné est toujours placé avant le nom)

e-les participes passés des locutions conjonctives attendu que, étant donné que, excepté que, supposé que...

f-On notera :

1-Vu, attendu sont toujours antéposés (placés avant)

2-L’antéposition n’est pas obligatoire pour excepté, compris (rarement antéposé), y compris, non compris.

Lorsqu'ils sont antéposés, on fait l'accord ou non.

J'ai été malheureuse toute ma vie, excepté les années où je t'ai connu.

Ou

J'ai été malheureuse toute ma vie, exceptées les années où je t'ai connu.

3-Participes invariables : vu, attendu, excepté, compris, qui se comportent comme des prépositions.

Ci-joint les notes que vous m'avez demandées.

Vous voudrez bien trouver ci-joint ces notes.

Veuillez trouver les notes ci-jointes. (adjectif placé après, accord)

Vu son infirmité, il ne pourra pas faire ce travail.

Étant donné ses références, nous lui donnerons ce poste.

Supposé (= en supposant) la véracité de son témoignage, nous prendrons en compte ses dires.

Vous apporterez vos papiers d'identité y compris votre carte de séjour.

 

MAIS

Il y a des cas où ces participes, même placés avant peuvent s'accorder, c'est le sens qui l'indique.

Vue de loin, cette mosquée domine le paysage.

Certifiées par mon patron, ces recommandations me donnent toutes mes chances de retrouver un emploi.

Racontée par vous, ma biographie m'épate.

 

(10)

 CHAPITRE 2

LE PARTICIPE PASSÉ EMPLOYÉ

AVEC L'AUXILIAIRE ETRE

 

a-Généralement il s'accorde avec le sujet si l'on n'a pas affaire à un verbe pronominal, voir :

 

Exceptions avec un verbe pronominal >

Qu'est-ce qu'un verbe pronominal réfléchi, réciproque, subjectif... ?

+ QUIZ 32 Accord du participe passé des verbes pronominaux

 

Tu n'es pas encore arrivée  ! Cf. 14 Délires

Le participe passé s'accorde avec le sujet tu (qui remplace le nom cigogne).

Ils ont été mordus par ce sale cabot. Accord avec ils.

 

L'auxiliaire être s'emploie pour faire les temps composés de certains verbes intransitifs et des verbes pronominaux :

il est tombé, elle sera revenue, nous serions partis, etc.

Ces verbes sont moins nombreux que ceux qui se conjuguent avec avoir (je vous ai parlé, il m'eût répondu, vous aurez écrit, etc.)

Il s'emploie aussi à la voix passive :

Cette tour a été construite en une semaine. >>voix active : on l'a construite en une semaine.

Elle était torturée par cette règle difficile. >>voix active : cette règle difficile la torturait.

 

b-Si l'on a affaire à un verbe pronominal

 

L'ACCORD DES PARTICIPES PASSÉS DES VERBES PRONOMINAUX - Voir aussi  QUIZ 32

 

(11)

A- Les part. passés des verbes pronominaux de sens réfléchi ou de sens réciproque suivent la même règle d'accord que les verbes conjugués avec l'auxiliaire AVOIR, ils s'accordent avec le COD (le complément d'objet direct) s'il y a un COD et s'il est placé avant.

 

(12)

1-Pronominaux de sens réfléchi

 Les petits s'étaient lovés dans son giron.

Ils avaient lové qui ?   se qui est le pronom réfléchi représentant les petits. (eux-mêmes)

Elle s'est piquée. Elle a piqué qui ? se (elle-même)

Elle s'était regardée dans la glace.

Elle avait regardé qui ? se (elle-même)

(13)

2- Pronominaux de sens réciproque

Paul et Virginie se sont tant aimés (l'un l'autre).

 Paul a aimé Virginie et Virginie a aimé Paul.

Nous nous sommes regardés avec un air entendu.

Je l'ai regardé et elle m'a regardée.  

Nous nous sommes regardées. ( si nous est féminin) 

 

ATTENTION !

Elle s'est piqué le doigt.

COD placé après, pas d'accord.

Ils se sont donné des coups. Idem.

Scarlett et Rhett se sont parlé, ils se sont souri, ils se sont aimés, ils se sont menti, et ils se sont quittés.

 Se est un COD, accord.

 Se  n'est pas un COD mais un COI, un complément d'objet indirect, donc pas d'accord. 

Scarlett a parlé à Rhett et Rhett a parlé à Scarlett  

 

3- Verbes qui n'entrent dans aucune catégorie 

SE SUCCÉDER, SE SUIVRE, S'ENCHAÎNER (dans le même sens que les précédents)

Ils se sont succédé de père en fils.

Pas d'accord (se est COI) et ce n'est pas un verbe pronominal réciproque 

Se suivre, comme s'enchaîner, ne sont pas non plus des pronominaux réciproques.

 

(14)

B- L'accord des part. passés des verbes pronom. subjectifs se fait AVEC LE SUJET :

Rappel : Pour + de précisions lire l'article :

Qu'est-ce qu'un verbe pronominal ?

 Ils se sont emparés de la forteresse.

Elles se sont aperçues de leur erreur. 

 

(15)

C- Les verbes pronom. de sens passif s'accordent avec le sujet.

Les pommes se sont bien vendues cette année.

=Elles ont été bien vendues, on les a bien vendues.

 

(16) 

D-Cas particuliers

Certaines locutions verbales pronominales n'ont jamais l'accord du part. passé.

 Ex : se faire mal, se faire tort, se faire justice, se rendre compte, se donner rendez-vous...

Elle ne s'est rendu compte de rien. (compte est COD)

Ils se sont donné rendez-vous. (rendez-vous est COD)

 

(17)

ATTENTION. Les part. passés de se plaire( à), se déplaire (à), se complaire (à), se rire (de), se jouer (de), sont invariables.

 

(18) 

CHAPITRE 3

LE PARTICIPE PASSÉ EMPLOYÉ SEUL

SANS AUXILIAIRE

 

1-Nous avons étudié le cas de  VU, LU, CI-JOINT, CI-INCLUS, APPROUVÉ, Y COMPRIS etc. qui précèdent le nom ou le pronom auquel ils se rapportent.   Reportez-vous aux § (8et (9).

 

2-Dans tous les autres cas le participe passé s'accordent avec le nom ou le pronom auquel il se rapporte.

 

-Le participe passé verbal dans une proposition participe :

La nuit tombée, nous nous mîmes en route. (nuit sujet de tombée).

Le participe a un sujet propre.

 

-Le participe passé employé comme adjectif :

Nous avançâmes courageusement les poings levés, la bouche ouverte, les yeux exorbités .

Les adjectifs sont épithètes.

 

Exercice d'application > L'accord des participes passés - QUIZ 26 – Texte à trous "Prunille et Théo, un couple bien ordinaire"

 

>>  RETOUR AU DEBUT DE L'ARTICLE

Voir aussi :

Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

Les articles de la catégorie : LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 07:37

ACCUEIL

 

ORTHOGRAPHE & GRAMMAIRE

 

Trouvez les mots mal orthographiés et les incorrections.

N'oubliez pas les accents ni les traits d'union.

 

1-abîme, abime, abyme.

 

2-Verbe absoudre

Il fallait qu'il m'absout, m'absolût, m'absolve.

Il a été absous, absout, absolu.

Elles ont été enfin absoutes, absolues.

 

3- Adjectifs de couleurs

Des chevaux alezan clair, des chandails bleu pâle, des joues rouge vif, des yeux marron, des robes cerise, des lilas roses, des vêtements mauves, des rivières pourpres, des coraux écarlates.

 

4-Adjectifs numéraux

deux mille cinq cents, deux milles, cent-vingt, deux-cents, deux cent, deux cent vingt, deux cents vingt, quatre-vingts, quatre-vingts deux.

 

5-Mais aussi

page quatre-vingt, page deux cents, page quarante deux.

 

6-Adjectifs dont le féminin est irrégulier 

Les adjectifs suivants se terminant par eux ou eu au masculin font, au féminin : calamiteuse, hébreuse,

Feu Madame, la feu Reine d'Angleterre,

 

Et retrouvez les adjectifs au féminin irrégulier : coi, malin, bénin, muscat, absous, dissous, favori, tiers

coi, coïte - malin, maligne – bénin, bénigne – muscat, muscade – absous, absoute - dissous, dissolue - favori, favorite – tiers, tierce.

 

7-Adverbes en MENT

gloutonnement, fièrement, vraiment, poliment, éperdument, goulûment, continûment, assidûment, dûment, crûment, gaiement, congrûment, immensément, impunément, prudemment, constamment, véhémentement, élégamment, patiamment, ambigument, grièvement, nuitamment, sciemment, quasiment.

 

8-Adverbes de négation

 « On n'y comprend goutte, dirent les marionnettes. On est pas jolies, s'étonnèrent-elles. Non, on n'est pas jolies du tout, mais on nous aime.»  

 

9-Aller

    —Après avoir reçu ce coup de semonce, il s'en fut tout ébaubi.

    —Il s'est en allé, me dis-tu ?

    —Oui, il s'est en allé sans crier gare.

 

10-Anglicismes 

Je vous ai marché sur les pieds, je suis désolé.

Madame Dupont, Mme Dupont

Monsieur Dubois, Mr Dubois

Mademoiselle Dupuis, Melle Dupuis

Messieurs Duvert et Durillon, Mrs Duvert et Durillon

Madame Smith en anglais : Misses Smith, Mrs Smith

Monsieur Brown en anglais : Mister Brown, Mr Brown

 

11-Avant que... Après que...

Je savais que tu te mettrais en colère bien avant que tu ne fasses (ou fisses) tout ton barouf.

J'écoutais tes cris et après qu'ils avaient (ou eurent) atteint leur maximum, j'entendais encore leur écho.

Est-il possible qu'on ne puisse pas arrêter tes sautes humeurs bien avant que tu ne fasses peur à tout le monde et après qu'on t'a supplié de te calmer ?

Je sais que je pleurerai après que tu m'auras raconté ton histoire.

Je le gifle chaque fois après qu'il m'a insultée.

 

12-Aucun, aucuns, aucune, aucunes.

Aucun au singulier ou au pluriel ?

Ne faites aucuns frais inutiles.

L’acquéreur n’est tenu d’aucuns dommages et intérêts.

Je n’irai à aucunes eaux désormais, ni à Spa, ni ailleurs.

Aucun prisonnier ne sortira indemne de cette prison

Ce malade qui n’avait aucuns soins, a fini dans d'atroces souffrances.

Je n'entamerais jamais aucun pourparler avec ces gens-là.

Vous ne me donnerez des arguments d'aucune sorte.

Ce terrain ne fournit aucuns matériaux propres à bâtir

D'aucuns vous ont dit de vous taire, ils ont tort.

Je ne réclamais aucuns droits

Il ne subira aucunes représailles.

 

13-Avoir l'air – Accord avec air ou avec le sujet ?

Cette maison a l'air délabré. Aussi délabrée que vous, ma chère !

Vous avez l'air malades, mes amis. Appellerai-je Diafoirus ?

Ils ont l'air bêtes des ânes.

Vous avez l'air bien malheureux, mon amie.

 

CORRECTION

 

Je ne donne pas les règles ci-dessous, seulement quelques indications.

Exercice en lien avec les textes des Délires où vous trouverez les explications nécessaires : cliquez sur les numéros.

Les fautes sont en rouge et soulignées

 

1-abîme, abime, abyme.  Délires  44

Une mise en abyme ou en abîme

Autre sens : l'abîme dans lequel on risque de tomber.

 

2-Verbe absoudre  Délires  5

Il fallait qu'il m'absout, m'absolût, m'absolve,

Dans la langue soutenue, on devrait faire jouer la concordance des temps et avoir dans la subordonnée un subjonctif imparfait, mais le subjonctif imparfait du verbe absoudre n'existe pas, nous disent plusieurs dictionnaires. Littré l'admet.

Voir les verbes défectifs

Il a été absous, absout absolu.

Elles ont été enfin absoutes, absolues.

 

3- Adjectifs de couleurs   Délires  7

Des chevaux alezan clair, des chandails bleu pâle, des joues rouge vif, des yeux marron, des robes cerise, des lilas roses, des vêtements mauves, des rivières pourpres, des coraux écarlates.

Aucune faute

 

 4-Adjectifs numéraux  Délires  18

deux mille cinq cents, 

deux milles  

cent-vingt  

deux-cents  

deux cent deux

cent vingt

 deux cents vingt  

quatre-vingts 

quatre-vingts deux 

 

Mille peut être un nom, dans ce cas, il est variable.

Des milles anglais (en anglais miles) - des milles marins.

Attention aux traits d'union entre les dizaines et les unités.

quarante-cinq, quarante-cinq mille, quarante-cinq millions.

Et aussi entre quatre et vingt : quatre-vingts, quatre-vingt-deux, quatre-vingt-douze.

 

5-Mais aussi...  Délires  18

page quatre-vingt,

page deux cents

page quarante deux

Ici, ce ne sont pas des adjectifs numéros cardinaux mais des adjectifs numéraux ordinaux

la page quatre-vingt est la quatre-vingtième page.

 

6-Adjectifs dont le féminin est irrégulier  Délires  20

Les adjectifs suivants se terminant par eux ou eu au masculin font, au féminin :

calamiteuse, hébreuse,

Feu Madame, la feu  Reine d'Angleterre,

 

Et retrouvez les adjectifs au féminin irrégulier

coi, malin, bénin, muscat, absous, dissous, favori, tiers,  Délires 23

coi, coïte - malin, maligne – bénin, bénigne – muscat, muscade – absous, absoute - dissous, dissolue - favori, favorite – tiers, tierce.

correction : coite et absoute.

 

7-Adverbes en MENT  Délires  2

seul le mot patiamment est faux.

L'adverbe est formé sur l'adjectif patient, donc patiemment.

Rien à voir avec la prononciation !

 

8-Adverbes de négation  Délires  1

« On n'y comprend goutte, dirent les marionnettes.

On est  pas jolies, s'étonnèrent-elles.

Non, on n'est pas jolies du tout, mais on nous aime.»

Jolies prend la marque du féminin pluriel dans cette expression courante, familière même. On représente les marionnettes.

Attention à on est pour on n'est.

La liaison de on avec est empêche d'entendre l'adverbe de négation n'.

On remarque que le on de "on nous aime" a le sens indéfini qu'on lui connaît.

On ne peut pas employer deux fois ON avec un sens différent dans une même phrase.

 

9- Aller Délires  1 et Délires  18 

—Après avoir reçu ce coup de semonce, il s'en fut tout ébaubi.  

Il s'est en allé, me dis-tu ?

—Oui, Il s'est en alléil s'en est allé sans crier gare.

 

10-Anglicismes  Délires  48

Je vous ai marché sur les pieds, je suis désolé.

Encore un anglicisme ! On dit "Pardon !"

Madame Dupont, Mme Dupont

Monsieur Dubois, Mr Dubois

L'abréviation de monsieur en français est M. 

En anglais, c'est Mr.

Mademoiselle Dupuis, Melle Dupuis

jamais Melle, mais Mlle

Messieurs Duvert et Durillon, Mrs Duvert et Durillon

MM. D. & D.

Madame Smith en anglais : Misses Smith, Mrs Smith

Monsieur Brown en anglais : Mister Brown, Mr Brown

 

11-Avant que... Après que...  Délires  10

Je savais que tu te mettrais en colère bien avant que tu ne fasses (ou fisses) tout ton barouf.

J'écoutais tes cris et après qu'ils avaient (ou eurent) atteint leur maximum, j'entendais encore leur écho.

Est-il possible qu'on ne puisse pas arrêter tes sautes humeurs avant que tu ne fasses peur à tout le monde et après qu'on t'a supplié de te calmer ?

J'ai pleuré après que tu m'as raconté ta vie.

Je sais que je pleurerai après que tu m'auras raconté ton histoire.

Je le gifle chaque fois après qu'il m'a insultée.

Il n'y a pas de fautes.

On emploie l'indicatif après APRÈS QUE, bien que depuis le milieu du XXème siècle on ait tendance à employer le subjonctif par analogie avec AVANT QUE , ce qui est critiqué. 

 

12-Aucun, aucuns, aucune, aucunes.  Délires  48

Ne faites aucuns frais inutiles.

L’acquéreur n’est tenu d’aucuns dommages et intérêts.

Je n’irai à aucunes eaux désormais, ni à Spa, ni ailleurs.

Aucun prisonnier ne sortira indemne de cette prison

Ce malade qui n’avait aucuns soins, a fini dans d'atroces souffrances.

Je n'entamerai jamais aucun pourparler avec ces gens-là.

Vous ne me donnerez des arguments d'aucune sorte.

 Ce terrain ne fournit aucuns matériaux propres à bâtir

D'aucuns vous ont dit de vous taire, ils ont tort.

Je ne réclamais aucuns droits

Il ne subira aucunes représailles

 

13-Avoir l'air – Accord avec air ou avec le sujet ?  Délires  9

Cette maison a l'air délabré. Aussi délabrée que vous, ma chère !

Vous avez l'air malades, mes amis. Appellerai-je Diafoirus ?

Ils ont l'air bêtes des ânes.

Vous avez l'air bien malheureux, mon amie.

 

Faites vos comptes.

 

Alors ? Combien de fautes ?

Moins de trois ?

Si vous aviez lu mes Délires, vous n'auriez fait aucune faute !

 

ACCUEIL

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 07:24

UNE PETITE HISTOIRE DE LA LANGUE FRANÇAISE

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

La Renaissance 


La Renaissance est la période historique qui suit le Moyen Âge et qui s'étend de la fin du XVe siècle au XVIe siècle. Elle prend sa source en Italie bien avant qu'elle ne se propage petit à petit dans toute l'Europe.

De grand bouleversements se produisent à cette époque et entraînent une toute nouvelle vision du monde : les grandes découvertes (avec Christophe Colomb, Vasco de Gama, Magellan), les progrès scientifiques (avec Ambroise Paré en chirurgie, Nicolas Copernic en astronomie), la diffusion du protestantisme dans certains pays d'Europe et l'invention de l'imprimerie qui permet de diffuser largement les oeuvres littéraires.
Grâce à la redécouverte des textes anciens, grecs et latin, la pensée occidentale prend un essor sans précédent.

 

Érasme

Né en 1466 ou 1469, mort en 1536
Érasme (Desiderius Erasmus Roterodamus), le Prince de l'humanisme théologien néerlandais, philosophe, érudit, défenseur des lettres, il incarne cet esprit nouveau. Cosmopolite et pacifiste, il a milité pour la paix en Europe. Il  proclame dans la « Querela pacis »:
  

             « Le monde entier est notre patrie à tous. »

L'Église catholique s'oppose alors à toute traduction de la Bible car elle craint les hérésies, Elle affirme qu'il n'est pas nécessaire de comprendre le latin pour être croyant.
Érasme s'insurge dans son ouvrage « Enarratio Primi psalmi », soutenant que le peuple doit entendre l'Évangile dans sa propre langue :

« Pourquoi paraît-il inconvenant que quelqu'un prononce l'Évangile dans la langue où il est né et qu'il comprend : le Français en français, le Breton en breton, le Germain en germanique, l'Indien en indien ? Ce qui me paraît bien plus inconvenant, ou mieux, ridicule, c'est que les gens sans instruction [... ], ainsi que des perroquets, marmottent leurs Psaumes et leur Oraison dominicale en latin, alors qu'ils ne comprennent pas ce qu'ils prononcent. Pour moi, d'accord avec Saint Jérome, je [... ] considérerais le résultat comme particulièrement magnifique et triomphal, si toutes les langues, toutes les races  la célébraient (=la croix), si le laboureur, au manche de la charrue, chantait en sa langue quelques couplets des psaumes mystiques, si le tisserand, devant son métier, modulait quelque passage de l'Évangile, soulageant ainsi son travail, appuyé à son gouvernail, en fredonnât un morceau, qu'enfin, pendant que la mère de famille est assise à sa quenouille, une camarade ou une parente lui en lût à haute voix des fragments. »

(Texte traduit du latin)

Ce n'est certes pas un hasard si le nom d'Erasmus a été choisi pour représenter aujourd'hui une identité européenne. N'est-ce pas en son honneur que le programme européen d’échange pour les étudiants et les enseignants porte son nom ?

Je ne puis résister à l'envie que j'ai de vous dire deux mots sur son ouvrage « L'Éloge de la Folie » (1509) qui fut le bestseller de son temps. Érasme s'adresse à son ami anglais Thomas More (l'auteur de « Utopie »). Cette fiction burlesque, où le principal personnage est une allégorie, la déesse Folie, est une critique virulente des institutions établies et des gens ayant une position sociale dont ils abusent. Érasme s'inspire des auteurs de l'antiquité, de leur mythologie et des philosophes médiévaux.
Vous trouverez sur la toile le texte de l'« L'Éloge de la Folie », traduction de Pierre de NOLHAC.
Éloge de la folie - Wikisource 

 

L'Éloge de la Folie

Extrait
 C'est La Folie qui parle. Il va sans dire que le ton léger, bien que satirique, semble n'engager personne à prendre, au pied de la lettre, ce que dit la Folie ! Encore que...

« Le singe est toujours singe, dit l’adage grec, même sous un habit de pourpre. » Pareillement, la femme a beau mettre un masque, elle reste toujours femme, c’est-à-dire folle. Les femmes pourraient-elles m’en vouloir de leur attribuer la folie, à moi qui suis femme et la Folie elle-même ? Assurément non. A y regarder de près, c’est ce don de folie qui leur permet d’être à beaucoup d’égards plus heureuses que les hommes. Elles ont sur eux, d’abord l’avantage de la beauté, qu’elles mettent très justement au-dessus de tout et qui leur sert à tyranniser les tyrans eux-mêmes. L’homme a les traits rudes, la peau rugueuse, une barbe touffue qui le vieillit, et tout cela signifie la sagesse ; les femmes, avec leurs joues toujours lisses, leur voix toujours douce, leur tendre peau, ont pour elles les attributs de l’éternelle jeunesse. D’ailleurs, que cherchent-elles en cette vie, sinon plaire aux hommes le plus possible ? N’est-ce pas la raison de tant de toilettes, de fards, de bains, de coiffures, d’onguents et de parfums, de tout cet art de s’arranger, de se peindre, de se faire le visage, les yeux et le teint ? Et n’est-ce pas la Folie qui leur amène le mieux les hommes ? Ils leur promettent tout, et en échange de quoi ? Du plaisir. Mais elles ne le donnent que par la Folie. C’est de toute évidence, si vous songez aux niaiseries que l’homme conte à la femme, aux sottises qu’il fait pour elle, chaque fois qu’il s’est mis en tête de prendre son plaisir. Vous savez maintenant quel est le premier, le plus grand agrément de la vie, et d’où il découle. »

Les textes de notre humaniste préféré sont en latin. On aura compris qu'ils permirent une libération des esprits qui jusque-là étaient contraints dans des dogmes et des principes trop étroits.
Ces écrits furent censurés.

Si Luther en 1523 traduit la Bible en allemand, Lefèvre d'Étaples la traduit en français l'année suivante. Bon nombre de défenseurs de la langue française sont poursuivis par la Sorbonne et les Parlements. Parmi d'autres, Étienne Dolet (1509-1546), humaniste, poète, philologue et imprimeur, fut torturé, étranglé et brûlé avec ses livres sur la Place Maubert à Paris pour avoir édité des écrits dangereux (de Galien, Rabelais, Marot) et, d'après certains, pour s'être montré proche des idées de Luther. 


Rabelais
Né entre 1483 et 1494, et mort en 1553.
Fils spirituel d'Érasme, et luttant comme lui pour le retour des valeurs antiques et pour la tolérance, François Rabelais publie « Pantagruel » en 1532 et « Gargantua » en 1534 sous un pseudonyme, Alcofribas Nasier, afin d'éviter d'être accusé d'athéisme. Ces deux écrits et les suivants seront censurés.
Son oeuvre s'apparente à un conte paillard où des géants, ses héros, évoluent dans une parodie chevaleresque.
Rabelais, « le plus grand esprit de l'humanité moderne », comme l'appelait Balzac, apporta à la langue française sa verve, sa liberté de penser et bon nombre de mots qui vinrent l'enrichir.

 

Pantagruel

extrait

Quand Pantagruel fut né, qui fut bien ébahi et perplexe ? Ce fut Gargantua son père. Car, voyant d'un côté sa femme Badebec morte, et de l'autre son fils Pantagruel né, tant beau et tant grand, ne savait que dire ni que faire, et le doute qui troublait son entendement était à savoir s'il devait pleurer pour le deuil de sa femme, ou rire pour la joie de son fils. D'un côté et d'autre, il avait arguments sophistiques  qui le suffoquaient car il les faisait très bien in modo et figura , mais il ne les pouvait souldre , et par ce moyen, demeurait empêtré comme la souris empeigée , ou un milan pris au lacet.
« Pleurerai-je ? disait-il. Oui, car pourquoi ? Ma tant bonne femme est morte, qui était la plus ceci, la plus cela qui fût au monde. Jamais je ne la verrai, jamais je n'en recouvrerai une telle : ce m'est une perte inestimable. O mon Dieu que t'avais-je fait pour ainsi me punir ? Que n'envoyas-tu la mort à moi premier  qu'à elle ? car vivre sans elle ne m'est que languir. Ha ! Badebec, ma mignonne, m'amie — mon petit con (toutefois elle en avait bien trois arpents et deux sexterées ), ma tendrette, ma braguette, ma savate, ma pantoufle, jamais je ne te verrai. Ha ! pauvre Pantagruel, tu as perdu ta bonne mère, ta douce nourrice, ta dame très aimée ! Ha, fausse mort, tant tu m'es malivole , tant tu m'es outrageuse, de me tollir  celle à laquelle immortalité appartenait de droit ! »
Et, ce disant, pleurait comme une vache ; mais tout soudain riait comme un veau, quand Pantagruel lui venait en mémoire.
« Ho, mon petit fils, disait-il, mon couillon, mon peton, que tu es joli et tant je suis tenu à Dieu de ce qu'il m'a donné un si beau fils, tant joyeux, tant riant tant joli. Ho, ho, ho, ho ! que je suis aise ! Buvons, ho ! laissons toute mélancolie ! Apporte du meilleur, rince les verres, boute  la nappe, chasse ces chiens, souffle ce feu, allume la chandelle, ferme cette porte, taille ces soupes, envoie ces pauvres, baille-leur ce qu'ils demandent ! Tiens ma robe, que je me mette en pourpoint pour mieux festoyer les commères. »

Ah ! Comme tout cela met le coeur en joie !

             « Fais ce que voudras. »
Telle est la devise de l'abbaye de Thélème que Rabelais imagine propice au bonheur, là où l'instruction dispensée permet à l'homme, toujours soucieux d'agir en tout bien tout honneur, et de s'affirmer dans une société qu'il fait évoluer. 

Et si vous vous sentez d'humeur rabelaisienne, lisez donc « Le torche-cul de Gargantua ». Pour ce faire, rendez vous au texte :

112 Délires sur une description qui met à mal la patience du lecteur - Le torche-cul de Gargantua 

UNE PETITE HISTOIRE DE LA LANGUE FRANÇAISE

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Repost 0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 16:20

RETOUR> QUIZ 25 Test sur la politesse, etc.

 

TEST SUR LA POLITESSE ET LE SAVOIR-VIVRE

 

Partie n°7

Vous avez des invités pour le dîner et vous vous conformez à l'art de la table

 

> D'accord ou pas d'accord (phrases de a à j)

a- Vous mettez les fourchettes pointes en bas.

b- Vous mettez le verre à eau à gauche du verre à vin.

c- Vous mettez les couteaux et les cuillères à soupe à gauche de l'assiette.

d- Le tranchant du couteau est dirigé du côté inverse de l'assiette.

e- La cuillère à dessert se met à gauche.

f- Vous n'oubliez pas les serviettes en papier.

g- Vous déployez entièrement votre serviette sur vos genoux quand vous mangez.

h- Vous placez sur la table de jolis bouquets en fleurs de papier.

i- Les invités ne se servent jamais eux-mêmes en passant les plats.

j- Vous mettez votre cuillère entièrement dans votre bouche quand vous mangez votre potage ou autre chose.

 

Réponses de a à j – Les mauvaises solutions sont en rouge, les bonnes sont en bleu et marquées d'une croix.

+a-Oui. En France on met les fourchettes pointes en bas, alors qu'en Angleterre, on les met pointes en haut. Cela vient du fait que les fourchettes portaient (ou portent) la marque des maîtres de maison sur le dos du manche des fourchettes pour qu'on puisse la voir. En Angleterre, la marque est à l'intérieur du manche. On a conservé cette coutume.

+b- Vous mettez le verre à eau à gauche du verre à vin.

Oui, On est censé boire le vin d'abord.

c- Vous mettez les couteaux et les cuillères à soupe à gauche de l'assiette.

Non, à droite, et la cuillère à droite du couteau parce qu'on s'en sert avant le couteau pour le potage.

d- Le tranchant du couteau est dirigé du côté inverse de l'assiette.

Non, du côté de l'assiette.

e- La cuillère à dessert se met à gauche.

Non. Elle se met entre le verre et l'assiette ou bien on l'apporte avec le dessert.

f- Vous n'oubliez pas les serviettes en papier.

Mettez des serviettes en tissu assorties à la nappe. À propos de nappe, repassez-la sur la table avant de mettre les couverts pour qu'elle n'ait pas de plis.

g- Vous déployez entièrement votre serviette sur vos genoux quand vous mangez.

Non, seulement à demi.

h- Vous placez sur la table de jolis bouquets en fleurs de papier.

Non, des petits bouquets de fleurs fraîches dans de petits vases. Les convives ne doivent pas être empêchés de voir ceux qui sont en face d'eux.

i-Les invités ne se servent jamais eux-mêmes en passant les plats.

Mais si !

j- Vous mettez votre cuillère entièrement dans votre bouche quand vous mangez votre potage ou autre chose.

Non, surtout pas !

 

> D'accord ou pas d'accord (phrases de k à r)

k- Si vous avez renversé quelque chose sur la table, vous vous excusez et vous en faites tout un plat.

l- Vous poussez votre morceau de viande ou vos légumes avec votre couteau sur votre fourchette.

m- Vous pouvez parler la bouche pleine, tout le monde le fait.

n- Vous saucez avec votre pain pour que votre assiette soit impeccable.

o- Vous ouvrez la bouche quand vous mâcher et vous rotez pour prouver que vous êtes satisfait.

p- Vous soufflez sur votre potage s'il est trop chaud.

q- Vous fumez pendant le coup du milieu.

r- Vous vous précipitez pour essuyer le rouge-à-lèvres que votre voisine a laissé sur son verre.

 

Réponses de k à r – Les mauvaises solutions sont en rouge, les bonnes sont en bleu et marquées d'une croix.

k- Si vous avez renversé quelque chose sur la table, vous vous excusez et vous en faites tout un plat.

Vous pouvez vous excuser auprès de la maîtresse de maison, mais soyez discret.

l- Vous poussez votre morceau de viande ou vos légumes avec votre couteau sur votre fourchette.

Non, avec votre pain.

m- Vous pouvez parler la bouche pleine, tout le monde le fait.

n- Vous saucez avec votre pain pour que votre assiette soit impeccable.

o- Vous ouvrez la bouche quand vous mâchez et vous rotez pour prouver que vous êtes satisfait.

Il paraîtrait que roter après un bon repas n'est pas mal vu dans la culture arabe.

p- Vous soufflez sur votre potage s'il est trop chaud.

q- Vous fumez pendant le coup du milieu.

r- Vous vous précipitez pour essuyer le rouge-à-lèvres que votre voisine a laissé sur son verre.

Non, mais ne laissez pas vous-même des traces de rouge-à-lèvres sur les verres.

 

 

> D'accord ou pas d'accord (phrases de s à la fin)

s- Vous choisissez toujours vous-même les vins.

t- Le vin rouge se marie avec les fruits de mer et les poissons.

u- Si vous servez vous-même les plats à vos convives, présentez-les à leur gauche.

v- Vous faites de brillants discours pour épater la galerie parce que vous êtes très spirituel.

w- Pour mettre de l'ambiance, vous insistez pour que tous les convives y aillent de leur chanson.

x- Vous n'oubliez pas de mettre votre portable sur la table, au cas où.

y- Vous repliez bien votre serviette avant de quitter la table.

za- Quand vous avez fini de manger vous remettez soigneusement vos couverts où ils étaient rangés quand vous vous êtes mis à table.

zb- Vous vous curez les dents si quelque chose vous gêne.

zc- Vous avez placé le curé, l'évêque, l'imam, ou le rabbin à la droite du maître des lieux.

zd- Quand vous trinquer (ou portez un toast) avec quelqu'un, vous entrechoquez votre verre avec le sien.

 

Réponses de s à la fin – Les mauvaises solutions sont en rouge, les bonnes sont en bleu et marquées d'une croix.

 

s- Vous choisissez toujours vous-même les vins.

S'il y a un connaisseur de vins à table, vous le laissez choisir.

t- Le vin rouge se marie avec les fruits de mer et les poissons.

Non, le vin blanc.

u- Si vous servez vous-même les plats à vos convives, présentez-les à leur gauche.

Non, à leur droite.

v- Vous faites de brillants discours pour épater la galerie parce que vous êtes très spirituel.

w- Pour mettre de l'ambiance, vous insistez pour que tous les convives y aillent de leur chanson.

x- Vous n'oubliez pas de mettre votre portable sur la table, au cas où.

y- Vous repliez bien votre serviette avant de quitter la table.

Non, vous la posez simplement à côté de l'assiette.

+za- Quand vous avez fini de manger vous posez soigneusement vos couverts sur l'assiette et parallèlement.

Eh oui ! Vous ne les laissez pas sur la nappe ni ne les posez pas en croix.

zb-Vous vous curez les dents si quelque chose vous gêne.

Il ne doit jamais y avoir de cure-dents sur la table.

+zc- Vous avez placé le curé, l'évêque, l'imam ou le rabbin à la droite du maître des lieux.

Oui. À la droite et à la gauche des maîtres de la maison, seront placées les personnes les plus importantes, ou les plus âgées.

Dans le cas d'un repas de fiançailles ou de mariage, ce sont les fiancés ou les mariés qui sont mis à l'honneur et qui président à la place des maîtres de maison.
Il est d'usage de faire alterner autour de la table des personnes de sexe opposé.

zd- Quand vous trinquer (ou portez un toast) avec quelqu'un, vous entrechoquez votre verre avec le sien.

Attention à ne pas casser les verres fins en cristal !

 

TOUTES LES QUESTIONS DU TEST

 

Partie n°1 Vous entrez dans le bureau d'un patron recruteur pour une embauche.

Les mauvaises manières et les bonnes - Première partie

 

Partie n°2 Quand vous vous adressez à votre supérieur hiérarchique, ce que vous pouvez lui dire lorsque vous n'avez pas bien entendu

Les mauvaises manières et les bonnes - Deuxième partie

 

Partie n°3 Il est urgent que vous partiez avant la fin d'une réunion de travail.

Les mauvaises manières et les bonnes - Troisième partie

 

Partie n°4 Vous avez fait une grosse erreur dans le travail demandé.

 

Les mauvaises manières et les bonnes - Quatrième partie

 

Partie n°5 Vous entrez sans frapper dans une pièce que vous croyiez inoccupée et vous surprenez votre patron et une autre personne dans une position vraiment peu conventionnelle (et c'est un euphémisme).

 Les mauvaises manières et les bonnes – Cinquième partie

 

Partie n°6 Vous prenez un transport en commun.       

Les mauvaises manières et les bonnes – Sixième partie

 

Partie n°7 Vous avez des invités pour le dîner et vous vous conformez à l'art de la table. 

Les mauvaises manières et les bonnes – Septième partie (Retour au début de l'article)

 

 

RETOUR> QUIZ 25 Test sur la politesse, etc.

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les QUIZ du blog

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com
commenter cet article
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 16:19

 RETOUR> QUIZ 25 Test sur la politesse, etc.

 

TEST SUR LA POLITESSE ET LE SAVOIR-VIVRE

 

Partie n°6

Vous prenez un transport en commun.

 

> D'accord ou pas d'accord :

a- Vous vous assoyez sans regarder personne.

b- Vous engagez une conversation coquine avec votre voisine.

c- Vous demandez à une personne très grosse de se pousser un peu.

d- Vous faites remarquer à haute voix que ça pue ici.

e- Vous proposez votre siège à une personne âgée.

f- Il y a un cahot ; vous critiquez à haute voix la façon de conduire du chauffeur.

g- Vous souriez aux personnes qui croisent votre regard, parce que vous êtes quelqu'un de gentil.

 

Réponses – Les mauvaises solutions sont en rouge, les bonnes sont en bleu et marquées d'une croix.

a- Vous vous assoyez sans regarder personne.

Comme c'est triste tous ces visages au regard vide ! Vous voulez donc ajouter le vôtre.

b- Vous engagez une conversation coquine avec votre voisine.

Quel macho ! Méfiez-vous, on risquerait de vous accuser de harcèlement. Il y a des témoins.

c- Vous demandez à une personne très grosse de se pousser un peu.

d- Vous faites remarquer à haute voix que ça pue ici.

+e- Vous proposez votre siège à une personne âgée.

Oui. C'est la moindre des politesses. Vous comprendrez vraiment pourquoi c'est une bonne chose quand vous serez vieux !

f- Il y a un cahot ; vous critiquez à haute voix la façon de conduire du chauffeur.

Sûrement pas, vous risqueriez de le déstabiliser et de le mettre en colère. Trop dangereux !

g- Vous souriez aux personnes qui croisent votre regard, parce que vous êtes quelqu'un de gentil.

Oui et non. Choisissez bien à qui vous souriez. Certains pourraient croire que vous vous moquez d'eux, que vous les agressez, ou que vous voulez leur faire des avances. Ils sont légion ceux qui peuvent vous prêter de mauvaises intentions.

 

TOUTES LES QUESTIONS DU TEST

 

Partie n°1 Vous entrez dans le bureau d'un patron recruteur pour une embauche.

Les mauvaises manières et les bonnes - Première partie

 

Partie n°2 Quand vous vous adressez à votre supérieur hiérarchique, ce que vous pouvez lui dire lorsque vous n'avez pas bien entendu

Les mauvaises manières et les bonnes - Deuxième partie

 

Partie n°3 Il est urgent que vous partiez avant la fin d'une réunion de travail.

Les mauvaises manières et les bonnes - Troisième partie

 

Partie n°4 Vous avez fait une grosse erreur dans le travail demandé.

 

Les mauvaises manières et les bonnes - Quatrième partie

 

Partie n°5 Vous entrez sans frapper dans une pièce que vous croyiez inoccupée et vous surprenez votre patron et une autre personne dans une position vraiment peu conventionnelle (et c'est un euphémisme).

 Les mauvaises manières et les bonnes – Cinquième partie

 

Partie n°6 Vous prenez un transport en commun.       

Les mauvaises manières et les bonnes – Sixième partie (Retour au début de l'article)

 

Partie n°7 Vous avez des invités pour le dîner et vous vous conformez à l'art de la table. 

Les mauvaises manières et les bonnes – Septième partie

 

 

RETOUR> QUIZ 25 Test sur la politesse, etc.

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Rechercher Un Mot Du Blog