Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 19:25

ACCUEIL

Tous les articles du blog

Sauriez-vous répondre ?

1-Les mots suivants s'écrivent-ils avec S ou SS ?

res(s)urgir, res(s)aler, sus(s)urrer, as(sy)métrique.

2-Le S de ABASOURDI se prononce-t-il [s] ou [z] ?

Les réponses sont à la fin de l'article et dans l'article.

Règle générale

Un S placé entre deux voyelles se prononce [z].

Pour avoir le son [s] on double la lettre s.

 

Exceptions :

Voici ci-dessous les cas où le S ne se prononce pas [z] entre deux voyelles

 

Prennent une seule S* entre deux voyelles tout en se 

prononçant [s] les mots suivants :

susurrer, (in)vraisemblable, (in)vraisemblance,

vraisemblant, invraisemblabilité,

primesautier, primesautière,

tournesol (L'Académie, édition 1694, 1718 donnait tourne-sol)

ainsi que :

 

Des mots commençant par le préfixe dé- et dont le radical commence par S comme :

désacralisation, désacraliser désaisonnalisation désaisonnaliser désaper désectorisation désectoriser déségrégation désensibilisateur désensibilisation désensibiliser désexualisation désexualiser désiliciage désocialisation désocialiser désolidariser désorption désulfitage désulfiter désulfuration désulfurer désynchronisation désynchroniser

 

Des mots commençant par dys-

dysenterie dysentérique dysesthésie dysesthésique

 

Des mots commençant par le préfixe privatif a- et dont le radical commencent par s

asémanticité asémantique asepsie aseptique aseptisation aseptiser asexualité asexué asexuel asialie asociabilité asocial asymbolie asymétrie asymétrique asymptomatique asymptote asymptotique asynchrone asyndète asynergie asystolie

 

Certains mots commençant par re- ou ré- et dont le radical commence par S

resaler resalir resarcelé resemer réséquer résipiscence resocialisation resucée resurchauffer resurgir ou ressurgir

 

Des mots commençant par le préfixe para- dont le radical commencent par s

parasol parasexualité parasismique parasympathique parasynthétique

 

Des mots commençant par anti-, bio-, iso-, nano-, poly-, tétra-, ultra-

Exemples : antisocial, bioserveur, nanoseconde, etc. 

 

 

*un s ou une s, une l, une elle, une f, etc. Voir une curiosité :  Le nom et le genre des lettres - l'h, le h, un h, une h, un ache - l's, le s, une esse - etc.

 

Remarque : le s de abasourdi se prononce bien [z]

Voir l'article : Prononciation problématique de quelques mots en français : gageure, almanach, handball, imbroglio, mas, tomber dans le lacs, abasourdi, Auxerre, Bruxelles, Cassis...

 

.................................................................................

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

ACCUEIL

.................................................................................

Réponses aux questions posées > au début de l'article 

1-S ou SS ? res(s)urgir, res(s)aler, sus(s)urrer, as(sy)métrique.

On écrit resurgir ou ressurgir, resaler, susurrer, asymétrique.

2-Le S de ABASOURDI se prononce-t-il [s] ou [z] ?

Il se prononce [z]

 

Récapitulation des articles sur la prononciation des mots

ACCUEIL

Tous les articles du blog

Note - Les commentaires ci-dessous ont subi quelques dommages dans la présentation

lorsque je suis passée sur la plateforme du Nouvel Overblog.

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 17:05

Tous les QUIZ

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

QUIZ 23

 

Cet exercice peut être fait avec des amis.

Celui qui a le plus grand nombre de mots bien orthographiés est le gagnant.

Complétez les mots commençant par

SI – CI – SCI – SY – CY – ou SCY

 

 

1--gma

--the

--boire

--tcom

--ngalais

--rénéen

--evert

--boulette

--napisme

10--zain

--néraire

--bylle

--emment

--rrhose

--mbiose

--nger

--rcumpolaire

--ngle

--node

20--toplasme

--ne qua non

--rrus

--niser

--lice

--lhouette

--narchie

--licose

--llogisme

--nécure

30--ncope

--nécéphalcytologie

--ccatif

--licone

--lvaner

--lure

--ntigraphie

--smique

--nopsis

--lviculture

40--lindre

--nthèse

--nchrone

--alique

--nomyme

--lphe

--lphide

--llabaire

--ssure

--stite

50--nologie

--ncrétisme

--mbole

--byllin

--ène

--novie

--ntagme

--lle

--philis

--priote

60--ntiller

--ngnathe

--nagogue

--lice

--alityque

--napse

--nisme

--énite

--khisme

--nglé

70--ndrome

--nder

--ncope

--près

--ntaxe

--mbale

--riaque

--négétique

--atique

--stole

--caire

80--comore

--nergie

--clone

--mposium

--anose

--zygie

--anure

--gillé

--bernétique

 

 

Voici les mots entiers :

 

1-sigma, 18ème lettre de l'alphabet grec

scythe, se rapporte à des peuplades sémitiques d'origine indo-européenne ayant vécu du VIIème au IIIème siècle avant J.C.

ciboire, vase où l'on recueille les hosties

sitcom, série télévisée à dominante humoristique

cingalais, cinghalais ou singhalais, langue parlée au Sri Lanka

sirénéen, mammifère aquatique herbivore, lamentin

sievert, unité de dose de radiation

ciboulette, plante aromatique qui parfume vos salades, omelettes...

sinapisme, cataplasme à base de farine de moutarde

 

10-sizain, strophe de six vers

cinéraire, plante vivace très florifère

sibylle, prêtresse d'Apollon capable de divination et de prophétie

sciemment, délibérément, en toute connaissance de cause

cirrhose, grave maladie du foie

symbiose, association intime entre deux organismes différents

singer, imiter

circumpolaire, se dit d'un objet céleste qui ne se couche jamais sous l'horizon, du point de vue de l'observateur

single, enregistrement qui comporte un ou deux morceaux

synode, concile rassemblé pour régler des questions précises

 

20-cytoplasme, contenu d'une cellule vivante

sine qua non, condition sans laquelle cela ne pourrait pas être

cirrus, nuage de la troposphère (6000-15000 mètres)

siniser, faire devenir chinois

silice, dioxyde de silicium (dans le sable par exemple)

ou cilice, objet ou vêtement porté par mortification

silhouette, contour d'un objet, dun personne...

synarchie, société politique secrète

silicose, maladie pulmonaire due à l'hinhalation de particules de silice (mines, carrières etc.)

syllogisme, Raisonnement dont le départ est deux propositions appelées prémisses qui conduisent à une conclusion. Logique aristotéliciennne (=d'Aristote)

sinécure, ce n'est pas une sinécure : ce n'est pas de tout repos

 

30-syncope, perte de conscience provoqué par une diminution d'influx sanguin

cynocéphale, à tête de chien, comme l'Anubis égyptien à ête de chacal ou de chien sauvage.

siccatif, substance qui accélère le séchage ou le durcissement d'un matériau (peinture par ex)

silicone, sa base est la silice (voir silice ci-dessus)

la silicone, composé de silicium

le silicone, polymère utilisé par ex. dans les implants mammaires, les colles, gels, gommes, élastomères, produits antimoussants, etc. 

en anglais, silicon (=silicium), silicone (=silicone), silica (=silice)

Silicon Valley, ou bien The Valley, la vallée du silicium (et non du silicone) n'est pas en fait une vallée, mais il s'y trouve une industrie de technologies de pointe.

sylvaner, cépage blanc d'Europe centrale. D'Alsace en particulier

silure, poisson originaire du bassin du Danube

scintigraphie, méthode d'imagerie médicale obtenue en employant des isotopes radoactifs. (os, coeur, prostate...) que l'on injecte au patient et qui se fixent sur l'organe à examiner. On obtient une image sur écran.

sismique, méthode de prospection qui permet d'analyser les zones géologiques profondes grâce à l'analyse des ondes sismiques captées en échos

synopsis, texte qui donne un aperçu d'une oeuvre artistique ou scientifique. Résumé d'un scénario d'un film

sylviculture, exploitation et entretien des forêts

 

40cylindre, surface dans l'espace définie par une droite (d), appelée génératrice, passant par un point variable décrivant une courbe plane fermée (c), appelée courbe directrice et gardant une direction fixe.

synthèse, raisonnement inverse de l'analyse

synchrone, se dit d'éléments qui fonctionnent sur le même rythme

sciatique, douleur provenant du nerf du rachis (=colonne vertébrale) lombaire

synonyme, mot de sens voisin

sylphe, mythologie gauloise, celte, et germanique, créature de l'air

sylphide, idem

syllabaire, ensemble de symboles représentant les sons vocalisés d'une langue

scissure, fente, fissure, sillon observés sur certains organes (cerveau, poumons...)

cystite, infection urinaire

 

50-sinologie, étude de la langue et de l'écriture chinoises

syncrétisme, rassemblement de diverses doctrines. Exemple : Au Japon, le bouddhisme et le shintoïsme cohabitent depuis le VIIIe siècle.

sibyllin, incompréhensible

sciène, poisson de l'Atlanique appelé aussi maigre

synovie liquide dans les articulations qui permet le mouvement

syntagme, ensemble de mots formant une unité. Exemple de syntagme nominal (souligné) : Pendant la tempête, la grande maison ancienne d'en face s'est effondrée. Le noyau du syntagme est maison.

scille, plante herbacée

syphilis, infection sexuellement transmissible. IST

cypriote, chypriote, de Chypre

 

60-scintiller, jeter des lueurs intermittentes

syngnathe, anguille ou vipère de mer

synagogue, lieu de prière des Juifs

cynisme, effronterie

cilice, instrument de pénitence

scialytique, marque de luminaires dont le nom est devenu générique

synapse, connection entre deux neurones

cynisme, attitude qui fait fie des conventions morales et sociales

syénite, roche magmatique grenue constituée principalement de feldspaths alcalins

sikhisme, religion moniste fondée dans le nord de l'Inde au XVe siècle par le guru Nanak. Elle s'inspire de l'islam, de la mystique soufie, et de la spiritualité hindoue

cinglé On l'est tous parfois

 

70-syndrome, ensemble de symptômes par forcément en rapport avec une maladie

scinder, couper en plusieurs parties

syncope, perte de connaissance

cyprès, arbres sempervirents de la famille des Cupressacées, les Leylands sont très prisés chez nous pour faire des clôtures

syntaxe, en linguistique, l'étude de la syntaxe concerne la phrase, le mot, le syntagme (ce mot est dans l'exercice)

cymbale instrument de musique de percussion

syriaque, langue du Proche-Orient qui appartient au groupe des langues araméennes

cynégétique, la gestion appelée ainsi concerne la faune sauvage en vue de la chasse

systole, contraction du coeur au contraire de la diastole

sicaire, tueur à gages

 

80-sycomore, espèce d'arbres. L'érable du même nom se voit souvent dans les jardins bretons.

synergie, effet positif qui naît de l'action des éléments complémentaires d'une organisation

cyclone, appelé ouragan, typhon selon l'endroit où il sévit

symposium, colloque, congrès d'une assemblée de spécialistes qui traite une question particulière

cyanose, coloration bleuâtre de la peau causée par un problème circulatoire

syzygie, en astrophysique, situation où trois objets célestes ou plus se trouvent alignés

cyanure, celui de potassium est poison.

cigillé, qui est marqué d'un sceau

cybernétique,« science constituée par l'ensemble des théories sur les processus de commande et de communication et leur régulation chez l'être vivant, dans les machines et dans les systèmes sociologiques et économiques ». Elle a pour objet principal l'étude des interactions entre « systèmes gouvernants » (ou systèmes de contrôle) et « systèmes gouvernés » (ou systèmes opérationnels), régis par des processus de rétroaction ou feed-back. Lu dans Wikipédia, entrée : cybernétique

 

Si vous n'avez fait aucune faute, vous êtes très fort, bravo !

 

Tous les QUIZ

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 13:15

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Articles classés par catégories (tags)

 

Exercice :

Faites-vous la liaison ou pas ?

Un sang impur, les fers à repasser, les beaux yuccas,

les yeuses, les haricots, les hiéroglyphes, les hiatus.

Réponses à la fin de l'article

 

LA LIAISON unit deux mots qui se suivent, la dernière lettre du premier se prononce comme si elle commençait le second. Il n'y a pas d'arrêt de la voix entre les deux mots, donc pas de disjonction.

Exemples : les arcs (les-z-arcs), je veux une explication (veux-z-une), encore que, dans ce cas la liaison soit facultative, il est trois heures (trois-z-heures), un grand hommage (grand-t-hommage), il a beaucoup à faire (beaucoup-p-à faire) ou trop à dire (trop-p-à-dire), un long épisode (un long-k-épisode), un sang impur (un sang-k-impur, mais l'usage veut que l'on ne prononce plus le (k) dans ce cas). 

 

La langue française, pour être une langue harmonieuse, suivra certaines règles pour respecter l'euphonie et éviter l'hiatus.

Euphonie : Sons agréables à entendre et faciles à prononcer

Hiatus : Rencontre de deux voyelles

 

Remarque : PATAQUÈS : faute de liaison

Cf. Wiktionnaire : 1784 Déformation de la phrase « Je ne sais pas à qui est-ce », devenue « Je ne sais pataquès ».
Il n’est point-z-à vous, il n’est pas-t-à vous, mais alors, je ne sais PAS-T-À-QU'EST-CE

 

L'ÉLISION. On a une élision lorsqu'une lettre disparaît (amuïssement* de la voyelle finale) pour unir deux mots et cela par euphonie, pour éviter l'hiatus :

On élide la voyelle finale -E : l'état au lieu de le état, jusqu'à au lieu de jusque à, quelqu'un au lieu de quelque un...

On élide la voyelle finale -I : s'il au lieu de si il.

On élide la voyelle finale -A : l'amie au lieu de la amie, l'arrivée au lieu de la arrivée, etc.

 

L'ENCHAÎNEMENT veut que la dernière syllabe d'un mot, qui se prononce, se lie avec la syllabe du mot suivant si celui-ci commence par une voyelle. Une épouse admirable. (uné-pou-zadmirable)

Il est différent de la liaison en ceci qu'un mot ne se lie pas avec sa lettre finale au mot qui le suit mais avec la syllabe finale.

On notera que certains dictionnaires emploient le mot liaison pour enchaînement.

 

Cas particuliers :

Il n'y a pas de liaison avec le S qui se trouve à l'intérieur des locutions nominales au pluriel ; exemples dans arcs-en-ciel (arkanciel),  chars à banc (charàbanc), vers à soie (veràsoie), armoires à glace (armoiràglace), guets-apens (guetapens), crocs-en-jambe (crokenjambe), fers à repasser (feràrepasser), des pots à eau (potàeau ou pots/à/eau avec disjonction) etc.

 

Quand un verbe à la 2e personne du singulier, TU, du présent de l'indicatif et du subjonctif se termine par ES, on a un enchaînement avec le mot qui suit, sans liaison avec le S.

Tu me donnes une rose. (donnune).

Il faut que tu me parles ainsi (parlainsi).

Mais quand on dit un vers, on fait la liaison et on compte la syllabe.

Tu me donnes une rose (tu me donnes-zune rose = 7 syllabes, rose ne comptant que pour une syllabe en fin de vers)

 Pour en savoir + voir l'article :

Versification. Comment compter les syllabes d'un vers ?

 

LA DISJONCTION, contrairement la liaison, nécessite  comme un arrêt de la voix entre deux mots. Un mot qui commence par un h aspiré (ou rarement un mot qui commence par une voyelle, -y, -u) se comporte par rapport au mot qui le précède comme s'il commençait par une consonne.  Ainsi ni l'élision, ni la liaison ne sont possibles.

Exemples, h aspiré : le haricot, le handicap...

On a l'élision et la liaison devant un h muet.

Exemples : L'horreur, ils sont horribles, l'homme, l'humanité, les caractères humains...

On a une disjonction devant le u de uhlan (le uhlan) et de ululement (le ululement = le hululement). On trouve parfois l'ululement.

LE Y EN DEBUT DE MOT.

Dans la plupart des cas, il y a disjonction (pas d'élision, pas de liaison) 

la yole, le yacht, les vénéneux yuccas (et pas z-yuccas)

Exceptions : 

les yeux (liaison z-yeux, d'où zyeuter ou zieuter), l'yeuse (chêne vert), l'ypérite (gaz moutarde, arme de guerre).

Pour l’adverbe hier, on préférera l'élision (le journal d'hier). On rencontre la disjonction dans la langue parlée (parfois écrite) : Je ne l'ai su que hier.

Disjonction après la conjonction de coordination ET. Une femme belle et/élégante passa.

Les mots commençant par ou- : pas de disjonction sauf devant certains noms propres : les habitants de Ouagadougou, mais La République d'Ouganda.

On peut dire l’ouate ou la ouate, le ouistiti, l'ouistiti.

Il n’y a pas de disjonction devant :

les noms propres français commençant par y-, ainsi que devant York (le jambon d'York),

devant les mots commençant par i-, sauf iodler et Ionesco,

devant les mots commençant par hi- ou hy- (l'hymen, l'hiéroglyphe), sauf devant hiérarchie et hyène.

Il y a disjonction devant :

hiérarchie et ses dérivés,

les noms propres étrangers commençant par y- sauf York et  Yourcenar (Marguerite),

le verbe jodler (le j se prononce [j] son mouillé se rapprochant du y yod )

les noms étrangers d'origine germanique commençant par j- prononcé [j] comme le y yod, Jung, Jungfrau,

Jahvé (qu'on écrit aussi Yahvé), .

On a le huis-clos (disjonction) mais l'huis et l'huissier,

le héros (disjonction), mais l'héroïne, l'héroïsme,

l'héro (féminin) pour l'héroïne, la drogue (O apocope)

Disjonction dans le huit (le nom du chiffre), même chose pour le onze, le un, les un. Exemple : le onze s'écrit avec deux un.

 

Rien à voir avec les Huns, ni les uns... ni les autres d'ailleurs !

...........................

*amuïr signifie rendre muet >> amuïssement

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Exercice du début de l'article

Faites-vous la liaison ou pas ?

Un sang impur, les fers à repasser, les beaux yuccas, les yeuses, les haricots, les hiéroglyphes, les hiatus.

Si vous avez lu l'article, vous devez pouvoir répondre sans hésiter.

Réponses

un sang [k] impur (liaison - usage vieilli ou [k] prononcé très assourdi)

ou un sang impur (disjonction)

les fers à repasser (pas de liaison)

les beaux yuccas (pas de liaison) le yucca

les yeuses (liaison) l'yeuse

les haricots (pas de liaison) le haricot – les / haricots

les hiéroglyphes (liaison) l'hiéroglyphe

les hiatus (liaison) la plupart des dictionnaires et des grammairiens s'accordent à reconnaître aujourd'hui le h muet dans hiatus : l'hiatus.

On rencontre parfois la disjonction, le hiatus, Quel beau hiatus ! Ce hiatus, Avez-vous entendu ce hiatus ? Survivance d'un ancien usage : disjonction que l'on trouvait dans quelques dictionnaires.

Alors que si l'on considère que le H n'est pas aspiré, on doit dire : l'hiatus, Quel bel hiatus ! Ces-z-hiatus, Avez-vous entendu cet hiatus ? 

Article connexe :

Le S précédé de C (-CS) ne se lie pas avec le mot qui suit.

La liaison des prépositions et des conjonctions

Savoir orthographier les adjectifs numéraux cardinaux cent ou cents, vingt ou vingts... + des millions, des milliards, des billions + Une réflexion sur "les liaisons dangereuses" de Michel Serres

ACCUEIL

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 09:57

ACCUEIL

LES QUIZ

QUIZ 17

 

Oh ! Les célèbres tirades ! Fleurons de notre littérature !

Les avez-vous apprises par coeur ?*

Pour votre bonheur !

Elles chantent encore dans votre mémoire.

Peut-être abîmées, tronquées, à moitié oubliées. Mais leur saveur est toujours intacte, leurs accents toujours vibrants.

Elles sont bien là, prêtes à surgir à propos d'un rien, à propos d'un mot, à propos d'une phrase. Quelle délectation !

L'enthousiasme, l'ambition, la passion, l'amour, le dépit, la rage, le désespoir, tout ce qui fait l'homme, enfin !

 

J'ai enlevé de ces tirades fameuses

quelques mots, quelques vers à retrouver.

N'ayez crainte, je vous les rendrai.

Et si vous préférez lire ces textes sans trous,

reportez-vous

> au texte complété

CORNEILLE – Le Cid 1636 : Acte 1, Scène 4 - Acte 1, Scène 6, Les stances - Acte 4, Scène 3

CORNEILLE- Horace 1640 : Acte IV scène 5

MOLIERE – L'Avare 1668 : Acte 4, scène 7

RACINE – Andromaque 1667 : Acte V, scène 5 Les imprécations de Camille

RACINE - Bérénice 1677 : Acte IV scène 5

RACINE - Phèdre 1677 : Acte II scène 4

EDMOND ROSTAND – Cyrano de Bergerac 1797 : Acte 1, scène 4 - La tirade des nez 

 

(Extraits)

CORNEILLE – Le Cid 1636

Acte 1, Scène 4 

Don Diègue, homme d'honneur, vient de recevoir un soufflet de Don Gormas

 

Don Diègue
Ô rage ! 1111
N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie
Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers
Que pour voir
2222
Mon bras qu'avec respect toute l'Espagne admire,
Mon bras, qui tant de fois a sauvé cet empire,
Tant de fois affermi le trône de son roi,
Trahit donc ma querelle, et ne fait rien pour moi ?
Ô cruel souvenir de ma gloire passée !
Oeuvre de tant de jours en un jour effacée !
Nouvelle dignité fatale à mon bonheur !
Précipice élevé d'où tombe mon honneur !
Faut-il de votre éclat voir triompher Le Comte,
Et mourir sans vengeance,
3333

> voir le texte complet

..................................................................................

Acte 1 , Scène 6 , Les stances.
Don Rodrigue, son fils, doit le venger, et pour ce faire, il devra provoquer en duel le père de celle qu'il aime, le père de Chimène. Son coeur est déchiré. ll balance entre le devoir et l'amour.

 

Don Rodrigue
Percé jusques au fond du coeur
4444
Misérable vengeur d'une juste querelle,
Et malheureux objet d'une injuste rigueur,
Je demeure immobile, et mon âme abattue
Cède au coup qui me tue.
Si près de voir mon feu récompensé,
Ô Dieu, l'étrange peine !
En cet affront mon père est l'offensé,

5555

> voir le texte complet

..................................................................................

Acte 4 , Scène 3

Le valeureux Rodrigue raconte comment il a combattu les Maures.

 

Don Rodrigue
Sous moi donc cette troupe s'avance,

Et porte sur le front 6666
Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort

Nous nous vîmes 7777
Tant, à nous voir marcher avec un tel visage,
Les plus épouvantés reprenaient de courage !
J'en cache les deux tiers, aussitôt qu'arrivés,
Dans le fond des vaisseaux qui lors furent trouvés ;
Le reste, dont le nombre augmentait à toute heure,
Brûlant d'impatience, autour de moi demeure,

Passe une bonne part 8888

> voir le texte complet

.................................................................................. 

CORNEILLE - Horace 1640 - Acte IV scène 5

Les imprécations de Camille. 

Albe et Rome se disputent la suprématie. Le combat des trois Horace contre les trois Curiace vient de s'achever. Le frère de Camille, le romain Horace est vainqueur. Camille crie sa haine contre lui. Il a tué son amant, Curiace

 

Camille

Rome, l'unique objet de mon ressentiment !
Rome, à qui vient ton bras d'immoler mon amant !
Rome qui t'a vu naître et que ton cœur adore !
Rome
9999
Puissent tous ses voisins, ensemble conjurés,
Saper ses fondements encor mal assurés !
Et si ce n'est assez de toute l'Italie,
Que
10 10 10 10 10
Que cent peuples unis des bouts de l'univers
Passent pour la détruire et les monts et les mers !
Qu'elle-même sur soi renverse ses murailles,
Et de ses propres mains
11 11 11 11
Que le courroux du ciel allumé par mes vœux,
Fasse tomber sur elle un déluge de feux !
Puissé-je de mes yeux y voir tomber ce foudre,
Voir ses maisons en cendres, et tes lauriers en poudre !
Voir le dernier Romain à son dernier soupir,
Moi seule en être cause, et
12 12 12 12

 

> Texte complet : CORNEILLE - Horace, Acte IV scène 5

> Toutes les tirades complètes

.................................................................................

 

MOLIERE – L'Avare 1668 – Acte 4, scène 7

On a dérobé la cassette pleine de pièces d'or d'Harpagon.

Harpagon

Au voleur ! Au voleur ! A l'assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! Je suis perdu, je suis assassiné, 19 19 19 19, on m'a dérobé mon argent. Qui peut-ce être ? Qu'est-il devenu ? Où est-il ? Où se cache-t-il ? Que ferais-je pour le trouver ? Où courir ? Où ne pas courir ? N'est-il point là ? N'est-il point ici ? Qui est-ce ? Arrête ! 20 20 20 20... (il se prend lui-même le bras) Ah ! C'est moi ! Mon esprit est troublé, et j'ignore où je suis, qui je suis et ce que je fais. Hélas ! Mon pauvre argent, mon pauvre argent, mon cher ami ! On m'a privé de toi; et puisque tu m'es enlevé, j'ai perdu mon support, ma consolation, ma joie; tout est fini pour moi, et je n'ai plus que faire au monde : sans toi, 21 21 21 21. C'en est fait, je n'en puis plus; je me meurs, je suis mort, 22 22 22 22 . N'y a-t-il personne qui puisse me ressusciter, en me rendant mon cher argent, ou en m'apprenant qui l'a pris ?

> Texte complet : MOLIERE – L'Avare – Acte 4, scène 7

> Toutes les tirades complétes

..................................................................................
 RACINE – Andromaque 1667- Acte V, scène 5

Oreste est amoureux fou d'Hermione qui, par dépit amoureux lui a promis de l'épouser s'il tuait Pyrrhus. Pyrrhus, amoureux d'Andromaque, la captive, est assassiné par Oreste. Hermione écume de rage et se suicide sur le corps de Pyrrhus.

La folie s'empare de lui, il est la proie d'hallucinations.

Pylade est le fidèle ami dOreste.

 

ORESTE
Grâce aux Dieux ! Mon malheur passe mon espérance.
Oui, je te loue, ô ciel, de ta persévérance.
Appliqué sans relâche au soin de me punir,
Au comble des douleurs tu m'as fait parvenir.
Ta haine a pris plaisir à former ma misère ;
J'étais né pour servir d'exemple à ta colère,
Pour être du malheur un modèle accompli.
Hé bien ! je meurs content, et mon sort est rempli.
Où sont ces deux amants ? Pour couronner ma joie,
Dans leur sang,
13 13 13 13
L'un et l'autre en mourant je les veux regarder.
Réunissons trois cœurs qui n'ont pu s'accorder.
Mais quelle épaisse nuit tout à coup m'environne ?
De quel côté sortir ? D'où vient que je frissonne ?
Quelle horreur me saisit ? Grâce au ciel, j'entrevois.
Dieux !
14 14 14 14

 

PYLADE
Ah ! Seigneur.


 ORESTE

 

Quoi ? Pyrrhus, je te rencontre encore ?
Trouverai-je partout un rival que j'abhorre ?
Percé de tant de coups, comment t'es-tu sauvé ?
Tiens, tiens, voilà le coup que je t'ai réservé.
Mais que vois-je ? À mes yeux Hermione l'embrasse ?
Elle vient l'arracher au coup qui le menace ?
Dieux ! quels affreux regards elle jette sur moi !
Quels démons, quels serpents traîne-t-elle après soi ?
Hé bien ! filles d'enfer, vos mains sont-elles prêtes ?

15 15 15 15 15
À qui destinez-vous l'appareil qui vous suit ?
Venez-vous m'enlever dans l'éternelle nuit ?
Venez, à vos fureurs Oreste s'abandonne.
Mais non, retirez-vous, laissez faire Hermione :
L'ingrate mieux que vous saura me déchirer ;
Et je lui porte enfin mon cœur
16 16 16 16 16

 

Fin de la pièce.

> Texte complet : RACINE – Andromaque - Acte V, scène 5

> Toutes les tirades complètes

..................................................................................

..................................................................................

RACINE - Bérénice 1677 Acte IV scène 5

Titus et Bérénice s'aiment, mais Titus sacrifie son amour pour le pouvoir.

 

Bérénice

Eh bien ! régnez, cruel, contentez votre gloire :
Je ne dispute plus. J’attendais, pour vous croire,
Que cette même bouche, après mille serments
D’un amour qui devait unir tous nos moments,
Cette bouche, à mes yeux s’avouant infidèle,
M’ordonnât elle-même une absence éternelle.
Moi-même j’ai voulu vous entendre en ce lieu.
Je n’écoute plus rien, et pour jamais : adieu...
Pour jamais ! Ah, Seigneur ! songez-vous en vous-même
Combien ce mot cruel
17 17 17 17
Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?
Que le jour recommence et que le jour finisse,
Sans que jamais
18 18 18 18
Sans que de tout le jour je puisse voir Titus ?
Mais quelle est mon erreur, et que de soins perdus !
L’ingrat, de mon départ consolé par avance,
Daignera-t-il compter les jours de mon absence ?
Ces jours si longs pour moi lui sembleront trop courts.

> Texte complet : RACINE – Bérénice – Acte IV scène 5

> Toutes les tirades complètes
.................................................................................

RACINE - Phèdre 1677 Acte II scène 4

Phèdre, épouse de Thésée, est amoureuse de son beau-fils Hippolyte. Après s'être longtemps tu, elle est à bout et avoue sa passion à l'être aimé.

 

Phèdre

Ah ! Cruel ! Tu m'as trop entendue !
Je t'en ai dit assez pour te tirer d'erreur.
Eh bien ! Connais donc Phèdre
23 23 23 23
J'aime. Ne pense pas qu'au moment que je t'aime,
Innocente à mes yeux, je m'approuve moi-même,
Ni que du fol amour qui trouble ma raison,
Ma lâche complaisance ait nourri le poison ;
Objet infortuné des vengeances célestes,
Je m'abhorre encor plus
24 24 24 24
Les dieux m'en sont témoins, ces dieux qui dans mon flanc
Ont allumé le feu fatal à tout mon sang ;
Ces dieux qui se sont fait une gloire cruelle
De séduire
25 25 25 25
Toi-même en ton esprit rappelle le passé
C'est peu de t'avoir fui, cruel, je t'ai chassé ;
J'ai voulu te paraître odieuse, inhumaine ;
Pour mieux te résister, j'ai recherché ta haine.
De quoi m'ont profité mes inutiles soins ?
Tu me haïssais plus,
26 26 26 26
Tes malheurs te prêtaient encor de nouveaux charmes.
J'ai langui, j'ai séché dans les feux, dans les larmes
Il suffit de tes yeux pour t'en persuader,
Si tes yeux un moment pouvaient me regarder.
Que dis-je ? Cet aveu que je te viens de faire,
Cet aveu si honteux, le crois-tu volontaire ?
Tremblante pour un fils que je n'osais trahir,
Je te venais prier de ne le point haïr
Faibles projets d'un coeur trop plein de ce qu'il aime !
Hélas ! Je ne t'ai pu parler que de toi-même !
Venge-toi, punis-moi d'un odieux amour
Digne fils du héros qui t'a donné le jour,
Délivre l'univers d'un monstre qui t'irrite.
La veuve de Thésée
27 27 27 27
Crois-moi, ce monstre affreux ne doit point t'échapper ;
Voilà mon coeur : c'est là que ta main doit frapper.
Impatient déjà d'expier son offense,
Au-devant de ton bras je le sens qui s'avance.
Frappe : ou si tu le crois indigne de tes coups,
Si ta haine m'envie un supplice si doux,
Ou si d'un sang trop vil ta main serait trempée,
Au défaut de ton bras
28 28 28 28

 

> Texte complet : RACINE – Phèdre – Acte II, scène 5

> Toutes les tirades complètes

  ..................................................................................

 VICTOR HUGO – Hernani 1830 – Acte III, scène 4

On se souvient que cette pièce a donné lieu à une violente polémique. Victor Hugo n'ayant pas respecté les règles de la tragédie classique.


Hernani, qui aime Doňa Sol, lui demande de renoncer à l'amour qu'elle lui porte.


Hernani
Monts d'Aragon ! Galice ! 29 29 29 29
- Oh ! je porte malheur à tout ce qui m'entoure ! -
J'ai pris vos meilleurs fils, pour mes droits, sans remords ;
Je les ai fait combattre, et voilà qu'ils sont morts !
C'étaient les plus vaillants de la vaillante Espagne.
Ils sont morts ! ils sont tous tombés dans la montagne,
Tous sur le dos couchés, en braves, devant Dieu,
Et, si leurs yeux s'ouvraient,
30 30 30 30
Voilà ce que je fais de tout ce qui m'épouse !
Est-ce une destinée à te rendre jalouse ?
Dona Sol, prends le duc, prends l'enfer, prends le roi !
C'est bien. Tout ce qui n'est pas moi
31 31 31 31
Je n'ai plus un ami qui de moi se souvienne,
Tout me quitte, il est temps qu'à la fin ton tour vienne,
Car je dois être seul. Fuis ma contagion.
Ne te fais pas d'aimer une religion !
Oh ! par pitié pour toi, fuis ! - Tu me crois, peut-être,
Un homme comme sont tous les autres, un être
Intelligent, qui court droit au but qu'il rêva.
Détrompe-toi. Je suis
32 32 32 32
Agent aveugle et sourd de mystères funèbres
Une âme de malheur faite avec des ténèbres !
Où vais-je ? je ne sais. Mais je me sens poussé
D'un souffle impétueux, d'un destin insensé.
Je descends, je descends, et jamais ne m'arrête.
Si parfois, haletant, j'ose tourner la tête,
Une voix me dit :
33 33 33 33
Et de flamme ou de sang je le vois rouge au fond !
Cependant, à l'entour de ma course farouche,
Tout se brise, tout meurt. Malheur
34 34 34 34 34
Oh ! fuis ! détourne-toi de mon chemin fatal,
Hélas ! sans le vouloir, je te ferais du mal !

 

> Texte complet : VICTOR HUGO – Hernani – Acte III, scène 4

> Toutes les tirades complètes

................................................................................ 
 EDMOND ROSTAND - Cyrano de Bergerac 1797

La tirade des nez

CYRANO 

Ah ! Non ! C'est un peu court, jeune homme !
On pouvait dire... oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme...
En variant le ton, —par exemple, tenez :
Agressif : « moi, monsieur, si j'avais un tel nez,
Il faudrait sur le champ
3535 35 35 35
Amical : « mais il doit tremper dans votre tasse :
Pour boire, faites-vous
36 36 36 36
Descriptif : « c'est un roc ! ... c'est un pic... c'est un cap !
Que dis-je, c'est un cap ? ...
37 37 37 37
Curieux : « de quoi sert cette oblongue capsule ?
D'écritoire, monsieur, ou de
38 38 38 38
Gracieux : « aimez-vous à ce point les oiseaux
Que paternellement vous
39 39 39 39
De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? »
Truculent : « ça, monsieur, lorsque
4040 40 40 40
La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
Sans qu'un voisin ne crie
4141 41 41
Prévenant : « gardez-vous, votre tête entraînée
Par ce poids, de tomber en avant sur le sol ! »
Tendre : « faites-lui faire un
42 42 42 42
De peur que sa couleur au soleil ne se fane ! »
Pédant : « l'animal seul, monsieur, qu'
43 43 43 43 43
Appelle hippocampelephantocamélos
Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d'os ! »
Cavalier : « quoi, l'ami, ce croc est à la mode ?
Pour pendre son chapeau
44 44 44 44
Emphatique : « aucun vent ne peut, nez magistral,
T'enrhumer tout entier,
45 45 45 45
Dramatique : « c'est la Mer Rouge 46 46 46 46
Admiratif : « pour un parfumeur, quelle enseigne ! »
Lyrique : « est-ce une conque, êtes-vous un triton ? »
Naïf : « ce monument,
4747 47 47 47
Respectueux : « souffrez, monsieur, qu'on vous salue,
C'est là ce qui s'appelle avoir 48 48 48 48
Campagnard : « hé, ardé ! C'est-y un nez ? Nanain !
C'est queuqu'navet géant ou ben queuqu'melon nain ! »
Militaire : « pointez contre
49 49 49 49
Pratique : « voulez-vous le mettre en loterie ?
Assurément, monsieur, ce sera
50 50 50 50 50
Enfin parodiant Pyrame en un sanglot :
« Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
A détruit l'harmonie ! Il en rougit, le traître ! »
—Voilà ce qu'à peu près, mon cher, vous m'auriez dit
Si vous aviez un peu
51 51 51 51 51
Mais d'esprit, ô le plus lamentable des êtres,
Vous n'en eûtes jamais un atome, et de lettres
Vous n'avez que les trois qui forment le mot :
52 52 52 52
Eussiez-vous eu, d'ailleurs, l'invention qu'il faut
Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries,
Me servir toutes ces folles plaisanteries,
Que vous n'en eussiez pas articulé le quart
De la moitié du commencement d'une, car
Je me les sers moi-même, avec assez de verve,
Mais je ne permets pas
53 53 53 53

 

> Texte complet : EDMOND ROSTAND - Cyrano de Bergerac

> Toutes les tirades complètes

 ..................................................................................

Je demande pardon à tous pour le massacre de ces textes magnifiques.

Mais n'était-ce pas un moyen comme un autre de les faire revivre dans vos cœurs ? 

Pour voir toutes les tirades complétes : 

>> QUIZ 17 Des tirades fameuses à retrouver pour le plaisir

 

*Je suis reconnaissante à mes professeurs de Lettres qui, lorsque j'étais adolescente, m'ont demandé d'apprendre par coeur des textes littéraires. C'est non seulement un exercice de mémoire mais l'appropriation d'une richesse littéraire qui s'inscrit à jamais dans le coeur et l'esprit.

La pratique du "par coeur" à l'école semble s'amenuiser de nos jours et c'est bien dommage lorsqu'on voit le succès grandissant des ateliers-théâtre qui ravissent les adolescents.

 

LES QUIZ

ACCUEIL

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 04:00

Tous les QUIZ

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

QUIZ 6

 

Où habitent-ils ?

En italique sont les habitations proposées par les hommes, en caractères gras, les endroits communs à plusieurs espèces.

Retrouvez l'habitation de chaque animal.

Si vous imprimez le quiz,  mettez le bon numéro dans la colonne du milieu.

Il peut y en avoir plusieurs.

 

Exemple : Fourmi

0

0 Une fourmilière

a- Bouc, chèvre

 

1 Un antre

b- Lapin

 

2 Un gîte

c- Cochon

 

3 Une forme

d- Sanglier

 

4 Un refuge

e- Faisan

 

5 Un repaire

f- Pigeon

 

6 Une retraite

g-Vache, bœuf

 

7 Une tanière

h- Chauve-souris

 

8 Un terrier

i- Aigle, oiseau de proie

 

9 Un ressui

j- Renard

 

10 Une soue

k- Loup

 

11 Une bergerie

l- Écureuil

 

12 Un clapier

m- Lion, fauves

 

13 Un pigeonnier

n- Faisan

 

14 Un poulailler

o- Abeille

 

15 Une écurie

q- Lièvre

 

17 Une ruche

r- Hirondelle

 

18 Une porcherie

s- Serpent

 

19 Une étable

t- Bêtes sauvages qui veulent se sécher àprès la pluie.

 

20 Un nid sous le rebord des toits et dans les habitations tranquilles où l'on laisse une fenêtre ouverte

u- Rongeurs

 

21 Une caverne

v- Cheval, mule, mulet

 

22 Une juchée

w- Animaux de la basse-cour

 

23 Une catiche (cattiche)

x- Loutre

 

24 Une renardière

y- Ours

 

25 Une bauge, + précisément, une loge

z- Coucou

 

26 Un trou d'arbre

 

 

27 Des galeries

 

 

28 Une bauge, + précisément, une souille

 

 

29 Un nid ou une anfractuosité.

 

 

30 Une aire

 

 

31 Le nid des autres espèces

 

Où habitent-ils ?   Réponses

 

a- Bouc, chèvre

11 Une bergerie

b- Lapin

8 Un terrier 12 Un clapier

c- Cochon

10 Une soue 25 Une bauge, + précisément, une loge

d- Sanglier

28 Une bauge, + précisément, une souille

e- Faisan

22 Une juchée

f- Pigeon

13 Un pigeonnier

g- Vache, bœuf

19 Une étable

h- Chauve-souris

21 Une caverne

i- Aigle, oiseau de proie

30 Une aire

j- Renard

3 Une forme 24 Une renardière

k- Loup

7 Une tanière

l- Écureuil

26 Un trou d'arbre

m- Lion, fauves

1 Un antre 5 Un repaire

n- Faisan

22 Une juchée

o- Abeille

17 Une ruche

q- Lièvre

2 Un gîte 3 Une forme

r- Hirondelle

20 Un nid sous le rebord des toits et dans les habitations tranquilles où l'on laisse une fenêtre ouverte

s- Serpent

5 Un repaire

t- Bêtes sauvages qui veulent se sécher àprès la pluie.

9 Un ressui

u- Rongeurs

27 Des galeries

v- Cheval, mule, mulet

15 Une écurie

w- Animaux de la basse-cour

14 Un poulailler

x- Loutre

23 Une catiche (cattiche)

y- Ours

7 Une tanière

z- Coucou

31 Le nid des autres espèces

On peut considérer qu'un refuge et une retraite concernent la plupart des animaux sauvages.

Beaucoup affectionnent les cavernes.

Le gîte abrite le gibier en général, plus spécifiquement le lièvre.

Les bêtes malfaisantes se réfugient dans leur repaire.

 

Tous les QUIZ

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 02:20

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

QUIZ 4 - FEMININ OU MASCULIN ?

Dans le texte précédent (38 Délires d'une ressuscitée), vous avez peut-être hésité sur le genre des mots SYLPHE et ELFE, ces mots sont masculins comme vous l'avez vu avec l'accord du participe passé ATTENTIONNÉS.

Faites un petit exercice et voyez si vous savez le genre des mots suivants.

On notera que certains mots peuvent avoir les deux genres avec la même signification, d'autres avec des significations différentes (homonymes).

  Pourriez-vous citer des noms

qui sont au masculin ou au féminin avec des sens différents ?

Vous pouvez en trouver au moins vingt*

 

pupille

acné

barde

algèbre

acrostiche

crêpe

ambre

anagramme

emblème

esclandre

ecchymose

greffe

foudre

garenne

manoeuvre

mémoire

ombre

pendule

solde

oriflamme

impasse

écritoire

amour

silicone

souris

vapeur

anthracite

apogée

immondices

penne

enseigne

appendice

antre

aigle

amalgame

aune

armistice

asphalte

astérisque

augure

anicroche

ébène

camée

coryphée

edelweiss

éphémérides

arcane

épithète

élytre

haltère

hémisphère

hyménée

hymne

après-midi

ivoire

pétale

planisphère

tentacule

ankylose

atmosphère

autostop

autoroute

épître

paillasse

parallèle

réglisse

scolopendre

oasis

odyssée

équinoxe

espèce

alvéole

 

Et si vous avez un doute sur la signification d'un mot, prenez votre courage à deux mains et jetez un coup d'oeil sur votre dictionnaire.

Une référence, le CNRTL crée par le CNRS :

Lexicographie - Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales. Vous y trouverez  Le Dictionnaire de l'Académie, Le Trésor de la Langue française, etc.

 

La solution est ci-dessous

Les noms féminins sont en rose, les noms masculins en bleu.

*Noms au masculin ou au féminin avec des sens différents

 

*pupille pupille

acné 

*barde barde

algèbre

acrostiche

*crêpe crêpe

ambre

anagramme

emblème

esclandre

ecchymose

*greffe greffe

*foudre foudre

*garenne..garenne

*manoeuvre manoeuvre

*mémoire..mémoire

*ombre ombre

*pendule..pendule

*office office

*solde solde

oriflamme

impasse

écritoire

amour amour

*silicone silicone

*souris souris

*vapeur vapeur

anthracite

apogée

immondices

penne

*enseigne..enseigne

appendice

antre

*aigle aigle

amalgame

*aune aune

armistice

asphalte

astérisque

augure

anicroche

ébène

camée

coryphée

edelweiss

éphémérides

arcane

épithète

 

élytre

haltère

hémisphère

hyménée

*hymne hymne

après-midi après-midi

ivoire

pétale

planisphère

tentacule

ankylose

atmosphère

autostop

autoroute autoroute

épître

*paillasse paillasse

*parallèle parallèle

*réglisse réglisse

scolopendre

oasis

odyssée

équinoxe  

espèce

alvéole° alvéole°

 

UNE ESPÈCE : Je suis bien sûre qu'aucun d'entre vous n'a hésité un instant sur le genre du substantif espèce.

ET POURTANT, on entend tous les jours ce mot au masculin sous prétexte que le complément de nom qui le suit est au masculin. Même dans la bouche des gens qui ont à coeur d'employer une langue châtiée !

Il faut dire :

Je vis arriver une espèce de fanfaron. 

Au lieu de : un espèce de fanfaron

Vous parlez d'une d'espèce d'abruti !

Au lieu de : un espèce d'abruti.

Eh oui !

Voir à ce sujet la note des Délires 119 sur la syllepse.

 

DES GENS : l'adjectif ou le participe passé qui précède le mot gens se met au féminin. Les vieilles gens, les petites gens...

Ceux qui suivent sont au masculin. Les gens malheureux...

On aura la phrase bizarre : Les petites gens sont courageux.

Quant à la gent trotte-menu (La Fontaine), c'est une autre histoire...

> la gent, les gens...  

 

DES AMOURS : peut s'employer au féminin pour exprimer la passion amoureuse, ou bien en poésie.

"Le vert paradis des amours enfantines" (Baudelaire)

 

Des noms au genre qui pose un problème

Sont au féminin le plus souvent dans l'usage :

Agave se trouve au féminin dans la plupart des dictionnaires.

°Alvéole, voir ce mot ci-dessous au masculin.

Anagramme, le masculin apparaît dans plusieurs articles du Petit Larousse. Le Robert l'emploie deux fois, une fois au féminin, une autre fois au masculin.

Antique, oeuvre d'art de l'Antiquité, s'emploie aussi au masculin.

Clope était autrefois masculin dans le sens de mégot. Il est devenu féminin pour désigner la cigarette, dans le Dictionnaire de l'Académie.

Disparate est aussi bien féminin (Dict. de l'Académie) que masculin.

Drupe, féminin dans la plupart des dictionnaires.

Enzyme, la plupart du temps féminin, mais l'usage donne enzyme parfois au masculin., de moins en moins souvent.

Génitoires, au pluriel, a un genre indécis.

Mérule a les deux genres, le féminin l'emporte aujourd'hui.

Moufle est féminin dans le sens de gant, mais masculin dans d'autres sens.

Palabre est des deux genres mais le féminin prend le pas sur le masculin.

Parasange se trouve au masculin dans les dictionnaires, mais on peut le rencontrer au féminin.

Réglisse est féminin dans la plupart des cas (plante, racine, pâte) disent les dictionnaires. Littré le donne au masculin pour la pâte.

Relâche est au féminin mais le dict. de l'Académie de 1935, le donne au masculin sauf dans les termes de marine.

Steppe, très rarement rencontré au masculin.

Vanne, parole incongrue, quolibet ou blague, son masculin est vieux.

 

Au masculin le plus souvent :

°Alvéole, masculin selon l'Académie, de plus en plus employé au féminin. Le dictionnaire le Robert considère même comme vieux de l'employer au masculin. Larousse le donne au féminin.

Wiktionnaire nous dit que l'usage hésite.

Wikipédia préfère le masculin dans la plupart des acceptions sauf en géographie pour désigner une cuvette humide à fond plat (voir + de détails sur le site).

Automne, est parfois employé au féminin (emploi littéraire des auteurs classiques).

Bastringue est parfois employé au féminin. (musique instrumentale).

Effluve est masculin mais on le trouve parfois au féminin vu sa consonance finale.

Office, autrefois féminin dans le sens de la pièce à côté de la cuisine, là où l'on prépare de service de la table.

Pamplemousse, nom de l'arbre (ou pamplemoussier) peut avoir les deux genres. Pour le fruit, certains dictionnaires le donnent au masculin, Littré le donne au féminin.

Silicone peut être masculin dans le sens du composé du silicium, et féminin dans celui du polymère que l'on utilise en cosmétologie et en chirurgie (pour les seins).

Synopsis aujourd'hui pratiquement toujours au masculin

 
Revenons aux Délires :

<< 37 Délires d'une rescapée -"Si je me montrais aux autres comme je suis, ils me croiraient folle."

<< 38 Délires d'une ressuscitée ou c'est tout comme

 >>39 Délires libérateurs - "Un frais parfum sortait des touffes d'asphodèles."

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Repost 0
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 14:10

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Un proverbe traduit une pensée qui exprime une vérité d'expérience, un conseil de sagesse populaire commun à un groupe social ou à un pays.

 

  Choisissez à côté du proverbe la bonne définition.

4 réponses proposées pour 4 proverbes

A-A bon chat, bon rat.

1-On se méfie à l'excès quand on a été une victime.

B-Le chat parti, les souris dansent.

2-On réplique si l'on est attaqué, à supposer que les deux parties soient de force égale.

C-Chat échaudé craint l'eau froide.

3-Différents moyens sont possibles pour arriver au but que l'on s'est fixé.

D-Tous les chemins mènent à Rome.

4-Les subordonnés s'en donnent à coeur joie quand leur chef n'est plus là.

*************************************

*************************************

E-Petit homme abat grand chêne.

1-On doit veiller à ses intérêts.

F-Quand le foin manque au râtelier, les ânes se battent.

2-L'intelligence dépasse la force.

G-Il fait toujours bon de tenir son cheval par la bride.

3-L'argent qui manque provoque des querelles de ménage.

H-Où la chèvre est attachée, il faut qu'elle broute.

4-Savoir se contenter de la situation où l'on est.

*************************************

*************************************

I-Bon chien chasse de race.

1-N'écoutez pas ceux qui ne supporteront pas les actes auxquels ils vous pousseront.

J-Qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son.

2-Ne renoncez pas à vos objectifs après la première difficulté

K-Il ne faut pas jeter le manche après la cognée.

3-Les enfants ont les qualités de leurs parents (mais aussi leur défauts).

L-Les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

4-Il vaut mieux connaître les arguments des deux parties pour juger d'une affaire.

*************************************

*************************************

M-Il y a loin de la coupe aux lèvres.

1-Attention au danger si l'on s'y expose trop.

N-Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

2-On n'est jamais sûr d'arriver au résultat escompté.

O-Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse.

3-Peu importent les conséquences quand tu fais ton devoir.

P-Fais ce que dois, advienne que pourra.

4-Mieux vaut une application dès le début plutôt qu'un effort tardif.

************************************

*************************************

Réponses

A-A bon chat, bon rat.

2-On réplique si l'on est attaqué, à supposer que les deux parties soient de force égale

B-Le chat parti, les souris dansent.

4-Les subordonnés s'en donnent à coeur joie quand leur chef n'est plus là.

C-Chat échaudé craint l'eau froide.

1-On se méfie à l'excès quand on a été une victime.

D-Tous les chemins mènent à Rome.

3-Différents moyens sont possibles pour arriver au but que l'on s'est fixé.

***

E-Petit homme abat grand chêne.

2-L'intelligence dépasse la force.

F-Quand le foin manque au râtelier, les ânes se battent.

3-L'argent qui manque provoque des querelles de ménage.

G-Il fait toujours bon de tenir son cheval par la bride.

1-On doit veiller à ses intérêts.

H-Où la chèvre est attachée, il faut qu'elle broute.

4-Savoir se contenter de la situation où l'on est.

***

I-Bon chien chasse de race.

3-Les enfants ont les qualités de leurs parents (mais aussi leur défauts).

J-Qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son.

4-Il vaut mieux connaître les arguments des deux parties pour juger d'une affaire.

K-Il ne faut pas jeter le manche après la cognée.

2-Ne renoncez pas à vos objectifs après la première difficulté

L-Les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

1-N'écoutez pas ceux qui ne supporteront pas les actes auxquels ils vous pousseront.

***

M-Il y a loin de la coupe aux lèvres.

2-On n'est jamais sûr d'arriver au résultat escompté.

N-Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

4-Mieux vaut une application dès le début plutôt qu'un effort tardif.

O-Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse.

1-Attention au danger si l'on s'y expose trop.

P-Fais ce que dois, advienne que pourra.

3-Peu importent les conséquences quand tu fais ton devoir.

***

 

A2 B4 C1 D3 / E2 F3 G1 H4 / I3 J4 K2 L1 / M2 N4 O1 P3

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Tous les QUIZ

 

Vous aimez les proverbes ? Amusez-vous !

Proverbes à compléter QUIZ 89 (A) & suivants

Ci-dessus > QUIZ 1 Vous avez dit proverbes ? (1re série)

QUIZ 2 Vous avez dit proverbes ? (2e série)

QUIZ 14 Trouvez les proverbes à partir de leur définition

Les villes dans des expressions, des proverbes, des citations, des titres... QUIZ 88

Autour des citations & des faux proverbes qui donnent à rire

QUIZ 103 Proverbes animaliers 1re partie – Retrouvez le nom de l'animal etc. 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 22:35

ACCUEIL

Tous les articles du blog

 

FIGURES DE RHETORIQUE

FIGURES DE STYLE

 

Les mots sont capables d'exprimer d'autres objets auxquels ils correspondent. Outre leur sens propre, ils peuvent prendre des sens figurés : c'est ā ces emplois qu'on a donné le nom de tropes.

Gustave Lanson professeur de lettres 1857 -1934

 

 

Les numéros se rapportent à ceux des épisodes des Délires.

Vous pouvez vous y reporter en cliquant dessus.

 

L'antanaclase  3

L'ANTANACLASE, figure de rhétorique. On joue par deux fois sur un mot avec deux acceptions différentes. 

 

La comparaison  21


Le zeugma 13

LE ZEUGMA  rapproche un mot concret et un mot abstrait ou vice versa.Il lie des mots n'appartenant pas au même registre.

 

La suspension  13

LA SUSPENSION,  figure de rhétorique. Ellemet le lecteur en attente, de telle sorte qu'il s'impatiente de savoir ce qu'on lui annonce. Mise en relief d'une idée, d'un fait.

La suspension augmente l'effet des choses qu'on doit annoncer. Dictionnaire de l'Académie


L'euphémisme  40  82

L'EUPHÉMISME  permet de dire de façon adoucie, une chose qui pourrait choquer si elle était décrite telle qu'elle est.

 

 LA LITOTE

Dire peu pour vouloir dire beaucoup.

Voir :

Comment dites-vous "Je t'aime" ? Je te kiffe, je ne te hais point, tu me bottes, je suis morgane de toi, je t'ai dans la peau, mon coeur s'est embrasé, etc. ?

 

L'alliance de mots, l'oxymore, l'oxymoron 10 

L'OXYMORE ou OXYMORON,  figure de style, alliance de mots dont le rapprochement est inattendu, les termes étant des contraires.


La prétérition    56  106  129  157

LA PRÉTÉRITION   Figure de rhétorique qui consiste à affirmer qu'on ne va pas vous dire quelque chose, et cela avant de vous le dire. Elle attise la curiosité du lecteur.


La personnification  84

LA PERSONNIFICATION,  figure de rhétorique qui fait un personnage d'un être inanimé en lui donnant des attributs anthropomorphiques (de l'homme)


L'allégorie   120

L'ALLÉGORIE  figure une abstraction (la mort, l'amour... ) par une image, une peinture, une sculpture ou le plus souvent par un personnage vivant.

 

L'amplification  33

L'AMPLIFICATION  est une gradation dans les termes d'une énumération. Elle peut l'être dans une succession de paragraphes.


L'analepse  86 129

L'ANALEPSE   permet, au cours d'une narration de revenir sur des moments antérieurs. On dirait FLASHBACK au cinéma.

 

Le polyptote   122      80   157

LE POLYPTOTE  consiste à employer, dans une même phrase, deux fois un même mot ne revêtant pas la même forme grammaticale.

 

La prolepse  89

LA PROLEPSE  est une anticipation des faits qui se produiront plus tard.

 

 La syllepse  119

LA SYLLEPSE  est une figure de style qui permet d'exprimer notre pensée sans pour autant suivre les règles grammaticales.

Exemples

-On emploie on pour nous

-Quand les pronoms personnels nous et vous sont employés pour une personne au singulier, l’adjectif, le participe passé qui s’accordent normalement avec ces pronoms, se mettent au singulier et au genre correspondant au sexe de la personne.

 

L'énallage  24

 L'ENALLAGE ou LA SUBSTITUTIONc'est un changement brusque de temps ou de mode, ou de genre, ou de nombre, ou de nom ou de pronom, ce qui a pour effet de dramatiser une situation.


Le truisme ou la lapalissade   8   21  120

LA LAPALISSADE,  c'est une évidence et pas une véritable information !

 

Le paradoxe  120

LE PARADOXEen rhétorique, expose une idée qui apparaît au premier abord contraire au sens commun.


La sentence  105   120


La maxime  36   72   87  120 

LA MAXIME :  règle morale, règle de conduite, précepte, sentence


L'apophtègme  120

L'APOPHTEGME   parole mémorable qui vaut une maxime


L'ellipse  120   121

L'ELLIPSE en rhétorique, produit un effet de raccourci en omettant les éléments en principe nécessaires à la compréhension d'une phrase ou d'un texte


L'hyperbole  13   122

L'HYPERBOLE  est une figure de style qui utilise des moyens permettant de mettre une idée en relief.

On peut la rencontrer dans les cas suivants : ironie, caricature, emphase, amplification.


L'accumulation  13


L'allitération 16   25

L'ALLITERATION  est la répétition du même son qui doit produire un effet.

Les sifflantes :  "Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?" Racine, Andromaque

Le son [r] non plus n'est jamais de bon augure !


La métalepse 122

LA MÉTALEPSE en rhétorique annonce une réfutation polémique à un ou plusieurs éléments prévisibles.


L'asyndète 125

L'ASYNDETE  est une figure de style qui consiste en l'absence de mots de liaison, conjonctions ou adverbes, entre les diverses propositions d'une phrase ou entre les phrases mêmes.


L'anaphore 122  129

L'ANAPHORE

Répétition en début de phrase d'un même mot, d'un même groupe de mots ou d'un même syntagme pour marteler une idée, marquer une obsession, rythmer un discours.

6 mai 2012  Rappelez-vous M. Hollande lors de sa campagne à la présidentielle : "Moi président... Moi président... "  15 fois, ce n'est pas peu dire ! 

 

L'hyperbate  123  127  130

L'HYPERBATE   est une figure de style qui consiste à séparer deux mots normalement assemblés en intercalant un ou plusieurs autres mots. La phrase en est de ce fait comme prolongée.


Le chiasme  134

LE CHIASME
Je plaisais à Lio et Lio me plaisait.
Figure de style qui comporte un parallélisme et une inversion. Elle traduit soit l'union, soit l'opposition.


La paronomase  137

LA PARONOMASE On joue sur deux mots qui se ressemblent et qu'on pourrait confondre.

> PARONYMES – PARONOMASE + QUIZ N°27

 


L'oxymore ou l'oxymoron 10 29 141

L'OXYMORE ou OXYMORON, figure de style, alliance de mots dont le rapprochement est inattendu, les termes étant des contraires.

 

L'allusion littéraire 123

L'ALLUSION LITTÉRAIRE, mot ou expression qui fait allusion par analogie à une chose connue : un événement, un personnage, un ouvrage littéraire.

 

L'anagramme 134

L'ANAGRAMME (une) est la transposition des lettres d'un mot ou d'une phrase pour faire un autre mot ou une autre phrase.

Voir :Délires d'Oli et de Lio + L'anagramme

Anagrammes - Virgo serena, pia, munda et immaculata

 

La liste des figures de style que je donne ici n'est pas exhaustive.

Voir par exemple l'article : Figure de style - Wikipédia

 

ACCUEIL

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 17:55

ACCUEIL

 

Les numéros correspondent aux épisodes des Délires

 

 

Pour retrouver un texte, cliquer sur son numéro
 

163 162 161 160 159 158 157 156 155 154 153 152 151 150 149 148 147 146 145 144 143 142 141 140 139 138 137 136 135 134 133 132 131 130 129 128 127 126 125 124 123 122 121 120 119 118 117 116 115 114 113 112 111 110 109 108 107 106 105 104 103 102 101 100 99 98 97 96 95 94 93 92 91 90 89 88 87 86 85 84 83 82 81 80 79 78 77 76 75 74 73 72 71 70 69 68 67 66 65 64 63 62 61 60 59 58 57 56 55 54 53 52 51 50 49 48 47 46 45 44 43 42 41 40 39 38 37 36 35 34 33 32 31 30 29 28 27 26 25 24 23 22 21 20 19 18 17 16 15 14 13 12 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 1

 

Ce qui suit est un aperçu de ce que l'on peut trouver dans Les Délires.

Pour voir d'autres questions de grammaire, de vocabulaire et d'orthographe :

>>  Le français dans tous ses états

 >>  Orthographe grammaire pour les hésitants

>>  Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... "

 

>> Retrouvez l'explication des mots suivants dans les notes des épisodes des Délires.

 

A                                                                                                       

 

abîme & abyme Délires 44

 

absoudre Dél. 5 voir  les verbes défectifs

 

ADJECTIFS de couleurs, accord ou non Dél. 7

 

ADJECTIFS numéraux voir ci-dessous à Numéraux

 

ADJECTIFS en EUX au féminin Dé. 20

 

ADJECTIFS ayant un féminin irrégulier Délires 23

 

ADVERBES de négation,

   ne pas, ne mie, ne point, ne goutte Dél. 1

ADVERBES & PRÉPOSITIONS de lieu Dél. 36

ADVERBES en MENT Dél. 2

 

Aïeux, aïeul, aïeuls Dél 12

 

ALLER

-Je m'en fus, il s'en fut Dél. 1

ALLER ou ÊTRE :  Je suis allé à Paris OU j'ai été à Paris ? Dél. 145

-Elle s'en est allée. Je m'en suis allée. Préférable à Elle s'est en allée... Dél. 18

-Aller dans le sens de faire (aller à selle) Dél. 33

-Aller, semi auxiliaire, futur proche, voir les semi auxiliaires Dél. 43

 

Alphabet Dél 107

 

ANGLICISMES Dél. 48 et Des anglicismes à traduire

 

APRES QUE et AVANT QUE Dél. 10 

Conjonctions de sub. et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative

 

Arrière, derrière, Dél. 6

 

ATTRIBUT Les formes disjointes de l'attribut Dél. 128

Qu'est-ce qu'un attribut ?

 

Aucun(e), aucun(es) d'aucuns Dél. 48

Aucun, aucuns, aucune, aucunes, d'aucuns

 

AUXILIAIRES et SEMI-AUXILIAIRES Dél. 4

 

Avoir l'air Dél. 9

 

 

B                                                                                                       

 

Balade & ballade Dél. 94

 

Barbarismes et solécismes

Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes

+ Quiz 30

Les barbarismes vous irritent-il ou vous amusent-ils ? (suite)

 + Quiz 31

 

Béer, bée, béant, & bayer Dél. 5 

 Voir l'article sur les défectifs  

 

Bien que, quoique Dél. 20

Voir : La clef des modes

 

LE BUT Dél. 51  

Voir :Valeurs et emplois du subjonctif

et La clef des modes 

 

C                                                                                                       

 

çà et ça  Dél. 5

 

LA CAUSE Dél. 33 

Voir : La clef des modes 

 

Ceci, cela Dél. 22 Ceci annonce, cela résume.

 

Ce : voir ce qui, ce que

 

Celles-là mêmes ou celles-là même ? ceux-là mêmes ou ceux-là même ? Dél.135

 

Censé, sensé Dél. 1

 

Cerf & serf, prononciation Dél. 52

 

Chaut, chaloir Dél. 2

Voir l'article sur les défectifs - Pour peu qu'il vous en chaille !

 

Ciel, ciels, cieux Dél. 51

 

Clore & clôturer Dél. 65

 

Comme si Dél. 20

Voir  La clef des modes, les locutions conjonctives  

 

LA COMPARAISON Dél. 30

La clef des modes 

 

Comparatifs, superlatifs Dél. 30 60

 

LA CONCESSION / OPPOSITION  Dél. 32  20 (malgré que)

La clef des modes 

Valeurs et emplois du subjonctif

 

LA CONCORDANCE DES TEMPS

*La concordance des temps dans les propositions subordonnées + Le style (ou le discours) direct et indirect

et articles suivants

 

LA CONDITION Conjonctions Dél. 16, 131(pour un peu, un peu plus)

La clef des modes 

Valeurs et emplois du subjonctif

 

CONDITIONNEL 

Ne pas confondre modes et temps - Le conditionnel est un temps de l'indicatif

 

LA CONSEQUENCE  Dél. 34 1

La clef des modes 

 

Convaincre & persuader Dél. 19

 

Convenir conjugué avec être OU avoir, Dél. 127

 

Courir et mourir Conjugaison 1R ou 2R ? Dél. 25

 

D                                                                                                       

 

Davantage & d'avantage Délires 16

 

Défectifs

 

Demander Dél.  147

 

Demeurer Dél. 113

 

Demi Dél. 2 

 

Disjonction 

Voir :   La liaison - la disjonction - etc

 

DU, DÛ, DUS, DUES, DUT, DÛT Dél. 9

Voir : du, dû, due, dus, dues, dut, dût

 

Dussé-je, dussè-je  Dél . 1

Voir : dussé-je, dussè-je, etc.

 

E                                                                                                       

 

Ébaudi(r) & ébaubi(r) Délires 88

 

(S') Échapper de, à / Réchapper Délires 58  

 

Élision La liaison - l'élision - etc. 

 

Émotionner et émouvoir Délires 21 

 

Empêcher. Particularités Délires 39

 

EN Dél préposition, adverbes 29

-pronom personnel, accord du participe passé ? Dél. 28 

 

Enchaînement, Élision, Disjonction Délires 115

 

Envie, envi Délires 1

 

Espérer Délires 136

 

Étonné & surpris Délires 108

 

Euphonie, cacophonie  L'euphonie - Emploi des lettres euphoniques pour éviter l'hiatus – Vas-y ET Va y comprendre quelque chose ! – Va-t'en OU Va-t-en ?

et Délires 101

 

Eussé-je, fussé-je, dussé-je, fût-ce, fussent-ils etc. Délires 1

et voir eussé-je-je, eussè-je, fussé-je, fussè-je, eût-il, fussent-ils...

 

Excréments Dél 33

 

 F                                                                                                       

 

Mots fantômes Délires 151

FÉMININ OU MASCULIN ? voir genre

Féminin des adjectifs en EUX  Délires 20 

 

Feu (récemment décédé) Délires 145 - Feu le Roi - Feu la Reine - La feue Reine

 

Finir plutôt que se finir ! Délires 33
Finir et non se finir    Ce verbe est rarement à la forme pronominale.
L'histoire se termine bien. L'histoire finit bien. 
Lu sur le Trésor :♦ Emploi pronom. à valeur passive. L'amour ne peut être fini, s'il se réduit à se finir aussi fréquemment qu'il se puisse (Valéry, Variété I,1924, p. 79).Il ne lui restait ensuite qu'un immense étonnement qui se finissait en tristesse (Flaubert, Mme Bovary) 

 

Fussé-je ou fussè-je Délires 1

Fût-ce, fussent-ils Délires 1

fussé-je, fussè-je

 

FUTUR FUTUR ANTÉRIEUR Délires 50

Futur. Un emploi particulier du futur Délires 13 

 

FUTUR DU PASSÉ Délires 38 59

   

G                                                                                                       

 

Genre masculin ou féminin ? Le genre des noms dont on n'est pas sûr + Quiz 4.  

 

Le gérondif Délires 35

Ne pas confondre participes présents, gérondifs et adjectifs verbaux, (en) fatiguant fatigant – (en) convainquant convaincant – (en) émergeant émergent – (en) résidant résident...

 

Gré, savoir gré, mauvais gré,  Délires 71

 

H                                                                                                       

 

 H muet ou aspiré ? Délires 115

> La liaison - l'élision - l'enchaînement - la disjonction 

Hériter Délires 12

Holorimes ou olorimes Délires 136

HOMONYMES - HOMOPHONES

de lai Délires 7

de for Délires 23

de ver Délires 31

de foi Délires 57

de amende Délires 57

de martyr Délires 1

hôte, deux acceptions  Délires 103

de cher Délires 119

 

 

 I                                                                                                       

 

Il n'est que de Délires 63

 

Interjections Délires 35 16  8 

Voir l'article : Qu'est-ce qu'une interjection ? Qu'est-ce qu'une onomatopée ?

 

INDICATIF PRÉSENT des verbes en DRE et des verbes en INDRE et SOUDRE Délires 7

 

INVERSION du sujet avec des verbes du premier groupe au présent de l'indicatif. Ex : me trompé-je, m'exclamé-je. Délires 17

Voir : > eussé-je-je, eussè-je, fussé-je, fussè-je, eût-il, fussent-ils...

> L'inversion du sujet après ainsi, aussi, aussi bien, à peine, peut-être, sans doute, encore, du moins, pour le moins, tout au plus, encore moins, toujours est-il, encore, à plus forte raison.

 

INTERROGATIVE

 Les distinctions de la phrase interrogative Délires 127

La phrase interrogative - L'interrogation disjonctive, fictive ou délibérative.

 

IMPARFAIT de l'indicatif ses emplois Délires 24

 

IMPERATIF présent et passé Délires 18

 

J                                                                                                       

 

Jadis & naguère Délires 29

 

NE JAMAIS ou JAMAIS Délires 11  

Jamais, ne jamais, jamais plus, au grand jamais, à jamais, si jamais, oncques...

 

K                                                                                                       

 

L                                                                                                       

 

Langue du coeur, langue maternelle, espéranto, etc. Dél 109

Les mots latins, pas d'accent. Délires 1

   Quelques exceptions à priori, à fortiori, à posteriori...

 

Lequel, pronom relatif, emploi particulier, Délires 138

 

Leur, leurs Délires 8  

 

Liaison, enchaînement, disjonction Délires 115

   

M                                                                                                       

 

Majuscules ou minuscules ?

-français, un Français Délires 68

- Quand faut-il mettre une majuscule à Monsieur, Madame, Mademoiselle, etc.? Comment abréger ces mots ? Ne pas confondre M. et Mr, MM. et Mrs

 

Malgré, malgré que Délires 20 et l'article malgré que

 

MASCULIN OU FÉMININ ? voir genre

 

Maximal, maximaux, maximum, maximums, maximas 36

 

MÊME Même si Délires 1 71 (attention au temps)- Délires 135 ceux-là même ou ceux-là mêmes ?

 

Métanalyse, paronymie Délires 69

 

N                                                                                                       

 

Ne explétif Délires 45

NE explétif - Quand peut-on l'employer ? - sans que je ne - avant que je ne - je crains que tu ne - j'empêche que tu ne - je m'attends à ce que tu ne - je ne nie pas que tu ne...

 

Le nôtre, le vôtre Délires 11

 

Nonobstant Prépositions et locutions prépositives marquant la concession Délires 4

 

NOUVEAU employé comme adverbe Délires 5 

 

Numéraux (adjectifs) 

Savoir orthographier les adjectifs numéraux cardinaux (cent ou cents, vingt ou vingts...

 

Second ou deuxième ? Que doit-on dire ?

 

O                                                                                                       

 

Onomatopées Délires 100

Qu'est-ce qu'une interjection ? Qu'est-ce qu'une onomatopée ?

 

OU emplois particuliers de la conjonction de coordination OU Délires 92

 

P                                                                                                       

 

Une paragoge Dél 153

 

PARTICIPES PASSÉS 

Règles de l'accord des participes passés   

Qu'est-ce qu'un verbe pronominal ? + QUIZ 32 Accord du participe passé des verbes pronominaux  

L'accord des participes passés + QUIZ 26 

 

PARONYMIE - PARONOMASE

QUIZ 27 Trouver le mot qu'il faut

 

PARTICIPE PRESENT, adjectif verbal, gérondif Délires 4

Participe présent que l'on peut confondre avec adjectif qualificatif.

   Exemple : fatiguant, fatigant etc. Délires 10

Ne pas confondre participes présents, gérondifs et adjectifs verbaux, (en) fatiguant fatigant – (en) convainquant convaincant – (en) émergeant émergent – (en) résidant résident...

 

PASSE ANTERIEUR emploi particuler Délires 60

 

PASSE SIMPLE emplois Délires 24

 

PASSE SIMPLE de tenir et venir et de leurs dérivés Délires 9

 

PEUT-ÊTRE, SANS DOUTE, AUSSI, AINSI, A PEINE, DU MOINS, ENCORE, NON SEULEMENT, EN VAIN, TOUJOURS, expressions en tête de proposition, suivies d'une inversion du sujet Délires 12

 

Poindre Délires 136 et les défectifs

 

Q                                                                                                       

Quand, quand même, quand bien même, même si Dél. 1

 

Quel... que, quelque... que Dél. 2

 

Quelque, littéraire Dél. 9

 

Quérir et ses dérivés Dél. 5 et 10

 

QUE dans tous ses états – pronom interrogatif - pronom relatif - conjonction de subordination ou élément d'une locution conjonctive - adverbe interrogatif ou exclamatif

 

CE QUE – CE QUI – Natures & Emplois

 

(CE) QUI ou (CE) QU'IL suivi d'un verbe impersonnel

 

Qui... qui... qui... distributif Dél. 44

 

Quoi... que, quoique Dél. 2

 

R                                                                                                       

S                                                                                                       

 

Sans suivi du singulier ou du pluriel Dél. 27

 

Sans que Délires 19  

 

Seoir Délire 22

 

Si adverbe interrogatif Dél. 26

Si conjonction de subordination 27

Si tant est que + subjonctif Dél 46

 

Solécismes voir barbarismes

 

Souplesse & flexibilité Dél 62

 

SUBJONCTIF

Les emplois du subjonctif

Conjugaison - comment déjouer ses difficultés

 

SUBI(E, S, ES) SUBIT(E, S, ES) SUBIT SUBÎT Dél 6

Suite, de suite, tout de suite Dél 82

Surpris de ce que, que... Dél 162

 

T                                                                                                       

TEL QUEL Délires 11

 

TOUT, adverbe pas toujours invariable Dél 3 6 20 47 

 

Tout autre (chose) ou toute autre (chose) ? Dél 101  

Ne pas confondre : TOUT adjectif indéfini, pronom indéfini, adverbe (variable dans certains cas) et substantif

 

U                                                                                                       

Mots commençant par U, liaison ou disjonction ?

La liaison - L'élision - L'enchaînement - La disjonction

 

V                                                                                                        

W                                                                                                       

X                                                                                                       

Y                                                                                                       

 

Le Y dans l'yeuse, le yacht etc.

La liaison - L'élision - L'enchaînement - La disjonction

 

Z                                                                                                       

 

Zest, zeste Dél 159

 

CURIOSITÉS 

Mots où se trouve l'élément MN Dél. 47

Curiosités grammaticales + QUIZ 41

Cas où le S ne se prononce pas [z] entre deux voyelles

 

MOTS QUI COMMENCENT PAR

Mots commençant par A (préfixe privatif) Dél. 9

Mots commençant par AC(C) Dél. 8

Mots commençant par AL(L) Dél. 28

Mots commençant par EX, EXC, EXH Dél. 9

Mots commençant par EFF Dél. 1

Mots commençant par SUP(P) Dél. 2

Mots commençant par IN IMM IMB IMP IRR ILL (préfixe IN) Dél. 4

Verbes commençant par AP(P) Dél. 13

Mots commençant par IR(R) Dél. 13

Mots commençant par SOUF(F)L, SOUF(F)R Dél. 24

 

MOTS QUI FINISSENT PAR

Pluriel des noms se terminant par AL AIL AU EAU EU OEU Dél. 47

Verbes se terminant par AÎTRE et OÎTRE Dél. 14

Mots se terminant par TION ou SSION Dél. 19

Noms et adjectifs se terminant par AUD

Verbes se terminant par AYER OYER UYER Dél. 5

Verbes en DRE et en INDRE et SOUDRE Dél. 7 

Mots se terminant par ENCE, ENTIEL Dél. 2

Verbes se terminant par ETER ou par ELER Dél. 12

Noms se terminant par GU GUË Dél. 16

Verbes se terminant parI, IE, IES, IS, IT, ÎT Dél. 8

Verbes en IR Dél. 7

Verbes en IR ou IER Dél. 11

Mots se terminant par ON (dérivés en ONN ?) Dél. 63

Verbes se terminant par OT(T)ER Dél. 20

 ACCUEIL

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
31 juillet 2010 6 31 /07 /juillet /2010 17:50

ACCUEIL

Au fil des épisodes du conte "Les Délires", je signale les fautes de français que l'on rencontre souvent ; certaines d'entre elles sont horripilantes, pour ne pas dire insupportables aux oreilles sensibles.

Le numéro renvoie au texte des Délires.

 

Voici quelques exemples :

 

Notes du texte N°2 (trois fautes à éviter))

Ne pas confondre

   + QUOIQUE avec QUOI QUE

   + QUELQUE avec QUEL QUE (quel variable)

   + Les adverbes en MENT

Voir aussi les articles : Quoique - Quoi que - Quelque - Quel que

 

Notes du texte N°3

TOUT, un adverbe pas toujours invariable !

Varie devant une consonne et un H aspiré. 

Elle est tout ébaubie, tout horrifiée, toute honteuse, toute bouleversée.- (l'horreur h muet, la honte h aspiré)

Voir l'article : Ne pas confondre : TOUT adjectif indéfini, pronom indéfini, adverbe (variable dans certains cas) et substantif

 

Notes du texte N°8

VERBES SE TERMINANT PAR I, IE, IES, IS, IT, ou ÎT

 

Notes du texte 9  

DU, DÛ, DUS, DUES, DUT, ou DÛT ?

 Voir l'article : du, dû, due, dus, dues, dut, dût

 

Notes du texte N°10 (deux fautes),

+ après la locution conjonctive après que, PAS de subjonctif

 et voir l'article  Après que

+ un ciel constellé, PAS un ciel constellé d'étoiles.

 

N°11

COMMENT NE PAS CONFONDRE

+ le présent de l'indicatif avec le présent du subjonctif ?

Je le crois, je ris quand je le vois.

il faut que je le voie, que je rie et que je le croie.

+ le présent du subjonctif avec l'imparfait de l'indicatif ?

Il faut que vous me craigniez et que vous copiiez vos devoirs avec soin.

En ce temps-là vous me craigniez et copiiez vos devoirs avec soin.


Attention !

vous appréciez, nous apprécions (présent de l'indicatif, terminaison ons, ez)

et vous appréciiez, nous appréciions (imparfait de l'indicatif et  présent du subjonctif, terminaison ions, iez)

On n'entend qu'un seul i dans  iiez ou iions.

de même, on peut hésiter entre enfreignez et enfreigniez, cueillons et cueillions, etc. 

 

Voir aussi l'article La conjugaison des verbes au subjonctif - Comment déjouer ses difficultés


N°12

faisant, malfaisant, bienfaisant, prononcer fe pas fai.

Voir l'article : Prononciation problématique de quelques mots en français : gageure, almanach, handball, imbroglio, mas, tomber dans le lacs, abasourdi, Auxerre, Bruxelles, Cassis...

 

N°16

Ne pas confondre davantage et d'avantage.

Je n'en ai pas assez eu, donnez m'en davantage.

Je n'ai pas d'avantage à vous faire plaisir.

>> Ne pas confondre : sortir, assortir, ressortir intrans. ou trans. indirect- quelquefois, quelques fois – davantage, d'avantage – bientôt, bien tôt – sitôt, si tôt - près de, prêt à

 

 N°19

SANS QUE  peut être ou ne pas être suivi de NE explétif.

SANS a déjà une valeur négative.

Il le sait déjà sans que j'aie à le lui dire.

NE est facultatif.

Il le sait déjà sans que je n'aie à le lui dire.

L'Académie condamne l'usage du Ne explétif après sans que.

Voir le § H de l'article : NE explétif - Quand peut-on l'employer ?

Voir aussi l'article : Sans que

  

N°20

 Employer bien que au lieu de malgré que

+ voir les cas particuliers dans l'article :  Malgré que

 

N°24

Problème 

Comment ne pas confondre la terminaison de l'imparfait AIS avec celle du passé simple AI à la première personne du singulier ?


N°27  

On entend trop souvent prêt à, employé à la place de près de.


Il est près de partir, il est sur le point de partir. 

Le ciel est près de nous tomber sur la tête, avec tous ces engins volants. Il va nous tomber sur la tête.


Il est prêt à partir, il y est décidé, disposé, il s'y est préparé. 

 

L'emploi de prêt de + infinitif est vieilli

Il est condamné aujourd'hui (communiqué de l'Académie du 19 novembre 1964, cf. Le Trésor)

 

Le Grevisse précise : Mais la langue littéraire (ou même la langue écrite) continue à employer prêt à avec le sens « sur le point de ».

 

N°28 

On peut dire voire ou voire même  (qui peut être considéré comme archaïque mais qui n'est pas une faute)

Voir l'article : Second ou deuxième ? Voire ou voire même ? Que doit-on dire ?

 

N°33 

Finir et non se finir   

L'histoire se termine bien. L'histoire finit bien. 

Ce verbe est très rarement à la forme pronominale de sens passif.

On trouve :

L'amour ne peut être fini, s'il se réduit à se finir aussi fréquemment qu'il se puisse. Paul Valéry.


N°38

Une espèce, toujours au féminin. Une espèce de bachi-bouzouk. 

Voir le texte 38, le QUIZ Noms masculins ou féminins, à vous de le dire.

Voir aussi les Délires 119, la syllepse.

 

N°46

Employer Jeunes gens au lieu de Jeunes hommes (que l'on entend prononcer jeunommes! )

Jeune fille au lieu de fille qui a d'autres sens.

Voir les acceptions du mot fille dans :

Lexicographie - Centre National de Ressources Textuelles et Littéraires


N°47

  + gageure, prononcer jure pas jeure

et ne dites pas challenge (anglicisme) pour défi ou gageure

Cité ci-dessus : Prononciation problématique de quelques mots en français
 

  + anglicismes qui donnent lieu à des fautes de français.

M. et  pas Mr  pour Monsieur

MM. et  pas Mrs  pour Messieurs

Ne pas confondre M. et Mr, MM. et Mrs

Certainement et pas Définitivement (definitly)

Excusez-moi et pas Je suis désolé.(I am sorry) EX. quand vous marchez sur les pieds de quelqu'un.

Je m'aperçois que je viens de dire une bêtise  ET PAS Je réalise que j'en ai dit une. (I realize, anglais, I realise, américain)

 

N°50

PROBLEME :

Faut-il écrire (R)AI ou (R)AIS à la première personne du singulier ?

 Futur en (R)AI (à la première personne du singulier), ou conditionnel en (R)AIS?

Demain je  partirai.

Je disais que je  partirais le lendemain. Concordance des temps, Conditionnel à valeur de futur du passé.

Je partirais si je le pouvais. Conditionnel à valeur de futur hypothétique.

Voir l'article : Les modes et les temps, ne pas les confondre. Le conditionnel est-il un mode ?

 

N°52

On dit et on écrit  pécuniaire  PAS pécunier ni pécunière, ce sont des barbarismes.

Voir les articles sur les barbarismes et les solécismes 

>> Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes + QUIZ 30

>> Les barbarismes vous irritent-ils ou vous amusent-ils ? + QUIZ 31

 

N°72

Il n'y a pas de futur après même si.

On ne dit pas :

Il fera doux même si le soleil ne brillera pas.

Mais :

Il fera doux même si le soleil ne brille pas.

Voir l'article Même si

 

N°82

SUITE

On ne confond pas tout de suite, de suite, à la suite, comme suite...

Venez tout de suite. Venez immédiatement, sans délai, sans plus attendre, illico (familier).

Je reviens de suite : familier, critiqué.

Il est venu cinq jours de suite.

Il y avait une grande queue, je me suis mise à la suite.

Écrire dans une lettre :

Comme suite à votre annonce parue le... dans...

L'expression Suite à... est critiquée.

Préférez la formule :

En réponse à votre lettre ...

ou selon les circonstances :

Pour donner suite à votre commentaire sur...

Pour faire suite à votre proposition ...

En référence à l'arrêté du...

 

N° 115 

LA LIAISON - LA DISJONCTION - L'ENCHAÎNEMENT  

Le héros, l'héroïne, le yacht, l'yeuse, des coqs-à-l'âne, etc.

Exemple : Le haricot, les haricots, le h est aspiré,

il y a ici disjonction = pas de liaison, pas d'élision.

 

donc pas lézaricots ni laricot.

Voir l'article > La liaison - l'élision - l'enchaînement - la disjonction

 

N°119

Style familier, emploi sylleptique de ON pour NOUS.

Nous, on s'aime, et ce n'est rien de le dire !

On s'est aimés toute la vie !

> ON : c'est parfois quelqu'un ou tout le monde ou toi, moi, nous, vous, elle, lui, ou eux.

 

 N°136

ESPÉRER

PAS de subjonctif  après espérer  

J'espère qu'il est en bonne forme / sera en bonne forme

PAS J'espère qu'il soit en bonne forme  

 SAUF exceptions : impératif, tournure interrogative ou négative...

Voir la règle complète dans l'article :     

Espérer que - J'espère que, je n'espère pas que, espérez-vous que - Prendre garde que - Inutile que - Prendre garde que, à ce que - Faire attention que, à ce que + subjonctif ou indicatif ?

 

Pour en savoir plus  

 

Écrire et ne pas écrire - Les fautes d'orthographe les plus usuelles

 

Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes + QUIZ 30

 

Les barbarismes vous irritent-ils ou vous amusent-ils ? + QUIZ 31

 

Orthographe grammaire pour les hésitants

 

>> Retour au début de l'article

.................................................................................

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

ACCUEIL

.................................................................................

 

   

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog