Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 23:01

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Que vous soyez puissant ou misérable, vous n'échapperez pas

aux affres du subjonctif !*

 

À savoir :  Un article détaillé est consacré

à chacune des conjonctions de subordination

et des locutions conjonctives. Voir la liste dans :

>> La clef des modes

 

1-Les temps du subjonctif

-le présent, que je chante, que je finisse, que je voie, qu'il meure

-l'imparfait, que je chantasse, que je finisse, qu'il crût, que nous vinssions

-le passé, que j'aie chanté, que je sois venue

-le plus-que-parfait  que j'eusse chanté, qu'il fût arrivé (même chose que le conditionnel passé 2ème forme)

-Les temps surcomposés (rares), que j'aie eu couru, qu'il eût eu soupiré

Voir > La conjugaison des verbes au subjonctif et ses difficultés §73 et suivants

et aussi > Les verbes difficiles conjugués à l'indicatif présent, au passé simple, au subjonctif présent et au subjonctif imparfait

 

2-L'imparfait et le plus-que parfait du subjonctif ont pratiquement disparu à l'oral, sauf si l'on ne craint pas de paraître précieux ou ridicule ou qu'on veuille faire quelques jeux de mots grivois quand le mot s'y prête.

On ne rencontre ces temps que dans la langue soignée et littéraire.

Je ne m'attendais pas à ce que vous fussiez malade. subjonctif imparfait

Plus couramment :

Je ne m'attendais pas à ce que vous soyez malade. subjonctif présent

Il était parti en courant avant même que je l'eusse embrassé. subjonctif plus-que-parfait

Plus couramment :

Il était parti en courant avant même que je l'aie embrassé. subjonctif passé

 

3-Le subjonctif, au contraire de l'indicatif, n'a pas de futur, c'est le présent du subjonctif qui l'exprime.

Je sais qu'il viendra. indicatif

Je veux qu'il vienne. subjonctif

 

4-Si le mode indicatif s'appuie sur la réalité des faits, le mode subjonctif au contraire permet d'exprimer des opinions. des faits envisagés, incertains, désirés ou craints, il dépend d'une expression ou d'une proposition qui comporte un sentiment - la crainte, l'étonnement, la joie...- le doute, la négation, le souhait, l'interrogation, la possibilité.

 

5-Ces deux modes s'opposent.

Il est certain que je le reverrai. indicatif

Il n'est pas certain que je le revoie. subjonctif

Se peut-il qu'il m'ait méprisée à ce point ? subjonctif

Je suis sûr qu'il viendra demain. indicatif

Je souhaite qu'il vienne. subjonctif

Je désire que tu me fasses plaisir. subjonctif

J'aimerais que tu aies plus de temps pour m'aider. subjonctif

Je m'étonne que tu sois si naïf. subjonctif

Je constate que tu es bien naïf. indicatif

Attention : voir les § 7 et 18

 

Cas où l'on emploie le subjonctif

 

6-a-On a le subjonctif dans les subordonnées qui dépendent d'une principale exprimant le doute.

Je doute / il est douteux / Il est improbable qu'il vienne demain.

 

b- Mais quand la principale comporte une négation, on a l'indicatif (ou le conditionnel), puisqu'il n'y a plus de doute.

Il n'y a pas le moindre doute / Il n'y a aucun doute / Nul doute / Il est hors de doute / Je ne doute pas / Il n'est pas douteux / etc 

Le subjonctif s'emploie cependant fréquemment dans ces mêmes cas.

Je ne doute pas qu'il viendra / vienne demain / viendrait demain s'il le pouvait.

Il n'est pas douteux que je peux / puisse / pourrais le faire.

Nul doute que c'est / ce soit / ce serait une épreuve difficile.

 

c-Il en est de même dans les phrases interrogatives

Douterais-je que vous m'avez / m'ayez menti ?

 

7-Se douter n'est pas suivi du subjonctif, mais de l'indicatif, même à la forme négative.

Je me doute bien qu'il viendra.

Il ne se doute pas que je viendrai.

 

Il arrive qu'on rencontre le subjonctif après une proposition principale négative ou interrogative s'il y a une idée de doute. 

Il ne se doutait pas qu'il eût rien fait de très difficile.

 

8-Subjonctif après : Il faut, il est nécessaire, il convient, il est possible, je veux, je désire, je souhaite, j’interdis, j’ordonne, je permets, je propose, je demande,,,.

Il faut que vous fassiez un effort pour apprendre !

J'interdis que quiconque interdise quoi que ce soit !

 

9-Proposition conjonctive sujet réel

Il me paraît vraiment bizarre qu'il ne m'ait pas remarquée, le goujat !  

> Qu'il ne m'ait pas remarquée me paraît vraiment bizarre

 

10-Proposition conjonctive liée à un attribut

J'ai trouvé extraordinaire qu'il m'ait remarquée alors qu'il ne m'a même pas jeté le moindre regard.

> Qu'il m'ait remarqué est extraordinaire. 

 

11-Le fait que + indicatif ou subjonctif, sans qu'on observe aucune nuance.

Le fait qu'il ne m'ait pas remarquée m'est insupportable.

Le fait qu'il ne m'a pas remarquée m'est insupportable.

 

12-Ce n'est pas/point que, mise en relief de la négation ne pas ou ne point + subjonctif

Je ne suis pas sourde à tes menaces.

> Ce n'est pas que je sois sourde à tes menaces.

Je ne t'en veux pas.

> Ce n'est pas que je t'en veuille, tu peux me croire.

On peut trouver aussi l'indicatif.

Ce n'est pas que je t'en veux.

 

13-La tournure négative entraîne la plupart du temps un subjonctif, même dans le cas d'une constatation, d'une certitude, d'une probabilité.

Je ne crois pas qu'il ait menti.

Ou bien : Je ne crois pas qu'il a menti. Indicatif

Il n'est pas vraisemblable qu'il m'ait trompée.

Il n'est pas vraisemblable qu'il m'a trompée. 

> Indicatif. On s'appuie ici sur la réalité des faits.

Croyez-vous que la vie soit un lit de roses ?

Croyez-vous que la vie est un lit de roses ?

> On a dans ce cas la preuve qu'elle ne l'est pas.

Je ne crois pas que je sois (suis, serais) capable de l'affirmer

 

14-Après le verbe dire à la forme négative 

Je ne dis pas que vous soyez (êtes) insincère, mon ami.

Tournure négative de dire à la première personne, subjonctif fréquent.

Cela ne veut pas dire que vous mentiez toujours.

Subjonctif après vouloir dire ou pouvoir dire à la forme négative.

 

15-Ignorer que, il n'empêche que, je veux bien que, le hasard veut que, le malheur veut que, se construisent avec l'indicatif, rarement avec le subjonctif.

J'ignore que ce soit (c'est) possible.

On peut employer le subjonctif quand ignorer est affirmatif.

Sa pauvre épouse ignorait qu'il se fût (s'était) déjà marié quatre fois !

Dans des phrases au passé.

 

16-Oublier que, subjonctif rare.

Elle avait oublié que la mort existait. indicatif

Elle avait oublié que la mort existât.

Littéraire, temps passé.

 

17-De ce que suivi du subjonctif ou de l'indicatif.

Je me plaignais de ce qu'il n'agît pas (n'agit pas, n'agissait pas, n'avait pas agi) comme je le voulais.

Elle se réjouit fort de ce que vous lui fassiez (faites) la cour.

Nous nous indignons de ce que tout aille (va) mal. 

 

18-Le verbe espérer :

Phrases affirmatives > indicatif

J'espère qu'il viendra ce soir.

J'espérais qu'il viendrait.

Concordance des temps, on a le conditionnel présent (dit futur du passé)

> Le conditionnel ne serait-il plus un mode ? Le futur (et f. antérieur) du passé - Le futur (et f. antérieur) hypothétique

J'avais espéré qu'il serait venu. Conditionnel passé ou futur antérieur du passé.

Phrases interrogatives ou négatives > subjonctif 

Je n'espère pas qu'il vienne.

Je n'espérais pas qu'il vînt.

Mais on trouve aussi : Je n'espère pas qu'il viendra.

Je n'espérais pas qu'il viendrait.   

Impératif négatif > subjonctif

N'espère pas qu'il vienne !

 

19-L'impératif n'existe qu'avec trois personnes :

Pars ! Partons ! Partez !

Pour les personnes manquantes, on utilise que + sujet + verbe au subjonctif.

Dans les phrases injonctives, le subjonctif introduit par que permet d'exprimer un ordre, une interdiction, un souhait tout comme l'impératif.

Qu'elles obéissent !

Qu'il sorte immédiatement !

Que ces gens s'en aillent et ne reviennent jamais !

Que la lumière soit !

Que ces malotrus aillent se faire pendre !

 

20-Dans les conjonctives sujet (subjonctif) - complétives

Que tu sois revenu ne m'étonne guère.

Une subordonnée complétive est une proposition nécessaire qui complète la proposition principale. Elle peut être sujet, complément d'objet direct ou attribut.

21-Dans les exclamatives (subjonctif)

Qu'il eût été ravi de vous rencontrer !

 

22-On peut avoir des expressions figées avec le subjonctif

Sauve qui peut ! (= Que celui qui peut se sauve !)

Advienne que pourra !

Vive la France !

Coûte que coûte !

Vaille que vaille !

Comprenne qui pourra !

Soit dit entre nous, ...

 

23-Phrase averbale (proposition principale sans verbe)

Inutile qu'on lui fasse mal.

 

24-Le subjonctif exprime une hypothèse qu'on rejette.

Moi, qu'on me dise un tel mensonge !

Lui, qu'il ait fait cela !

Toi, qu'on te mette en prison !

 

25-Forme impersonnelle (sujet il) dans la proposition principale, subjonctif dans la complétive.

Il est possible que tu puisses un jour me regarder.

Il se peut qu'on rie à vous entendre.

Une subordonnée complétive

 

26-Une supposition que, supposition que + subjonctif

Une supposition que tu aies envie de réussir, tu bosses, tu réussis.

 

27-Pourvu que + subjonctif

Pourvu qu'il ne lui soit rien arrivé !

Pourvu qu'il n'aille rien arriver à ces deux enfants !  

(aille : verbe aller semi-auxiliaire indiquant le futur proche, subjonctif, littéraire)

 

28-subjonctif après prendre garde, faire attention

prendre garde à ce que, faire attention à ce que

Prenez garde qu'on ne vous voie.

Prenez garde qu'on vous voie. Rare sans le ne explétif

Prenez garde qu'on ne vous voie pas.

 

29-Le subjonctif optatif

Le mode optatif est le mode des espoirs des souhaits et des désirs (désidératif). Il est exprimé le plus souvent au subjonctif.

Plaise / Plût à Dieu qu'Il vous entende !

À Dieu ne plaise !

Ce qu'à Dieu ne plaise, sous-phrase incidente.

Dans le cas où il viendrait à disparaître, ce qu'à Dieu ne plaise, ma destinée en serait bouleversée.  

Que votre volonté soit faite !

Puissiez-vous arriver à temps !

Puisse au subjonctif avec le sujet postposé exprime un souhait et il peut être conjugué aux différentes personnes.

Puissé-je, puisse-t-il (elle), puissiez-vous, puissions-nous, puissent-elles (ils)

> Ne pas confondre : je peux, je puis, je pus, je puisse, je pusse - puis-je, puissé-je ou puissè-je..

 

30a-Expressions figées, que je sache. pas que je sache.

Vous n'allez pas mourir demain, que je sache.

     -Tu vas l'épouser ?

1- Non, pas que je sache. 

2- Non pas, que je sache. (ici on appuie sur non pas, et on fait une pause après non pas.)

Pour en savoir +

>Je ne sache pas que... que je sache...

 

30b-Je ne sache pas = je ne sais pas, le sens est atténué (litote)

Je ne sache pas qu'on vous veuille/ait voulu du mal. 

Rarement : on ne sache pas, nous ne sachions pas, je n'en sache pas.

Vous me parlez de ce mariage, je n'en sache pas de plus malvenu.

Toujours le subjonctif après je ne sache pas que.

Je ne sache pas qu'il faille tout connaître !

 

31-Non (pas) que, ce n'est pas que 

Ce n'est pas que je te fasse peur, par exemple ? (fais, ferais)

Non que j'eusse la moindre intention d'être désagréable avec vous, je voulus néanmoins vous faire comprendre le fond de ma pensée.

Non pas que je sois (suis) méchante, mais je lui fais ce que je veux.

Pour en savoir +

> Non que, non pas que, non moins que, non plus que, non point que

 

32-Le moyen que + subjonctif

"Vous la retrouverez, n'est-ce pas ?

- Le moyen que j'y parvienne ?"

 

33-Les tours : d'où vient que (idée de cause) / de là vient que

D'où vient que vous vous soyez (êtes) mariés si vite ?

 

34-Le subjonctif plus-que-parfait à valeur de conditionnel passé deuxième forme (littéraire)

Qu'elle eût été heureuse de vous rencontrer !

 Qu'elle aurait été heureuse !

Que je me fusse pâmée de douleur en entendant une telle nouvelle !

 Comme je me serais pâmée !

J'eusse aimé vivre avec vous, mon Prince.

 J'aurais aimé vivre avec vous.

 

35-Même chose pour :

On eût dit = on aurait dit  

On eût dit du Brahms.  

On eût dit un parfum de jasmin.      

 

36-ATTENTION ! Il ne faut pas confondre le passé antérieur de l'indicatif avec le plus-que parfait du subjonctif. 

Comment se fait-il qu'il ne l'eût pas embrassée ? subjonctif

Comment ne l'eût-il pas reconnue ? = Comment ne l'aurait-il pas reconnue ? conditionnel passé

Il me prit dans ses bras aussitôt que je fus apparue.

Passé antérieur, l'action passée est antérieure à l'autre action passée.

À peine m'eut-il vue qu'il partit en courant.

Passé antérieur

 

37-Venir en tête de phrase

Viennent les temps difficiles et je me résoudrai à travailler.

Vienne un tsunami, je me noie.

 

38-Locutions conjonctives marquant le temps, avant que, en attendant que, jusqu’à ce que...

J'attends votre réponse jusqu'à ce que vous preniez une décision.

Il part avant que je le lui permette. Quel affreux Jojo !

Il est parti avant que je le lui aie permis. C'est un comble !

Il partit avant que je le lui eusse permis. Le croiriez-vous ?

> Mais on a l'indicatif après après que.

 

Il part après que je le lui ai permis. Passé composé

Il est parti après que je le lui avais permis. Plus-que-parfait de l'indicatif

Il partit après que je le lui eus permis. Passé antérieur

Il partira après que je le lui aurai permis. Futur antérieur

On entend de plus en plus souvent employer le subjonctif après après que.

 

39-Lorsque les faits sont simultanés, on emploie comme, pendant que, tandis que, en même temps que, tant que, alors que.

Ces locutions admettent l'indicatif. Voir (+)

 

40-Subjonctif après d'ici que, d'ici à ce que, de là à ce que

D'ici à ce que nous nous reparlions, les poules auront des dents.

> Ne pas confondre les locutions conjonctives de temps : de là à ce que, d'ici à ce que, et d'ici que.

 

41-Rare : devant que

Il passera de l'eau sous le pont devant que ce soit raconté.

 

42-Rare, régional : jusqu'à tant que, jusqu'à temps que.

Je ne sortirai pas de chez moi jusqu'à tant que le soleil revienne.

L'Académie admet jusqu'à temps que. Grevisse  admet jusqu'à tant que.
 

43-Loin que, aussi loin que, d'aussi loin que, du plus loin que, bien loin que + subjonctif

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours voulu être comédienne.

Loin que mes amis m'eussent aidée, c'est mon pire ennemi qui se porta à mon secours.

Bien loin qu'ils aient le droit d'enfreindre les lois, ils se dresseront contre l'injustice.

> Loin que, aussi loin que, d'aussi loin que, du plus loin que, bien loin que

 

44-Locutions conjonctives marquant le but, afin que, pour que, de crainte que, de peur que. + subjonctif

Je parle haut pour qu'il m'entende bien.

Je l'ai menacé de crainte qu'il ne me dénonce. Ne explétif

Je le menaçai de crainte qu'il ne me dénonçât.

 

45-a-Locutions conjonctives marquant la conséquence ou le but.

De (telle) manière que, de (telle) façon que, de telle) sorte que, si bien que, entraînent une conséquence soit qu'elle se réalise, soit qu'elle soit réalisée, ou non .

Si elle est réalisée, c'est l'indicatif, ou le subjonctif.

Si elle ne l'est pas, c'est le subjonctif.

Elle a obéi de sorte que je n'ai rien eu à lui reprocher / Elle a obéi de sorte vous n'avez rien eu à lui reprocher.  Indicatif

Elle obéira toujours de telle sorte que je n'aie rien à lui reprocher / Elle obéira toujours de telle sorte que vous n'ayez rien à lui reprocher. Subjonctif

Je me poussai de côté de façon qu'il pût (put) passer sans encombre.

Je me suis poussé de côté de telle façon qu'il pouvait (puisse, a pu, ait pu) passer.

 

45-b Dans des propositions subordonnées relatives comportant une conséquence.

Je choisis un siège bien moelleux qui me soit confortable.

Tu ne fais vraiment rien qui me dise que tu tiens à moi.

 

46-De façon à ce que, de manière à ce que, locutions courantes dans la littérature du XIXe s. Peu usitées aujourd'hui. Elles marquent le but.

Prenez votre ombrelle de façon à ce que vous ne soyez pas prise au dépourvu en cas de soleil. 

 

47-Sans que + subjonctif

a-La cause ou la conséquence attendue ne se réalise pas, ne s'est pas réalisée, ou ne se réalisera pas.

Il a égorgé le cochon sans que le pauvre animal ait poussé un seul cri. Étonnant non ?

Remarque : si le sujet de la principale est le même que celui de la subordonnée, on met un infinitif.

Il a égorgé le cochon sans pousser un seul cri. Ici c'est l'égorgeur qui n'a pas poussé de cris. Encore plus étonnant, non ?

On peut accompagner sans que d'un ne explétif : sans qu'il n'ait poussé un seul cri. 

L'Académie n'approuve pas. Voir > NE explétif

b-Concession négative

Il est très en colère sans qu'on s'en doute. (bien qu'on ne s'en doute pas)

> Sans que

 

48- Une conjonction quoique, et des locutions conjonctives ou pronominales marquant la concession, bien que, si... que, aussi... que, pour... que, quoi que..., quel (quels, quelle, quelles)... que, quelque... que, encore que. > Liste

On trouve le subjonctif dans toutes subordonnées concessives même quand le verbe de la subordonnée exprime un fait réel.

Sauf avec Tout... que : voir le § 49

 

Pour petite qu'elle soit, elle n'en est pas moins ma préférée.

Aussi tard que tu viennes, il restera des sandwichs pour toi.

Je ferai ce que j'aurai décidé quoi que tu en dises.

Je le ferai quoique tu ne sois pas d'accord avec moi.

Pour ne pas confondre quoi que avec quoique on remplace par bien que qui est synonyme de quoique. On ne peut pas remplacer quoi que par bien que.

Quelque envie de t'embrasser que j'aie, je me retiendrai.

Quelle envie de t'embrasser que j'aie, je me retiendrai. (vieux, littéraire)

Quels que soient tes arguments, je ne changerai pas d'avis.

Si intelligente que tu sois, tu n'es pas parvenue à résoudre ce problème.

Tu restes avec moi encore que je ne sois pas arrivé tout à fait à te convaincre que je t'aime vraiment.

La subordonnée introduite par encore que suit la principale et exprime une réserve par rapport à la principale.

Il peut y avoir arrêt de la voix en fin de principale, et le tiret comme signe de ponctuation.

J'ai invité ton amie encore que j'aie bien hésité à le faire.

 

49-Le subjonctif est donc dans les subordonnées de concession, sauf dans la subordonnée avec tout... que

Mais on peut avoir aussi le subjonctif.

Tout niais qu'il était, il n'en gagnait pas moins toujours aux échecs. Tout niais qu'il fût...

 

50-Malgré que est une locution critiquée, sauf dans l'expression malgré que j'en aie ( = malgré moi), malgré qu'il en eût ( = malgré lui).

On entend de plus en plus malgré que dans la langue orale. On le rencontre dans des textes littéraires.

Préférer bien que à malgré que.

 

51-Très rare : quand même que, en dépit que, en dépit de ce que, en dépit du fait que.

 

52-Locutions conjonctives marquant la condition, à moins que, pour peu que, pourvu que... + subjonctif

Nous ferons tout pour réussir à moins que les embûches ne soient insurmontables.

Tu y arriveras, pour peu que tu le veuilles.

Je serai contente, pourvu que je te voie.

 

53-Pour autant que, autant que + subjonctif

Le film était intéressant, (pour) autant que je puisse (puis) en juger.

Elle n'a pas passé son bac, pour autant que je sache.

 

54-Rare : dans le cas que, pour le cas que

Dans le cas que tu eusses (aurais) quelque mission urgente, tu me l'eusses (aurais) fait savoir.

 

55-En admettant que, en supposant que, supposé que, à supposer que + subjonctif

Supposé que vous soyez choisie comme présidente, nous demanderons tous à voir ce dont vous êtes capable.
 

56-Sous (la) condition que, à (la) condition que, moyennant que (subj ou ind)

Il pourra rester ici à la condition qu'il se tienne (tiendra) tranquille.

Je veux bien qu'on m'interviewe moyennant qu'on floute (floutera) mon visage et qu'on ne dise (dira) pas mon nom. 

 

57-Expressions qui contiennent les mots cas, éventualité, hypothèse, on met le conditionnel, l'indicatif, parfois le subjonctif.

Viens me voir dans le cas où tu (aurais, as) aies besoin de moi.

Ils s'achetèrent une piscine en cas qu'il leur (aurait plu, avait plu) eût plu d'apprendre à nager.

Je te ficelle soigneusement dans l'hypothèse où tu (prendrais, prends) prennes l'envie de te sauver.

Vous le ferez au cas où je ne le (ferais, fais) fasse pas. 

à noter :

Rare : dans le cas que, pour le cas que

Dans le cas que tu eusses (aurais) quelque mission urgente, tu me l'eusses (aurais) fait savoir.
 

58-Si

Après si, conjonction de subordination de condition on peut avoir :

-le présent de l'indicatif

Si tu t'en vas, je pleure / je ne le supporterai pas.

-l'imparfait de l'indicatif

Si tu t'en allais, je le supporterais très bien.

-le plus-que-parfait de l'indicatif

Si tu étais parti, je ne m'en serais pas plus mal portée.

-le plus-que-parfait du subjonctif  

Si tu fusses resté, tout eût été pour le mieux.

59-Après la conjonction de subordination si ou la locution conjonctive comme si, on peut remplacer un plus-que-parfait de l'indicatif, par un plus-que-parfait du subjonctif. Langue soignée.

Si j'eusse étudié plus, qu'eussé-je retenu ?

= Si j'avais étudié plus, qu'aurais-je retenu ?

Tu combattis comme si tu eusses été un héros.

= Tu as combattu comme si tu avais été un héros.

 

60-Que remplaçant si

Si l'on a plusieurs subordonnées conditionnelles coordonnées, la première commençant par si, les autres propositions peuvent commencer par que dans le sens de si. On met dans ces propositions les verbes au subjonctif (langue soignée).

Si vous venez me voir demain et que vous me suppliiez d'accepter vos propositions, je n'hésiterai pas à vous mettre à la porte.

S'il voulait me faire céder et qu'il m'y obligeât  par la force, je serais contrainte de renoncer à le revoir.

On peut aussi mettre le verbe à l'indicatif. 

Si je t'attends trop longtemps et que tu viens (viennes) une heure plus tard, je te ferai des reproches.

 

61-Comme si dans une phrase exclamative

Comme si la vie était un long fleuve tranquille et que je devais (doive, dusse) tout accepter de toi !

> et qu'il me fallait (faille, fallût) tout accepter de toi !

 

62-Si... il est à craindre que + subjonctif + ne explétif

Si vous agissez ainsi, il est à craindre que vous n'essuyiez un retour de bâton.

 

63-Fussé-je, eussé-je, dussé-je  (Pour en savoir +)

Fussè-je, eussè-je, dussè-je  

fût-il, eût-il

fussent-ils

= même si j'eusse, il eût, ils eussent...Littéraire

Dût-il me quitter, je n'en aurais pas fait tout un plat.

= Même s'il avait dû...

fût-ce est plus courant.

J'aurais parlé ainsi, fût-ce au roi lui-même.

 

64-Si tant est que exprime une supposition mais elle est douteuse. Subjonctif ou indicatif

Votre courage, si tant est que vous en ayez (avez), vous fera probablement gagner la partie.

 

65-On remarque une tendance à faire suivre du subjonctif selon que, suivant que.

Vous réussirez selon que vous ayez (aurez) de la chance dans la vie.

Le subjonctif n'est pas courant après dans la mesure où.

Vous ne pouvez pas plaire aux filles dans la mesure où vous ne faîtes (fassiez) aucun effort pour leur être agréable. 

 

66-Sauf que, hors que, hormis que + subjonctif

J'accepterai tout de toi, sauf que tu partes.

 

67-Sauf à ce que + subjonctif

Sauf à ce que ma voiture n'ait décidé de me faire tourner en bourrique avec ses pannes répétées, il n'y a pas la moindre chance que je prenne le train.

 

68-Quitte à ce que + subjonctif

sens proche : > Même si

Je t'emmènerai avec moi quitte à ce que tu me fasses honte avec ta tenue gothique.

 

69-Gare que, attention que + subjonctif

Si vos idées féministes vous plaisent, madame, gare que demain elles (ne) puissent se retourner contre vous.

Le ne explétif est rare après gare que.

Si vous ne cessez pas de m'importuner, attention que bientôt je ne me fâche. 

 

70-L'expression de l'alternative avec les locutions conjonctives suivies du subjonctif soit que... soit que/ou que/ou encore que...  

Rien n'a désormais d'importance, soit que tu partes, soit que tu restes.

 

71-Dans une relative, on a le plus souvent le subjonctif quand l’antécédent s'accompagne d'un superlatif relatif (le plus..., le moins..., le mieux, le pire, le pis, le moindre) ou d'un adjectif ayant une valeur de superlatif comme seul, unique, premier, principal, dernier...

C'est la pire chose qu'il ait jamais vécue.

C'est la moindre (la plus petite) excuse que vous puissiez dire.

 

On emploie le subjonctif quand "l'antécédent est sélectionné parmi un ensemble de possibles."

L'indicatif "établit une présupposition d'existence".

 

72-Une proposition dépendant d’un verbe au subjonctif peut avoir, corrélativement, son verbe au subjonctif.

Bien que vous sachiez que nous ne puissions (pouvons) pas venir, vous continuez à insister, c'est fâcheux !

 

LA CONJUGAISON

>>> La conjugaison du subjonctif -  §73 et suivants

Comment déjouer ses difficultés

 

 

Récapitulation des articles sur le subjonctif

voir aussi :

 

Conjonctions de sub. et locutions conjonctives classées : cause conséquence but temps condition comparaison concession exception proportion manière conformité supposition addition alternative

Les verbes difficiles conjugués à l'indicatif présent, au passé simple, au subjonctif présent et au subjonctif imparfait

>> Retour au début de l'article

 

*Que vous soyez puissant ou misérable...

Cf. La Fontaine, bien sûr.

Partager cet article

Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

wesley rabbi 20/11/2016 17:17

j'aime cette page

mamiehiou.over-blog.com 20/11/2016 18:56

Et j'espère que vous en aimerez d'autres, Wesley.

Oxana 11/05/2016 15:45

Bonjour je suis en4 ème et j'ai un soucis : on me demande de donner la valeur des verbes mais je ne sais pas ce qu'est la valeur ! Pourer vous m'expliquer ?

mamiehiou.over-blog.com 11/05/2016 17:09

Bonjour Oxana,
Lorsque, dans une phrase, vous avez un verbe à un certain temps, par exemple le présent de l'indicatif, ce temps a une valeur selon le sens de la phrase.

Je vous donne des exemples pour le présent :
"Vous lisez mon explication."
"lisez", c'est un présent d'énonciation : l'action se produit en ce moment même.
"Je me lève tous les jours à 7 heures."
"me lève", c'est un présent d'habitude.
"Le soleil se lève à l'est."
"se lève", c'est un présent de vérité générale.
Etc.
Et il en va de même pour tous les temps.
Vous pouvez lire l'article sur la toile :
http://www.ralentirtravaux.com/lettres/cours/conjugaison/valeurs-present.php

Une remarque concernant votre commentaire : on écrit un souci sans S
pourrez-vous avec 2 R

Vicky dl 14/02/2016 20:51

Merci, pour ces informations!

mamiehiou.over-blog.com 15/02/2016 08:05

C'est gentil !

Narottama 29/07/2015 11:12

«Le fait que» est toujours suivi de l'indicatif. Il n'y a aucune raison d'utiliser le subjonctif car il s'agit d'un fait réel et non pas d'une supposition.

mamiehiou.over-blog.com 29/07/2015 11:41

Bonjour Narottama,
Merci de m'avoir donné l'occasion de vérifier sur Grevisse qui donne : Le fait que + indicatif ou subjonctif, sans qu'on observe aucune nuance.
Je vous serais reconnaissante de bien vouloir me citer vos sources.

Thibaut 12/02/2015 20:05

Coucou Mamiehiou !
Tout d'abord merci de partager votre amour de cette magnifique langue.
J'ai noté un oubli mineur que je me dois de vous signaler dans votre 2- : Je ne m'attendais pas à ce que X soyez malade.

Excellente continuation !

mamiehiou.over-blog.com 13/02/2015 09:04

Ah, j'ai oublié le VOUS ! Je vous remercie.
Bonne journée !

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog