Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 13:43

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les QUIZ

Tous les articles du blog

 

J'excelle en ceci que je suis diserte, éminemment, congrûment, dûment et joliment diserte. Assurément.

Qu'importent les idées pourvu qu'on ait l'ivresse !1

 

Vous me jaugez et me conspuez éhontément ? Peu m'en chaut. Ne serons-nous pas perdants ex aequo devant la Faucheuse2? À fortiori, quelque prétention que vous puissiez avoir, quelque vanité que vous vouliez arborer indécemment et ostensiblement, pauvres insensés cynocéphales, fats, petits fiérots infatués de vous-mêmes, vous crèverez comme la grenouille3 sans avoir l'heur de crier ouf. 

C'est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.4

 

Étendue dans les fougères arborescentes, sous les voluptueuses frondaisons musicales, caressée par le zéphyr, je me sentis une nymphe sans défense. Les yeux à demi clos, je sombrai précipitamment dans un abîme sans fond. Mes tourments s'accélérèrent et je supputai soudainement mes chances qu'un satyre cornu, exhibitionniste et dégoûtant, à l'air cynique, obscène même, fût près de me piétiner de ses sabots de bouc pestilentiel. Il survint. Quoi que vous en pensiez, je fus en proie à moultes tergiversations. Je me résolus à rester coite et priai Dieu d'intervenir. Que nenni ! Il eût fallu cent hommes pour qu'on vainquît ce monstre concupiscent.

Plût à Dieu que ce ne fût qu'un cauchemar inopportun !

 

Quels que pussent être mes désirs et quoi que je fisse ici-bas, je ne fus jamais dans l'extase longtemps.

...................................................................................  

1-Allusion à la pensée d'Alfred de Musset : Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse.

 

2-La Faucheuse, allégorie de la mort.

L'ALLÉGORIE  figure une abstraction (la mort, l'amour... ) par une image, une peinture, une sculpture ou le plus souvent par un personnage "vivant". 

 

3- La grenouille, allusion à la Fable de la Fontaine, La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf.

 

4-C'est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.

Éloge de la folie, Didier Érasme, humaniste néerlandais.1466 ou 1469 - 1536

Ah ! Érasme !  Ma (p)référence à moi !

                      

Version simplifiée

J'ai la langue bien pendue et cela m'est égal que vous me jugiez mal. À quoi sert donc notre vanité quand on sait que nous devons tous mourir un jour ?

Je m'endormis sous les arbres qui bruissaient délicieusement, et la brise me caressait. Mais je fus soudain en proie à un cauchemar épouvantable. Un satyre me menaçait, et personne pour me venir en aide !

Ah, c'est vraiment difficile d'être tranquille en ce monde ! 

 

NOTES

J'excelle en ceci que je suis diserte, éminemment, congrûment, dûment et joliment diserte. Assurément.

♦ Disert, qui parle bien.

♦ Ceci, cela, pronoms démonstratifs.
Ceci annonce ce qui suit. Cela reprend et résume ce qui précède.

J'excelle en ceci : j'ai la langue bien pendue.

J'ai la langue bien pendue, j'excelle en cela.

 

Les adverbes finissant par -MENT

 

1-Certains dérivent d'un adjectif au féminin

glouton, gloutonne, gloutonnement

fier, fière, fièrement.

 

2-mais les adjectifs au féminin en -aie, -ée, -ie, -ue, perdent leur e final devant -MENT : vraiment, aisément, poliment, éperdument, absolument, ambigument.

-cependant on écrit gaiement, assidûment (assidument), continûment (continument), goulûment (goulument), crûment (crument), dûment (dument), congrûment (congrument), incongrûment (incongrument).

Mots entre parenthèses : Orthographe modifiée en 1990

 

3-Autres curiosités, immensément, gentiment, aveuglément, profondément, impunément.

 

4-Les adjectifs qui se terminent par -ENT et -ANT (dont le féminin était jadis le même que le masculin) forment leur adverbe en -EMMENT et -AMMENT, prudent, prudemment, constant, constamment.

 

5-Mais on écrit lentement, présentement, véhémentement.

 

6-Certains autres adverbes dérivent d'anciens adjectifs ou d'adverbes ou encore de noms, comme :

journellement, grièvement, brièvement, traîtreusement, nuitamment, sciemment, bêtement, mêmement, quasiment.

 

Pour en savoir plus > Les adverbes en -MENT - Quiz

 

Vous me jaugez et conspuez éhontément...

♦ jauger, mesurer, évaluer.

♦ conspuer, crier publiquement en groupe contre quelqu'un un ou contre quelque chose.

♦ éhontément

◊ Le Trésor et les dernières éditions de l'Académie ne donnent pas le mot.

◊ D'après Littré (1863-1878) - éhontément, d'une manière hontée. - éhonté, qui est sans honte. - C'est un homme éhonté. - Substantivement. Un éhonté. Une éhontée.

◊ L'Académie, dans son édition de 1762, écrit éhonté et dit le mot vieilli. Il s'est rajeuni.

 

Peu m'en chaut, cela m'est égal.

Chaloir, verbe défectif (un verbe défectif est un verbe auquel il manque des personnes ou temps) Il m'en chaut. Peu me chaut. Que tu t'en ailles, peu m'en chaut !

Les verbes défectifs -  Pour peu qu'il vous en chaille !

 

à fortiori, à priori, à postériori

L'Académie admet l'accent sur à.

 

quelque prétention que vous puissiez avoir

voir  Quelque... que, locution conjonctive de concession suivie du subjonctif.

 

DES SUBORDONNEES CONCESSIVES

 

QUELQUE... QUE  ou  QUEL... QUE ?

+QUELQUE... QUE

Quelque intérêt que tu me portes, je jouerai les indifférentes.

Quelque incongrue que soit ton attitude, je ferai preuve de sang-froid.

> Quelque... que

 

+QUEL(s) QUE... QUELLE(s) QUE... sont suivis de être (devoir être, pouvoir être,  sembler être, etc.) au subjonctif et du sujet inversé (qui s'accorde avec quel)

Quelle que soit ta manière d'agir, je resterai stoïque.

Quels qu'aient été ses arguments, je n'ai pas été convaincue.

Quelles que puissent être tes envies, elles resteront inassouvies.

Quels que doivent être tes espoirs, ils seront forcément déçus.

> Quel que

 

QUOI QUE / QUOIQUE

On ne peut pas se tromper,  QUOIQUE, conjonction concessive,  est synonyme de BIEN QUE.

Quand on hésite sur l'orthographe, on remplace l'un par l'autre.

Je resterai plantée là quoi que tu dises.

Je resterai plantée là, quoique tu me l'interdises / bien que tu me l'interdises.

> Quoi que

 > Quoique  

> Bien que

 

Pour en savoir +


Conjonctions de subordination et locutions conjonctives classées 

 Cause conséquence but temps condition comparaison concession exception

proportion manière conformité supposition addition alternative

 

 

pauvres insensés cynocéphales

Cynocéphale

♦ substantif, singe d'Afrique dont la tête ressemble à une tête de chien.

♦ adjectif, qui a une tête de chien, qui a une tête ressemblant à une tête de chien, qui a une tête de chacal, comme Anubis le dieu égyptien.

 

petits fiérots infatués de vous-mêmes

♦ fiérot, qui montre un contentement de soi naïf et ridicule.

synonyme, faraud.

♦ infatué ou infatué de soi-même, sottement prétentieux.

 

sans avoir l'heur de crier ouf

> sans avoir le plaisir d'exprimer son soulagement

♦ l'heur (vieux) > bon heur > bonheur

♦ ouf onomatopée

dire ouf, ne rien dire, ne pas piper.

 

Les yeux à demi clos

 les yeux mi-clos. Une demi-heure, deux heures et demie.

 

Je supputai mes chances

Supputer, faire un calcul d'estimation, évaluer.  

À voir votre train de vie, je suppute votre situation financière.

 

LES MOTS COMMENÇANT PAR SUP prennent 2P sauf ceux qui commencent par super, supra, suprém, suprêm, supin.

 

qu'un satyre fût près de me piétiner

♦ un satyre, divinité mythologique de la terre ayant un corps d'homme avec des cornes et des pieds de bouc. OU un homme lubrique. 

Homophone, une satire, un texte satirique.

♦ fût, subjonctif imparfait

>>Valeurs et emplois du subjonctif

>>La conjugaison des verbes au subjonctif - Comment déjouer ses difficultés

♦ près de >>Ne pas confondre : sortir, assortir, ressortir intrans. ou trans. indirect- quelquefois, quelques fois – davantage, d'avantage – bientôt, bien tôt – sitôt, si tôt - près de, prêt à

 

ses sabots de bouc pestilentiel

Pestilence, pestilentiel

♦ Le C devient généralement T dans la terminaison ENTIEL, essence, essentiel . Mais circonstanciel...

♦ Pestilentiel, qui a les caractères de la peste. Maladie pestilentielle. Il signifie aussi : qui donne la peste et, par extension : qui est infecté. Un air pestilentiel. Vapeurs pestilentielles. Cf. l'Académie  

 

Moultes tergiversations

moult, vieil adjectif indéfini employé comme invariable ou variable, beaucoup de, plusieurs, maint.

 

Je me résolus à rester coite

masculin coi, féminin coite

 

il eût fallu cent hommes pour qu'on vainquît ce monstre

♦ CONDITIONNEL PASSÉ de falloir

Il eût fallu cent hommes (2e forme) > il aurait fallu (1re forme)

 

♦ Pour que, locution conjonctive de but

 

Plût à Dieu que ce ne fût qu'un cauchemar inopportun !

Souhait - Plaise à Dieu 
plût subjonctif imparfait 

le subjonctif optatif - voir le § 29 dans >>Valeurs et emplois du subjonctif

 

Quels que pussent être mes désirs et quoi que je fisse ici-bas...

Locutions quel que et quoi que suivies du subjonctif (concession)

> quel que

> quoi que

> Conjonctions de subordination et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative

 

Retour au début de l'article - 2 Délires schizophrènes

 

>> 1 Délires engendrés par un traumatisme irréversible -« Honni soit qui mal y pense ! »

>> 3 Délires évanescents -Fais ce que dois, advienne que pourra.

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

Tous les QUIZ

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 08:09

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Introduction aux Délires.- Le texte des Délires dont vous pourrez lire les épisodes au fil du temps ne sont qu'un prétexte pour illustrer des tournures grammaticales peu usitées et un vocabulaire parfois désuet. Les explications visent à éclairer du mieux possible le lecteur.

L'histoire fantasmatique raconte les pérégrinations d'une jeune fille, la narratrice, qui va chercher à découvrir les mystères du pays où elle est arrivée, sans qu'elle en connaisse ni le pourquoi ni le comment.

 

Ce matin-là, comme j'errais à travers champs, hagarde et solitaire, un pauvre hère1 à l'agonie s'offrit à ma vue. Ma raison s'égara.

 

Eussé-je2, par ma foi, proféré mille mots aberrants, émue par ce quidam souffrant les affres de la mort imminente qu'il devait affronter — ah ! le pouvait-il sans coup férir ? — pour achever le cours d'une destinée encombrée d'embûches et de traquenards, je n'eusse pas éructé un millionième de ma pensée.

 

Plongée dans ces tristes réflexions, que Thanatos n'eût pas démenties, concepts vraisemblablement nés d'un cerveau martyr, je m'en fus, courant, malgré mon pas vacillant, vers le bosquet embaumé de senteurs vernales.

J'observai en passant la nature dardant ses jeunes végétaux qui exhalaient à l'envi leurs parfums enivrants, indicibles, ineffables même, exaltant les sens censés être exacerbés par un renouveau immuable, inéluctable, partant immanquable, et je prononçai leur nom vernaculaire, peu encline à l'esbroufe.

 

   « Ne latinisons point, leur dis-je, sans qu'ils s'esclaffassent. »

Il me fallait rester sur le qui-vive, quand bien même ils m'auraient regardée effrontément en se contentant de se balancer mollement. Saperlipopette ! Serais-je sujette à un anthropomorphisme malvenu ?

 

   « Ne connaissez-vous donc pas le langage hypothétique des fleurs ? » criai-je au cours de ma course effrénée. À quels excès livrai-je ainsi mon ego immodéré !

 

Je vous prends à témoin, vous qui m'honorez de votre admiration sans faille. Quoi ? J'affabule ? Point ! Je ne fabule mie ! Honni soit qui mal y pense !3

.......................................................................

Titre : Honni soit qui mal y pense

Devise de L'Ordre de la Jarretière, The Most Noble Order of The Garter, ordre de la chevalerie anglais fondé par Édouard III au XVIème siècle. 

C'est ainsi qu'en 1347 s'était exclamé Édouard III lorsqu'il avait renoué la jarretière de sa maîtresse, lors d'un bal. 

= Honte à celui qui y voit du mal.

1-un pauvre hère. Disjonction, pas d'enchaînement. Littré donne le H aspiré.

2-Eussé-je, prononcer u pas eu

L'orthographe réformée recommande eussè-je

Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

 

Quelques internautes amis me disent être surpris par les difficultés qu'ils ont rencontrées lors de la lecture de ce texte. Pour eux, je propose, en guise de résumé, une version simplifiée de cet épisode qui sert d'introduction à l'histoire.

 

Ce matin-là, comme j'errais à travers champs, je rencontrai un pauvre homme blessé à mort. Il agonisait. L'émotion que je ressentis alors fut telle que j'en perdis la raison. Il s'ensuivit, dans mon esprit bouleversé, une succession de pensées toutes plus folles et extravagantes les unes que les autres.  

Je m'adressai aux plantes qui sentaient bon le printemps, je les appelai par leur nom, sans avoir peur du ridicule, et je conversai avec les fleurs.

Je vous assure de ma sincérité, vous qui m'admirez quoi qu'il advienne. 

 

NOTES

Honnir (titre), blâmer en faisant honte.

 

Eussé-je proféré mille mots aberrants, je n'eusse pas éructé le millionième de ma pensée. 

eussé-je proféré, subjonctif plus-que parfait  > même si j'avais proféré mille mots aberrants, je n'aurais pas éructé le millionième de ma pensée.

Fussé-je la pire de toutes, il me choisirait malgré tout.

Dussé-je en mourir, je lutterais jusqu'au bout. 

Voir > eussé-je, eussè-je, fussé-je, fussè-je dût-il...  

et > même si

proférer, dire quelque chose, ou le dire à haute voix.

On l'entendait proférer des injures contre quiconque s'aventurait à lui adresser la parole, le benêt.

Il ne put proférer un seul mot quand elle lui fit sa déclaration, c'était à n'y pas croire.

mille mots aberrants, absurdes, insensés

je n'eusse pas éructé, subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé (2e forme) je n'aurais pas éructé (1re forme)

Éructer, roter

verbe transitif direct (il a un complément d'objet direct)
Il éructa des mots insensés.

Il s'emploie aussi intransitivement (sans complément d'objet)

Il éructa.

millionième, million, millionnaire

 

le pouvait-il sans coup férir

Férir, on rencontre ce verbe seulement dans sans coup férir = sans rencontrer de difficultés, sans combattre.

L'adjectif féru est le participe passé de férir

> Férir – sans coup férir – féru(e) – un fier-à-bras, des fiers-à-bras.

 

une destinée encombrée d'embûches et de traquenards

embûche, vient de bûche (bois) embuscade

Littré : Sorte de guet-apens que l'on dispose pour prendre ou tuer quelqu'un. Dresser des embûches, une embûche à quelqu'un.

 

ces réflexions que Thanatos n'eût pas démenties

Thanatos, mythologie grecque, dieu de la mort, représenté comme un vieillard barbu soit ailé, soit vêtu d'un manteau noir.

eût démenties, verbe démentir au subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé (2e forme), n'aurait pas démenties (cond. passé 1re forme)

accord du participe passé démenties avec le complément d'objet direct placé avant lui (que, pronom relatif qui remplace l'antécédent réflexions).

>Thanatos n'eût pas démenti ces réflexions.

> Règles de l'accord des participes passés

 

concepts vraisemblablement nés d'un cerveau martyr

Vraisemblable, invraisemblable, vraisemblance, pas deux SS, un seul.

Voir l'article : Cas où le S ne se prononce pas [z] entre deux voyelles

martyr(e) - adjectif qualificatif  

un enfant martyr, une petite fille martyre. 

Un martyr, une martyre - substantif

celui ou celle qui a souffert et mort pour sa foi.

Saint Irénée, grec de naissance et évêque de Lyon mourut en martyr. 

 ◊ victime, celui qui souffre ou a souffert physiquement ou psychologiquement.

Un martyre, souffrance ou mort endurée pour une cause, un idéal. Le martyre des premiers Chrétiens.

Par extension, une grande douleur.

Il lui a fait subir un martyre.  

 

Je m'en fus (il s'en fut) je partis, je m'en allai.

Le verbe être signifie parfois aller. Voir la note des Délires n°145

 

le bosquet embaumé de senteurs vernales

vernal, estival, automnal, hivernal, un adjectif en -AL pour chaque saison !

Vernal, littéraire, à rapprocher de printanier.

qui est relatif au printemps, qui se produit au printemps.

 

ses jeunes végétaux qui exhalaient à l'envi leurs parfums enivrants

à l'envi, littéraire. À qui mieux mieux.

 

leurs parfums enivrants, indicibles, ineffables même

Ineffable : inexprimable, indicible avec le plaisir en plus.

 

exaltant les sens censés être exacerbés

Noter l'allitération des sifflantes s, xs, gz...

Être censé + infinitif = être supposé...

Elle était censée faire son travail ce jour-là.

Différent de être sensé, raisonnable, sage, avoir du bon sens.

C'est une personne sensée qui vous propose ses contes délirants, le croiriez-vous ?

Pour en savoir + voir :  Ne pas confondre : feux et feus – sensé et censé – chaos et cahot – efficace et efficient – émotionné et ému - bruire et bruisser

 

un renouveau immuable, inéluctable, partant immanquable

le renouveau

> locutions adverbiales À NOUVEAU et DE NOUVEAU – nouvellement – une nouvelle - le renouveau ...

partant, littéraire, donc, par conséquent

Les tourterelles se fuyaient :

Plus d'amour, partant plus de joie.

  Jean de La Fontaine, Les animaux malades de la peste

 

je prononçai leur nom vernaculaire, peu encline à l'esbroufe

je prononçai leur nom commun parce que je n'aimais pas faire du chiqué

vernaculaire

- langue vernaculaire, langue parlée dans une région, ou par une petite communauté.

- nom vernaculaire, nom d'un animal ou d'une plante, plus commun que celui d'origine savante, latine ou grecque.

enclin, encline

qui a un penchant pour quelque chose

Esbroufe, frime, chiqué, flafla, bluff.

Faire de l'esbroufe, faire le fanfaron.  

Vous y allez à l'esbroufe !

 

Ne latinisons point lui dis-je

Latiniser, transformer un mot en latin, lui donner un air latin.

 

quand bien même ils m'auraient regardée effrontément

Quand* / quand même / quand bien même / quand bien, conjonction de subordination et locutions conjonctives marquant le temps avec une nuance concessive quand elles sont suivies du conditionnel.

à rapprocher de même si : locution conjonctive introduisant une proposition hypothétique à valeur concessive.

Elle ne ferait rien pour vous, quand bien même elle vous aimerait.

> ... même si elle vous aimait.

Quand bien même vous seriez sincère, elle ne croirait pas un seul mot de ce que vous dites. > même si vous étiez sincère...

Quand même l'eût-il voulu, il ne l'eût pas eu. > Même s'il l'avait voulu, il ne l'aurait pas eu.

Quand vous me haïriez, je vous resterais fidèle. > Même si vous me haïssiez...

>Conjonctions de subordination et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative 

MOTS COMMENÇANT PAR EFF

Effrontément : jamais d'accent sur le e précédant ff : eff-

 

nota bene, alea jacta est, carpe diem, deo gratias...

Les mots latins n'ont pas d'accent. On les écrit en italique lorsque le texte ne l'est pas et vice-versa (vice versa)
Quelques exceptions admises par l'Académie : à priori, à fortiori, à posteriori...

 

serais-je sujette à un anthropomorphisme malvenu ?

anthropomorphisme, du grec anthropos, homme + morphê, forme.

Ici, voir des choses en leur donnant un caractère humain.

 

Vous qui m'honorez de votre admiration sans faille

Honorer, honorable (1n), honneur (2n)

Sans, s'en, sens, sent, c'en, cent, sang, des homophones à ne pas confondre – Sans suivi d'un singulier ou d'un pluriel ?

 

Quoi ? J'affabule ? Point. Je ne fabule mie.

Affabuler, entre autres acceptions : en psychologie, arranger la réalité comme on veut qu'elle soit (consciemment ou inconsciemment). 

Fabuler, inventer une histoire en la présentant comme vraie.

Voir pour ces deux verbes, que l'on confond souvent, les diverses acceptions que proposent le Trésor (TFLi) et l'Académie sur le site du CNRS : Lexicographie- Centre National de Ressources Textuelles et Littéraires 

QUELQUES ADVERBES DE NEGATION PEU USITÉS

Ne... mie, ne... goutte

Ces vieux termes, tombés en désuétude, ont été remplacés par les adverbes de négation ne... pas ou ne... point. 

Je ne mange mie, je ne marche pas, je ne vois point, je ne bois goutte.

= Je ne mange même pas une miette, je ne vois même pas un point, etc.  

> Je ne marche pas, je ne vois point, je ne mange mie, je ne bois goutte

Aujourd'hui, on n'emploie plus beaucoup l'adverbe ne ... point dans la langue parlée, il a un petit air d'archaïsme.

Ce serait drôle, sinon précieux, de dire : Je ne vous aime point, sachez-le mon ami.

> Comment dites-vous "Je t'aime" ? Je te kiffe, je ne te hais point, tu me bottes, je suis morgane de toi, je t'ai dans la peau, mon coeur s'est embrasé, etc.

  

>> 2 Délires schizophrènes - Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse !

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Articles classés par catégories (tags)
 

Et si vous aimez les dictées difficiles, n'oubliez pas de vous amuser avec la dictée de Mérimée. 

Quand vous aurez lu les 4 premiers Délires vous pourrez faire le QCM – Vocabulaire rencontré dans les Délires 1, 2, 3 et 4.

 

>> Retour au début de l'article

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 22:40
Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Autour de l'enfant
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 22:35

ACCUEIL

Tous les articles du blog

 

FIGURES DE RHETORIQUE

FIGURES DE STYLE

 

Les mots sont capables d'exprimer d'autres objets auxquels ils correspondent. Outre leur sens propre, ils peuvent prendre des sens figurés : c'est ā ces emplois qu'on a donné le nom de tropes.

Gustave Lanson professeur de lettres 1857 -1934

 

 

Les numéros se rapportent à ceux des épisodes des Délires.

Vous pouvez vous y reporter en cliquant dessus.

 

L'antanaclase  3

L'ANTANACLASE, figure de rhétorique. On joue par deux fois sur un mot avec deux acceptions différentes. 

 

La comparaison  21


Le zeugma 13

LE ZEUGMA  rapproche un mot concret et un mot abstrait ou vice versa.Il lie des mots n'appartenant pas au même registre.

 

La suspension  13

LA SUSPENSION,  figure de rhétorique. Ellemet le lecteur en attente, de telle sorte qu'il s'impatiente de savoir ce qu'on lui annonce. Mise en relief d'une idée, d'un fait.

La suspension augmente l'effet des choses qu'on doit annoncer. Dictionnaire de l'Académie


L'euphémisme  40  82

L'EUPHÉMISME  permet de dire de façon adoucie, une chose qui pourrait choquer si elle était décrite telle qu'elle est.

 

 LA LITOTE

Dire peu pour vouloir dire beaucoup.

Voir :

Comment dites-vous "Je t'aime" ? Je te kiffe, je ne te hais point, tu me bottes, je suis morgane de toi, je t'ai dans la peau, mon coeur s'est embrasé, etc. ?

 

L'alliance de mots, l'oxymore, l'oxymoron 10 

L'OXYMORE ou OXYMORON,  figure de style, alliance de mots dont le rapprochement est inattendu, les termes étant des contraires.


La prétérition    56  106  129  157

LA PRÉTÉRITION   Figure de rhétorique qui consiste à affirmer qu'on ne va pas vous dire quelque chose, et cela avant de vous le dire. Elle attise la curiosité du lecteur.


La personnification  84

LA PERSONNIFICATION,  figure de rhétorique qui fait un personnage d'un être inanimé en lui donnant des attributs anthropomorphiques (de l'homme)


L'allégorie   120

L'ALLÉGORIE  figure une abstraction (la mort, l'amour... ) par une image, une peinture, une sculpture ou le plus souvent par un personnage vivant.

 

L'amplification  33

L'AMPLIFICATION  est une gradation dans les termes d'une énumération. Elle peut l'être dans une succession de paragraphes.


L'analepse  86 129

L'ANALEPSE   permet, au cours d'une narration de revenir sur des moments antérieurs. On dirait FLASHBACK au cinéma.

 

Le polyptote   122      80   157

LE POLYPTOTE  consiste à employer, dans une même phrase, deux fois un même mot ne revêtant pas la même forme grammaticale.

 

La prolepse  89

LA PROLEPSE  est une anticipation des faits qui se produiront plus tard.

 

 La syllepse  119

LA SYLLEPSE  est une figure de style qui permet d'exprimer notre pensée sans pour autant suivre les règles grammaticales.

Exemples

-On emploie on pour nous

-Quand les pronoms personnels nous et vous sont employés pour une personne au singulier, l’adjectif, le participe passé qui s’accordent normalement avec ces pronoms, se mettent au singulier et au genre correspondant au sexe de la personne.

 

L'énallage  24

 L'ENALLAGE ou LA SUBSTITUTIONc'est un changement brusque de temps ou de mode, ou de genre, ou de nombre, ou de nom ou de pronom, ce qui a pour effet de dramatiser une situation.


Le truisme ou la lapalissade   8   21  120

LA LAPALISSADE,  c'est une évidence et pas une véritable information !

 

Le paradoxe  120

LE PARADOXEen rhétorique, expose une idée qui apparaît au premier abord contraire au sens commun.


La sentence  105   120


La maxime  36   72   87  120 

LA MAXIME :  règle morale, règle de conduite, précepte, sentence


L'apophtègme  120

L'APOPHTEGME   parole mémorable qui vaut une maxime


L'ellipse  120   121

L'ELLIPSE en rhétorique, produit un effet de raccourci en omettant les éléments en principe nécessaires à la compréhension d'une phrase ou d'un texte


L'hyperbole  13   122

L'HYPERBOLE  est une figure de style qui utilise des moyens permettant de mettre une idée en relief.

On peut la rencontrer dans les cas suivants : ironie, caricature, emphase, amplification.


L'accumulation  13


L'allitération 16   25

L'ALLITERATION  est la répétition du même son qui doit produire un effet.

Les sifflantes :  "Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?" Racine, Andromaque

Le son [r] non plus n'est jamais de bon augure !


La métalepse 122

LA MÉTALEPSE en rhétorique annonce une réfutation polémique à un ou plusieurs éléments prévisibles.


L'asyndète 125

L'ASYNDETE  est une figure de style qui consiste en l'absence de mots de liaison, conjonctions ou adverbes, entre les diverses propositions d'une phrase ou entre les phrases mêmes.


L'anaphore 122  129

L'ANAPHORE

Répétition en début de phrase d'un même mot, d'un même groupe de mots ou d'un même syntagme pour marteler une idée, marquer une obsession, rythmer un discours.

6 mai 2012  Rappelez-vous M. Hollande lors de sa campagne à la présidentielle : "Moi président... Moi président... "  15 fois, ce n'est pas peu dire ! 

 

L'hyperbate  123  127  130

L'HYPERBATE   est une figure de style qui consiste à séparer deux mots normalement assemblés en intercalant un ou plusieurs autres mots. La phrase en est de ce fait comme prolongée.


Le chiasme  134

LE CHIASME
Je plaisais à Lio et Lio me plaisait.
Figure de style qui comporte un parallélisme et une inversion. Elle traduit soit l'union, soit l'opposition.


La paronomase  137

LA PARONOMASE On joue sur deux mots qui se ressemblent et qu'on pourrait confondre.

> PARONYMES – PARONOMASE + QUIZ N°27

 


L'oxymore ou l'oxymoron 10 29 141

L'OXYMORE ou OXYMORON, figure de style, alliance de mots dont le rapprochement est inattendu, les termes étant des contraires.

 

L'allusion littéraire 123

L'ALLUSION LITTÉRAIRE, mot ou expression qui fait allusion par analogie à une chose connue : un événement, un personnage, un ouvrage littéraire.

 

L'anagramme 134

L'ANAGRAMME (une) est la transposition des lettres d'un mot ou d'une phrase pour faire un autre mot ou une autre phrase.

Voir :Délires d'Oli et de Lio + L'anagramme

Anagrammes - Virgo serena, pia, munda et immaculata

 

La liste des figures de style que je donne ici n'est pas exhaustive.

Voir par exemple l'article : Figure de style - Wikipédia

 

ACCUEIL

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 17:55

ACCUEIL

 

Les numéros correspondent aux épisodes des Délires

 

 

Pour retrouver un texte, cliquer sur son numéro
 

163 162 161 160 159 158 157 156 155 154 153 152 151 150 149 148 147 146 145 144 143 142 141 140 139 138 137 136 135 134 133 132 131 130 129 128 127 126 125 124 123 122 121 120 119 118 117 116 115 114 113 112 111 110 109 108 107 106 105 104 103 102 101 100 99 98 97 96 95 94 93 92 91 90 89 88 87 86 85 84 83 82 81 80 79 78 77 76 75 74 73 72 71 70 69 68 67 66 65 64 63 62 61 60 59 58 57 56 55 54 53 52 51 50 49 48 47 46 45 44 43 42 41 40 39 38 37 36 35 34 33 32 31 30 29 28 27 26 25 24 23 22 21 20 19 18 17 16 15 14 13 12 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1

 

Ce qui suit est un aperçu de ce que l'on peut trouver dans Les Délires.

Pour voir d'autres questions de grammaire, de vocabulaire et d'orthographe :

>>  Le français dans tous ses états

 >>  Orthographe grammaire pour les hésitants

>>  Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... "

 

>> Retrouvez l'explication des mots suivants dans les notes des épisodes des Délires.

 

A                                                                                                       

 

abîme & abyme Délires 44

 

absoudre Dél. 5 voir  les verbes défectifs

 

ADJECTIFS de couleurs, accord ou non Dél. 7

 

ADJECTIFS numéraux voir ci-dessous à Numéraux

 

ADJECTIFS en EUX au féminin Dé. 20

 

ADJECTIFS ayant un féminin irrégulier Délires 23

 

ADVERBES de négation,

   ne pas, ne mie, ne point, ne goutte Dél. 1

ADVERBES & PRÉPOSITIONS de lieu Dél. 36

ADVERBES en MENT Dél. 2

 

Aïeux, aïeul, aïeuls Dél 12

 

ALLER

-Je m'en fus, il s'en fut Dél. 1

ALLER ou ÊTRE :  Je suis allé à Paris OU j'ai été à Paris ? Dél. 145

-Elle s'en est allée. Je m'en suis allée. Préférable à Elle s'est en allée... Dél. 18

-Aller dans le sens de faire (aller à selle) Dél. 33

-Aller, semi auxiliaire, futur proche, voir les semi auxiliaires Dél. 43

 

Alphabet Dél 107

 

ANGLICISMES Dél. 48 et Des anglicismes à traduire

 

APRES QUE et AVANT QUE Dél. 10 

Conjonctions de sub. et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative

 

Arrière, derrière, Dél. 6

 

ATTRIBUT Les formes disjointes de l'attribut Dél. 128

Qu'est-ce qu'un attribut ?

 

Aucun(e), aucun(es) d'aucuns Dél. 48

Aucun, aucuns, aucune, aucunes, d'aucuns

 

AUXILIAIRES et SEMI-AUXILIAIRES Dél. 4

 

Avoir l'air Dél. 9

 

 

B                                                                                                       

 

Balade & ballade Dél. 94

 

Barbarismes et solécismes

Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes

+ Quiz 30

Les barbarismes vous irritent-il ou vous amusent-ils ? (suite)

 + Quiz 31

 

Béer, bée, béant, & bayer Dél. 5 

 Voir l'article sur les défectifs  

 

Bien que, quoique Dél. 20

Voir : La clef des modes

 

LE BUT Dél. 51  

Voir :Valeurs et emplois du subjonctif

et La clef des modes 

 

C                                                                                                       

 

çà et ça  Dél. 5

 

LA CAUSE Dél. 33 

Voir : La clef des modes 

 

Ceci, cela Dél. 22 Ceci annonce, cela résume.

 

Ce : voir ce qui, ce que

 

Celles-là mêmes ou celles-là même ? ceux-là mêmes ou ceux-là même ? Dél.135

 

Censé, sensé Dél. 1

 

Cerf & serf, prononciation Dél. 52

 

Chaut, chaloir Dél. 2

Voir l'article sur les défectifs - Pour peu qu'il vous en chaille !

 

Ciel, ciels, cieux Dél. 51

 

Clore & clôturer Dél. 65

 

Comme si Dél. 20

Voir  La clef des modes, les locutions conjonctives  

 

LA COMPARAISON Dél. 30

La clef des modes 

 

Comparatifs, superlatifs Dél. 30 60

 

LA CONCESSION / OPPOSITION  Dél. 32  20 (malgré que)

La clef des modes 

Valeurs et emplois du subjonctif

 

LA CONCORDANCE DES TEMPS

*La concordance des temps dans les propositions subordonnées + Le style (ou le discours) direct et indirect

et articles suivants

 

LA CONDITION Conjonctions Dél. 16, 131(pour un peu, un peu plus)

La clef des modes 

Valeurs et emplois du subjonctif

 

CONDITIONNEL 

Ne pas confondre modes et temps - Le conditionnel est un temps de l'indicatif

 

LA CONSEQUENCE  Dél. 34 1

La clef des modes 

 

Convaincre & persuader Dél. 19

 

Convenir conjugué avec être OU avoir, Dél. 127

 

Courir et mourir Conjugaison 1R ou 2R ? Dél. 25

 

D                                                                                                       

 

Davantage & d'avantage Délires 16

 

Défectifs

 

Demander Dél.  147

 

Demeurer Dél. 113

 

Demi Dél. 2 

 

Disjonction 

Voir :   La liaison - la disjonction - etc

 

DU, DÛ, DUS, DUES, DUT, DÛT Dél. 9

Voir : du, dû, due, dus, dues, dut, dût

 

Dussé-je, dussè-je  Dél . 1

Voir : dussé-je, dussè-je, etc.

 

E                                                                                                       

 

Ébaudi(r) & ébaubi(r) Délires 88

 

(S') Échapper de, à / Réchapper Délires 58  

 

Élision La liaison - l'élision - etc. 

 

Émotionner et émouvoir Délires 21 

 

Empêcher. Particularités Délires 39

 

EN Dél préposition, adverbes 29

-pronom personnel, accord du participe passé ? Dél. 28 

 

Enchaînement, Élision, Disjonction Délires 115

 

Envie, envi Délires 1

 

Espérer Délires 136

 

Étonné & surpris Délires 108

 

Euphonie, cacophonie  L'euphonie - Emploi des lettres euphoniques pour éviter l'hiatus – Vas-y ET Va y comprendre quelque chose ! – Va-t'en OU Va-t-en ?

et Délires 101

 

Eussé-je, fussé-je, dussé-je, fût-ce, fussent-ils etc. Délires 1

et voir eussé-je-je, eussè-je, fussé-je, fussè-je, eût-il, fussent-ils...

 

Excréments Dél 33

 

 F                                                                                                       

 

Mots fantômes Délires 151

FÉMININ OU MASCULIN ? voir genre

Féminin des adjectifs en EUX  Délires 20 

 

Feu (récemment décédé) Délires 145 - Feu le Roi - Feu la Reine - La feue Reine

 

Finir plutôt que se finir ! Délires 33
Finir et non se finir    Ce verbe est rarement à la forme pronominale.
L'histoire se termine bien. L'histoire finit bien. 
Lu sur le Trésor :♦ Emploi pronom. à valeur passive. L'amour ne peut être fini, s'il se réduit à se finir aussi fréquemment qu'il se puisse (Valéry, Variété I,1924, p. 79).Il ne lui restait ensuite qu'un immense étonnement qui se finissait en tristesse (Flaubert, Mme Bovary) 

 

Fussé-je ou fussè-je Délires 1

Fût-ce, fussent-ils Délires 1

fussé-je, fussè-je

 

FUTUR FUTUR ANTÉRIEUR Délires 50

Futur. Un emploi particulier du futur Délires 13 

 

FUTUR DU PASSÉ Délires 38 59

   

G                                                                                                       

 

Genre masculin ou féminin ? Le genre des noms dont on n'est pas sûr + Quiz 4.  

 

Le gérondif Délires 35

Ne pas confondre participes présents, gérondifs et adjectifs verbaux, (en) fatiguant fatigant – (en) convainquant convaincant – (en) émergeant émergent – (en) résidant résident...

 

Gré, savoir gré, mauvais gré,  Délires 71

 

H                                                                                                       

 

 H muet ou aspiré ? Délires 115

> La liaison - l'élision - l'enchaînement - la disjonction 

Hériter Délires 12

Holorimes ou olorimes Délires 136

HOMONYMES - HOMOPHONES

de lai Délires 7

de for Délires 23

de ver Délires 31

de foi Délires 57

de amende Délires 57

de martyr Délires 1

hôte, deux acceptions  Délires 103

de cher Délires 119

 

 

 I                                                                                                       

 

Il n'est que de Délires 63

 

Interjections Délires 35 16  8 

Voir l'article : Qu'est-ce qu'une interjection ? Qu'est-ce qu'une onomatopée ?

 

INDICATIF PRÉSENT des verbes en DRE et des verbes en INDRE et SOUDRE Délires 7

 

INVERSION du sujet avec des verbes du premier groupe au présent de l'indicatif. Ex : me trompé-je, m'exclamé-je. Délires 17

Voir : > eussé-je-je, eussè-je, fussé-je, fussè-je, eût-il, fussent-ils...

> L'inversion du sujet après ainsi, aussi, aussi bien, à peine, peut-être, sans doute, encore, du moins, pour le moins, tout au plus, encore moins, toujours est-il, encore, à plus forte raison.

 

INTERROGATIVE

 Les distinctions de la phrase interrogative Délires 127

La phrase interrogative - L'interrogation disjonctive, fictive ou délibérative.

 

IMPARFAIT de l'indicatif ses emplois Délires 24

 

IMPERATIF présent et passé Délires 18

 

J                                                                                                       

 

Jadis & naguère Délires 29

 

NE JAMAIS ou JAMAIS Délires 11  

Jamais, ne jamais, jamais plus, au grand jamais, à jamais, si jamais, oncques...

 

K                                                                                                       

 

L                                                                                                       

 

Langue du coeur, langue maternelle, espéranto, etc. Dél 109

Les mots latins, pas d'accent. Délires 1

   Quelques exceptions à priori, à fortiori, à posteriori...

 

Lequel, pronom relatif, emploi particulier, Délires 138

 

Leur, leurs Délires 8  

 

Liaison, enchaînement, disjonction Délires 115

   

M                                                                                                       

 

Majuscules ou minuscules ?

-français, un Français Délires 68

- Quand faut-il mettre une majuscule à Monsieur, Madame, Mademoiselle, etc.? Comment abréger ces mots ? Ne pas confondre M. et Mr, MM. et Mrs

 

Malgré, malgré que Délires 20 et l'article malgré que

 

MASCULIN OU FÉMININ ? voir genre

 

Maximal, maximaux, maximum, maximums, maximas 36

 

MÊME Même si Délires 1 71 (attention au temps)- Délires 135 ceux-là même ou ceux-là mêmes ?

 

Métanalyse, paronymie Délires 69

 

N                                                                                                       

 

Ne explétif Délires 45

NE explétif - Quand peut-on l'employer ? - sans que je ne - avant que je ne - je crains que tu ne - j'empêche que tu ne - je m'attends à ce que tu ne - je ne nie pas que tu ne...

 

Le nôtre, le vôtre Délires 11

 

Nonobstant Prépositions et locutions prépositives marquant la concession Délires 4

 

NOUVEAU employé comme adverbe Délires 5 

 

Numéraux (adjectifs) 

Savoir orthographier les adjectifs numéraux cardinaux (cent ou cents, vingt ou vingts...

 

Second ou deuxième ? Que doit-on dire ?

 

O                                                                                                       

 

Onomatopées Délires 100

Qu'est-ce qu'une interjection ? Qu'est-ce qu'une onomatopée ?

 

OU emplois particuliers de la conjonction de coordination OU Délires 92

 

P                                                                                                       

 

Une paragoge Dél 153

 

PARTICIPES PASSÉS 

Règles de l'accord des participes passés   

Qu'est-ce qu'un verbe pronominal ? + QUIZ 32 Accord du participe passé des verbes pronominaux  

L'accord des participes passés + QUIZ 26 

 

PARONYMIE - PARONOMASE

QUIZ 27 Trouver le mot qu'il faut

 

PARTICIPE PRESENT, adjectif verbal, gérondif Délires 4

Participe présent que l'on peut confondre avec adjectif qualificatif.

   Exemple : fatiguant, fatigant etc. Délires 10

Ne pas confondre participes présents, gérondifs et adjectifs verbaux, (en) fatiguant fatigant – (en) convainquant convaincant – (en) émergeant émergent – (en) résidant résident...

 

PASSE ANTERIEUR emploi particuler Délires 60

 

PASSE SIMPLE emplois Délires 24

 

PASSE SIMPLE de tenir et venir et de leurs dérivés Délires 9

 

PEUT-ÊTRE, SANS DOUTE, AUSSI, AINSI, A PEINE, DU MOINS, ENCORE, NON SEULEMENT, EN VAIN, TOUJOURS, expressions en tête de proposition, suivies d'une inversion du sujet Délires 12

 

Poindre Délires 136 et les défectifs

 

Q                                                                                                       

Quand, quand même, quand bien même, même si Dél. 1

 

Quel... que, quelque... que Dél. 2

 

Quelque, littéraire Dél. 9

 

Quérir et ses dérivés Dél. 5 et 10

 

QUE dans tous ses états – pronom interrogatif - pronom relatif - conjonction de subordination ou élément d'une locution conjonctive - adverbe interrogatif ou exclamatif

 

CE QUE – CE QUI – Natures & Emplois

 

(CE) QUI ou (CE) QU'IL suivi d'un verbe impersonnel

 

Qui... qui... qui... distributif Dél. 44

 

Quoi... que, quoique Dél. 2

 

R                                                                                                       

S                                                                                                       

 

Sans suivi du singulier ou du pluriel Dél. 27

 

Sans que Délires 19  

 

Seoir Délire 22

 

Si adverbe interrogatif Dél. 26

Si conjonction de subordination 27

Si tant est que + subjonctif Dél 46

 

Solécismes voir barbarismes

 

Souplesse & flexibilité Dél 62

 

SUBJONCTIF

Les emplois du subjonctif

Conjugaison - comment déjouer ses difficultés

 

SUBI(E, S, ES) SUBIT(E, S, ES) SUBIT SUBÎT Dél 6

Suite, de suite, tout de suite Dél 82

Surpris de ce que, que... Dél 162

 

T                                                                                                       

TEL QUEL Délires 11

 

TOUT, adverbe pas toujours invariable Dél 3 6 20 47 

 

Tout autre (chose) ou toute autre (chose) ? Dél 101  

Ne pas confondre : TOUT adjectif indéfini, pronom indéfini, adverbe (variable dans certains cas) et substantif

 

U                                                                                                       

Mots commençant par U, liaison ou disjonction ?

La liaison - L'élision - L'enchaînement - La disjonction

 

V                                                                                                        

W                                                                                                       

X                                                                                                       

Y                                                                                                       

 

Le Y dans l'yeuse, le yacht etc.

La liaison - L'élision - L'enchaînement - La disjonction

 

Z                                                                                                       

 

Zest, zeste Dél 159

 

CURIOSITÉS 

Mots où se trouve l'élément MN Dél. 47

Curiosités grammaticales + QUIZ 41

Cas où le S ne se prononce pas [z] entre deux voyelles

 

MOTS QUI COMMENCENT PAR

Mots commençant par A (préfixe privatif) Dél. 9

Mots commençant par AC(C) Dél. 8

Mots commençant par AL(L) Dél. 28

Mots commençant par EX, EXC, EXH Dél. 9

Mots commençant par EFF Dél. 1

Mots commençant par SUP(P) Dél. 2

Mots commençant par IN IMM IMB IMP IRR ILL (préfixe IN) Dél. 4

Verbes commençant par AP(P) Dél. 13

Mots commençant par IR(R) Dél. 13

Mots commençant par SOUF(F)L, SOUF(F)R Dél. 24

 

MOTS QUI FINISSENT PAR

Pluriel des noms se terminant par AL AIL AU EAU EU OEU Dél. 47

Verbes se terminant par AÎTRE et OÎTRE Dél. 14

Mots se terminant par TION ou SSION Dél. 19

Noms et adjectifs se terminant par AUD

Verbes se terminant par AYER OYER UYER Dél. 5

Verbes en DRE et en INDRE et SOUDRE Dél. 7 

Mots se terminant par ENCE, ENTIEL Dél. 2

Verbes se terminant par ETER ou par ELER Dél. 12

Noms se terminant par GU GUË Dél. 16

Verbes se terminant parI, IE, IES, IS, IT, ÎT Dél. 8

Verbes en IR Dél. 7

Verbes en IR ou IER Dél. 11

Mots se terminant par ON (dérivés en ONN ?) Dél. 63

Verbes se terminant par OT(T)ER Dél. 20

 ACCUEIL

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 17:50

ACCUEIL

Au fil des épisodes du conte "Les Délires", je signale les fautes de français que l'on rencontre souvent ; certaines d'entre elles sont horripilantes, pour ne pas dire insupportables aux oreilles sensibles.

Le numéro renvoie au texte des Délires.

 

Voici quelques exemples :

 

Notes du texte N°2 (trois fautes à éviter))

Ne pas confondre

   + QUOIQUE avec QUOI QUE

   + QUELQUE avec QUEL QUE (quel variable)

   + Les adverbes en MENT

Voir aussi les articles : Quoique - Quoi que - Quelque - Quel que

 

Notes du texte N°3

TOUT, un adverbe pas toujours invariable !

Varie devant une consonne et un H aspiré. 

Elle est tout ébaubie, tout horrifiée, toute honteuse, toute bouleversée.- (l'horreur h muet, la honte h aspiré)

Voir l'article : Ne pas confondre : TOUT adjectif indéfini, pronom indéfini, adverbe (variable dans certains cas) et substantif

 

Notes du texte N°8

VERBES SE TERMINANT PAR I, IE, IES, IS, IT, ou ÎT

 

Notes du texte 9  

DU, DÛ, DUS, DUES, DUT, ou DÛT ?

 Voir l'article : du, dû, due, dus, dues, dut, dût

 

Notes du texte N°10 (deux fautes),

+ après la locution conjonctive après que, PAS de subjonctif

 et voir l'article  Après que

+ un ciel constellé, PAS un ciel constellé d'étoiles.

 

N°11

COMMENT NE PAS CONFONDRE

+ le présent de l'indicatif avec le présent du subjonctif ?

Je le crois, je ris quand je le vois.

il faut que je le voie, que je rie et que je le croie.

+ le présent du subjonctif avec l'imparfait de l'indicatif ?

Il faut que vous me craigniez et que vous copiiez vos devoirs avec soin.

En ce temps-là vous me craigniez et copiiez vos devoirs avec soin.


Attention !

vous appréciez, nous apprécions (présent de l'indicatif, terminaison ons, ez)

et vous appréciiez, nous appréciions (imparfait de l'indicatif et  présent du subjonctif, terminaison ions, iez)

On n'entend qu'un seul i dans  iiez ou iions.

de même, on peut hésiter entre enfreignez et enfreigniez, cueillons et cueillions, etc. 

 

Voir aussi l'article La conjugaison des verbes au subjonctif - Comment déjouer ses difficultés


N°12

faisant, malfaisant, bienfaisant, prononcer fe pas fai.

Voir l'article : Prononciation problématique de quelques mots en français : gageure, almanach, handball, imbroglio, mas, tomber dans le lacs, abasourdi, Auxerre, Bruxelles, Cassis...

 

N°16

Ne pas confondre davantage et d'avantage.

Je n'en ai pas assez eu, donnez m'en davantage.

Je n'ai pas d'avantage à vous faire plaisir.

>> Ne pas confondre : sortir, assortir, ressortir intrans. ou trans. indirect- quelquefois, quelques fois – davantage, d'avantage – bientôt, bien tôt – sitôt, si tôt - près de, prêt à

 

 N°19

SANS QUE  peut être ou ne pas être suivi de NE explétif.

SANS a déjà une valeur négative.

Il le sait déjà sans que j'aie à le lui dire.

NE est facultatif.

Il le sait déjà sans que je n'aie à le lui dire.

L'Académie condamne l'usage du Ne explétif après sans que.

Voir le § H de l'article : NE explétif - Quand peut-on l'employer ?

Voir aussi l'article : Sans que

  

N°20

 Employer bien que au lieu de malgré que

+ voir les cas particuliers dans l'article :  Malgré que

 

N°24

Problème 

Comment ne pas confondre la terminaison de l'imparfait AIS avec celle du passé simple AI à la première personne du singulier ?


N°27  

On entend trop souvent prêt à, employé à la place de près de.


Il est près de partir, il est sur le point de partir. 

Le ciel est près de nous tomber sur la tête, avec tous ces engins volants. Il va nous tomber sur la tête.


Il est prêt à partir, il y est décidé, disposé, il s'y est préparé. 

 

L'emploi de prêt de + infinitif est vieilli

Il est condamné aujourd'hui (communiqué de l'Académie du 19 novembre 1964, cf. Le Trésor)

 

Le Grevisse précise : Mais la langue littéraire (ou même la langue écrite) continue à employer prêt à avec le sens « sur le point de ».

 

N°28 

On peut dire voire ou voire même  (qui peut être considéré comme archaïque mais qui n'est pas une faute)

Voir l'article : Second ou deuxième ? Voire ou voire même ? Que doit-on dire ?

 

N°33 

Finir et non se finir   

L'histoire se termine bien. L'histoire finit bien. 

Ce verbe est très rarement à la forme pronominale de sens passif.

On trouve :

L'amour ne peut être fini, s'il se réduit à se finir aussi fréquemment qu'il se puisse. Paul Valéry.


N°38

Une espèce, toujours au féminin. Une espèce de bachi-bouzouk. 

Voir le texte 38, le QUIZ Noms masculins ou féminins, à vous de le dire.

Voir aussi les Délires 119, la syllepse.

 

N°46

Employer Jeunes gens au lieu de Jeunes hommes (que l'on entend prononcer jeunommes! )

Jeune fille au lieu de fille qui a d'autres sens.

Voir les acceptions du mot fille dans :

Lexicographie - Centre National de Ressources Textuelles et Littéraires


N°47

  + gageure, prononcer jure pas jeure

et ne dites pas challenge (anglicisme) pour défi ou gageure

Cité ci-dessus : Prononciation problématique de quelques mots en français
 

  + anglicismes qui donnent lieu à des fautes de français.

M. et  pas Mr  pour Monsieur

MM. et  pas Mrs  pour Messieurs

Ne pas confondre M. et Mr, MM. et Mrs

Certainement et pas Définitivement (definitly)

Excusez-moi et pas Je suis désolé.(I am sorry) EX. quand vous marchez sur les pieds de quelqu'un.

Je m'aperçois que je viens de dire une bêtise  ET PAS Je réalise que j'en ai dit une. (I realize, anglais, I realise, américain)

 

N°50

PROBLEME :

Faut-il écrire (R)AI ou (R)AIS à la première personne du singulier ?

 Futur en (R)AI (à la première personne du singulier), ou conditionnel en (R)AIS?

Demain je  partirai.

Je disais que je  partirais le lendemain. Concordance des temps, Conditionnel à valeur de futur du passé.

Je partirais si je le pouvais. Conditionnel à valeur de futur hypothétique.

Voir l'article : Les modes et les temps, ne pas les confondre. Le conditionnel est-il un mode ?

 

N°52

On dit et on écrit  pécuniaire  PAS pécunier ni pécunière, ce sont des barbarismes.

Voir les articles sur les barbarismes et les solécismes 

>> Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes + QUIZ 30

>> Les barbarismes vous irritent-ils ou vous amusent-ils ? + QUIZ 31

 

N°72

Il n'y a pas de futur après même si.

On ne dit pas :

Il fera doux même si le soleil ne brillera pas.

Mais :

Il fera doux même si le soleil ne brille pas.

Voir l'article Même si

 

N°82

SUITE

On ne confond pas tout de suite, de suite, à la suite, comme suite...

Venez tout de suite. Venez immédiatement, sans délai, sans plus attendre, illico (familier).

Je reviens de suite : familier, critiqué.

Il est venu cinq jours de suite.

Il y avait une grande queue, je me suis mise à la suite.

Écrire dans une lettre :

Comme suite à votre annonce parue le... dans...

L'expression Suite à... est critiquée.

Préférez la formule :

En réponse à votre lettre ...

ou selon les circonstances :

Pour donner suite à votre commentaire sur...

Pour faire suite à votre proposition ...

En référence à l'arrêté du...

 

N° 115 

LA LIAISON - LA DISJONCTION - L'ENCHAÎNEMENT  

Le héros, l'héroïne, le yacht, l'yeuse, des coqs-à-l'âne, etc.

Exemple : Le haricot, les haricots, le h est aspiré,

il y a ici disjonction = pas de liaison, pas d'élision.

 

donc pas lézaricots ni laricot.

Voir l'article > La liaison - l'élision - l'enchaînement - la disjonction

 

N°119

Style familier, emploi sylleptique de ON pour NOUS.

Nous, on s'aime, et ce n'est rien de le dire !

On s'est aimés toute la vie !

> ON : c'est parfois quelqu'un ou tout le monde ou toi, moi, nous, vous, elle, lui, ou eux.

 

 N°136

ESPÉRER

PAS de subjonctif  après espérer  

J'espère qu'il est en bonne forme / sera en bonne forme

PAS J'espère qu'il soit en bonne forme  

 SAUF exceptions : impératif, tournure interrogative ou négative...

Voir la règle complète dans l'article :     

Espérer que - J'espère que, je n'espère pas que, espérez-vous que - Prendre garde que - Inutile que - Prendre garde que, à ce que - Faire attention que, à ce que + subjonctif ou indicatif ?

 

Pour en savoir plus  

 

Écrire et ne pas écrire - Les fautes d'orthographe les plus usuelles

 

Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes + QUIZ 30

 

Les barbarismes vous irritent-ils ou vous amusent-ils ? + QUIZ 31

 

Orthographe grammaire pour les hésitants

 

>> Retour au début de l'article

.................................................................................

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

ACCUEIL

.................................................................................

 

   

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 02:00

 

 

Ce conte a été mis en abyme dans l'histoire de mes Délires

 

>> Délires en abyme* (Un conte dans le conte)

Le bal de Madame de Saint-Ange

 

Retrouvez tous les épisodes des Délires :

 

   >> LES DÉLIRES 

 

 

 >> CONTES, NOUVELLES ET POÉSIES DE MAMIEHIOU

 

 

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

 

Tous les articles du blog

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog