Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 08:56

  LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Elle tenta de m'entraîner de force, mais je refusai obstinément de continuer cette déambulation improbable, et de me livrer, soumise, à sa volonté. Cependant, je n'étais pas en position de ruer dans les brancards, je craignais une réaction trop violente de sa part. À quoi bon me rebiffer si je devais souffrir des représailles qu'elle exercerait sur moi sans que je pusse me défendre, ni me prémunir contre sa tyrannie ? Je dus composer avec elle et décidai de lui parler avec aménité.

Je réitérai ma question d'un ton qui masquait mon angoisse pour savoir si je n'étais pas la proie d'illusions.

« Non. Ce n'est pas un rêve, m'assura-t-elle, toutes ces choses sont à moi et j'invite chez moi qui je veux. Ma petite Oli, ajouta-t-elle d'un ton doucereux, tu n'as pas vu le millionième de mes trésors. Je te donnerai tout ce qui m'appartient si tu restes avec moi.

Tu ne pourras jamais m'acheter, Marie. Laisse-moi partir, je veux rester libre. »

À ce moment précis, la terre se serait ouverte sous mes pas, tous les démons de l'enfer, grimaçant, gesticulant et ricanant auraient fondu sur moi, que je n'aurais pas été plus terrifiée, à voir la furie dressée devant mes yeux.

 

La passion qui animait Marie Cratère était si véhémente que rien n'aurait eu de prise sur son emportement. Je l'eusse menacée de lui tirer dessus à brûle-pourpoint que sa réaction n'eût pas été plus démesurée. Elle eut un sursaut et se jeta inopinément sur ma personne sans que je pusse réagir, me maintint fermement, d'une poigne que je n'aurais pu concevoir, et elle m'entraîna dans un réduit sombre, à demi enterré sous la maison.

J'étais anéantie.

À peine un rai de lumière pouvait-il filtrer par un soupirail, trop haut pour que je pusse l'atteindre et qui laissait pénétrer chichement l'air du dehors.

 

Telle Antigone** ensevelie vivante pour avoir tenu tête à Créon, je me sentis la victime d'une injustice innommable.

.............................................................. 

*Es la libertad de tiranisar que es lo contrario de la libertad.

C'est la liberté de tyranniser qui est le contraire de la liberté.

Fernando Antonio Nogueira Pesso, écrivain et poète portugais 1888 - 1935 

 

**Antigone fut condamnée pour avoir sauvé l'honneur de son frère Polynice en ordonnant ses funérailles, et transgressant ainsi l'ordre établi. Elle est devenue le symbole du héros, de l'héroïne en l'occurrence, capable de se dresser contre la raison d'état pour faire triompher la conscience morale. Voir Sophocle, Cocteau, Anouilh...

 

NOTES

Titre - Délires d'une femme atrabilaire dont la roideur d'esprit n'est plus à démontrer

Atrabilaire, irascible, irritable, voir note du texte 28 : le champ lexical de la colère

Le tempérament bilieux, la bile noire.

Il y a  quatre tempéraments différents :

NERVEUX - SANGUIN - BILIEUX - LYMPHATIQUE.

Le Misanthrope ou l'Atrabilaire Amoureux, pièce de Molière.  

Roideur, raideur

Roideur d'esprit, trait de caractère de Marie qui ne cède pas.

 

des représailles qu'elle aurait exercées sur moi,

le participe passé exercées s'accorde avec le complément d'objet direct que placé avant lui. (antécédent représailles)

 

sans que je pusse me défendre ni me prémunir contre sa tyrannie

sans que, locution conjonctive suivie du subjonctif

Rappel : sans que est déjà négatif, le ne explétif n'est pas nécessaire, il est toléré : sans que je ne pusse me défendre

> NE explétif - Quand peut-on l'employer ? - sans que je ne - avant que je ne - je crains que tu ne - j'empêche que tu ne - je m'attends à ce que tu ne - je ne nie pas que tu ne..

sans que je pusse ni me défendre ni me prémunir contre sa tyrannie

>Sans que  

On peut répéter l'adverbe de négation NI

se prémunir, se protéger, se donner des armes pour résister.

 

je réitérais ma question

réitérer, répéter, recommencer, refaire. Réitération, réitératif.

 

Ma petite Oli, ajouta-t-elle d'un ton doucereux

douçâtre, ou douceâtre. d'une douceur fade, sans saveur.

doucereux, comme douçâtre, mais peut aussi qualifier un caractère, des paroles doucereuses, mielleuses, mièvres, affectées, peu agréables. 

 

La passion qui animait Marie Cratère était si véhémente

véhément, impétueux, fougueux.

 

Je l'eusse menacée

subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé

je l'aurais menacée - L'eussé-je menacée....

 

À brûle-pourpoint, à bout portant, le pourpoint étant un habit ancien. Aujourd'hui l'expression signifie brusquement, sans qu'on s'y attende.

 

Ruer dans les brancards, comme un cheval en colère, ou indocile.

 

telle Antigone ensevelie vivante

ensevelie, enterrée, mise en terre, au tombeau.

 

Cependant, je n'étais pas en position de ruer dans les brancards. 

L'EXPRESSION DE LA CONCESSION OU OPPOSITION

La concession (l'opposition) peut s'exprimer par

-des adverbes, cependant, pourtant, néanmoins, toutefois, nonobstant.

J'étais impétueux, néanmoins je dus garder mon calme.

-des groupes nominaux précédés de prépositions ou locutions prépositives, malgré, en dépit de, nonobstant, avec, sans.

Il vit comme un rat, avec tout son fric.

-des propositions subordonnées concessives ou oppositives introduites par les conjonctions de subordination ou locutions conjonctives bien que, quoique, si... que, quand dans le sens de quand même et quand bien même, pour (quelque, tout)...que, quel (qui, quoi, où)... que, sans que, tandis que, alors que, pendant que, au lieu que, loin que, bien loin que malgré que, etc. Voir : La clef des modes dans les conjonctives

Je sors bien qu'il pleuve des cordes.

Si fort au golf qu'il soit, je peux le battre.

Quand (OU quand même OU quand bien même) tu me haïrais, je te poursuivrais de mes assiduités.

Quelque malin qu'il soit, je le mets dans ma poche.

Il est rusé comme un renard sans qu'on s'en doute.

Quelles que soient mes préoccupations, je reste sereine.

Quoique bien malade, il reste enjoué (la subordonnée est ici elliptique de il soit).

Quelques moyens qu'il utilise, je serai toujours plus forte que lui.

On peut dire : si beau qu'il soit / si beau soit-il.

Exercice, repérer le mode des verbes des subordonnées ci-dessus.

-un infinitif précédé de : pour, au lieu de, loin de, bien loin de.

Pour être si jeune, tu n'en es pas moins homme.

Loin de faire amende honorable, il s'amuse à me faire des pieds de nez.

Il est odieux avec moi au lieu de m'être reconnaissant.

-une proposition participiale.

Son mal empirant, il continuait à faire des galipettes.

-une apposition

Scientifique émérite, il met en avant sa modestie.

-deux indépendantes, l'une contient la concession.

Dussé-je mourir de honte, ,j'avouerais ma faute. concession + condition.

Même si je devais mourir... Voir note du texte 1. Eussé-je...

Avec la locution verbale Avoir beau.  

J'ai beau lui prouver que j'ai raison, il s'entête, le bougre.

>> Les locutions adversatives – l'opposition, la concession, la réserve, la restriction,

l'exclusion.

 

<< 31 Délires sur la suite de la visite singulière -" Mourrai-je tant de fois sans sortir de la vie ?"

>> 33 Délires sur les"orages désirés"- J'ai pris un purgatif et je suis allé.

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog