Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 17:17

ACCUEIL & SOMMAIRE

Dans cet article, vous trouverez :

1-L'envie, péché capital.

2-L'envie au fil des dictionnaires.

    ♥ Le Furetière 1690

    ♥ La Grammaire des grammaires 1833

    ♥ Le Littré 1863-1877

    ♥ Le Dictionnaire de la conversation et de la lecture 1868

     Liens avec :

    ♥ Le Trésor de la Langue Française

    ♥ et Le Dictionnaire de l'Académie 9e édition

3-L'envie exploitée dans notre société de consommation.

 

 

 

1-L'envie, péché capital.

 

L'envie est à la troisième place dans la liste des péchés capitaux*.

*Les sept péchés qui sont

comme la source de tous les autres.

Cf. Le Dictionnaire de l'Académie 8e édition

 

Le Pape Grégoire le Grand fixa le nombre des péchés à sept, l'orgueil est le plus grand d'entre eux. Les sept péchés capitaux sont la source de tous les autres péchés.

Grégoire le Grand né vers 540 – mort en 604

 

 

Liste des péchés capitaux par Thomas d'Aquin au XIIIe siècle

 

L'Orgueil

L'Avarice

L'Envie

La Colère

La Luxure

La Paresse

La Gourmandise

 

Ezéchiel 18 : 1 et 21

La parole de l'Eternel me fut adressée, en ces mots :

Si le méchant revient de tous les péchés qu'il a commis,

s'il observe toutes mes lois et pratique la droiture et la justice,

il vivra, il ne mourra pas.

 

Quelques versets de la Bible avec le mot envie

 

Proverbes 14 : 30

30 Un coeur calme est la vie du corps, Mais l'envie est la carie des os.

 

Matthieu 27 : 17-18

Comme ils étaient assemblés, Pilate leur dit : Lequel voulez-vous que je vous relâche, Barabbas, ou Jésus, qu'on appelle Christ ?

Car il savait que c'était par envie qu'ils avaient livré Jésus.

 

Galates 5 : 26

26 Ne cherchons pas une vaine gloire, en nous provoquant les uns les autres, en nous portant envie les uns aux autres.

 

Philippiens 1 : 15

Quelques-uns, il est vrai, prêchent Christ par envie et par esprit de dispute; mais d'autres le prêchent avec des dispositions bienveillantes.

 

Timothée 6 : 4

il est enflé d'orgueil, il ne sait rien, et il a la maladie des questions oiseuses et des disputes de mots, d'où naissent l'envie, les querelles, les calomnies, les mauvais soupçons,

 

Tite 3 : 3

Car nous aussi, nous étions autrefois insensés, désobéissants, égarés, asservis à toute espèce de convoitises et de voluptés, vivant dans la méchanceté et dans l'envie, dignes d'être haïs, et nous haïssant les uns les autres.

 

Jacques 4 : 2

Vous convoitez, et vous ne possédez pas; vous êtes meurtriers et envieux, et vous ne pouvez pas obtenir; vous avez des querelles et des luttes, et vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas.

 

Pierre 2 : 1

Rejetant donc toute malice et toute ruse, la dissimulation, l'envie, et toute médisance,

 

Psaumes 73 : 3

Car j'ai porté envie aux insensés, en voyant la prospérité des méchants.

 

>> Bible : Lire, écouter et étudier la Bible - EnseigneMoi 

 

 

 

 

2-L'envie au fil des dictionnaires

 

 

 

 

Dictionnaire universel de Furetière 1690

 

Dictionnaire françois, contenant les mots et les choses, plusieurs nouvelles remarques sur la langue françoise : Ses Expressions Propres, Figurées & Burlesques, la Prononciation des Mots les plus difficiles, le Genre des Noms, le Régime des Verbes : Avec Les Termes les plus connus des Arts & des Sciences. Le tout tiré de l'Usage et des bons Auteurs de la Langue françoise.

 

 

 

  Antoine Furetière 1619-1688

Envie 

>> dans le volume 2

 

♦ « Tristesse, deplaisir qu'on a des bonnes qualitez, ou de la prosperité d'autrui. Les philosophes la definissent, une emotion de l'âme causée, entretenuë & fortifiée, par un cours des esprits qui represente que c'est un mal de voir arriver du bien aux autres, comme s'ils le recevoient à notre prejudice. Cette passion est composée de plusieurs autres, de la tristesse, de la haine, de l'indignation, de l'ambition & de l'orgueil. L'envie naît particulièrement entre les egaux. L'envie est une humeur chagrine qui ressemble fort à la haine, FEN. L'envie est un censeur triste et severe des bonnes qualitez d'autrui. L'envie, cette sombre rivale du merite, ne cherche qu'à le rebaisser jusqu'à lui, BOI. C'est une regle de sagesse que d'irriter le moins qu'on peut l'envie & la jalousie des autres. LOC. La malignité de la vie s'attache d'ordinaire à la vertu. OE. M. L'envie a quelque chose de bas & ne tend qu'à supplanter son rival ; mais l'emulation qui est plus noble, & plus genereuse, ne songe qu'à supplanter son concurrent. BELL. La haine et l'envie sont deux passions qui se confondent ; s'il y a quelque difference, c'est que l'une s'attache à la personne, & l'autre à l'eclat, & à la condition. LA. BR. Il n'y a point de vengeance plus heroïque que celle qui tourmente l'envie à force de bien faire. AMELOT. Je connois des gens chagrins & desagreables, par un principe d'envie. LE CH. DE. M. Il n'y a rien de plus vrai que ce que disait Horace, que les tyrans les plus cruels n'ont pu inventer de tortures plus insupportables que l'envie. BAY. Un sage Favori doit eviter la pompe, & le faste pour ne pas irriter l'envie. M. ESP. L'envie regarde avec dedain & avec chagrin la bonne fortune d'autrui. FEN. On dit d'une fortune mediocre qu'elle est au-dessous de l'envie, & au-dessous du mepris.OEV. M. M. Rousseau dit d'un mauvais poëte.

 

Il est bien vrai qu'à l'oubli condamnez

Ses vers souvent font des enfants morts nez

Mais chacun l'aime, et nul ne s'en defie.

A ses talens aucun ne porte envie.

 

Nous portons ordinairement envie à ceux qui nous sont preferez. On dit aussi, porter envie à quelqu'un pour dire simplement, souhaiter un bonheur pareil au sien, sans avoir de deplaisir. Sa fortune est digne d'envie. Alexandre portoit envie à Achille d'avoir eu un Homère pour chanter ses actions. L'ACAD.

 

Cesse de t'etonner si l'envie animée,

Attachant à ton nom sa rouille envenimée,

La calomnie en main quelquefois te poursuit. BOI.

 

Contentons notre ardeur, laissons parler l'envie. LA SUZE.

 

Cette beauté l'objet de tant de jalousie,

Qu'on ne peut voir sans l'admirer

Où les yeux même de l'envie,

Ne trouvent rien à censurer. OEV. M.

 

♦ Envie, Divinité maligne que les payens mettoient entre celles qu'ils adoroient de peur d'être exposez à ses fureurs... Un Poëte payen la depeint habitant dans un antre obscur, où le soleil n'entre jamais, où il fait toujours froid, & qui est toujours rempli d'un brouillard epais. Il lui donne un visage pâle & des yeux enfoncez & regardant de travers, une bouche d'où sort le venin dont son coeur est rempli, des dents jaunes, des cheveux en serpents noüez au haut de sa tête. Il la represente se nourrissant de vipères ; ne souriant jamais, si ce n'est des malheurs d'autrui ; ne dormant point, envenimant toutes ses paroles, & tenant trois grands serpents dans une main , et dans l'autre un hydre à sept têtes avec un autre serpent qui lui ronge le sein. On ne peut faire une plus belle peinture de l'envie ; & après cela il faut avouer que Virgile avoit raison de l'appeler la domestique du Dieu des Enfers. Les Grecs en font un Dieu parce que le mot phtonos, qui en leur Langue signifie l'envie, est masculin. L'Anguille, selon quelques-uns, & selon d'autres le Serpent etoit chez les Anciens, le Symbole de l'envie.

 

♦ Envie, signifie aussi, desir, volonté, & quelquefois fantaisie. Grande envie, legere envie, envie dereglée, desordonnée, furieuse. La plus grande de ses envies est de faire plaisir. Avoir envie de dormir, de souper, d'être marié, avoir envie d'un bouquet, d'un tableau. Il lui a pris envie de se retirer du monde. Il a satisfait son envie, sa passion. La colère est une envie impatiente de se venger. M. ESP. Je meurs d'envie de vous voir. L'envie lui a cessé de voyager. On dit passer son envie de quelque chose. Faire passer l'envie d'une chose à quelqu'un, c'est l'en rassasier, ou l'en degouter. »

 

Notes de mamiehiou 

J'ai conservé autant que possible la graphie de l'époque

portoit, étoit > portait, était

connois > connais

recevoient, mettoient, adoroient, etc. > aient

Pas encore d'accent sur certaines voyelles : deplaisir, merite, prosperité, ame, emotion, degouter, etc

le tréma sur entretenuë, poëte, etc.

Le z marque un pluriel : qualitez, condamnez (Il est vrai qu'à l'oubli condamnés, ces vers...), morts nez (des enfants morts-nés), ceux qui nous sont preferez (préférés) exposez (de peur d'être exposés), etc.

Payen > païen

Etc.

 

Autres acceptions du mot ENVIE que je ne retiendrai pas dans les définitions des dictionnaires suivants.

 

 ♦ On dit proverbialement, c'est une envie de femme grosse, pour dire, un appétit déréglé pour quelque chose mauvaise, à cause que les femmes dans cet état mangent plusieurs choses qui ne valent rien. On dit aussi qu'il vaut mieux faire envie que pitié.

♦ On appelle aussi envies, de petits morceaux de peau qui se détachent vers l'extrémité des doigts. »

 

 

Grammaire des grammaires,

ou

Analyse raisonnée des meilleurs traités sur la Langue Française

1833

 

 

 

Charles-Pierre Girault-Duvivier

Page 546

Porter envie

Le sage « ne porte envie à personne. » — « Je ne lui envie point sa fortune » — « Je porte envie à mon ami de ce qu'il a le plaisir d'être avec vous. (L'Acad.)

 

 

 

Dictionnaire Littré 1863-1877

 

 

Emile Littré 1801-1881

Envie

« ♦ Chagrin et haine qu'on ressent du bonheur, des succès, des avantages d'autrui.

♦ Désir de jouir d'un avantage pareil à celui d'autrui. »

Dans le Littré en ligne

(Reverso)

Voir l'article en entier

>> ENVIE

>> et les citations avec "envie"

 

 


Dictionnaire de la conversation et de la lecture  

Inventaire raisonné

des notions générales les plus indispensables à tous

Par une société de savants et de gens de Lettres

 sous la direction de M. W. Duckett

 Seconde édition

 M DCCC LXVIII 

(1868)

 

 

William Duckett 1805-1873

 

Envie

>> Dans le volume 8 - page 644 

 

♦ « Le Dictionnaire de l'Académie définit l'envie, dans son acception la plus générale : « un chagrin qu'on ressent du bonheur, du succès, des avantages d'autrui. » Les phrénologistes la considèrent comme une affection d'un organe propre au cerveau, combinée avec l'activité ou le manque d'énergie d'autres facultés. Ce qu'on appelle les affections de l'âme ne peut exister ou être réalisé qu'au moyen d'organes cérébraux. Or il y a un organe qui nous porte tous à avoir pour nous-mêmes plus ou moins d'estime ; il nous fait désirer l'estime des autres, et il est la source de l'ambition, de l'orgueil, de la hauteur. Quand l'organe de l'estime de soi est très actif dans un individu, et que cet individu est en même temps privé des organes de la justice et de la bienveillance, il est désagréablement affecté du bonheur et du succès des autres. Il croit fermement mériter tous les avantages dont il est privé et qu'il voit chez autrui. L'envieux toutefois ne l'est pas pour toutes choses. Il l'est seulement à l'égard des objets pour lesquels il a des organes plus actifs : ainsi celui qui aura l'organe de la propriété très développé sera envieux de la fortune et des richesses d'un autre ; celui qui aura de l'approbation ou de la vanité très actif, sera envieux des décorations, des distinctions et des éloges qu'il entendra faire des autres ; et celui qui aura un fort penchant pour le sexe, sera envieux seulement de la bonne fortune des autres, et ainsi de suite de tous les penchants naturels à l'homme. L'envieux est porté à vouloir, non seulement toutes les jouissances pour lui exclusivement, mais il voudrait anéantir celle qu'il ne peut posséder, afin qu'aucun autre ne pût en jouir. Il est très difficile de corriger les envieux : il paraît que la nature les a condamnés à souffrir toute leur vie des biens des autres, sans leur permettre de jouir de ceux qu'ils possèdent eux-mêmes. L'éducation, cependant, corrigera beaucoup cette mauvaise direction de nos sentiments et de nos facultés. Les pères et mères et les instituteurs doivent faire attention aux tendances des enfants, et aussitôt qu'un premier signe d'envie se manifeste en eux, tâcher de réveiller en eux les sentiments de la justice et de la bienveillance, en s'appuyant sur la raison et les exemples ; ils doivent faire voir que l'envie rend malheureux celui qui se laisse dominer par cette triste affection, et leur dire que ceux qui sont l'objet de notre envie sont souvent plus malheureux que nous. Mais généralement les parents font le contraire de ce qu'ils doivent faire ; et en croyant exciter dans leurs enfants une juste émulation, ils ne font que féconder dans leurs âmes le sentiment de l'envie qui doit plus tard rendre leur existence bien malheureuse.

 

♦ Le mot envie s'emploie enfin comme synonyme de désir ou de volonté. Il est fâcheux qu'il n'y ait qu'un seul et même terme pour des sentiments si différents de celui dont nous venons de parler. Nous essaierons, au point de vue phrénologique, une brève explication de la manière dont un désir se forme en nous.

L'homme et les animaux apportent en naissant des facultés et des penchants déterminés, que les phrénologistes appellent organes. C'est la condition matérielle voulue par la nature pour la manifestation de chacune de nos facultés. Dans le monde extérieur, en dehors de l'individu, il y a des objets différents qui sont destinés à être mis en rapport avec chacun des organes du cerveau. Ordinairement, quand un objet se présente à un individu, il réveille l'activité de l'organe auquel il correspond, et l'organe en question demande à être satisfait. L'envie est donc cet état d'un organe cérébral qui a besoin d'être satisfait par l'exercice de la faculté qu'il représente, ou par la possession de l'objet qui est en rapport avec lui. Dès lors on comprendra que l'on peut avoir autant de désirs et d'envies différentes, qu'on a d'organes différents, et comment on peut avoir envie d'une chose, tantôt d'une autre, en raison de la variété des objets qui se présentent devant nous et peuvent satisfaire aux besoins de nos organes. L'instinct du sexe fait naître dans l'homme l'envie de posséder une compagne ; l'instinct de la propre défense fait naître dans celui-ci l'envie de se battre à la vue d'un ennemi ; l'organe de la propriété donnera à un autre l'envie de s'enrichir et de posséder beaucoup, etc. De même, s'il y a des organes pour le sens du rapport de l'espace ou des lieux et des sons, il y a en dehors de nous des lieux et des sons, et quand les lieux et les sons réveillent en nous l'activité de l'organe des localités et de la musique, nous avons envie de nous promener, de voyager, ou d'entendre ou de faire de la musique, etc. Il n'est pas absolument nécessaire que l'objet soit présent pour réveiller l'activité d'un organe, il nous suffit que l'objet existe, et qu'il ait pu donner à l'individu l'idée de son existence ; l'organe peut alors entrer en activité en vertu de sa propre vitalité. Dans nos institutions sociales, il faudrait donc tâcher de présenter aux différents individus des objets qui déterminent des bons penchants et des facultés dont l'exercice peut être utile à l'individu et à la société entière, et éloigner autant que possible la présence de ceux qui pourraient réveiller l'activité des organes malfaisants. »

Dr Fossati

 

Le Trésor de la Langue Française >> ENVIE

 

Le Dictionnaire de l'Académie, 9e édition >> ENVIE

 

3-L'envie exploitée

 

dans notre société de consommation.

 

Il n'est pas de jour où l'on n'entend parler de croissance économique. Sa progression serait le remède de tous nos maux.

Mais qu'est-ce que la croissance économique si ce n'est l'augmentation de la production de biens et de services marchands d'un pays, et du monde. Et cette croissance repose sur la consommation qu'il faut développer à tout prix pour augmenter la richesse de chacun et la richesse des états.

Se plaint-on que la croissance n'est pas celle attendue ? Elle ne cesse de progresser cependant.

 

L'économie française produit aujourd'hui 4,6 fois plus de richesses qu'en 1959 .

>> Alternatives

Une croissance ralentie, mais plus riche en emplois

 

La richesse d'un pays se mesure par le PIB.

Le PIB a été multiplié par 6,8 entre 1950 et 2010, par 2,2 entre 1950 et 1970, par 2 entre 1970 et 2010.

La consommation sur une longue période varie avec le PIB

>> France-Inflation.com

TAUX INFLATION EN FRANCE depuis 1901. Inflation actuelle 2012

 

Jusqu'où faudra-t-il que la consommation augmente pour nous satisfaire ? Mis à part les considérations de compétitivité mondiale et les problèmes de chômage, on peut s'interroger sur cette frénésie de vouloir produire toujours plus, pour acheter toujours plus, pour devenir – pour certains - de plus en plus riches.

 

Créer des envies sans qu'elles soient des besoins, voilà le rôle de la publicité et des médias qui exposent à l'envi (= à qui mieux mieux) les objets nouveaux qu'on ne connaissait pas hier encore, mais qu'on a tôt fait de croire indispensables, incontournables. Séduction, tentation, fascination, désir, obsession même, tromperie, tout cela habilement enveloppé dans l'art du bien-dire et du bien montrer !

Irrésistible !

C'est là que l'envie engendre la jalousie*, sa soeur, sa compagne.

On tombe dans le panneau. On est harponné. On n'a de cesse de vouloir tel ou tel objet dernier cri, dont on aura vite épuisé les charmes et que l'on jettera pour que grossisse la masse des déchets dont on ne sait que faire !

 

*La jalousie.

Mauvais sentiment qu'on éprouve quand on n'obtient pas ou ne possède pas les avantages obtenus ou possédés par un autre. Cf. Littré

 

L'envie c'est la douleur de voir autrui posséder ce que nous désirons ; la jalousie, de le voir posséder ce que nous possédons. Diogène Laerce (début du 3e siècle après J.C.)

 

 

Et la douleur du pauvre qui regarde et qui ne peut accéder aux objets de ses désirs, objets qui s'étalent à profusion devant lui et dont il sait qu'il n'en n'aura jamais la jouissance.

 

 

 

88888888888888888888888888888888888888888888888888888888

 

À écouter

Michel Sardou et Johnny Hallyday dans :

L'envie d'avoir envie - texte j.j. Goldman - de Frederique LONGERE

 

 

88888888888888888888888888888888888888888888888888888888

 

Articles connexes dans ce blog :

La folie du consumérisme* -"Prêt à jeter"

Qu'est-ce que le seuil de pauvreté ? - Le seuil de pauvreté en France...

 

  FOCUS sur quelques mots :

Le A au fil des dictionnaires 

La Vérité, toute la Vérité, rien que la Vérité...
Lucifer - WILLIAM DUCKETT - Dictionnaire de la conversation et de la lecture

 

et

Peut-on dire : J'ai très envie, très plaisir, très peur, très faim, très sommeil... Cela me fait très envie, très plaisir, très peur... ?  

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog