Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 10:15

  LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

Ainsi donc me faudrait-il découvrir seule la clef de l'histoire. Nul autre que moi-même ne pourrait m'y aider. Plût à Dieu qu'il ne m'advînt aucun obstacle infranchissable et que je susse faire face à toute adversité.

Sans relâche ni trêve, la guigne, une guigne affreusement verdâtre, s’était acharnée sur [moi], une de ces guignes comme on n’en compte pas trois dans le siècle le plus fertile en guignes.* Et cependant, n'avais-je pas été capable jusqu'alors de me sortir indemne de tous les coups que le sort infortuné m'avait jetés avec ironie ?

Je m'exhortai au courage et murmurai à part moi : "À Dieu ne plaise que je décide d'abandonner le projet que j'ai formé !"

 

Je me retrouvai à faire le guet une fois de plus, et cette fois bien décidée à tirer quelque chose de la bouche de l'un de ces pauvres diables énigmatiques, eussent-ils été gens de sac et de corde.

Mon Prétatou s'était installé, comme à son ordinaire, à bonne distance, et observait sans piper. Je savais qu'il tremblait pour moi, tourmenté qu'il était en son for intérieur, et qu'il aurait eu, en cas de péril, beaucoup de peine pour venir à mon secours au moment où le besoin se serait fait sentir, si grande était la terreur qui le paralysait.

 

Après des heures d'attente, au bord du gouffre, scrutant dans les profondeurs quand la horde des réprouvés réapparaîtrait, je la vis enfin. Je me cachai furtivement. S'égrénèrent, l'un après l'autre devant moi, les cheminots et les cheminotes que je pus détailler tout à loisir. Il ne s'y trouvait pas seulement des vieillards cacochymes que la mort imminente menaçait, mais aussi des jeunes gens souffreteux.

Qu'on eût rayé de la carte, sans état d'âme, ceux-là mêmes qui donnaient des signes de sénilité, je l'aurais compris tout en abhorrant cette pratique odieuse et implacable puisqu'il était manifeste qu'Utopinambourg ne comptait qu'une population à la physionomie et à l'allure qui se voulaient irréprochables, mais pourquoi tant d'hommes et de femmes, sacrifiés dans la fleur de leur jeunesse ?

 

Alors que je rongeais mon frein, bien décidée à m'approcher furtivement d'une âme en peine, sans provoquer une panique qui eût compromis irrémédiablement ma téméraire mission, je reconnus une silhouette familière. Mon Dieu, me dis-je, c'est Alcmène ! Alcmène, mon amie si chère que je croyais perdue à jamais ! À peine si je m'en étonnai.

Frondeuse, hardie, ma chère Alcmène n'avait pas hésité à braver l'ordre établi si bien qu'on l'avait précipitée dans l'abîme innommable !

..................................................................

*Sans relâche ni trêve, la guigne, une guigne affreusement verdâtre, s’était acharnée sur lui, une de ces guignes comme on n’en compte pas trois dans le siècle le plus fertile en guignes. Alphonse Allais, Le Pauvre Bougre et le bon génie

 

NOTES

Ainsi donc me faudrait-il découvrir par moi-même la clef de l'histoire.

ainsi donc, conjonction double. Certains grammairiens condamnent cette locution qui serait un pléonasme (ainsi et donc sont de sens proche). D'autres (Littré) l'admettent.

Ainsi donc mes bontés vous fatiguent peut-être ? Jean Racine, Bérénice

Inversion du sujet possible après ainsi > L'inversion du sujet après ainsi, aussi, aussi bien, à peine, peut-être, sans doute, encore, du moins, pour le moins, tout au plus, encore moins, toujours est-il, encore, à plus forte raison.

faudrait : futur du passé dans une proposition indépendante.

Si le récit était au présent, on aurait : Ainsi donc me faudra-t-il découvrir par moi-même la clef de l'histoire.

> Le conditionnel ne serait-il plus un mode ? Le futur et le futur antérieur du passé - Le futur et le futur antérieur hypothétique

Le futur du passé se rencontre le plus souvent dans une proposition subordonnée (concordance des temps) > La concordance des temps dans les propositions subordonnées

 

Plût à Dieu qu'il ne m'advînt aucun malheur et que je susse faire face

Littré - Plaise à Dieu, plût à Dieu que... ! formules de souhait.

advînt (advenir), susse (savoir), subjonctif imparfait

 

À Dieu ne plaise que je décide d'abandonner le projet que j'ai formé.

Dieu me garde d'abandonner le projet que j'ai formé.

À Dieu ne plaise : marque l'éloignement, l'aversion que l'on a pour quelque chose.

 

me sortir indemne de tous les coups que le sort infortuné m'avait jetés avec ironie

Le sort, la destinée, le hasard

Littré : (sor ; le t ne se lie pas : un sor infortuné ; au pluriel, l's ne se lie pas : des sor infortunés ; cependant quelques-uns la lient : des sor-z infortunés)

Fig. L'ironie du sort, événement malheureux qui semble être une moquerie du destin.

que le sort m'avait jetés

jetés, participe passé qui s'accorde avec le complémént d'objet direct que (mis pour coups) placé avant lui.

Indemne - Mots contenant MN

les mots suivants et leurs dérivés :

prononcer [n] damner, automne,

prononcer [mn] indemne, indemnité, somnambule, insomnie etc.

Mnémo, élément du grec signifiant mémoire.

Mnése, mnésie, mnésique (qui a trait à la mémoire)

Mnémonique, mnémotechnique, amnésique, etc.

Mais attention à dilemme qui a 2M.

 

ces pauvres diables énigmatiques, eussent-ils été gens de sac et de corde

gens de sac et de corde, se dit des filous, des voleurs qui méritent la corde.

Cf. d'Hautel : Dictionnaire du bas-langage, ou, Des manières de parler usitées parmi le peuple

> Dictionnaire du bas-langage, ou, Des ... - Google Livres

 

Je murmurai à part moi

à part moi, en moi-même, en mon for intérieur

à part soi, en soi-même, en son for intérieur, etc.

Passé simple > Les emplois de l'imparfait de l'indicatif et du passé simple

 

Mon Prétatou s'était installé, comme à son ordinaire, à bonne distance

comme à son habitude

 

il observait sans piper

sans piper mot, sans dire un mot.

 

il tremblait pour moi en son for intérieur

Littré - Le for intérieur ou le for de la conscience, le jugement de la propre conscience.

 

quand la horde des réprouvés réapparaîtrait

Horde, Troupe d'hommes indisciplinés et livrés à toute sorte de désordres. Une horde de brigands. Une horde d'aventuriers. Il se dit aussi, par mépris, d'une foule quelconque. Littré

Réprouvé, paria, personne rejetée par la société.

 

S'égrénèrent, l'un après l'autre, les cheminots et les cheminotes

Les cheminots (un chemineau, des chemineaux) et les cheminotes (cheminaudes) se dispersèrent à la suite les uns des autres

 

il s'y trouvait non seulement des vieillards cacochymes, mais aussi des jeunes gens

des vieillards cacochymes, des vieillards à la santé fragile

des jeunes gens (et non pas des jeunes hommes)

Cf. Féraud, à l'entrée homme page 511

Tome 1 Dictionnaire critique de la langue française - Jean-François Féraud ...

4° on dit, jeune homme au singulier, et jeunes gens au pluriel, plutôt que jeunes hommes – Au reste on doit dire, des jeunes gens et non pas de jeunes gens [...]

 

Qu'on eût rayé de la carte, sans état d'âme, ceux-là mêmes qui donnaient des signes de sénilité

eût rayé, subjonctif plus-que-parfait.

On a le subjonctif dans une subordonnée introduite par que en début de phrase.

Ceux-là mêmes – Quand faut-il mettre un s à même ?

>Ceux-là même ou ceux-là mêmes ? Celles-là même ou celles-là mêmes – cela même

 

tout en abhorrant cette pratique

aborrher, détester, abominer

 

mais pourquoi tant d'hommes et de femmes jeunes, sacrifiés dans la fleur de leur jeunesse ?

Tant ou Autant ?

Pourrait-on écrire : Pourquoi autant d'hommes et de femmes jeunes, sacrifiés dans la fleur de leur jeunesse ?

Non.

Cf. Féraud, à l'entrée autant, page 225

il ne faut pas confondre autant avec tant

Le premier s'emploie quand il y a comparaison ; le second quand il n'y en a point.

La phrase suivante pèche contre cette règle : Les sciences et les arts qui ont été cultivés avec autant (tant) de gloire et de succès parmi les Grecs et les Romains ont fleuri pareillement dans les Indes.

Je le préfère à tous autant (tant) que vous êtes.

 

ronger son frein

dissimuler son impatience ou sa colère

 

sans provoquer une panique qui eût compromis ma mission

eût compromis, subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé (cond. passé 2e forme)

qui aurait compromis (cond. passé 1re forme)

La subordonnée relative contient une idée de conséquence.

 

Frondeuse, hardie, ma chère Alcmène n'avait pas hésité

Frondeur cf. Académie 8e édition : au figuré, Celui qui fronde, qui critique les autorités établies ou les opinions reçues, et, par extension, Celui qui désapprouve, qui blâme tout. C'est un frondeur éternel.

 

si bien qu'on l'avait précipitée dans l'abîme innommable !

Si bien que, locution conjonctive de conséquence > Si bien que

précipitée, participe passé qui s'accorde avec le complément d'objet direct que (mis pour Alcmène) placé avant lui.

Innommable

préfixe in-

radical nomm(er)

suffixe -able

 

<< 177 Délires édifiants

>> 179 Délires propices à l'audace

 

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Articles classés par catégories (tags)

Tous les articles du blog 

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog