Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 17:47

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Vous pourrez faire l'exercice à trous :

SI ou S'Y ? "Philo se pique au cactus" Les trois copines (épisode 5) 

 

Si peut être :

une conjonction de subordination de condition.

Elle introduit une proposition subordonnée conditionnelle.

Je serai heureuse si tu viens demain.

Je serais heureuse si tu venais demain.

J'aurais été heureuse si tu étais venu hier.

(Littéraire) J'eusse été heureuse si vous fussiez venu hier.

Notez la concordance des temps

Voir l'article Si + diverses locutions contenant SI

 

un adverbe de degré (synonyme : tellement) qui modifie :

un adjectif : Il est si beau !

un adverbe : C'est si loin !

 

un adverbe de degré qui appelle une proposition corrélative consécutive (si... que)

Il est si beau que je ne peux pas m'empêcher de l'admirer.

La proposition subordonnée conjonctive est introduite par que, conjonction de subordination. Elle est complément circonstanciel de conséquence (consécutive) de beau.

> Voir la remarque n°3 dans l'article : Remarques

 

> Autre sens de Si... que : dans une subordonnée concessive.

Si beau qu'il soit, je ne me laisserai pas bercer par ses paroles.

Si beau qu'il soit, proposition subordonnée concessive, complément circonstanciel de concession de "ne me laisserai pas bercer".

Sens proches : tout beau qu'il est, bien qu'il soit beau

 

OUI, NON, SI s'emploient pour approuver ou non une phrase affirmative ou négative.

♦ Viendras-tu ?

- Oui

- Non

♦ Ne viendras-tu pas ? - Si

SI sert à désapprouver une phrase négative.

Dans certains cas, on peut employer OUI au lieu de NON.

Tu n'es donc pas venu hier ?

Approbation :

-Non (=je ne suis pas venu hier)

-Oui (=je ne suis pas venu hier : le oui confirme ici la phrase négative.)

Désapprobation :

-Si (=je suis venu hier).

 

SI adverbe interrogatif introduisant une proposition interrogative indirecte.

Interrogation directe :

"Viendras-tu ?"

Interrogation indirecte :

Je me demande si tu viendras.

Je me demande, proposition principale

si tu viendras, proposition subordonnée interrogative indirtecte, complément d'objet direct de se demander.

Je me demandais si tu viendrais.

Notez la concordance des temps.

 

SI, la note de musique.

 

S'Y - SE élidé suivi de Y

Y

Y peut représenter un adverbe de lieu, un syntagme nominal (groupe nominal), un pronom, une proposition.

Y : complément adverbial d'un verbe.

Je vais là-bas pour me reposer. J'y vais.

Je pars pour Paris. J'y vais de ce pas.

Quelle jolie casserole. J'y fais ma ratatouille.

Il y avait de la buée sur la vitre. J'y ai dessiné un coeur.

Il est dans désespoir. J'y suis aussi.

Complément d'objet indirect d'un verbe qui se construit avec la préposition à.

Tu penses à ce que tu pourrais faire. Moi, je n'y pense pas.

Ah l'amour ! Tu y crois ?

Complément d'un adjectif attribut.

Tu me parles de mes vieux souvenirs ? Je n'y suis pas attachée.

 

SE élément d'un verbe pronominal (ici, se construisant avec la préposition à + complément d'objet indirect.)

Exemple : s'attacher à, s'habituer à, s'attendre à, se faire à...

Ce joli chaton, ils s'y sont attachés.

La vie n'est pas facile, mais on s'y est habitué.

Des choses parfois surviennent alors qu'on ne s'y attend pas.

Il a vraiment un caractère épouvantable ; et elle s'y est faite.

Verbes qui se construisent avec à + infinitif ou de + infinitif

Qu'est-ce qu'un verbe pronominal réfléchi, réciproque, subjectif... ?

 

Exercice d'application

SI ou S'Y ? Exercice à trous – "Philo se pique au cactus" Les trois copines  QUIZ

 

 Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... "

Orthographe grammaire pour les hésitants

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

ACCUEIL

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog