Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 13:50

 LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Deux angelots, couleur d'œillet et de rose, s'enlaçaient l'un l'autre si étroitement qu'on eût dit que jamais l'amour n'avait existé avant eux. Tout au plus, ce qu'on appelle l'amour, ne pouvait être qu'un pâle reflet de ce qu'on voyait là. Des hymnes chérubiques montèrent dans nos cœurs, et nos voix imperceptibles balbutiaient leurs amènes paroles.

Et là, une cigogne blanche, tout occupée à leur prodiguer la chaleur de ses ailes au-dessus d'eux déployées, les berçait au rythme envoûtant du claquement de son interminable bec incarnat.

Était-ce elle qui les avait si douillettement installés dans un panier d'osier garni de son tiède duvet, ou bien d'autres mains célestes ? Avait-elle abandonné pour un temps ses petits cigogneaux pour sa fragile livraison ? Et que faisait-elle donc là, perdue au milieu de nulle part, alors que devait attendre, impatiente, la future jeune maman à qui l'on avait promis les jumeaux ?

 

« Madame La Cigogne, êtes-vous donc si fourbue qu'il vous a fallu vous arrêter dans cet endroit feuillu ? osai-je demander.

It's a long way to Tipperary*, gémit-elle.

J'en ai bien peur, répliqua Sissi. Tu n'es pas encore arrivée. Et tu ferais bien de te dépêcher avant qu'une parturiente irlandaise ne s'impatiente. »

 

Sur ce, la cigogne, très consciente des devoirs qu'exigeait d'elle sa fonction, saisit prestement l'anse du moïse quelques instants posé sur la mousse, et se fraya un passage à travers les ramures pour accéder jusqu'au ciel. On entendit le ténu gazouillis des petits qui accompagnait son envol. Nous les suivîmes du regard jusqu'à tant que nos cristallins pussent se tendre non sans douleur vers un point toujours s'éloignant et se rétrécissant dans l'espace infini.

Et c'est à regret que soudain nous le vîmes disparaître à jamais.  

.................................................................................. 

*  It's a long way to Tipperary, c'est loin jusqu'à Tipperary. Ballade irlandaise que chantaient les soldats américains pendant la dernière guerre, pour se donner du courage. Tipperary est un coin en Irlande.  

It's A Long Way To Tipperary, musique de Jack Judge et Harry Williams, 1912

It's a long way to Tipperary 
It's a long way to go.
It's a long way to Tipperary
To the sweetest girl I know!
Goodbye Piccadilly !  
Farewell Leicester Square !
It's a long long way to Tipperary,
But my heart's right there. 
La route est longue jusqu'à Tipperary,
La route est longue pour y aller.
La route est longue jusqu'à Tipperary,
Jusqu'à la fille la plus douce que je connaisse !
Au revoir Piccadilly,
Adieu Leicester square !
La route est longue longue jusqu'à Tipperary,
Mais c'est là qu'est mon cœur.

NOTES 

deux angelots... s'enlaçaient si étroitement qu'on eût dit...

On eût dit = on aurait dit, conditionnel passé.

Un ange (adj. angélique), un angelot, un chérubin (adj. chérubique), un séraphin (séraphique) un archange.

Voir la locution conjonctive si... que

 

Des hymnes chérubiques montèrent dans nos cœurs

Un hymne, un hymne national, l'Hymne à la Joie (de Beethoven)

Une hymne ou un hymne, chant à la louange de Dieu (pour les chrétiens).

 

et nos voix imperceptibles balbutiaient leurs amènes paroles

Amène, agréable, doux et aimable.

Aménité, amabilité pleine de charme, douceur d'un paysage.

 

une cigogne blanche, tout occupée à leur prodiguer la chaleur de ses ailes

tout, adverbe.

Voir l'article : Ne pas confondre : TOUT adjectif indéfini, pronom indéfini, adverbe (variable dans certains cas) et substantif 

 

LE PARTICIPE PASSÉ EMPLOYÉ AVEC AVOIR

Il s'accorde avec le complément d'objet direct (COD), s'il y en a un, et s'il est placé avant le participe passé.

 

Jamais l'amour n'avait existé avant eux.

existé, pas d'accord puisqu'il n'y a pas de COD, le verbe est intransitif.

Etait-ce elle qui les avait si douillettement installés ?

le participe passé installés s'accorde avec le COD LES placé avant.

Avait-elle abandonné ses petits cigogneaux ?

abandonné, pas d'accord le COD est placé après.

la jeune maman à qui l'on avait promis les jumeaux

promis pas d'accord, le COD est placé après.

Il vous a fallu vous arrêter.

fallu pas d'accord, le participe passé d'un verbe impersonnel est toujours invariable.

 

LE PARTICIPE PASSÉ EMPLOYÉ AVEC L'AUXILIAIRE ETRE.

Il s'accorde avec le sujet.

Tu n'es pas encore arrivée.

le participe passé s'accorde avec le sujet tu (la cigogne). 

Pour en savoir plus sur les participes passés (tous les cas) : L'accord des participes passés + QUIZ 26  

 

avant qu'une parturiente irlandaise ne s'impatiente

Une parturiente, une femme qui accouche, une femelle qui met bas.

 

et se fraya un passage à travers les ramures

Se frayer. Lire se frai-ier, comme balayer, rayer, monnayer...

exception bayer (aux corneilles), lire ba-yer.

Rayer, différent de railler, payer, de pailler...

 

NOMS SE TERMINANT PAR URE. Sens du suffixe URE

1- un ensemble, les rameaux, la ramure, parer, la parure, le cheveu, la chevelure, le mât, la mâture...

2- le résultat d'une action, piquer, la piqûre, pincer, la pinçure (sensation de quelqu'un qui est pincé), égratigner, l'égratignure, casser, la cassure, briser, la brisure...

"Le verre n'est jamais si bleu qu'à sa brisure." Aragon

 

jusqu'à tant que nos cristallins pussent se tendre non sans douleur vers un point toujours s'éloignant et se rétrécissant dans l'espace infini.

Voir l'article :  Jusqu'à ce que, jusqu'à tant que

 

Et c'est à regret que soudain nous le vîmes disparaître à jamais.

Disparaître, paraître, naître, croître, accroître, décroître prennent l'accent circonflexe devant le T. Il disparaît, mais je disparais. Il disparaîtra, mais il disparaissait. Elle s'accroît mais elles se sont accrues.

De plus, pour le verbe CROÎTRE on met l'accent sur le Î devant le T, et à chaque fois qu'on peut le confondre avec CROIRE. Je croîs, il croît, je crûs, j'ai crû, je croîtrai, je croissais, croissant...

La Nouvelle Orthographe admet ces verbes sans l'accent circonflexe sauf pour croitre lorsqu'il y a confusion avec croire.

> Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

 

<< 13 Délires spectaculaires « Ô temps, suspends ton vol ! »

>> 15 Délires pour un bestiaire. QUIZ 3 - Ces animaux qui nous parlent -"Animals are such agreeable friends"

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog