Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 17:35

 ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

 

Corrigez les fautes – La correction suit

Je soliloque, et Lili-Rose m'écoute bien patiemment.

1-On s'était promenées sur la Canebière, tu t'en rappelles ?

2-Nous avions dépensé jusque notre dernier centime et nous avons alors pris conscience de nos ennuis pécuniers.

3-De plus on nous a volé notre side-car, c'est ainsi que nos problèmes se sont succédés.

4-Nous aurions pu à notre tour "emprunter" subreptivement une voiture.

5-Mais comme nous étions excessivement honnêtes, nous y avons renoncé.

6-C'était un vrai dilemne.

7-Revenir par le train représentait pour nous une somme conséquente.

8-Et marcher quelques dix kilomètres nous aurait demandé un trop gros effort.

9-Mais cette solution aurait pallié à un inconvénient : celui de ne pas être coincé à Marseille.

10-C'est là où nous avions décidé de passer nos vacances.

11-Seulement, nos dépenses ont été somptueuses vu ce que nous possédions.

12-C'était de notre faute si nous n'avions plus un sou en poche.

13-Ces vacances étaient un espèce de défi ; l'aventure, quoi !

14-"Il faut mieux prendre des risques que rester chez soi", m'avais-tu dit.

15-Ç'a été un parcours très cahotique. C'était fatiguant.

16-Jusqu'au moment où nous avons rencontré un jeune homme qui nous a pris en stop ; là c'était autrement plus amusant.

17-Par acquis de conscience, nous ne lui avons pas demandé de nous emmener jusque chez nous.

18-Et l'idée retord lui est venu de partir en sens inverse de façon à ce que nous ayons encore plus de chemin à parcourir pour rentrer.

19-"Ça vous fera maigrir de marcher un peu", nous a-t-il suggérées en ricanant.

20-Et bien, nous n'étions pas contentes et nous l'avons traité de petit morveux dans toute l'acceptation du terme.

21-Il nous a faites remarquer que nous nous laissions aller à des excès de language.

22-On était pas sensées tout accepter de ce malotru.

23-Je ne sais plus comment nous nous y sommes pris pour lui fausser compagnie.

24-Ceci dit, on lui a même pas lancé : "Au revoir !"

25-C'est ainsi qu'on s'est mis cinquante kilomètres dans les pattes : on a du galérer du lundi 12 jusqu'au jour d'aujourd'hui.

26- Ah, je me souviendrais des kilomètres que nous avons marchés !

27-Je te serai gré de n'en parler à personne, surtout pas à mes parents.

28-Ils conclueraient que nous sommes des imbéciles de s'être fait avoir si facilement.

29-Pour le coup, on ne nous y reprendra pas, loin s'en faut.

30-Mais, tu dors Lili-Rose ?

 

Correction

1-On s'était promenées sur la Canebière, tu t'en rappelles ?

1-On s'était promenées sur la Canebière, tu te rappelles/tu t'en souviens.?

-ON (pronom indéfini) peut se mettre à la place de nous dans la langue familière. Le participe promenées s'accorde avec ce que ON représente : Lili-Rose et moi.

tu t'en souviens : On se rappelle quelque chose, mais on se souvient de quelque chose.

2-Nous avions dépensé jusque notre dernier centime et nous avons alors pris conscience de nos ennuis pécuniers.

2-Nous avions dépensé jusqu notre dernier centime et nous avons alors pris conscience de nos ennuis pécuniaires.

 

3-De plus on nous a volé notre side-car ; c'est ainsi que nos problèmes se sont succédés.

3-De plus on nous a volé notre side-car ; c'est ainsi que nos problèmes se sont succédé.

Le participe passé succédé est invariable. SE n'est pas un complément d'objet direct, mais indirect (succéder à)

> Participes passés invariables : ils se sont succédé, parlé, souri, menti, nui, plu déplu

 

4-Nous aurions pu à notre tour "emprunter" subreptivement une voiture.

4-Nous aurions pu à notre tour "emprunter" subrepticement une voiture.

Subrepticement : furtivement, en trompant toute surveillance.


5-Mais comme nous étions excessivement honnêtes, nous y avons du coup renoncé.

5-Mais comme nous étions très honnêtes, nous y avons renoncé.


6-C'était un vrai dilemne.

6-C'était un vrai dilemme.


7-Revenir par le train représentait pour nous une somme conséquente.

7-Revenir par le train représentait pour nous une somme considérable/importante.


8-Marcher quelques dix kilomètres nous aurait demandé un trop gros effort.

8-Marcher quelque dix kilomètres nous aurait demandé un trop gros effort.

Quelque dix kilomètres, environ dix kilomètres.


9-Mais cette solution aurait pallié à un inconvénient : celui de ne pas être coincé à Marseille.

9-Mais cette solution aurait pallié un inconvénient : celui de ne pas être coincées à Marseille.

Pallier se construit directement.

Coincées se rapporte aux deux filles.


10-C'est là nous avions décidé de passer nos vacances.

10-C'est là que nous avions décidé de passer nos vacances.

Là où : pléonasme

11-Seulement, nos dépenses ont été somptueuses vu ce que nous possédions.

11-Seulement, nos dépenses ont été somptuaires vu ce que que nous possédions.

somptuaires : d'un luxe coûteux, excessif

 

12-C'était de notre faute si nous n'avions plus un sous en poche.

12-C'était notre faute si nous n'avions plus un sou en poche.

 

13-Ces vacances étaient un espèce de défi ; l'aventure, quoi !

13-Ces vacances étaient une espèce de défi ; l'aventure, quoi !

 

14-"Il faut mieux prendre des risques que rester chez soi", m'avais-tu dit.

14-"Il vaut mieux prendre des risques que rester chez soi", m'avais-tu dit.

Valoir mieux

 

15-Ç'a été un parcours très cahotique. On l'a trouvé bien fatiguant.

15-Ç'a été un parcours très chaotique. On l'a trouvé bien fatigant.

Ç'a été, élision de a (ça a été)

> Élision de ÇA en Ç'A et de ÇA EN en C'EN

Cahotique : c'est un barbarisme, le mot n'existe pas.

Fatiguant : participe présent du verbe fatiguer.

Fatigant : adjectif.

 

16-Jusqu'au moment où nous avons rencontré un jeune homme qui nous a pris en stop ; là c'était autrement plus amusant.

16-Jusqu'au moment où nous avons rencontré un jeune homme qui nous a prises en stop ; là c'était bien plus amusant.

 

17-Par acquis de conscience, nous ne lui avons pas demandé de nous emmener jusque chez nous.

17-Par acquit de conscience, nous ne lui avons pas demandé de nous emmener jusqu'à chez nous.


18-Et l'idée retord lui est venu de partir en sens inverse de façon à ce que nous ayons encore plus de chemin à parcourir pour rentrer.

18-Et l'idée retorse lui est venue de partir en sens inverse de façon que nous ayons encore plus de chemin à parcourir pour rentrer.

Retors (féminin retorse) : tordu, pervers.

 

19-"Ça vous fera maigrir de marcher un peu", nous a-t-il suggérées en ricanant.

19-"Ça vous fera maigrir de marcher un peu", nous a-t-il suggéré en ricanant.

20-Et bien, nous n'étions pas contentes et nous l'avons traité de petit morveux dans toute l'acceptation du terme.

20-Eh bien, nous n'étions pas contentes et nous l'avons traité de petit morveux dans toute l'acception du terme.

L'acception : le sens.

 

21-Il nous a faites remarquer que nous nous laissions aller à des excès de language.

21-Il nous a fait remarquer que nous nous laissions aller à des excès de langage.

Le participe passé FAIT suivi d'un infinitif est invariable.


22-On était pas sensées tout accepter de ce malotru.

22-On était pas censées tout accepter de ce malotru.

Censées : supposées


23-Je ne sais plus comment nous nous y sommes pris pour lui fausser compagnie.

23-Je ne sais plus comment nous nous y sommes prises pour lui fausser compagnie.


24-Ceci dit, on lui a même pas lancé : "Au revoir !"

24-Cela dit, on ne lui a même pas lancé : "Au revoir !"

Cela résume ce qui précède, ceci annonce ce qui suit.


25-C'est ainsi qu'on s'est mis cinquante kilomètres dans les pattes : on a du galérer du lundi 12 jusqu'au jour d'aujourd'hui.

25-C'est ainsi qu'on s'est mis cinquante kilomètres dans les pattes : on a galérer du lundi 12 jusqu'à aujourd'hui.

> Ne pas confondre : du dû dus dut, due, dues, et dût

 

26- Ah, je me souviendrais des kilomètres que nous avons marchés !

26- Ah, je me souviendrai des kilomètres que nous avons marché !

Je me souviendrai futur et pas conditionnel présent.

des kilomètres : compléments adverbiaux de mesure.

 

27-Je te serai gré de n'en parler à personne, surtout pas à mes parents.

27-Je te saurai gré de n'en parler à personne, surtout pas à mes parents.

Savoir gré au futur

 

28-Ils conclueraient que nous sommes des imbéciles de s'être fait avoir si facilement.

28-Ils concluraient que nous sommes des imbéciles de nous être fait avoir si facilement.

Concluraient : verbe conclure et non concluer


29-Pour le coup, on ne nous y reprendra pas, loin s'en faut.

29-Du coup, on ne nous y reprendra pas, loin de là (ou tant s'en faut)

Du coup, à la suite de quoi.

Pour le coup, pour cette fois.

 

30-Mais, tu dors Lili-Rose ?

 

Les épisodes où se rencontrent Lili-Rose et Marie-Lou

Ci-dessus Mes vacances avec Lili-Rose

Même exercice Les bavardages de Lili-rose avec Marie-Lou

L'oral de Lili-Rose – Des expressions imagées

 

Pour en savoir plus

Florilège de quelques curiosités de la langue française :

Curiosités grammaticales + QUIZ

Les mauvaises manières de parler le français - Barbarismes et solécismes - 1re partie QUIZ

Les barbarismes et les solécismes vous irritent-ils ou vous amusent-ils ? - 2e partie QUIZ

Mosaïque de quelques curiosités de la Langue Française

Écrire et ne pas écrire – Les fautes les plus usuelles

On peut dire un après-midi ou une après-midi - Stupéfait ou stupéfié – etc.

Loin s'en faut- Si ce n'était- Qu'import(ent)- Somptuaire- etc.- Trouvez le mot juste

QUIZ Orthographe, grammaire et sens des mots - Choisissez les bonnes réponses

Ne pas confondre – QUIZ Choisissez le mot qu'il faut

Questions difficiles d'orthographe et de grammaire

Que dit-on ? Débattre (Ø, de, sur) se rappeler (Ø, de) clore ou clôturer, qu'est-ce qui lui (le) prend ? Aller (au, chez) quid (de, sur) battre froid (Ø, à) contredire (Ø, à) c'est, ce sont...

LES NOMS COLLECTIFS La plupart d'entre nous souffrait, souffraient ou souffrions ?

Fâché avec l'impératif présent ? QUIZ

Les verbes difficiles conjugués à l'indicatif présent, au passé simple, au subjonctif présent et au subjonctif imparfait

Vous aimez les exercices à trous ?

Récapitulation des articles : "Ne pas confondre... "

 

ACCUEIL & SOMMAIRE

Tous les articles du blog

Les diverses catégories (ou tags)

Partager cet article

Repost 0
Published by mamiehiou.over-blog.com - dans Le français dans tous ses états
commenter cet article

commentaires

Lily la Plume 10/02/2017 06:16

Eh bien merci beaucoup pour ce petit exercice tout à fait utile ... bonne journée :)

mamiehiou.over-blog.com 10/02/2017 08:25

Quel mot gentil, Lili !
Bonne journée poétique !

Présentation

  • : LE BLOG DE MAMIEHIOU - La langue française telle qu'on l'aime  De la grammaire, des exercices divers, des dictées commentées, des histoires, des textes d'auteurs, des infos pratiques...
  • : Pour tous ceux qui aiment la langue française. Son histoire, sa grammaire et son orthographe. Des dictées commentées, des exercices ébouriffants, un florilège de textes d'auteurs, etc.
  • Contact

Mon Profil

  • mamiehiou.over-blog.com
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.
  • J'aime trop les mots pour les garder par-devers moi - au fond de mon coeur et de mon esprit. Ils débordent de mes pensées en contes drolatiques, avec des quiz et des digressions sur la langue.

Mon blog

Amoureuse des mots, je cherche comment faire partager ma passion. Il y a tant à découvrir dans les bibliothèques du monde, tant de mots à connaître intimement pour affiner notre pensée, tant de mots qu'on n'entend plus sur nos lèvres, enfermés qu'ils sont dans des livres poussiéreux. Il ne tient qu'à nous de les faire revivre et de les faire chanter. Notre langue, si belle, si riche, demande qu'on la respecte, qu'on la préserve, qu'on s'en amuse et qu'on la chérisse. Mamiehiou ............................................................................................................................................................................................ ...................................;....................................................................... « La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle. » Anatole France ....................................................... ............... ................................................................................................................. « C'est une langue bien difficile que le français. À peine écrit-on depuis quarante-cinq ans qu'on commence à s'en apercevoir. » Colette

Rechercher Un Mot Du Blog