Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 18:29

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Rouge, adjectif et nom masculin.

Le rouge est l'une des trois couleurs primaires

le rouge, le bleu, le jaune.

La couleur rouge est la dernière ou la première couleur du prisme

le rouge, l'orangé, le jaune, le vert, le bleu, l'indigo, le violet.

Le rouge est la couleur du sang, du feu, du coquelicot...

Nuances de la couleur rouge

aniline, ponceau, framboise, fraise écrasée, rouge anglais, carmin, amarante, bordeaux, capucine, corail, écarlate, feu, vermeil, garance, tomate, vermillon, coquelicot, groseille, écrevisse, terracotta, cerise, cardinal, Bismark, andrinople, cramoisi, sang, sang de boeuf, grenat, tomette, senois, pourpre, nacarat, -de Falun, etc.

Images correspondant à rouge

Symboles

Le rouge est considéré comme le principe de vie

Les effets de la couleur sur le comportement humain: Rouge

courage, cruauté, colère, meurtre, carnage, luxure, royauté. Le rouge traduit la plus haute expression de « moi ». C'est la couleur de l'orgueil

propos de Symbolisme – Les Couleurs – II – Rouge

Ainsi en va-t-il du « riz rouge » dans le boisseau des Chinois, lui aussi feu – ou sang - de l'athanor, lié au cinabre, dans lequel il se transforme alchimiquement pour symboliser l'immortalité. ...

Symbole de l'amour : la rose rouge.

Titres de films contenant la couleur rouge

Goupi Mains Rouges 1943

Le rouge est mis 1957

Le Cercle rouge 1970

Rouge Baiser 1985

Le violon rouge 1998

Trois couleurs (trilogie) Bleu, Blanc et Rouge - Rouge 1994

Moulin Rouge 2001

Le Moulin Rouge

Cabaret parisien fondé en 1889 par Joseph Oller et Charles Zidler.

Situé au pied de la butte Montmartre.

Livres

Le rouge et le noir - Stendhal

Octobre rouge, The Hunt or the red october - Tom Clancy

Rouge Brésil - Jean-Christophe Rufin

L'herbe rouge - Boris Vian

Le collier rouge - Jean-Christophe Rufin

La Lettre écarlate, The Scarlet Letter - Nathaniel Hawthorne

Le petit Chaperon rouge - Charles Perrault, les frères Grimm...

La Bibliothèque Rouge et Or : des livres pour la jeunesse, fondée en 1947. Images correspondant à collection rouge et or

Rouge et or

Des livres précieux aux belles reliures rouge et or s'alignent dans ma bibliothèque.

Lorsque rouge est qualifié par un autre terme, l'ensemble, considéré comme substantif, est invariable. Lorsqu'il fait partie d'un groupe coordonné, il peut être invariable ou variable, invariable s'il est coordonné à un substantif > Le Trésor de la Langue Française ROUGE (Remarque 1)

Chansons

Michel Sardou - Rouge - YouTube

Jeanne Mas - EN ROUGE ET NOIR (1986) – YouTube

Léo Ferré - L'affiche rouge - L'armée du crime - YouTube

Polnareff - L'homme en rouge

Michel Fugain - Le Chiffon rouge

Yves Montand, Claude Vinci et Marc Ogeret chantent La butte rouge

Comptine J'ai un gros nez rouge - french lullaby - YouTube

Rudolph, le petit renne au nez rouge – YouTube

"On l'appelait Nez Rouge
Ah comme il était mignon ..."

Le Père Noël

Pourquoi le Père Noël est-il habillé en rouge ?

La pierre précieuse rouge : le rubis

Comparaisons

Rouge comme un coq, comme une crête de coq

Images correspondant à crête du coq rouge

Rouge comme une écrevisse, rouge comme une tomate.

Il est méchant comme un âne rouge se dit d'un homme ou d'un enfant très méchant.

Locutions

rouge de honte, rouge de confusion, rouge de colère, se fâcher tout rouge, voir rouge (avoir un violent accès de colère, qui incite au meurtre).

Avoir le collet rouge : avoir la tête tranchée.

Le Label rouge

Signe officiel qui atteste un niveau de qualité supérieure ( Article L.641-1 du code rural) Wikipédia

Le drapeau rouge

Le drapeau révolutionnaire

Drapeau qui, en vertu d'un décret de la Constituante, devait être déployé chaque fois que, proclamant la loi martiale, on se préparait à disperser un rassemblement factieux.

Le bonnet rouge, le bonnet dont on se coiffait dans les premières années de la Révolution, en signe de civisme et qu'on appelle aussi Bonnet phrygien.

Le drapeau de la France bleu blanc rouge.

Le bleu et le rouge sont les couleurs de la ville de Paris, celles de la Garde nationale, le blanc est la couleur de la royauté.

Les Rouges

Les révolutionnaires ou les hommes appartenant aux partis d'extrême gauche, dont le drapeau rouge est l'emblème.

Le petit Livre rouge

Les Citations du Président MaoTsetoung parfois aussi appelé Les Plus Hautes Instructions.

L'Armée Rouge, l'armée soviétique.

Le téléphone rouge, liaison entre la Maison Blanche et le Kremlin

Alerte rouge, situation particulièrement grave.

Le feu rouge exige qu'on s'arrête.

Signalisation routière et ferroviaire

Livre rouge : on enregistrait autrefois les défauts des prévenus à l'audience, d'où : Il est écrit sur le livre rouge, il est écrit en lettres rouges, il est recherché.

Jeu

La couleur rouge ou, elliptiquement, La rouge, La partie de la table du jeu de roulette opposée à la partie noire.

Proverbe

Rouge au soir, blanc au matin, c'est la journée du pèlerin, Le ciel rouge au soir, et blanc au matin, présage un beau temps.

Animaux

Perdrix rouge, Espèce de perdrix qui a les pattes et le bec rouges.

Fer rouge

Fer rouge, qui est devenu rouge au feu.

Marqué au fer rouge.

On marque les moutons au fer rouge.

Sens figuré : blesser. Porter le fer rouge dans la plaie.

Boulets rouges

Boulets rougis au feu avant d'être tirés par le canon.

Sens figuré : Tirer à boulets rouges sur quelqu'un ou sur quelque chose, attaquer violemment.

Cheveux roux

Il a les cheveux rouges, il est très roux.

Le chapeau rouge, le chapeau de cardinal.

La pourpre cardinalice, le rouge représente le sang des martyrs.

Peaux Rouges, Indigènes d'Amérique,

Du gros rouge, du vin rouge de mauvaise qualité, du gros rouge qui tache.

Un coup de rouge.

Un bâton de rouge

Le rouge à lèvres

"Rouge baiser" Marque pour produits de maquillage

Rouge Baiser a été le premier rouge à lèvres indélébile imaginé par le chimiste français Paul Baudecroux en 1927. Et autant vous dire qu’au début des années 1900, porter du rouge à lèvres était un acte réservé aux femmes libres ou aux actrices. > http://lacigaleoulafourmi.com/rouge-baiser-ou-le-rouge-a-levres-mat-dont-on-ne-parle-pas-assez/ 

Fard

On dira d'une femme trop fardée de rouge : Cette femme a un pied de rouge, elle a du rouge comme une roue de carrosse.

Être dans le rouge

avoir retiré plus d'argent qu'il ne fallait sur son compte en banque.

La liste rouge répertorie, à la Banque de France, les personnes interdites de chéquiers

Le carton rouge au football est donné comme mauvais point.

Corrections

Les enseignants en général utilisent le stylo rouge pour marquer les fautes ou les corriger.

Les fruits rouges : cerises, fraises, framboises, mûres, etc.

Le raisin rouge, le raisin blanc.

La cochenille est un insecte qui est utilisé pour teindre en rouge.

Pompiers

Le rouge est la couleur des pompiers. La décision d'adopter et d'imposer la couleur rouge pour l'ensemble des véhicules a été adoptée en 1885.

La Croix-rouge française

Elle a pour objectif de venir en aide aux personnes en difficulté en France et à l’étranger.

Fondée en 1864, La Croix-Rouge française est une association loi de 1901, reconnue d'utilité publique depuis 1945.

Maladies rouges

Maladie du pêcher. Maladie des vers à soie. Maladie des chiens et des oiseaux. Maladie des bois qui les rend cassants

Œuvre au rouge - Grand oeuvre - Alchimie

Réalisation de la pierre philosophale susceptible de transmuter les métaux, de guérison infaillible (panacée), et d'apporter l'immortalité.

L'oeuvre au rouge, au blanc, au jaune, au noir.

Œuvre au rouge (iosis, rubedo), sous le signe du Soleil : il y a union du mercure et du soufre. L'alchimiste obtiendrait « le cuivre alchimique, l'argent alchimique, l'or alchimique. Wikpédia

 

Ma petite robe rouge

Cher lecteur,

Il y a bien longtemps de cela, j'étais allée me promener sur le Causse Noir à Montpellier-le-Vieux. C'est, le savez-vous, la capitale de l'un des plus riches amas rocheux du monde. Nul besoin de passer les frontières pour jouir d'un spectacle aussi étonnant.

Alors que je me faufilais entre les rochers escarpés et brûlants en cette journée d'été, j'avisai une prairie verdoyante bien faite pour m'offrir un cadre rafraîchissant. J'arrêtai mes pas et m'assis sur l'herbe. Ce faisant, je pris mes aises et étalai ma robe d'un rouge écarlate et à petits pois blancs, qui, autant qu'il m'en souvienne, était bordée de jolis volants. Vous m'auriez vue, sans mentir, vous vous seriez exclamé : "Quelle délicieuse jeune fille !"

À peine m'étais-je installée là, qu'il se passa une chose tout à fait extraordinaire, si extraordinaire que j'en garde le vif souvenir. Une myriade de papillons voletant à l'entour, tous plus magnifiques les uns que les autres, s'approchèrent de moi et se posèrent avec délicatesse sur ma robe. Elle devint instantanément vivante et papillonnante.

Je n'osai bouger et restai un long moment dans le ravissement.

 

 

Le Mystère des Cathédrales - Jeff Le MAT

http://www.jefflemat.fr/autres/208_fulcanelli.pdf

Page 34

Quant au rouge, symbole du feu, il marque l'exaltation, la prédominance de l'esprit sur la matière, la souveraineté, la puissance et l'apostolat. Obtenue sous forme de cristal ou poudre rouge, volatile et fusible, la pierre philosophale devient pénétrance et idoine à guérir les lépreux, c'est-à-dire à transmuer en or les métaux vulgaires que leur oxydabilité rend inférieurs, imparfaits, "malades ou infirmes".

Fulcanelli, Le Mystère des Cathédrales

Fulcanelli né peut-être en 1839

 

Mots formés sur ROUGE à retrouver sur le Littré.

rouge-aile

rougeasse

rougeâtre

rougeaud(e)

rouge-gorge

rouge-noir

rougeole

rougeot

rougeotte

rougeoyer

rouge-queue

rougeron

rouget.1

rouget.2

rougette

rougeur

rougi

rougie

rougillon

rougir

rougissant

rougissure

Rougement : adverbe, hapax Les boutiques de barbiers (...) avec leurs enseignes, sur leurs carreaux, de jambes et de bras dont le sang jaillit rougement dans un verre (Goncourt, MmeGervaisais, 1869, p. 233).

Voir > Qu'est-ce qu'un hapax

Bibliographie

Entre autres :

Wikipédia

Dictionnaire Littré - Dictionnaire de la langue française

Dictionnaire - Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales...

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 10:37

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les QUIZ

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

QUIZ 110

Repérez les fautes.

La correction suit.

Ma petite chérie,

1 Il y a bientôt un mois que nous avons convenu de nous faire un resto. Bien que j'aie des ennuis pécuniers, mon travail étant mal rénuméré, je n'ai pas hésité à t'inviter. Mais voilà, tu ne réponds ni à mes mails ni à mes coups de fil. Et bien tu n'as pas raison ! 2 Je te serais gré de me contacter au plus vite parce que je commence à m'impatienter. Sache que je suis prêt à payer une somme conséquente pour passer une soirée avec toi. Je t'en prie, quelque soit ta décision, fais-moi signe.

3 Nous irions chez Paulo pour y faire bonne chair ; c'est là où je vais chaque soir ; c'est là où l'on s'est rencontrés la première fois, tu t'en rappelles ? On y dégustera des moules frites. C'est pas si facile au jour d'aujourd'hui de trouver un bistrot correct et pas trop cher. Je te donne jusque demain pour me dire si tu es d'accord.

4 C'est peut-être de ma faute si tu ne m'as pas rappelé. Je suis à peu près sûr maintenant que j'ai mal orthographié ton nom. Pardonne-moi si je fais des fautes. Je peux pallier à cet inconvénient en utilisant Le Littré sur internet. Ce serait autrement plus bête de ma part si je ne faisais pas d'effort pour te plaire. 5 Je sais, tu ne me trouves pas excessivement intelligent. Mais accepte mon invitation. Tu seras contente de mieux me connaître et entre nous, ça risque de marcher. Il faut mieux essayer pour savoir. Je fais cette démarche par acquis de conscience. Je ne voudrais pas que tu me juges mal et que tu crois que je suis un espèce de voyou qui veut t'en compter. 6 Non, tu me plais vraiment. Et j'aimerais que tu m'apprécies, ceci dit dans toute l'acceptation du terme.

Tu vas me rétorquer que j'ai eu jusqu'aujourd'hui un parcours cahotique, fait de hauts et de bas. J'en conviens. Mais c'est du passé.

7 Essayons et nous verrons bien ce que nous en concluerons. Ne renvoyons pas aux calendes un rendez-vous maintes fois manqué. Je suppose que tu réalises que ça ne peut pas durer ainsi. Et malgré que ma patience soit mise à l'épreuve, je ne te lâcherai pas. Néammoins je ne suis pas sensé t'attendre des lustres à te faire désirer. Tu n'es pas sans ignorer que je m'esquinte à vouloir te séduire.

8 Franchement, je ne suis pas un homme frustre comme tu le penses et ton attitude sectariste envers mes opinions ne peut que me déplaire. Tu es omnibulée par mes connaissances intellectuelles, mais je veux bien pardonner ton manque de culture. Comme il est fatiguant de toujours chercher des arguments qui fassent mouche ! J'aimerais te voir, j'aimerais te causer, ma chérie.

9 C'est très dommage que nous ayons eu des différents par le passé. Oublions-les de façon à ce que nous puissions repartir d'un bon pied.

Tu m'as reproché que je bâillais aux corneilles lorsque tu me parlais. Je te promets d'être attentif à ce que tu me raconteras à l'avenir, même si tu m'ennuies. Je sens que si tu ne daignes pas me répondre, ça va mal se finir. Si tu préfères, passe chez moi et amène-moi une bouteille. Pas de la piquette s'il te plaît.

10 Sache que, les choses étant ce qu'elles sont, j'hésite entre deux alternatives : soit te quitter, soit continuer à espérer. Quel dilemne ! Tu me rends pas les choses faciles. Tous les rêves, tous les espoirs que j'ai eus se sont avérés faux. Méfie-toi parce que si tu continues à m'énerver, je pourrais bien t'agoniser d'injures. Et je pourrais bien cesser de t'aimer pour pas que tu me harcèles.11 Arrêtes de me faire du mal ! Tu n'as pas davantage à me torturer. Et ne me rabats plus les oreilles en me faisant croire que tu veux me quitter. Je ne te croirais pas quand même que ce serait vrai. Allez, appelle-moi et j'arrive. Je sais que j'exerce sur toi une attractivité jamais démentie. Je ne sais pas si il faut te le dire mais j'acquière chaque jour des qualités nouvelles et tu aurais tord de refuser de les reconnaître.

12 Chérie, ma petite chérie, je t'aime et je t'adresse ici un ultimatum : réponds-moi de suite ou je décide de te quitter pour toujours et alors tu verras comme tu seras malheureuse. Ce sera tant pire pour toi.

Ton Gédéon

 

CORRECTION

Les expressions familières sont acceptées.

 

1

Ma petite chérie,

Il y a bientôt un mois que nous avons convenu de nous faire un resto. Bien que j'aie des ennuis pécuniers, mon travail étant mal rénuméré, je n'ai pas hésité à t'inviter. Mais voilà, tu ne réponds ni à mes mails ni à mes coups de fil. Et bien tu n'as pas raison !

Ma petite chérie,

Il y a bientôt un mois que nous sommes convenus de nous faire un resto. Bien que j'aie des ennuis pécuniaires, mon travail étant mal rémunéré, je n'ai pas hésité à t'inviter. Mais voilà, tu ne réponds ni à mes mails/courriels ni à mes coups de fil. Eh bien tu n'as pas raison !

2

Je te serais gré de me contacter au plus vite parce que je commence à m'impatienter. Sache que je suis prêt à payer une somme conséquente pour passer une soirée avec toi. Je t'en prie, quelque soit ta décision, fais-moi signe.

Je te saurais gré de me contacter au plus vite parce que je commence à m'impatienter. Sache que je suis prêt à payer une grosse somme pour passer une soirée avec toi. Je t'en prie, quelle que soit ta décision, fais-moi signe.

Ne pas confondre : quoique et quoi que – quelque, quelque... que, et quel que

3

Nous irions chez Paulo pour y faire bonne chair ; c'est là où je vais chaque soir ; c'est là où l'on s'est rencontrés la première fois, tu t'en rappelles ? On y dégustera des moules frites. C'est pas si facile au jour d'aujourd'hui de trouver un bistrot correct et pas trop cher. Je te donne jusque demain pour me dire si tu es d'accord.

Nous irions chez Paulo pour y faire bonne chère ; c'est là que je vais chaque soir ; c'est là qu'on s'est rencontrés la première fois, tu t'en souviens ? On y dégustera des moules frites. Ce n'est pas si facile aujourd'hui de trouver un bistrot correct et pas trop cher. Je te donne jusqu'à demain pour me dire si tu es d'accord.

Ne pas confondre les homophones : adjectif) cher, adverbe) cher, substantifs) la chère, la chair, la chaire, la cheire.

4

C'est peut-être de ma faute si tu ne m'as pas rappelé. Je suis à peu près sûr maintenant que j'ai mal orthographié ton nom. Pardonne-moi si je fais des fautes. Je peux pallier à cet inconvénient en utilisant Le Littré sur internet. Ce serait autrement plus bête de ma part si je ne faisais pas d'effort pour te plaire.

C'est peut-être ma faute si tu ne m'as pas rappelé. Je suis à peu près sûr maintenant que j'ai mal orthographié ton nom. Pardonne-moi si je fais des fautes. Je peux pallier cet inconvénient en utilisant Le Littré sur internet. Ce serait très bête de ma part si je ne faisais pas d'effort pour te plaire.

5

Je sais, tu ne me trouves pas excessivement intelligent. Mais accepte mon invitation. Tu seras contente de mieux me connaître et entre nous, ça risque de marcher. Il faut mieux essayer pour savoir. Je fais cette démarche par acquis de conscience. Je ne voudrais pas que tu me juges mal et que tu crois que je suis un espèce de voyou qui veut t'en compter.

Je sais, tu ne me trouves pas très intelligent. Mais accepte mon invitation. Tu seras contente de mieux me connaître et entre nous, ça peut marcher/ il y a une chance pour que ça marche. Il vaut mieux essayer pour savoir. Je fais cette démarche par acquit de conscience. Je ne voudrais pas que tu me juges mal et que tu crois que je suis une espèce de voyou qui veut t'en conter/te raconter des histoires..

6

Non, tu me plais vraiment. Et j'aimerais que tu m'apprécies, ceci dit dans toute l'acceptation du terme.

Tu vas me rétorquer que j'ai eu jusqu'aujourd'hui un parcours cahotique, fait de hauts et de bas. J'en conviens. Mais c'est du passé.

Non, tu me plais vraiment. Et j'aimerais que tu m'apprécies, cela dit dans toute l'acception du terme.

Tu vas me rétorquer que j'ai eu jusqu'aujourd'hui un parcours chaotique, fait de hauts et de bas. J'en conviens. Mais c'est du passé.

Ne pas confondre : feux et feus – sensé et censé – chaos et cahot – efficace et efficient – émotionné et ému - bruire et bruisser

7

Essayons et nous verrons bien ce que nous en concluerons. Ne renvoyons pas aux calendes un rendez-vous maintes fois manqué. Je suppose que tu réalises que ça ne peut pas durer ainsi. Et malgré que ma patience soit mise à l'épreuve, je ne te lâcherai pas. Néammoins je ne suis pas sensé t'attendre des lustres à te faire désirer. Tu n'es pas sans ignorer que je m'esquinte à vouloir te séduire.

Essayons et nous verrons bien ce que nous en conclurons. Ne renvoyons pas aux calendes grecques un rendez-vous maintes fois manqué. Je suppose que tu te rends compte que ça ne peut pas durer ainsi. Et bien que ma patience soit mise à l'épreuve, je ne te lâcherai pas. Néanmoins je ne suis pas censé t'attendre des lustres à te faire désirer. Tu n'es pas sans savoir que je m'esquinte à vouloir te séduire.

Bien que

8

Franchement, je ne suis pas un homme frustre comme tu le penses et ton attitude sectariste envers mes opinions ne peut que me déplaire. Tu es omnibulée par mes connaissances intellectuelles, mais je veux bien pardonner ton manque de culture. Comme il est fatiguant de toujours chercher des arguments qui fassent mouche ! J'aimerais te voir, j'aimerais te causer, ma chérie.

Franchement, je ne suis pas un homme fruste comme tu le penses et ton attitude sectaire envers mes opinions ne peut que me déplaire. Tu es obnubilée par mes connaissances intellectuelles, mais je veux bien pardonner ton manque de culture. Comme il est fatigant de toujours chercher des arguments qui fassent mouche ! J'aimerais te voir, j'aimerais te parler, ma chérie.

Ne pas confondre participes présents, gérondifs et adjectifs verbaux, en fatiguant fatigant – en convainquant convaincant – en émergeant émergent – en résidant résident...

9

C'est très dommage que nous ayons eu des différents par le passé. Oublions-les de façon à ce que nous puissions repartir d'un bon pied.

Tu m'as reproché que je bâillais aux corneilles lorsque tu me parlais. Je te promets d'être attentif à ce que tu me raconteras à l'avenir, même si tu m'ennuies. Je sens que si tu ne daignes pas me répondre, ça va mal se finir. Si tu préfères, passe chez moi et amène-moi une bouteille. Pas de la piquette s'il te plaît.

C'est bien/vraiment dommage que nous ayons eu des différends par le passé. Oublions-les de façon que nous puissions repartir d'un bon pied.

Tu m'as reproché que je bayais aux corneilles lorsque tu me parlais. Je te promets d'être attentif à ce que tu me raconteras à l'avenir, même si tu m'ennuies. Je sens que si tu ne daignes pas me répondre, ça va mal finir. Si tu préfères, passe chez moi et apporte-moi une bouteille. Pas de la piquette s'il te plaît.

Paronymes – Paronomase + QUIZ N°27 - agonir et agoniser, anoblir et ennoblir, bâiller, bailler et bayer, conjecture et conjoncture, ablation et ablution, recouvrer et recouvrir...

10

Sache que, les choses étant ce qu'elles sont, j'hésite entre deux alternatives : soit te quitter, soit continuer à espérer. Quel dilemne ! Tu me rends pas les choses faciles. Tous les rêves, tous les espoirs que j'ai eus se sont avérés faux. Méfie-toi parce que si tu continues à m'énerver, je pourrais bien t'agoniser d'injures. Et je pourrais bien cesser de t'aimer pour pas que tu me harcèles.

Sache que, les choses étant ce qu'elles sont, j'hésite entre deux solutions/options : soit te quitter, soit continuer à espérer. Quel dilemme ! Tu ne me rends pas les choses faciles. Tous les rêves, tous les espoirs que j'ai eus se sont révélés faux. Méfie-toi parce que si tu continues à m'énerver, je pourrais bien t'agonir d'injures. Et je pourrais bien cesser de t'aimer pour que tu ne me harcèles pas.

11

Arrêtes de me faire du mal ! Tu n'as pas davantage à me torturer. Et ne me rabats plus les oreilles en me faisant croire que tu veux me quitter. Je ne te croirais pas quand même que ce serait vrai. Allez, appelle-moi et j'arrive. Je sais que j'exerce sur toi une attractivité jamais démentie. Je ne sais pas si il faut te le dire mais j'acquière chaque jour des qualités nouvelles et tu aurais tord de refuser de les reconnaître.

Arrête de me faire du mal ! Tu n'as aucun avantage à me torturer. Et ne me rebats plus les oreilles en me faisant croire que tu veux me quitter. Je ne te croirais pas quand bien même ce serait vrai. Allez, appelle-moi et j'arrive. Je sais que j'exerce sur toi une attirance jamais démentie. Je ne sais pas s'il faut te le dire mais j'acquiers chaque jour des qualités nouvelles et tu aurais tort de refuser de les reconnaître.

L'impératif présent et l'impératif passé – Ne mettre un -S que là où il faut

12

Chérie, ma petite chérie, je t'aime et je t'adresse ici un ultimatum : réponds-moi de suite ou je décide de te quitter pour toujours et alors tu verras comme tu seras malheureuse. Ce sera tant pire pour toi.

Chérie, ma petite chérie, je t'aime et je t'adresse ici un ultimatum : réponds-moi tout de suite ou je décide de te quitter pour toujours et alors tu verras comme tu seras malheureuse. Ce sera tant pis pour toi.

Voir aussi :

Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes - 1re partie + QUIZ 30

Les barbarismes et les solécismes vous irritent-ils ou vous amusent-ils ? 2e partie - QUIZ 31

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les QUIZ

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 09:42
Repost 0
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 16:55

   ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Sommaire de l'article

1-Qu'est-ce donc que le plus-que-parfait du subjonctif ?

2- Réplique dans Le Cid - Acte 3 scène 4

3-Une réflexion de François Mauriac consignée dans son BLOC-NOTES


 

1-Qu'est-ce donc que le plus-que-parfait du subjonctif ?

Lors de l'émission de MONEY DROP du 27 novembre 2015, on pose la question : Où se trouve le plus-que-parfait du subjonctif ?

a-qu'il eut crû ?

b-qu'il eu cru ?

c-qu'il eut cru ?

d-qui l'eût cru ?

Lorsque je vois les candidats qui ne font pas la différence entre les modes et les temps employés dans ces phrases (données incomplètes), je me dis que quelque chose ne va pas dans l'apprentissage de la grammaire à l'école.

Le plus-que-parfait du subjonctif ? Une chose étrange et étrangère dont il semble que les candidats n'aient jamais entendu parler. Et pourtant ces candidats-là m'ont tout l'air d'être allés à l'école et ils ont eu, j'en suis bien sûre, un cursus scolaire tout à fait honorable.

Alors, d'où vient le hic ?

Je remarque que la question est, dès le début, mal posée.

On devrait la faire précéder de JE N'Y CROIS PAS.

Il devrait s'ensuivre, non pas QU'IL EÛT CRU ? Mais QUI L'EÛT CRU ?

Autrement dit : Je n'y crois pas, qui l'aurait cru ?

Erreur dans l'énoncé de la question.

 

On élimine les mauvaises réponses :

a-Le participe passé de croire est CRU pas CRÛ qui est le verbe croître.

qu'il eut crû ?

Croître, croire, cru, crû, crut, crût - accroître, accru, accrut, accrût - décroître, décru, recroître, recru, recrû - etc.

b- IL EU n'existe pas puisque EU est un participe passé

qu'il eu cru ?

c-qu'il eut cru ?

On a ici un passé antérieur qui voudrait que l'action se situe avant une autre action passée.

Passé antérieur : action antérieure à une autre passée.

qu'il eut cru ?

d-La bonne réponse :

Je n'y crois pas, qui l'eût cru ? = qui l'aurait cru ?

Le plus-que parfait du subjonctif, qui a un emploi littéraire, équivaut dans ce cas-là à un conditionnel passé.

 

Conjugaison du plus-que-parfait du subjonctif :

Il fallait que je l'eusse cru, que tu l'eusses cru, qu'il l'eût cru, que nous l'eussions cru, que vous l'eussiez cru, qu'ils l'eussent cru.

 

Conclusion : Pauvres candidats !

Ils perdent leurs 250 000 euros (500 000 euros peut-être avec le lingot) d'un seul coup et d'un seul, à la première question. Voilà de quoi détester à jamais la grammaire ... ou de quoi s'y intéresser, c'est selon.

 

La conjugaison des verbes au subjonctif - Comment déjouer ses difficultés

Pour en savoir plus :

Récapitulation des articles sur le subjonctif

 

Mais, me direz-vous, à quoi sert aujourd'hui de savoir ce qu'est que le plus-que-parfait du subjonctif, ou l'imparfait du subjonctif, deux temps qui ne sont plus employés dans la langue courante et qui sont réservés aux textes littéraires ?

Eh bien, je rétorquerai que, lorsqu'on aime les chefs-d'oeuvre passés, il faut, pour en savourer la beauté, en percevoir les subtilités.

Et que dire du plaisir de connaître la Langue Française qui nous enchante et qu'on veut défendre malgré les esprits chagrins !

J'ai eu beaucoup de chance ; je suis de ceux et de celles qui appartiennent à la vieille école laquelle nous donnait à apprendre par coeur des textes magnifiques. Un mot suffit pour qu'ils me reviennent en mémoire et je crois qu'ils émaillent avec bonheur les articles de mon blog.

 

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

2-"Rodrigue qui l'eût cru ?" Le Cid

Celui qui a lu, vu ou étudié Le Cid de Corneille se souviendra des célèbres répliques de Rodrigue et de Chimène et des cris déchirants des deux amants qui vivent un amour impossible.

Rodrigue qui l'eût cru ?

Chimène qui l'eût dit ?

Que notre heur fût si proche et sitôt se perdît ?

Note : HEUR : ce qui arrive d'heureux, bonheur.

Lire l'une des scènes les plus célèbres de la littérature française :

PIERRE CORNEILLE - Le Cid - Acte 3 Scène 4

 

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

3-Une réflexion de François Mauriac consignée dans son BLOC-NOTES

 

L'année 1985 réunit "tous les fastes commémoratifs" sur Victor Hugo, mort en 1885, en oubliant Vaugelas et le quatrième centenaire de sa naissance (1685) et Ronsard, mort la même année.

À ce propos, François Mauriac écrit :

 

Dimanche 13 octobre 1985. Un élève de classe terminale à qui son père demande quels poèmes on lui a donnés à lire et à apprendre par coeur au lycée répond : "Un poème de Ponge." Le père insiste : et Hugo ? Vigny ? Lamartine ? Baudelaire ? Verlaine ? Rimbaud ? Non. Ceux-là, l'étudiant ne les connaît pas. Son bagage poétique se réduit à un poème de Ponge. Et comme le père, atterré, s'enquiert de l'impression que lui a fait ce poème, le jeune homme hausse les épaules : "Bof, c'est pas évident." L'anecdote, que je garantis authentique, m'a été rapportée ce matin.

Ainsi, cinq ou six siècles de poésie française sont tranquillement passés sous silence, dans un établissement français d'éducation, par des enseignants pour qui il n'existe qu'un poète contemporain inconnu du grand public. Je ne me prononce pas sur l'oeuvre de Monsieur Ponge, que je n'ignore pas mais que je n'ai pas beaucoup pratiquée. Je ne doute pas qu'elle présente un intérêt capital pour certains esprits. Mais est-il juste, est-il raisonnable, de ne donner à nos enfants que cette chiche manne, quand on pourrait les nourrir de nos poètes classiques et romantiques passés et modernes, et Villon à Apollinaire ?

Si c'est ainsi que certains professeurs conçoivent l'enseignement de la littérature, alors, oui, commémorons Victor Hugo avec faste du 1er janvier au 31 décembre pour compenser !

Cher Jean-Pierre Chevènement, vous qui avez, pour notre joie, réintroduit l'orthographe, l'éducation civique, l'émulation et la Marseillaise dans nos écoles, couronnez votre oeuvre en y réintroduisant aussi la vraie poésie, celle qui émeut ou enthousiasme, et qui ne se contente pas de décrire un cageot ou une cucurbitacée. Contraignez des maîtres prétentieux à suivre les programmes littéraires que vous avez établis, et où figurent, j'imagine, Ronsard et Baudelaire, Villon et Hugo. Le meilleur moyen d'honorer les poètes n'est pas de célébrer leurs anniversaires, mais de les maintenir vivants en faisant bruire, sur les lèvres de nos enfants, ce murmure immémorial de la poésie, qui est comme une première approche du divin, en nous, et hors de nous.

 

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

J'ai recueilli ce texte édifiant de Monsieur Mauriac dans le magazine LIRE d'octobre 1985.

Je ne crois pas qu'il y ait eu un quelconque changement dans l'enseignement depuis lors.

Faites donc l'expérience de demander à vos enfants quels poèmes ils ont lus et appris par coeur au collège et au lycée. Peut-être serez-vous surpris, atterrés même.

Voir sur ce blog > Les magazines LIRE de 2005 à 2014

 

En parcourant les articles sur la réforme du Collège en 2016, je ne trouve nulle part un mot sur la littérature, encore moins sur la poésie. Mais peut-être ai-je mal cherché.

 

Quelques poèmes que vous aimez ou que vous aimerez à coup sûr :

Poèmes d'amour - Livre 1 - Florilège proposé par mamiehiou

Poèmes d'amour – Livre 2 - Florilège proposé par mamiehiou

dans la catégorie > Florilège - La pensée des autres

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)  

Repost 1
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 18:46

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

 

Le mode impératif peut exprimer un ordre, un conseil, un souhait, une prière, une permission, ou, avec une négation, une interdiction.

Il a trois personnes :

La deuxième personne du singulier : Viens ! Ne viens pas ce soir !

La première personne du pluriel : Jouons ! Ne jouons jamais sans lui.

La deuxième personne du pluriel : Faites-moi peur ! Ne faites aucune bêtise !

 

L'impératif présent

Les verbes du 1er groupe, c'est-à-dire ceux qui se terminent par -ER à l'infinitif (sauf aller) et également quelques verbes du 3e groupe : assaillir, couvrir, cueillir, défaillir, offrir, ouvrir, souffrir, tressaillir et avoir ont pour terminaison un -E à la deuxième personne du singulier.

Mange proprement !

Joue sagement !

Offre-lui donc des fleurs !

Chante-moi quelque chose de joli !

Aie au moins ta moyenne ce trimestre !

La faute d'orthographe qu'on rencontre le plus souvent :

ajouter un -S quand il ne faut pas

L'impératif de :

Vouloir : veuille, veuillez, ne m'en veuille pas, ne m'en veuillez pas, ne m'en veux pas, ne m'en voulez pas.

Savoir : sache, sachons, sachez.

Aller : Va, allons, allez.

 

Certains verbes défectifs n'ont pas d'impératif.

> Les verbes défectifs - Pour peu qu'il vous en chaille !

 

Pour les autres verbes, retrouvez les terminaisons de l'indicatif présent.

> L'indicatif présent pour les hésitants

Prends, dis, crains, résous, finis, fuis, vaincs, cours, meurs, mouds, vois, mens, bats...

Prenons, disons, craignons, résolvons, finissons, fuyons, vainquons, courons, mourons, moulons, voyons, mentons, battons...

Prenez, dites, craignez, résolvez, finissez, fuyez, vainquez, courez, mourez, moulez, voyez, mentez, battez...

 

L'impératif passé

Il se forme avec l'auxiliaire avoir ou être à l'impératif présent suivi du participe passé.

Aie, ayons, ayez + participe passé.

Sois, soyons, soyez + participe passé.

L'action doit se passer avant un autre moment du futur ou une autre action future.

Aie fini tes devoirs avant six heures.

Ayons fait tous nos bagages une heure avant le départ.

Sois parti avant que je revienne.

Soyez descendues avant qu'on vous appelle.

 

Lire aussi :

L'euphonie - Emploi des lettres euphoniques pour éviter l'hiatus – Vas-y ET Va y comprendre quelque chose ! – Va-t'en OU Va-t-en ? Deuxième partie de l'article

Extrait de l'article : Chantes-en une (en, pronom = de tes chansons)

Vas-y tout de suite.

Aies-en soin.

Penses-y.

Mêle-t'en et tu vas voir.

Lave-t'en les mains et pense à autre chose.

Parle-t-on ici un français correct ?

Gardera-t-il la bouche cousue ?

 

Les verbes difficiles conjugués à l'indicatif présent, au passé simple, au subjonctif présent et au subjonctif imparfait

Ne pas confondre l'indicatif présent et le subjonctif présent de certains verbes - Quiz 54

Ne pas confondre l'indicatif imparfait et le subjonctif présent de certains verbes - Quiz 55

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 10:13

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les QUIZ

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

QUIZ 110

Compléter par TIN \tɛ̃\ bien orthographié,

un homophone ou une partie d'un mot marqué en vert.

La solution et les explications suivent.

1-Vous avez un ..... de lys, ma belle. Mais pourquoi avoir ..... vos cheveux ?

2-Pourquoi .....-tu donc tes jeans qui ont dé.....? ....., ils ne seront pas beaux, crois-moi !

3-Le vent menaçait de faire chavirer le bateau, mais notre capitaine ..... bon. Diable, il fallait bien qu'il ..... bon ; nous tremblions de peur, mais nous .....mes tous bon.

4-Le genêt, la lavande, le ..... embaument l'air de leurs émanations aromatiques.

      Voyage en Espagne (1843) Théophile Gautier
5-J'ai urgemment besoin de ..... pour caler ce tonneau qui menace de rouler.

6-Un énorme chien mâ..... surgit devant nous. Il fallut que nous le .....ssions à distance pour qu'il ne nous dévorât pas tout crus.

7-Je l'ai observé tout à loisir derrière un miroir sans ..... .

8-Vous voulez entendre .....ter la cloche de l'Angélus ? Écoutez-la sur la télévision publique irlandaise RTE 1 à 18 heures, avant le journal télévisé du soir.

9-Tout est calme, reposé. Entends-tu les clochettes .....tinnabuler ?

      Graeme Allwright

10- Il voulut me faire avaler des couleuvres en m'assénant des contrevérités, mais je me con..... .

      Se contenir, se maîtriser

 

1-Vous avez un teint de lys, ma belle. Mais pourquoi avoir teint vos cheveux ?

Le teint, la carnation, un teint de rose, un teint livide, etc.

2-Pourquoi teins-tu donc tes jeans qui ont déteint ? Teints, ils ne seront pas beaux, crois-moi !

Du verbe teindre : au présent de l'indicatif les verbes en -INDRE font -S -S -T

> Les verbes difficiles conjugués à l'indicatif présent, au passé simple,

au subjonctif présent et au subjonctif imparfait

teints, adjectif, participe passé, apposé à ils

3-Le vent menaçait de faire chavirer le bateau, mais notre capitaine tint bon.

Diable, il fallait bien qu'il tînt bon. Nous tremblions de peur, mais nous tînmes tous bon.

Verbe tenir : au passé simple : il tint, nous tînmes

au subjonctif imparfait : il tînt

On emploie plus couramment le subjonctif présent : il fallait qu'il tienne bon

4-Le genêt, la lavande, le thym embaument l'air de leurs émanations aromatiques.
Voyage en Espagne (1843) Théophile Gautier
5-J'ai urgemment besoin de tins pour caler ce tonneau qui menace de rouler.

Un tin, des tins : pièces de bois qui soutiennent les tonneaux

ou la quille d'un bateau mis au sec.

6-Un énorme chien mâtin surgit devant nous. Il fallut que nous le tinssions à distance pour qu'il ne nous dévorât pas tout crus.

que nous tinssions : subjonctif imparfait

au subjonctif présent : que nous le tenions

7-Je l'ai observé tout à loisir derrière un miroir sans tain.

Littré – TAIN : Amalgame qui a la propriété d'adhérer au verre,

et qui se fait en mettant, sur une glace placée horizontalement,

une feuille d'étain qu'on recouvre de mercure.

On peut voir au travers d'un miroir sans tain.

8-Vous voulez entendre tinter la cloche de l'Angélus ? Écoutez-la sur la télévision publique irlandaise RTE 1 à 18 heures, avant le journal télévisé du soir.

Tinter, tintement

tintinnabuler : littéraire : produire un son léger et cristallin

Les grelots, les clochettes tintinnabulent

9-Tout est calme, reposé. Entends-tu les clochettes tintinnabuler.

Petit Garçon Graeme Allwright – YouTube

10- Il voulut me faire avaler des couleuvres en m'assénant des contrevérités, mais je me contins .

Se contenir, se maîtriser
 

 

Même exercice

Compléter par VIN \vɛ̃\ bien orthographié.

1-Le preux combat pour défendre la veuve et l'orphelin, et, à coup sûr, il ..... ses adversaires. (le preux, le chevalier, le brave)

2-Je con.... mon amoureux de venir me voir et le voilà qui boit d'un trait ma bouteille de .... .

3-Il fallait que je ....sse, ma chérie, et que je t'embrassasse, minauda-t-il pour me con.....cre.

4-Enfin Malherbe ..... .

      Célèbre hémistiche de Boileau (auteur de l'Art Poétique, 1674) qui rend hommage à Malherbe.

5-.....-tu tes adversaires pour faire le malin, petit freluquet ?

6-Je le mandai ce matin pour qu'il ..... sur l'heure. Il ad..... que j'attendis quatre heures et demie en ......

7-Où sont donc mes ..... ans ? dit la grand-mère de quatre-.....-quatre ans ?

8-J'en suis bientôt à la page quatre-..... et mon livre compte quatre-..... pages.

9-Ah, mes frères ! Vous .....tes et vous me vîtes telle que j'étais, sans fard ni atours ! Fallait-il que vous .....ssiez ce jour-là ?

10-..... fois sur le métier remettez votre ouvrage ;

      Polissez-le sans cesse et le repolissez.

       Nicolas Boileau, L'art poétique

 

1-Le preux combat pour défendre la veuve et l'orphelin et, à coup sûr, il vainc.

du verbe vaincre, je vaincs, tu vaincs, il vainc,

nous vainquons, vous vainquez, ils vainquent.

2-Je convaincs mon amoureux de venir me voir et voilà qu'il boit d'un trait ma bouteille de vin.

Convaincre au présent de l'indicatif

3-Il fallait que je vinsse, ma chérie, et que je t'embrassasse, minauda-t-il pour me convaincre.

que je vinsse : subjonctif imparfait

> La conjugaison des verbes au subjonctif - Comment déjouer ses difficultés

4-Enfin Malherbe vint...

Célèbre hémistiche de Boileau (auteur de l'Art Poétique, 1674)

qui rend hommage à Malherbe.

> Petite histoire de la langue française - Chapitre 12

5-Vaincs-tu tes adversaires pour faire le malin, petit freluquet ?

6-Je le mandai ce matin pour qu'il vînt sur l'heure. Il advint que j'attendis quatre heures et demie en vain.

pour qu'il vînt : subjonctif imparfait de venir

> Pour que, pour... que

7-Où sont donc mes vingt ans ? dit la grand-mère de quatre-vingt-quatre ans ?

Quatre-vingts, quatre-vingt-quatre :

VINGT prends un S lorsqu'il est multiplié par un nombre et non suivi.

8-J'en suis bientôt à la page quatre-vingt et mon livre compte quatre-vingts pages.

La page quatre-vingt : pas de s à vingt ;

il ne s'agit pas ici d'un nombre cardinal mais d'un nombre ordinal :

c'est la quatre-vingtième page

> Savoir orthographier les adjectifs numéraux cardinaux cent ou cents, vingt ou vingts...

9-Ah, mes frères ! Vous vîntes et vous me vîtes telle que j'étais, sans fard ni atours ! Fallait-il que vous vinssiez ce jour-là ?

 

vous vîntes, passé simple

vous vinssiez : imparfait du subjonctif

10-Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage ;

      Polissez-le sans cesse et le repolissez.

      Nicolas Boileau, L'art poétique

> De la recherche difficile de l'auteur d'une citation & Fausses citations

 

Article connexe

Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... "

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les QUIZ

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 15:41

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

1-SOUTIEN ou SOUTIENT

Soutien ou soutient ?

On rencontre souvent l'orthographe erronée : le soutient.

Il ne faut pas confondre :

LE SOUTIEN, substantif

et IL SOUTIENT, le verbe soutenir

 

Indicatif présent : je soutiens, tu soutiens, il soutient

Impératif : Soutiens-moi dans cette épreuve !

Un soutien-gorge soutient la poitrine.

 

2-TIEN ou TIENS

Proverbe

Un tien vaut mieux que deux tu l'auras

 

(le) tien, substantif : le bien qui t'appartient

On trouve souvent : Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras.

 

D'après La Fontaine :

Un tien vaut, ce dit-on, mieux que deux tu l'auras :
L'un est sûr, l'autre ne l'est pas.

Dans la fable : Le petit Poisson et le Pêcheur

> Le petit Poisson et le Pêcheur - Jean de LA FONTAINE

 

Voir la recherche fort intéressante de Pierre Bouillon

Le blogue de Pierre Bouillon: " Un tien vaut mieux que deux tu l'auras...''

 

Le tien, pronom possessif – à toi

(féminin : la tienne, pluriel : les tiens, les tiennes)

Les tiens, ceux de ta famille, tes proches, tes alliés.

Tiens ! Impératif de tenir

Mets-y du tien ! Paie de ta personne !

Familièrement. Tu fais des tiennes : tu te divertis, ou tu fais des actions compromettantes. Littré

................................................................

Lire entre autres dans ce blog :

> Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... "

> Mosaïque de quelques curiosités de la Langue Française

> Écrire et ne pas écrire – Les fautes les plus usuelles

> Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes - 1re partie QUIZ 30

> Les barbarismes et les solécismes vous irritent-ils ou vous amusent-ils ? - 2e partie QUIZ 31

> Curiosités grammaticales QUIZ 41

 

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 18:08

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Ce vendredi soir 6 novembre, France 2 nous a gratifiés d'une émission qui ne peut nous avoir laissés indifférents.

LES VENDREDIS D'APOSTROPHE

Un film de Pierre Assouline

Un florilège d'extraits de l'émission animée par Bernard Pivot qui se qualifie lui-même de "gratteur de têtes".

De 1975 à 1990, j'ai passé mes vendredis soirs à savourer cette émission qui m'a fait connaître les grands de la littérature, des écrivains bien vivants, qu'on pouvait voir et entendre, avec leurs humeurs, leurs passions, leurs pudeurs, leur désir de partager.

Je les ai donc retrouvés hier, tous, comme de vieilles connaissances ; et Bernard Pivot qui, après chaque extrait, s'émeut, commente, ajoute des anedoctes, rit ou reconnaît humblement quelques erreurs qu'il a faites.

 

Merci Bernard Pivot pour votre travail que vous avez fait avec tant d'enthousiasme.

 

J'ai revu avec bonheur J.P. Aron, R. Barthes, F. Sagan, J. D'Ormesson, R. Peyrefitte, S. Leys (contre M. A. Mancciocchi), D. Bombardier (contre G. Mazneff), Mohamed Ali (contre Jean Cau), A. Cohen, Ph. Sollers, P. Modiano, E. Badinter, K. Douglas, J. Seguela, B.H. Levy, V. Nabokov, A. Glucksmann, V. Jankélévitch, R. Devos, C. Hagège, S. Gainsbourg (contre G. Béart), M. Chapsal, V. Bukovsky (qui buvait soi-disant du thé alors que c'était du whisky et qui s'est fait viré du plateau parce qu'il pourrissait l'émission), Cavanna, M. Jouhandeau, C. Levi-Strauss, J.M.G Le Clézio, M. Kundera, J. Green, M. Duras, Etiemble, François Mitterrand, R. Topor, J. Attali, D. Rolin, F. Caradec, Jane Fonda (B. Pivot  avoué qu'il avait été sous son charme tout au long de l'émission), A. Sojénitsine, J.Daniel, P. Desproges, P. Bourdieu, A. Le Breton, P. Perret, B. Clavel, D. Cohn-Bendit, J-E Hallier, P. Guth, et M. Yourcenar.

 

Marguerite Yourcenar cite Zénon :

Unum sum et multi in me (Je suis un mais des multitudes sont en moi)

Et je veux bien faire mienne cette parole d'Hadrien dans son roman Mémoires d'Hadrien :

La plus haute forme de vertu, la seule que je supporte encore, la ferme détermination d'être utile.

 

Une semaine en replay sur la 2

..........................

La nostalgie des vendredis soirs est toujours ce qu'elle était !*

> Nostalgie - Les films que j'ai tant aimés – Les ciné-clubs de la télé

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

*En mémoire de Simone Signoret :

La nostalgie n'est plus ce qu'elle était

 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 09:10

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Le pléonasme est une figure de style qui consiste à renforcer une expression en enchaînant plusieurs fois la même idée.

"Je l'ai vu, dis-je, vu, de mes propres yeux vu,

Ce qu'on appelle vu : faut-il vous le rebattre

Aux oreilles cent fois, et crier comme quatre ?"

Molière Le Tartuffe 1664

Le pléonasme peut être vicieux si l'on en use sans en avoir conscience.

Je me suis vite précipité pour lui annoncer la bonne nouvelle.

On peut l'employer aussi pour amuser son interlocuteur.

Elle est bonne, et en plus, elle est bonne.

 

Des expressions et des tours pléonastiques

Au jour d'aujourd'hui

En ancien français, hui, hoi signifie : le jour où l'on est.

L'adverbe aujourd'hui est donc un pléonasme.

Certains locuteurs ajoutent un 2e pléonasme en disant : au jour d'aujourd'hui, qui sonne affreusement aux oreilles.

> Les tics de langage qui gâtent notre discours

Il va venir me voir incessamment sous peu.

Il a presque failli me faire tomber, le maladroit.

J'ai invité les deux jumeaux à ma soirée.

Je me suis enfuie en courant. Le rustre m'a suivie en me talonnant de près.

Descends, je suis en bas à la cave.

Monte en haut dans ta chambre, et que ça saute !

Allume donc la lumière, on n'y voit goutte.

> Je ne marche pas, je ne vois point, je ne mange mie, je ne bois goutte

Elle a fait, pour ses noces, de grosses dépenses somptuaires.

Somptuaire : d'un luxe coûteux

Dark Vador surgit et me fit dresser les cheveux sur la tête. Et le sang se glaça dans mes veines.

Marie Cratère savait concocter la panacée universelle.

une panacée : un remède universel

Tout le monde, émerveillé, applaudissait des deux mains.

Les soldats s'effondrèrent, harassés de fatigue.

Il est tombé en s'affalant sur le tas de fumier.

Il jouait faux et faisait des canards à vous donner la chair de poule.

C'était un gâte-sauce qui nous faisait de mauvais plats.

On aimait se réunir pour faire tous la fête ensemble.

AJOUT-15 novembre : On ne peut pas prévoir à l'avance s'il y aura d'autres attentats (sur BFMTV)

 

Littré

pléonasme

(plé-o-na-sm') s. m.

  • 1Figure de grammaire. Surabondance de termes, donnant plus de force à l'expression, comme : je l'ai vu de mes yeux, je l'ai entendu de mes oreilles. Si on veut entendre le mot de pléonasme dans ce premier sens, c'est une figure de syntaxe par laquelle on ajoute à une phrase des mots qui paraissent superflus par rapport à l'intégrité grammaticale, mais qui servent pourtant à y ajouter des idées accessoires, surabondantes, soit pour y jeter de la clarté, soit pour en augmenter l'énergie, [Beauzée, Encyclop. méthod. Gramm. et littér. Pléonasme.]

  • 2Redondance, emploi de mots inutiles dans l'expression de la pensée, comme dans cet exemple d'Al. Duval dans Joseph, III, 3 : En vain la plus triste vieillesse m'accable de son poids pesant. Si on prend le terme de pléonasme dans le second sens, dans le sens de superfluité, c'est un véritable défaut qui tend à la battologie, [Deauzée, ib.]

  • 3Se dit quelquefois de l'allongement d'une syllabe, de l'addition d'une ou plusieurs lettres dans l'intérieur d'un mot.

............................................................................

Dans le Trésor sur le CNRTL : PLÉONASME, subst. Masc.

............................................................................

Pléonasmes les plus en vogue - par La France pittoresque...

www.france-pittoresque.com › Anecdotes insolites

Les pléonasmes les plus en vogue dans la presse - Histoire de France et Patrimoine.

Sur twitter : France Pittoresque @FrPittoresque

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 15:14

  ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Les tics verbaux remplissent le monologue ou le dialogue avec des mots qui, à première vue, ne servent à rien.

Ils allongent les phrases pour nous faire croire et faire croire aux autres que nous avons beaucoup de choses à dire et que nos démonstratrions seraient bien étriquées sans eux.

Ils nous permettent de souffler, de réfléchir à l'idée qui se fait attendre. Ils nous font appartenir à un groupe qui emploie les mêmes hésitations, les mêmes bégaiements.

Ne nous y trompons pas, ils disent souvent beaucoup plus sur nous que nous le pensons et ils ne sont pas anodins. Ils peuvent même nous nuire en certaines circonstances en nous trahissant.

Nous les employons quand nous avons peur du silence, ou quand nous voulons montrer que nous sommes à la page.

>> NORMAN - TOP 13 DES PIRES EXPRESSIONS - YouTube

 

Avec Louise, Léo, Lola, Léa, Lucas, Enzo et Hugo.

Louise — Dis, ça fait bien deux heures qu'on bavarde. Ta mère t'attend, tu sais.

Enzo — Ben, je vais y aller.

.................

Lola — Tu me croiras pas, Louise me doit cent euros depuis trois mois, elle exagère.

Léa — Je sais pas toi, mais moi, franchement...

Lola — Je lui ai réclamé dix fois.

Léa — C'est dingue ! J'hallucine !

.................

Lucas — Allez, on se voit tout à l'heure !

Enzo — À plus !

Léa — À toute !

Lola — À très vite !

>> Mosaïque de quelques curiosités de la Langue Française :

à toute, à toute suite ou à tout de suite ?

.................

Lola — Alors, t'as passé ton exam ?

Léo — Les questions qu'on m'a posées ! Je te dis pas...

Lola — Dures ?

LéoJ'avais pas trop révisé, j'avoue.

.................

Hugo — Eh bien, en fait, comme je vous disais, le climat, c'est quelque chose... Heu... eh bien, cette question nous interpelle, au jour d'aujourd'hui.Tout le monde est d'accord pour dire que le réchauffement climatique, c'est un petit peu dramatique. Eh bien, nous conviendrons que les solutions à trouver sont épineuses. Moi, si vous voulez, je commencerais par ne pas laisser l'eau couler quand je me savonne sous la douche et quand je me brosse les dents. Moi, je crois que si tout le monde, j'ai bien dit "si tout le monde", entre guillemets, faisait ça, ce serait toujours quelques millions d'hectolitres de gagner. Eh bien, en fait, je ne pense pas que ça aurait vraiment un impact sur le réchauffement climatique. C'est clair !

Léo — C'est du (grand) n'importe quoi.

Hugo — Absolument pas ! Moi, quand je dis quelque chose, je gère.

Léo — Tu vois, j'ai envie de dire que ça tourne pas rond dans ta petite tête. Enfin, j’dis ça, j’dis rien.

.................

Lucas — J'aurais envie de changer le monde, j'te jure.

Enzo — C'est pas vrai !

Lucas — Si personne ne fait rien, ce sera toujours la galère, c'est clair.

Lucas — Moi, c'que j'en dis !

Lucas En fait, si tout le monde s'y met, on peut faire bouger les choses.

Enzo — Ouais, p't être ben qu'oui, p't être ben qu'non.

Lucas — Je vois, t'es un petit peu pessimiste.

Enzo — Oui et non.

Lucas — Si on se bougeait tout irait mieux, quoi !

Enzo — Tu rêves grave, j'veux dire. Mais te gêne pas, vas-y !

Lucas — Y a pas de souci !

>> Il n'y a pas de souci ! Y a pas de souci !

................

Hugo — Tu sais quoi ?* Elle a tiqué !

Enzo — Que tu dis ! Effectivement, j'ai réussi à lui faire faire ce qu'elle voulait pas, t'as vu ! (ou t’ias vu)

Hugo — Définitivement !**

* Calques de You know what ? Et de **Definitely !

>> Des anglicismes à traduire

.................

On ne dit plus ni oui ni non, on préfère se gargariser avec Absolument ! ou Absolument pas ! Définitivement ! Effectivement ! Y a pas de souci !  et j'en passe.

C'était une compilation des tics verbaux qu'on entend partout. Et voilà !

Il vaudrait mieux les éviter. C'est évident !

Le Point parle de maladies transmissibles qui affectent le langage, des M.A.T et des M.V.T. Tiens ! Des sigles ? Pourquoi diable faire simple quand on peut faire compliqué ? Va savoir...

On notera que chaque tic verbal appartient à une génération bien précise. L'exclamation argotique "Oh putain !" a pris la place de "Oh la vache !", et  "Y a pas de souci !" remplace "OK" ou "D'ac !".

Pour ne citer que ces exemples-là.

Tu m'aimes ? Absolument !

« Ah ! qu’en termes galants, ces choses-là sont mises ! » Molière : Le Misanthrope

Il y en a dans toutes les langues, des tics verbaux. On connaît le Well anglais, le Also allemand, peut-être moins le Like que bon nombre de djeuns Irlandais aiment bien placer à la fin de toutes leurs phrases et qui n'a rien à voir avec les likes  dont on use et abuse chez nous.

Sur la toile : 

Louise, Léo, Lola, Léa, Lucas, Enzo et Hugo sont les prénoms les plus donnés en France en 2015

>> Découvrez les prénoms les plus populaires dans votre département

 

Les articles suivants nous donnent quelques clefs pour comprendre :

Ce que nos tics de langage disent de nous :

>> Tics de langage - Signification des tics de langage ...

 

>> Tic de langage — Wikipédia

 

>> Les tics de langage, ces petits mots-moteurs | France info

 

>> «Au jour d'aujourd'hui», tic de langage le plus affreux LE FIGARO

 

>> 8 tics de langage à faire taire d'urgence ! La plume à poil

 

Les tics de langage qui ruinent votre crédibilité :

>> http://www.references.be/carriere/travailler-vivre/langage-corporel/Les-tics-de-langage-qui-ruinent-votre-credibilite

 

>> Sur Twitter > Quentin Périnel (le 21 octobre 2015) Quel est le tic de langage/expression que vous HAÏSSEZ le plus ? Défoulez-vous. Je vous lis.

 

Sur le blog :

>> Champ lexical - Champ sémantique - Niveau de langue - Registre de langue – style soutenu, courant, familier, populaire, argotique, ou vulgaire – Archaïsmes

 

>> FLE – Comprendre le français parlé rapidement

 

>> La langue française massacrée - Peut-on s'habituer à la grossièreté ?

 

>> Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes - 1re partie + QUIZ 30

 

>> Les barbarismes et les solécismes vous irritent-ils ou vous amusent-ils ? 2e partie + QUIZ 31

 

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags) 

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog