Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 08:59

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

  Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

Question préliminaire :

Le participe passé des verbes pronominaux s'accorde-t-il

avec le complément d'objet direct placé avant lui

comme le fait le participe passé des verbes conjugués avec avoir ?

Réponse : OUI

 

 

Un verbe pronominal est un verbe accompagné du pronom SE

Se réveiller, se lever, se vêtir, se rendre, etc

 

Le pronom SE varie à chaque personne : me te se nous vous se.

Je me réveille, tu te lèves, nous nous vêtons, elle se présente, vous vous rendez, ils s'impatientent.

 

SE représente :

-soit le sujet lui-même qui exerce une action sur sa propre personne, c'est un pronom réfléchi.

Je me lave (moi-même).

Nous nous maquillons (nous-mêmes).

 

-soit les sujets qui exercent des actions réciproques, l'un sur l'autre ou les uns sur les autres, c'est un pronom réciproque.

Nous nous aimons (l'un l'autre ou les uns les autres), nous nous offrons des cadeaux (l'un à l'autre, les uns aux autres).

 

-soit il ne représente rien et n'est pas analysable car il fait corps avec le verbe qui, sans lui, n'a pas de sens (verbe essentiellement pronominal) ou qui, sans lui, n'a pas le même sens.

Ils se sont emparés de la ville. Le verbe s'emparer n'existe pas sans le SE.

Elle ne s'est aperçue de rien. Le verbe apercevoir (sans SE) a un autre sens.

Ce sont des verbes pronominaux subjectifs :

s'en aller, s'en retourner, se repentir, se passer, se souvenir, se plaindre, s'apercevoir, se douter, se promener, se tromper, s'enfuir, se taire, s'y prendre...

 

-soit les verbes pronominaux ont un sens passif, on peut les mettre à la voix passive.

Les grandes villes se voient depuis l'espace.

Les grandes villes sont vues depuis l'espace.  

 

Avant de faire le quiz ci-dessous, vous pouvez vous reporter aux articles

Règles d'accord des participes passés

paragraphes n° (11) à n° (17

 

et L'accord problématique des participes passés FAIT et LAISSÉ - Ils se sont fait ou faits / Elle s'est fait ou faite / Ils se sont laissé ou laissés... :

 

et vous pourrez faire aussi le test sur l'accord des participes passés QUIZ 26

 

QUIZ 32

 

Faites l'accord des participes passés

des verbes pronominaux

si nécessaire !

La correction et les explications suivent.

Pas si facile !

 

1-Paul et Philomène se sont baigné ensemble dans la Grande Bleue.

2-Ils se sont blessé aux pieds sur les rochers pointus.

3-Ils se sont réconforté et se sont aidé pour les soins.

4-Elles se sont souvent remplacé pour faire ce travail.

5-Je n'approuve pas les punitions que ces hommes pleins de repentance se sont imposé.

6-Et moi, les supplices que ces pauvres femmes fanatiques se sont infligé.

7-Paul n'avait pas droit à la permission qu'il s'est accordé hier.

8-Regarde, c'est le domaine que ma soeur s'est approprié sans mon consentement.

9-J'ai bien apprécié les congratulations que nous nous sommes adressé l'un à l'autre, Paul et moi.

10-Ils ne parleront jamais des choses dérobées qu'ils se sont approprié.

11-Nous nous sommes imposé des règles drastiques.

12-Elle s'est imaginé que sa chance ne la quitterait pas.

13-Ils se sont fait un plaisir de nous inviter à dîner.

14-Mes parents se sont juré qu'il resteraient intraitables.

15-Messieurs, vous vous êtes enfin rendu compte de votre erreur.

16-Elle s'est piqué les jambes aux orties.

17-Des arguments contre le Médiator se sont fait jour.

18-Elle s'est commandé de superbes robes chez Chanel.

19-Nous nous sommes imaginé que c'étaient nous qui avions raison.

20-Ils se sont interdit de prononcer une seule parole qui les aurait trahis

21-Ces imbéciles se sont demandé s'ils pouvaient gagner.

22-Nous nous sommes lavé les cheveux sous la cascade.

23-Ces parents ignorants se sont refusé de (ou à) punir leurs enfants.  Quelle erreur de pédagogie !

24-Vous vous êtes accordé mutuellement des laissez-passer.

25-Leur folie s'est donné libre cours, si violente était leur passion.

26-Dans la course aux profits, ces financiers véreux se sont attiré les pires blâmes.

27-Elles s'en sont fourré plein les poches.

28-Vous vous en êtes donné des coups, pauvres abrutis !

29-Oui, mais nous nous en sommes donné à coeur joie.

30-Pauvres fourmis ! Elles ne se sont pas vu piéger.

31-Et toi ma belle, tu ne t'es pas décidé à aimer.

32-Elles ne se seront pas senti mourir à petit feu.

33-Ces pauvres sangliers se sont laissé asphyxier par le gaz des algues en décomposition.

34-Si tu avais pris un miroir, tu te serais vu grimacer, Aline !

35-Vous vous êtes appliqué à faire votre exercice correctement.

36-Tu ne t'es jamais entendu crier dans le téléphone, ma pauvre fille !

37-Nous nous sommes proclamé les meilleurs goutteurs d'eau.

38-Ils se seraient appelé "Les Nuls" si ce nom n'avait pas existé.

39-Elles se sont reconnu les plus acharnées.

40-Nous nous sommes montré coupables de trop d'indulgence.

41-Ils se sont cru capables du meilleur.

42-Elle s'est rendu à l'évidence.

43-Ils se sont fait les chantres du bon plaisir.

44-Ils se sont fait fort de nous apprendre quelque chose.

45-Nous nous sommes fait l'écho de cette belle règle grammaticale.

46-Il se sont assuré que vous n'étiez pas des traîtres.

47-Ils se sont assuré de votre bon vouloir.

48-Nous nous sommes persuadé notre innocence.

49-Nous nous sommes persuadé de notre innocence.

50-Elles s'étaient persuadé que le mariage avait quelque chose de bon.

51-Ils se sont succédé dans cet emploi sans y rester bien longtemps.

52-Vous vous êtes suffi à vous-mêmes trop longtemps, vous avez besoin de nous maintenant.

53-Ils se sont nui trop souvent en s'envoyant des invectives blessantes.

54-Pauvres niais, vous êtes-vous aperçu de votre erreur ?

55-Non, ils ne se sont douté de rien.

56-Et nous nous sommes plaint de leur bêtise.

57-Elles ne se sont pas repenti après avoir ri de lui.

58-Elle s'est moqué de moi et s'est esclaffé : "Quel borné !"

59-Ta voix se serait entendu jusqu'à Pontoise si tu n'avais pas cessé de crier.

60-L'armée ennemie s'était vu de si loin que nous eûmes tout le temps de lever le pont-levis.

61-Ce n'est pas le bon train, on s'est tous trompé.  

62-Tu ne vas pas me croire, on s'est trompé sur l'heure de départ.

63-Alors mademoiselle, on s'est trompé ? dit-il en ricanant.

64-C'est fait, cela a été dur mais on s'est séparé de notre chien.

65-Nous nous sommes plu à nous moquer d'eux, et, sans pitié, nous nous sommes ri de leur incapacité à comprendre quoi que ce soit.

66-Pas rassurés du tout par la chute brutale de la Bourse cette semaine d'août, ces pauvres néophytes se sont exclamé :"Vendons tout !"

Quels bêtas !

67-Effrayés par la difficulté de cet exercice de grammaire, ils se sont écrié : "Partons sur le champ ! Fuyons !"

68-Elles se sont alors récrié: "Sûrement pas !"  

Eh oui, elles étaient accros.

 

 

CORRECTION  

Les COD sont surlignés en gris

 

A-Règle générale 

Le participe passé s'accorde avec le complément d'objet direct (COD) si celui-ci le précède. C'est la même règle que celle du participe passé conjugué avec l'auxiliaire avoir.

 

B-Cas où le COD est le pronom réfléchi ou le pronom réciproque SE

1-Paul et Philomène se sont baignés ensemble dans la Grande Bleue.

Paul a baigné qui ? Lui-même.

Philomène a baigné qui ? Elle-même.

Baignés s'accorde avec le pronom réfléchi SE, COD placé avant lui.

 

2-Ils se sont blessés aux pieds sur les rochers pointus.

Blessés, même chose SE est COD

 

3-Ils se sont réconfortés et se sont aidés pour les soins.

Paul a réconforté Philo et Philo a réconforté Paul.

Réconfortés s'accorde avec le pronom réciproque SE, COD placé avant lui.

Aidés, même chose.

 

4-Elles se sont souvent remplacées pour faire ce travail.

Remplacées, même chose.

 

C-Cas où le COD n'est pas le pronom réfléchi ni le pronom réciproque.

5-Je n'approuve pas les punitions que ces hommes pleins de repentance se sont imposées.

Imposées s'accorde avec le COD que (l'antécédent est punitions) placé avant.

 

6-Et moi, les supplices que ces pauvres femmes fanatiques se sont infligés.

Infligés s'accordent avec le COD que (=supplices) placé avant.

 

7-Paul n'avait pas droit à cette permission qu'il s'est accordée hier.

Accordée s'accorde avec le COD que (=permission) placé avant

 

8-Regarde, c'est le domaine que ma soeur s'est approprié sans mon consentement.

Approprié s'accorde avec le COD que (=domaine) placé avant.

 

On s'approprie quelque chose > On approprie quelque chose à soi-même. Le pronom réfléchi SE est complémént d'objet second. (ajout du 22 août 2014)

 

9-J'ai bien apprécié les congratulations que nous nous sommes adressées, Paul et moi. 

Adressées s'accorde avec que (=congratulations), COD placé avant.

 

10-Ils ne parleront jamais des choses dérobées qu'ils se sont appropriées.   

Appropriées s'accorde avec que (=choses) COD placé avant.

 

D-Si le complément d'objet direct suit le participe passé, il n'y a pas d'accord.

11-Nous nous sommes imposé des règles drastiques.

12-Elle s'est imaginé que sa chance ne la quitterait pas.

13-Ils se sont fait un plaisir de nous inviter à dîner.

14-Mes parents se sont juré qu'il resteraient intraitables.

15-Messieurs, vous vous êtes enfin rendu compte de votre erreur.

16-Elle s'est piqué les jambes aux orties.

17-Des arguments contre le Médiator se sont fait jour.

18-Elle s'est commandé de superbes robes chez Chanel.

19-Nous nous sommes imaginé que c'étaient nous qui avions raison.

20-Ils se sont interdit de prononcer une seule parole qui les aurait trahis

21-Ces imbéciles se sont demandé s'ils pouvaient gagner.

22-Nous nous sommes lavé les cheveux sous la cascade.

23-Ces parents ignorants se sont refusé de punir leurs enfants. Quelle erreur de pédagogie !

24-Vous vous êtes accordé mutuellement des laissez-passer.

25-Leur folie s'est donné libre cours, si violente était leur passion.

26-Dans la course aux profits, ces financiers véreux se sont attiré les pires blâmes.

 

Notons que la règle ci-dessus n'est pas toujours respectée, ni par les écrivains, ni par les journalistes. Du fait que les verbes pronominaux se conjuguent avec l'auxiliaire être, il y a confusion et l'on trouve souvent l'accord avec le sujet.

 

E-Si le participe passé est précédé de en, il est invariable.

27-Elles s'en sont mis plein les poches.

28-Vous vous en êtes donné des coups, pauvres abrutis !

29-Oui, mais nous nous en sommes donné à coeur joie.

 

F-Le participe passé suivi d'un infinitif suit la même règle que le participe passé employé avec avoir, mais :

a-Il s'accorde avec le complément d'objet direct placé avant si le COD fait l'action de l'infinitif.

b-Il ne s'accorde pas si le COD subit l'action de l'infinitif.

c-Il s'accorde si l'infinitif est précédé d'une préposition.

30-Pauvres fourmis ! Elles ne se sont pas vu piéger. (Elles sont piégées.)

31-Et toi ma belle, tu ne t'es pas décidée à aimer. (infinitif précédé de à)

32-Elles ne se seront pas senties mourir à petit feu. (elles meurent.)

33-Ces pauvres sangliers se sont laissé asphyxier par le gaz des algues en décomposition. (ils sont asphyxiés.)

34-Si tu avais pris un miroir, tu te serais  vue grimacer, Aline ! (tu grimaces.)

35-Vous vous êtes appliqués à faire votre exercice correctement. (l'infinitif est précédé de à.)

36-Tu ne t'es jamais entendue crier dans le téléphone, ma pauvre fille ! (tu cries.)

 

G-Le participe passé suivi d'un attribut du pronom réfléchi ou réciproque s'accorde avec lui.

 

Qu'est-ce, en grammaire, qu'un attribut ?

1-L'attribut du sujet est relié au sujet par des verbes comme :

être, devenir, rester, paraître, apparaître, demeurer, être considéré comme, se nommer, s'appeler, passer pour, se rendre, se croire, se faire, se montrer, etc.

Je suis persévérante.- persévérante attribut de je.

Il passe pour un imbécile.- imbécile attribut de il.

2-L'attribut de l'objet est relié à l'objet (COD du verbe) par des verbes comme :

juger, trouver, estimer, considérer comme, regarder comme, laisser, rendre, faire, proclamer, nommer, élire, traiter de, appeler, montrer, etc.

Il la trouve stupide.- stupide attribut de la.

Elle me rend complètement dingue.- complètement dingue attribut de me.

3-Dans le cas qui nous intéresse, les verbes précédemment donnés dans le 2 peuvent se mettre à la voix pronominale, le pronom réfléchi ou réciproque devient alors complément d'objet direct.

se juger, se trouver, s'estimer, se considérer comme, se regarder comme, se laisser, se rendre, se faire, se proclamer, se nommer, se traiter de, s'appeler, se montrer, etc.

Ils se sont jugés vraiment trop bêtes.

 Nous nous sommes faits des redresseurs de torts.

Elle s'est rendue malade.

 

                 elle a rendu malade qui ? SE = elle-même.

                 Le pronom réfléchi SE est COD de rend.

Malade, attribut du pronom réfléchi SE

37-Nous nous sommes proclamés les meilleurs goutteurs d'eau.

Proclamés, attribut du pronom réfléchi nous COD du verbe proclamer, s'accorde avec lui.

Même chose pour les phrases suivantes.

 38-Ils se seraient appelés  "Les Nuls" si ce nom n'avait pas existé.

39-Elles se sont reconnues les plus acharnées.

40-Nous nous sommes montrés coupables de trop d'indulgence.

41-Ils se sont crus capables du meilleur.

42-Elle s'est rendue à l'évidence.

43-Ils se sont faits les chantres du bon plaisir.

 

H-Particularités

Le participe passé fait dans se faire fort de est invariable. Locution figée.

44-Ils se sont fait fort de nous apprendre quelque chose.

 

Le participe passé de se faire l'écho de peut être considéré comme invariable selon certains dictionnaires (par exemple le Grevisse) et variable selon d'autres (par exemple Larousse)

45-Nous nous sommes fait(s) l'écho de cette belle règle grammaticale.

 

Attention : les verbes assurer et persuader peuvent avoir deux constructions différentes :

assurer, persuader quelque chose à quelqu'un

assurer, persuader quelqu'un de quelque chose

46-Il se sont assuré que vous n'étiez pas des traîtres.

Se est complément d'objet indirect, pas d'accord.

47-Ils se sont assurés de votre bon vouloir.

Le COI se trouve après le PP, assurés s'accorde avec le pronom réfléchi placé avant : ils ont assuré qui ? Se, c'est-à-dire eux-mêmes

48-Nous nous sommes persuadé notre innocence.

49-Nous nous sommes persuadés de notre innocence.

 

Si persuader est suivi d'une proposition introduite par que, on peut ou non faire l'accord.

50-Elles s'étaient persuadées (ou persuadé) que le mariage avait quelque chose de bon.

De même lorsque le verbe n'est pas pronominal, on aura :

Nous les avons persuadées (ou persuadé) que nous les traiterions avec douceur.

 

I-Pas d'objet direct, pas d'accord.

Cas où le pronom réfléchi est complément d'objet indirect : il répond à la question à qui ?

Se succéder, se nuire, se plaire, se déplaire, se complaire, se suffire...

51-Ils se sont succédé dans cet emploi sans y rester bien longtemps.

52-Vous vous êtes suffi à vous-mêmes trop longtemps, vous avez besoin de nous maintenant.

53-Ils se sont nui trop souvent en s'envoyant des invectives blessantes.

 

J-Le pronom est inanalysable, accord du PP avec le sujet.

 

a-Les verbes pronominaux subjectifs qui ont un autre sens sans le SE

s'en aller, s'en retourner, se repentir, se passer, se souvenir, se plaindre, s'apercevoir, se douter, se promener, se tromper, s'enfuir, se taire, s'y prendre, se promener, s’effrayer, s’achopper, se regimber, se désespérer, se connaître, se douter, se jouer, s’oublier, se prévaloir, se taire, s’envoler, s’enfuir, se reculer (synonyme de reculer) se refuser (à, de), se recevoir, (sport), s'imaginer, s'envoyer (pris dans un autre sens que le sens réfléchi ou réciproque, s'envoyer une boisson, un aliment ou autre.)...

b-Subjectifs, essentiellement pronominaux, qui n'existent pas sans le SE

s’abstenir, s’acharner, se dédire, se départir, se désister, s’ébattre, s’efforcer, s’emparer, s’enquérir, s’entremettre, s’éprendre, s’évader, s’évanouir, s’évertuer, se méprendre, se pâmer, se repentir, se souvenir,s’arroger (peut voir un COD), s’écrier et s’exclamer, se prosterner (cas rare sans se), se morfondre (PP morfondu), se dandiner, se chamailler, se lamenter...

Cas de se moquer.

Moquer s'employait autrefois et l'Académie le reconnaît à nouveau aujourd'hui.

Vous vous ferez moquer (Académie, fin XVIIème et 2003)

Il s’est fait moquer de tout le monde (Littré)

Note du Bon Usage (Le Grevisse)

 

Accord avec le sujet 

54-Pauvres niais, vous êtes-vous aperçus de votre erreur ?

55-Non, ils ne se sont doutés de rien.

56-Et nous nous sommes plaints de leur bêtise.

57-Elles ne se sont pas repenties après avoir ri de lui.

58-Elle s'est moquée de moi et s'est esclaffée : "Quel borné !"

 

K-Pronominaux de sens passif, ils s'accordent avec le sujet.

59-Ta voix se serait entendue jusqu'à Pontoise si tu n'avais pas cessé de crier.

60-L'armée ennemie s'était vue de si loin que nous eûmes tout le temps de lever le pont-levis.

 

L-Particularités : emploi sylleptique du pronom.

61-Ce n'est pas le bon train, on s'est tous trompés. 

62-Tu ne vas pas me croire, on s'est trompés sur l'heure de départ.

Emploi sylleptique de on qui représente un pluriel nous dans la tête du locuteur. = nous nous sommes trompés.

63-Alors mademoiselle, on s'est trompée ? dit-il en ricanant.

Emploi sylleptique de on, le locuteur pense au féminin elle.

Il pourrait dire aussi "Alors Mademoiselle, nous nous sommes trompée ?

Il dit nous, il pense elle.

64-C'est fait, cela a été dur mais on s'est séparés de notre chien.

Emploi sylleptique de on signifiant un pluriel = nous nous sommes séparés de notre chien.

 

M-Quatre participes passés de verbes pronominaux subjectifs invariables :

se rire de, se plaire à (= trouver agréable), se déplaire à, se complaire à.

65-Nous nous sommes plu à nous moquer d'eux, et, sans pitié, nous nous sommes ri de leur incapacité à comprendre quoi que ce soit.

 

N-S'écrier, s'exclamer, se récrier accord du PP avec le sujet.

Lorsqu'ils sont suivis de paroles, ces verbes ne sont pas considérés comme ayant un COD

66-Pas rassurés du tout par la chute brutale de la Bourse cette semaine d'août, ces pauvres néophytes se sont exclamés : "Vendons tout !" Quels bêtas !

67-Effrayés par la difficulté de cet exercice de grammaire, ils se sont écriés : "Partons sur le champ ! Fuyons !"

68-Elles se sont alors récriées : "Sûrement pas !"

Eh oui ! elles étaient accros. Et vous ?

ACCUEIL & SOMMAIRE

  Récapitulation des articles sur l'accord des participes passés

Question :

 Quelle est la fonction de SE dans :

Pierre et Paul se sont jugés trop bêtes.

se, complément d'objet direct de juger

Ils se sont donné des claques.

se, complément d'objet second de donner

Et ils se sont fuis comme la peste.

se, complément d'objet direct de fuir

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Nad 03/03/2016 21:57

Bonjour,
Si je puis me permettre, pour la phrase 11 : des règles drastiques. Le terme draconiennes est le bon, drastique étant un anglicisme.
Merci pour ce blog, c'est une mine d'or !

mamiehiou.over-blog.com 04/03/2016 11:13

Bonjour Nad,
Après avoir vérifié le sens de DRASTIQUE dans le dictionnaire de l'Académie et le Trésor, je pense que je peux employer l'expression "des règles drastiques" synonyme "draconiennes".
Voir : http://www.cnrtl.fr/definition/academie9/drastique
Merci de me lire et d'apprécier mon blog.

yadel 08/01/2016 15:20

j aimerais bien savoir quand le [SE] est utilisé avec un verbe a l'infinitif en sachant que l'infinitif n'a pas pronom . ex: s'occuper de ses enfant est une grande responsabilité . dans cette phrase le [se] ne represente aucun pronom . est ce que dans ce cas le [se] de l'infinitif n'est just qu'un marqueur du verbe pronominal ? et non pas un pronom

mamiehiou.over-blog.com 08/01/2016 17:01

Les verbes pronominaux réfléchis et réciproques à l'infinitif ont le pronom SE. SE laver, SE regarder, etc.
"S'occuper de ses enfants est une grande responsabilité." S'occuper de est un verbe pronominal subjectif. SE fait partie intégrante du verbe. Comme vous le dites, c'est un marqueur du verbe pronominal.

Manon 17/11/2014 12:49

Bonjour .. j'adore votre site et je l'utilise pour mes cours.

J'ai une petite remarque. Q37 les meilleurs goutteurs d'eau = attribut du cod 'nous' (et non du verbe proclamés)

De plus: Concernant la règle: "pp + infintif: accord, si le sujet fait l'action de l'infinitif" l’académie française est devenue moins sévère: l’accord n’est plus nécessaire devant l’infinitif.

mamiehiou 17/11/2014 16:16

Bonjour !
Permettez-moi de répondre à vos remarques.
Remarque 1-"J'ai une petite remarque. Q37 les meilleurs goutteurs d'eau = attribut du cod 'nous' (et non du verbe proclamés) "
Ma réponse : Je n'ai pas noté à la question 37 que "les meilleurs goutteurs d'eau" étaient attribut du verbe proclamés, puisqu'on sait qu'en aucun cas un groupe nominal ne peut être attribut d'un verbe conjugué.
Peut-être avez-vous fait une mauvaise lecture.
Vérifiez ci-dessus :
37-Nous nous sommes proclamés les meilleurs goutteurs d'eau.
Proclamés, attribut du pronom réfléchi nous (COD du verbe proclamer), s'accorde avec lui.
............................
Remarque 2 -"De plus : Concernant la règle: "pp + infinitif: accord, si le sujet fait l'action de l'infinitif" l’académie française est devenue moins sévère: l’accord n’est plus nécessaire devant l’infinitif. "
Ma réponse : Dans mon article concernant les participes passés FAIT et LAISSÉ, je précise que, lorsqu'ils sont suivis d'un infinitif, ils sont invariables.
Précision pour LAISSÉ :
LAISSÉ suivi d'un infinitif
Le Conseil supérieur de la langue française* recommande l’invariabilité de ce participe (ainsi que Littré et l'Académie)
Voir mon article : http://mamiehiou.over-blog.com/article-les-participes-passes-fait-et-laisse-s-accordent-il-ou-non-ils-se-sont-fait-ou-faits-elle-s-est-102130638.html

Dans l'article de L'Académie,
http://www.academie-francaise.fr/la-langue-francaise/questions-de-langue#63_strong-em-participe-pass-accord-em-strong
on peut lire :
-le participe passé suivi d’un infinitif s’accorde uniquement si le complément d’objet direct, placé avant le participe, fait l’action exprimée par l’infinitif : La cantatrice que j’ai entendue chanter (c’est elle qui chante : J’ai entendu la cantatrice chanter) ; Les chansons que j’ai entendu chanter (j’ai entendu la cantatrice chanter ces chansons) ;
- le participe passé fait suivi d’un infinitif est quant à lui toujours invariable : Elle s’est fait refaire le nez.
NB : D’après les Rectifications de l’orthographe de 1990, le participe laissé peut se comporter de même : Elles se sont laissé mourir ; Je les ai laissé partir...
............................
Je vous remercie d'apprécier mon blog. Il n'est pas dit que vous n'y trouverez jamais de fautes malgré toute l'application que j'y apporte lorsque j'écris des articles et je vous serai reconnaissante de me les signaler.
Merci de me faire confiance et à bientôt peut-être.

Phil TRAAIR 22/08/2014 12:01

Bonjour,

Je vous remercie pour ces exemples éclairants.

J'aurais écrit :
C'est le domaine que ma sœur s'est appropriée. En effet, s'approprier est un verbe essentiellement pronominal.
Merci par avance pour vos lumières.

mamiehiou 22/08/2014 14:25

Bonjour !
L'accord des participes passés ne cesse de nous torturer tous.
Approprier n'est pas essentiellement pronominal mais transitif.
http://www.cnrtl.fr/definition/approprier
Quand je dis : "Je m'approprie quelque chose", c'est comme si je disais : "J'approprie quelque chose à moi-même.
Si vous dites "C'est le domaine que ma sœur s'est appropriée", le complément d'objet direct est le relatif que (domaine). Il faut donc écrire "C'est le domaine que ma sœur s'est approprié".
Voir aussi :
http://orthonet.sdv.fr/php/rech_mot.php?mot=approprie

Eric 13/12/2013 12:48

Merci pour votre blog très instructif. J'ai une question sur une tournure après le verbe pronominal réfléchi: "se prendre pour" quelqu'un ou quelque chose d'autre équivalent à "se croire". La tournure suivante est-elle seulement lourde ou vraiment incorrecte :
"j'apprécie ceux qui ne se prennent pas pour - ceux - qu'ils ne sont pas" au lieu de "...ce qu'ils ne sont pas".
Merci pour votre aide !

mamiehiou 13/12/2013 17:45

"J'apprécie ceux qui ne se prennent pas pour ceux qu'ils ne sont pas."
"J'apprécie ceux qui ne se prennent pas pour ce qu'ils ne sont pas."
Les deux phrases me semblent correctes, avec une nuance de sens, si on les remet dans leur contexte.
Exemples.
"J'apprécie ceux qui ne se prennent pas pour ceux qu'ils ne sont pas." > pour les érudits qu'ils ne sont pas.
"J'apprécie ceux qui ne se prennent pas pour ce qu'ils ne sont pas." > pas pour rien.
La 2e phrase est plus légère mais tout dépend de ce qu'on veut dire.
Je viens de rétablir l'article intégral qui a été raccourci par Overblog sans me prévenir. C'est un peu fort !
Bonne soirée.

Lilianne 25/01/2013 23:41


3- se jouer de


Je vous cite :


Les part. passés de se plaire( à), se déplaire (à), se complaire (à), se rire (de),
se jouer (de), sont invariables.


http://mamiehiou.over-blog.com/article-regles-de-l-accord-des-participes-passes-81038007.html#sdfootnote17sym


 Parcontre ici


Le pronom est inanalysable, accord du PP avec le sujet.


Vous citez comme exemple se jouer :


Elles se sont jouées de lui et ne se sont pas repenties.
http://mamiehiou.over-blog.com/article-qu-est-ce-qu-un-verbe-pronominal-81164400.html

ca doit être une erreur et moi personnellement je n’aurais pas  fait l'accord en considérant effectivement que c’est un
verbe pronominal subjectif  qui s’accorde donc avec le sujet.


3- Que veut dire un verbe pronominal subjectif ?


Au départ j’ai cru que ce sont les verbes qui sans SE ont un sens différent. Alors que ceux qui n’ont aucun sens sans SE sont
essentiellement pronominaux.


Mais j’ai fini par constater que subjectif regroupe tous les verbes dont le pronom est inanalysable.


Ceux qui n’ont aucun sens sont les verbes essentiellement pronominaux et subjectifs


Ceux qui ont un  sens différent sont subjectifs seulement.


Est-ce que j’ai bien compris la classification ?


 4- Moquer :


Moquer s'employait autrefois et l'Académie le reconnaît à nouveau aujourd'hui.


Vous vous ferez moquer (Académie, fin XVIIème et 2003)


Il s’est fait moquer de tout le monde


Moquer quelqu’un ou se moquer de quelqu’un, je ne vois pas la différence d’un point de vue sens. Je ne vois pas non plus comment
analyser « Se », de ce fait je me demande dans quelle catégorie le rangeriez-vous. ?


Elles se sont moquées de lui. Je mettrais l’accord  considérant ce verbe comme
subjectif. Pourtant il ne l’est pas tout à fait car se moquer de quelqu’un et moquer quelqu’un ont le même sens.


Vous vous ferez moquer.


Je n’accorde pas car le Cod ici n’accomplit pas l’action de l’infinitif moquer.


Il s’est fait moquer de tout le monde (idem)


Ce verbe est subjectif car SE est non analysable. Et je ne l’accorderai pas car on dit se moquer DE quelqu’un


 Il existe également sans SE mais contrairement aux verbes pronominaux subjectifs, me moquer ou moquer quelqu’un même
sens !


 J’ai tendance à croire que ce verbe n’est à ranger dans aucune catégorie. Qu’en pensez vous ?


Voilà j'ai fini avec mes questions et je pense que grâce à vous l'accord n'aura plus de secret pour moi.


Je v ous prie de m'excuser de voyus importuner ainsi.


Prenez votre temps pour me répondre et soyez-en remerciée par avance.
 

 


 

mamiehiou.over-blog.com 26/01/2013 07:16



Bonjour ! Voici ce que l'on peut dire sur (se) moquer.


1-se moquer de quelqu'un ou de quelque chose - Elle se moque de vous. Elle s'est moquée de vous.- Accord du participe passé avec le sujet. Verbe pronominal subjectif (ou ayant été
longtemps considéré comme tel)


2-moquer quelqu'un ou quelque chose, transitif (vieux).  Il est reconnu dans la dernière édition de l'Académie après avoir été longtemps ignoré dans ses éditions précédentes. On l'emploie à
l'écrit. - Ces jeunes délinquants moquent chaque jour la police.


3-être moqué, sens passif du verbe moquer. - Il a horreur d'être moqué.


4-se faire moquer, se laisser moquer. - Elle s'est fait (laissé) moquer d'elle et n'a pas répliqué. (Note : fait et laissé suivi d'un infinitif sont invariables)


Si vous voulez faire des recherches sur la grammaire et le vocabulaire, vous pouvez lire fort utilement mon article :


→ Ouvrages de référence qui me sont très utiles 


J'espère avoir répondu à toutes vos questions.


Note : Vous avez l'oeil bien aiguisé. Joué (de) est en effet invariable. J'ai corrigé la phrase 57. Merci



Lilianne 25/01/2013 23:32


Rebonsoir


 Suite à cet exercice j’ai quelques questions à vous poser :


 1-Le participe passé de se faire l'écho ne
devrait-il pas être invariable puisque écho qui est le Cod vient après le participe passé ?


 


Je vous cite : « Nous nous sommes fait(s) l'écho de cette belle règle grammaticale.


Le participe passé de se faire l'écho de
peut être considéré comme invariable selon certains dictionnaires. »


 Je suis étonnée que  l’invariabilité ne soit pas systématique.


 2- Vous citez « enfuir » parmi les verbes pronominaux subjectifs qui ont un sens différent sans
« SE ».


En effet : apercevoir et s’apercevoir ont des sens assez différents.


Pareil pour tromper et se tromper.


 Mais quel est le sens de enfuir qui n’existe même pas à en croire le dictionnaire.


 Ne devrait-il pas être un verbe essentiellement pronominal au même titre que s’emparer ?


 Je me pose la même question pour s’envoler. Quelle est le sens de envoler ?


 Je vous cite :


a-Les verbes pronominaux subjectifs qui ont un autre sens sans le SE


s'en aller, s'en retourner, se repentir, se passer, se souvenir, se plaindre, s'apercevoir, se douter, se
promener, se tromper, s'enfuir, se taire, s'y prendre, se promener, s’effrayer, s’achopper, se regimber, se désespérer, se connaître, se douter, se jouer, s’oublier, se prévaloir, se taire,
s’envoler, s’enfuir, se reculer (synonyme de reculer) se refuser (à, de), se recevoir, (sport), s'imaginer, s'envoyer (pris dans un autre sens que le sens réfléchi ou réciproque, s'envoyer une
boisson, un aliment ou autre.)...


 http://mamiehiou.over-blog.com/article-qu-est-ce-qu-un-verbe-pronominal-81164400.html


J'ai d'autres questions qui feront l'object d'un autre commentaire parce que celui-ci est dejà trop long. 

mamiehiou.over-blog.com 26/01/2013 06:25



J'espère que les réponses que je vous donne vous conviendront. Je tiens à vous préciser que je ne suis pas grammairienne, mais simplement amoureuse de ma langue. Quand j'ai un problème de
grammaire à résoudre, je compulse tous les livres de grammaire qui sont à ma disposition. Je constate que tous les grammairiens, dignes de ce nom, ne sont pas toujours d'accord sur toutes les
questions et se contredisent parfois. Et la plupart des dictionnaires sont très incomplets. La preuve est quand vous écrivez : "à en croire le dictionnaire...". Un conseil : Méfiez-vous des
dictionnaires !


1-Je vous cite : "le participe passé de SE FAIRE ECHO ne devrait-il pas..."


On pourrait se poser souvent cette question : "Telle chose ne devrait-elle pas..." parce qu'il y a beaucoup d'exceptions dans la langue française. Surtout ne vous étonnez jamais.


2-Les verbes s'enfuir et s'envoler ont un participe passé sans SE.


Enfuie de la prison où on la retenait, elle eut tôt fait de perpétrer un autre crime.


Je regrettais que ma pauvre maman ne me raconterait plus ses souvenirs anciens, envolés à jamais.


A bientôt !



Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog