Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 09:21

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

L'heure du bilan avait sonné. Désastreux est un terme trop doux pour le qualifier ; cataclysmal serait plus près de la réalité.

On avait vu gesticuler toutes sortes de fous : des barjots, des cinglés, des branquignols, des timbrés, des farfelus, des détraqués, des dingues, des braques, des énergumènes excentriques, des toufous, des mabouls, des brindezingues, et même des fadas, des toc-toc, des hystériques, au pire des forcenés, des névrosés et des paraphréniques.

Je merdoierais immanquablement si je voulais décrire par le menu les exactions dont j'avais été témoin.

 

Il en avait plu des coups, des coups bas et des coups fourrés, des coups d'épée dans l'eau, des coups de boutoir, des coups de l'étrier, des coups de bambou, des coups de tête et des coups de poings, des coups d'essai et des coups de maître, des petits coups et même des grands coups, des coups de Trafalgar, des coups du Père François, des coups de coude et des coups de bec, des coups de talons et des coups de triques, des coups de poignards et des coups de pieds au cul qui n'avaient pas toujours atteint leur but. Les coups de foudre n'eurent pas leur place.

On dut reconnaître après coup que tout avait été inutile et vain.

On ne savait plus contre qui l'on s'était battu. On ne savait plus pourquoi l'on s'était battu.

On en était là.

Les Utopinambourgeois étaient décimés et ceux qui restaient, ébahis, ahuris, sidérés, médusés même, revenaient du cauchemar où ils avaient sombré. Ils comprirent qu'ils s'étaient fait amoustarder. Ils n'étaient pas fiers de s'être laissé emporter par les acrimonieuses paroles de leaders avides de semer partout la zizanie.

On avait été subjugué par l'habileté avec laquelle ces tribuns maniaient leur arme : la langue. Leurs belles paroles, enrobées de fiel, avaient engendré le pire.

La langue s'appelle langue parce qu'elle lèche. Elle lèche en flattant, elle mord en médisant, elle tue en mentant. Elle lie et ne peut être liée : elle est glissante et on ne peut la tenir : mais elle s'échappe et elle est trompée. Elle glisse comme l'anguille, elle pique comme une flèche... elle est douce et rusée, large et prête à épuiser le bien et à mélanger le mal. "Qui garde sa langue garde son âme : parce que la mort et la vie sont au pouvoir de la langue"*

 

Le calme revenu, on pansait ses plaies, on enterrait ses morts. Ce quoi faisant, on songeait déjà à se reconstruire.

 

Il avait été trop facile de se laisser berner. Et aujourd'hui encore nous nous laissons fasciner par l'éloquence de ceux qui disent nous vouloir du bien. Est-il à la portée de tous de rester vigilants ? Sommes-nous toujours capables de lucidité quand nous nous laissons emporter par les belles promesses de ceux qui n'ont qu'un seul but, inavouable du reste : le pouvoir ?

La manipulation mentale a encore de beaux jours devant elle.

.....................................................................................

*La langue s'appelle langue [...] "Qui garde sa langue garde son âme : parce que la mort et la vie sont au pouvoir de la langue" (Prov. XVIII, 21) Saint Bernard, TRAITÉ DE LA MAISON INTÉRIEURE, Chap. XXVII Des défauts et des abus de la langue

 

NOTES

Les Utopinambourgeois étaient décimés

décimer, faire périr en grand nombre.

(Vieilli) mettre à mort une personne sur dix.

 

les acrimonieuses paroles de leaders avides de semer partout la zizanie.

les paroles aigres, acerbes

 

Je merdoierais immanquablement si je voulais décrire par le menu les forfaits, les exactions dont j'avais été le témoin.

Merdoyer (populaire) s'embrouiller

Je m'embrouillerais inévitablement si je voulais décrire en détails les forfaits, les exactions

les exactions, les actes de violence

 

ceux qui restaient, ébahis, ahuris, sidérés, médusés même, revenaient du cauchemar

Médusé : le mot vient du nom Méduse, l'une des trois Gorgones dans la mythologie grecque. Les deux autres étant ses soeurs Euryale et Sthéno. Vous regardez ses yeux et elle vous pétrifie. (elle vous change en pierre). Sa chevelure est entrelacée de serpents.

 

Ils comprirent qu'ils s'étaient fait amoustarder.

Amoustarder (argot ancien) tromper, duper.

FAIT suivi d'un infinitif est invariable

L'accord problématique des participes passés FAIT et LAISSÉ - Ils se sont fait ou faits / Elle s'est fait ou faite / Ils se sont laissé ou laissés

 

l'habileté avec laquelle ces tribuns maniaient leur arme : la langue.

Un tribun, un orateur habile qui sait s'adresser à la foule.

Sens figuré : factieux qui cherche à soulever la foule en faisant semblant de défendre ses intérêts.

 

Leurs belles paroles, enrobées de fiel, avaient engendré le pire.

Fiel, synonyme de bile

Sens figuré : haine, animosité, humeur caustique - Littré

 

Ce quoi faisant, on songeait déjà à se reconstruire.

En faisant cela

 

<< 190 Délires qui tournent à la chienlit

>> 192 Délires où point une faim de loup

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog