Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 09:08

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Question :

Que pouvez-vous écrire ?

"Vous, enfin !" m'écriai-je OU m'écrié-je OU m'écriè-je.

Réponse dans le § Remarques

 

Le subjonctif imparfait des verbes avoir et être

J'espérais le revoir, non pas que j'eusse des illusions, mais son absence me pesait.

Il ferait beau voir qu'il fût plus intelligent que moi !

Avoir : j'eusse, tu eusses, il eût, nous eussions, vous eussiez, ils eussent.

Avec le sujet postposé :

Eussé-je (orthographe traditionnelle), eusses-tu, eût-il, eussions-nous, etc.

Eussè-je (nouvelle orthographe)

Être : je fusse, tu fusses, il fût, nous fussions, vous fussiez, ils fussent.

Fussé-je (orthographe traditionnelle), fusses-tu, fût-il, fussions-nous, etc.

Fussè-je (nouvelle orthographe)

 

Le subjonctif plus-que-parfait est formé d'un auxiliaire être ou avoir au subjonctif imparfait et du participe passé du verbe.

J'eusse dit, tu eusses dit, il eût dit, nous eussions dit, vous eussiez dit, ils eussent dit...

Eussé-je dit...

Je fusse venu, il fût...

Fussé-je venu...


Le subjonctif plus-que-parfait s'emploie dans la langue soignée avec une valeur de conditionnel passé 2e forme.

J'eusse aimé vivre auprès de vous jusqu'à mon dernier souffle.

J'aurais aimé...

Eussé-je continué à vivre ainsi, pauvre et délaissée ?

Aurais-je continué...

 

Sujet postposé, interrogation fictive :

Eussé-je dit mille fois qu'il fallait m'écouter, cela n'eût servi à rien.

subjonctif plus-que parfait du verbe dire

 Eussé-je, eusses-tu, eût-il...

Cette tournure a un sens proche d'une subordonnée introduite par :

même si (condition avec une nuance concessive)

Même si j'avais dit mille fois qu'il fallait m'écouter, cela n'aurait servi à rien.

quand bien même, quand (temps avec une nuance concessive), quand bien, quand même (conjonctions suivies du conditionnel dans ce cas)

Quand bien même j'aurais dit mille fois...

Quand je l'aurais dit...

Quand bien je l'aurais dit...

Quand même je l'aurais dit...

 

D'autres phrases au subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé deuxième forme.

M'eussiez-vous trahie, je vous eusse encore aimé. Conditionnel passé deuxième forme.

Même si vous m'aviez trahie, je vous aurais encore aimé. Conditionnel passé première forme.

Quand bien même vous m'auriez trahie, je vous aurais encore aimée.

Quand vous m'auriez trahie...

Quand bien vous m'auriez trahie...

Quand même vous m'auriez trahie... 

 

subjonctif imparfait de devoir :

Voilà ce que nous écrivîmes, dussiez-vous nous en vouloir toute votre vie.

Je ferai tout pour le retenir, dût-il partir sur le champ.

Ils battent en retraite, dussent-ils tous en subir les tragiques conséquences.

du verbe être :

Je les repousserai tous, fussent-ils des amis très chers.

 

Autres exemples 

Je doute qu'en aucun pays, fût-ce dans le nôtre, les gouvernants soient un jour capables d'éradiquer la misère.

N'eût-elle jamais eu d'amis, elle n'en eût pas recherché.

La vie eût-elle été mille fois plus pénible, je n'y eusse point renoncé.

Personne ne me donnera le moindre plaisir, fût-ce vous.

 

"fût-ce" est une tournure plus courante. 

 

Attention : il ne faut pas confondre le subjonctif plus-que parfait (ou conditionnel passé deuxième forme) avec le passé antérieur de l'indicatif

Passé simple ou subjonctif imparfait ? Passé antérieur, subjonctif plus-que-parfait ou conditionnel passé ? QUIZ 29

 

Remarques

Accent aigu ou accent grave ?

Quand eussé-je devient eussè-je :

Eussé-je avec l'accent aigu, orthographe traditionnelle

Eussè-je avec l'accent grave, orthographe rectifiée en 1990 du fait de la prononciation [ɛ]

Voir > Réforme de l'orthographe - L'orthographe recommandée aux enseignants - Lexique

De même fussé-je, dussé-je

>> et les anciennes formes des verbes se terminant par e avec sujet inversé :

me trompé-je, fustigé-je, chanté-je... 

me trompè-je, fustigè-je, chantè-je...

 

Style recherché et peu usité même à l'écrit, dans les propositions incises qui précisent le locuteur des propos rapportés.

"Me voici enfin, m'écrié-je, vous voulez me voir ?"

= Je m'écrie :"Me voici enfin !" (le récit est au présent)

 

à ne pas confondre avec le passé simple :

"Me voici enfin, m'écriai-je, vous voulez me voir ?"

= Je m'écriai : "Me voici enfin " (le récit est au passé)

 

Si on a un autre pronom sujet, le problème ne se pose pas.

"Me voici enfin, s'écrie-t-il, vous voulez me voir ?"

 "Me voici enfin, s'écria-t-il, vous voulez me voir ?"

 

Pour en savoir +  >> je dusse, dussé-je, dussè-je

>> Conjonctions de subordination et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Emmanuel Ganse 25/05/2015 08:11

Il m'échoit de vous dire que votre article est très riche et fort intéressant. Ma foi, en le lisant tout ce qui était ambigü dans ma tête à propos des sujets développés est devenu explicite. Le doute en moi s'est dissipé comme une vapeur d'eau. Toutefois j'ignore comment m'abonnez à vous. Aidez-moi à m'y faire.

mamiehiou.over-blog.com 25/05/2015 08:50

Pour vous abonner à mon blog, vous regardez, sur votre ordinateur, la colonne des rubriques à droite des articles : Présentation, Mon Profil, etc. et vous tombez sur Abonnements. C'est là.
Merci de vous abonner et merci aussi pour votre commentaire

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog