Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 09:05

LES DÉLIRES Tous les épisodes

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

 

« Quelque attitude que Marie Cratère puisse avoir envers moi en cet instant présent, qu'elle me soit indifférente ou insupportable, elle me renvoie aux souvenirs des moments douloureux que j'ai vécus avec elle, inébranlable sorcière, et cela ne change rien au sentiment de mésestime que je nourris désormais, sans y rien ajouter, et sans en rien retrancher. »

Telles étaient les amères pensées que je roulais dans ma tête.

Le ton désinvolte qu'elle s'amusait à prendre lorsqu'elle s'adressait à moi n'était point de mon goût ; et j'eusse aimé qu'elle s'appliquât à me parler avec plus d'aménité.

« Mais tu rêves ! » s'exclama Prétatou toujours à l'affût de la moindre de mes pensées. « Qu'elle veuille un seul instant te paraître aimable et il te faudrait promptement te rendre à l'évidence : voir qu'il y a anguille sous roche° et qu'elle t'en veut faire accroire. »

Que Marie fît, selon son humeur, des efforts pour me plaire et m'amadouer — eussent-ils été véritables et inattendus — ne me touchait plus guère ; elle aurait eu bien du mal à me convaincre, à voir la façon cavalière dont elle changeait brusquement d'avis lorsqu'elle me voyait m'attendrir, ce qui me bouleversait naguère encore à chaque fois. Cette habitude perverse et calculée qu'elle avait de souffler le chaud et le froid°, je l'avais débusquée, et on ne m'y reprendrait plus.

J'avais été trop longtemps trop naïve pour croire que Marie éprouvait pour moi quelque attachement. Elle m'en avait donné des preuves qui s'étaient évanouies si souventes fois sitôt que j'en avais ressenti quelque douceur. Pourquoi donc s'obstinait-elle à réfréner* l'élan qui la portait vers moi, alors que son unique voeu était de me conserver auprès d'elle ?

Pouvais-je avoir une once de pitié pour celle qui voulait aimer et ne le pouvait point ? Je lui eusse posé la question, elle eût été la proie de fureurs —  je lui en avais connu d'effroyables.

..................................................

*refréner ou réfréner

 

NOTES 

Quelque attitude que Marie Cratère puisse avoir envers moi

Quelque... que, locution conjonctive de concession suivie du subjonctif.

 

qu'elle me soit indifférente ou insupportable

soit qu'elle me soit agréable soit qu'elle me soit insupportable

soit qu'elle me soit agréable ou qu'elle me soit insupportable

> Soit que... soit que marque l'alternative (suivi du subjonctif)

 

les moments douloureux que j'ai vécus

le participe passé vécus s'accorde avec le complément d'objet direct placé avant lui : que (qui a pour antécédent moments douloureux)

> Règles de l'accord des participes passés

 

et ne change quoi que ce soit

quoi que ce soit avec une négation signifie rien.

 

au sentiment de mésestime que je nourris

Cf. Littré

Mésestime : Défaut d'estime ; mépris. Un sentiment de mésestime attiédissait ceux qu'elle m'avait inspirés. [Rousseau, Les confessions]

 

sans y rien ajouter, et sans en rien retrancher

> La place de Y et de EN dans la phrase. Vous recherchez des difficultés dans cet exercice ? Vous finirez bien par Y EN trouver. + QUIZ 67

 

Le ton désinvolte [...] n'était point de mon goût

de mon goût OU à mon goût

Cf. L'Académie 8e éditionGoût : Il se dit, en général, pour le Sentiment agréable ou avantageux qu'on a de quelque chose. Satisfaire tous les goûts. Cet ouvrage est au goût de tout le monde. Cela n'est pas de mon goût.

 

j'eusse aimé qu'elle s'appliquât

langue soignée

j'eusse aimé subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé

qu'elle s'appliquât, subjonctif passé

On dirait plus couramment : j'aurais aimé qu'elle s'applique

> Valeurs et emplois du subjonctif

> La conjugaison des verbes au subjonctif - Comment déjouer ses difficultés

 

Qu'elle veuille un seul instant te paraître aimable

veuille – toujours le subjonctif dans une proposition en tête de phrase introduite par la conjonction de subordination que

 

il y a anguille sous roche°

Cf. Littré : Proverbe. Il y a quelque anguille sous roche, il se trame quelque intrigue.

 

elle t'en veut faire accroire (tournure vieillie)

Si l'infinitif a deux pronoms personnels complément, on peut placer Y ou EN soit devant le verbe principal, soit devant l'infinitif.

La première tournure est rare de nos jours.

On dirait plus couramment : elle veut t'en faire accroire

> Phrase 34 dans La place de Y et de EN dans la phrase.(déjà cité ci-dessus)

accroire, verbe défectif : faire croire que quelque chose est vrai alors que c'est faux, mentir.

> Les verbes défectifs - Pour peu qu'il vous en chaille !

 

Eussent-ils été véritables et inattendus

proposition à nuances conditionnelle et concessive

qu'il eussent été véritables et inattendus

même s'ils avaient été véritables et inattendus > Même si

quand bien même il auraient été véritables et inattendus

> Eussé-je, eussè-je, j'eusse, fussé-je, fussè-je, je fusse, dussé-je, dussè-je, eût-il, fût-il, dût-il, fût-ce, fussent-ils, parlé-je...

 

ce qui me bouleversait naguère

naguère, adverbe de temps, il y a peu.

Jadis, autrefois, il y a longtemps.

 

souffler le chaud et le froid°

Littré : au sens figuré : Souffler le froid et le chaud, parler pour et contre une chose ou une personne, être tour à tour d'avis contraires.

 

son unique voeu était de me conserver auprès d'elle un voeu, des voeux

Les noms qui se terminent par au, aux, aus, eau, eaux, eu, eux, eus, oeu, oeux, ou, oux, ous QUIZ Tonton et Jeannot vont à la pêche

 

Cette façon perverse [...] je l'avais débusquée

débusquée, participe passé qui s'accorde avec le COD placé avant : L' (LA élidé) mis pour façon.

 

Des preuves si souventes fois évanouies

souventes fois, expression vieillie. Littré donne aussi souventefois

souvent, maintes fois, à maintes reprises.

 

sitôt que j'en avais ressentie quelque douceur

Sitôt que (langue soutenue) aussitôt que, dès que.

 

Pourquoi donc s'obstinait-elle à réfréner l'élan qui la portait vers moi

Refréner ou réfréner, ralentir ou arrêter le mouvement, le développement ou l'intensité de quelque chose.

 

<< 166 Délires au bord du gouffre

>> 168 Délires autour de mes amitiés tôt envolées ; "je crois le vent les m'a ôtées"*

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans LES DELIRES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog