Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 12:14

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les QUIZ

Orthographe grammaire pour les hésitants

Tous les articles du blog

 

 

Trouvez la terminaison correcte : -I, -IE, -IS, -IES, -IT, -ÎT

Les expressions en italique sont populaires

Les questions qu'il faut se poser :

Est-ce un adjectif, un participe passé employé comme adjectif ?

> Si oui, que deviendrait-il au féminin : IE, ISE, ITE ?

Si le participe passé fait partie d'un verbe conjugué dois-je faire l'accord ?

> Je repère s'il y a un complément d'objet direct placé avant lui, etc.

 

Est-ce un verbe conjugué au présent de l'indicatif ? > IS IS IT

au passé simple ? > IS IS IT

au subjonctif imparfait ? > ÎT

Vous pouvez lire les explications qui suivent le texte avant de faire l'exercice

 

Le petit chat de Madeleine est parti

 

Madeleine raconte :

Ce matin, mon petit chat a aboli... les règles et franchi... la barrière de mon petit jardin. Je suis abasourdi.... Je croyais avoir acqui... sa confiance. Que nenni ! Son absence assombri... ce jour et je me sens anéanti....

J'ai réfléchi.... Que pouvais-je donc faire ?

J'ai gravi... la colline voisine. Mes cris ont retenti... si fort et si longtemps que j'en ai vomi... mon petit déj.

Qui ne se serait pas enqui... de lui dans tout le voisinage ?

Je l'avais pourtant averti... et j'ai cru que les soins que je lui prodiguais l'avaient conqui... et sédui... pour la vie. Pourquoi donc s'est-il enfui... ? Je lui avais interdi... de me quitter. Le monde est rempli... d'ennemis ; ne le lui avais-je pas di... ? C'était pourtant un petit chat averti....

Je l'ai nourri..., je l'ai chéri..., je l'ai servi... comme un prince, je ne l'ai jamais puni..., jamais haï..., jamais honni... quoi qu'il fi... ; j'ai écri... pour lui des vers que je li... et reli... pour me bercer de son souvenir.

Et il est parti... ! Il s'est évanoui... dans la nature ! Il m'avait promi... qu'il ne me quitterait pas et il a menti.... Il m'a trahi....

N'est-il pas déjà rédui... en bouillie, aplati... par quelque véhicule ?

J'ai tant pleuré que mes yeux en ont rougi..., mes cheveux ont blanchi... et mes larmes sont d'ores et déjà tari.... Je me sens meurtri..., empli... de haine et enlaidi... par le chagrin.

Je frémi... de peur pour lui et je gémi... en l'attendant sur le pas de ma porte.

Soudain l'air a fraîchi... et j'en suis toute refroidi....

Il y a un instant, j'ai tressailli.... N'était-ce pas un cri de mon petit ?

Le voici qui rapplique tout réjoui.... Il ignore les angoisses que j'ai ressenti....

Instant béni... ! Mon imagination a fini... d'envisager le pire. Et me voilà toute ragaillardi....

Viens, mon petit chat que je chéri.... Ne me donnes-tu pas là une joie inouï... ?

Voilà une histoire qui fini... bien, me direz-vous.

 

Vous trouverez la correction de cet exercice à la fin de l'article, après les règles de grammaire qui éclaireront votre lanterne si tant est qu'il faille qu'elle soit éclairée.

 

Comment reconnaître les verbes du 2e groupe de ceux du 3e groupe qui se terminent par IR ?

Les verbes du 2e groupe ont leur participe présent en ISSANT pas ceux du 3e groupe.

Ex : 2e groupe : réunir, réunissant

3e groupe : sentir, sentant

MAIS maudire, maudissant

 

Remarque sur les participes passés :

On peut rencontrer des participes passés

 

a-lorsqu'ils sont conjugués avec un auxiliaire avoir ou être à un temps composé

ex : Il a ri trop longtemps et il s'est senti mal. (passé composé par exemple)

b- ou à la voix passive avec l'auxiliaire être

J'ai été saisi d'une rage irrépressible.

 

Le participe passé peut-être

participe passé verbal :

Ma journée finie, je sortais pour voir la lune et ma nuit s'écoulait remplie de rêves.

Ma journée finie est une proposition participiale, le participe passé finie a un sujet propre : ma journée. Elle équivaut à la proposition Quand ma journée était finie.

participe passé employé comme adjectif :

Tu es enfin devenu un homme réfléchi.

participe passé substantivé (nom)

C'est vraiment tous des pourris !

 

UN TRUC pour repérer la terminaison en i, is, it du participe passé : chercher la forme au féminin :

-I > -IE

démenti > démentie - subi > subie -fini > finie – ravi > ravie - chéri > chérie, choisi > choisie...

-I > -IT

écrit > écrite – dit > dite – contredit > contredite...

-IS > -ISE

commis > commise - compris > comprise – assis > assise...

Attention ! Il y a des exceptions selon le sens du mot comme :

béni, bénie ou bénit, bénite – subi, subie ou subit, subite

> bénit s'emploie pour quelque chose qu'un prêtre a béni :

exemples : l'eau bénite, le pain bénit.

Son père l'a béni avant de le voir s'en aller.

Expression familière : C'est pain bénit ! C'est bien mérité !

> subi (ie) est un participe passé, subit (te) est un adjectif :

Il a subi des dommages - Une mort subite (qui surgit inopinément). J'ai eu alors une inspiration subite.

 

CORRECTION

Le petit chat de Madeleine est parti

 

Ce matin, mon petit chat a aboli les règles et franchi la barrière de mon petit jardin. Je suis abasourdie. Je croyais avoir acquis sa confiance. Que nenni ! Son absence assombrit ce jour et je me sens anéantie.

J'ai réfléchi. Que pouvais-je donc faire ?

J'ai gravi la colline voisine. Mes cris ont retenti si fort et si longtemps que j'en ai vomi mon petit déj.

Qui ne se serait pas enquis de lui dans tout le voisinage ?

Je l'avais pourtant averti et j'ai cru que les soins que je lui prodiguais l'avaient conquis. Pourquoi donc s'est-il enfui ? Je lui avais interdit de me quitter. Le monde est rempli d'ennemis ; ne le lui avais-je pas dit ? C'était pourtant un petit chat averti.

Je l'ai nourri, je l'ai chéri, je l'ai servi comme un prince, je ne l'ai jamais puni, jamais haï, jamais honni quoi qu'il fît* ; j'ai écrit pour lui des vers que je lis et relis pour me bercer de son souvenir.

Et il est parti ! Il s'est évanoui dans la nature ! Il m'avait promis qu'il ne me quitterait pas et il a menti. Il m'a trahie.

N'est-il pas déjà réduit en bouillie, aplati par quelque véhicule ?

J'ai tant pleuré que mes yeux en ont rougi, mes cheveux ont blanchi et mes larmes sont d'ores et déjà taries. Je me sens meurtrie, emplie de haine et enlaidie par le chagrin.

Je frémis de peur pour lui et je gémis en l'attendant sur le pas de ma porte.

Soudain l'air a fraîchi et j'en suis toute refroidie.

Il y a un instant, j'ai tressailli. N'était-ce pas un cri de mon petit ?

Le voici qui rapplique tout réjoui. Il ignore les angoisses que j'ai ressenties.

Instant béni** ! Mon imagination a fini d'envisager le pire. Et me voilà toute ragaillardie.

Viens, mon petit chat que je chéris. Ne me donnes-tu pas là une joie inouïe ?

"Voilà une histoire qui finit bien" me direz-vous !

 

 

*quoi qu'il fît, subjonctif imparfait

quoi qu'il fasse, subjonctif présent.

quoi qu'il ait fait, subjonctif passé

quoi qu'il eût fait, subjonctif plus-que parfait

 

 Récapitulation des petites histoires à trous

Récapitulation de tous les exercices à trous

Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... "

Orthographe grammaire pour les hésitants

LE FRANÇAIS DANS TOUS SES ÉTATS

ACCUEIL

 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog